Navigation – Plan du site

Selon et les verbes de dire : quelques éléments de comparaison*

Danielle Coltier
p. 81-101

Texte intégral

  • *  Je remercie P. Dendale et D. Leeman pour leur confiance. Ils ne sont, bien sûr, pas responsables d (...)

1C’est à des emplois de selon illustrés par (1) :

(1) Et selon cette bohémienne
 Mon avenir est clair comme de l’eau, (Th. Fersen, Irène)

  • 1  A la suite de Charolles 1987.

que nous nous intéresserons : le groupe prépositionnel (Gprép) est complément de phrase et le SN régi (cette bohémienne), désormais A, désigne un humain différent du L (nous excluons donc ici le cas de selon moi). Nous schématisons1 ces énoncés par la formule Selon A, p. Ces énoncés ont été décrits par M. Charolles (1987, 1997). Une très légère modification de cette description nous semble utile ; nous la proposons ici.

I. Description de selon A

2La description proposée par Charolles (1987, 1997) concerne des emplois dans lesquels A est interprété comme une source. Le prototype de ces emplois - désigné par (ii) - correspond aux cas dans lesquels le SN est un Np d’humain ; mais le remplacement par « une description définie ou toute autre expression désignative » est possible. La description sémantico-pragmatique de ces selon A passe par la comparaison avec quatre autres types de tours.

3a. L’emploi (ii) est d’abord distingué, par un critère syntaxique, d’autres emplois de selon :

(2) C’est selon

(3) J’ai agi selon vos instructions

(4) Selon que vous serez puissant ou misérable…

4Selon A dans (1) est un complément de phrase et un complément de phrase qui a pour fonction d’expliciter le cadre dans lequel l’assertion représentée par p est tenue pour vraie.

  • 2  Charolles 1997 classe ces SNprép dans les cadres de véridiction (d'un type différent de ceux qu'ou (...)

5b. L’emploi (ii) est ensuite distingué, par une caractéristique sémantique et pragmatique, de syntagmes prépositionnels compléments de phrase tels que (5)2 :

(5) En Amérique, les Françaises sont frivoles.

6De la comparaison avec (5), il ressort (1987 : 249) que « [la caractéristique] qui vient immédiatement à l’esprit » lorsqu’on considère les constructions (ii) consiste à dire

« qu’elles ont pour fonction d’indiquer qui énonce p, ou si l’on préfère à qui le locuteur (L°), auteur du « selon », attribue l’énoncé p. » La particularité des ces constructions « viendrait donc du fait que [selon A] servirait à marquer qui prend en charge p. »

7La notion de prise en charge est précisée. L’ensemble selon A, p est pris en charge par L. Mais p ne l’est pas. Ainsi, la forme déclarative de p, dans (6) :

(6) Selon Max, le Président n’a pas l’intention de se représenter aux élections.

« [permet de] lui associer un certain type d’acte illocutoire, un certain potentiel de force », ici « une valeur d’assertion ».

Mais en énonçant (6) le L

  • 3  Dans les citations, les gras sont les nôtres, ainsi que les numéros des exemples. Les italiques so (...)

« ne se présente pas comme assertant lui-même que « le président n’a pas l’intention de se représenter aux élections ». Il rapporte cette assertion »3. Dans (6), L « fait un rapport rhétique », mais la situation est la même avec un rapport phatique :

(7) Selon Max, « le Président n’a pas l’intention de se représenter aux élections ».

8Dans (6)-(7), le L met en scène un énonciateur assertant p. p n’est donc pas proprement énoncé par L° mais mentionné […] comme énoncé, [ici] comme asserté par un individu A différent de lui. » Conséquence : « l’énonciation de p ne peut servir à accomplir l’acte indiqué dans p. » (1987 : 249).

9Ainsi, dans (8) :

(8) Selon ta mère, je t’interdis de fumer.

« le segment « je t’interdis de fumer » perd toute valeur d’interdiction […]. Enonçant (8), le L « décrit une situation dans laquelle il est censé vouloir […] interdire de fumer. » (1987 : 249).

« Cette caractéristique des énoncés rapportés » vaut pour les énoncés indexés par selon moi :

(9) Selon moi, je t’interdis de fumer.

Les énoncés comme (9), dans lesquels

« il y a coréférence entre A et le sujet de p ne sont […] possibles que dans les constructions où « selon A, p » fait suite à […] une autre expression en « selon » avec A’ différent de A :

(10) Selon ta mère je te permets tout, mais selon moi, je t’interdis de fumer.

Et, (10) « employé comme dans (9) n’a pas plus la force d’une interdiction que (8). »

10c. L’emploi (ii) est comparéauxVdire.

  • 4  Nos gras.Ces ambiguïtés concernent « la modalité d'incertitude » et les rapports opaques.

« Partant des remarques qui précèdent, on peut préciser en quoi les constructions en « selon » se différencient de celles comportant « un verbe en « dire »« comme par exemple « A raconte que », « A déclare que », etc. Dans les cas les plus courants où A est différent de « je », il n’y a entre « selon A, p » et « A Vdire que p » aucune différence de fond. Si l’on fait abstraction du fait que les « Vdire » peuvent comporter des présupposés et des implications qui sont absents avec « selon », le fonctionnement sémantico-pragmatique est le même : l’acte de langage indiqué dans p est décrit comme assumé par A et non par le L°. Les constructions en « selon » peuvent donner lieu aux mêmes ambiguïtés que celles avec un Vdire. « (Charolles 1987 : 252)4.

11La seule différence sémantico-pragmatique entre selon A et les Vdire concerne selon moi :

  • 5  Ces propos de M. Charolles évitent toute équivoque sur le sens de : « Dans les cas les plus couran (...)

« Lorsque A = L° (plus précisément lorsque A désigne un énonciateur qui est le correspondant de L°) le « Vdire » peut servir à accomplir l’acte de langage qu’il indique, ce qui n’est jamais le cas avec « selon moi » qui n’a d’autre pouvoir, ainsi qu’on l’a vu, que de décrire cet acte. » (253)5.

12Une précision. L’article de 1987 peut paraître affirmer l’inexistence de différences de fond entre selon A et les seuls Vdire employés avec que (emploi en discours indirect). Une lecture attentive de l’article montre qu’il n’en n’est rien et dans Charolles 1997, selon A est explicitement comparé aux formes A dit,dit A, …et A dit que… », dans le commentaire de (11) :

(11) Dans chaque portée de loups, raconte une légende, naît un chiot. (1997 : 41-42)

« la proposition raconte une légende n’est pas syntaxiquement autonome, elle est enchâssée dans P1 où elle fonctionne comme une sorte de principale (une légende raconte que …), sauf qu’il n’y [a] pas, grammaticalement, subordination. La construction est proche de cellesque l’on rencontre dans les incises de discours direct (…, dit Untel, …), si ce n’est que dans P1, la proposition introduite ne prétend aucunement reproduire littéralement le texte de la légende, ce qui prêche plutôt en faveur d’un rapprochement avec les comptes rendus en selon ou d’après, suivant, etc. Le début du texte pourrait du reste être reformulé comme suit : selon la légende, dans chaque portée de loups naît un chiot, avec préfixation de l’expression introductrice d’univers. »

13On le voit, c’est le Vdire racontequi est rapproché, d’abord de l’incise de discours direct (il en a l’autonomie syntaxique), puis de selon A (qui contrairement à l’incise de DD ne prétend pas à la littéralité). Mais s’il est vrai que (11) peut être comparé à selon la légende, il est sûrement légitime, selon Charolles, de comparer Le président n’a pas, selon Max, l’intention de se représenter…avec Le président n’a pas, dit Max, l’intention… Pour nous en tout cas, les propos tenus au sujet de (11) légitiment qu’à la suite de l’auteur on puisse comparer selon A à toutes les formes d’emplois des Vdire (DI, DD, et incise).

14d.Selon A est enfin comparé à des tours prépositionnels qui « ont la capacité d’indiquer qui prend en charge un énoncé » : pour A, d’après A et suivant A. Ces tours « paraissent très proches de selon A, mais […] n’en sont pas synonymes ». Les différences avec pour A sont les suivantes.

15 Selon sélectionne les noms régis : « selon A, p”n’est possible que si A peut être considéré comme capable de produire du langage, autrement dit que s’il peut jouer le rôle d’un L potentiel ». Ce qu’établit le contraste entre (12) et (13) :

(12) Pour un chat, toutes les souris ne se ressemblent pas.

(13) * Selon un chat, toutes les souris ne se ressemblent pas.

16  « A supposer la condition sur le SN satisfaite », le contraste entre (14) et (15) :

(14) Pour R. Barre, la cohabitation est un échec, mais il se garde bien de le dire.

(15) * Selon R. Barre, la cohabitation est un échec, mais il se garde bien de le dire.

montre que si pour « n’implique pas que R. B. ait dit quelque chose au sujet de la cohabitation ».

  • 6  L'auteur renvoie pour ces notions de « rhétique [ment] » et de « phatique[ment] » à J. L. Austin, (...)

« dans [selon A, p], p doit avoir fait l’objet d’une « énonciation quelconque de la part de A, celle-ci étant rapportée rhétiquement […], soit phatiquement. Bien entendu, les rapports rhétiques […]6 n’impliquent pas du tout que R. Barre ait explicitement déclaré que la cohabitation est un échec. « Selon » indique seulement que R. Barre a tenu des propos que le L prétend pouvoir rapporter à l’aide de p ».

17La difficulté apparente que constitue (16) :

(16) Selon mon thème astral, je ne devrais pas avoir de succès professionnel ce mois-ci.

interprété comme (ii), bien que le SN régi ne désigne pas un être doué de la parole, est éliminée comme suit :

  • 7  Cette possibilité caractérise selon et l'oppose à pour.On n’aurait pas : * Pour mon thème astral, (...)

« l’expression utilisée pour désigner A est reliable par une fonction pragmatique à une expression-cible marquée comme douée de la parole. Ainsi, dans (16), « la cible de « mon thème astral » est la personne qui l’a établi »7.

  • 8  La comparaison avec d'après entérine l'idée que le tour selon A est assimilé à un rapport de propo (...)

18La comparaison avec pour A montre clairement qu’avec selon A la proposition p a nécessairement fait l’objet d’une « énonciation », i.e. d’un discours verbalisé de A et non d’un « discours intérieur », ce qui est logique puisque le L « décrit » un acte illocutoire de A. Selon A ne peut pas introduire un contenu de pensée auquel le L aurait eu accès par l’intermédiaire d’un comportement de A, par exemple. Le contraste (12)-(13) ne peut, en effet, s’expliquer que par le fait suivant : un chat ne compte pas parmiles individus doués de conscience et de la capacité de parler ; p, dans (13) ne peut donc être qu’un contenu de pensée (si l’on admet que les animaux sont doués de conscience) que le L aura construit sur la base de comportements du chat. L’énoncé avec selon n’est pas bon. Selon ne peut donc rapporter que du discours verbalisé. Les observations faites à propos de (14)-(15) vont dans le même sens : si A désigne un humain, p ne peut être le rapport d’un « discours intérieur », d’une opinion ou d’une croyance non verbalisés8.

  • 9  Au sens que R. Martin (1976) donne à ce terme.

19Au final, indexer par selon A un segment p, c’est s’engager sur l’existence d’un discours antérieur verbalisé de A au sujet de ce dont il est question dans p et donner p comme une forme de rapport de discours (discours dont p serait une paraphrase, aux yeux de L9).

  • 10  Pour R. Martin (1983 : 94), l’existence d’un acte d'énonciation antérieur n'est pas requise pour l (...)

20Si notre lecture n’est pas erronée, il y aurait bien, quand même, des différences sémantico-pragmatiques entre selon A et les Vdire puisque l’emploi de Vdire n’implique pas l’existence d’un acte illocutoire de A. On sait que le DD ou le DI sont des formes dont « le référent de discours est un acteénonciatif[…] »(Combettes, 1990 : 105), mais que l’emploi n’implique pas – voir Martin, 1983 : 97 – l’existence d’un discours antérieur10.

21Il nous semble que le comportement sémantico-pragmatique des selon étudiés par M. Charolles sont à la fois plus proches et plus différents des Vdire que ne l’estime cet auteur.

22La différence que nous voyons est la suivante : les Vdire régulièrement réfèrent à un acte énonciatif, alors que selon présente, régulièrement, A comme une origine, un point de départ pour l’énonciation de p par le L, la référence à un acte illocutoire de A n’étant qu’un cas particulier, comme n’est qu’un cas particulier le fait qu’au moyen de Selon, A, p, le L mentionne un acte illocutoire de A ou, plus simplement, « rapporte » un discours de A. Cette retouche, comme on le voit minime, permet d’expliquer plus d’emplois intuitivement proches de (ii) sans avoir à toucher aux grandes lignes de la description proposée par M. Charolles.

II. Comparaison de selon A  et des VDIRE

23Le comportement de selon A est identique à celui des Vdire auDI pour tout ce qui touche à l’espace énonciatif de p ; il diffère de celui des Vdire auDI, au DD ou en incise, pour tout ce qui touche la verbalisation et des coordonnées spatio-temporelles et des conditions matérielles du discours de A, quand le L « rapporte » ce discours.

1. Selon A et l’espace énonciatif du locuteur

  • 11  Tests empruntés à Banfield, A : 1973.

24Selon A sélectionne le même type de phraseque A Vdireque. Selon Aet le DI interdisent l’introduction en p d’exclamations attribuables à A (17), et de phrases incomplètes11(18) :

(17) * Selon Paul, mais bien sûr c’est évident !

(18) * Selon Paul, magnifique ce tableau !

25Selon A, comme le DI, pour « rapporter » un acte illocutoire d’interrogation ou d’injonction de A, impose de faire suivre l’introducteur d’une phrase déclarative :

(19) Max demande * si le président va-t-il se représenter ?

(20) ≠ Selon Max, est-ce que le président a l’intention de se représenter ?

  • 12  M. Charolles ajoute que « le L […] prend cette fois-ci en charge l’acte de langage indiqué dans p  (...)

26(19) est incorrect ; (20) est correct, mais, comme le fait observer Charolles (1987 : 251) auquel est emprunté l’exemple, (20) « ne peut être interprété comme décrivant l’acte de langage que Max aurait la « prétention » d’accomplir à l’aide de p »12. Le rapport de l’acte d’interrogation passe nécessairement par la transformation de p (« Le président va-t-il se représenter ? ») en une proposition de type déclaratif :

(21) Max demande si le président va se représenter.

(22) Selon Max, la question se pose de savoir si le président va se représenter.

ce qui indique que les modalités de phrase sont avec selon A comme avec le DI imputables au L et non à celui dont on rapporte les propos.

27Selon A construit la référence des éléments déictiques de p de la même façon que le DI.En effet, avec selon A comme avec le DI, la coréférence est impossible entre un je, sujet du verbe de p, et le référent de troisième personne, pronominale ou non, placée dans le SN régi :

(23) *Selon Paul i /Selon luii, jei ne partirai pas d’ici.

(24) Selon luii, jej ne partirai pas d’ici.

(25) *Pauli dit que jei ne partirai pas d’ici.

(26) Pauli dit que jej ne partirai pas d’ici.

  • 13  Expression empruntée à R. Martin, (1983 : 94).

la « similitude » selon A-DI tenant précisément dans ce fait, important, que le pronom de première personne réfère au L, déictiquement, et que selon A, comme le DI, « laisse inchangé l’espace énonciatif »13 :c’est celui du locuteur.

28Sur cette question de la construction de la référence des déictiques de personne, une précision. Dans des énoncés tels que :

(27) Selon Paul, j’aurais dû aller à Paris.

(28) J’aurais dû, selon Paul, aller à Paris.

(29) J’aurais dû aller à Paris, selon Paul.

la référence du « je » se fait déictiquement et ce « je » réfère au L des énoncés (27)-(29). Si l’on substitue un Vdire à selon A, on obtient les résultats suivants :

(30) Paul dit que j’aurais dû aller à Paris.

(31) J’aurais dû, dit Paul, aller à Paris.

(32) J’aurais dû aller à Paris, dit Paul.

  • 14  Par exemple, Le Goffic (1993 : 496-497).
  • 15  Voir L. Rosier (1999 : 257-262) qui rappelle que « L’incise est classiquement caractéristique du d (...)

c’est-à-dire, pour (31) et (32), des emplois du Vdire sans que avec sujet inversé, bref, la forme qui, placée en position médiane ou finale, est appelée incise14. Or ce type d’incise est traditionnellement15, sinon justement, considérée comme la marque du DD.

29Nous importent ici les faits suivants. Dans (30), au DI, la référence du je ne peut se faire que déictiquement. Il en va autrement avec l’incise de (31)-(32) : elle offre deux possibilités d’emploi en discours et deux possibilités de construction de la référence pour le « je », référence déictique au L ou référence anaphorique. Pour preuve de cette double possibilité, la capacité de (31) et (32) à être utilisés sans difficulté dans des cotextes qui favorisent, l’un, une interprétation « coréférentielle », non déictique de je, l’autre, une interprétation non coréférentielle mais déictique. Ainsi, l’interprétation de (31) et (32) est coréférentielle dans respectivement (33) et (35), déictique dans (34) et (36) : 

(33) Paul regrette de n’avoir pas vu Jeanne : ji’aurais dû, dit Pauli, aller à Paris.

(34) Paul m’en veut terriblement : ji’aurais dû, dit Paulj, aller à Paris.

(35) Ji’aurais dû aller à Paris, dit Pauli : il regrette de n’avoir pas vu Jeanne.

(36) Ji’aurais dû aller à Paris, dit Paulj : il m’en veut terriblement.

30Or, dans les cotextes (33) et (35) qui imposent une interprétation non déictique du « je », selon A, comme le DI du reste, paraît, au premier abord, impossible :

(37) *Paul regrette de n’avoir pas vu Jeanne : ji’aurais dû, selon Pauli, aller à Paris.

(38) *Ji’aurais dû aller à Paris, selon Pauli : Paul regrette de n’avoir pas vu Jeanne.

  • 16  Notons un type d’exception : « Bousquet, selon les nazis, “se déclare, en 1942, prêt à faire arrêt (...)

31L’incise, intercalée ou finale, offre deux possibilités de référence pour le je de p, selon A une seule : je, non coréférentiel de A, réfère nécessairement au L de selon A, p, déictiquement. L’espace énonciatif de p est donc bien régulièrement celui du L, comme c’est le cas au DI16. Ce qui signifie aussi que face à des énoncés comme (31) ou (32), la substitution de selon A à l’incise ne saurait se faire automatiquement.

2. Selon A et les circonstances de la situation d’énonciation

32Selon A se distingue des Vdire, DI et DD, quand il s’agit de verbaliser certains des paramètres impliqués par la situation de production de discours.

33La phrase comportant un Vdire (au DI, au DD, en incise ou non) peut contenir des GPrép référant au destinataire de la situation d’énonciation dans laquelle A aurait été locuteur (désormais Sit.I.). Chose impossible avec selon. On peut avoir (39), (40) et (41), mais non (42) :

(39) Le garagiste a dit à Jeanne que Paul devrait faire réviser sa voiture.

(40) Le garagiste dit à Jeanne : Paul devrait faire réviser sa voiture.

(41) Paul, dit le garagiste à Jeanne, devrait faire réviser sa voiture.

(42) * Selon le garagiste (,) à Jeanne, Paul devrait faireréviser sa voiture.

34Si bien que dans un énoncé correctement construit comme (43) :

(43) Selon le garagiste, Paul devrait faire réviser sa voiture.

il est impossible de savoir à qui s’est adresséA, sauf à admettre que ce destinataire initial est le « locuteur-rapporteur ».

35Si la phrase comportant selonA contient des GPrép référant à des circonstances spatio-temporelles, ces circonstances ne peuvent (quelle que soit la place de selonA) être interprétées comme celles de la Sit.I. Cela, contrairement à ce qui se passe – sous certaines conditions – avec le DI et DD. Comparons (44) à (45)-(47), qui contiennent tous des informations temporelles :

  • 17  Exemple construit d’après un exemple de Charolles (1987 : 261) : « Selon Camus, la vie est absurde (...)

(44) Dans les années 60, Jeanne dit que / affirme que la vie est absurde.17

(45) Dans les années 60, selon Jeanne, la vie est absurde.

(46) Selon Jeanne, dans les années 60, la vie est absurde.

(47) Selon Jeanne, la vie est absurde (,) dans les années 60.

  • 18  Martin (1983 : 37) : « L’univers de discours est l’ensemble des circonstances […] dans lesquelles (...)

36En (44), placée hors de la subordonnée, l’expression temporelle fournit des indications sur la Sit.I. Avec selon A, il n’est pas possible, quelles que soient les versions, de comprendre que Jeanne a dit p « en 1960 ». Le GPrép ne verbalise pas une circonstance de la Sit.1. ; il est nécessairement considéré comme endophrastique, et interprété comme un marqueur d’univers de discours18 notifiant que la vérité de p est garantie pour « les années 60 ».

37Situation identique avec les GPrép qui donnent des indications spatiales – impossible de les interpréter comme les coordonnées spatiales de la Sit.1. quand ils sont employés avec selon A :

(48) Au Gabon, selon Jeanne, la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

38Il n’en va pas de même avec les Vdire où l’on a deux cas. Premier cas : si le GPrép est dans la subséquence du Vdire que, (49), il est bien entendu interprété comme avec selon A : il fait partie de p et ne décrit pas la Sit.I. :

(49) Jeanne dit que, au Gabon, la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

39Second cas. Le GPrép n’est pas dans la subséquence du Vdire que, (50); il est alors disponible pour deux interprétations :

(50) Au Gabon, Jeanne dit que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

-a- Interprétation de Au Gabon comme localisant spatialement la Sit.I. Ce qui permet des enchaînements du type de (51) :

(51) Au Gabon, Jeanne dit que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue. En France, elle explique que ….

-b- Interprétation de Au Gabon sur le modèle de ce qui se passe avec selon A. Le GPrép intégré à la phrase p est interprété comme marqueur d’univers de discours limitant, dans le discours de Jeanne, la validité de la proposition la vie ne vaut pas la peine d’être vécue à l’espace géographique « Gabon ». Ce qui permet des enchaînements du type de (52) :

(52) Les pays d’Afrique, tu sais, ce n’est pas facile, au Gabon, Jeanne dit que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

40Bien sûr, cette double possibilité d’interprétation des GPrép n’existe pas avec tous les énoncés au DI ; elle dépend et de ce qui précède A dit que, et du contenu de p. Ainsi, dans (53) :

(53) Au cours de ce voyage en Afrique, plusieurs sujets importants ont été abordés. Au Gabon, le Président de la République française dit que la dette des pays africains devrait être annulée. Au Sénégal, le ministre des affaires étrangères dit que des moyens devraient être trouvés pour …

est sélectionnée une interprétation du Gprép comme « circonstanciel » de l’énonciation et bloquée une lecture « intégrée » spécifiant la validité de la proposition p à l’espace Gabon. (Dans ce cas, si Au Gabon est marqueur d’univers de discours, c’est du Vdire.) C’est l’inverse qui est vrai dans :

(54) Au Gabon, le Président de la République française dit qu’il y a des problèmes ethniques de la plus haute gravité.

Au Gabon y est plus volontiers interprété comme intégré à la phrase p et moins facilement comme circonstance spatiale du procès dénoté par A Vdire que.

41Ce qui importe ici c’est que cette double possibilité n’existe pas pour selon A, où les GPrép spatiaux et temporels ne sont jamais un moyen de localiser la Sit.I. D’où, pour (55) :

(55) ? Au cours de ce voyage en Afrique, plusieurs sujets importants ont été abordés. Au Gabon, selon le Président de la République française, la dette des pays africains devrait être annulée. Au Sénégal, le ministre des affaires étrangères dit que ….

une grande maladresse. Selon A oblige à comprendre que la question de l’annulation de la dette concerne le seul Gabon, ce qui est en contradiction avec le pluriel de « pays africains »  qui suit. L’interprétation imposée l’étant, précisément, par l’intégration au segment p du GPrép spatial.

42Conclusion. Contrairement auDI (et au DD), l’emploi de selon A bloque systématiquement la référence aux circonstances spatio-temporelles dans le segment de discours selon A, p, selon A, intégrant les GPrép temporels et spatiaux, même placés en tête d’énoncé, à la phrase p.

43On observe, au demeurant, qu’il en va de même pour tous les éléments susceptibles de décrire la situation d’énonciation initiale, manière de parler, but du dire, etc. :

(56) * En remontant son col, selon Jeanne, doucement, les yeux rougis, l’accident a fait une victime.

(57) En remontant son col, Jeanne dit, doucement, les yeux rougis : « l’accident a fait une victime ».

(58) En remontant son col, Jeanne dit, doucement, les yeux rougis  que l’accident a fait une victime.

  • 19  Terminologie empruntée à Bautier, R. 1977.
  • 20  Seules échappent logiquement à cette impossibilité les informations concernant A, en tant que L. S (...)

44C’est l’ensemble des caractéristiques vocales (timbre de voix, débit, etc. ) et des éléments non verbaux non vocaux (gestes, mimiques, etc.)19 qui paraît ne pas pouvoir être introduit conjointement à l’utilisation de selon A. Ce qui se conçoit : tous les circonstanciels cités plus haut ont une incidence sur le verbe ; le GPrép n’offre évidemment pas cette possibilité20.

45Relativement à la question de « l’intégration » / « non intégration » au segment p des GPrép temporels ou spatiaux, selon A est assez semblable aux incises « dit A », qui ont tendance à intégrer à p les GPrép placés en tête d’énoncé. Ainsi, dans (59)-(60) les GPrép (temporel et spatial) sont en effet plutôt compris comme intégrés au contenu propositionnel de p :

(59) Dans les années 60, dit Jeanne, la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

(60) Au Gabon, dit Jeanne, la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

46Cela étant, la différence entre selon A et l’incise, déjà apparue dans les questions d’espace énonciatif, se confirme aussi sur ce point : certaines fonctions discursives de l’incise sont visiblement interdites à selon A. Ainsi, quand il s’agit, dans un récit (roman ou nouvelle), de mimer  un dialogue, l’incise est parfaite, selon A ne convient pas, quelle que soit sa place :

(61) – Et qu’est-ce qu’il va faire maintenant ? demanda Julia.
Munoz croisa les bras, les yeux fixés sur l’échiquier […]
– Il y a plusieurs options, répondit-il, évasivement […]
            (Le tableau du maître flamand : 258.)

(62) – Et [selon Julia] qu’est-ce qu’il va faire maintenant ? [selon Julia].
Munoz croisa les bras, les yeux fixés sur l’échiquier […]
– Il y a, [selon lui / selon Munoz], plusieurs options, [selon lui / selon Munoz]

47L’impossibilité pour la première réplique de (62) d’être indexée par selon A s’explique certes par l’impossibilité pour ce tour d’indexer une interrogative (cf. ci-dessus), non celle de la seconde réplique où p est une déclarative. Et pourtant dans cette seconde réplique de (62), leGPrépest compris comme faisant partie de la réplique, elle-même attribuable dans son ensemble à un locuteur dont l’identité resterait à spécifier.

  • 21  G. Prince, (1978 : 305-313) .

48Si selon A suppose l’existence d’un discours de A, force est de constater son incapacité à faire office de discours attributif21, et, donc, à attribuer une source dans les dialogues mimétiques. Visiblement, selon A ne peut pas être un élément « extérieur » à la proposition qu’il indexe. Bien qu’incontestablement extra-prédicatif par rapport à la proposition p (il n’a pas d’incidence sur le verbe, cela au même titre que dit A), il n’est pas avec elle dans un rapport d’indépendance, d’extériorité totale.

49Aux conclusions établies ci-dessus - blocage de la référence dans le segment de discours [selon A, p], aux conditions matérielles du discours de A, i.e. circonstances spatio-temporelles et destinataire - il faut donc ajouter celle-ci : l’impossibilité de recourir à selon A comme forme de discours attributif. Tout se passe comme si selon était inapte à présenter, dans le SN régi, le simple actant d’une relation actancielle A DIRE, à permettre la référence au « simple » locuteur.

50Cela est certes le cas d’autres tours prépositionnels proches de selon A (pour Paul, au yeux de Paul, à son avis, etc.), mais cela n’autorise pas pour autant à affirmer que « Dans les cas les plus courants où A est différent de « je », il n’y a entre « selon A, p » et « A Vdire que p » aucune différence de fond » (Charolles, 1987 : 252).

3. Selon A , DI, DD : et les conditions d’appropriété

51A ces différences s’en ajoutent d’autres, relatives aux possibilités d’emploi de selon A dans diverses situations de dialogues.

52Le premier type de situation est illustré par (63) :

(63) L1 –Mais enfin, que fait Pierre ?
L   – J’sais pas. Il parle avec Paul.

  • 22  Sur ces verbes, voir M. Charolles, 1976.

53Dans (63), le L doit répondre à une demande sur la nature de l’action réalisée par A ; il enchaîne sur la question « Que fait A ? ». Et dans la réplique de L ne sont utilisés ni selon A ni les formes du DR, mais simplement un verbe de communication22. Dans (63), la réplique de L n’a d’autre fonction que d’informer L1 du fait qu’un individu accomplit l’acte de parler (et non un autre), le contenu des propos n’étant nullement en jeu. Le L pourrait fort bien substituer le DI (le DD semble ici plus difficile) au seul verbe de parole :

(64) L1. – Mais enfin, que fait Pierre ?
L  (a) – J’sais pas. Il raconte / Il explique / Il est en train de dire à Paul // que Jeanne est partie.
(b) – ? J’sais pas. Il dit (à Paul) : Jeanne est partie.

L’objet de la réplique du L est inchangé : il ne s’agit pas de rapporter des propos, mais, comme en (63), de spécifier l’activité de A, ce que le L peut faire, indirectement, en rapportant les propos de A. Selon A ne convient pas à cet usage :

(65) L1.– Mais enfin, que fait Pierre ?
L.– * Selon lui, Jeanne est partie.

54Contrairement au DI, sinon au DD, selon A ne permet pas de signaler le seul fait de parler, ne permet pas de notifier la seule existence d’un acte locutoire, phatique.

55Dans le deuxième type de situation, le L doit répondre à une demande d’information concernant le seul signifiant, demande que peut représenter : « Je sais que A a parlé et ce qu’il a dit. Mais comment a-t-il dit ce qu’il a dit ? ». Le DD est la construction indiquée. Le DI convient à peine, selon A est exclu :

  • 23   Seule est acceptable avec selon A une formulation comme Selon lui, je cite : « Jeanne est une idi (...)

(66) L – Pierre a dit que Jeanne est une idiote.
L1 – Attends, attends. Quels sont les mots exacts qu’il a employés ?
L (a) – Il a dit : « Jeanne est une idiote » / Il a dit  « idiote ».
(b) ? – Il a dit que « Jeanne est une idiote. »
(c) * – Jeanne, a-t-il dit, est une idiote.
(d) * – Selon lui, « Jeanne est une idiote ».23

56Dans ces deux situations, les demandes conduisent le L à référer à l’acte locutoire (phonique), que le L pose l’existence même de cet acte ou qu’il spécifie les modalités concrètes de sa réalisation.

57Dans le troisième type de situation, le L doit rendre compte d’un acte locutoire dénué de valeur illocutoire. Un cas. En cours, le professeur donne un exemple : Le chat est sur le paillasson. Un étudiant demande à son voisin : Qu’est-ce qu’il vient de dire, le prof ?. Ce qui donne :

(67)L1 – Qu’est-ce qu’il vient de dire, le prof ?
L (a) – Il a dit : Le chat est sur le paillasson.
(b)* – Il a dit que le chat est / était sur le paillasson.
(c)? ? – Le chat,a-t-il dit / dit-il, est sur le paillasson.
(d)* –Selon lui, le chat est sur le paillasson.

  • 24  Leur utilisation, toujours possible, relèverait nécessairement de sous-entendus ironiques (stigmat (...)

58A dit que, dit A  aussi bien que selon A sont l’un et l’autre inappropriés24.

59Dans (67), il n’est question que de répéter un énoncé qui a du « sens » certes, mais pas de référence. Simple acte phatique, le « dire » de A ne correspond à aucun vouloir dire, à aucun acte illocutoire. Selon A ne convient pas.

60La quatrième situation est illustrée par (68), L et L1 suivent à la télévision la cérémonie d’intronisation d’un nouveau président :

(68) L1 : – Je n’entends strictement rien : qu’est-ce qu’il dit / raconte ce journaliste ?
L  (a) – Il dit que le président que la République entre à l’Elysée.  
   (b) –* Selon lui, le président de la République entre à l’Elysée.
    ? Selon lui, tout se passe exactement suivant le protocole

61Il s’agit-là de répondre à une demande de répétition du signifié d’un discours, c’est-à-dire d’enchaîner sur une demande du type de : « A parle, mais que dit A ? », demande que formule celui qui n’est pas à même de percevoir directement ou correctement un message. Situation qui se distingue de la situation 3. En effet, A est bel et bien censé produire un acte illocutoire. Or, la réponse introduite par selon A est inappropriée. En utilisant selon, le L semble automatiquement « faire plus » que ce qui lui est demandé : il y a comme un jugement, un refus de prise en charge des propos de A. Bref, la simple restitution du signifié ne paraît guère convenir à selon.

62L’inappropriété de selon A dans les situations évoquées paraît tenir au fait que le L n’a pas à rendre compte de l’énonciation de A en tant qu’elle correspond à un acte illocutoire : il est mis en situation de décrire la matérialité de la situation d’énonciation (existence d’un acte locutoire, dans la Sit.1., spécificité d’un signifiant dans la Sit.2. ou d’un signifié, Sit. 3 et 4), ou de faire état d’une énonciation qui ne correspond à aucun acte illocutoire, Sit. 3. Si les Vdire, au moins le verbe dire, sont mieux venus, c’est qu’ « Il y a dire et dire : […] il faut dissocier le renvoi à la simple production langagière, toujours présent, et la valeur de prise en charge qui habituellement s’y ajoute » (R. Martin,1987 : 49). Dans (63)-(68), le Vdire renvoie systématiquement – en raison des demandes auxquelles il permet de répondre – à « la simple production langagière ».

  • 25  O. Ducrot, 1984.

63L’inappropriété de selon A à renvoyer à la « la simple production langagière »est à mettre en rapport avec l’inappropriété du tour à faire référence aux conditions spatio-temporelles de la situation d’énonciation : quand il emploie selon A, le L parle du dit de A ; non du dire25. On suppose donc que dès lors qu’il emploie selon A, le L notifie que A a accompli un acte illocutoire et ne s’en est pas tenu à la simple production langagière, l’existence de l’acte locutoire étant, en somme, présupposée. Ainsi, en énonçant (69) par exemple :

(69) Selon Jeanne, Marie est malade.

le locuteur donnerait à entendre, d’abord, que Jeanne a parlé, ensuite, qu’il existe une assertion de Jeanne au sujet de la maladie de Marie. Bref, selon A ne permettraitque le rapport de l’acte illocutoire (d’assertion) réalisé par A au cours d’une énonciation. Ce qui conforte la description de M. Charolles – il existe un acte illocutoire de A dont p est la mention – et l’interroge – il y a bien quelques différences sémantico-pragmatiques entre la préposition et les Vdire, l’emploi de ces verbes n’impliquant pas l’existence d’un acte illoctoire de A. Mais, nous allons le voir, tous les emplois de selon A du type (ii) ne supposent pas l’existence d’un acte illocutoire (verbalisé) de A.

III. Selon A : diversité des significations

1. Existence d’un discours de A ?

64L’énoncé (70) qui affirme au moyen d’un Vdire l’existence d’une certaine énonciation de A,

(70) R. Barre dit que la cohabitation est un échec.

ne permet pas un enchaînement par une formule qui dit l’inexistence d’un discours de A :

(71) * R. Barre dit que la cohabitation est un échec. Mais il se garde bien de le dire.

65(71) est inacceptable parce que contradictoire. La présence de cette suite après selon A est, nous l’avons vu, déclarée « inacceptable » par Charolles (1987 : 254).

(72) * Selon R. Barre, la cohabitation est un échec. Mais il se garde bien de le dire.

66Cette inacceptabilité conduit à poser que « dans selon A, p, p doit avoir fait l’objet d’une énonciation quelconque de la part de A [...] », où il faut comprendrequ’il doit exister un discours verbalisé de A, dont p serait une paraphrase aux yeux du L, au moins. Or, cette analyse pose problème. Outre le fait que le jugement sur (72) ne rallie pas tous les suffrages, il semble qu’une suite comme (Et) d’ailleurs, il le dit,exclue avec les Vdire, soit possible avec selon A :

  • 26  Sauf si d'ailleurs A le dit introduit un complément pour dire : Paul dit que Marie est une idiote. (...)

(73) R. Barre dit que la cohabitation est un échec. * (Et) d’ailleurs, il le dit.26

(74) Selon R. Barre, la cohabitation est un échec. (Et) d’ailleurs, il le dit.

  • 27  Elle « passe », sans aucun doute, mieux dans : Paul estime / pense queJeanne est une idiote. D'ail (...)

67Certes, cet enchaînement sur p manque (un peu) de naturel27, mais on ne peut contester qu’il est « théoriquement » possible au sens où il ne produit pas d’incohérence dans le discours du L.

  • 28  Et nuancée seulement, car bien sûr, toutes les occurrences de selon A n’admettent pas le second ty (...)

68Si donc l’adjonction d’une formule manifestant explicitement l’inexistence d’un discours de A (mais A se garde bien de le dire) est impossible, l’enchaînement avec une formule manifestant explicitement l’existence d’un discours de A est, dans certains cas au moins, possible. Or, le but de l’ajout de (Et) D’ailleurs, il le dit est clairement de spécifier après énonciation de selon A, p qu’il existe un discours de A sur le thème discursif de la cohabitation. Un tel ajout étant impossible à la suite d’un Vdire, forme qui suppose, par l’emploi même du verbe introducteur, la référence à une situation d’énonciation (réelle ou non), on est évidemment enclin à conclure que son ajout à la suite de selon A n’est possible que parce que l’emploi de selon Ane présuppose pas l’existence d’une situation d’énonciation et donc pas non plus l’existence d’un acte illocutoire – verbalisé – de A dont p serait l’équivalent « logique ». Partant, l’affirmation : « dans selon A, p, p doit avoir fait l’objet d’une énonciation quelconque de la part de A […] » doit peut-être être nuancée28.

  • 29  Un corpus établi à partir de textes journalistiques ne donne, nous semble-t-il, qu’une idée très l (...)

69En tout état de cause, la prise en compte d’un corpus « hétérogène »29 d’emplois attestés de selon A invite à nuancer ce point de la description : il est des cas où l’on a bien des réticences à substituer un Vdire à selon A, ce qui peut quand même être considéré comme un test et comme un moyen de cerner au plus près le comportement sémantico-pragmatique du tour prépositionnel.

2. Diversité des comportements sémantico-pragmatiques de Selon A

70Nous allons examiner divers cas qui conduisent à nuancer la description de selon A.

71Premier cas. Un énoncé comme :

(75)  [Le mot morne] S’est dit, selon Mercier, pour MORGUE, lieu où l’on expose les cadavres inconnus 

laisse supposer qu’il existe un discours métalinguistique de A (Mercier) concernant le mot morne. L’article lexicographique d’où est extrait (75) (article reproduit dans sa totalité) :

(76) MORNE s. f. (mor-ne).Art milit. Ancien. Sorte de bouton, d’anneau de métal ou de bois dont les chevaliers garnissaient la pointe de leur lance, lorsqu’ils voulaient combattre à armes courtoises.
– Blas. Représentation de la morne des chevaliers.
– S’est dit, selon Mercier, pour MORGUE, lieu où l’on expose les cadavres inconnus : C’est à la MORNE que l’on aperçoit les nombreuses et déplorables victimes des travaux publics. (Mercier.) Ce mot paraît douteux. [P. Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, XI, Première partie MEMN. – MYZO. p.575]

montre qu’il n’en est rien. Dans (76), le L justifie son « S’est dit, selon Mercier, pour morgue » en citant, à l’appui de son affirmation un extrait de texte écrit par le prolixe chroniqueur des Tableaux de Paris, dans lequel celui-ci emploie morne pour morgue. Le L construit donc le contenu de p en constatant que A utilise le mot morne en place et lieu de morgue ; il se fonde sur un acte de A, l’emploi du mot, et non sur un discours métalinguistique de A dont p serait un équivalent. Bref, p est élaboré via un raisonnement qui met en jeu, dans les prémisses, les propres croyances de L, inférence du type :

a- Il existe un fait observable : A emploie morne pour désigner le lieu où l’on dépose des cadavres inconnus ;

b- prémisses de L : employer un mot comme moyen de désigner un objet, c’est estimer que ce mot convient à cette désignation ;

c- conclusion de L : donc, A croit (estime) que le mot morne convient à la désignation des lieux où l’on dépose des cadavres inconnus.

  • 30  J. Searle, 1985 : 227 distingue entre « rapport d’actes de langage » et « rapport de contenu de cr (...)

72Dans (76), il y a bien du discours de A, mais l’acte illocutoire est tout à fait quelconque relativement au contenu de p dont le sujet logique est le mot morne et le prédicat, les conditions référentielles de ses emplois : p n’est en aucun cas la mention d’un acte illocutoire de A. Bref, pour être adéquatement employé, selon ne requiert pas qu’il y ait eu énonciation de A; il suffit à son emploi que p soit un rapport de pensée30,voire un rapport de croyances, mais, on le voit, d’une croyance qui n’est nullement présentée comme ayant fait l’objet d’une énonciation. La paraphrase par un Vdire à l’indicatif (A dit que ou dit A) ne donne pas un résultat satisfaisant :

(77) Blas. Représentation de la morne des chevaliers.
– S’est dit, dit Mercier, / affirme Mercier pour MORGUE, lieu où l’on expose les cadavres inconnus : C’est à la MORNE que l’on aperçoit les nombreuses et déplorables

73Syntaxiquement et sémantiquement, le résultat est acceptable. La réticence que provoque (77) est sans doute, d’abord, stylistique : la répétition de dire peut « gêner ». Mais cet aspect n’est pas seul en cause : le choix d’un autre Vdire ne règle pas ladifficulté. La difficulté pour (77) est de deux ordres.

74Difficulté, d’abord, en ce qui concerne la composition textuelle. L’emploi d’un Vdire fait que l’on ne comprend plus très bien le rôle la citation. On attend plutôt la citation d’un discours métalinguistique de A sur le mot morne justifiant, finalement, l’assertion dit ou affirme Mercier. Ce que ne peut faire la citation effectivement présente, mieux apte à illustrer un verbe comme employer :

(78) A été employé par Mercier pour MORGUE : C’est à la MORNE que l’on aperçoit […]. (Mercier.) Ce mot paraît douteux.

75Difficulté ensuite, d’ordre communicationnel. L’emploi d’un Vdire est, il faut l’admettre, sinon mensonger, au moins mal adapté à rendre compte de ce que fait le L. Il est en effet clair d’après le texte lui-même d’une part, que A n’a rien dit de tel que p, d’autre part que le L ne prétend nullement que A ait dit quoi que ce soit d’équivalent p, ce qu’il ferait nécessairement en utilisant un Vdire à un temps de l’indicatif passé ou présent. Si selon A convient mieux qu’un Vdire dans (77), c’est sans doute parce que, en indexant un énoncé par selon A, le L ne prétend pas automatiquement faire le rapport d’un acte illocutoire de A. Et que l’emploi de selon A, p ne garantit donc pas l’existence d’un discours de A au sujet de ce dont il est question dans p, en tout cas, pas d’un discours verbalisé de A.

Deuxième cas. Si l’on prend un énoncé comme (79) :

(79) La situation était la même, selon John Scheid et M. Linder dans la Rome païenne.

dans lequel l’expression anaphorique la même renvoie à la situation religieuse de la Grèce antique, on s’attend à trouver dans le discours de A (Scheidt et Linder) une énonciation quelconque au sujet de l’identité des situations grecques et romaine que le L de (79) peut prétendre rapporter au moyen de 0. L’extrait (long) dont est tiré (79) –seconde occurrence de selon dans ce texte –déçoit cette attente :

(80) En quoi les mythes grecs et romains sont-ils sacrés si, comme l’affirme Jean-Pierre Vernant, il n’y avait pas de tradition religieuse, pas de dogme, pas de credo, pas de théologie, pas de textes sacrés ? A défaut d’attitude mentale, la croyance, chez les Grecs, recouvre selon lui un ensemble de pratiques : celle de la participation aux rituels sociaux, celle de la dévotion aux idoles, et celle de la poésie homérique. « Croire, c’est accomplir un certain nombre d’actes [...] ». La croyance dans les dieux n’est donc pas séparable du culte ni des valeurs symboliques, sociales et même civiques sur lesquelles elles s’appuient.
La situation était la même, selon John Scheid et M. Linder dans la Rome païenne. « La croyance romaine, écrivent-ils, était avant tout un acte. C’était un savoir faire et non un savoir-penser. [...] On peut dire que chez les Romains, croire c’était faire, c’était exécuter correctement les obligations culturelles, ni plus ni moins. A Rome, le dogmatisme se limitait, à première vue, aux actes. » [...]. La religion romaine se souciait d’ailleurs [...] (N. Journet, Sciences Humaines, Août-Septembre 1995, p.22).

76L’essentiel du propos du L consiste à affirmer l’identité des modes du croire en Grèce et à Rome. Ce qu’il fait dans le premier énoncé du second paragraphe introduit par un selon John Scheid et M. Linder, spécialistes d’histoire romaine. Or, la citation qui suit, extraite du discours de A, montre nettement que ces auteurs n’ont pas tenu de propos assertant, d’une façon ou d’une autre, l’identité des situations grecque et romaine. Ce contenu est construit par le L sur la base de propos tenus par A au sujet de Rome, propos qu’il met en relation avec ceux que J.-P. Vernant tient, lui, au sujet de la Grèce. Dans un tel cas, le discours, cité, de A n’est que le point de départ, l’origine d’une « déduction implicative » que fait le L : de ce que A dit, à propos de Rome, des choses fort semblables à ce que B (J.-P. Vernant) dit de la Grèce, le L déduit et pose une identité des situations. Bref, le discours de A légitime une proposition p que construit le L.

77On peut observer que la substitution par un Vdire convient mal :

(81) John Scheid et M. Linder disent que la situation était la même dans la Rome païenne. « La croyance romaine, écrivent-ils, était avant tout un acte. C’était un savoir faire et non un savoir-penser. [...].

  • 31  Même avec les « expansions de dire » (Authier, 1978 : 67 ). On n’aurait pas dans (80) : La situati (...)

78Le verbe dire – et plus encore le verbe expliquer – « supporte » difficilement que la citation d’étayage ne comporte pas, d’une façon ou d’une autre, l’affirmation, par A, de l’identité des modes du croire à Rome et en Grèce. Un Vdire convient mal parce qu’il n’existe pas dans le discours de A une proposition équivalente à p. Il ne va que sous des formes comme J.S. et Linder diraient sans doute que…, moyen d’indiquer l’inexistence dans le discours de A d’une assertion équivalente à p. Il suffit à l’emploi de selon A que le contenu propositionnel de p puisse être inféré des propos de A31 et cela, sans que le L ait à signaler l’inférence, car ce qui compte ce n’est pas tant, dans cette situation, ce qu’a dit A, que ce que le L peut dire à partir de propos de A.

Troisième cas. Il est illustré par cet énoncé construit :

(82) Figure-toi que selon Epicure, tu es heureux.

  • 32  On est très près d’un cas d’optimisation que traite G. Fauconnier (1984 : 138) qui utilise la noti (...)

79Si (82) est prononcé en 2002, et si le Np Epicure réfère bien au philosophe que l’on sait, il y a peu de chance que l’on puisse justifier l’emploi de selon A par l’existence d’une énonciation quelconque de A au sujet du référent désigné par toi. Mais on comprend bien ce que fait le L. Se fondant sur la connaissance qu’il a de la théorie d’Epicure concernant le bonheur, il l’applique au cas particulier de son interlocuteur. L’énoncé p n’est rien d’autre qu’une actualisation, qu’un transfert,à un référent particulier de la conception du bonheur propre au philosophe32. Il y a certes une énonciation de A, et verbalisée, mais il est difficile de considérer que A a, d’une façon ou d’une autre, asserté quoi que au sujet du référent que désigne le pronom tu.

80Il est, là encore, difficile d’employer A dit que sans mensonge, seul un conditionnel est possible :

(83) Que tu le veuilles ou non, Epicure *dit / [OK] dirait que tu es heureux.

et l’est parce qu’il indique l’inexistenced’une assertion de A équivalente à p. Dans (83), en effet, le conditionnel n’est pas celui du rapport prudent de propos que l’on a dans (84) :

(84) Pierre dirait à qui veut l’entendre que Marie est malade.

et qui équivaut à peu près à il paraît que Pierre dit … . Le conditionnel de (83) est « lié » à une condition sous-entendue, facilement récupérable, du genre s’il pouvait parler. Bien entendu, si l’on modifie (83) comme suit :

(85) Figure-toi que selon Jeanne, tu es heureux.

  • 33  Comme on le voit entrent dans l'interprétation de ce que fait le L de selon A, p, et au bout du co (...)

il y a bien des chances que l’on comprenne que le L effectue l’acte de rapporter du discours de A, quelle que soit l’énonciation effectivement produite par A. Et il est à peu près certain que le L aura bien eu l’intention de rapporter du discours au sens le plus traditionnel du terme, c’est-à-dire d’accomplir l’acte consistant à faire savoir ce que dit quelqu’un d’autre…. à moins que Jeanne ne soit connue des participants à la communication, pour avoir sa propre conception du bonheur33.

81Ce qui caractérise (76), (80) et (82), c’est que le référent du sujet de p (le mot morne, la situation à Rome, l’individu désigné par tu) est l’objet d’une prédication dont A n’est pas présenté comme le responsable ; tout ce que signale selon, c’est que p est, d’une façon ou d’une autre, en relation avec A (et, si l’on veut, que A est à l’origine de p) : que ce soit avec un acte de A, comme en (76), ou avec des dires de A qui ne peuvent en aucun cas être considérés comme la paraphrase logico-sémantique de p –alors que l’emploi des Vdire suppose la permanence du référent du sujet de la relation prédicative de p. Les cas où selon A est l’équivalent d’un discours rapporté à partir d’une énonciation quelconque ne sont qu’un cas de figure parmi ceux où selon A, tout en s’opposant à des emplois du type de (2), (3) ou (4), participe d’une grande interprétation. « L’air de famille » de tout ces énoncés étant que p a pour origine, pour point de départ, A, que p vienne plus précisément d’un emprunt au discours d’autrui, d’une inférence ou d’une application.

3. Cohésion, thématisation (topicalisation)

82La difficulté à substituer un Vdire à selon A dans (76) a été expliquée ci-dessus par l’absence dans le discours de A d’une assertion équivalente à p. Cet argument, non négligeable, n’est pas suffisant. En effet, pour signifier que le contenu de p n’est pas un rapport de propos de A, on peut envisager de mettre ces verbes au conditionnel – à valeur de « discours imaginé »ou d’utiliser des verbes d’attitude propositionnelle :

(86) – Blas. Représentation de la morne des chevaliers.
– S’est dit, expliquerait / dirait Mercier, pour MORGUE, lieu où l’on expose les cadavres inconnus : C’est à la MORNE que l’on aperçoit les nombreuses et déplorables victimes des travaux publics. (Mercier.) Ce mot paraît douteux.

(87) S’est dit, estime Mercier, / S’est dit, pensait / pense Mercier pour MORGUE : C’est à la MORNE que l’on aperçoit […]. (Mercier) Ce mot paraît douteux.

(88) Mercier pensait que le mot pouvait se dire pour MORGUE [….]

83Si l’emploi de ces formes rend mieux compte de ce que fait et de ce que veut dire le L, il n’est pas satisfaisant, considéré du point de vue de l’article dans sa totalité. Le recours aux verbes crée une incongruité, une sorte d’incohérence : le lecteur se demande pourquoi, tout à coup, on lui parle d’un dénommé Mercier. En clair, ces verbes modifient l’organisation informationnelle de l’extrait : le référent du SN régi (Mercier) paraît être un nouveau thème de discours. Cela est lié au statut informatif des sujets des verbes ; ils sont en effet très souvent topiques dans leur phrase. Sujet, le référent A (Mercier) devient topique de sa phrase, et, référent en première mention, il est interprété comme nouveau thème du discours, statut quelque peu incongru dans un article lexicographique dont le thème est le mot vedette. Si le recours aux verbes (Vdire ou verbes d’attitude propositionnelle) est interprété comme le signe d’un changement de thème discursif, l’emploi de selon n’est pas interprété ainsi. Au contraire, bien qu’associé à un SN introduisant un nouveau référent, il a plutôt comme fonction d’assurer l’enchaînement, la continuité thématique du discours (en minimisant, au passage, la nouveauté du référent en première mention). Caractéristique qui apparaît bien dans le contraste suivant :

(89) Grave incendie au Tribunal de Rennes. Selon les pompiers, deux ailes du bâtiment sont parties en fumée. Manifestation d’agriculteurs à St Brieuc […]

(90) Grave incendie au Tribunal de Rennes. ?? Les pompiers disent que deux ailes du bâtiment sont parties en fumée. Manifestation d’agriculteurs à St Brieuc […]

84Dans (90), A dit que convient mal. Pourtant, il se substitue à un selon A dont on peut affirmer, cette fois, qu’il équivaut bien à un rapport de propos.

85Dans l’un et l’autre cas, la seconde phrase est utilisée pour étayer le jugement posé par le L au moyen de « grave » dans le segment précèdent et au total, pour former avec celui-ci une seule unité de discours, unité thématique organisée autour du thème de l’incendie et de sa gravité. Mais force est de constater que linguistiquement, c’est selon qui est le plus approprié à garantir la continuité thématique du discours, l’enchaînement de p sur le « titre-annonce » – le Vdire, comme dans (90), dotant le SN les pompiers du statut informationnel de topic. Bref, le contraste (89)-(90), nous paraît propre à étayer cette idée que selon A pourrait bien avoir comme rôle de marquer l’enchaînement, la continuité thématique du discours.

  • 34  Sur pour , voir P. Cadiot (1991).

86On observera encore que cette capacité de selon A à garantir la continuité caractérise le tour. En effet, des tours prépositionnels sémantiquement proches créent, eux, dans le même type de cotexte, un effet de rupture, et d’introduction d’un nouveau référent de discours. C’est le cas de pour A34 :  

(91)  ? Grave incendie au Tribunal de Rennes. Pour les pompiers, deux ailes du bâtiment sont parties en fumée. Manifestation d’agriculteurs à St Brieuc [..]

87Son emploi produit le sentiment d’un coq à l’âne : alors que l’emploi de pour est interprété comme un moyen de changer de thème discursif, selon A permet bien, au contraire, d’enchaîner – ce qui n’est pas la spécificité, non plus, des Vdire.

IV. Conclusion

88Les observations faites ici n’ont pas la prétention de contester la description proposée par M. Charolles. Au contraire. Si nous proposons une (bien) légère modification à la description qu’il donne, c’est pour une raison très simple : pouvoir, dans le cadre de sa description, « expliquer » des énoncés aussi courants que :

(92) Selon l’autopsie, la mort remonte à 48 heures.

89La description proposée contraint, nous semble-t-il, à décrire (92) comme suit. En énonçant (92) le L se présente comme mentionnant (donc rapportant et ne prenant pas à sa charge) l’acte illocutoire d’un individu différent de lui, en l’occurrence, l’individu qui a pratiqué l’autopsie (le médecin légiste). Cette analyse, indiscutable quand on considère que (92) est énoncé par des individus différents du médecin légiste, par un journaliste, par exemple, paraît plus difficile à tenir si (92) est énoncé (au cours d’une interview) par le légiste qui a pratiqué l’autopsie. Dans ce cas-là, nous voyons mal comment appliquer à (92) la description de M. Charolles, sans lui faire subir d’entorse. Quel est, en effet, l’individu différent du légiste et à quel acte illocutoire de cet individu, notre légiste pourrait-il bien faire référence ? On peut évidemment considérer qu’en énonçant (92) le légiste mentionne un discours intérieur, non verbalisé, qu’il aurait tenu pendant son activité. Mais, outre le fait que l’acte illocutoire mentionné ne serait plus celui d’un individu différent de lui, cette solution risque fort de constituer encore une entorse à la description de M. Charolles, puisque les rapports en selon A supposent un discours « verbalisé » (vs un discours intérieur).

90On pourrait sans doute régler la question en estimant que (92) n’a rien à voir avec (1) ; ce n’est pas la position de M. Charolles, ni la nôtre. Il y a bien, relativement à d’autres emplois de selon A (cf. ci-dessous), un certain air de famille entre (92) et (1). Il nous a donc semblé plus simple d’essayer de voir s’il n’existerait pas une façon, un tout petit peu différente, de décrire les selon illustrés par (92) qui poserait moins de problèmes pour justifier « l’air de famille » qu’intuitivement on perçoit entre (1) et (92).

  • 35  Si l'on pratique une autopsie c'est souvent pour accéder à des « savoirs » non directement accessi (...)
  • 36  et pas même ce que dans les théories de l'évidentialité on appelle mode d'accès. En effet, le fait (...)

91Or, dans (92), le L, qu’il soit légiste ou non, signifie d’abord que dans une situation où la connaissance des faits dénotés par p n’a rien de simple35, on a obtenu (« on » et pas nécessairement lui) « l’information » verbalisée en p, par l’intermédiaire, par la médiation d’une activité à laquelle réfère le SN régi. Bref, le L de (92) donne pour origine au contenu de p la pratique de l’autopsie (et non les premiers éléments de l’enquête ou le témoignage des voisins). Ensuite, et suivant les cas, entre autres, suivant l’identité du L, on pourra éventuellement voir dans (92) l’équivalent d’un rapport de discours (ce qui se produit, par exemple, quand (92) est énoncé dans un article de journal). Selon présente donc le SN régi de (92) comme une origine, un point de départ qui a permis d’élaborer p36.

92Et plutôt que de proposer deux descriptions, l’une s’appliquant aux énoncés avec nom d’humain – description par le discours rapporté – l’autre, aux selon suivis de noms ne désignant pas un humain – description par l’origine, le point de départ, position schizophrénique qui de toutes façon n’expliquerait pas les deux interprétations possibles de (92), il nous semble possible, entre autres par une comparaison avec les Vdire, de proposer une modification à la description que donne M. Charolles des selon suivis d’un nom d’humain : quand il emploie un selon suivi d’un SN désignant un humain, le L signale d’abord que le référent de ce SN – que l’on peut voir sous bien des facettes et pas seulement comme agent d’une relation actancielle A DIRE, est, d’une façon ou d’une autre, pour ce L, l’origine – ce qui ne veut pas dire la source – du contenu propositionnel de p. Cette « grande » interprétation origine, se déclinant, ensuite, en fonction et du contexte et du cotexte, en inférence, transfert, ou rapport de discours.

93Une description précise des cotextes et contextes imposant telle ou telle des nuances possibles reste à faire.

Haut de page

Bibliographie

AUSTIN, J.L., 1970 : Quand dire c’est faire, Paris, Seuil.

AUTHIER, J., 1978 : « Les formes du discours rapporté. Remarques syntaxiques et sémantiques à partir des traitements proposés », DRLAV, 17, 1-87.

BANFIELD, A., 1973 : « Le style narratif et la grammaire des discours direct et indirect », Change, 16-17, 188-226.

BAUTIER, R. 1977, »Notes sur l’oral et la véridiction », Pratiques, 17, 53-55.

CADIOT, P., 1991 : De la grammaire à la cognition : la préposition pour, Paris, CNRS.

CHAROLLES, M., 1976, « Exercices sur les verbes de communication », Pratiques, 9, 83-107.

CHAROLLES, M., 1987 : « Spécificité et portée des prises en charge en Selon A », Revue Européenne des sciences sociales, tome XXV, 77, 243-269.

CHAROLLES, M., 1997 : « L’encadrement du discours. Univers, champs, domaines et espaces », Cahiers de Recherche Linguistique de l’URA 1035, 6.

COLTIER, D., 2000 : Analyse sémantique de selon. Quelques propositions. Thèse soutenue à l’Université de Nancy 2.

COMBETTES, B., 1989 : « Discours rapporté et énonciation : trois approches différentes », Pratiques, 64, 111-122.

DUCROT, O., 1984 : Le dire et le dit, Paris, Minuit.

FAUCONNIER, G., 1984 : Espaces mentaux. Aspects de la construction du sens dans les langues naturelles, Paris, Minuit.

GENETTE, G., 1972 : Figures III, Paris, Seuil.

GUENTCHEVA, Z., 1994 : « Manifestations de la catégorie du médiatif dans les temps du français », Langue française, 102, 8-23.

LE GOFFIC, P., 1993 : Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette.

MARQUE-PUCHEU, 1999 : « Source, inférence et position du locuteur dans les énoncés comportant selon », Revue de sémantique et Pragmatique, 6.

MARTIN, R., 1976 : Inférence, antonymie et paraphrase. Eléments pour une théorie sémantique, Paris, Klincksieck.

MARTIN, R., 1983 : Pour une logique du sens, Paris, PUF.

MARTIN, R., 1987 : Langage et croyance : les « univers de croyance » dans la théorie sémantique, Bruxelles, Pierre Mardaga.

PRINCE, G., 1978 : « Le discours attributif et le récit », Poétique, 35, 305-313.

ROSIER, L., 1999 : Le discours rapporté : histoire, théories, pratiques, Paris, De Boeck-Duculot.

SEARLE, J., 1972 : Les actes de langage : essai de philosophie du langage, Paris, Hermann.

SEARLE, J., 1985 : L’intentionnalité : essai de philosophie des états mentaux, Paris, Minuit.

SEARLE, J., 1988 : Les actes de langage : essai de philosophie du langage, Paris, Hermann.

FERSEN, TH.,  Irène, Disc, (livret, 1999 : 4)

GUYON, C,  Diderot par lui-même, coll. Ecrivains de toujours, Seuil, Paris.

JOURNET, N, Sciences Humaines, Août-Septembre 1995.

LAROUSSE, P. Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, XI, Première partie MEMN. – MYZO.

PEREZ-REVERTE, A, Le tableau du maître flamand, Le livre de poche, J.-C. Lattès (traduction française), 1993.

Haut de page

Notes

*  Je remercie P. Dendale et D. Leeman pour leur confiance. Ils ne sont, bien sûr, pas responsables de mes erreurs.

1  A la suite de Charolles 1987.

2  Charolles 1997 classe ces SNprép dans les cadres de véridiction (d'un type différent de ceux qu'ouvre selon A).

3  Dans les citations, les gras sont les nôtres, ainsi que les numéros des exemples. Les italiques sont de l'auteur.

4  Nos gras.Ces ambiguïtés concernent « la modalité d'incertitude » et les rapports opaques.

5  Ces propos de M. Charolles évitent toute équivoque sur le sens de : « Dans les cas les plus courants où A est différent de je” […] » figurant dans la citation qui précède. Ce passage semble en effet prêter à confusion sorti de son contexte. Dans les cas les plus fréquents n'est pas une modalisation. M. Charolles établit bien une distinction entre, d'un côté selon moi et, de l'autre, les cas (nommés « les cas les plus fréquents ») où selon régit un élément de troisième personne, Np, Nc ou pronom. Bref, l'auteur n'établit pas de sous-catégorie à l'intérieur de l'ensemble des « cas où A est différent de je” ».

6  L'auteur renvoie pour ces notions de « rhétique [ment] » et de « phatique[ment] » à J. L. Austin, 1970.

7  Cette possibilité caractérise selon et l'oppose à pour.On n’aurait pas : * Pour mon thème astral, je ne devrais pas avoir de succès professionnel ce mois-ci.

8  La comparaison avec d'après entérine l'idée que le tour selon A est assimilé à un rapport de propos. On lit, en effet : « D'après A est plus proche de selon A que ne l'est pour A », mais les deux tours ne sont « pas des synonymes parfaits […] d'après semble indiquer un compte rendu plus interprété que selon. Celui qui rapporte des propos à l'aide de d'après ne prétendrait pas les suivre d'aussi près que celui qui les expose à la suite d'un selon. (1987 : 255).

9  Au sens que R. Martin (1976) donne à ce terme.

10  Pour R. Martin (1983 : 94), l’existence d’un acte d'énonciation antérieur n'est pas requise pour l’emploi du DD. Il affirme : « Impossible de décrire le DD par la notion de littéralité. Trop de faits s'y opposent ». […] ». Les faits invoqués sont les suivants : utilisation  du DD dans un contexte futur : Tu lui diras : «  ..... », hypothétique : S'il te dit : « ... », réponds que « ... » ; négatif : Il n’a pas dit : « … », mais… ; il s’utilise encore avec une valeur allusive : Tantôt tu dis : « fais ceci »”, tantôt tu dis : « fais cela » ou avec un sujet collectif (discours imaginaire) : Les Américains raisonnent ainsi : « … ». En ce qui concerne les premier et second faits, le rejet de la littéralité trouve son fondement dans l'inexistence d'un discours antérieur : « Ces paroles n'ont jamais été dites »  et précise l'auteur « l’idée de littéralité n’a aucun fondement ». Les faits répertoriés pour le DD peuvent être étendus au DI (Tu lui diras que…, etc.).

11  Tests empruntés à Banfield, A : 1973.

12  M. Charolles ajoute que « le L […] prend cette fois-ci en charge l’acte de langage indiqué dans p ». Cela peut se discuter : en effet, en énonçant (20), le L n’interroge pas nécessairement pour avoir une réponse à la question p – il peut parfaitement avoir déjà une réponse –  mais pour connaître le point de vue de Max; il est par contre indiscutable que la question n’est pas celle de Max.

13  Expression empruntée à R. Martin, (1983 : 94).

14  Par exemple, Le Goffic (1993 : 496-497).

15  Voir L. Rosier (1999 : 257-262) qui rappelle que « L’incise est classiquement caractéristique du discours direct […] » mais soutient, exemples attestés à l’appui, que les incises peuvent se trouver au DI.

16  Notons un type d’exception : « Bousquet, selon les nazis, “se déclare, en 1942, prêt à faire arrêter sur l’ensemble du territoire français et au cours d’une action unifiée le nombre de juifs ressortissants étrangers que nous voudrons.” » Le Monde : 21.10.1994.

17  Exemple construit d’après un exemple de Charolles (1987 : 261) : « Selon Camus, la vie est absurde […] ».

18  Martin (1983 : 37) : « L’univers de discours est l’ensemble des circonstances […] dans lesquelles la proposition peut être dite vraie. »

19  Terminologie empruntée à Bautier, R. 1977.

20  Seules échappent logiquement à cette impossibilité les informations concernant A, en tant que L. Sont possibles des informations données sous formes d’apposition : Selon Pierre, arrivé sur les lieux dans les cinq minutes, l’homme à la casquette bleue […]. Encore ces précisions sont-elles, quand selon A, p a une valeur testimoniale, soumises à conditions. Elles doivent, d’une façon ou d’une autre, être en relation avec le contenu de p : Si l’on a bien (a) Selon le Professeur Dupont, spécialiste du cancer du sein, une majorité de femmes ne se fait pas suivre régulièrement, (b) Selon le Professeur Dupont, spécialiste de linguistique diachronique, une majorité de femmes ne se fait pas suivre régulièrement  est plus surprenant.

21  G. Prince, (1978 : 305-313) .

22  Sur ces verbes, voir M. Charolles, 1976.

23   Seule est acceptable avec selon A une formulation comme Selon lui, je cite : « Jeanne est une idiote » qui spécifie l’acte effectué par le L. Mais l’enchaînement de cette réplique à la question de L1 demeure peu approprié;  il est, en tout cas, moins naturel qu’un Vdire.

24  Leur utilisation, toujours possible, relèverait nécessairement de sous-entendus ironiques (stigmatisation, peut-être, d’un emploi abusif de l’exemple par le professeur en question).

25  O. Ducrot, 1984.

26  Sauf si d'ailleurs A le dit introduit un complément pour dire : Paul dit que Marie est une idiote. D'ailleurs, il le dit, depuis longtemps déjà. Mais le problème est évidemment différent.

27  Elle « passe », sans aucun doute, mieux dans : Paul estime / pense queJeanne est une idiote. D'ailleurs, il le dit. Ou dans : Pour Paul, Jeanne est une idiote. D'ailleurs, il le dit.

28  Et nuancée seulement, car bien sûr, toutes les occurrences de selon A n’admettent pas le second type d’enchaînement : il est – c’est peu dire – très étrange dans (a) et (b) et  plutôt inattendu dans (c), en tout cas lorsque l’énoncé est donné sans contexte : (a) ? ? Selon ma concierge, Pierre habite Paris. (Et) d’ailleurs, elle le dit.  (b) ? ? Selon Jeanne, Pierre est malade. (Et) d’ailleurs, elle le dit. (c) ? Selon R. Barre, J. Chirac est né en Corrèze. (Et) d’ailleurs, il le dit.

29  Un corpus établi à partir de textes journalistiques ne donne, nous semble-t-il, qu’une idée très limitée des possibilités d’emplois de selon A ; les discours philosophiques et religieux élargissent très sensiblement la palette.

30  J. Searle, 1985 : 227 distingue entre « rapport d’actes de langage » et « rapport de contenu de croyances ». Dans le rapport d’actes de langage, « le rapporteur répète la proposition exprimée par le locuteur [initial] », dans le rapport de contenu de croyances, il « exprime la proposition qui est le contenu représentatif de la croyance du croyant sans qu'il ait à répéter une expression quelconque de sa croyance, car le croyant peut très bien n'avoir jamais exprimé cette croyance. » (Les mises en italiques sont dans le texte).

31  Même avec les « expansions de dire » (Authier, 1978 : 67 ). On n’aurait pas dans (80) : La situation était la même, disent au fond / ensomme / en gros  John Scheid et M. Linder, dans la Rome païenne.

32  On est très près d’un cas d’optimisation que traite G. Fauconnier (1984 : 138) qui utilise la notion de transfert, à propos d'énoncés comme : Borg  pense que Judith peut apprendre à jouer au tennis en deux semaines.

33  Comme on le voit entrent dans l'interprétation de ce que fait le L de selon A, p, et au bout du compte, dans l'interprétation globale de l'énoncé, des questions de « type » de référence (référence à l'individu concret ou référence indirecte aux conception, théorie et autres idées qui sont « notoirement » associées à A.

34  Sur pour , voir P. Cadiot (1991).

35  Si l'on pratique une autopsie c'est souvent pour accéder à des « savoirs » non directement accessibles par l'expérience, parfois, plus simplement, pour vérifier ce que l'on subodore être la réalité.

36  et pas même ce que dans les théories de l'évidentialité on appelle mode d'accès. En effet, le fait de dire selon l'autopsie ne fournit pas d'indication sur mode d'accès à p : il est probable que p vienne d'un raisonnement à partir d'indices dans le cas de (92), mais dans Selon l'autopsie, la victime a été lacérée de vingt coups de couteau, une partie du contenu de p viendra de la perception visuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Coltier, « Selon et les verbes de dire : quelques éléments de comparaison », Linx, 46 | 2002, 81-101.

Référence électronique

Danielle Coltier, « Selon et les verbes de dire : quelques éléments de comparaison », Linx [En ligne], 46 | 2002, mis en ligne le 25 janvier 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://linx.revues.org/99 ; DOI : 10.4000/linx.99

Haut de page

Auteur

Danielle Coltier

Université de Metz

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org