Navigation – Plan du site

Les catégories et l’expression de la « possession », liaison avec le « genre » et le « nombre »

Mireille Piot
p. 217-234

Texte intégral

  • 1  De nombreuses thèses ont en effet été consacrées totalement ou partiellement au sujet, cf. e.g. Cr (...)
  • 2  Au terme de « possession » souvent contestable et contesté pour ces phénomènes, et que nous avons (...)
  • 3  Cf. le tableau 1 représentant l’éventail des langues considérées et leur répartition quant aux mar (...)

1Loin de prétendre à une typologie1 rendant compte de l’ensemble des phénomènes couverts par l’appellation de « possession »2, le but de cette étude est d’observer ceux des phénomènes en question qui présentent une corrélation éventuelle avec ces autres catégories qui leur sont fréquemment associées comme le « genre » et le « nombre ». En effet, l’observation systématique des phénomènes que nous avons choisi de mener dans une vingtaine de langues3 amène à considérer que la répartition de ces marques, ou leur absence, peut évoluer considérablement d’une langue à l’autre et à l’intérieur d’une même langue dans des situations différentes, allant jusqu’à la disparition de ces marques en certains cas ; ainsi, l’on ne peut faire abstraction de la corrélation entre « possession », « genre » et « nombre » si l’on s’intéresse au passage d’une langue à une autre à cause des disparités constatées. Une telle étude se révèle nécessaire à une description précise des phénomènes en jeu et aux applications qui pourraient en découler (notamment dans le cadre des industries de la langue).

  • 4  Par exemple, pour le latin et le français le datif possessif pronominal du type : est mihi liber / (...)

2Dans la mesure où nous observerons les liens entre ces différentes notions nous exclurons les cas de constructions à pronoms ou à clitiques datifs décrites comme «datifs possessifs »4 dans la mesure où ce type de pronoms ou d’affixes est non-marqué en genre dans les langues que nous avons considérées.

  • 5  Cf. e.g. sur le français Zribi-Hertz A.(à paraître)
  • 6  Parmi les langues que nous avons observées, tel est par exemple le cas du : latin, polonais, dioul (...)
  • 7  Là où justement le français diffère puisque l’on a deux formes différentes dans les exemples corre (...)

3Les constructions «possessives» auxquelles nous nous sommes limitée sont les constructions nominales génitives/datives ou leurs équivalents qui peuvent donner lieu dans un certain nombre de langues à la formation de morphèmes « possessifs » spécifiques, fonctionnant notamment comme déterminants. Nous avons cependant exclu de cette étude la prise en compte de morphèmes à fonction strictement pronominale, du type (le) mien, dans la mesure où cette spécificité est limitée à quelques rares langues (dont l’anglais et le français5), la plupart des langues6 n’opérant aucune distinction formelle entre forme fonctionnant comme déterminant ou comme pronom «possessif», seule la présence ou l’absence d’un substantif-tête permettant d’observer la différence de fonctions pour un même item, par exemple entre : Filia matrem suam amat / Filia suam amat7 où l’absence de matrem dans le second cas implique une fonction pro-nominale pour suam (versus déterminant pour le premier exemple).

4Notre choix de langues a été relativement arbitraire dans la mesure où nous nous sommes au départ appuyée sur les langues dont nous avions une connaissance personnelle tout en élargissant notre corpus à d’autres, décrites par des études linguistiques, qui présentent d’autres possibilités de constructions permettant ainsi de compléter l’éventail des possibilités d’expression de la « possession » de manière à être suffisamment représentatif. Cependant, il est certain que notre corpus comporte relativement peu de langues empruntant le procédé de simple juxtaposition (que nous décrirons en suivant : C) alors que ce procédé est souvent le seul utilisé pour un nombre non négligeable de langues à travers le monde ; mais pour notre propos ce procédé syntaxique se révèle de peu d’intérêt puisque la plupart de ces langues ne présentent aucune variation morphologique en « genre » ou en « nombre ».

1. Les marques de la « possession »

  • 8  Celui qui apparaît auprès des verbes par ailleurs en vue de la même désignation. Nous associons à (...)

5Dans les phénomènes que nous étudions sont mises ainsi en relation la construction génitivale standard : la maison de la femme et les séquences « possessives » du type : la maison de/à elle (non-observée en français) et sa maison qui correspondent aux deux schémas morpho-syntaxiques principaux où le N-tête de la construction « possessive » apparaît corrélé à la présence soit d’un morphème de « personne »8 (grammaticale, désignée par le symbole Pers) soit à un morphème spécifique (désigné désormais par le symbole Poss ).

  • 9  Le somali présente également une possibilité de structure similaire : macàllin - ka  bùug – giis - (...)

6A cet égard est remarquable le cas du nahuatl (l’une des langues de notre étude) qui fait apparaître comme unique moyen d’expression de la construction génitivale standard l’insertion d’un affixe « possessif » adjoint au substantif-tête9, e.g. :

In

i- kal

(in)

siwatl

/

in

siwatl

(in)

i – kal

Ddéf

Poss3-maison

(Ddéf)

femme

/

Ddéf

femme

(Ddéf)

Poss3 – maison

la maison de la femme = sa maison (à la femme)

7(l’ordre des groupes nominaux entre eux étant indifférent dans cette langue, quelle que soit leur fonction), en sorte que pour signifier la maison de la femme est réalisée une séquence du type de :

la sa–maison (la) femme ou la femme (la) sa-maison.

8Schématiquement, on peut considérer que la « possession » peut généralement s’exprimer par le biais de quatre types de relations entre le substantif-tête (« possesseur ») et le substantif « possédé » :

9A) l’emploi de constructions génitivales (affixales ou associées à un relateur : Rel) affectant le représentant du substantif « possédé » (Pers, ou Ddém : déterminant démonstratif) pour toutes les valeurs de 1 à 6, ou pour certaines valeurs seulement (par exemple : 3 et 6),

10B) l’emploi d’un morphème spécifique (associé ou non à un déterminant défini) que nous désignerons désormais comme Poss auprès du substantif-tête (pour toutes les valeurs ou seulement certaines d’entre elles),

11C) une simple juxtaposition au substantif-tête d’un morphème spécificateur (sans relateur ni affixe),

12D) la présence seule du substantif-tête (sans aucune adjonction de marques spécifiant la relation avec un « possédé »))

13Nous présentons d’abord un tableau correspondant à ce schéma général dans lequel sont réparties la vingtaine de langues étudiées dont la description des différentes constructions est exemplifiée et détaillée dans les lignes qui suivent.

Tableau des langues et répartition des marques de « possession »

Tableau des langues et répartition des marques de « possession »

14A - Nous avons scindé le premier cas, parmi les séquences «possessives», rassemblé sous la dénomination de constructions génitivales en deux sous-classes selon que la construction nominale comprend :

  • 10  Celui qui apparaît auprès des verbes, par ailleurs, en vue de la même désignation. Nous associons (...)

15soit 1) un affixe de « personne »10 (grammaticale) à cas datif / génitif ou (selon le type de langues : affixales ou non) avec présence d’un morphème de relation (désigné désormais par le terme de « relateur » ou le symbole Rel-), i.e. de structure Pers – (Gén- / Rel ) N-tête, correspondant par exemple à :

  • 11  Il s’agit du dioula véhiculaire, appartenant au groupe des langues mandingue, notamment parlé en C (...)

chinois :

wo

de

shu

dioula11 (aliénables) :

à

fani

Pers1

Rel

livre

Pers3

Rel

pagne

moi de livre

lui de pagne

‘mon livre’

‘son pagne’

turc :

(ben-im)

shapka

– m

(Pers1-gén)

chapeau

– Pers1

moi-gén

chapeau-moi

‘mon chapeau’

16Pour ces langues (auxquelles il faut adjoindre entre autres le grec moderne, le choctaw, etc.) cette construction se retrouve pour toutes les valeurs de 1 à 6 et il s’agit de langues où les substantifs sont généralement non - marqués en genre.

17Pour d’autres langues, cette construction n’existe que partiellement ; elle est par exemple limitée aux valeurs 4 (exclusive), 5 et 6 en quechua :

18soit 2) un anaphorique (désigné par Ddém) à cas datif/génitif correspondant à la structure Ddém (Gén/Dat) N-têtequi est limitée aux valeurs 3 et 6,

19pour certaines langues de manière générale, e.g. :

20Pour d’autres langues, lorsque Ddém est référent à une autre entité que le sujet de la phrase, e.g. :

21B – Le second cas, parmi les séquences « possessives », correspond à une construction où le substantif-tête (« possédé ») est corrélé à un mot ou morphème spécifique dénommé « possessif » (désigné désormais par le symbole Poss) accompagné ou non d’un déterminant, i.e. de structure : (Dét) Poss N–tête. Il s’agit généralement de langues dont les substantifs sont marqués en genre (à l’exception du nahuatl, de l’anglais et du géorgien dans celles que nous avons étudiées) et Poss est alors marqué en genre comme le N-tête.

22Nous avons subdivisé aussi ce second cas en deux sous-classes selon qu’il y ait absence ou non d’un déterminant (défini ou démonstratif) auprès de Poss, ce qui correspond :

23-  1)  à la structure  Poss (-) N, e.g. pour toutes les valeurs  :

24Dans d’autres langues, cette construction apparaît limitée à des cas particuliers :

25Soit à certaines personnes, e.g. (le cas des Pers 1,2,4,5 du géorgien) :

tkven-i

kalak-i ;

Poss5 –Agr

ville- Nom

‘votre ville’

26soit au cas de certaines formes :

27- e.g. courtes (Vs. longues) dans le cas du somali (aliénables ou non) : formes observées à la forme absolue ou au nominatif

fàr  -  

tay’

doigt –

Poss1F ;

28- e.g. non - toniques :

29-  2)à la structure  Ddéf Poss N, pour toutes les valeurs et pour le cas général e.g. en :

30Mais pour d’autres langues cette construction intervient e.g. :

31a) dans le contexte de formes toniques, pour les langues suivantes :

32b) dans un contexte de formes longues, pour d’autres langues comme :

  • 12  Vraisemblablement non significatif du point de vue statistique par rapport à l’ensemble des langue (...)

33A ces deux cas principaux s’ajoutent deux autres types de séquences « possessives » qui apparaissent représentées de façon minoritaire12 dans notre éventail de langues considérées. Il s’agit ou d’un procédé de juxtaposition au N-tête d’un morphème spécificateur, ou encore de l’emploi du N-tête seul (sans morphème spécifique).

34C – Ainsi le troisième cas est celui d’une juxtaposition réalisée par affixation au N-tête soit d’un morphème de Pers (par perte de Rel : cas du dioula, ou non-casuel : cas du berbère et du quechua) soit de Poss (à droite du N, et non à gauche comme précédemment, pour les N de « parenté » du géorgien) ; nous avons donc ainsi :

35D – Le quatrième et dernier cas où le N-tête apparaît isolément (sans spécificateur) concerne uniquement les substantifs de « parenté » de deux de ces langues : le grec et le berbère.

36Par exemple, pour le berbère  : au lieu de

-Pers1 yemma

on a :

yemma

mère- Poss1

mère

  • 13  Langue amérindienne du Nord, appartenant au groupe Muskogee.
  • 14  Les inaliénables comprenant les N de parties du corps et/ou de parenté, i.e. le domaine de la « sp (...)

37Enfin, une remarque pour achever ce tour d’horizon des systèmes de marques exprimant la « possession » à travers une vingtaine de langues, le cas du choctaw13 qui présente un caractère inédit en ce que certaines distinctions entre « aliénables » et « inaliénables14», qui sont censés n’affecter communément que les nominaux, affectent ici exceptionnellement des équivalents verbaux. Cette langue utilise les mêmes affixes de Pers attachés indifféremment au N-tête ou au noyau prédicatif mais ils diffèrent en cas : selon qu’il s’agit d’un caractère temporaire (datif) Vs. permanent (ergatif) pour l’équivalent verbal ou d’un caractère aliénable (datif) Vs. inaliénable (ergatif) pour le substantif. On a ainsi :

2. Les marques de « genre »

38Certaines des langues étudiées ici sont totalement non-marquées en genre, aussi bien pour les substantifs que pour les affixes de personnes (présents par ailleurs auprès des verbes) corrélés aux substantif-tête pour exprimer la « possession ». Tel est le cas par exemple du dioula, du quechua, du nahuatl, du géorgien, du turc et du choctaw, qui sont cependant marquées pour le nombre. La suite de cette étude concerne donc les autres langues mentionnées.

39Les marques de « genre » observables dans l’expression de la « possession » peuvent référer soit au genre du « possesseur » soit au genre du « possédé », i.e. du N - tête.

A – Le « genre » du « possesseur »

40Les langues concernées sont généralement celles qui apparaissent dans les constructions génitivales (cas A) où sont présents des morphèmes de personne ou des anaphoriques à cas génitif-datif ou à relateur, telles le berbère ou le chinois. L’anglais également, bien que ne relevant pas des mêmes constructions puisque cette langue figure au nombre de celles (cas B) où le N-tête est corrélé à Poss.

41Toutes ces langues ont pour caractéristique d’être non–marquées en genre pour les substantifs alors qu’elles le sont pour les affixes de personne (grammaticale) que l’on retrouve auprès des verbes. Les distinctions de genre dans ces langues ne sont pas constantes : elles n’apparaissent généralement pas pour toutes les personnes, et les oppositions entre deux, trois genres (ou plus) dépendent de chaque langue concernée. On a ainsi :

42trois genres (M=masculin, F=féminin, N=neutre ) pour : l’anglais (Poss3 ) his / her / its (mais pas pour Poss6 : their ) [house], les morphèmes Poss étant corrélés formellement aux morphèmes Pers présents auprès des verbes ;

43ou le chinois dont les Pers3,6 sont marquées pour les trois genres dans l’écriture ;

deux genres (M, F) pour : le berbère (Pers2,3,5,6), e.g. :

a – xame – eneceunte  /  eneceune

maison  - Pers6M    / Pers6F.

maison –eux     /-elles

 ‘leur maison (à eux / à elles)’

44Par ailleurs, certaines langues marquées en genre pour le N-tête dans le cas où celui-ci est associé à Poss (cas B), à Pers ou à un anaphorique, font apparaître, indépendamment du genre du N-tête, une différence dans les formes de ces morphèmes selon le genre du «possesseur». Et ces différences de genre peuvent être marquées ou non-marquées en certains cas selon la différence de nombre du «possesseur». Tel est le cas par exemple de langues comme :

45le somali où Poss3 (mais pas Poss6 : où l’on a une forme unique Kooda/kood, non-marquée en genre) a une forme différente selon que le « possesseur » est F : Kéeda/Kéed ou M : Kiisa/Kiis (dans le cas des formes courtes comme des formes longues), outre les différentes distinctions en genre (M, F) corrélées au N-tête ;

46le grec (ancien ou) moderne où Pers3 (mais pas Pers6) fait apparaître une distinction quant au genre du « possesseur » ;

47de même, l’hébreu fait apparaître des suffixations différentes pour Pers2,3,5,6 selon que le « possesseur » est M ou F, et ces distinctions dans la suffixation (opérant donc pour les mêmes valeurs de nombre singulier ou pluriel de Pers ) existent parallèlement à l’existence d’un genre (M, F) pour le N –tête ;

48le polonais, dans le cas d’emploi d’un anaphorique indiquant que le « possesseur » est distinct du sujet de la phrase, fait apparaître une distinction de forme à deux genres pour la valeur 3, i.e. pour le singulier, (M, N) : jego / F : jej [ojciec = son père], alors que n’existe qu’une seule forme (sans distinction de genre) pour la valeur 6 : ich (i.e. le pluriel), et cela quel que soit par ailleurs le genre (M, F, N) du N – tête ;

49enfin, le latin (également marqué en genre(M, F, N) pour le N-tête), connaît de même l’emploi d’un anaphorique associé au N-tête pour indiquer que le « possesseur » est différent du sujet de la phrase. En ce cas, l’anaphorique en question est non-marqué en genre pour le singulier (valeur 3) : ejus, alors que deux genres (au lieu de trois : M,F,N) apparaissent au pluriel (valeur 6) : eorum (M,N), earum (F) [domus] en corrélation avec le « possesseur ». C’est-à-dire que nous avons avec le latin la situation exactement inverse de celle rencontrée avec le polonais sur l’absence Vs la présence de marques de genre pour le singulier Vs le pluriel (c’est-à-dire le nombre) correspondant aux valeurs 3 ou 6.

B – Le « genre » du N – tête et ses marques pour Poss

50Nous décrirons ici les distinctions marquées pour Poss avec le nombre « singulier » avant de nous attacher plus loin au rapport entre le « genre » et le nombre « pluriel ». Dans les deux cas il s’agit du « genre » du N-tête pour Poss qui emprunte ses marques à celui-ci. Et notons par rapport au cas précédent que ces distinctions de « genre » sont marquées ici pour toutes les valeurs (sauf cas très particulier que nous distinguerons alors).

51Nous sommes amenée ici à distinguer quatre cas selon les distinctions et oppositions de genre (ou leur absence) dans les langues concernées.

52Langues à deux genres (M,F) généralement pour le N-tête et donc pour Poss : le français, le provençal moderne, l’espagnol (formes toniques), le portugais, l’italien, l’ancien provençal-occitan, le latin, le somali, e.g.

53On remarquera ici que le provençal moderne comme le français font apparaître une règle secondaire lorsque le N-tête est à initiale vocalique : alors la distinction M/F disparaît au profit d’une seule marque pour Poss qui ne présente plus qu’un seul genre (M), e.g. : mon âme, mon éperon, moun amo, moun esperoun, quel que soit le genre du N-tête (respectivement F et M dans nos exemples).

54Langues à trois genres pour le N-tête : M, F, N et, également, pour Poss : tel est le cas du latin (lorsque Poss renvoie au sujet de la phrase) : e.g. tuus / a / um (Poss2M,F,N) ; le grec ancien, e.g. : σοζ / ση / σον(Poss2M,F,N) ; et le polonais pour toutes les marques qu’il s’agisse de Poss ou d’un Réfléchi, e.g. : twoj / twoja / twoje (Poss2M,F,N), swoj/swoja/swoje (Réfl. : pour toutes les valeurs)).

55Langues à plusieurs genres pour le N-tête : le swahili (dont les marques de genre sont d’ailleurs répercutées sur l’ensemble de la phrase), Cf. l’exemple (donné en I-B-2 ci-dessus) :

56Absence de tout genre marqué sur Poss, i.e. une forme unique quel que soit le genre du N-tête qui est, lui, marqué en genre : tel est le cas des formes non-toniques de l’espagnol pour Poss =1,2,3,4,5,6. E.g. : mi tierra / mi hermano (= Poss1) (contrairement aux formes toniques de l’espagnol :

la tierra mia / el hermano mio).

‘ma terre’ / ‘mon frère’

C – Différents rapports entre «genre » et « nombre » pluriel pour Poss (avec le N-tête)

57Nous observons, en effet, différents cas de figures lorsque le N-tête est lui-même au pluriel, par rapport à ce qui a été observé lorsque les différentes distinctions de genre étaient corrélées à la présence du nombre singulier pour le N-tête. On a ainsi :

58soit la conservation des distinctions de genre avec présence du nombre pluriel. Tel est le cas de l’italien :(le) mie gambe Vs (la) mia gamba, du portugais : (os) meus libros Vs (o) meu libro, de l’ancien provençal-occitan : (los) m(i)ei cavals Vs (lo) m(i)eus cavals, des formes toniques de l’espagnol : (esos) libros tuyos Vs (ese) libro tuyo, et du swahili (comparer l’exemple ci-dessus toujours pour la classe 1 avec :

59soit une modification des distinctions de genre entre le singulier et le pluriel : la répartition des genres n’étant pas la même selon le nombre envisagé. Tel est le cas de Poss en polonais : où pour le nombre singulier l’on observe les trois genres suivants M, F, N, et donc les formes Poss = moj / moja / moje alors qu’avec le nombre pluriel il n’y a plus que deux marques de genres opposant Mhum = moi à M-hum, F, N = moje ou encoredu Réfléchi du polonais (pour toutes les valeurs) au singulier : swoj/swoja/swoje (M, F, N), ;

  • 15  Le provençal moderne est non-marqué en nombre pour les substantifs y compris à l’écrit : seuls les (...)

60soit encore la non-conservation des marques de genre observées au singulier qui disparaissent en présence de la marque du nombre pluriel : aboutissant à une forme unique pour Poss quel que soit le genre du N-tête. Le français : mes terrains, mes jambes (Vs mon terrain, ma jambe) et le provençal moderne : mi tarren, mi cambo15 (Vs moun tarren, ma cambo) sont de bons exemples de cette situation ;

61soit au contraire la conservation des marques de genre sans distinction de nombre ; ce qui représente par exemple le cas du somali non-marqué pour Poss en ce qui concerne le nombre en présence du singulier ou du pluriel pour le N-tête, e.g. : maxaabiis - tood –u ma baxsan = prisonniers(s) – Poss6F –Nom Nég échapper-Acc ;

  • 16  Le français oral pourrait être adjoint à ces langues mais pas l’écrit qui fait apparaître une marq (...)

62enfin, la présence d’une forme unique indifférenciée quel que soit le genre ou le nombre du N-tête, Poss apparaissant par exemple pour la valeur 6 en italien comme loro ou en ancien occitan-provençal16 comme lor (lur) en présence d’un N-tête masculin ou féminin, singulier ou pluriel.

63Ce panorama des différenciations apportées (si l’on considère, outre le genre, le nombre) ne serait pas complet sans mentionner un phénomène qui intéresse certaines langues romanes (à l’inverse d’autres de la même famille), ainsi que le latin et le grec ancien : l’indistinction des marques qui correspondent aux valeurs 3 et 6 de Poss. L’on a ainsi pour la valeur 3 comme pour la valeur 6, par exemple :

Espagnol (non-tonique et tonique) : su/ sus ; suyo(s), suya(s) su correspond à la fois à : son/leur

Provençal moderne : soun, sa / si

Portugais : seu(s), seua(s)

Latin : suus, sua, suum, etc.

64Alors que l’on a des oppositions de forme pour Poss entre les valeurs 3 et 6 par exemple en ce qui concerne les langues romanes suivantes :

Français : (valeur 3) son, sa, ses   Vs (valeur 6) leur(s)

Italien : (valeur 3) suo, sua/ suoi, sue Vs (valeur 6) loro

65Pour résumer les observations concernant la répartition des marques de genre et/ou de nombre par rapport aux différentes langues de notre étude, nous dressons les tableaux suivants :

Marques de « genre » pour le « nombre » singulier

Marques de « genre » pour le « nombre » singulier

« Genre » et « nombre » pluriel (en accord avec le N-tête)

« Genre » et « nombre » pluriel (en accord avec le N-tête)

Indistinction Vs. distinction des valeurs 3 et 6

Indistinction Vs. distinction des valeurs 3 et 6

66Pour conclure, si l’on compare le tableau des marques de la « possession » avec celui des marques de « genre » associé à nombre « singulier », les langues qui réalisent un marquage en fonction du genre du « possesseur » utilisent Pers, ou des anaphoriques (Ddém), ou plus marginalement Poss (anglais et grec ancien et moderne) pour exprimer la « possession » ; alors que celles qui empruntent au N-tête les marques de « genre » construisent celui-ci avec Poss (éventuellement associé au Ddéf), ou alors, cas exceptionnel des formes non-toniques de l’espagnol, présentent une absence totale de marquage pour le « genre » de Poss alors que le N-tête associé est, lui, tout à fait marqué pour le « genre ».

67 En revanche, en présence du « nombre » pluriel, les marques de genre sur Poss connaissent, pour les mêmes langues, différents cas de figure, dont les trois suivants sont relativement les plus fréquents : conservation du « genre » avec addition du pluriel, ou indication du seul « nombre » sans marquage en « genre », soit enfin : ni « genre » ni « nombre » pour la valeur 6 ; s’y ajoutent deux cas marginalement représentés dans notre étude : une répartition différente du marquage en « genre » en présence du « nombre pluriel » (cas du polonais), ou une indication de « genre » sans marquage pour le « nombre » (cas du somali).

68Malgré l’échantillon restreint de langues envisagées dans notre étude, il apparaît donc que la situation observée est celle d’une grande complexité étant donné les paramètres en jeu. Il apparaît, de plus, situation bien connue des typologues, qu’il n’y a pas de comportement qui puisse correspondre uniformément à une famille de langues apparentées par l’histoire ou géographiquement. Parmi les langues romanes, par exemple, le cas de l’espagnol apparaît tout à fait inusité du point de vue des corrélations « possession »/ »genre » pour les personne 3 et 6 dans le cas des formes non-toniques : une absence totale de marquage que l’on ne retrouve pas au niveau des morphèmes associés aux formes verbales ni des autres morphèmes associés aux substantifs. Le peu de comparaisons que nous avons effectuées auprès des morphèmes ou affixes associés aux formes verbales, parallèlement à cette étude, montre par comparaison une répartition souvent différente des marques de « genre », par rapport à celle que nous avons observée au cours de cette présentation. Il serait, en effet, intéressant de poursuivre dans cet autre domaine concernant la sphère « personnelle » pour confirmer ou infirmer les quelques observations que nous mentionnons ici.

69Nous espérons avoir ainsi établi la nécessité d’une description linguistique précise mettant en jeu tous ces paramètres non-prédictibles mais bien connus des linguistes. En effet, une telle description s’impose si l’on veut rendre compte de l’état complet de la répartition des formes dans chacune des langues étudiées aussi bien que dans le passage pour comparaison d’une langue à une autre langue. De plus, elle s’impose aussi si l’on pense aux problèmes rencontrés lors de l’élaboration d’un système visant à une traduction assistée par ordinateur et aux autres applications à partir de descriptions linguistiques : par exemple en vue de la confection d’ analyseurs morpho-syntaxiques performants sur des langues diverses : la machine ne permettant l’existence d’aucune imprécision.

Haut de page

Bibliographie

Adamczewski, H.1982.Grammaire linguistique de l’anglais.Paris : A.Colin.

Alcina J.-Blecua J-M. 1982. Gramática española. Barcelona : Ariel.

Alexandre,P. 1981. « Swahili et bulu » In : Les Langues dans le monde. Paris : éd. CNRS.

Allard-Feuillâtre, J. 1972. Grammaire grecque. Paris : Hachette.

Anglade, J. 1965. Grammaire de l’ancien-provençal, ou ancienne langue d’oc. Paris : Klincksieck.

Bally, Ch. 1926. L’expression des idées de sphère personnelle et de solidarité dans les langues indo-européennes. In Festchrift Louis Gauchat ; Franz Franhauser & Jud Jakob (eds).

Booker, KM. 1982. Comparative Muskogean : Aspects of Proto-Muskogean Verb Morphology.Ann Arbor : UMI.

Creissels, D. 1979. Les constructions dites « possessives », étude de linguistique générale et de typologie linguistique. Thèse d’Etat, Université Paris 4. Non-publiée.

Dumestre, G.- Retord, G.L.A.. 1974. Cours de dioula. Université d’Abidjan.

Ernout, A. 1972. Syntaxe latine. Paris : Hachette.

Fogarasi, M.1983. Grammatica italiana. Roma : Bulzoni ed.

Grappin, Henri. 1963.Grammaire de la langue polonaise. Paris : I.E.S.

Haas,M.R..1948,1977. Classificatory verbs in Muskogee.In IJAL,Vol.14.

Hewitt, G.1996.Georgian Grammar. London : Routledge

Koschwitz, E. 1978.Grammaire historique de la langue des félibres. Raphaèle-les-Arles : M.Petit.

Lamiroy,B.-Delbecque, N. 1998. « The possessive dative in Romance and Germanic Languages », in : The Dative, Vol.2. Theoretical and Constrastive Studies, Van Belle W.-Langendonck (eds). Amsterdam, Philadelphia : J.Benjamins.

Launay, M. 1981.Grammaire de l’aztèque. Paris : L’Harmattan.

Lewis, G.L. 1967. Turkish grammar. Oxford : Clarendon Press

Mammeri, M. 1986. Précis de grammaire berbère (kabyle)..Paris : éd.Awal.

Maurel, J.-P. 1989. Le syntagme nominal en latin : syntaxe et sémantique (les emplois du génitif chez Plaute et Térence). Thèse d’Etat, U.Strasbourg 2. Non-publiée.

Mirambel, A.1969.Grammaire du grec moderne. Paris : Klincksieck.

Mok, Q.I.M. 1977. Manuel pratique d’ancien provençal–occitan. Muiderberg : Coutinho.

Orwin, M. 1995. Coloquial Somali. London : Routledge.

Paris, M.-C. 1981. Problèmes de syntaxe et de sémantique en linguistique chinoise. Paris : Collège de France.

Quesada F. 1976.Gramatica quechua (Cajamarca-Canaris). Perú.

Snow Ch.T. 1973. « Equi-NP Deletion and Reflexivation in Quechua : Evidence for the Syntactic Structure of Complements ». Winter LSA Meetings.

Teyssier, P. 1976. Langue portugaise-Portugal-Brésil. Paris : Klincksieck

Tuggee, D.H. 1981. The Transitivity–Related Morphology of T. Nahuatl : an Exploration in Space Grammar. Ann Arbor : U.M.I.

Welmers, Wm E. 1973. African Language Structures. Berkeley : University of California Press.

XU Dan.1996. Initiation à la syntaxe chinoise. Paris : Langues et monde. L’asiathèque.

Zribi-Hertz, A. « Le système des possessifs en français standard », Langue Française (à paraître).

Haut de page

Notes

1  De nombreuses thèses ont en effet été consacrées totalement ou partiellement au sujet, cf. e.g. Creissels D. (1979), Maurel J.-P (1989).

2  Au terme de « possession » souvent contestable et contesté pour ces phénomènes, et que nous avons conservé par pure convention, l’on pourrait substituer peut-être le terme d’ « attribution » qui pourrait convenir à l’ensemble des phénomènes, d’inaliénabilité ou non, concernés par ces constructions fréquemment dénommées « génitivales » par ailleurs. L’accent mis sur le génitif ne se justifie pas davantage : génitif et datif « possessifs » coexistent souvent dans des constructions parallèles pour une même langue quand il n’y a pas indistinction et donc confusion entre ces marques pour d’autres langues dans l’expression de la même relation.

3  Cf. le tableau 1 représentant l’éventail des langues considérées et leur répartition quant aux marques de la « possession ».

4  Par exemple, pour le latin et le français le datif possessif pronominal du type : est mihi liber / ce livre est à moi, mais aussi les constructions à clitique datif (décrites et analysées pour quelques langues, entre autres, par Lamiroy B.-Delebecque N.1998) du type de : Il me prend le bras, liées, elles, à la catégorie « inaliénable ».

5  Cf. e.g. sur le français Zribi-Hertz A.(à paraître)

6  Parmi les langues que nous avons observées, tel est par exemple le cas du : latin, polonais, dioula, géorgien, grec ancien, swahili, portugais, espagnol, etc.

7  Là où justement le français diffère puisque l’on a deux formes différentes dans les exemples correspondants : La fille aime sa mère / La fille aime la sienne.

8  Celui qui apparaît auprès des verbes par ailleurs en vue de la même désignation. Nous associons à cet affixe Pers les valeurs 1,2,3,4,5,6 qui correspondent aux notions de « élocutif – allocutif - délocutif » singulier et pluriel employées ailleurs.

9  Le somali présente également une possibilité de structure similaire : macàllin - ka  bùug – giis - a  = enseignant-DdéfM  livre- Poss3M-Ddéf = le livre de l’enseignant, mais cette structure ne représente que l’une, parmi plusieurs autres, des possibilités de constructions génitivales possibles dans cette langue.

10  Celui qui apparaît auprès des verbes, par ailleurs, en vue de la même désignation. Nous associons à cet affixe Pers les valeurs 1,2,3,4,5,6 qui correspondent aux notions de « élocutif – allocutif - délocutif » singulier et pluriel employées ailleurs.

11  Il s’agit du dioula véhiculaire, appartenant au groupe des langues mandingue, notamment parlé en Côte d’Ivoire.

12  Vraisemblablement non significatif du point de vue statistique par rapport à l’ensemble des langues.

13  Langue amérindienne du Nord, appartenant au groupe Muskogee.

14  Les inaliénables comprenant les N de parties du corps et/ou de parenté, i.e. le domaine de la « sphère personnelle » de Bally (1926).

15  Le provençal moderne est non-marqué en nombre pour les substantifs y compris à l’écrit : seuls les déterminants marquent les distinctions de nombre, et donc les oppositions singulier/pluriel dans cette langue ; situation qui prévaut également pour le français mais à l’oral seulement, l’écrit restant conventionnellement marqué par le s (ou les règles secondaires) du pluriel sur les substantifs.

16  Le français oral pourrait être adjoint à ces langues mais pas l’écrit qui fait apparaître une marque de pluriel pour Poss correspondant au nombre du N-tête.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau des langues et répartition des marques de « possession »
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-1.png
Fichier image/png, 31k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-2.png
Fichier image/png, 3,7k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-3.png
Fichier image/png, 3,4k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-4.png
Fichier image/png, 4,5k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-5.png
Fichier image/png, 9,8k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-6.png
Fichier image/png, 10k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-7.png
Fichier image/png, 11k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-8.png
Fichier image/png, 7,9k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-9.png
Fichier image/png, 6,3k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-10.png
Fichier image/png, 22k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-11.png
Fichier image/png, 25k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-12.png
Fichier image/png, 5,0k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-13.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre Marques de « genre » pour le « nombre » singulier
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-14.png
Fichier image/png, 15k
Titre « Genre » et « nombre » pluriel (en accord avec le N-tête)
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-15.png
Fichier image/png, 13k
Titre Indistinction Vs. distinction des valeurs 3 et 6
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/946/img-16.png
Fichier image/png, 5,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Piot, « Les catégories et l’expression de la « possession », liaison avec le « genre » et le « nombre » », Linx, 11 | 1999, 217-234.

Référence électronique

Mireille Piot, « Les catégories et l’expression de la « possession », liaison avec le « genre » et le « nombre » », Linx [En ligne], 11 | 1999, mis en ligne le 03 juillet 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://linx.revues.org/946 ; DOI : 10.4000/linx.946

Haut de page

Auteur

Mireille Piot

Université Stendhal - Grenoble 3
J.E. « Traitement des Langues Naturelles et Linguistique Comparée »

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org