Navigation – Plan du site

En quoi la dialectique synchronie-diachronie peut-elle contribuer à la définition de la comparabilité des catégories grammaticales interlangues ? Le cas de en et de y.

Gérard Reb
p. 255-268

Texte intégral

1A propos de en et de y, les grammaires parlent  de pronoms adverbiaux, d'adverbes pronominaux ou de pronoms tout court. Cet étiquetage essaie de concilier deux catégories grammaticales aussi dissemblables que le pronom et l'adverbe, la première étant liée à la catégorie sémantique de la personne, la seconde se caractérisant par la propriété morphologique de l'invariabilité ; en somme deux propriétés qui appartiennent à des plans radicalement différents.

2La question qui se pose alors est de savoir quelle unité profonde associe ces deux catégories grammaticales. Partant de la synchronie du français moderne, on peut ainsi s'interroger sur la nature et le fonctionnement des morphèmes en et y dans les exemples illustrés par (1)  et (2) :

(1)

Il en parle / il parle de ça

il en vient / il vient de là

il y va / il va là-bas

il y a été heureux / il a été heureux là

(2)

en vouloir à qqn

y voir clair

il y en a assez

il y va de sa réputation

3La série (1) présente un fonctionnement grammatical, dynamique, où les morphèmes en et y sont syntaxiquement  et sémantiquement des compléments anaphoriques. La série (2) offre un emploi lexicalisé, figé, où les morphèmes en et y ne sont pas ou plus analysables.

4Dans sa monographie  concernant « les pronoms adverbiaux en et y », J. Pinchon ne pose pas la problématique du rapport entre les deux séries d'occurrences, se contentant de relever les locutions formées avec en et y. Or, le corpus de la double série s'accroît encore si l'on se situe en diachronie, où le morphème en par exemple fonctionne abondamment avec les verbes de mouvement comme en (3) :

 (3)

si s'en entre en une chambre (Villehardouin, VI, §181)

levez s'en est li chapelains (Tristan, v 2549)

5Y-a-t-il un rapport entre le morphème en réalisé en (3) et le pronom adverbial réalisé dans les séries (1) et (2) ou s'agit-il de deux homonymes  grammaticaux ?

6Une explication unitaire de ce phénomène grammatical et lexical implique donc de définir la catégorie grammaticale du pronom et celle de l'adverbe selon une heuristique fondée sur la dialectique synchronie/diachronie. De plus, la question de ces rapports est également une question de linguistique générale,  dans la mesure où elle se pose aussi dans d'autres langues romanes (notamment en italien) comme l'illustrent (1') et (2') :

 (1')

ne parla / parla di cio

ne torna / viene da li

ci va / va li

ci pensa / pensa a cio

(2')

pensarci due volte, ‘y regarder à deux fois’

non potere farci niente, ‘ne rien y pouvoir’

esserci, ‘y être’

se ne intende di vini, ‘il s'y connaît en vins’

7La comparaison des langues romanes montre en effet que les morphèmes en  et y du français et leur corollaires  ne  et ci  italiens remontent à un même étymon latin inde et ibi ou hic.

8Ainsi, en ancien français, les premiers exemples se trouvent dans le Serment de Strasbourg :

(4)

si io returnar non l'int pois

‘au cas où je ne l'en pourrais détourner’

où la forme int est très proche de l'étymon latin inde. Dans le même texte, se trouve la forme iv, issue de ibi :

(5)

in nulla aidhua contra Ludhovig non li iv er

‘je ne lui serai en cela (iv) d'aucune aide contre Louis’

9Nous sommes donc en face de deux étymons latins hic et ibi, concurrents comme le note J.C.Pinchon (1972 : 14). Les romanistes (Meyer-Lübke, Wartburg) ont souligné que concernant le français, le passage de ibi à y n'est pas sans poser de problème phonétique. D'où la solution médiane adoptée par F.de la Chaussée (1977 : 322), selon laquelle les deux formes latines hic et ibi se sont rapidement confondues au bénéfice de la première.

10Le catalan (cf J. Pinchon, 1972 : 14) a développé l'étymon de hic sous la forme hi. L'italien a  réalisé quant à lui sans ambiguïté l'étymon de hic dans la forme ci.

11Reste donc à expliquer la relation entre les deux étymons.

12Dans la morphologie du latin, hic et ibi appartiennent au paradigme des adverbes de lieu et constituent un micro-système,  représenté en (6) :

 (6)

UBI

QUO

  QUA

UNDE

is

ibi

eo

ea

inde

hic

hic

huc

hac

hinc

iste

istic

istuc

istac

istinc

ille

illic

illuc

illac

illinc

13Ce micro-système est structuré

a) sur l'axe horizontal par les questions

Ubi qui exprime le lieu où l'on se trouve,

Quo  qui exprime le lieu vers lequel on se dirige,

Qua  qui exprime le lieu par où l'on passe,

Unde qui exprime le lieu d'où l'on vient,

14b) sur l'axe vertical par le pronom de la troisième personne is et les démonstratifs hic, iste, ille.

15L'économie du système induit donc une sémantique interne :

16Répondant à la question Ubi, les adverbes de lieu hic et ibi signifient d'une part la même valeur statique de lieu par opposition aux valeurs dynamiques des autres adverbes répondant aux autres questions, parmi  lesquelles se trouve inde, l'étymon de en qui signifie l'origine spatiale. D'autre part, hic et ibi signifient  des valeurs distinctes  liées au fait que  l'adverbe démonstratif hic se définit par sa  relation paradigmatique avec les autres adverbes démonstratifs istic et illic et en opposition à ibi, qui est isolé dans le système. Il en est de même pour inde, isolé en face des démonstratifs hinc, istinc, illinc. L'économie du système (6) établit ainsi une relation privilégiée entre ibi et inde.

17Selon Monteil (1970 : 238), la forme ibi, construite sur le thème du pronom anaphorique is, comporte la désinence indo-européenne   *-bhei / bhi / bi, caractéristique des pronoms personnels latins tibi/sibi, et attestée avec une valeur locative dans l'expression homérique  oresphi, «  dans les montagnes ». De même inde, formé sur le thème de is, comprend la particule de, qui s'apparente, comme le note Monteil (1970 : 239), à la préposition de, postposée dans la forme inde et marquant l'origine spatiale. Le système de la spatialité représenté en (6) est donc constitué de deux sous-systèmes opposant les morphèmes à base de is  et ceux liés aux démonstratifs hic, iste, ille.

18Monteil (1970 : 234) rappelle l'analyse standard des démonstratifs latins, selon laquelle « le démonstratif  situe dans l'espace l'objet montré selon que l'objet est proche du locuteur —hic-, loin de lui —ille-, ou à distance moyenne —iste-. » Et il la corrige : « L'assimilation de l'objet rapproché à un objet intéressant la première personne ; l'assimilation de l'objet éloigné à un objet du ressort de la troisième personne ne sont que des corollaires de la valeur localisante de ces pronoms. »

19Cette analyse est corroborée par P.de Carvalho (1991), illustrée par (7) :

(7a)

post istam defensionem meam (Cicéron, cité par P. de Carvalho, 1991 :227)

‘après cette stratégie que j'ai adoptée’

(7b)

atque hanc tuam gloriam iam ante auribus acceperam (Plaute, ibid)

‘et j'avais déjà entendu parler de cette gloire qui est la tienne’

(7c)

sacra illa tua (Cicéron, ibid)

‘ce rituel bien à toi’

20En (7a), le démonstratif iste ne peut être associé à la deuxième personne, car il serait incompatible avec l'adjectif meam, qui réfère à la première personne, de même  hanc en (7b) ne peut être associé à la première personne, car il serait incompatible avec l'adjectif tuam de la deuxième personne et en (7c), illa ne peut référer à un objet intéressant la troisième personne, du fait de la présence  de tua.    

21Le système représenté en (6) est donc un système réalisé morphologiquement dans deux séries de formes opposées associées à deux types de valeurs :

  • la première, construite sur le thème des démonstratifs, définis spatialement par rapport à l'énonciateur « ego »,

  • la seconde, construite sur le thème de is, propre à la troisième personne, c-à-d la non-personne,  selon Benveniste (1974), celle  qui est en-dehors des relations intersubjectives.

22Le système historique du latin structure ainsi l'espace en fonction de catégories sémantiques abstraites que Hagège (1982 : 100 sq) a ordonnées, dans la synchronie des langues vivantes, selon le schéma de l'égophore, illustré par (8) :

(8)

Egophore

(Hagège 1982 : 101)

chorophore

ostenseurs

anaphore

chronophore

exophore

extenseurs

endophore

cataphore

23On peut donc conclure que la dialectique diachronie/synchronie permet de valider, par induction, la notion de catégorie grammaticale interlangue proposée par G.Lazard (1997).

24Sémasiologiquement, les morphèmes hic/ibi qui sont à l'origine du y français et de ses corollaires dans d'autres langues romanes signifient la valeur interlangue du statique

(répondant à la question statique  prototypique   ubi) par opposition aux valeurs dynamiques

(répondant aux autres questions du système (6)).

25Or, comme le soulignent Ernout et Thomas (1984 : 112sq), l'opposition entre les questions ubi et quo n'a jamais été très tranchée dans toute l'histoire de la latinité, dès l'époque de Plaute, surtout pour les verbes de mouvement. On représentait

26- soit le déroulement du mouvement avec les prépositions in ou ad suivies de l'accusatif :

(9)

copias in unum locum coactas (César,  cité par Ernout et Thomas,1984 : 113)

‘des troupes concentrées en un seul point’

27- soit l'état résultant du mouvement avec la préposition in suivie de l'ablatif :

(10)

eam in lecto illae conlocarunt (Térence, ibid)

‘elles la placèrent sur son lit’

Et en latin tardif, l'adverbe ibi remplit le rôle de eo, à valeur dynamique :

 (11)

vadent ibi (Pétrone, ibid)

‘ ils y vont’

28De ce fait, le morphème du français y, qui procède de hic et de ibi, se charge des valeurs statique et dynamique qu'il combine, alors que reste inchangée la valeur de repérage  exophorique  ou endophorique.

29Dès lors, le système locatif représenté en (6) se restructure historiquement en fonction de cette double valeur, statique vs dynamique de y :

(12)

Si y est de valeur statique,

Alors il correspond au locatif ou à la préposition in suivie de l'ablatif ;

Si  y est de valeur dynamique,

Alors il s'oppose à en qui procède de inde.

30Les deux morphèmes sont en effet solidaires dans la signification du dynamisme et correspondent aux deux valeurs complémentaires d'origine (inde /en) et de but (hic/ibi/y). A ces deux valeurs sont associées d'une part les prépositions de, ex, ab suivies de l'ablatif et d'autre part les prépositions ad ou in suivies de l'accusatif. Le système (6) montre que ces deux valeurs oppositives sont reliées par la valeur du parcours représentée historiquement par les adverbes répondant à la question qua ou par le syntagme prépositionnel introduit par la préposition per suivie de l'accusatif. De ce fait, les trois valeurs dynamiques reliées représentent le continuum du système spatio-temporel chorophore et chronophore, propre aux structures des langues naturelles en synchronie comme l'a montré Hagège (1982 : 100sq) .

31Ainsi, pour le français, elles rendent compte de la représentation spatiale des procès dans l'histoire du français comme le montrent d'une part la productivité des verbes à préverbe en  dans l'ancienne langue tels que (3) pour signifier l'origine du procès et d'autre part les structures prédicatives du français classique tels que (13) :

(13)

Laissez-moi faire, je m'y en vais moi-même (Molière, Dom Juan, IV, 7),

où les morphèmes y et en signifient les deux limites du continuum du procès.

32La dialectique diachronie/synchronie permet ainsi de montrer que le schéma (6) du latin représente des valeurs locales abstraites réalisées tantôt par des adverbes, tantôt par des groupes  prépositionnels associés aux cas privilégiés de l'accusatif ou de l'ablatif. Adverbes et groupes prépositionnels sont donc équivalents à un niveau abstrait et sont donc deux réalisations  susceptibles de se substituer l'une à l'autre pour signifier les mêmes valeurs, comme l'illustre le paradigme (14) du latin où un adverbe spatio-temporel emprunté à (6) est équivalent au syntagme composé d'une préposition suivie d'un pronom à l'accusatif ou à l'ablatif de même thème que l'adverbe :

(14a)

audito nomine Numae patres Romani, quanquam  opes ad Sabinos  rege inde sumpto   videbantur (Tite Live, 1, 18, 5)
‘en entendant le nom de Numa, les Pères romains, bien que l'équilibre des forces semblât   pencher en faveur des Sabins si l'on prenait un roi parmi eux’
inde = ‘ex iis’

(14b)

praeterea conquirit ex agris quam plurumum potest domiti pecoris, eoque imponit cuisque modi  (Salluste, Jugurtha, 75,4)
‘de plus il réquisitionne dans la campagne le plus possible de bétail domestique et yplace des vases de toute sorte’
eo = ‘in id’

(14c)

Caesar commodissimum esse statuit omnibus equis gallis equitibus detractis eo legionarios milites legionis decimae imponere (Cesar, Guerre des Gaules, 1,42,5)
‘Cesar jugea que le plus pratique était, après avoir enlevé tous les chevaux aux cavaliers Gaulois, d'yfaire monter les légionnaires de la dixième légion’
eo = ‘in eos’

(14d)

huic ab adulescentia bella intestina caedes, rapinae, discordia civilis grata fuere, ibique juventutem suam exercuit (Salluste, De conjuratione Catilinae, C.4,2)
‘dès son adolescence, il trouva plaisir aux guerres intestines, aux massacres, aux pillages, aux désordres politiques et yprit part pendant sa jeunesse’
ibi = ‘in iis (rebus)’

(14e)

bellum a Vitellio coepit et initium illic fuit (Tacite, Histoire 2,47)
‘Vitellius a déclaré la guerre et c'est chez lui que s'est trouvée l'initiative de..’
illic = ‘in illo’

 (14f)

Nero solus erat, illuc cuncta vergere (Tacite, Annales, 1,3)
‘Néron était seul et c'est vers lui que tout convergeait’
illuc = ‘ad illum’

33Cette commutation  montre que les adverbes du système (6) peuvent également référer à la catégorie de la personne et réaliser la relation actancielle d'un verbe avec son objet. L'opposition actant vs circonstant est ainsi neutralisée, puisque les adverbes de (6) sont susceptibles de signifier des valeurs locales ET grammaticales correspondant toutes deux aux mêmes valeurs abstraites d'origine et de but, signifiées par les cas conceptuels associés dans le modèle de B.Pottier (1987 : 117) aux cas de la « zone d'avant » et ceux de la « zone d'après ».

34Ainsi peut-on rendre compte du fait que les morphèmes en et y du français qui procèdent des adverbes inde, ibi/hic du latin soient en tant qu'actant l'équivalent d'un complément d'objet indirect régi par la préposition de — marquant l'origine- et la préposition à -marquant le but-, mais aussi d'un complément d'objet direct comme dans les formes dialectales (15a et b) ou attribut, comme en (15c), dans la mesure où y renvoie à la valeur statique impliquée par hic.

(15a)

si vous y voulez pas, laissez-y.
je trouverai bien un autre client qui y achètera
. (Tuaillon 1983 : 368)

(15b)

j'y sais ; j'y veux  (Salmon 1995 : 157)

(15c)

on était tous malades ; mais ma femme, elle y était plus que tous les autres (Tuaillon,  ibid)

35L'équivalence à un niveau conceptuel abstrait des valeurs réalisées tantôt par les morphèmes adverbiaux clitiques comme en français ou en italien, tantôt par un groupe prépositionnel  comme en espagnol, illustré par (16), permet de rendre compte d'une part de l'unité à un niveau abstrait des valeurs interlangues dans les langues romanes et d'autre part du contraste de leur codage dans les formes de surface.

(16)

habla de el / de ella / de ello
‘il en parle’

36Outre le phénomène de grammaticalisation qui neutralise les relations circonstancielles et actancielles, l'équivalence entre les adverbes de lieu et les groupes prépositionnels introduits par une préposition suivie d'un pronom de même thème que l'adverbe montre que les deux modes de désignation de la référence, que sont l'exophore et l'endophore, sont équivalents au regard d'une catégorie sémantique commune à savoir : la saisie référentielle ou l'accessibilité à la référence.

37En effet, sémasiologiquement, la saisie référentielle n'est pas identique, selon qu'elle est réalisée par un adverbe ou par  un syntagme prépositionnel avec pronom :

38- l'adverbe, invariable morphologiquement, signifie que l'accès à la référence se fait dans l'espace selon le seul paramètre de la distance par rapport à un repère. Cette distance est différente selon que l'adverbe appartient à la série hic, istic ou illic du latin ; mais elle est neutralisée dans les formes romanes de type en et y. Cette accessibilité à la référence est indépendante de la catégorie grammaticale de la personne et du nombre, ce qui explique la disponibilité référentielle de en et de y, susceptibles de désigner un référent animé et non-animé  et donc de rendre compte en système de la différence référentielle entre le français classique illustré par (17) et le français moderne, caractérisé par la seule référence à une entité non-animée (cf. N.Ruwet (1990) pour une discussion de ce point) :

(17a)

Ils ont trompé le diable à force de s'y abandonner (Pascal, Provinciales)

(17b)

Le roi a toujours la goutte et en est au lit (Racine, Lettres)

39- le syntagme prépositionnel signifie l'accès à la référence selon la complémentarité de la préposition  et du pronom complément : la préposition signifie l'orientation dans l'espace entre une origine et un but ; le pronom complément désigne une entité visée non désignée par un nom, mais selon l'opposition des deux types de pronoms :

  • les pronoms hic, iste, ille désignent l'entité selon la distance par rapport à un repère exophorique et selon le genre masculin, féminin ou neutre,

  • le pronom is, ea, id désigne l'entité visée selon le genre mais sans mention de la distance par rapport à un repère.

40Or, la comparaison du codage de ces deux types de saisie référentielle opérée par l'italien et le français avec celui du latin, confrontée à la saisie référentielle de l'espagnol, qui réalise uniquement le codage par syntagme prépositionnel, montre que la saisie référentielle, qui transcende l'opposition des actants et des circonstants, est une catégorie interlangue, dont on peut postuler qu'elle se réalise à un niveau cognitif abstrait. A ce niveau, les deux types sémasiologiques d'accès à la référence, exprimés en structure de surface dans la distribution complémentaire de l'adverbe et du groupe prépositionnel, réalisent une seule et même opération qui consiste à « pointer » un objet, c'est-à-dire à indiquer l'endroit où se trouve l'élément recherché et l'information recherchée et donc à associer un lieu et une entité, représentés respectivement par les catégories grammaticales de l'adverbe et du pronom.  Le latin illustre explicitement le phénomène dans une  tournure telle que (18) :

(18)

istac judico (Plaute)
‘je vote de ton côté/ pour toi’

41Et ceci est également un phénomène de linguistique générale comme le souligne Lyons (1980 : 273) : « le déictique peut référer soit à une entité soit à un lieu. C'est cette ambivalence qui est à l'origine de la distinction syntaxique subséquente entre sa fonction pronominale et sa fonction adverbiale. »

  • 1 Nous retrouvons en ce point la problématique actuelle du démonstratif, présentée dans le n· 120 de (...)

42A ce niveau cognitif, se réalise l'unité profonde des langues naturelles et des langages artificiels informatiques grâce justement à la notion de « pointeur » propre aux langages de programmation Pascal, C ou C++ (cf. Aho et alii, 1991) et aussi grâce à la notion de « variable informatique », correspondant à la catégorie grammaticale du pronom démonstratif. En effet, le pronom démonstratif a la particularité de combiner la valeur de lieu et celle d'entité générique dans la saisie référentielle1. Nous rejoignons en ce point la théorie pronominale de J.E.Tyvaert, du pronom comme variable logique et celle de C.Blanche-Benveniste, théories qui accordent aux pronoms le statut de formes de base ou « protonominale » (J.E.Tyvaert 1989 : 381).

43Nous pouvons y ajouter le statut particulier du pronom démonstratif qui articule la fonction référentielle et la prédication, comme le montre historiquement l'évolution du système latin au système des langues romanes. En effet, la comparaison des démonstratifs latins avec les démonstratifs français en jeu respectivement dans le paradigme (14) et le paradigme (1) montre que la catégorie grammaticale primaire du pronom démonstratif a le statut de forme marquée par opposition aux morphèmes en et y, formes non-marquées :

  • marquée sémantiquement comme pointeur,

  • syntaxiquement comme occupant dans le syntagme prépositionnel une  position argumentale,

  • marqué dans la substance phonique comme forme tonique par opposition aux formes clitiques en/y.

44Cette évolution du latin au français montre que le changement concernant les morphèmes romans en et y  associe les plans sémantique, syntaxique et phonétique. En effet le système change dans la réalisation de la substance phonique, mais reste INVARIANT dans la signification des catégories interlangues prédicatives comme marqueur d'actant ou de circonstant ET référentielles comme pointeur exophorique et endophorique. Nous retrouvons ainsi la notion benvenistienne de « transformation conservante » (P.L.G.,1974 : 127).

45Pour ce qui est de la « transformation », nous faisons, à la suite de C.Marchello-Nizia (1995 : 184), l'hypothèse que le changement est d'ordre accentuel. En latin, en effet, les morphèmes inde et ibi ou hic étaient accentués, car « le latin avait un accent tonique de mot, et cet accent était distinctif. Cela, dans une certaine mesure, les autres langues romanes l'ont conservé. En français en revanche, il y a eu, et c'est l'un des changements importants qu'a subis cette langue, le passage d'une accentuation de mots à une accentuation de groupes de mots. » Ainsi, en perdant progressivement leur accent propre, les morphèmes latins étymons de en et de y se sont progressivement soudés au verbe, réalisant l'opération que Moignet (1965) appelle « inflexivité » à propos de la naissance des clitiques sujet du français, par opposition à la « transflexivité » qui est l'opération complémentaire à l'origine de la réalisation des pronoms toniques sujet en français sur le plan ontique.

46Nous arrivons donc à la conclusion que le même phénomène s'est réalisé dans la relation du verbe avec les morphèmes en/y codés comme clitiques par inflexivité et correspondant au groupe prépositionnel à pronom démonstratif ou adverbe de lieu toniques par transflexivité. Ce double phénomène, nous l'avons également observé dans la constitution des verbes réflexifs (Reb 1997, 1998). Cette symétrie est illustrée par le processus comparable de grammaticalisation et de lexicalisation qui touche les morphèmes en/ y et se ; grammaticalisation dans la construction de la rection (dans la priorité accordée à l'objet) et lexicalisation dans le figement de locutions verbales telles que (2) comparable au figement des verbes dits « intrinsèquement pronominaux », tels que s'évanouir, se marrer, se bidonner (dont le français parlé montre la productivité, cf. Reb 1995). Force est donc de constater que les morphèmes en, y et se participent d'un même phénomène invariant ou  « conservant », consistant à signifier « l'orientation du prédicat », selon une origine (la valeur de en) ou un but (la valeur de y) ou la neutralisation de l'orientation (la valeur de se). Or, selon C. Tchekhoff  (1978 : 43), la typologie des langues, opposant accusativité et ergativité, se définit sur le critère de l'orientation du prédicat.

47La dialectique diachronie/synchronie a en définitive permis de montrer que l'orientation du prédicat signifiée par les morphèmes en/y était une catégorie interlangue qui rend compte à un niveau abstrait d'une manière unitaire du fonctionnement grammatical  et lexical  des prédicats des langues romanes.

Haut de page

Bibliographie

Aho A., Sethi R., Ullman J. (1991), Compilateurs, principes, techniques et outils, Paris, InterEditions.

Benveniste, E. (1974), Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Blanche-Benveniste, C. et alii, (1984), Pronom et syntaxe, L'approche pronominale et son application au français, Paris, SELAF.

Blanche-Benveniste, C. (1990), Le français parlé, Etudes grammaticales, Paris, Ed. du CNRS.

Brunot F. et Bruneau C. Précis de grammaire historique de la langue française, Paris, Masson.

Buridant, C. (à paraître) La grammaire nouvelle de l'ancien français.

De Carvalho, P. (1991) »Deixis objective vs deixis subjective. Sur les substantifs démonstratifs du latin », Bulletin de la société linguistique de Paris, LXXXVI/1.

De La Chaussee, F. (1977) Initiation à la morphologie historique de l'ancien français, Paris, Klincksieck.

Ernout, A. et Thomas, F. (1984) Syntaxe latine, Paris, Klincksieck.

Geniusiene E. (1987) The typology of Reflexives, Berlin, New-York, Amsterdam, Mouton de Gruyten.

Hagege, C. (1982) La structure des langues, Paris, PUF.

Henry, A. (1968) « C'était il y a des lunes. Etude de syntaxe historique », Paris, Klincksieck.

Jensen, F. (1990) Old French and comparative Gallo-Romance syntax, Tübingen, Niemeyer.

Lazard, G. (1997)  « Grandeur et misère de la typologie », Conférence au XVIème Congrès International des Linguistes, Paris.

Lazard, G. (1994) L'actance, PUF, Paris.  

Lyons, J. (1980) Sémantique linguistique, Larousse, Paris.

Marchello-Nizia, C. (1995) L'évolution du français, Paris, Armand Colin.

Melander, J. (1921) « La locution française il y a. Essai de syntaxe historique », Studier I modern sprakvetenskap, VIII, 55-70.

Moignet, G. (1965) Le pronom personnel français. Essais de psycho-sémantique historique, Paris, Klincksieck.

Moignet, G. (1973) Grammaire de l'ancien français, Paris, Klincksieck.

Monteil, P. (1970) Eléments de phonétique et de morphologie du latin, Paris, Nathan.

Pinchon, J. (1972) Les pronoms adverbiaux en et y. Problèmes généraux de représentation pronominale, Genève, Droz.

Pottier, B. (1987) Théorie et analyse en linguistique, Paris, Hachette.

Reb, G. (1995) « Pour une grammaire des opérations », Scolia 4, Université des Sciences Humaines de Strasbourg.

Reb, G. (1997)  Prédicat réflexif et catégories grammaticales déictiques vs non-déictiques, XVIème Congrès International des Linguistes, Paris.

Reb, G. (1998) Diachronie / synchronie : l'élaboration du système prédicatif des verbes pronominaux selon un point de vue prospectif, Travaux de linguistique 36, Bruxelles, Duculot.

Riegel, M.et alii, (1994) Grammaire méthodique du français, Paris, P.U F.

Ruwet, N., (1990)  En et y : deux clitiques pronominaux anti-logophoriques, Paris, Larousse.

Salmon, G.L. (1995) Dictionnaire du français régional du Lyonnais, Paris, Editions Bonneton.

Tchekhoff, C., (1978) Aux fondements de la syntaxe, Paris, PUF.

Tuaillon, G. (1983) Les régionalismes du français parlé à Vourey, village dauphinois, Institut National de la Langue Française, Université des Langues et Lettres de Grenoble.

Tyvaert, J.E. (1989)  Révision du  statut du pronom et reconsidération conjointe des grammaires, Verbum XII 4, Presses Universitaires de Nancy.

Tyvaert, J.E. (1990)  Les contributions respectives de la syntaxe et de la logique à l'établissement des relations endophoriques, Recherches linguistiques XIV, Paris, Klincksieck.

Tyvaert, J.E. (1991) Le statut du pronom et le fonctionnement de la reprise pronominale, Anaphore et deixis 4, Université des Sciences Humaines de Strasbourg.

Wagner, R.L. et Pinchon, J. (1962) Grammaire du français classique et moderne, Paris, Hachette.

Wilmet, M . (1971)  Note sur l'évolution sémantique et syntaxique de il y a,  Travaux de linguistique et de littérature, IX, 1, pp.233-307.

Haut de page

Notes

1 Nous retrouvons en ce point la problématique actuelle du démonstratif, présentée dans le n· 120 de Langue Française, décembre 1998 : « Les démonstratifs : théories linguistiques et textes littéraires ». Se trouve notamment remise en question l'immédiateté de la donnée référentielle du démonstratif, qui aboutit au « paradoxe » décrit par M.N.Gary-Prieur (1998 : 13) :
(i)le démonstratif attire l'attention sur un objet identifié
(ii)le démonstratif ne suffit pas à identifier cet objet.
Notre analyse du démonstratif  montre que ce paradoxe procède de la limitation de l'étude du démonstratif à son fonctionnement dans un groupe nominal,  sans explorer les relations du pronom et de l'adjectif démonstratif dans une description commune — question que M.N.Gary-Prieur laisse sciemment en suspens (cf. la note 12) -. En effet, cette limitation  au seul groupe nominal démonstratif (GND) brouille l'analyse car interfèrent alors les propriétés du démonstratif et celles du nom . Or, la relation entre adverbe de lieu et groupe prépositionnel avec pronom démonstratif montre qu'il faut distinguer dans l'analyse du GND entre les instructions véhiculées par
-le démonstratif comme pointeur,
-le nom  comme identificateur d'une entité qui reçoit précisément un nom, élément d'une classe catégorisée lexicalement, opposé au pronom, morphème catégorisé grammaticalement.
En effet, le démonstratif, comme G.Kleiber (dans le même numéro) l'a bien montré, peut être élément d'un GND caractérisé par l'absence en contexte d'un référent dénommé. Dès lors la désignation de l'entité « pointée » par un nom dans un GND ou par un pronom porte une instruction interprétative : le nom d'un GND « présente quelque chose de nouveau » (cf. l'article de W. De Mulder, dans le même numéro : « Du sens des démonstratifs à la construction d'univers »). Cette analyse du démonstratif apporte en définitive une validation supplémentaire à la théorie pronominale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Reb, « En quoi la dialectique synchronie-diachronie peut-elle contribuer à la définition de la comparabilité des catégories grammaticales interlangues ? Le cas de en et de y. », Linx, 11 | 1999, 255-268.

Référence électronique

Gérard Reb, « En quoi la dialectique synchronie-diachronie peut-elle contribuer à la définition de la comparabilité des catégories grammaticales interlangues ? Le cas de en et de y. », Linx [En ligne], 11 | 1999, mis en ligne le 03 juillet 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://linx.revues.org/954 ; DOI : 10.4000/linx.954

Haut de page

Auteur

Gérard Reb

FLSH Mulhouse et SCOLIA Strasbourg II

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org