Navigation – Plan du site

Introduction

On ne peut pas me dire : « il faut le taire »1
Jean-Jacques Franckel et Claudine Normand
p. 7-12

Texte intégral

  • 1  J. Roubaud, Quelque chose noir (22).
  • 2 Le programme de recherche mené conjointement par des linguistes de Paris X et de l'Université de Sa (...)

1L'ndicible était le thème proposé pour ce numéro. Qu'il l'ait été par nous (les coordinateurs) ne signifie pas qu'il nous paraissait parfaitement clair. Nous en avons pris conscience dès qu'il fallut expliciter notre projet auprès de ceux qui étaient partie prenante dans le programme dont ce travail marque l'achèvement2. Il n'est pas exclu que nous ayons été séduits par un mot échappant au métalangage habituel, un défi en somme pour des linguistes, résolument tournés vers le dire, ses bases (la langue) et ses réalisations (énoncés, discours, textes). Du charme, si ce fut le cas, nous ne pouvons rien dire, mais nous pouvons, en linguistes, avancer quelques raisons de ce choix.

2D'abord le désir d'aller contre l'opinion courante, depuis les romantiques, chez beaucoup de ceux qui font métier d'écrire, selon laquelle la langue elle-même, fatiguée par l'usage, desséchée par l'abstraction, serait devenue inapte à dire l'essentiel, le sens caché des choses. Ce lieu commun qui nourrit la tradition du commentaire de texte a été habilement repris et réinterprété par R. Barthes, sans pour autant, selon nous, faire justice à la langue :

  • 3 Essais critiques (14.15), Paris, Seuil, 1983.

«On en revient une fois de plus à la dure loi de la communication humaine : l'originel n'est lui-même que la plus plate des langues, et c'est par excès de pauvreté et non de richesse , que nous parlons d'ineffable (...) On entend souvent dire que l'art a pour charge d'exprimer l'inexprimable : c'est le contraire qu'il faut dire (...) : toute la tâche de l'art est d'inexprimer l'exprimable, d'enlever à la langue du monde, qui est la pauvre et puissante langue des passions, une parole autre, une parole exacte.3

  • 4 ni l'éthique que Wittgenstein englobe dans ce qui ne relève que du vécu et du montré, affirmant que (...)

3Notre propos n'est pas l'écriture ni plus généralement l'esthétique4 et nous n'adopterons pas davantage cette supposition d'un sémioticien contemporain :

  • 5 Ra˘l Dorra, « le souffle et le sens », in Lire Greimas (201), dir. E. Landowski, Limoge, PULIM, 199 (...)

«Le sémioticien, je suppose, peut parler de l'élan, encore dicible, qui pousse à «dire l'indicible», élan qu'il décrira comme un oxymore, mais non de l'indicible en tant que tel.»5

4Nous posons que, de l'indicible, on peut essayer de parler en linguistes, la langue, ni pauvre ni riche, étant la première fabrique du sens.

5Remarquons d'abord que dans l'usage ordinaire l'indicible n'est pas l'ineffable, intuitivement senti plus radical, malgré la proximité sémantique. On peut préciser cette intuition par une première remarque linguistique : alors qu'on parle aussi bien d'un plaisir que d'un chagrin indicible, ineffable ne peut s'appliquer qu'au plaisir (*un chagrin ineffable). Les exemples de Littré le confirment : si les deux termes sont définis de façon équivalente (ce qu'on ne saurait dire, exprimer / ce qui ne peut être exprimé par des paroles) à l'indicible sont réservés la peine, les tourments, les horreurs, à l'ineffable la joie, les délices et les marques de l'amour divin.

6Les deux termes suivent le même schéma de dérivation, très productif, d'adjectifs dits à sens négatif, mais le fait que le champ d'application de l'un soit englobant par rapport à l'autre (Littré propose indiciblement heureux) incite à rechercher quelque différence sémantique non marquée dans les définitions de dictionnaires. Ineffable dont l'étymologie n'est pas directement sensible, est du côté de ce qu'on ne cherche pas à exprimer (à faire sortir de soi), la plénitude de l'expérience se suffisant à elle-même; il appartient au paradigme du bonheur musical, du plaisir du corps, de l'extase mystique; alors qu'indicible renvoie clairement au dire, en même temps qu'il l'écarte d'une négation. C'est sur ce refus qu'il faut revenir car les marqueurs linguistiques de la négation ne sont pas du même ordre qu'une négation logique.

7Sans entrer dans les subtilités rhétoriques de l'antiphrase ou de la litote qui sont de l'ordre du style , on rappelle que l'évaluation linguistique ne relève pas du choix binaire mais de la gradualité; la négation en est un cas limite : un enfant insupportable est plus ou moins difficile à supporter, un événement improbable a quelque chance de se produire tout de même, ne se distinguant du probable que par sa place plus éloignée par rapport à certain dans l'échelle d'évaluation subjective propre au locuteur.

8Indicible d'ailleurs se définit par rapport à dire plus qu'à dicible, terme purement métalinguistique, inconnu des dictionnaires d'usage et qui semble fabriqué pour les besoins de la symétrie. Ce terme négatif ne désigne pas , selon nous, l'impossibilité d'une formulation mais sa difficulté. Il renvoie à l'effort d'une énonciation jugée non adéquate, à ce qui est ressenti comme un travail, parfois un échec à dire. Car toute langue résiste au sujet qui cherche à parler adéquatement du monde, ou de la langue elle-même, un énoncé résiste à l'intercompréhension et un texte au déchiffrage, ou à la traduction. Pour autant les dire respectivement inadéquate, inintelligible ou ininterprétable, c'est simplement marquer qu'il y faut des efforts, que la réussite est inégale et qu'il arrive parfois qu'on renonce à formuler ce qui semble échapper aux mots. De là part toute la littérature mais aussi bien la réflexion des linguistes. L'indicible désigne ce secteur de l'énonciation où un sujet rencontre des obstacles à dire ce qu'il vise ou à comprendre ce qui lui est adressé; s'y affronter en linguiste c'est chercher à retrouver les potentialités de la langue qui sont à l'oeuvre dans le travail d'écrire et dans l'énonciation ordinaire, souvent sans qu'on en prenne conscience, cette plasticité formelle et sémantique que Humboldt appelait son energeia.

9Pour nous, l’indicible est partie intégrante de la pratique du linguiste dès lors qu’il s’occupe de sémantique, dans la mesure où l’objet d’étude se confond avec l’instrument d’étude, dans la mesure où la métalangue est dans la langue. Les conséquences omniprésentes et multiformes de ce phénomène peuvent s’appréhender à travers l’indicible en tant que constitutif même de l’approche du sens des mots, des phrases, du texte. Tenter d’en expliciter le sens passe nécessairement par une activité de reformulation qui, fondée sur les propriétés de foisonnement du langage entraîne nécessairement déformation et approximation. Dire autrement, avec d’autres mots, c’est nécessairement dire autre chose. Le sens est une activité, une activité qui toujours déplace et altère, crée le lieu d’une sorte de «trou noir». Le sens n’est pas le thème dont les différentes matérialisations, inscrites dans des rapports de synonymie ou de paraphrase seraient des variations. En fait, tout est variation. Et l'on n'étudie une forme comme variation d'une autre qu'en fixant provisoirement l'une comme pôle de référence de l'autre, le temps de stabiliser une comparaison qui se dissout aussitôt qu’une autre apparaît, propre à la mettre en lumière : c'est une articulation dont chaque élément est un pivot dont chaque variation devient thème tour à tour, un miroir qui n’existe que par les reflets indéfinis qu’il engendre.

10C’est ce point aveugle du sens que cernent ou que traquent, chacun à leur manière les différentes contributions, d’inspiration par ailleurs très variée, que l’on trouvera dans ce numéro, et dont ressort finalement un constat essentiel, dont la trivialité n’est qu’apparente : le langage ne dit jamais que ce qu’il dit, les textes et les phrases construisent du sens, et ce sens n’existe pas en dehors de ces textes et de ces phrases dans leur matérialité. En même temps, ce que disent ces textes et ces mots n’est pas, le plus souvent, de l’ordre d’une finitude et peut être sans cesse redéployé. C’est dans ce redéploiement, cette circulation que se fonde le sens, l’interprétation, la signification.

11Certaines des matérialités constitutives des textes peuvent elles-mêmes être appréhendées comme des formes de l’indicible. C’est ce que montre Véronique Dalhet en faisant apparaître que certains modes d’action de la ponctuation sur le référé, analysables comme un processus de non congruence, autorisent à les identifier comme une forme de l’indicible.

12L’article de Beth Brait traite la question du dicible et de l’indicible à travers les positions assumées par le sujet du discours dans différentes situations d’énonciation. A partir des concepts de Mikhail Bakhtine, se trouve menée une réflexion sur la diversité des positions discursives assumables par un sujet.

13Jean-Jacques Franckel aborde de front la question de l’indicible en cherchant à dégager ce qui est propre à fonder l’unité du verbe dire en français à travers la diversité de ses emplois et de ses constructions.

14Jacques Courcil s'intéresse à la littérature antillaise en tant que bilingue (français - créole) produite dans une langue double dont l'une est « muette » : elle s'écrit en français, le créole jouant le rôle de la muette. Le français créolisé et le créole français sont des exemples de «commotion de langues» dans un même sujet. A la fois douloureuse et muette, la diglossie créole est un cas particulièrement clair d'identification du sujet à sa langue, précisément parce que c'est une identification manquée. Le sujet parle français mais son identification est créole.

15Michèle Perret relève et commente des emplois de l'expression, relativement fréquente dans les textes médiévaux : le «sorplus» pour désigner « l’indicible étreinte » des amants qui ne relève plus du racontable.

16Claudine Normand fait apparaître un effet de sens propre à un des emplois de encore, qu'une sémantique liée à une problématique de la vérité laisse échapper : en s'inscrivant dans la continuité du présent, encore fait entendre en l'évitant le ne...plus qui en marque l'arrêt. L'auteur s'autorise de cette propriété pour appréhender encore comme un marqueur énonciatif.

17Cristina Casadei Pietraroia étudie les processus spécifiques de la construction du sens dans l'activité de lecture en langue étrangère. Celle-ci combine deux types de particularités : d'une part, celle de la compréhension de l'écrit en général, qui doit intégrer une série de variables et de paramètres qui lui sont propres, et d'autre part celle du traitement du sens à partir d'une langue étrangère.

18Tokiko Ishihara aborde ce qui pourrait bien constituer une forme d'indicible. En s'appuyant sur des exemples variés, elle montre que dans certains types de dire, on ne peut appliquer les transformations classiques en oeuvre lorsqu'on transpose du style direct au style indirect, et réciproquement. L'énonciateur qui transpose doit interpréter sur des modes spécifiques le dire du locuteur lorsque celui-ci se présente de quelque façon hors-norme, et mettre en oeuvre des règles complexes qui ne sont pas réductibles à une pure transposition syntaxique.

19D'autre part, deux articles s'intéressent à la question du temps et de l'aspect dans le discours.

20José Luiz Fiorin s'appuie sur les résultats des considérations devenues classiques d'Emile Benveniste à propos de l'opposition discours / récit pour conceptualiser une opposition entre système énonciatif et système énoncif, afin de rendre compte des trois moments structurellement remarquables dans la structuration d'un système temporel : le moment de l'énonciation, le moment de la référence et le moment de l'énoncé.

21Diana Luz Pessoa de Barros se situant dans une perspective plus précisément sémiotique met en évidence à partir de plusieurs exemples différentes sources de rupture de la linéarité temporelle des textes parlés (correction, répétition, insertion) selon des procédures qu'elle apparente à des organisations poétiques de l'expression

22Pedro Mascarello-Bish partant de l'éclairage que la sémantique cognitive parait propre à apporter à l'appréhension de l'indicible s'intéresse aux manifestations sensibles intériorisées du langage dans leur relation au références dites objectives et aux données perceptives sensorielles du sujet.

23   

24De la diversité de ces contributions se dégage l'objet que nous nous sommes finalement donné : analyser des exemples divers de ces obstacles à dire, définir, reformuler, interpréter, tous problèmes de construction du sens que la langue, dans son usage ordinaire, permet généralement de résoudre et dont la subtilité ne se révèle qu'à l'analyse.

25Bien d'autres approches de l'indicible auraient été possibles. N'a pas été abordée par exemple la question de l'inadéquation du langage pour expliquer la façon de faire un noeud, du tricot ou un pliage en papier. L'analyse de ces valeurs référentielles (qu'un dessin ou un geste parvient à représenter d'une façon beaucoup plus adéquate et immédiate) peut constituer un révélateur de propriétés fondamentales du langage.

  • 6 J. Lacan, Séminaire II, Seuil, p. 196-200
  • 7 C'est une des questions dont le colloque Linguistique et psychanalyse de Cerisy (septembre 1998) se (...)

26On a laissé également de côté l'indicible auquel se confronte le psychanalyste; aussi bien les séquences de «discours insensé - qui justement prennent de leur caractère insensé leur sens» lorsque dans le rêve elles tentent de structurer «le chaos imaginaire», «ce quelque chose d'à proprement parler innommable»6, que, dans le discours courant, les «trébuchements» du lexique et de la syntaxe, ou simplement, en contrepoint de toute intention, les effets de l'inconscient liés à la variabilité sémantique. De ce qui se produit là, le linguiste n'a rien à dire, c'est l'affirmation répétée de Lacan. Elle est peut-être excessive aujourd'hui, mais ce serait l'objet d'une réflexion sur la langue qui n'a pas été directement abordée ici7.

27Tel quel, cet ensemble, dans sa diversité un peu déconcertante montre que son titre un peu provocateur rencontrait bien des problèmes linguistiques. Défi relevé ?

Haut de page

Notes

1  J. Roubaud, Quelque chose noir (22).

2 Le programme de recherche mené conjointement par des linguistes de Paris X et de l'Université de Sao-Paulo (convention CAPES-COFECUB) a pour titre La construction du sens.

3 Essais critiques (14.15), Paris, Seuil, 1983.

4 ni l'éthique que Wittgenstein englobe dans ce qui ne relève que du vécu et du montré, affirmant que « Ce dont on ne peut parler il faut le taire ».(Tractatus logico-philosophicus, 7ème et dernière proposition).

5 Ra˘l Dorra, « le souffle et le sens », in Lire Greimas (201), dir. E. Landowski, Limoge, PULIM, 1997.

6 J. Lacan, Séminaire II, Seuil, p. 196-200

7 C'est une des questions dont le colloque Linguistique et psychanalyse de Cerisy (septembre 1998) se propose de débattre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Franckel et Claudine Normand, « Introduction », Linx, 10 | 1998, 7-12.

Référence électronique

Jean-Jacques Franckel et Claudine Normand, « Introduction », Linx [En ligne], 10 | 1998, mis en ligne le 03 juillet 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://linx.revues.org/948

Haut de page

Auteurs

Jean-Jacques Franckel

Articles du même auteur

Claudine Normand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org