Navigation – Plan du site
Analyse des structures linguistiques

Actif et moyen dans le verbe

Françoise Bader
p. 41-59

Résumés

Dans le verbe indo-européen, dont la catégorie la plus ancienne est la diathèse, le moyen est plus ancien que l'actif : une racine archaïque fournit une forme verbale fléchie, le moyen fondamental, à voix morphologique unique (degré zéro flexion moyenne) mais diathèses sémantiques diverses : statique et dynamique (interne / externe). Le moyen fondamental est la base de l'expansion des autres formes verbales : formes marquées sous le rapport de l'aspect (parfait) et du temps (présent, forme axiale de la conjugaison temporelle), à flexion d'origine moyenne, et obtenue par différenciation radicale (*-o-/zéro : parfait ; *-e- généralisé : présent) et par intégration au moyen d'affixes : actif, constitué par transfert du moyen (présents « thématiques » ; présents hittites en -hi), puis par acquisition de marques propres (alternance radicale *-e-/zéro ; flexion active). Il est donc nécessaire de partir de l'article d'E. Benveniste sur « Actif et Moyen dans le verbe » et de le modifier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Bader, « Actif et moyen dans le verbe », Linx, 9 | 1997, 41-59.

Référence électronique

Françoise Bader, « Actif et moyen dans le verbe », Linx [En ligne], 9 | 1997, mis en ligne le 03 juillet 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://linx.revues.org/966 ; DOI : 10.4000/linx.966

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org