Navigation – Plan du site
Hors-thème

Madame la ministre ? Mais non !

« Hubert et Madeleine sont dans le même bateau »1Madame la Ministre
André Eskénazi
p. 185-253

Résumés

L’actualité invite à reprendre le problème des relations entre le sexe et le genre, ce qu’on tente ici sans aucune préoccupation d’ordre sociolinguistique. On montre d’abord que le préjugé sexocentriste ne correspond à rien de linguistiquement établi : il n’y a pas en français de genre « masculin » et de genre « féminin » (I). On envisage ensuite (IIIV) les blocages d’origine morphologique qui commandent un signifiant épicène — chauffeur, auteur, président-directeur-général … —, puis (IV et V) les causes d’ordre sémantique qui interdisent les signifiants « féminins » — un administrateur, un ministre … —, les imposent — une épicière, une coiffeuse … —, ou orientent la répartition lorsqu’un choix est théoriquement possible — un avocat~une avocate, un collectionneur~une collectionneuse … —. On étudie enfin l’influence, parfois pathologique, que le préjugé sexocentriste exerce sur les usages actuels du Monde (VI et VII).

Haut de page

Notes de l’auteur

P.-S. La rédaction de cet article était déjà avancée lorsque j’ai pris connaissance dans Le Monde de la liste des nominations et promotions dans l’ordre de la Légion d’honneur parue dans le JO du 12 avril.

Les usages observés dans le numéro du 1er janvier sont sérieusement malmenés. On relève notamment 6 fois présidente-directrice-générale (président-directeur-général ne désigne plus les femmes) ; 4 fois « directrice de recherche» ; 2 fois « directrice générale » ; 3 fois « conservatrice en chef », ou générale ; des fonctions importantes sont confiées à des agents féminins — « agent contractuel » montre que l’hyperonyme agent continue d’être épicène — appelés directrice 5 fois ; nous avons relevé directeur une fois. La liste comporte deux inspectrices d’académie, une inspectrice générale, et un inspecteur des impôts ; un receveur des finances, un administrateur civil. Cinq femmes exercent les fonctions de conseiller, et six les fonctions de conseillèreconseiller d’État, conseiller des Affaires étrangères, conseiller à la Cour de cassation, conseiller commercial, conseiller chef de division ; conseillère d’État, conseillère scientifique, conseillère culturelle, conseillère régionale, deux fois conseillère municipale —. Vingt femmes sont présidente, ou vice-présidente, dont une présidente de chambre, et une présidente de tribunal, sans qu’aucune soit président. Il y a deux avocates dont l’une est ancien bâtonnier, trois députées et un ancien sénateur ; quatre adjointes à un maire ; un professeur certifié, un ancien proviseur, mais une principale de collège. Cadre, désignant l’agent d’une fonction, varie en genre selon le sexe de l’agent (cadre supérieure infirmière) mais non pas chef (« ancien chef du département des acquisitions… »).
Il est hautement improbable que tous les hauts fonctionnaires dont les titres ont été “féminisés” en soient satisfaits, pour les raisons que nous avons dites en son temps. Mais Mme Royal et Lionel Jospin savent mieux qu’elles ce qu’il leur faut, et on ne leur a pas demandé leur avis. « Le devoir d’une femme est dans l’obéissance », comme on disait du temps de Molière.

P.-S. II Je mettais la dernière main à cet article lorsque j’ai pris connaissance dans Le Monde du 19 mai 1998, p. 13, de la liste des nouveaux commandeurs dans l’ordre national du Mérite (JO du 15 mai). Une femme est « ancienne présidente directrice générale de société financière », trois sont dites ancienne (vice-)présidente. L’opposition avocate~avocat général relevée dans Le Monde est respectée dans le JO : Huguette Raynaud est « avocat général honoraireà la Cour de cassation ». Mireille Brochier est « ancien chef de service hospitalier », Monique Pelletier ancien ministre, Jeannine Pichon « préfet de la Mayenne ». Et Madeleine Chapsal écrivain, tout comme … Benoîte Groult ! La malheureuse mourra dans la peau d’un homme.
Allons, le sévère portique résiste encore aux dérangements.

Texte intégral

  • 1 Le Monde,15-16 mars 1998, p. 1 ; voir l’exemple88. L’essentiel de notre documentation provient des (...)

Victrix causa Diis placuit, sed uicta Catoni

1I,1 Le débat sur la “féminisation”des noms de métier, de titre, grade et fonction, qui était en sommeil depuis la publication au Journal officiel du 11 mars 1986 d’un arrêté qui n’a jamais été appliqué, est redevenu d’actualité en décembre 1997. Des opinions se sont exprimées dans Le Monde, qui a publié « Madame la ministre … »,de son médiateur, Thomas Ferenczi (30 novembre-1er décembre 1997, p. 15), « Lionel Jospin et Jacques Chirac militants du féminisme grammatical »,de Raphaële Rivais (19 décembre 1997, p. 1), « Madame « la » ministre »,de la linguiste (ainsi qu’elle est désignée p. 1) Josette Rey-Debove (14 janvier 1998, p. 16), et « Académie et misogynie »,de Michelle Coquillat (20 janvier 1998, p. 15). Enfin, le 10 mars 1998, le quotidiens’est fait l’écho d’une circulaire publiée dans le Journal officiel du 8 mars, p. 3565, dans laquelle Lionel Jospin, prenant le parti des femmes de son gouvernement, affirme sa volonté de faire appliquer la circulaire du 11 mars 1986 :

21) Elles ont ainsi engagé un mouvement qu’il faut poursuivre afin que la féminisation des appellations professionnelles entre irrévocablement dans les mœurs.

3Nul ne doute, au Monde, qu’il y ait matière à “féminisation”. L’avis contraire de l’Académie, complètement isolé, est ignoré, dédaigné, vilipendé. L’autorité en la matière est tout entière retirée chez Michelle Coquillat, docteure et écrivaine. C’est pourtant le point de vue de l’Académie que nous défendrons, car il est fondé en raison, en faisant valoir des arguments strictement linguistiques.

  • 2 Le pouvoir politique faisait déjà, il y a quelques années, sans plus de compétence que de capacité, (...)

4I, 2 « Le langage est sexiste en France », proclame Mme Roudy, à l’initiative de laquelle ont été préparées les “féminisations”du 11 mars 1986 ; « il est misogyne », soutient Mme Coquillat ; « la langue française est manipulée inconsidérément », affirme Mme Rey-Debove, et c’est sans doute pour mettre un terme à ces manipulations que Claude Allègre (Le Monde du19 décembre, p. 1) puis Lionel Jospin ont jugé bon d’intervenir ; le second a déclaré lors de la Journée internationale des femmes : « Le vocabulaire doit changer, et la langue doit s’adapter aux évolutions de la société » (Le Monde, 10 mars 1998, p. 31). Ces déclarations péremptoires sont sans fondement, et contraires à la vraisemblance2.

5Tout à leur combat, les féministes méconnaissent l’évidence : les usages d’une langue ne sont pas imposés par une instance à des exécutants soumis. Une langue est fabriquée par ceux-là mêmes qui l’utilisent, par les hommes comme les femmes, et elle s’autorégule en permanence. Pourquoi faudrait-il que les femmes, sans y être contraintes, missent ce processus inconscient au service des machistes ? Une langue évolue, mais spontanément ; toute initiative volontariste nie l’existence d’une nécessité interne, sous-jacente aux réalisations du discours, et méconnaît le phénomène langue. Les linguistes le savent bien.

  • 3 Si elle ne dispose pas du second apanage, c’est que MmeRey-Debove le lui refuse, sans doute avec ra (...)

6L’imprudente Benoîte Groult se plaint de voir la langue occulter la contribution des femmes à la littérature ; elle lui reproche de n’avoir pas donné à écrivain le corrélatif écrivaine, que Michèle Coquillat revendique hardiment, sur le modèle souverain~souveraine. Mais on lui répondra qu’on ne peut accuser de sexisme un idiome qui reconnaît aux femmes les fonctions de romancière et de poétesse3. Et on lui demandera pourquoi, sur sa lancée, elle n’a pas imaginé, d’après acteur~actrice, la corrélation auteur~autrice, qui a eu ses partisans, sans avoir jamais pu se constituer. « Madame la ministre » convient à l’humeur des femmes du gouvernement Jospin,mais il n’y a aucune raison de chercher à l’imposer, pour la bonne raison qu’il n’y a pas, en français, de genre féminin et de genre masculin.

71, 3 Si la sémiologie du genre offrait, comme le croient certains, un témoignage sur la condition de la Française, certaines “disparités” moins communément aperçues auraient de quoi faire sauter les féministes : les interdits qu’ils dénoncent se manifestent dans les signes grammaticaux, sans provoquer d’indignation.

8Les déterminants du nom, une, la, ma, ta, sa, cette n’ont pas de pluriel spécifique : ils doivent emprunter leur pluriel au genre opposé, qui dispose des paires le~les, ce~ces (le pluriel est constitué par l’adjonction d’un -s à la forme de singulier), un~des (des = de les) et, d’après les paradigmes précédents, mon, ton, son~mes, tes, ses. On n’en conclura pas pour autant que le français est plus sexiste que l’espagnol, où les déterminants pluriels des deux genres ont des formes spécifiques —los~las, esos~esas, estos~estas —, mais à qui nous devons macho.

9Le fonctionnement de l’article donne lieu à des observations qui confirment les précédentes. Héros est déterminé par l’article défini plein, non pas héroïne le héros~l’héroïne —, et chacun a remarqué depuis longtemps que, dans certaines combinaisons, l’article “masculin” est compatible avec la préposition, non pas l’article “féminin” : en Espagne, en Chine~au Portugal, au Japon ; « invalide de guerre »~« invalide du travail ». L’examen des éléments personnels ne se prête pas à des constatations moins inquiétantes.

10Au singulier, le régime immédiat du verbe, le régime direct, oppose les formes de pronom selon le genre : « je le vois »~« je la vois », mais la forme de régime non immédiat “féminin”, le régime indirect, est empruntée au “masculin” : « François, je lui donneun livre »~« Françoise, je lui donne un livre ». On ne saurait dire que dans « je leur donne un livre », commun aux deux genres, le pronom “féminin” est emprunté au “masculin”, mais la chose est évidente dans « je les vois ». En tout état de cause, la sémiologie des formes “féminines” apparaît moins développée.

11« Il le sait, lui », « ils le savent, eux » opposent des formes pronominales (il, ils) et des formes nominales (lui, eux) ; cette opposition est neutralisée dans « elle le sait, elle », « elles le savent, elles » : au contraire du “masculin”, le “féminin” n’est pas en état de produire des formes spécifiques de nom personnel.

12On s’abstiendra pourtant d’interpréter ces données comme un témoignage de sexisme : la sémiologie des pluriels doubles nous et vous fait apparaître des déficiences plus manifestes encore : la même forme sert de nom et de pronom personnels, et elle correspond à toutes les fonctions du pronom : « nous, nous nous promenons » ; « c’està vous,s’il vous plaît, que ce discours s’adresse ». Or la sémiologie du nombre n’est pas suspecte de révéler une discrimination d’ordre socioculturel.

  • 4 Le pluriel interne (dont le pluriel double est un réalisation) est donc un nombre faible. Ce n’est (...)

13L’un des deux genres — comme l’un des deux pluriels, l’interne — est frappé d’une limitation : c’est le genre faible4 ; mais il est arbitraire, pour le moins, de le dire féminin, car si

  • 5 Une vision sexocentriste du genre obligera aussi à corriger la grammaire, et à proposer des formes (...)

14les femmes constituent, à ce qu’on dit, le sexe faible, elles constituent également, à ce qu’on dit aussi, le beau sexe, c’est-à-dire le vrai sexe5.

15Il y a en France comme ailleurs des humains des deux sexes, le masculin et le féminin, et il y a en français deux genres ; on n’ en est pas pour autant fondé à conclure que ces deux genres sont l’un masculin et l’autre féminin. Nous partirons donc du postulat qu’il existe deux genres, le genre A et le genre B, et qu’il est simpliste et faux d’établir une correspondance entre le sexe des référents et le genre des substantifs qui les désignent, quoique le premier désigne les humains mâles, et le second les humains femelles dans un grand nombre de cas.

16C’est, nous disent certains et certaines, méconnaître la dignité et la spécificité de la condition féminine que de n’en pas marquer la réalité dans la forme des signes linguistiques. Nous répondrons que notre point de vue est opposé, et les arguments qu’offre l’analyse formelle, les seuls dignes de considération pour un linguiste, ne nous paraissent pas dépourvus de poids.

17I, 4 L’existence deformes épicènes, « le ministre », « le recteur » signifierait que ces fonctions ne sont conçues qu’à la mesure et à l’usage des mâles. A ce compte, la forme unique des signifiants pourrait laisser croire qu’il n’y a que des mâles parmi les léopards, et uniquement des femelles parmi les panthères. Si aucun naturaliste ne s’en émeut, c’est que la réalité des référents n’en est aucunement occultée. Il n’est donc pas probable que les désignations épicènes des fonctions épicènes laissent seulement ignorer que ces fonctions sont ouvertes aux deux sexes.

18On nous dit qu’ouvrière est le féminin d’ouvrier, mercière le féminin de mercier, institutrice le féminin d’instituteur, danseuse le féminin de danseur, pastourelle le féminin de pastoureau. Si tel était le cas, alors chevalière, poudrière, motrice, photocopieuse et passerelle seraient respectivement les féminins de chevalier, de poudrier, de moteur, de photocopieur et de passereau ; « la pendule » serait le féminin de « le pendule ». Or personne ne le soutient, parce que les référents ne s’y prêtent pas. Mais tous les féministes du monde ne sauraient contraindre le linguiste à renier sa fonction : établir quel contenu latent correspond à la forme qui lui est soumise, et qu’il ne peut congédier ; la démarche inverse, circonscrire un contenu (on ne sait sur quels témoignages) avant d’identifier la forme dans laquelle il s’incarne est impossible. Si cuisinière (appareil de cuisson) n’est pas le féminin de cuisinier, alors cuisinière (femme qui fait la cuisine) ne l’est pas non plus, et tel est le point de vue que l’évidence nous contraint à soutenir. A qui nous reprocherait d’avoir offensé le beau sexe par des rapprochements saugrenus, nous ferions observer que le problème du genre, comme tout problème, oblige à envisager l’entier du phénomène.

19Et que l’examen des seules désignations de l’être humain conduit à la même conclusion.

20I, 5 Évoquant sa carrière dans Le Monde du 30 décembre 1997, p. 9, Mme Rey-Debove raconte ses débuts : « L’annonce demandait un rédacteur pour faire un dictionnaire de langue à Casablanca. Ma première réaction fut de dire que je ne parlais pas l’arabe. » Sa première réaction ne fut pas de dire que l’emploi ne lui convenait pas, puisqu’on ne demandait pas une rédactrice. Rédacteur n’est donc pas un masculin.

21Pour Le Monde, Mme Guigou est la ministre, comme tous les ministres femmes en activité, mais certaines situations exigent que seule la fonction soit prise en compte ; l’information selon laquelle jamais avant elle aucun garde de sceaux, quel que fût son sexe, n’a répondu à une invitation de l’APM exige la rédaction

222) Le Monde,9 décembre 1997, p. 10 Pour la première fois, un ministre de la justice de gauche répondait à une invitation de l’APM.

23Aucune autre rédaction n’est possible que

243), 119) Télé 7 jours n° 2678, 10-16 janvier 1998, p. 14 L’Égypte devint alors province romaine […], et la reine fut sondernierpharaon

si l’on veut signifier qu’après la mort de Cléopâtre, aucun homme, aucune femme ne porta le titre de pharaon ; un pharaon n’est donc pas plus masculin qu’un ministre.

25Pour la même raison, Français n’est pas un masculin ni Européenne un féminin dans

264), 36) Le M.,14 novembre 1997, p. 30 […] Jean Malaurie, premier Français à conquérir le pôle Nord en 1951 ;

275), 9) Télé 7 jours n° 2679, 17-23 janvier 1998, p. 88 [Alexandra David-Néel] est, en 1924, la première Européenne à entrer à Lhassa :

ces phrases signifient que Jean Malaurie et Alexandra David-Néel n’ont eu aucun prédécesseur appartenant à la nation française, ou originaire du continent européen ; la variation du genre, dans ces phrases où le substantif, transformée d’adjectif, oppose nécessairement un genre A et un genre B, tient au sexe des actants nommés, là Jean Malaurie, ici Alexandra David-Néel.

28Lorsqu’une désignation épicène existe, il arrive, dans la même situation, que le genre A et le genre B soient également disponibles pour désigner des agents de l’un ou l’autre sexe : vice-présidente et conseillère régionale comme vice-président et conseiller régional désignent des hommes et des femmes dans

296), 120) Le M.,26 août 1997, p. 3 [titre] Une femme accède à un poste de vice-présidente en Iran

30La veille, le président avait nommé six des sept vice-présidents, dont une femme, Massoumeh Ebtekar, qui a été chargée de l’organisation de la protection de l’environnement. Mme Ebtekar, première femme à accéder au poste de vice- présidente, est une ancienne journaliste de trente-six ans, médecin spécialisé en immunologie […] ;

317), 35), 118) Le M.,14 mars 1998, p. 6 […] [il] a dû céder la tête de liste dans le Jura à la seule conseillère régionaleverte, Antoinette Gillet […]~

328), 119) Le M.,23 décembre 1997, p. 7 Le secrétaire régional des Verts […] a indiqué que son mouvement avait désigné […] Antoinette Gillet, bibliothécaire, unique conseillerrégional [des Verts] de cette région.

33Mais seule la rédaction du 23 décembre est conforme aux exigences de l’information : la première peut laisser entendre que les Verts ont des représentants masculins au conseil régional de Franche-Comté.

34N’en déplaise aux féministes, l’usage de la forme épicène s’impose ici comme nécessaire à la clarté ; les cas où l’ambiguïté est irrémédiable sont suffisamment nombreux pour qu’on précorrige les énoncés facilement amendables :

359), 5) Le M.,2-3 novembre 1997, p. 4 Candidate malheureuse du parti Fianna Fail […], Mme McAleese retourna à Belfast comme professeur d’université. Elle est devenue en 1994 la premièrecatholique à être nommée vice-recteur de Queens

36Répertoire n° 105, septembre 1997, p. 63 Sylvie Hue, soliste de la Garde républicaine, est une de nosmeilleuresclarinettistes.

37La désignation d’une femme par un nom de fonction du genre A ne se heurte donc à aucune difficulté. Des marques externes peuvent signifier le sexe du référent. La reprise anaphorique du substantif de genre A par le pronom du genre B est attestée :

3810), 16) Le M.,16 janvier 1998, p. 1 [Sous-titre] Le garde des sceaux propose de supprimer les instructions officielles aux procureurs. Elle devra répondre aux critiques de ceux qui, à gauche comme à droite, affirment que le lien entre le ministère et le parquet garantit la légitimité de l’action de la magistrature

  • 6 On trouve des rédactions identiques dans Le M.,15 novembre 1997, p. 3 (exemple 16) ; 25-26 janvier (...)

39Le M.,28 janvier 1998, p. 1 Les juges d’instruction parisiens Eva Joly et Laurence Vichnievsky ont conduit, mardi matin 27 janvier, des perquisitions au domicile et au cabinet d’avocat de Roland Dumas. Elles interviennent à l’occasion de l’enquête […]6.

40Rien ne s’oppose à ce qu’un attribut ou une épithète détachée du genre B qualifient un substantif épicène du genre A si le référent est du sexe féminin, et inversement. A côté de

4111) Le M.,8 janvier 1998, p. 9 Le proviseur du lycée Pierre-Mendès France, à Vitrolles, Monique Lehman, dont l’action était contestée […] vient d’être suspendu de ses fonctions par arrêté ministériel […],

nous pouvons lire

4212), 123) Le M.,22 janvier 1998, p. 25 L‘ÉCRIVAINPORTUGAIS Maria Judith de Carvalho est morte dimanche 18 janvier dans un hôpital de Lisbonne [P. K.]

43Le M.,16 janvier 1998, p. 13 L’ÉCRIVAIN TCHÈQUE Libuse Monikova est morte lundi 12 janvier […] [Gérard Meudal] ;

4413), 127) Le M.,19 février 1998, p. 6 Sont exclus du RPR les têtes de listedissidentes suivantes : Alain Bournazel (Dordogne), Patrick Serpeau (Indre) […] Gisèle Telmon (Drôme). Dans l’Aveyron, il exclut la tête de liste Michel Astoul ;

4514) Le M.,10 décembre 1998, p. 11 En l’absence du garde des sceaux, hospitalisée à la suite d’un malaise cardiaque, Paul Michel s’est fait l’écho des propositions que la ministre soumettra au Parlement dès le printemps prochain.

46Il arrive même que les accords contradictoires s’opèrent lorsque l’adjectif est épithète :

4715), 42) Le M.,24 janvier 1998, p. 11 L’ancien ministre déléguée à l’action humanitaire Lucette Micheaux-Chevry a été mise en examen « pour usage de faux » par le juge d’instruction Édith Boizette ;

4816) Le M.,15 novembre 1997, p. 3 Le secrétaire d’État américain Madeleine Albright devait rencontrer vendredi 14 novembre, à Londres, le premier minitre israélien Benyamin Nétanyaou. Elle devait lui signifier […] ;

4917) Le M.,29 janvier 1998, p. 3 Madeleine Albright, la secrétaire d’État américaine, est attendue jeudi à Paris~

5018), 122) Le M.,18 avril 1998, p. 2 La secrétaire d’État américain Madeleine Albright a prié Moscou de tenter de résoudre par le dialogue son conflit […].

51La conclusion à laquelle invite l’examen de ces contextes, c’est qu’il n’y a pas nécessairement de relation entre le sexe du référent et le genre du substantif qui le désigne. Si l’on confronte

5219) J. officiel, 1er janvier 1998 p. 20, col. 1 Ernest Berthelin, vice-président départemental de l’Association républicaine des anciens combattants~

5320) ibid. Évelyne Cazaudebat, vice-présidente d’une union départementale de combattants volontaires de la Résistance,

on peut être tenté de parler de masculin et de féminin ; mais on est invité à y renoncer par le rapprochement

5421) JO, p. 13, col. 2 Pierre Pancrazi, président de chambre à la cour d’appel d’Aix-en-Provence~

5522) JO, p. 13, col. 1 Christine Decool, épouse Pierre, président de chambre à la cour d’appel de Paris,

qui ne fait pas correspondre une opposition de genres à l’opposition des sexes, et par

5623), 16) Le M.,17 mars 1998, p. 45 […] les anciens ministres RPR Colette Codaccioni […] et UDF-DL Françoise Hostalier […] sont en ballottage très défavorable~

5724), 17) Le M.,24 mars 1998, p. 41 A noter la défaite de deux anciennes ministres du gouvernement d’Alain Juppé, Françoise Hostalier (UDF-DL) et Colette Codaccioni (RPR),

où le même référent est désigné par des noms d’agent de genres opposés (voir VI, 9). A cela s’ajoutent les nombreux cas où la désignation est toujours épicène :

5825), 12) Le M.,26 août 1997, p. 3 Mme Ebtekar, première femme à accéder au poste de vice-présidente, est une ancienne journaliste de trente-six ans, médecin spécialisé en immunologie […] ;

5926) Le M.,20 août 1997, p. 7 […] la loi sur l’air de son prédécesseur Corinne Lepage ;

6027) Le M.,26 août 1997, p. 6 TROIS QUESTIONS A UN JEUNE LIBRE-PENSEUR

61Nathalie Marchand, vingt-neuf ans, secrétaire à Paris, est membre de l’association La Libre Pensée.

62De la même façon, reconnaître un masculin dans « Paul, il est venu » et un féminin dans « Ton amie, tu la copieras dans tout ce qu’elle fera », oblige à une retraite devant « Il est venu quatre personnes » et « Tu me la copieras ! ».

63Il n’y a pas de genre masculin et de genre féminin en français. Les cas extrêmes ne font que confirmer ce point de vue.

64Qui s’imagine que Marie est un prénom féminin changera d’avis en lisant Balzac :

6528) La Grenadière, Seuil, « L’Intégrale », p. 535 Marie avaitles formes grêles, la délicatesse de traits, la finesse gracieuse qui charmaient tant dans Mme Willemsen. Il paraissait maladif : ses yeux lançaient un regard doux, ses couleurs étaient pâles,

et il est facile de montrer que sage-femme, malgré les apparences, n’est pas un “féminin”. On peut y voir une réalisation décumulée de « *(femme) sage-femme ». L’agent masculin étant, selon une information prise à bonne source, désigné par « homme sage-femme », ce sont « homme (sage-femme) » et « *femme (sage-femme) » qui désignent le sexe des agents, non pas sage-femme.

66I, 6 La réalité de cette transformation est enseignée par les attestations du cumul :

6729), 124) Répertoire n° 82, juillet-août 1995, p. 25 […] Amy Beach, femme compositrice américaine du début de ce siècle.

68A partir de ce syntagme redondant, plusieurs processus de décumul sont concevables et attestés.

69Un décumul in præsentia : les deux éléments associés sont conservés, mais le second passe au genre A :

7030), 78) Diapason n° 445, février 1998, p. 63 […] car voici que surgit des limbes une femme compositeur française qui n’a rien à envier — loin de là — à Fanny Mendelssohn ou même à Clara Schumann [il s’agit de Marie Jaëll].

71Un décumul par l’effacement du support hyperonymique, impliqué dans l’élément apposé, hyponymique : une femme compositrice > une compositrice :

7231), 76) Répertoire n° 104, juillet-août 1997, p. 33 Compositrice anglaise, Doreen Carwithen suivit un parcours traditionnel à l’instar de ses homologues masculins.

  • 7 L’adaptation du déterminant à son support (une compositeur > un compositeur) s’impose avec plus  d’ (...)

73L’effacement du support hyperonymique peut être plus tardif que dans le cas précédent, si la référence à la personne de l’agent disconvient au contexte. Dans un premier temps, une femme compositrice > une femme compositeur > *une compositeur ; puis *une compositeur > un compositeur : l’attestation des combinaisons complémentaires un compositeur (homme)~une compositrice (femme) enseigne la distribution des déterminants et interdit *une compositeur7 :

7433), 54) Répertoire n° 84, octobre 1995, p. 30 […] une œuvre originale et profonde, commande bienvenue du Ministère de la culture à un compositeur qu’il est utile de connaître [il s’agit d’Édith Canat de Chizy] [Xavier de Gaulle].

  • 8 Pour ne pas embarrasser l’exposé, nous ne ferons plus allusion à la différence que nous croyons avo (...)

75On constate donc, que, compositeurs tous les deux, Robert et Clara Schumann le sont par des voies distinctes. Dans le cas de Robert, le compositeur provient de l’homme compositeur ; dans celui de Clara, de *la compositeur : la désignation de Clara n’est pas un emprunt au “masculin”. L’indépendance des sexes est sauvegardée, puisque les représentants de chacun d’eux sont désignés par des homonymes8.

  • 9 Professeur et ministre étant épicènes, rien dans la forme n’exige que le stade une ministre, une pr (...)

76L’effacement du support hyperonymique (femme) dans « une (femme) sage-femme » ne cause aucune difficulté : ce décumul conduit à une mise en contact attestée — « une (sage-) femme »—. En revanche l’effacement d’(homme) dans un homme sage femme (> *un sage- femme) est exclu, parce qu’il aboutirait à la mise en contact disconvenante — *« un (sage-) femme ». Quant à l’adaptation du genre du déterminant au genre du nom — *un sage femme > *une sage-femme —, elle est sinon exclue du moins difficile parce que ce genre de correction ne s’opère couramment que dans le sens d’une adaptation du genre B au genre A (*une compositeur > un compositeur) : le genre A, plus que le genre B, se prête à la désignation des agents des deux sexes, comme le montrent les exemples cités en I, 59.

77I, 7 L’étude linguistique suppose que rien n’est établi avant l’examen d’un éventail aussi étendu que possible d’effets de sens, dont aucun n’est privilégié.

78On peut pardonner l’ironie malencontreuse de telle lectrice de Télérama, qui n’est pas censée apercevoir qu’un chirurgien peut représenter aussi bien *« un (e femme) chirurgien (ne)» qu’ *« un (homme) chirurgien » :

7934), 67) n° 2512, 4 mars 1998, p. 5 Chirurgien, ienne […] n. Spécialiste en chirurgie (Le Robert). Quoi, je ne rêve pas, il y a bien un féminin au mot chirurgien, c’est même dans le dictionnaire,

mais on ne saurait admettre que le premier ministre donne force de loi à l’imprudence.

80Il est incontestable que les désignations du genre B s’appliquent le plus souvent aux seules femmes : les rares cas que nous avons cités du contraire, pour être attestés, créent un embarras (exemples 5, 7, 9), constituent des cas limites (exemple 6) ou des cas particuliers — l’exemple 28 est intelligible à qui sait que Marie est la troncation de Marie-Gaston —. L’expérience, et les exemples cités, enseignent en revanche que les désignations du genre A s’appliquent aux seuls hommes avec moins de constance, et qu’il y a des désignations exclusivement attestées sous la forme du genre A (exemples 12, 2527). A lire

8135), 7), 118) Le M.,8-9 février 1998, p. 7 Le nom de Cendrine Le Chevallier, huitième adjointe au maire, femme influente et épouse de l’invalidé, est souvent avancé,

on peut croire un instant que les huit premiers adjoints sont des femmes, mais

8236) Le M., 11 juin 1998 p. 11 […] Jean-Claude Poulet-Dachary, neuvièmeadjoint au maire FN Jean-Marie Le Chevallier

ne laisse place à aucune équivoque : adjoint désigne les fonctionnaires des deux sexes.

83Les exemples où le genre A constitue la forme épicène, nombreux, usuels, reçus, interdisent de considérer que la corrrespondance « genre A~sexe masculin » présente le caractère d’une adéquation ; par voie de conséquence, si chirurgien n’est pas un masculin, chirurgienne n’est pas un féminin. Les cas où les désignations du genre B sont épicènes, pour être infréquents ou tératologiques, sont attestés, et confirment par un témoignage direct que la correspondance « genre B~sexe féminin » ne présente pas davantage le caractère d’une adéquation.

  • 10 Mais la terminologie ne saurait servir d’argument pour la définition des réalités, parce qu’elle ne (...)

84Ce qui rend assuré le succès des “féminisations”, c’est que la terminologie en usage pour désigner les genres entretient l’illusion sexocentriste, de sorte que les écarts constatés peuvent être impunément dénoncés10. En revanche, l’école ne diffuse sur l’orthographe aucune idée reçue propre à entretenir la chimère phonocentriste ; les “rectifications” ont donc été rejetées par un public que l’institution n’avait pas conditionné. Il n’empêche qu’un homme n’est pas une désignation masculine ni une femme une désignation féminine : ce sont les référents qui appartiennent l’un au sexe masculin, l’autre au sexe féminin. Soutenir le contraire oblige à soutenir aussi que caoutchouc est un substantif élastique, et que l’abus de gnaule nuit gravement à la santé.

85Partant, dans les cas de coordination d’un substantif du genre A et d’un substantif du genre B, la règle « le masculin l’emporte sur le féminin », que mon instituteur énonçait sur un ton revanchard l’année où les femmes ont accédé aux isoloirs, ne correspond à rien. C’est le genre A, “non féminin non masculin”, qui l’emporte sur le genre B, “non féminin non masculin ” :

8637) Le M.,14 novembe 1997, p. 1 […] les garçons et les filles concernés pourraient demander à anticiper cette entrée en possession de la nationalité. […] ils pourront le faire sans avoir besoin de l’accord de leurs parents.

87La tâche du linguiste consiste désormais à décrire les relations entre le sexe et le genre, à dire pourquoi dans certains cas, et non dans d’autres, la langue fait correspondre à l’opposition des sexes une opposition des genres — épicier~épicière, mais policier~*policière ; conducteur~conductrice mais chauffeur ~*chauffeuse ; renégat~renégate mais avocat~(avocate) ; « un ministre »~« ? une ministre ») ; « un professeur »~« *une professeur »—, et à mettre à l’épreuve la légitimité de la néologie en considérant les situations sous le double point de vue de la forme et du contenu.

88II, 1 On ne fabrique pas n’importe comment n’importe quel signifiant ; les féminisateurs de 1986 l’ont compris, ou à peu près. Ils ont suivi des règles, ce que Mme Rey-Debove rappelle opportunément dans son intervention du 14 janvier. La néologie impose la consultation des situations contiguës, prises en compte dans leur totalité et en structure profonde, afin de légitimer les créations : des formes linguistiquement arbitraires ne pourraient se répandre, comme exclusivement tributaires de la mémoire.

  • 11 Il n’est pas fort caractérise celui qui est faible ; c’est donc fort qui préexiste à faible, et non (...)

89Il est constant que le genre B est à la fois un genre faible, comme nous l’avons vu, et un genre marqué par rapport au genre A, fort11. Il arrive que les adjectifs et les substantifs du genre A et ceux du genre B soient épicènes, (faible, malade, ministre, écrivain, auteur …) ; il arrive aussi qu’ils soient opposés, à partir de la même base, par des suffixes distincts (coiffeur~coiffeuse, dessinateur ~dessinatrice). Il arrive enfin qu’ils soient marqués par l’adjonction d’un trait supplémentaire, qui fait paradoxalement des formes du genre faible des formes plus étoffées que celles du genre fort (fort~forte ; président~présidente ; conseiller~ conseillère). Ce paradoxe est rendu supportable par la discrétion du surcoût, un phonème ou un graphème ; encore l’adjonction d’un graphème est-elle parfois sans contrepartie dans le code oral — voir les exemples 15 (ancien ministre déléguée) et 42 —.

90Le paradoxe est en revanche flagrant avec le suffixe -esse (on laissera de côté le suffixe -ine d’héroïne et speakerine), qui impose un surpoids important : (âne~ânesse, gonze~gonzesse, maire~mairesse ; demandeur~demanderesse, docteur~doctoresse). C’est cette contradiction qui explique l’indisponibilité du suffixe (reconnue à deux reprises, sans justification, dans l’arrêté du 11 mars 1986), pour la désignation des agents permanents de fonctions instituées, et la désuétude des rares noms d’agent en -esse existants, « maîtresse (d’école)», doctoresse (voir III, 1). Les unités en -esse désignent l’agent d’une fonction permanente inutile à la cité (poétesse, prêtresse, devineresse, « dame patronnesse » …), l’agent d’une fonction publique occasionnelle (venderesse, demanderesse) ou l’être non assujetti à une fonction (Suissesse, pauvresse, ogresse, drôlesse, négresse, tigresse, notairesse).

91Il n’y a pas de corrélation « substantif “masculin” en -eur~substantif “féminin” en -eure ». La correspondance supérieur~supérieure (d’un couvent), est en fait la nominalisation d’adjectifs où -ieur~-ieure est un suffixe de comparatif ; elle ne s’est étendue qu’à la constitution de la paire prieur ~prieure, contiguë du point de vue de la forme — au prix d’une fausse coupe : on a en fait un suffixe -eur dans pri-eur — et, surtout, de la représentation. Aussi les féminisateurs de 1986 ne songent-ils pas à exploiter la prétendue flexion -eur~-eure : compositeure n’est risqué qu’avec précaution (exemple 32), et c’est par l’effet d’un abus que Michèle Coquillat (article cité) se dit « docteure ès lettres ». La contiguïté de prieure accréditerait*ingénieure si ingénieur désignait un agent de la fonction ecclésiastique, et quoique Réforme, selon Thomas Ferenczi (article cité), n’hésite pas à appeler pasteures les femmes pasteurs, pasteur est épicène dans Le M., 5-6 avril 1998, p. 12, et dans Au Carnet du « Monde », 26 août 1997, p. 8, comme rabbin Au Carnet, 6 mars 1998, p. 26 : « le rabbin Pauline Bebe » —.

92Les féminisateurs regardent comme productive la correspondance -eur~
-euse à la condition que les formations soient vernaculaires et issues d’un radical verbal — mais la première condition, qui est révélée par les exemples choisis, n’est pas explicitement reconnue par les linguistes associés à l’entreprise de Mme Groult —. On admettra donc uniquement les néologismes conformes aux dérivations acheter~acheteur, acheteuse ; vendre~vendeur, vendeuse ; voyager ~voyageur, voyageuse ; contrôler~contrôleur, contrôleuse ; coiffer~coiffeur, coiffeuse ; raisonner~raisonneur, raisonneuse

  • 12 « (Le)procureur », pour désigner une femme,a été relevé dans Le Monde des 7 novembre 1997 p. 11 ; 9 (...)

93II, 2 Ces principes, tout à fait légitimes, limitent le nombre des correspondances formellement contrastées. *Ministresse, *provisoresse, *professoresse, *assessoresse, *defensoresse, *procuroresse, *ingénioresse … sont exclus parce que le suffixe est peu productif ; *proviseure, *professeure, *assesseure, *défenseure, *procureure, *ingénieure … parce que la flexion /eur/~/eure/est inattestée. Sont exclus de même, comme sans correspondance avec une base verbale, *ingénieuse, *chroniqueuse (chroniqueur figure sur la liste des nominations et promotions dans l’ordre de la Légion d’honneur publiée par le JO du 1er janvier 1998, p. 12, col. 2), *auteuse (“féminin” d’auteur), *sauveteuse (voir III, 3c)— *ingénier, *chroniquer, *auter et *sauveter n’existent pas —,*chauffeuse (de véhicule automobile) et *procureuse : un chauffeur ne chauffe pas plus qu’un procureur ne procure12.

94Des noms d’agent en -euse sont attestés en l’absence d’un verbe dans le paradigme lorsque le corrélatif en -eur fait défaut : *théâtrer~*théâtreur, théâtreuse ; *ouvrer~*ouvreur, ouvreuse.

95II, 3 Rien, en revanche ne semble devoir interdire le troisième terme, pourtant absent, de sauver~sauveur, *sauveuse ; de vaincre, vainquant~vainqueur, *vainqueuse ; de connaître, connaissant~connaisseur, *connaisseuse ; de penser ~penseur, *penseuse. On explique ces blocages en III, 3c ; III, 6 ; V, 11, et on commente enquêter, enquêteur~enquêtrice ou enquêteuse en III, 3b.

  • 13 Mais les bases dis-, lis-, fais- sont présentes dans les flexions de dire, lire et faire disant, (...)

96II, 4 On ne traitera pas de la même façon l’absence de *professeuse, de *proviseuse, de *censeuse, de *défenseuse … Il suffirait sans doute de faire observer qu’un proviseurne *provise pas, qu’un censeur ne *cense pas, qu’ un assesseur n’ *assesse pas, qu’aucune forme de la flexion de défendre n’est bâtie sur la base défens-13, ni aucune forme de la flexion d’intercéder sur la base intercess- , qu’un professeur enseigne plus qu’il ne professe. Mais on prendra surtout en compte un argument décisif que les linguistes collaborateurs de Mme Groult n’aperçoivent pas : ces mots sont des calques savants (voir III, 4). C’est du reste ce statut qui interdit les corrélations du type *pasteur~*pasteure, censeur~*censeure : les corrélétifs en */tora/, */sora/, */ssora/ des suffixes du genre A n’existant pas en latin, ils ne peuvent être calqués.

97II, 5 Ainsi les sexocentristes, qui proclament, au nom de l’égalité des hommes et des femmes, la nécessité de cumuler formellement la désignation du sexe et celle de la fonction, ne vont pas jusqu’au bout de leur audace. Ils reconnaissent implicitement par là que, dans la hiérarchie des urgences, la marque du sexe est secondaire. On verra que telle est bien l’idéologie que l’analyse linguistique permet de dégager.

98Dans les cas que nous venons de citer, le prétendu genre féminin ne saurait être révélé que par les marques externes que sont le déterminant et la qualification : la proviseur, une professeur, « quelle excellente ingénieur ! » Encore ces marques sont-elles d’un rendement aléatoire. Devant une initiale vocalique, le -a de l’article défini “féminin” s’efface comme le -e de l’article défini “masculin”, et le possessif emprunte sa forme au “masculin” : une ingénieur, une assesseur, mais l’ingénieur, son assesseur ; l’opposition est effacée dans tous les cas au pluriel lorsque la marque du genre n’est portée que par le déterminant : des ingénieurs, les deux juges, ses ministres, leur proviseur, leurs assesseurs ; elle l’est aussi aux deux nombres lorsque la désignation épicène n’est pas déterminée :

9939) Le M., 21 janvier 1998, p. 11 Accompagné de Martine Aubry, ministre de l’emploi, d’Élisabeth Guigou, garde des sceaux, et d’Alain Richard, ministre de la défense, M. Chevènement et ses collègues ont écouté pendant presque deux heures les élus locaux […].

  • 14 Dominique Voynet, qui tient aussi à la féminisation — elle l’a notamment rappelé avec vigueur le 8 (...)

100Mais surtout, si, dans l’usage naturel, la filière envisagée à la note 9 va au delà du stade *une ministre, *une professeur, *une ingénieur …, c’est sous la pression de réalisations contiguës inattestées que nous avons envisagées en II, 2 et II, 4 *une ministresse, *une professeuse, *une ingénieure … : ces “réalisations inattestées” sont en fait des réalisations latentes dont la manifestation est proscrite, et qu’un degré d’écart — la variation du seul déterminant — ne suffit pas à écarter. L’accès à la structure profonde n’étant pas généralement partagé, les règles de constitution des néologismes risquent d’être méconnues. A moins qu’on ne publie et qu’on ne distribue un vade-mecum fournissant la liste complète des néologismes, et les principes qui ont présidé à leur constitution, des excès de zèle peuvent engendrer des monstres : on lit assesseur dans Le Monde du 25 février 1998, p. 10 ; mais on a relevé assesseuse dans la même publication (26 novembre 1997, p. 11), engendré par un rapprochement interdit avec repasseuse ou paresseuse. Le danger est plus grand encore lorsque la réalisation latente est attestée, mais disconvenante à certaines situations (voir V, 6). « *La rapporteur (au Conseil d’État) » est risqué en raison de la contiguïté de « la petite rapporteuse » ; celle de la médecine, la préfète, la notairesse rend scabreux *la médecin,*la préfet, *la notaire. Et si Mme Aubry, qui se donne pour « la ministre de la solidarité », désigne Mme Mégret comme « le maire de Vitrolles »(Le M.,25-26 janvier 1998, p. 6), c’est en raison d’une double contiguïté fâcheuse, celle de la mairesse et celle de la mère, à moins qu’elle ne refuse la féminité à Mme Mégret14.

101On voit à ces traits les dangers à quoi exposent les manipulations. La langue est un être insondable, insaisissable, incontrôlable, et qui ne se soucie aucunement d’attenter à la dignité des femmes : défense d’y toucher !

102III, 1 L’ardeur sexocentriste conduit ceux-là mêmes qui les édictent à hésiter sur les règles d’un développement néologique raisonnable. En 1986, Mme Rey-Debove, membre de l’équipe qui a préparé l’arrêté du 11 mars, reconnaissait que le suffixe -esse, sorti de l’usage vivant, était d’un rendement nul pour la néologie. Mais avant de confirmer cette position dans le magazine féminin Prima (« Mes respects, Madame la ministre », juin 1998, p. 31), où, comme en 1986, elle écarte spécialement poétesse, elle estimait en janvier 1998 (Le Monde, loc. cit.) que les dérivés désignant les épouses des fonctionnaires pouvaient désormais servir de noms d’agent : ambassadrice, préfète, mairesse.

103Cette dernière extension est condamnée par l’effet que Pierre Georges en tire dans un de ses billets, La fureur de dame Benoîte. La mention initiale « Mme Benoîte Taffin, maire du secondarrondissement de Paris », est reprise anaphoriquement ; le substitut choisi achève de déconsidérer un magistrat déjà malmené par le titre :

10440) Le M., 9 janvier 1998, p. 32 Et la mairesse de donner son avis sur les étranges festivités prévues dans la capitale pour l’an 2000.

105L’observation que nous faisions en II, 1 sur la disconvenance entre l’usage du suffixe -esse et la désignation des noms d’agent permanents de fonctions instituées est confirmée. Poétesse semble bien, désormais, avoir fait place à poète, et maître peut désigner une femme :

10641) Le Monde Aden,18-24 mars 1998, p. 3 : […] selon les mots du poète Marie-Claire Bancquart ;

10742), 15) Répertoire n° 82, juillet-août 1995, p. 77 Le maître et l’élève réunies [sic] en un duo idéal [les cantatrices Brigitte Fassbaender et Juliane Banse].

108Mais surtout, les règles sont dégagées sans rigueur ni méthode, et appliquées de façon hâtive. Aucune proposition ne résiste à la critique, parce qu’aucune n’est fondée sur l’examen attentif et approfondi qu’appelaient les situations. Les féminisateurs se disent soucieux de conformer leurs créations à des modèles incontestables ; mais ils sous-estiment les précautions à quoi cette exigence oblige, et leur ingénuité les condamne au simplisme.

109III, 2 BenoîteGroult se veut écrivaine. Elle invoque le modèle souverain~souveraine ; elle ne voit pas que souverain, au contraire d’écrivain, est un adjectif — « pouvoir souverain », « autorité souveraine » —, qu’une base verbale est sous-jacente à écrivain,non pas à souverain, qu’*écrivaineté n’existe pas en face de souveraineté.

110Les couples candidat~candidate, lauréat~lauréate, oblat~oblate, ingrat~ingrate, scélérat~ scélérate … ne sauraient servir de caution à la constitution des paires avocat~avocate, magistrat~magistrate : les modèles allégués ne désignent pas les agents de fonctions. Et que faire lorsqu’aucun modèle n’est disponible ? Substitut est isolé. Pour Le M., 21 janvier 1998, p. 32, une femme exerçant la fonction est le substitut. L’usage sera-t-il maintenu ?

111III, 3a Les rédacteurs des règles publiées le 11 mars 1986 nous expliquent que si un radical se termine par un « t » qui appartient au verbe de base, le féminin est en « teuse » [sic] : acheteur~acheteuse … ; et que si le « t » n’appartient pas au verbe de base, le féminin est en « trice » : animateur~animatrice. Cela tombe sous le sens : il n’y a pas de verbe *animater.

112Mais pourquoi isoler les couples en -eur~-euse issus de radicaux verbaux terminés par -t, et les disjoindre de tant d’autres, danser~danseur, danseuse ; vendre~vendeur, vendeuse, mentionnés plus loin, ravauder~ravaudeur, ravaudeuse ; repasser~repasseur, repasseuse ; travailler~ travailleur, travailleuse … ?

113C’est que, nous dit-on juste après, « l’usage actuel a tendance a donner un féminin en « trice » même à des noms dans lesquels le « t » appartient au verbe de base : une éditrice… ».

114On ne voit donc pas qu’éditeur, au contraire d’acheteur, emprunteur, prêteur, radoteur … est un calque du latin editor : le paradigme comporte le nom d’action édition, lui aussi calqué sur le latin, ce qui n’est jamais le cas des formations populaires — *achetion, *empruntion, *prêtion *radotion …n’existent pas —. Éditer, comme inspecter, à quoi correspond inspection, comme sculpter, comme professer, entretiennent un simple rapport de contiguïté avec les noms d’agent qui y correspondent, sans leur fournir une base de dérivation : éditeur, inspecteur, sculpteur et professeur sont aussi indépendants d’une base verbaleque directeur, qui ne dérive pas de diriger, que débiteur, qui ne dérive ni de devoir ni de débiter …, que moniteur et spectateur, desquels aucune forme verbale n’est seulement contiguë.

115III, 3b A-t-on des dérivés verbaux dans collaborateur~collaboratrice, tentateur~tentatrice, dessinateur~dessinatrice, accompagnateur~accompagnatrice… ? Ces mots ne sont pas à proprement parler des calques, puisque *collaborator, *accompagnator,*dessinator, *tentator, … n’existent pas plus que les noms d’action *collaboratio, *tentatio … Seule la finale est savante. Nous parlerons ici de calques sans étymons attestés, constituant une série parallèle à celle des calques à étymons attestés — éducateur, éducatrice~éducation ; fondateur, fondatrice~fondation …— plutôt que de constructions dérivées des bases verbales collabor-, tent- : aviation, aviateur~aviatrice ne dérivent pas plus d’*avier que donation, donateur~ donatrice de *doner. On peut toutefois avoir un doute pour les noms d’agent à quoi ne correspondent pas des noms d’action en /ation/, et voir dans dessin-ateur et accompagn-ateur des dérivés de bases verbales avec un suffixe -ateur variante du suffixe -eur.

116On a de même des calques à étymon virtuel ou “non attesté” dans réalisateur, réalisatrice~réalisation ; improvisateur, improvisatrice~improvisation ; utilisateur, utilisatrice~utlisation, qui associent un radical savant et une finale savante.

117A cette série s’oppose une série de paradigmes comportant des noms d’action savants, en /isation/, et des noms d’agent à finale populaire,-iseur ; on a ici affaire à des constructions dérivées de bases verbales, et non à des calques. Pour nous limiter aux noms attestés uniquement comme substantifs — les substantifs-adjectifs tels qu’organisateur ou civilisateur sont toujours des calques à étymon virtuel —, on citera allégoriseur, exorciseur, latiniseur, magnétiseur, thésauriseur, économiseur, égaliseur à côté d’herborisateur, improvisateur, réalisateur, temporisateur, utilisateur, vulgarisateur, pulvérisateur, vaporisateur. Les noms d’agent à finale populaire semblent être le résultat d’une haplologie qui frappe certaines unités de plus de quatre syllabes —*allégorisateur, *magnétisateur, *thésaurisateur … —.

118Sollicitation semble inviter à voir dans solliciteur une simplification mécanique du pentasyllabe *sollicitateur ; mais la formation est différente de celles de la série précédente. En fait, c’est le caractère occasionnel de la fonction qui écarte le choix d’un calque latin intégral : la langue hésite à mobiliser les noms savants, marqués par rapport aux vernaculaires, pour désigner les agents dont les fonctions ne sont pas publiquement instituées. Solliciteur, sollicitieuse sont donc les dérivé vernaculaires d’une base verbale savante. On en trouve une confirmation dans visiteur, visiteuse, dérivés populaires du verbe calqué visiter qui se sont semblablement substitués aux quadrisyllabes *visitateur et *visitatrice, la visite, et non visitation — les déverbaux sont vernaculaires —étant également une fonction occasionnelle.

119Le même argument sémantique rend compte de la discordance exploitation~exploiteur, exploiteuse (et non *exploitateur,*exploitatrice). Exploiteur désigne l’individu qui exploite des être humains, et non pas celui qui gère une exploitation — l’agent est ici nommé exploitant — ; or la fonction d’esclavagiste ne correspond pas à une vocation reçue. On a donc encore non pas un calque sans étymon attesté mais un nom d’agent dérivé d’un radical verbal, vernaculaire cette fois, exploiter.En revanche, c’est une fonction permanente reconnue que de présenter une manifestation à un public ; de là présentation~présentateur, présentatrice.

120La bienfaisance est, comme la sollicitation et la visite, une activité occasionnelle ; aussi benefactor n’a-t-il pas engendré le calque *bénéfacteur. Mais comme le paradigme ne comporte pas de verbe attesté dont le nom d’agent soit le dérivé, le vernaculaire *bienfaiseur (d’après bienfaisant, sur le modèle faire, faisant~faiseur)était également exclu. La langue a encore préféré une réalisation partiellement populaire, la combinaison de *bienfai (seur) et de *(bénéfac)teur. Bienfaiteur, qui n’est pas construit sur bienfait, est un semi-calque à finale savante, comme son corrélatif bienfaitrice. Sur bienfaiteur a été bâti malfaiteur, sans que bienfaitrice engendrât *malfaitrice pour la raison que nous disons en V, 11.

121Supporteur n’est pas bâti sur le radical du verbe supporter — c’est supporter (une équipe) qui provient du substantif — ; *supporteuse n’a donc pas vu le jour (voir II, 2). Or certaines situations commandent la mention simultanée des agents des deux sexes : supportrice est la seule réponse à cette cette exigence momentanée :

12243) Cuisine et vins de France mai-juin 1998, p. 60 Que vous soyez supportrices ou supporteurs, dégustez-le, dévorez-le, grignotez-le, vous marquerez des buts.

123La personne qui m’a interrogé au téléphone pour un institut de sondages le 29 avril 1998 s’est présentée comme enquêtrice. L’enquêteuse attendu, et seul connu du Nouveau Petit Robert, a probablement été écarté parce que la fonction d’enquêter est une fonction professionnelle exigeant compétence et capacité, discriminée à ce titre de la simple fonction de quêter ; le modèle quêteur~quêteuse n’est donc pas fécond.Mais la fonction pourrait plus heureusement revenir à des enquêteurs des deux sexes.

124Les sexocentristes de 1986 ignorent visiblement de quelle conséquence sont les oppositions « mot vernaculaire~mot savant », « dérivé populaire~mot calqué », et n’aperçoivent pas les fondements des “porosités” constatées entre les deux catégories.

  • 15 Sauveteur, formation insolite, a été imposé comme correspondant de sauver par sauvetage, lui-même i (...)

125III, 3c Sauveteur présente un cas particulier. Il ne peut s’agir ni d’un mot vernaculaire, construit sur le radical de sauver, ni d’un dérivé de *sauveter,ni d’un calque. Sauveteur tient du dérivé verbal (sauver > sauv-eur) et du calque (salvateur). Cette ambiguïté interdit aussi bien *sauveteuse que *sauvetrice15.

126La relation proprement dérivationnelle n’est réalisée que dans sauver~sauveur. Elle laisserait attendre *sauveuse (rapprocher laver~laveur, laveuse ; rêver~rêveur, rêveuse ; servir~serveur, serveuse) ; la forme attendue est ici encore exclue par une raison sémantique. L’intervention du sauveur revêt toujours un caractère fortuit : ce n’est pas une vocation qui fait de lui un agent, mais la pression d’une circonstance imprévue. La qualité d’agent conditionné réduit la prégnance de la personne, dont l’ identification complète n’est pas urgente ; aussi la référence à son sexe est-elle escamotée.

127La fonction de témoin présente le même caractère ; la désignation est donc elle aussi épicène. On n’est pas tenu d’adhérer aux arguments aléatoires de Marina Yaguello (Les mots et les femmes, Payot, Prismes, 1987, p. 127).

128III, 4 Les noms d’agent calqués ne connaissent donc de correspondants du genre B que lorsqu’ils sont en /teur/(et ce sont toujours ces calques à étymon attesté : instituteur ~institutrice), ou en /ateur/(éducateur~éducatrice ; aviateur~aviatrice, dessinateur~dessinatrice), parce que latin atteste une finale corrélative en /-trix/ (debitor~debitrix, educator~educatrix) ; aux couples types que nous venons de mentionner nous ne pouvons ajouter qu’ambassadeur ~ambassadrice, quasi-calque de l’italien ambasciatore~ambasciatrice, l’élément qui précède /rice/ étant le corrélatif de /t/. Comme -euse ne peut servir qu’à former des dérivés français, que la flexion /eur/~/eure/est inattestée, et que le suffixe -esse est improductif, les mots savants en /eur/ non précédé de /t/ sont nécessairement épicènes ; ainsi s’explique qu’aucun corrélatif du genre B n’existe pour précurseur, professeur, censeur, proviseur, assesseur, défenseur et offenseur, intercesseur et successeur, agresseur et transgresseur, défenseur et offenseur … Il suffit d’ouvrir un dictionnaire latin pour constater que ces noms sont des calques, et de remarquer que le paradigme de quelques uns comporte des noms d’action : agression, transgression, intercession, succession, possession, oppression, profession. La relation offenser~offenseur n’associe pas une base et son dérivé, mais deux calques indépendants l’un de l’autre ; professer, agresser et transgresser, qui ne sont pas des calques d’étymons attestés,ont été constitués à partirde professeur, agresseur, transgresseur sur le modèle offenser~offenseur.

  • 16 Marina Yaguello (op. cit.,p. 131) identifie auteur comme un doublet d’acteur ! Il est vrai qu’elle (...)

129C’est son caractère de mot non calqué — le calque du latin auctor serait *aucteur — qui explique qu’auteur soit épicène. Contrairement à ce que croit Marina Yaguello16, le mot n’est donc aucunement contigu aux calques acteur (~actrice) et orateur (~ ? oratrice), et au calque à étymon virtuel aviateur~aviatrice. On peut du reste douter qu’au calque *aucteur eût correspondu un corrélatif du genre B, car aux couples les plus immédiatement contigus, les noms d’agent en /cteur/~/ctrice/ — acteur~actrice, lecteur~lectrice, inspecteur~inspectrice … — sont associés un nom d’action et /ou une conjugaison. Il ne semble pas qu’*auction ou *aucter, *augir aient leur place dans un paradigme comprenant *aucteur ; or c’est à l’absence d’un troisième terme,*doction, *dogir ; *détraction, *détraire, qu’est imputable l’absence de *doctrice et de *détractrice en face de docteur et de détracteur.

130La question de savoir si factrice (employée des PTT) correspond à facteur de façon constante est difficile à trancher. Le paradigme ne comporte ni faire ni faction, mais le couple acteur~actrice offre un parrainage de surface à la constitution d’une paire que la nature des référents favorise : on verra en V que la relation personnelle à un public dote l’agent masculin d’un corrélatif féminin désigné de façon spécifique : financier, banquier et praticien sont épicènes, non pas épicier, boutiquier et pharmacien. Pour facteur~factrice (d’instruments de musique), voir III, 6.

131III, 5 Ces considérations expliquent que, probablement sans trop savoir pourquoi, les féminisateurs, qui exigent écrivaine d’après souveraine, ne réclament pas *autrice d’après actrice. Mais ils ne manifestent pas toujours la même prudence ; il leur arrive de ne pas maîtriser les paradigmes et de proposer des bricolages qu’ils nous somment d’accepter. L’illégitimité de ces produits est pourtant aussi évidente que celle de l’*autrice.

132« Les juristes du secrétariat général du gouvernement, nous dit Raphaële Rivais dans son article du 19 décembre 1997, p. 1, se demandent quel sera le féminin de recteur ». Tentant d’appliquer « la loi acheter~acheteur, acheteuse », cette personne conclut : « le « t » n’appartenant pas au verbe « régir », le féminin de recteur devrait être rectrice. »

133On peut en effet songer un instant à cette création en consultant les séries immédiatement comparables, les paradigmes qui présentent les suites /cteur/~/ctrice/ et comportent une conjugaison, (agir)~acteur, actrice ; (diriger)~directeur, directrice et (lire)~lecteur, lectrice, mais aussi (protéger)~protecteur, protectrice ; (séduire)~séducteur, séductrice ; (détruire)~ destructeur, destructrice … Aucun de ces modèles ne peut cependant être retenu, parce qu’aucun ne correspond exactement à la série (régir)~recteur, *rectrice. Lecteur ne désigne pas toujours l’agent permanent d’une fonction instituée ; à la série (agir)~acteur, actrice,il convient d’ajouter action ; or *rection ne figure pas dans le paradigme de (régir)~recteur, *rectrice ; cette particularité invalide également les modèles fournis par directeur, séducteur, destructeur ; protectorat, que l’on peut rapprocher de rectorat, figure dans le paradigme auquel appartient protecteur, mais à côté de protection. Lectorat, qui existe — avec lecture —dans le paradigme de lecteur, ne peut pas être rapproché de rectorat, car il désigne une collectivité et non une fonction.

134Si, sans égard pour la littéralité de la correspondance, on tente de rapprocher rectorat~recteur, *rectrice de tutorat~tuteur, tutrice et de préceptorat ~précepteur, préceptrice, on constate bien que le nom en -orat désigne dans tous les cas la fonction exercée ;mais il manque un verbe sous-jacent dans le paradigme de précepteur et de tuteur. Aucun modèle n’est donc exactement superposable à (régir), rectorat, recteur.

135Celui qui, signifiant et signifié, comporte le plus de traits communs avec cette relation serait finalement (professer), professorat, professeur. Les deux paradigmes se complètent d’un quatrième terme identiquement formé, rectoral et professoral — les séries avec directeur, et lecteur,qui, en surface, sont les plus proches de la série avec recteur ne sont pas complétées par *lectoral et *directoral —. Il faut donc dire madame le recteur, comme on dit madame le professeur, et comme on dit madame le docteur. Et en effet, si l’on associe l’adjectif au paradigme, une corrélation de surface tripartite est spécifiquement instaurée au sein de deux séries avec /cteur/ : recteur, rectorat, rectoral et docteur, doctorat, doctoral. Sans doute *dogir est-il inattesté — mais dit-on qu’un recteur régit ? —, sans doute docteur, doctorat et doctoral ne réfèrent-ils pas à une fonction ; mais la particularité formelle qui réunit les deux paradigmes et la commune association des signifiants au milieu universitaire accréditent le parrainage de docteur, doctorat, doctoral. Pas plus donc de *rectrice que de *doctrice . Mais gare à rectoresse !

136On ne trouvera pas illégitime, ni même excessif, le soin que nous prenons à rechercher les points de rapprochement, sans parvenir à recueillir des concordances unanimes : la néologie exige des précautions, et suppose que les substituts de synthèse qu’on élabore sont aussi vrais que nature, aussi linguistiques que les produits attestés. La prise en compte de quelques éléments appartenant à la structure de surface (souveraine~écrivaine ; renégate~avocate ; directrice~rectrice) n’engendre jamais que des produits en toc, qui ne pourront s’imposer que par l’effet de mesures autoritaires. Un mélomane ignorant pourra tant qu’il voudra contrefaire la battue d’un chef d’orchestre ; faute d’avoir pratiqué la direction, il ne tirerait rien d’un ensemble instrumental. Et l’extrait d’un document supposé du XVIe siècle qu’on trouve au chapitre 8 de Monsieur Bergeret à Paris apparaît au lettré comme un faux grossier : Anatole France — pouvait-il du reste en être autrement ? — n’a pas suffisamment soigné son pastiche.

137III, 6 On disjoint éditeur~ éditrice d’acheteur~acheteuse parce qu’on perçoit confusément que la coupe édit-er~édit-eur est une fausse coupe, qu’éditeur est un calque savant, et non un dérivé verbal ; on exigera, et on obtiendra vraisemblablement recteur~rectrice, contre toute légitimité et contre toute conséquence, puisqu’on continuera de se satisfaire d’auteur — ; on exigera et on obtiendra peut-être sculptrice et amatrice,que l’examen attentif de leur environnement semble devoir écarter, factrice (d’instruments de musique) et compositrice, qui paraissent plus acceptables.

138La structure de la syllabe initiale le proclame, sculpteur est aussi un calque ; il ne dérive pas d’une base verbale *sculpt- et sculpter y est seulement contigu ; mais la désignation se démarque des signifiants comparables, éditeur~éditrice ; auditeur~auditrice ; inspecteur~ inspectrice ; acteur~actrice … par le nom d’action, sculpture et non *sculption. Cette divergence rend difficile la fabrication de sculptrice, que la structure de surface paraissait autoriser. Le modèle savant lecture~ lecteur, lectrice, qui comporte également un verbe contigu, lire, doit aussi être écarté : lecteur n’est pas associé à l’idée de création. La contiguïté idéelle de peindre~peinture~peintre favorise le maintien de la forme commune au deux genres, un sculpteur ; Le Monde, qui, comme nous le verrons, donne complaisamment dans la néologie féministe, paraît éviter sculptrice :

13944) 22-23 février 1998, p. 1 [a propos de Louise Bourgeois] Elle est née à Paris en 1911, elle est devenue sculpteur puis américaine.

140La série (faire), facture, facteur (d’instruments de musique) semble pouvoir être plus facilement complétée par factrice. Le parrainage — douteux — de (lire) lecture, lecteur~lectrice est en effet appuyé par une autre contiguïté de surface, celle qu’offre acteur~actrice. Factrice paraît viable à condition de désigner non pas un industriel qui fabrique des pianos, mais un artisan qui confectionne des flûtes à bec et des copies de bassons anciens (voir la note 28).

141Pour évaluer la légitimité d’(aimer) amateur~ ?amatrice, on fera comparaître les séries qui associent un paradigme verbal et un couple de noms d’agent en /ateur/~/atrice/. Les couples éducateur~éducatrice, profanateur~profanatrice, admirateur~admiratrice … ne sauraient, malgré les apparences, parrainer le couple postulé : lorsqu’un nom d’agent en /ateur/correspond à un verbe, le radical est commun au verbe et au nom d’agent : adorer, blasphémer, contempler, créer, triompher … ; or le radical verbal correspondant à amateur n’est pas le calque *amer. Sans doute le verbe sous-jacent à donateur~donatrice est-il donner et non *doner. Le couple est néanmoins intégré à la série par la présence d’un troisième terme calqué, donation, symétrique de contemplation, adoration, fondation, exploration  ; or *amation ne figure pas plus à côté d’animation qu’*amer à côté d’animer.

  • 17 La relation composition~compositeur a permis la constitution de composer d’après le modèle offert p (...)

142La correspondance « verbe vernaculaire en /ser/~nom d’agent calqué en /iteur/ » isole composer~compositeur (rapprocher poser~poseur, causer~causeur, arroser~arroseur, épouser~épouseur, amuser~amuseur, diviser~diviseur, jaser ~jaseur) ; mais la relation composition~ compositeur rend viable compositrice, à défaut de l’imposer17.

143Le Petit Robert comporte une entrée « compositeur, trice » depuis 1989. Mais le PR des noms propres donne comme compositeurs Nadia Boulanger, Betsy Jolas et Germaine Tailleferre dans son édition du 4e trimestre de 1993 … avant d’identifier la seule Betsy Jolas comme compositrice à partir de son édition de 1994. Il distingue donc l’agent vivant, en état d’associer une personne et une fonction, et les agents disparus, dont la fonction seule, pérennisée par leurs œuvres, est actuelle (voir la note 38). L’édition 1998 du Petit Larousse illustré, la seule que nous ayons consultée, fait également correspondre les genres et les sexes à l’entrée compositeur, et donne Nadia Boulanger comme compositrice — il ignore Germaine Tailleferre et Betsy Jolas —,laquelle Betsy Jolas s’identifie comme « compositeur de musique » dans le Who’s Who de 1997-1998.

144Un sondage dans les revues discographiques Répertoire et Diapason confirme l’usage décrit par les dictionnaires de langue : nous avons relevé 3 occurrences de compositeur (exemples 33, 54, 56) et 12 des désignations “féminines”(exemples 29, 31, 52, 53, 55, 57, 58, 58, 72, 76–78).

  • 18  Aucun mot ne rime avec vaincre. Lire (lisant), dire (lisant), confire (confisant), faire (faisant) (...)

145L’isolement de vaincre (vainquant)~vainqueur18 en face de moquer~moqueur, piquer~piqueur, croquer~croqueur, troquer~troqueur, truquer~truqueur explique qu’une femme puisse être triomphatrice mais non *vainqueuse. Celui de connaître (connaissant)~connaisseur en face de la série des correspondances « infinitif~noms savants en /sseur/ » — (posséder), possesseur ; (agresser), agresseur … — et de la série des dérivations du type jouir (jouissant)~jouisseur, envahir (envahissant)~ envahisseur, ravir (ravissant)~ravisseur … interdit enfin l’attestation de *connaisseuse.

146III, 7 C’est donc un complot linguistique, et non un complot sexiste, qui écarte des néologismes dont seule une vue superficielle de la situation déclare la légitimité. Tout au plus fera-t-on observer qu’aux blocages d’ordre linguistique que nous venons de décrire s’ajoute le blocage que la réalité des mœurs oppose à la génération de noms d’agent du genre B : les femmes imprimeurs, sculpteurs, peintres, compositeurs, facteurs d’instruments de musique, menuisiers, terrassiers, couvreurs … ne sont pas si nombreuses que la langue dispose de noms d’agent spécifiques pour les désigner. Théoriquement, on l’a vu, *sculptrice et *peintresse paraissent peu probables, compositrice et factrice (d’instruments de musique) moins indisponibles. L’inattestation de menuisière, terrassière, couvreuse, imprimeuse … n’est pas due à un blocage linguistique ; ces noms d’agent entreront dans l’usage si les fonctions correspondantes deviennent couramment communes aux agents des deux sexes. Il a suffi de la notoriété d’Hélène Boucher et de Maryse Bastié pour imposer aviatrice.

147IV, 1 D’autres paramètres sont à prendre en compte, dont l’arrêté du 11 mars 1986 ne souffle mot, et qui rendent certaines “féminisations”problématiques.

148Ariane Mnouchkine, féministe militante, déclare :

14945) Le M., 26 février 1998, p. 12 « Maintenant, il y a de très bons metteurs en scène femmes ».

150Théoriquement, à mettre en scène~metteur en scène devrait correspondre *metteuse en scène (rapprocher s’entremettre~ entremetteur, entremetteuse). Mais on peut douter que ce néologisme soit viable parce que metteur, metteuse dérivés de mettre n’existent pas à l’état d’unités libres, et ne peuvent exercer aucune influence sur la destinée du premier élément de metteur en scène. Or un composé est une unité constituée plusieurs segments dont chacun est d’une autonomie réduite au sein de l’ensemble. Metteur varie en nombre ; mais la marque supplémentaire de la variation en genre semble passer les capacités d’un individu asservi. La hiérarchie des urgences privilégie la variation en nombre, qui correspond à une réalisation tangible du signifié ; n’en déplaise aux féministes, le signifié n’offre donc aucune contrepartie à l’opposition des genres.

151Dans

15246), 72) Le M., 26 février 1998, p. 3 Tout au long de sa vie, celle-ci [Mme Lee] fut une compagne mais aussi un « compagnon de route » [pour le président de la république de Corée],

153le “féminin” semble exclu, quoique compagne soit attesté à l’état libre, et présent dans l’énoncé. Le blocage vient ici de l’obstacle opposé à la variation en genre par l’anomalie du nom d’agent : la relation compagnon~compagne est isolée enface de la série des dérivations canoniques breton~bretonne, bouffon~bouffonne, cochon~cochonne, fripon~friponne, lion~lionne, garçon~garçonne, patron~patronne, baron~baronne …, ce qui la rend moins spontanément disponible pour l’insertion dans un milieu par nature défavorable.

154Le peu de fortune du suffixe -esse pour désigner l’agent féminin d’une fonction instituée (voir II, 1 et III, 1, exemples 4042) explique de même que « maîtresse de conférences » et « maîtresse de recherches »soient plus qu’improbables. « Directrice de recherche », moins improbable et désormais attesté (voir VI, 5) semble devoir être d’un développement limité, en raison de la contiguïté du précédent. Quoique la “féminisation” des deux derniers soit plus prévisible, comme moins coûteuse, on posera donc la corrélation « maître, directeur, chargé, attaché de recherche ».

155IV, 2 Les composés du type président-directeur-général paraissent aussi devoir être épicènes, quoique chaque élément ait un corrélatif du genre B à l’état libre : la “féminisation” de chacun des segments d’une formation tripartite représenterait un surcoût propre à déséquilibrer l’ensemble, qui ne doit pas être beaucoup plus lourd qu’une unité à un segment. La liste des personnes nommées ou promues dans l’ordre de la Légion d’honneur publiée par le Journal officiel du 1er janvier 1998 comporte le nom d’une femme adjoint administratif principal (p. 15 col. 2) et celui de trois femmes portant le titre de « président-directeur-général de société»(p. 12, col. 1 ; p. 18, col. 2 ; p. 22, col. 2). On hésite donc à suivre le médiateur du Monde quand il déclare (loc. cit.), que directrice générale adjointe est préférable à la forme épicène.

156En revanche, si nous avons relevé une fois directeur de société (p.18, col. 2), nous avons aussi relevé une fois directrice de société (ibid.), et une fois présidente de société (p. 9, col. 2) — voir la note 30 — : la troncation rend inutile le sacrifice exigé par le composé entier. On s’explique de même qu’une femme soit « le professeur», mais « la prof» : seule l’unité intégrale est un calque savant rebelle à la variation en genre.

157Trésorière-payeuse-générale est moins acceptable encore que présidente-directrice-générale : on ne sache pas que payeur et payeuse existent à l’état libre pour désigner des agents voués à la fonction instituée de payer. Pour la même raison, le bipartite commissaire-priseur semble devoir rester épicène, contre vents et marées.

  • 19 Le témoignage objectif de metteur en scène, de trésorier payeur général, de soprano léger … enseign (...)

158IV, 3 Le Monde du 10 décembre 1997, p. 32, pour qui la cantatrice Marie Devellereau est deux fois cette soprano, la désigne aussi comme un soprano léger à la française : soprano léger à la française est un composé qui classe la cantatrice dans un type et la désigne pour un emploi, ce qui entraîne l’effacement des traits spécifiques de la personne ; soprano légère, qui n’est pas un composé, eût caractérisé la femme. De la même façon, une femme est, virtuellement, une excellente violoniste, mais, dotée d’un emploi, un excellent violon solo dans un orchestre19.

159IV, 4 Il ne semble cependant pas que dans praticien hospitalier et chirurgien-dentiste hospitalier (JO 1er janvier 1998, p. 13, col. 1) la forme épicène ait pour vocation de précorriger une ambiguïté : en raison de la nature du support, hospitalier réfère inconstablement à la nature de la fonction — c’est la pratique qui est hospitalière — et ne paraît pas pouvoir désigner une qualité personnelle.

160Littéraire est libre de toute ambiguïté dans le composé directeur littéraire — « chargé de la direction littéraire » — ; or on lit dans le JO du 1er janvier 1998, p. 10, col. 1, « directeur littéraire dans une maison d’édition » pour identifier la fonction exercée par une femme.

161A en croire la liste des femmes « médaillées » de la Légion d’honneur publiée par le JO du 1er janvier 1998, les composés conseiller municipal, conseiller général, conseiller régional, se prêtent difficilement aux variations de genre — nous avons relevé conseiller général 4 fois (p. 15, col. 2 ; p. 23, col. 2 ; deux fois p. 24, col. 1), conseiller régional deux fois (p. 24, col.1) — ; or il est clair que c’est le conseil qui est municipal, général, régional, non le conseiller.

162Si conseillère municipale a été relevé p. 10, col. 1, c’est probablement que le genre faible est compatible avec la désignation d’un agent voué à une fonction de portée plus restreinte. Pour la même raison, surveillant général,qui désigne l’agent d’une fonction subalterne, a un corrélatif du genre B : en face de praticien hospitalier et de chirurgien-dentiste hospitalier, surveillante générale hospitalière a été relevé dans le JO, p. 11, col. 2 ; p. 12, col. 1. Or le coût de la variation en genre dans cette séquence tripartite est aussi élevé que dans adjoint administratif principal.Il est très probable que c’est surtout la nature des référents de praticien et de chirurgien (dentiste) qui s’oppose à la “féminisation”, comme le contenu de président et de directeur, dont les sèmes sont cumulés dans le tripartite président-directeur-général. La preuve de cette influence sémantique est que le moins pléthorique « directeur littéraire dans une maison d’édition » est préféré à directrice littéraire : le référent de maison d’édition et d’éditeur est peu compatible avec un nom d’agent du genre faible, comme on le verra en V, 3 et V, 9. « Directeur de recherche » et « maître de recherche » s’imposent à plus forte raison : l’autorité signifiée par le nom d’agent est rendue plus prégnante par la nature de l’institution, qui place le directeur et le maître de recherches au sommet d’un hiérarchie. Si le titre canonique, à quoi seul est associée l’image de ce pouvoir, vient à être altéré, alors directrice peut être préféré à directeur : Nina Catach, donnée conformément à l’usage, comme « chercheur au CNRS », est dite « directrice d’équipe de recherche » dans la biographie nécrologique publiée par Le Monde du 29 octobre 1997, p. 22. L’autorité du metteur en scène justifie l’usage de la forme épicène autant que la contrainte formelle alléguée plus haut : l’agent d’une mise en plis est une metteuse en plis dans Panique, film de Julien Duvivier (1946).

163Le blocage qui impose la forme épicène tient donc, dans les cas ici considérés, à la nature du signifiant, un composé dont les éléments sont asservis et où l’adjectif ne réfère pas aux traits personnels de l’agent ; il tient visiblement aussi, et surtout, à la nature du référent. Un jeu de résistance et de dominance est instauré entre les exigences du signifiant et celle du signifié, que nous examinons en V, 2-V, 3.

164IV, 5 Les problèmes que soulève une réforme sont manifestement d’une très grande complexité ; or on ne ne peut pas dire que les féminisateurs de 1986 aient pêché par excès de soin. C’est pourtant leur bricolage hâtif, complètement inadéquat à son objet, que l’on prétend imposer comme une norme. Le linguiste est donc fondé à dénoncer l’impudence de telle féministe, qui exige du Monde l’exécution de prescriptions simplement destinées à l’usage officiel, et à blâmer la docilité du médiateur, qui reconnaît de la légitimité à son indiscrétion (voir exemple 96).

165Ces prescriptions méconnaissent complètement un paramètre capital : obsédés par la primauté du sexe du fonctionnaire sur sa fonction, les féministes, qui aperçoivent rarement les blocages liés à la nature du signifiant, ne conçoivent même pas que celle du signifié puisse interdire à la langue de retenir cette hiérarchie. Les derniers cas que nous avons examinés confirment pourtant une résistance à la “féminisation”que certaines manifestations significatives nous avaient çà et là révélée. La nature des référents oblige la langue à discriminer complètement « la petite rapporteuse»et « le rapporteur au Conseil d’État » (II, 5) ; à limiter l’influence du couple renégat~renégate sur la constitution de la paire avocat~avocate (III, 2) ; à priver la série rêver~rêveur, rêveuse de toute influence sur la génération du paradigme sauver~sauveur, *sauveuse (III, 3c) ; à interdire au paradigme (lire), lectorat, lecteur~lectrice de parrainer le paradigme (régir), rectorat, recteur~*rectrice (III, 5) —. De nombreux autres témoignages permettent de mesurer et de circonscrire l’influence qu’exerce la représentation sur la morphologie des noms qui désignent les fonctionnaires féminins.

  • 20 Le Journal officiel offre un reflet fidèle de l’usage : les compositeurs, au témoignage des chefs c (...)

166V, 1 Nous l’avons remarqué à propos de conseiller général, conseiller régional, les désignations des agents de fonctions politiques accordées par le suffrage universel ou restreint semblent exclure la “féminisation” : ancien parlementaire (p. 19, col. 1), ancien sénateur (p. 23, col. 1), ancien député (p. 13, col. 2) ; « (ancien) adjoint au maire » (p. 11, col. 1 et 2 ; p. 15 col. 1) ont été relevées sans contrepartie dans le JO du 1er janvier 199820. La gestion de la cité est d’une conséquence qui exclut que les fonctionnaires qui y sont attachés soient désignés par des noms du genre faible.

167V, 2 Les femmes fonctionnaires de l’administration portent majoritairement des titres épicènes. Nous avons relevé dans le JO — sans distinguer les unités simples et les composés, attestés, on l’a vu, aux deux genres — 9 désignations épicènes : « conseiller, chef de division à l’Assemblée nationale » (p. 23, col. 2) ; « greffier à la Cour de cassation » (p. 13, col. 2) ; « contrôleur principal des impôts à Aubervilliers » (p. 18, col. 2) ; adjoint administratif principal (p. 15, col. 2) ; « secrétaire administratif en chef de police » (p. 15, col. 1) ; « délégué général de l’Association nationale des appellations d’origine laitières françaises » (p. 22, col. 2) ; « ancien attaché de service administratif » (p. 19, col. 2) ; « attaché à la préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’ Azur » (p. 15, col. 2) ; « chargéde mission à l’Institut national de la statistique et des études économiques » (p. 18, col. 1). En face de ces 9 désignations épicènes, 3 désignations marquées : « secrétaire administrative dans une direction départementale de l’équipement » (p. 20, col. 2) ; « secrétaire générale dans une université » (p. 10, col. 1) ; « chargée de mission dans une agence pour l’amélioration des conditions de travail » (p. 12, col. 2) ; la “féminisation” de la première désignation est du reste la seule qu’on doive vraiment retenir, les deux autres étant épicènes dans le code oral.

168Parmi les personnes exerçant leurs fonctions dans des organismes non officiels, on relève 3 noms d’agent épicènes : « rédacteur en chefà la Documention française » (p. 9, col. 2) ; « secrétaire général de la société d’histoire du théâtre » (p. 22, col. 1) ; « secrétaire général d’une association » (p. 12, col. 1), et deux noms d’agent “féminisés”, mais dans le seul code écrit : « secrétaire générale de la Fondation Maréchal-Leclerc-de-Hauteclocque » (p. 7, col. 2) ; « secrétaire générale d’une union départementale syndicale » (p. 12, col. 2). Sur les 17 attestations relevées, une seule est donc “féminisée” dans les deux codes. La position définie par principal, général et en chef semble difficilement compatible avec un nom d’agent au genre faible : ces adjectifs sont présents 8 fois sur 11 dans des composés épicènes relevés dans ce paragraphe, 11 fois sur 14 si l’on compte président-directeur-général.

169Cet usage est confirmé par d’autres sources. Dans le cahier spécial L’Égypte au Louvre, (Le M., 20 décembre 1997, p. III), Christiane Ziegler est présentée comme « conservateur généraldes antiquités égyptiennes au Louvre » ; l’avis de décès d’Hélène Adhémar (Au Carnet …, 14 mars 1998, p. 13) signale que la défunte était « conservateur en chef honoraire du Musée du Jeu de paume », et celui de Tania Metzel, « pasteur de l’Église réformée de France », rappelle qu’elle était « ancien aumônier général des prisons » (Au Carnet …26 août 1997, p. 9).

170La nature de la représentation nous amène à conclure que la référence au sexe de l’agent est d’autant moins de saison que la fonction exercée est plus élevée ; ce n’est pas un hasard si une femme est dite « commandant de police » p. 15, col. 1. Ainsi s’explique que certaines désignations d’agents revêtus d’une fonction d’autorité soient épicènes. Le contrôle (p. 18, col. 2) et l’inspection, qui supposent une supervision, ont pour agents féminins un contrôleur, ainsi que nous venons de le voir, et un inspecteur : inspecteur général est présent 2 fois (p. 9, col. 1 ; p. 18, col. 2) et inspecteur d’académie 3 fois (p. 14, col. 2). L’administration, qui, plus que la direction ou la présidence, suppose l’exercice effectif d’un pouvoir et de responsabilités — le poids du référent exclut l’insertion d’administrateur dans des composés du type *administrateur-directeur-général —, n’est pas le fait d’administratrices : administrateur a été relevé 2 fois (p.†11, col. 1 ; p. 20, col. 1) ; voir la note 21. Quoique Le Monde se soit soumis aux consignes de “féminisation”, nous y avons rencontré un hypercorrectisme : Alice Congrès est dite l’organisateur de la « Fête départementale du Livre » (14 novembre 1997, p. 30) ; le référent d’organisation, à quoi est associée, comme à administration, l’idée de fonction transcendante, explique vraisemblablement le refus — occasionnel — d’organisatrice.

171A ce compte, la ministre, la (sous-)préfet, la rectrice ne paraissent pas viables, du moins dans un régime où le pouvoir politique se mêle de ce qui le regarde ; nous avons relevé, désignant des agents féminins, sous-préfet (p. 15, col. 1), recteur(p. 12, col. 1), ancien ministre (p. 7, col. 1 ; p. 11, col. 1). La titulature de Marie-Madeleine Dienesch (Au Carnet …, 20 janvier 1998, p. 11) désigne la défunte comme « député honoraire, ancien ministre, ancien ambassadeur de France au Luxembourg, chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur ».

172Chaque terme des couples président et présidente, directeur et directrice estattesté, mais avec une distribution significative.

173V, 3 Des fonctions publiques occasionnelles sont exercées par un (vice-) président une fois, par une(vice-) présidente deux fois : « vice-président d’un conseil général » (p. 24, col. 1), « vice-présidente d’un conseil général » (p. 23, col. 2), « présidente d’université » (p. 10, col. 1).

174S’agissant de fonctions publiques exercées à titre permanent, nous avons relevé une fois « vice-présidente d’une section du Conseil économique et social » (p. 12, col. 1) et une fois « présidente de chambre honoraire à la cour d’appel de Paris » (p. 13, col. 1) ; mais nous avons constaté que 7 magistrats femmes sont désignés comme président de chambre, de cour, de tribunal … (p. 7, col. 2 ; deux fois p. 13, col. 1 ; quatre fois p. 13, col. 2) (exemple 22).

175La titulature de 13 femmes employés dans des organismes d’État comporte directeur : par exemple « directeur de recherche » (4 fois : p. 10, col. 1 ; deux fois p. 14, col. 1 ; p. 14, col. 2) ; « directeur d’hôpital » (p. 12, col. 1) ; « directeur adjoint dans un centre national de virologie » (p. 9, col. 2). Un seul agent de la haute administration n’est pas donné comme directeur, la « directrice du service central des soins infirmiers à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris » (p. 12, col. 1) ; voir à la fin de ce chapitre.

  • 21 Si on lit
    47)p. 11, col. 1 administrateur d’une association en faveur des personnes âgées,

176Lorsque l’institution est de moindre importance, et/ou ne présente pas de caractère officiel, elle a une directrice à sa tête ; il n’y a d’exception que dans « directeur général d’un organisme à caractère social » (p. 11, col. 1), où, comme nous l’avons vu plus haut, général oppose une résistance à la production d’un nom d’agent du genre B21. Nous avons relevé, outre le nom de deux directrices d’établissements d’enseignement primaire, celui de la « directrice d’un centre promotionnel féminin » (p. 12, col. 1), celui de 3 directrices et d’une fondatrice-directrice d’établissements à caractère médico-social (p. 10, col. 1 ; p. 10, col. 2 ; p. 11, col. 1 ; p. 12, col. 2) ; une fois le nom de la directrice d’une association culturelle (p. 15, col. 2), une fois celui de la « directrice d’un atelier de dorure et d’encadrement » (p. 19, col. 1). En revanche, la gestion d’une confédération syndicale, unité qui transcende la somme de ses composantes, suppose un cabinet, et un directeur de cabinet (p. 9, col. 1) ; et une maison d’édition, dont l’activité est, par définition, orientée vers l’extérieur, s’assure la collaboration d’un directeur littéraire, ainsi qu’il est apparu plus haut.

177Vingt-et-une femmes nommées ou promues le 1er janvier président, ont présidé ou ont fondé des organismes et des associations de toute nature, publics ou non, et toutes sont présidentes (17 fois), présidentes fondatrices (2 fois), ou fondatrices (deux fois). De mouvements féministes, cela va de soi —p. 11, col. 2 ; deux fois p. 12, col. 2 — ; d’associations diverses —p. 19, col. 1 ; deux fois p. 21, col. 1 ; p. 22, col. 2 — ; d’associations d’anciens combattants — p. 8, col. 1 ; deux fois p. 20, col. 1 (exemple 20) ; d’associations à vocation culturelle — p. 21, col. 1 ; p. 22, col. 1 — … et 9 fois d’organismes ayant pour objet l’éducation, l’aide aux enfants, aux handicapés, aux familles, aux personnes âgées, d’une manière générale la solidarité. On citera, par exemple, p. 9, col. 1 : « fondatrice régionale des restaurants du cœur » ; p. 12, col. 1 : « ancienne présidente d’un organisme en faveur des familles rurales » ; p. 11, col. 2 : « présidente-fondatrice d’un club pour personnes âgées » ; p. 9, col. 2 : « vice-présidente d’une association pour l’enseignement et l’éducation » — les autres occurrences sont p. 11, col. 1 (deux fois) ; p. 11, col. 2 ; p. 12, col. 1 (deux fois)—.

  • 22 Encore l’un d’eux est-il un religieux :
    49) p. 11, col. 1 « président national d’une association en (...)

178Le nom de 13 des 179 femmes mentionnées dans les listes publiées par le JO du 1er janvier 1998 est associé à des organisations de ce type, et celui de 4 des 697 hommes22.

  • 23 Et d’enseigner : 13 femmes professeurs des universités ont été faites chevaliers ou officiers de la (...)

179La vocation de la femme est visiblement d’assister, de faire le bien23 : bienfaiteur ne pouvait rester sans corrélatif. Ce n’est pas un hasard si le seul agent de la haute administration qui ne soit pas donné comme directeur est la « directrice du service central des soins infirmiers à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris ». Un pouvoir réellement soucieux de « casser » cette image stéréotypée de la femme eût proposé une masculinisation des noms de fonction ; nous signalons quelques cas de résistance à la féminisation à la fin de V, 4.

180V, 4 La distribution que nous venons de décrire révèle une situation linguistique facile à représenter.

181Ayant tracé un angle droit, on fera partir dans cet angle une flèche bissectrice orientée vers le haut, un vecteur de forte amplitude, figurant le genre fort, le genre A, qui n’est pas le genre masculin. Jouxtant cette bissectrice, on tracera une autre diagonale, une flèche elle aussi orientée vers le haut, mais de courte amplitude, figurant le genre faible, qui n’est pas le genre féminin. On prolongera légèrement vers la gauche la ligne horizontale, de manière à ménager en deçà du seuil (S) représenté par l’intersection, une zone occupée par la réalité naturelle, l’opposition des personnes selon les sexes, et qui n’est incarnée dans aucune réalisation lexicale, la langue ne connaissant que le genre.

182Au-delà de ce seuil, à droite, dans la zone occupée par la représentation de la réalité culturelle, les deux vecteurs décrivent un mouvement ouvrant susceptible d’interceptions échelonnées (ou saisies), figurées par des lignes verticales pointillées, chaque élément de cette hiérarchie représentant une fonction instituée. Les interceptions les plus proches du seuil (précoces) sont communes aux deux vecteurs, et correspondent aux noms d’agent qui s’opposent par le genre ; les interceptions les plus éloignées (tardives) correspondent aux noms d’agent du seul genre A. Nous pratiquons 7 interceptions sur les vecteurs — parti arbitraire, car le nombre des saisies est théoriquement infini, mais maniable, et justifié par la récapitulation proposée à la fin de V, 9 — :

183saisie A ultra-précoce ; saisie B très précoce ; saisie C précoce ; saisie D assez précoce ;

184saisie E, médiane — l’agent féminin est désigné indifféremment par les deux genres — ;

185saisie F tardive ; saisie G très tardive.

186En figure :

187La configuration d’un vecteur ouvrant, qui s’écarte du seuil d’où il est parti, qui va de l’étroit au large, de l’intérieur vers l’extérieur, peut être exploitée de diverses façons.

188La hiérarchie des saisies, qui fait se succéder des avant et des après, rend compte de l’opposition « mot vernaculaire avant, près du seuil »~« mot savant, étranger au système, marqué, après ». Ainsi s’explique, comme nous l’avons vu, que certains noms d’agent savants soient attestés sous la forme épicène (voir III, 4). On constate en outre que l’intégration d’un nom d’agent dans une série homogène (avant) a pour manifestation l’existence d’une corrélation genre A~genre B, alors que des anomalies paradigmatiques ou sémantiques font du nom d’agent un individu à l’écart (après). C’est ce que nous avons vu en II et en III, en IV, 5.

189La hiérarchie des saisies rend compte aussi de la résistance des composés à la “féminisation” ; l’opposition président-directeur-général~présidente ou directrice correspond à l’éloignement de deux saisies : la saisie tardive, qui correspond aux signifiants complexes, et la saisie précoce, située en un point où la marche au large est à peine amorcée, qui correspond aux signifiants simples. De la même façon, un signifiant tronqué est situé en saisie précoce, et peut recevoir la marque du genre, que ne porte pas le signifiant plein, situé en saisie tardive : « le professeur »~« la prof » (voir IV, 2).

  • 24 La hiérarchie instituteur~professeur a été annulée par la création du corps des professeurs des éco (...)

190Mais le signifié, auquel est attachée l’idée de transcendance, se prête à l’occupation de la même position, comme les noms d’agent auxquels un trait externe confère le sème “autorité exercée” (principal, en chef, général) ; il en va de même lorsque ce trait externe fait défaut, mais où la représentation du référent ne laisse aucun doute sur l’importance de la fonction (inspecteur, administrateur…). A plus forte raison situera-t-on en saisie tardive les noms d’agent qui impliquent de hautes responsabilités exercées dans la fonction publique ou dans la gestion de l’État (recteur, préfet, ministre), attribuées par concours ou par nomination. On situera également loin dans la marche au large les désignations des agents occasionnellement dotés d’une autorité par le suffrage universel (parlementaire, député, sénateur, maire …) ou, au sein d’organisations professionnelles, par le suffrage restreint (bâtonnier, doyen). On se reportera pour le détail à V, 1V, 3. Dans tous les cas, la prégnance de la fonction évince de la représentation de l’agent tous les traits personnels dont il est porteur ; la mention du sexe est donc interdite au signifiant. L’image de la fonction n’envahit pas la représentation lorsque cette fonction est de moindre importance ; la référence à la fonction n’est alors pas incompatible avec la référence à la personne : la saisie est plus proche du seuil. C’est ainsi qu’une hiérarchie est établie entre les agents de l’enseignement primaire (saisie précoce), discriminés selon le sexe — instituteur~institutrice ; directeur~directrice —, et les agents de l’enseignement secondaire, transcendance du premier (saisie plus tardive), dont la désignation est épicène — professeur ; proviseur24.

  • 25 Cette position dans la hiérarchie est attestée par la constatation usuelle qu’il y a dans les lycée (...)

191Les agents des fonctions à quoi est associée l’idée de compétence spécifique, de qualification, de science et de position élevée dans la hiérarchie socio-professionnelle reçoivent des désignations épicènes : un architecte, un ingénieur, un avocat, un chirurgien, un médecin, un praticien, un dentiste25 : le JO du 1er janvier, p. 12, col. 1 identifie Jacqueline Rochette comme « avocat honoraire au barreau de Paris » (voir aussi les exemples 68 et 70). Ces noms désignent des autorités discriminées du commun (ce qui suppose un mouvement centrifuge), des gens de science qui portent parfois le titre de docteur et qu’on appelle parfois maître, dont l’activité est codifiée par un ordre. La personne s’efface devant le fonctionnaire, surtout quand il s’agit d’un médecin qui exerce en milieu hospitalier.

192Sont également détenteurs d’une autorité les officiers publics ou ministériels que sont les notaires et les huissiers de justice ; une femme notaire est un notaire, et « l’huissier de justice Marie-Josèphe Bouvet » a été relevé dans Le M., 22 avril 1998, p. 9 ; huissière paraît, pour l’instant exclu, malgré la contiguïté formelle de caissier~caissière, et de tapissier~tapissière, qui désignent des agents dont la fonction est d’un autre ordre.

  • 26 La situation du coiffeur et de la coiffeuse dans leur salon est comparable, à ceci près que la voca (...)

193Comme les avocats et les médecins, les épiciers ont une clientèle, mais ce ne sont pas des autorités munies d’une formation théorique ; ils exercent sans compétence spécifique des fonctions dépourvues de prestige dans des locaux immédiatement accessibles, vivant en contact personnel avec la pratique26. Or, nous apprend une déclaration diffusée le 15 mai 1998 au Journal de 13h de France 2, la fonction d’avocat, qui ne consiste pas à « gérer un fonds de commerce », « est un rouage capital de la société ». Aussi épicier, à l’opposéd’avocat ou de médecin, correspond-il à une saisie précoce pratiquée en un point des vecteurs où la marche au large n’est pas pleinement engagée. Si bien que l’opposition des sexes, quoique non pertinente — la fonction peut être exercée par un homme comme par une femme —, est inscrite dans le genre grammatical : épicier~épicière.

194A ce compte, le couple ne saurait parrainer la paire policier~*policière : dans une société comme l’actuelle nôtre, un contact avec la police est révélateur d’une situation pathologique, marquée, et demeure occasionnel : nous avons donc relevé femme policier dans Le Monde du5 mars 1998, p. 10. Il faut espérer que policière ne viendra jamais au monde.

195Le couple épicier~épicière ne peut pas davantage parrainer la constitution du couple financier~ *financière : la fonction du financier est élevée dans la hiérarchie socio-professionnelle ; aussi lisons-nous :

19650) Le M.,18 avril 1998, p. 20 La Caisse des dépôts, financier de l’économie sociale rénovée.

197Pour la même raison, nous ne croyons pas que le couple banquier~ ? banquière puisse être induit de boutiquier~boutiquière, sauf à désigner une héroïne et non un fonctionnaire, comme dans le titre du film de Francis Girod La Banquière (1980) — voir plus loin V, 6 —, ni bâtonnier~*bâtonnière de façonnier~façonnière (voir sur ce point les exemples 70 et 116).

198L’exercice de la pharmacie est rigoureusement codifié, et le pharmacien n’est pas un vulgaire commerçant. Mais officine est désormais une désignation euphémique de boutique. La contiguïté des situations rend viable la correspondance linguistique pharmacien~pharmacienne, symétrique de boutiquier~boutiquière.Pour établir l’imaginaire retard du vocabulaire sur les mœurs, et pourfendre le conservatisme prétendu borné des gardiens de la langue, Lionel Jospin, selon Le Monde du 10 mars 1998, p. 31, « a rappelé que l’Académie française avait accepté le terme de « pharmacienne » en … 1935. » Ce trait d’indignation n’est à l’avantage ni du premier ministre, ni de ses conseillers, ni de la publication qui s’en fait l’écho. Si l’Académie a tant tardé à admettre qu’une femme pharmaciend’officinefût appelée pharmacienne, ce n’était pas par misogynie, mais, tout simplement par refus de reconnaître la déchéance d’un fonctionnaire hautement qualifié réduit à « gérer un fonds de commerce », comme un épicier. Contrairement à ce qu’un vain ministre pense et dit, le retard de l’Académie est une marque de considération pour la fonction et ses agents féminins, lesquels préfèrent être appelés pharmacien ; l’enquête que nous avons menée est confirmée par l’avis de décès de « Corinne Toper, née Sebbag, pharmacien » (Au Carnet …, 6 mars 1998, p. 26). Il va de soi qu’une femme qui exerce dans un laboratoire des fonctions en rapport avec sa qualification est un pharmacien.

199Le métier de sommelier exige une formation poussée. Il suppose, nous apprend Femme actuelle n° 702, 9-15 mars 1998, p. 8, une connaissance profonde non seulement de l’œnologie, mais encore de l’ampélographie et de la géologie ; aussi Maryse Alarousse, « meilleur sommelier de France », est-elle, selon le titre de l’article, Madame le sommelier. Elle attribue donc à sa fonction plus de conséquence que Ségolène Royal à la sienne. On en trouve le témoignage explicite dans ce dialogue avec M. A. :

20051) Le Nouveau Guide Gault-Millau, septembre 1983, p. 220 :

201— A propos, comment vous appelle-t-on ? Madame la sommelière ou madame le sommelier ?

202Madame le sommelier, et j’y tiens […] ; on dit bien madame le maire ou madame le ministre.

  • 27 Leur considération pour leur sexe oblige de même Ariane Mnouchkine à refuser *metteuse en scène (ex (...)

203Madame le sommelier dit une qualification et marque une distance. Ce témoignage instructif, livré par une femme, confirme ceux que nous avons cités plus haut en faveur d’une masculinisation des noms de métier, de titre, grade et fonction (voir la fin de V, 3)27.

204Le contact familier avec les agents d’une fonction explique que les désignations de ces agents fassent correspondre la réalisation du genre B aux mentions des agents féminins. Compositrice est très largement majoritairesous la plume d’auteurs spécialisés qui entretiennent avec leur objet une relation interne (voir la note 31) — la saisie est précoce, située en un point où le mouvement centrifuge est à peine amorcé — :

20552) RépertoireGuide éco des CD classiques,décembre 1995, p. 25 La réédition […] permet de tirer de l’oubli une grande compositrice [il s’agit de Lili Boulanger] ;

20653)~56) Répertoire n° 105, septembre 1997, p. 63 Clara Wieck-Schumann a eu beau être considérée comme la plus grande pianiste du XIXe siècle, et s’être révélée par ailleurs une compositrice inspirée […] [Laurent Barthel].

  • 28 C’est ce qui nous a autorisé à supposer qu’une femme serait facteur de pianos mais factrice de flût (...)

207V, 5 Lorsque la désignation est polysémique, et renvoie à des fonctions exercées dans des domaines différents — c’est le cas, on l’a vu en V, 3, de président et de directeur — le mouvement ouvrant dont nous décrivons les avatars est semblablement balisé d’interceptions qui hiérarchisent les fonctions. Près du seuil, précoces, les saisies, communes aux deux vecteurs, correspondent à des fonctions exercées dans un milieu clos, souvent privé ; loin du seuil, en saisie tardive, les saisies correspondent à des fonctions exercées au sein d’institutions larges, souvent publiques, et seul le vecteur de grande amplitude est opérationnel. Ainsi s’expliquent les oppositions constatées plus haut. En saisie précoce, nous situons « directrice d’un atelier de dorure et d’encadrement »28 (JO, 1er janvier 1998, p. 19, col. 1) ; en saisie médiane « directeur (ou directrice) de société » (voir la note 30) ; en saisie tardive enfin « directeur des services départementaux de l’éducation nationale » (p. 14, col. 2 — deux fois —), « directeurde recherche au CNRS ». On hiérarchise de même avec président~présidente, une saisie assez précoce « présidente d’un comité de commerçants » (p. 19, col. 1) ; et une saisie tardive « président de chambreà la cour d’appel de Lyon » (p. 13, col. 2).

208V, 6 On oppose donc les désignations — épicènes ou variables en genre — selon que le point d’application de la fonction n’exige pas (saisie précoce) ou exige (saisie tardive) de l’agent la capacité de s’engager dans un ordre transcendant. L’opposition compositeur~compositrice semble correspondre à ce critère, quoique les publications que nous avons dépouillées privilégient compositrice pour une autre raison (voir la fin de V, 4). La position des réalisations du genre B en un point du vecteur où la marche au large n’est pas pleinement engagée offre à une femme, Michèle Delagneau, la ressource de répartir « compositrice », qui désigne l’agent inaccompli de la fonction, et compositeur, associé à l’effet contraire :

20954), 33) Diapason n° 445, février 1998, p. 64 L’héritage de la pédagogue avait malheureusement occulté l’œuvre ducompositeur, qui n’est pas si mince [il s’agit de Marie Jaëll]~

21055), 72), 76) ibid., p. 108 Et l’image est restée d’une « compositrice » aimable mais limitée [il s’agit de Germaine Tailleferre].

211Il va de soi que ce “trait sexiste” se retrouve sous des plumes masculines :

21256)~53) Répertoire n° 83, septembre 1995, p. 71 […] Clara Wieck son épouse, par ailleurs elle-même excellente pianiste et compositeur [Gérard Honoré]~

21357) Répertoire n° 101, avril 1997 p. 62 Rappelons simplement que Clara [Schumann], si elle fut une pianiste virtuose, demeura plus modeste comme compositrice [Jean-Pascal Hanss].

214Les autres exemples que nous avons relevés semblent associer compositrice à l’image d’un agent dont la qualité n’est pas en cause, mais dont dont l’œuvre n’est pas diffusée (saisie précoce). La nature de l’information est incompatible avec la désignation du genre A, associée à des effets représentés loin du seuil, à l’extrémité du mouvement centrifuge :

21558) Répertoire n° 104, juillet-août 1997, p. 31 Compositrice anglaise, Doreen Carwithen suivit un parcours traditionnel à l’instar de ses homologues masculins […]Au total, un portrait attachant d’une compositrice méconnue [Jean-Pascal Hanss]

216Diapason n° 447, avril 1998, p. 73 Doreen Carwithen est une compositrice britannique peu connue en France.

217D’autres oppositions illustrent ce type d’effet de sens.

218Couturière, désignation de l’agent qui travaille sur une petite échelle, s’oppose à (grand) couturier, qui peut fort bien désigner Coco Chanel. On opposera de même collectionneuse (d’aventures galantes, dans le titre d’un film d’ Éric Rohmer) et collectionneur (d’œuvres d’art ; Le M., 5-6 avril 1998, p. 24) ;« chercheuse de poux » (dans le titre d’un poème de Rimbaud) et « chercheur au CNRS » (29 octobre 1997, p. 22 ; Au Carnet …, 9 janvier 1998, p. 22) ; « cette enfant est une petite rapporteuse » et « rapporteur à la Cour des comptes » (Le M., 10 décembre 1997, p. 14).

219Dans cette catégorie de désignations, les noms épicènes discriminent parfois les agents voués officiellement à une fonction instituée (tous les traits disponibles sont exploités ; saisie tardive sur la marche au large) et les agents voués à une fonction non instituée (sens “figuré” : quelques traits sont exploités ; la saisie est proche du seuil, précoce ou très précoce). On opposera par exemple l’experte, doté d’une simple capacité personnelle intériorisée — « c’est une véritable experte en matière d’astrologie » —, et l’expert dont on sollicite des expertises :

22059), 106) Le M.,22 novembre 1997, p. 12 Un expert en écriture du Loir-et-Cher, Laurence Rateau, a émis des doutes sur les conclusions de ses confrères dans l’affaire du jardinier marocain Omar Raddad, accusé d’avoir tué Ghislaine Marchal, le 24 juin 1991.

221On opposera également l’ambassadeur, qui représente officiellement une puissance à l’étranger, et dont la personne est effacée par la fonction, et l’ambassadrice, qui le représente par son prestige personnel, fictivement — il n’existe pas plus d’*ambassadrice de France que d’*ambassadeur français — :

  • 29 Nous saurons sous peu si les titres honorifiques chevalière et officière sont prescrits par la Comm (...)

22260) Au Carnet …, 20 janvier 1998, p. 11 [Marie-Madeleine Dienesch] député honoraire, ancien ministre, ancien ambassadeurde France au Luxembourg, chevalier de l’ordre de la Légion d’honneur29~

22361) Le M.,17 janvier 1998, p. 12 Ambassadrice française, au même titre que la gastronomie, la mode assume les questions posées au pays.

224Dans d’autres cas, la fonction est réelle, mais la personne du fonctionnaire n’est pas effacée. Deux autres situations ont été ici relevées.

225La fonction, permanente, officielle, est attribuée à un agent en vertu d’une compétence privée, mais sans que le texte soit sur ce point explicite : le seul nom de l’agent est tout un programme. Cette ambiguïté explique l’hésitation qui se manifeste dans la désignation de la fonctionnaire, tour à tour ambassadrice et ambassadeur :

22662) Le M.,11 novembre 1997, p. 32 [titre] Kim Phuc devient ambassadrice de la paix pour l’Unesco

227[article] Lors d’une cérémonie organisée en présence de l’ensemble des délégués des États membres de l’Unesco, Kim Phuc […] devait être nommée « ambassadeur de bonne volonté pour une culture de la paix ».

228Ailleurs, le message stipule que la fonction de représentation, sans cesser d’être officielle, est assumée par un agent occasionnel que sa notoriété dans sa fonction principale a désigné pour exercer la momentanée. Ce prestige personnel est marquée par une double mention, celle du nom, comme plus haut, et celle de la fonction principale. La prégnance de la personne est plus grande que dans le cas précédent, et impose ambassadrice :

22963) Le M.,21 février 1998, p. 30 [titre] « Ambassadrice » de l’Unicef, un des rôles préférés d’Emmanuelle Béart

230[texte] […] l’actrice Emmanuelle Béart « ambassadrice » du Comité français pour l’Unicef […].

231Il arrive aussi que la fonction soit permanente, mais sans que la qualité d’agent soit mise en cause en tant que telle par la situation.

232Si le nom d’agent est irrémédiablement épicène, aucune marque externe ne vient signaler que la fonctionnaire n’est pas engagée dans la situation comme agent de sa fonction :

23364) Le M., 20 février 1998 p. 11 Pionnière de la lutte des femmes algériennes, ce professeur de français devenu journaliste a vu son courage récompensé par le prix Olof-Palme et par le prix Sakharov des droits de l’homme, décerné par le Parlement européen~

23465) Télérama n° 2514, 18 mars 1998, p. 132 [argument d’un téléfilm] Lors d’une fête d’école, un ancien élève enlève son professeur de musique, dont il est amoureux.

235Si le nom est susceptible de variation, c’est le genre B qui apparaît, alors même que le néologisme n’est pas universellement accepté :

23666) JO,1er janvier 1998, p. 13, col. 1 Marie Tangio, praticien hospitalier~

23767) Télérama n° 2514, 18 mars 1998, p. 148 [Argument d’un téléfilm] Une chirurgienne est accusée d’avoir assassiné l’homme qui l’avait violée quelque temps auparavant ;

23868) Au Carnet…, 7 mai 1998, p. 22 Laurence Gratiot, avocat au barreau de Paris~

23969) Télérama n° 2519, 22 avril 1998, p. 113 [Argument d’un film] Célèbre avocate, Marianne Graves retrouve Rick Jarmin, son amour de jeunesse.

240On confrontera surtout

24170) JO, 1er janvier 1998, p. 13, col. 2 Suzanne Sauvaigo, ancien avocat au barreau de Grasse, ancien bâtonnier, ancien député~

24271) ibid, p. 11, col. 2 Gisèle Halimi, avocate, présidente d’un mouvement féministe.

243Le premier texte dit que la décoration est conférée à un fonctionnaire ; avocat semble difficile dans le second, parce que c’est comme présidente d’un mouvement féministe plutôt que comme membre du barreau que Mme Halimi a été promue.

244Michèle Delagneau, amenée à produire une référence simultanée à la personne et à la fonction de l’agent, identifie Marie Jaëll comme

24572), 78)~54) Diapason n° 445, février 1998, p. 61 […] la virtuose et la compositrice qui surent séduire un Liszt.

246« Compagnon de route », « compagnon d’armes » sont en principe des composés figés ; cependant, mettant en cause comme personne le conjoint du président coréen, le journaliste est conduit à faire varier en genre le composé selon qu’il est en contact avec épouse, qui désigne une relation intime vécue (saisie précoce) ou avec compagne, qui comporte ce trait de façon moins évidente : la relation est extime, et la saisie plus tardive :

24773), 46) Le M., 26 février 1998, p. 3 [titre] Mme Lee, l’épouse, la conscience, la compagne d’armes du président~

248[chapeau] […] son infatigable compagnon de route

249[texte] Tout au long de sa vie, celle-ci fut une compagne mais aussi un « compagnon de route ».

250Certaines fonctions ne discriminent pas les sexes, mais, dit-on, les emplois exigent des dons, du talent, des dispositions innées ; nous sommes encore ici en saisie précoce, à proximité du seuil, en-deçà duquel se situe la zone figurant la réalité naturelle. Ces traits appartiennent aux personnes ; les agents féminins sont donc désignés par des noms du genre B, même si la spécificité qu’ils tiennent de leur nature n’est pas vraiment perceptible dans l’exercice de leur fonction. A cette catégorie appartiennent les désignations des littérateurs, romancier~ romancière, peut-être poète~poétesse, et des artistes « un pianiste »~« une pianiste ». On y associera le couple cuisiner~cuisinière, même si toutes les femmes qui cuisinent n’ont pas la manière spécifique de traiter les produits et les consommateurs que certains gastronomes savent identifier — pour le talent spécifique des femmes pianistes, voir l’exemple 89 —. Dans ce dernier cas, la saisie est la même que pour les noms d’agent envisagés ci-après.

251V, 7 On situera plus près du seuil encore, en saisie très précoce, les fonctions qui paraissent appeler l’intervention d’une femme plutôt que celle d’un homme — à certaines, du reste, par exemple assistante-sociale ou lavandière, ne correspond aucun nom d’agent du genre A —. Si l’on peut admettre qu’une femme soit « vice-présidente de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance » aussi bien que vice-président, puisque le dépouillement du JO montre que les agents des deux sexes sont également propres à la fonction (voir les exemples 19 et 20), il est certain qu’une présidente convient mieux à une association en faveur des familles (p. 11, col. 1), ou de l’enfance inadaptée ; nous avons vu en V, 3 que ces fonctions correspondaient, selon une tradition reçue, à une vocation de la femme.

252Infirmière figure dans les mêmes parages, les soins aux malades exigeant apparemment une main féminine. La fonction d’infirmier ne recouvre pas exactement celle d’infirmière : dans un établissement hospitalier, les infirmiers sont chargés de besognes qui exigent d’autres qualités que la douceur, et supposent moins le contact permanent avec les malades : le JO du 1er janvier 1998, p. 16, col. 2, mentionne un « infirmier léprologue à l’hôpital des Gonaïves (Haïti) », et, p. 9, col. 2, une infirmière scolaire, tout bonnement.

  • 30 Ce peut aussi bien en être un : parmi les noms des “médaillées” figure, p.18, col. 2, celui de Mari (...)

253Il est peu probable, que, consommatrices de produits de toilette plus que les hommes, les femmes soient pour autant plus aptes à présider le conseil d’administration des entreprises qui les fabriquent. Toujours est-il, et ce n’est peut-être pas un hasard30, que, selon le JO, p. 9, col. 2, Annick Goutal est « présidente d’une société de parfums ».

254Il est en revanche certain qu’un homme ne sera pas admis à présider un mouvement féminin ou féministe, quoique la capacité du sexe fort ne soit pas en cause : ces organisations n’ont jamais que des présidentes dans le JO du 1er janvier 1998 (voir l’exemple 71 et V, 3), parce qu’une relation interne — l’identité du sexe — associe les membres et la personne qui préside.

255Les agents des deux sexes sont parfois impliqués dans des fonctions complémentaires ; cette distribution est signalée par les désignations, qui discriminent symétriquement les agents voués à s’associer. La boulangère n’apparaît pas exercer les mêmes fonctions que le boulanger : le boulanger est au fournil cependant que la boulangère, généralement sa femme, tient la caisse ; comme dit la chanson, La boulangère a des écus. Semblable répartition des tâches associe le charcutier et la charcutière, le boucher et la bouchère, également, mais avec une moindre pertinence, l’épicier, qui gère le stock, et l’épicière qui traite la clientèle. Ces couples ne sont pas sans analogie avec ceux que constituent le maire et la mairesse, le notaire et la notairesse, le préfet et la préfète, le général et la générale, l’ambassadeur et l’ambassadrice :

25674) Télérama n° 2515, 25 mars 1998, p. 131 […] madame l’ambassadrice savait traduire en images ce que son diplomate de mari s’interdisait de dire publiquement ;

25775) Le M.,28 février 1998, p. 8 A « Mme la présidente » on ne réclame jamais de visiter l’Élysée. […] Au fond, l’épouse du président prend une revanche sur le monde politique.

258V, 8 Les saisies les plus proches du seuil, ultra-précoces, correspondent aux effets de sens où le sexe de l’agent est pleinement pertinent : le nom du genre A est alors exclu. Sans prétendre à une énumération exhaustive des fonctions, on situera ici le second terme des couples comédien~comédienne et acteur~actrice, puisque les imitations de la vie mettent en scène les hommes comme les femmes ; la création d’actrice par Molière correspondait à une nécessité. La désignation du genre B s’impose, cela va de soi, lorsque le message discrimine les agents selon les sexes :

25976), 53), 57), 31)~56) Répertoire n° 101, avril 1997, p. 62 Félicitons d’abord l’éditeur de n’imposer à Clara Schumann aucun voisinage ni avec d’autres compositrices, ni avec des œuvres de son mari ;

26077) Répertoire n° 84, octobre 1995, p. 63 Aprés Adriana Hölsky, voici Olga Neuwirth. L’Autriche se révèle une pépinière de « compositeures » (compositrices) […] ;

  • 31 Femme compositeur paraît moins engager le désignateur, son objet et son lecteur (voir l’exemple 30) (...)

26178), 72)~54) Diapason n° 445, février 1998, p. 63 […] car voici que surgit des limbes une femme compositeur française qui n’a rien à envier — loin de là — à Fanny Mendelssohn ou même à Clara Schumann31.

262V, 9 Il paraît commode, pour présenter une récapitulation des hiérarchies que nous avons établies tout au long de ce chapitre, de reprendre le cas des effets dont sont capables deux désignations polysémiques.

263Président et présidente, du moins jusqu’à présent, occupent les saisies suivantes :

264saisie A, ultra-précoce « Mme la présidente » (l’épouse du président) (exemple 75) : présidente et président sont en distribution complémentaire, exclusifs l’un de l’autre ;

265saisie B très précoce « présidente de la Ligue des droits de la femme » (JO, p. 12, col. 2) — président est ici pour ainsi dire exclu —(voir V, 3 et l’exemple 71) ;

266saisie C précoce « vice-présidente d’une association d’entraide » (JO, p. 11, col. 2) — président est ici possible, mais inattesté dans le JO ; des hommes remplissent parfois la fonction — (voir l’exemple 49) ;

267saisie D moins précoce, présidente d’une société de parfums (voir V, 7 et la note 30) ;

268saisie E médiane « présidente d’un office touristique » (p. 21, col. 1) — président est tout à fait possible — ; les hommes remplissent la fonction aussi fréquemment et même plus que les femmes (voir aussi les exemples 19 et 20) ;

269saisie F tardive « premier président de la cour d’appel de Paris (JO, p. 7, col. 2) — présidente est mal attesté — (voir les exemples 21 et 22) ;

270saisie G très tardive « président de la République » — présidente est pour ainsi dire exclu —.

271De la même façon, on hiérarchisera ainsi les effets livrés par ambassadrice~ambassadeur :

272saisie A ambassadrice épouse de l’ambassadeur (exemple 74) ;

273saisie B « la mode ambassadrice française » (exemple 61) ;

274saisie C « Emmanuèle Béart ambassadrice » (exemple 63) ;

275saisie E médiane « Kim Phuc ambassadeur » ou « ambassadrice » (exemple 62) ;

276saisie G « Marie-Madeleine Dienesch, ambassadeur de France » (exemple 60).

277Au fur et à mesure que la publicité de la fonction croît, la manifestation de la personne décroît. C’est la raison pour laquelle éditeur, qui désigne l’agent dont la fonction est de publier des produits, et orateur, qui désigne l’agent dont la fonction est de parler à un public, sont le plus souvent épicènes. Nous avons relevé une fois oratrice, mais associé à la mention d’un trait personnel :

27879) Le M.,26 février 1998, p. 12 Oratrice enflammée, lancée sur un sujet qui lui tient à cœur, la femme de théâtre parle comme si elle s’adressait à deux mille personnes.

  • 32 Le M., 18 février 1998, p. 8 L’épouse de Robert Léon se rendit elle-même à Drancy afin de sauver so (...)

279V, 10 La fécondité de notre description, qui envisage une hiérarchie d’interceptions sur un vecteur marchant au large, est illustrée par la situation des hyperonymes. Le général (hyper-) est situé plus loin de seuil sur le vecteur marchant au large que l’hyponyme, hors de la portée du vecteur court. Écrivaine est donc évincé par une cause d’ordre sémantique, ainsi qu’autrice, déjà exclu par un blocage formel. De même, conjoint ne peut passer à conjointe : l’unité est aussi un hyperonyme, qui coiffe les hyponymes mari et époux, femme et épouse32. La langue n’admet qu’un écrivain, mais accepte les hyperonymes une musicienne et une artiste parce que ces substantifs sont également employées comme adjectifs : « elle est très musicienne, très artiste ». Musicien et artiste désignent tout autant que des agents d’une fonction des individus sensibles aux beaux-arts. C’est la raison pour laquelle la qualité d’artiste ou de musicien peut identifier une collectivité comme un trait distinctif : « les Italiens sont un peuple d’artistes » ; « ces Hébreux sont bons musiciens». On ne dira pas, en revanche que les Français sont bons écrivains, ou très peintres. La langue discrimine du reste l’activité spécifique des musiciens : amateurs comme professionnels, ils jouent (du violon, du piano), ce qui définit une position en retrait (avant) par rapport à l’activité d’ autres exécutants, artisans ou artistes, qui manient le marteau, la scie, la truelle, le pinceau, le burin, le crayon …

280Tout, dans une langue, révèle une rationalité et une cohérence très profondes, que les sexocentristes, obnubilés par leur préjugé, méconnaissent complètement, et finiront par occulter.

281V, 11 N’oublions pas ministre. Dans le JO du 1er janvier 1998 (p. 7, col. 1), Françoise Giroud est donnée comme ancien ministre, de même que Michelle André (p. 11, col. 1). Il n’y a pas de fonction qui suppose plus que celle-ci la soumission au service de l’État, et l’effacement de la personne. Ministre, sur le schéma que nous proposons, représente une saisie très tardive, parce que la fonction n’exige que des capacités, et qui transcendent toutes les particularités. On admettra à la rigueur que « Schumann ait toujours réussi aux femmes pianistes », comme dit le critique de disques de Télérama (exemple 89). On sourirait d’apprendre que la culture, la justice, l’enseignement scolaire et même les droits de la femme réussissent aux femmes ministres. Un lecteur du Monde (27 décembre 1997, p. 9) rappelle le souhait exprimé par Mme Royal d’« être perçue dans sa fonction en tant que femme ».Mais, signale cet observateur clairvoyant autant que malicieux, aucun individu du sexe masculin n’irait déclarer : « Je veux être perçu dans ma fonction de ministre en tant qu’homme ».

  • 33 Le sommaire de Paris Match (14 mai 1998) annonce en ces termes un entretien avecle ministre délégué (...)

282Il est possible que l’emploi de « ministre délégué(e) chargé(e) de l’enseignement scolaire » ait été attribué à Mme Royal en raison de sa pratique ostensible de la maternité33, et celui de « ministre de l’aménagement du territoire et de l’environnement » à Mme Voynet parce qu’il ne pouvait que revenir au leader des Verts, actuellement une femme. Il est d’autant plus loisible de le supposer que ces deux fonctionnaires semblent les premières à avoir été désignées de façon constante par Le Monde comme « la ministre » : entre le 20 et le 26 août 1997, nous avons relevé 2 mentions de la fonction de Mme Aubry, et 2 occurrences de « le ministre de l’emploi », 2 mentions de la fonction de Mme Guigou, et 2 occurrences de « le ministre de la justice » ; nous avons relevé 16 mentions de la fonction de Mme Voynet, et 16 occurrences de « la ministre » ; Mme Royal est « la ministre » le 23 août, p. 20.

283Mais outre que l’influence de ces critères subjectifs n’est pas établie, un usage officiel ne peut être arrêté ni ad hominem ni ad mulierem, à moins que le pouvoir politique, au prix d’une révision de la Constitution, n’infléchisse la distribution des portefeuilles, jusqu’ici épicène, et ne prévoie un quota de femmes ministres, avec des affectations selon des critères privés. C’est uniquement dans ces conditions que chacune des femmes du gouvernement se ferait appeler « Madame la ministre ».

  • 34 Gouverneuse paraît exclu pour les mêmes raisons que chauffeuse ou rapporteuse ; gouverneur ~guberna (...)

284S’il était constant que les hautes fonctions de l’État se prêtassent à l’affirmation de caractères personnels, l’intérêt public commanderait que les particularismes liés au sexe fussent neutralisés par la nomination à chaque fonction de couples mixtes. On aurait alors un ministre et une ministre (ou ministresse) par portefeuille, un recteur et une rectrice (ou une rectoresse) dans chaque académie, un préfet et une préfète (ou une préfétesse) dans chaque département, un gouverneur et une gouvernoresse (ou une gubernatrice)34 de la Banque de France … ; il resterait simplement à identifier les néologismes les plus recevables. Et comme il n’y a aucune raison de privilégier les particularismes liés au sexe, on pourrait imaginer des partages de fonctions fondés sur la complémentarité des origines sociales, des origines régionales … que sais-je encore ? On voit sans peine à quels embarras serait exposé le service de l’État si l’on prenait en compte les caractères individuels des fonctionnaires. Ségolène Royal et ses collègues envient manifestement le sort des femmes de ménage, des caissières de supermarché, des vendeuses, des coiffeuses, des institutrices, des tapineuses, des aides-soignantes, des blanchisseuses, des marchandes des quatre-saisons, des ouvreuses, des gardeuses d’oies, des dactylos, des rempailleuses de chaises, des ouvrières…, à qui leur métier procure le privilège notoire d’être perçues dans leur labeur en tant que femmes. Si d’être appelées Madame le ministre leur paraît si frustrant, qu’elles aillent partager les tâches de ces travailleuses !

285Toute leur infortune vient de ce qu’ignorant ce qu’est une langue, elles s’imaginent que les fonctions dont les agents féminins ne sont pas désignés par un signifiant assorti ne tiennent pas compte des réalités ; elles disent que le vocabulaire — en fait, la morphologie et la sémantique — est en retard sur l’évolution de la société. Mais, encore une fois, comment expliquer que le vocabulaire, depuis le temps qu’il y a des médecins et des professeurs femmes, n’ait jamais trouvé l’occasion de donner un corrélatif à professeur et à médecin, alors qu’institutrice et pharmacienne existent ? Est-il vraisemblable que l’inattestation de *la vainqueuse, de*la chauffeuse, de *la sculptrice, de *la peintre soit un témoignage d’aveuglement devant la réalité, alors que la langue aurait les yeux ouverts en autorisant la triomphatrice, la conductrice, l’aviatrice, la violoniste, peut-être la compositrice ?

286Si penseuse n’est pas attesté en face de penseur, pourtant bâti sur une base verbale, ce n’est pas que les femmes soient incapables de penser ; c’est parce que l’acte implique la capacité de transcender les données immédiates de l’expérience, et que toute transcendance correspond par définition à une saisie tardive. La même raison fait qu’elles sont des savants.

287Si une femme peut être interlocutrice, mais sans doute plus difficilement contradictrice, cela tient au sémantisme de contre, qui implique transgression de l’accord, refus de relation, donc mouvement vers l’extérieur, et saisie tardive. Pour la même raison, il ne semble pas qu’une femme puisse être contrefactrice et malfaitrice. Il paraît difficile enfin qu’une femme soit partisane, le sémantisme du mot partisan impliquant également l’idée de démarcation, de rupture. La contiguïté de surface de paysan~paysanne ne peut contrecarrer la dominance sémantique.

288V, 12 Une unité lexicale, c’est une forme et un contenu. Pour la génération des signifiants, les règles de la morphologie sont, on l’a vu, extrêmement contraignantes : on ne fabrique pas n’importe quel mot n’importe comment.

289Quant aux signifiés, l’examen des faits révèle quelle image s’en fait la conscience collective. Il permet d’établir que l’accès aux fonctions de responsabilité est perçu comme incompatible avec l’affirmation des particularités liées aux personnes, en particulier de leur appartenance sexuelle. L’analyse ne permet de dégager dans la langue aucune volonté d’exclusion, aucune manifestation de faveur partisane.

  • 35 La dernière liste des nominations, promotions et élévations comporte 876 noms, dont seulement 179 n (...)

290C’est ce que dit le communiqué très raisonnable de l’Académie française publié dans Le Figaro du 9 janvier 1998, p. 25. Répliquant à ce communiqué, qu’elle a mal lu, ou qu’elle n’a pas compris, Mme Royal proclame, selon Le Monde du 12 janvier, p. 24 : « C’est la mixité qui est une valeur universelle ». On ne voit pas que la langue aille contre ce principe, ni contre son contraire ; elle les ignore l’un et l’autre. Il est malheureusement exact que la société française ne fait pas aux femmes une place équitable35 ; mais la langue n’a aucune part dans cette situation.

291Le vocabulaire, quoi qu’en disent les juges les plus péremptoires et les moins compétents,est exactement adapté à la situation socioculturelle de la France, et il ne peut pas en être autrement. Le Monde des Initiatives du 25 février 1998, p. II nous apprend que « Les emplois féminins restent en majorité peu qualifiés » — or nous avons vu que les agents des fonctions situés au bas de l’échelle étaient désignés par des noms variables en genre, représentés au bas du vecteur, en saisie précoce — et qu’« Au fur et à mesure quela qualification augmente, les disparités hommes-femmes s’amenuisent ». Les disparités, et tous les témoignages qui les révèlent, au nombre desquels figurent les discriminations linguistiques : la neutralisation des oppositions de genre dans les noms d’agent est une des manifestations de l’égalité des sexes dans l’exercice des fonctions les plus élevées.

292La langue n’est ni sexiste ni misogyne : elle rend manifestes un ordre politique et un ordre formel. Elle dit la vertu unificatrice de l’élitisme républicain, et le pouvoir souverain de l’institution ; elle dit les contraintes qu’impose un système morphologique et sémantique dont la cohérence et la simplicité apparaissent avec évidence pour peu qu’on les cherche où elles sont, au-delà des apparences. Elle dit que l’homme, animal vivant en société, est soumis aux lois qu’il se donne, ce qui est la propre définition de la liberté. Et le linguiste se trouve confondu devant l’infinie complexité et l’infinie rigueur du système qui sous-tend les réalisations ; nous en avons donné un simple aperçu.

293Mais les sexocentristes ne perçoivent aucune différence entre un chronomètre de haute précision et un sablier. Leur initiative irresponsable voue à la ruine la structure profonde que le linguiste découvre ; par leur soin diligent, il ne restera plus, pour désigner les réalités, qu’une chose informe, innommable, aléatoire autant qu’incertaine, tout juste capable du signalé service qu’on en attend : proclamer qu’une femme est une femme, et non un homme.

294C’est le refus des particularismes liés aux personnes qui déclare l’absolue interchangeabilité des agents des deux sexes :

29580), 39) Le M.,26 mars 1998, p. 7 […] le garde des sceaux, Élisabeth Guigou […] le garde des sceaux, Jacques Toubon ;

  • 36 On peut substituer à la forme épicène une opposition, sensible malheureusement dans le seul code éc (...)

29681)   passim   Dominique Voynet~Dominique Strauss-Kahn36 ;

29782)~88) Le M., 15 novembre 1997, p. 3 […] le secrétaire d’État Madeleine Albright […] Martin Indyk, le secrétaire d’État adjoint pour les affaires du Proche-Orient ;

29883) Le M.,titre du5 mars 1998, p. 10 René Blanchet succède à Michèle Gendreaux-Massaloux au poste de recteur de l’académie de Paris ;

29984) Le M., 12 mars 1998, p. 12 Hélène Adhémar, conservateuren chef au Musée du Louvre, est morte samedi 7 mars à l’âge de quatre-vingt-sept ans. […] Hélène Devallée avait épousé, en 1939, Jean Adhémar, conservateur en chef du cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale ;

30085), 101) Le M.,28 février 1998, p. 13 Catherine Delmas-Comolli, préfet hors cadre, a été nommée directrice [sic] des affaires économiques, sociales et culturelles de l’outre-mer au secrétariat d’État chargé de l’outre-mer […] Catherine Delmas-Comolli, qui était directeur adjoint au cabinet de Jean-Pierre Chevènement est remplacée à ce poste par Patrice Bergougnoux, préfet ;

30186), 100) Le M.,4 décembre 1997, p. 30 Anne Chiffert a démissionné de son poste de directeur de la musique et de la danse au ministère de la culture […] « […] Mme Anne Chiffert, directeur de la Musique et de la Danse, a souhaité être déchargée de ses fonctions »

302Le M.,28 février 1998, p. 13 Dominique Wallon […] a été nommé au cours du même conseil des ministres directeur par intérim de la musique et de la danse, en remplacement d’Anne Chiffert, démissionnaire.

303Au contraire, la “féminisation” des désignations fait obstacle à la banalisationdes agents, pourtant appelés sans discrimination d’aucune sorte à être dans le même bateau, et brise les symétries :

30487)~97), 100) Le M.,9 décembre 1997, p. 12 Brigitte Delannoy, journaliste et directrice générale du Festival de Lille est morte mercredi 3 décembre dans un hôpital parisien. […] Brigitte Delannoy avait, en 1989, succédé à Maurice Fleuret à la direction artistique du Festival de Lille, avant d’en prendre la direction générale en 1991 ;

30588)~82) Le M.,15-16 mars 1998, p. 1 Il n’en fut rien, grâce, notamment, à la relation qu’ont su établir Madeleine Albright, la secrétaire d’État, et Hubert Védrines, le ministre des affaires étrangères. Hubert et Madeleine sont dans le même bateau.

306La mention du sexe de l’agent, sauf cas exceptionnel où le message l’exige, — par exemple

30789), 45), 78) Télérama n° 2504, 7 janvier 1998, p. 46 Schumann a toujours réussi aux femmes pianistes —,

est sans aucune pertinence. On ne voit pas quelle spécificité du discours tenu impose l’opposition médecin~femme médecin dans

30890) Le M.,23 décembre 1997, p. 6 « Personne n’est à l’abri d’un accident », admet un médecin […] « ces CHU où on n’a pas le temps de s’asseoir sur le bord du lit pour parler aux malades », assure une femme médecin.

309Identifier Salima Ghezali comme une « ancienne femme professeur de lycée»(Le M., 20 février 1998, p. 11) laisse croire qu’un homme pourrait aussi bien porter ce nom et être une « pionnière de la lutte des femmes algériennes ». La mention décumulée — « ce professeur de français devenu journaliste » (voir l’exemple 64) — constitue la caractérisation adéquate.

310Lorsqu’on lit, à propos de l’explosion d’un silo à grain à Blaye

31191) Le M.,22 août 1997, p. 26 Trois corps, dont celui d’une femme, ont été retrouvés dans la nuit,

on s’interroge sur l’opportunité de la précision, et l’on doit trouver détestable que les médias, après le premier tour de l’élection législative partielle de Toulon (26 avril 1998), aient annoncé « un duel de femmes » pour le second, alors que l’enjeu de l’affrontement entre Mme Le Chevallier (Front national) et Mme Casanova (Parti socialiste) était purement idéologique.

312La banalisation est le meilleur garant de l’égalité, et la fortune des noms d’agent épicènes la manifestation linguistique de la neutralisation souhaitée. Les messages contenus dans

31392) Le M.,30 décembre 1997, p. 5 Le jugement fait état de l’illégalité de la liste CFNT […] Le juge a estimé « qu’il y a une implication trop évidente du FN dans le logo CFNT » ;

31493) Le M.,15 novembre 1997, p. 1 [titre] Deux juges parisiens enquêtent sur l’entourage de Roland Dumas

remplissent pleinement leur fonction : le premier texte n’indique pas le sexe du juge, qui n’a aucune importance, et le second ne révèle que plus tard, et indirectement, que ces deux juges parisiens sont des femmes, au moment où le développement de l’information conduit à les nommer :

31594) ibid. Les juges d’instruction parisiens Eva Joly et Laurence Vichnievsky ont ordonné, mercredi 12 novembre une enquête discrète […].

316VI, 1 Le gouvernement actuel a bien tort de servir l’aveuglement des sexocentrites, et Le Monde desoutenir son entreprise. Dans son « Madame la ministre … » du 30 novembre-1er décembre 1997, p. 15, le médiateur rappelle que

31795) selon les linguistes, la distinction entre le masculin et le féminin ne correspond en rien à une différenciation sexuelle

 … mais il ne considère visiblement pas la langue comme un objet linguistique, et il reprend la maxime naïve de « l’écrivain — ou plutôt l’écrivaine — Benoîte Groult » : « toute langue doit s’adapter aux réalités nouvelles ». Cédant à la recommandation d’un professeur de mathématiques de Fontaine (Isère), qui lui « paraît relever du bon sens », il accorde plus de poids à la qualité de féministe qu’à l’autorité scientifique de Claude Lévi-Strauss et de Georges Dumézil — car les « misogynes » de l’Académie, ce sont eux ! — et il conclut :

31896) N’hésitons pas à employer au féminin les mots de « maire », de « ministre », de « juge » ou de « secrétaire », acceptons que notre sécurité soit assurée par des « policières », nos départements gérés par des « conseillères générales », et notre pays, dirigé, le moment venu, par une « présidente ».

319Voyons les “tendances”, comme on dit, que nous avons relevées dans son journal.

320VI, 2 Mis à part ceux qui figurent dans certaines nécrologies au caractère personnel marqué — nécrologie de Brigitte Delannoy (exemple 87), ou de Marie-Madeleine Dienesch (13 janvier 1998, p. 10) —, les résumés de carrières ne présentent pas la réalité vécue ; aussi l’usage longtemps très largement majoritaire y a-t-il été de désigner les agents des fonctions publiques ou politiques par des noms épicènes :

32197), 84) ~87) 20 novembre 1997, p. 14 Michèle Beuzelin, anciendéputé RPR d’Indre-et-Loire, est morte lundi 17 novembre des suites d’un cancer. […] Entrée au conseil municipal de Tours et 1977, elle devient adjoint au maire chargé de l’enseignement. En 1982, elle avait été élue conseiller général d’Indre-et-Loire […] Lors des législatives de mars 1993, elle était devenue suppléantede Bernard Debré,

surtout dans le cas des hauts fonctionnaires ; ainsi s’opposent

32298) 10 janvier 1998, p. 6 Le premier ministre a confié à Marie-Thérèse Join-Lambert, inspecteur général des affaires sociales (IGAS), une mission destinée […] Agée de soixante ans, Mme Join-Lambert […] a été conseiller de Michel Rocard pour les affaires sociales à Matignon entre mai 1988 et mars 1989~

32399) [ibid., autre article] Une mission est confiée à Marie-Thérèse Join-Lambert, ancienneconseillèresociale de Michel Rocard

32418-19 janvier 98, p. 6 (et 26 février 1998, p. 7) Lionel Jospin […] confie une mission […] à l’ancienne conseillère sociale de Michel Rocard, Marie-Thérèse Join-Lambert.

325Les informations sur les mouvements dans la fonction publique publiées dans le Carnet reproduisent les usages du JO, surtout dans les résumés de carrière en petits caractères, textes visiblement rapportés. On en a relevé plusieurs témoignages, par exemple dans le résumé des carrières de Brigitte Girardin (27 mars 1998, p. 12 ) et de Nicole Briot (31 mars 1998, p. 12), ainsi que dans les textes suivants :

326100), 86) 28 février 1998, p. 13 Anne Chiffert, nommée inspecteur général de l’administration des affaires culturelles, […] devrait être prochainement portée à la présidence du conseil d’administration de la Cité de la danse

  • 37 On trouve une majorité de noms “féminisés” dans le Carnet du 25 décembre 1997 p. 9, une semaine apr (...)

327101), 85) ibid. [Biographie rapportée de Catherine Delmas-Comolli] […] conseiller technique au cabinet de Jean Auroux […] conseiller technique au cabinet du premier ministre […] Catherine Delmas-Comolli était directeur adjoint au cabinet de Jean-Pierre Chevènement depuis juin 199737.

328Pour ce qui est des usages relevés dans les articles d’actualité ou dans les articles de fond, voici quels ils sont.

329Lorsqu’un nom d’agent fait l’objet d’une attestation indiscutablement biforme dans un effet de sens particulier, l’usage du genre B est étendu à tous les effets de sens disponibles, que le mot soit épicène (secrétaire …) ou non (délégué(e) ; président~présidente ; directeur~directrice …) ; l’échelonnement des saisies que nous avons décrit en V est donc annulé : comme les féministes, Le Monde, journal politique,nie la prégnance de l’institution. Les désignations n’ont plus de contenu ; ce sont de simples signifiants. Cette dominance n’est pas contrecarrée par les composés du type « substantif à variabilité reçue + adjectif » — conseiller régional ; secrétaire général —, qui sont presque toujours “féminisés”.

330VI, 3 Secrétaire, épicène dans les deux codes, est très généralement “féminin” lorsque le référent est une femme : « la secrétaire particulièrede François Trucy » (27 février 1998, p. 7), « la secrétaire du proviseur » (4 décembre 1997, p. 30), « la secrétaire générale de la préfecture de Paris » (6 novembre 1997, p. 13), « la secrétaire générale de la CFDT » (28 novembre 1997, p. 10 ), « la secrétaire nationale adjointe des Verts » (9 décembre 1997, p. 7), « l’ancienne secrétaire d’État à la ville » (24 mars 1998, p. 40), « la secrétaire d’État au tourisme,Michelle Demessine »(23 août 1997, p. 8).

331Une femme est « secrétaire général du Conseil supérieur de la magistrature » ( 24 février 1998, p. 21).

332Madeleine Albright est constamment la secrétaire d’État américaine ; notre relevé, non exhaustif, en comporte 18 occurrences (par exemple 12 février 1998, p. 3 ; 20 février 1998, p. 4 ; 22-23 février 1998, p. 2 ; 24 février 1998, p. 2, p. 3) ; elle est 4 fois le secrétaire d’État (deux fois le 15 novembre 1997, p. 3 (exemple 82) ; le 9 décembre 1997, p. 3 et le 24 février 1997, p. 3), donc deux fois seulement après la mise en demeure de la professeure de mathématiques dauphinoise, qui épinglait spécialement cette “incohérence”.

333VI, 4 Le Monde adopte sans hésiter les variantes “féminines” lorsqu’elles consistent en l’adjontion d’un -e à un  : le code oral ne discrimine pas les réalisations. Toute délégation est confiée à une déléguée « déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle »(5 novembre 1997, p. 11), « déléguée interministérielleaux droits de la femme » (16-17 novembre 1997, p. 28). Une femme est « chargée de recherches au Centre national de la recherche scientifique » (ibid., autre article). Le quotidien, qui ne touche pas à le sénateur (voir VI, 8 et la note 39), généralise le néologisme députée.

  • 38 L’hypothèse pourrait être confirmée par nos observations sur compositeur~compositrice dans le PR 2 (...)

334Signant une correspondance, Nicole Catala, se désigne comme « député RPR de Paris » (28 novembre 1997, p. 18) ; mais Le Monde la prétend « députée RPR de Paris » (11 décembre 1997, p. 8). Députée, ancienne députée, (ancienne) députée européenne (1er-2 février 1998, p. 6) ont été relevés 18 fois. La seule hésitation constatée concerne Yann Piat, qui est « la députée du Var » (18 décembre 1997, p. 13 ; 13 février 1998, p. 10) mais le député lorsque le contexte enseigne que la personne et l’agent de la fonction sont dissociés38 :

335102) 11 mars 1998, p. 10 […] le député assassiné le 25 février 1994 […] l’assassinat du député UDF du Var […].

336VI, 5 La situation est du même ordre s’agissant des désignations où la variation est perceptible dans les deux codes (présidente, directrice, chercheuse…).

337Toute femme qui préside est une présidente : « présidente de l’association pour l’émancipation des femmes» (20 février 1998, p. 11), « présidente de la commission des lois » (6 novembre 1997, p. 11), « du tribunal » (26 novembre 1997, p. 11), « du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais » (17 décembre 1997, p. 9 et passim), « de la République d’Irlande » (2-3 novembre 1997, p. 1 et 4).

338Notre dépouillement ne comporte qu’un emploi de président, dans un composé : « ancienne présidente du Parlement européen » les 22-23 février 1998, p. 5, Mme Veil est « ancien président du Parlement européen » le 13 février, p. 6. Il est possible que cette particularité soit imputable au sémantisme d’ancien : l’adjectif déclare périmé l’exercice de la fonction, manifestation de la féminité de la fonctionnaire.

339Toute femme qui occupe une fonction de direction peut être directrice : « directrice des produits frais et de marque distributeur chez Carrefour » (28 février 1998, p. 9), « directrice du Centre national d’information et de documentation des femmes et des familles (CNIDFF) » (5 novembre 1997, p. 11), du Centre de conduite Off Road (7-8 décembre 1997, p. 19), du Théâtre du Soleil (26 février 1998, p. 1), « directrice générale de Flammarion » (18 décembre 1997, p. 13), « directrice générale du laboratoire pharmaceutique Fournier » (13 février 1998, p. 7), et même « directrice de recherche au CNRS » (5 novembre 1997, p. 11), « directrice générale des enseignements supérieurs » (18-19 janvier 1998, p. 9).

340Nous avons néanmoins relevé « directeur derecherche au CNRS » (Le Monde Initiatives 25 février 1998 p. II) et « directeur administratif d’Elf-Aquitaine » (15 novembe 1997, p. 11 ; 7-8 décembre 1997, p. 7).

341Tout emploi de conseiller peut être rempli par une conseillère ; nous avons relevé conseillère municipale (par exemple le 28 février 1998, p. 8), conseillère générale (ibid.), conseillère régionale (par exemple 26 mars 1998, p. 6), « conseillère [ = membre du Conseil constitutionnel] » — selon le titre du 13 février 1998, p. 1 : « Madame la conseillère » —. Marie-Thérèse Join-Lambert est « ancienne conseillère sociale de Michel Rocard » (exemple 99).

342Nous n’avons relevé que deux occurrences de la forme épicène : « le conseiller chargé de l’instruction du procès Papon » (21 février 1998, p. 9 ) et « Laure Schneiter (MEI), conseiller de Paris» (28 février 1998, p. 8).

343Une femme peut être « adjointe au maire »(voir par exemple 23 janvier 1998, p. 9 ; 27 janvier 1998, p. 9 — deux fois — ; 19 février 1998, p. 6) ; nous avons toutefois relevé « son premier adjoint, Marie-Hélène Gillig » (4-5 janvier 1998, p. 18).

344L’opposition que nous avons notée entre chercheuse et chercheur (voir V, 6) se perd : dans la nécrologie de Nina Catach, la disparue est donnée comme « chercheur au CNRS » (29 octobre 1997, p. 22). Mais nous lisons au bas d’une correspondance :

345103) 10 mars 1998, p. 14 Jocelyne Cesari est chercheuse au CNRS

et, dans deux articles, parus dans la même page, sous la même signature, celle de Marie-Pierre Subtil :

346104) 5 février 1998, p. 8 Béatrice Appay, sociologue, chercheur au CNRS […]~

347ibid. la chercheuse Nathalie Cattanéo […] Jeanne Fagnani, chercheuse au CNRS […] la chercheuse.

348De même, l’opposition collectionneur~collectionneuse : Le Monde, qui, le 5-6 avril 1998, p. 24, distingue le collectionneur d’œuvres d’art de la collectionneuse d’aventures galantes (voir V, 6), les confond un mois plus tard :

349105) 10-11 mai 1998, p. 7 Une collectionneuse des grands peintres européens.

350L’opposition experte~experte n’est pas plus stable :

351106), 59) 14 novembre 1997, p. 10 « La solitude est le maître mot de sa personnalité », note Danielle Sire, expert psychiatre […]. L’expert n’en dira pas plus~

352107) 20 juin 1998, p. 10 La démonstration de l’experte psychologue, Noëlle Magaud-Vouland […] l’expert [sic] […] l’experte psychologue […] ;

353108) 10 janvier 1998, p. 1 Marie-Thérèse Join-Lambert, qui fut l’experte sociale de Michel Rocard à l’hôtel Matignon, est chargée d’une double mission.

354Enfin, l’opposition « doyenne des Français »~« doyen de l’inspection générale de l’Éducation nationale » n’est pas respectée : on lit « doyenne de l’inspection générale de l’Éducation nationale » dans le Carnet du 25 décembre 1997, p. 9 (voir note 37).

355VI, 6 Dans l’usage actuel, avocat se distingue des autres substantifs qui varient en genre dans le code écrit comme dans le code oral (conseiller, président …) par le caractère non universel de cette variabilité : avocate, depuis longtemps répandu, fait l’objet d’une tolérance sans être pleinement reçu. Il a pourtant été relevé 16 fois, au sens figuré comme au propre :

356109)~68) 22 février 1998, p. 5 Mais Mme Veil sera une avocate résolue d’une cause à laquelle elle aura consacré sa vie ;

357110) 17 décembre 1997, p. 11 […] son avocate, Me Isabelle Coutant-Peyre […] son avocate […] l’avocate […] une avocate honnête […].

358Nous avons rencontré deux fois seulement avocat pour désigner une femme (26 février 1998, p. 12 ; 27 février 1998, p. 9). Il est piquant de constater que la première de ces occurrences désigne l’« oratrice enflammée », la pasionaria Ariane Mnouchkine, « l’avocat des mutins ».

359La situation de magistrate est différente.

360Dans les comptes rendus du procès des islamistes de Chasse-sur-Rhône (26 novembre 1997, p. 11 ; 28 novembre 1997, p. 14), Janine Drai est la présidente du tribunal 5 fois, et le magistrat 3 fois. Le magistrat désigne encore « le substitutdu procureur, Nadine Moutet » (21 janvier 1998, p. 32). C’est sans doute le caractère hyperonymique du signifié qui préserve le signifiant, ainsi que le statut de la fonction, inaccessible au public. On note cependant que si « les juges parisiens » Eva Joly et Laurence Vichnievsky sont les deux magistrats une fois (29 janvier 1998, p. 8), elles sont 7 fois les deux magistrates (25-26 janvier 1998, p. 10 ; 28 janvier 1998, p. 8 ; 29 janvier 1998, p. 8 — deux fois — ; 30 janvier 1998, p. 8 ; 7 mars 1998, p. 10 ; 11 mars 1998 p. 10 — exemple 113 —), et que Simone Veil est désignée 4 fois comme magistrate (13 février 1998, p. 1 ; 22-23 février 1998, p. 5 —deux fois — ; 24 février 1998, p. 2).

361Mais alors que le composé conseillère générale paraît aller de soi aux collaborateurs du Monde parce que conseiller est un substantif à variabilité reçue, ils semblent refuser avocate générale : ils perçoivent donc le caractère plus évidemment néologique d’avocate ; et en effet, ainsi que nous l’avons observé en IV, 1 à propos de compagnon de route, un élément anomal s’introduit difficilement dans un milieu défavorable.Avocat général a été relevé 5 fois (29 novembre 1997, p. 10 ;30 novembre-1er décembre 1997, p. 10 — deux fois — ; 18 février 1998, p. 9 ; 20 février 1998, p. 8). Quant à savoir si la nature du référent joue un rôle dans cette situation, on ne saurait trancher : l’avocat général est désigné une fois comme représentant, et une fois comme représentante du ministère public :

362111) 20 décembre 1997, p. 10 Le représentant du ministère public, Nadine Moutet, a estimé pour sa part que la diffamation était caractérisée […]~

363112) 29 novembre 1997, p. 10 […] l’avocat général Evelyne Lesieur a clairement conclu à un acte de racisme […] la représentante du ministère public a balayé avec emphase tous les arguments de la défense […].

364Magistrate étant d’une néologie moins universelle qu’avocate, et instructeur d’une variabilité en genre moins discrète que général, le composé magistrate instructrice est improbable :

365113) 11 mars 1998, p. 10 Les deux magistrates estiment […] André Tarallo […] est convoqué par les magistrats instructeurs la semaine prochaine.

366VI, 7 Quoique le médiateur ait déclaré sa faveur pour policière, nous avons relevé femme policier (5 mars 1998, p. 10), et aussi « huissier de justice » et financier (voir V, 4) : la nature des référents rend la néologie peu recevable. Greffière heurte plus que policière, l’agent n’étant pas à la disposition du public. Mais l’opposition suivante s’explique à la rigueur par la mise en contact, dans le premier exemple, du magistrat, donc du greffier, avec l’inculpé :

367114) 25 février 1998, p. 12 « Le juge était froid. Il répétait les questions, la greffière les notait »~

368115) JO 1er janvier 1998, p. 13, col. 2 Hélène Moreau, épouse Chelzen, greffier à la Cour de cassation ;

369En revanche, bâtonnière est difficilement justifiable :

370116)~70) 6 février 1998, p. 9 […] afin qu’il transmette à la bâtonnière de l’ordre des avocats de la capitale, Dominique de la Garanderie, une demande de sanction disciplinaire […] « La bâtonnière lui a rappelé,indique le communiqué […] ».

371Se figurerait-on le bâtonniersous les espèces d’un poissonnier ou d’un chiffonnier menant à la baguette avocats et avocates ?

  • 39 La nature des référents exclut que spectateur~spectatrice et moniteur~monitrice parrainent sénateur(...)

372VI, 8 Les véritables hardiesses sont donc rares. Le Monde n’a pas osé suivre l’exemple du médiateur et “féminiser” écrivain, même pour désigner la féministe Hélène Cixous (30 décembre 1997, p. 18 ; 26 février 1998, p. 12), ni préfet (1-2 mars 1998, p. 8) ni chef : « la secrétaire d’État Madeleine Albright » est « le chef de la diplomatie américaine » (9 décembre 1997, p. 3) et « la ministre » Dominique Voynet « le chef de file du Ciadt » (14-15 décembre, p. 12). Les formes épicènes dont la “féminisation” eût été choquante ont été conservées. Nous avons relevé substitut (21 janvier 1998 p. 32), sénateur (28 février 1998, p. 6 ; 24 janvier 1998 p. 11 ; 17 février 1998, p. 5 ; 21 février 1998 p. 7)39 et sculpteur (22-23 février 1998 p. 1 ; exemple 44). Le professeur (2-3 novembre 1997, p. 4 ; 20 février 1998, p. 11), le proviseur (4 décembre 1997 p. 30 ; 9 décembre 1997 p. 10 ; 8 janvier 1998 p. 9) ; le procureur (7 novembre 1997 p. 11 ; 24 décembre 97 p. 4).

373Contre le pronostic du médiateur, maire et juge, noms monosémiques invariablement épicènes, ne sont pas déterminés par un élément “féminisé” : le maire a été relevé 4 fois (26 août 1997, p. 8 ; 9 décembre 1997, p. 9 ; 4-5 janvier 1998, p. 18 ; 24 février 1998, p. 6), et, sur 25 attestations relevées de juge, le type « le juge Eva Joly », est largement majoritaire : 22 occurrences (par exemple 18-19 janvier 1998, p. 25 ; 28 janvier 1998, p. 1 et 8 ; 31 janvier 1998, p. 11 ; — 2 fois — ; 15-16 février 1998, p. 8 ; 20 février 1998, p. 8 ; 22-23 février 1998, p. 8 ; 28 février 1998, p. 8) ; le type « la juge Eva Joly »a été relevé les 13 novembre 1997, p. 30 ; 7 février 1998, p. 10 ; 14 mars 1998, p. 21).

  • 40 L’opposition se retrouve dans « gardiennede square »~» femme gardien de la paix » (13 janvier 1998, (...)

374VI, 9 Les journalistes du Monde ont longtemps préféré le composé « le garde des sceaux », qui désigne un seul et même agent, ainsi démarqué de tous ses collègues du gouvernement (saisie tardive, comme nous l’avons vu en V). A cette particularité sémantique s’ajoute l’effet attaché à l’article notoire des : le degré plein est par définition l’après du degré zéro — « la garde d’enfants» —, comme le notoire est l’après du transitoire (un précède le)40.

375Nous en avons relevé 14 occurrences entre le 6 novembre 1997 et le 30 janvier 1998 (par exemple 4 fois le 16 janvier, p. 1 et 8-9), et seulement une de « la garde des sceaux » :

376117) 10 décembre 1998, p. 11 En l’absence du garde des sceaux, hospitalisée à la suite d’un malaise cardiaque […] la garde des sceaux a annoncé qu’elle entendait « donner pleine efficacité aux dispositions » […]. 

377Mais en mars 1998, Le Monde reconsidère sa position : entre le 6 mars et le 10 avril, nous avons relevé une occurrence de « le garde des sceaux » (26 mars 1998, p. 7) et 10 de « la garde des sceaux » (3 fois le 6 mars, p. 10). Cette volte-face est imputable à la contiguïté de « la ministre de la justice », nettement majoritaire.

378Et en effet, alors que les noms monosémiques invariablement épicènes sont presque toujours déterminés par le, comme nous venons de le voir, Le Monde a choisi ce qu’il croit être le genre féminin pour désigner les femmes ministres de la République. Entre le 1er novembre 1997 et le 10 avril 1998, on n’a noté que 4 fois le ministre, le 14 novembre, p. 7 ; le 11 février, p. 11 ; le 20 février, p. 6 et le 14 mars, p. 9.

379Le corpus dépouillé déclare17 fois que l’exercice de la fonction appartient au passé. Comme l’ivresse de le percevoir en tant que en femme n’est plus actuelle, et surtout, comme la néologie trop visible est souvent incompatible avec l’insertion dans les composés, on peut attendre au moins quelques occurrences d’ancien ministre. De fait, Le Monde (voir les exemples 23 et 24) hésite entre la forme épicène (8 occurrences : 4 décembre, p. 10 ; 24 janvier, p. 11 ; 11 février, p. 11 ; 20 février, p. 6 ; 10 mars, p. 6 ; 14 mars, p. 6 — deux fois— ; 17 mars, p. 45) et la forme “féminisée”(9 occurrences : 13 février, p. 1, p. 7 — trois fois — ; 21 février, p. 7 — deux fois — ; 17 mars, p. 46 ; 24 mars, p. 41 ; 25 mars, p. 8).

380Le quotidienrenonce donc à la cohérence par pure complaisance pour les seuls ministres du gouvernement Jospin : la féminité des juges parisiens (10 mars 1998, p. 1 et passim) Eva Joly et Laurence Vichnievsky le laisse presque complètement froid.

381Si ancien ministre et ancienne ministre y sont également attestés, nous n’avons rencontré dans Le Monde ni *la première ministre, ni même *la premier ministre. Nous avons relevé 2 fois le premier ministre, désignant Mme Thatcher (17-18 août 1997, p. 2), et 3 fois l’ancien premier ministre (26 août 1997, p. 8 ; 28 novembre 1997, p. 14 ;29 janvier 1998, p. 1). Pour rendre compte de cette situation, on fera valoir un argument sémantique — le premier ministre est entièrement démarqué des autres ministres, ce qui postule, on l’a vu, une position en saisie tardive —, et un argument formel : le caractère de composé est moins perceptible dans ancien ministre que dans premier ministre. Alors qu’ancien peut servir de premier terme à quantité de composés, les combinaisons du type premier ministre sont en nombre restreint ; la cohésion plus grande de premier ministre est confirmée par l’attestation de la combinaison ancien premier ministre. Dans l’état actuel des choses, on ne peut donc écrire que « le premier ministre accompagné de son époux » ; à ce compte, l’argument en faveur de « la chef » selon lequel « le chef de l’Étataccompagné de son époux » serait une « bizarrerie »(Th. Ferenczi, loc. cit.) n’a pas plus de poids que les autres : la nécessité de “féminiser” est parfaitement illusoire, puisqu’il n’y a pas en français de genre masculin et de genre féminin.

382VII, 1 Sans cesse martelée, l’idée reçue — devenue vérité d’État — que le genre B est un féminin, et que la langue est en retard sur la réalité vécue finit par engendrer des troubles : ayant à cœur de rétablir le beau sexe dans ses droits, les collaborateurs du Monde et d’autres publications“féminisent” inconsidérément.

383Si l’un des constituants féminins d’une collectivité mixte est dit se démarquer des autres membres par l’exercice d’une fonction, le souci de la clarté exclut que le substantif qui le désigne apparaisse sous la réalisation du genre B quand une variante épicène est disponible. Le refus de cette réalisation peut laisser supposer que cette collectivité est composée d’êtres du même sexe que l’élément démarqué, contrairement à la réalité des faits ou à la vraisemblance :

384118), 7), 35) 14-15 décembre 1997, p. 1, puis p. 12 Dominique Voynet est lapremière ministre des Verts a être élue en France

385veut dire que cette nomination isole Mme Voynet de l’ensemble de sa communauté, et non de la partie féminine de cette communauté, sans le dire vraiment : mieux valait écrire « le premier ministre des Verts ». La rédaction suivante est parfaitement claire :

386119), 3), 8) 4-5 janvier 1998, p. 18 Le premier incendiaire condamné après les violences de la nuit de la Saint-Sylvestre à Strasbourg est une jeune fille de dix-huit ans.

387Lorsqu’une femme désignée par sa seule appartenance sexuelle est démarquée de sa collectivité par l’accession à une fonction, le substantif qui désigne cette fonction peut se réaliser dans l’un ou l’autre genre si le genre n’est pas imposé, sans que la clarté du message soit compromise. La désignation du genre B est simplement incongrue, car l’énoncé revient à opposer les deux sexes ; or un homme peut difficilement être désigné par un nom d’agent du genre B :

388120), 6) Carnet 13 janvier 1998, p. 10 [Notice nécrologique de Marie-Madeleine Dienesch] Elle fut la première [femme] à devenir vice-présidente de l’Assemblée nationale, le 10 décembre 1958.

389Lorsqu’un substantif du genre A désigne un agent féminin, l’accord de l’adjectif épithète se fait en genre ; un énoncé tel que

390121) 22-23 février 1998, p. 8 Le juge d’instruction parisien Édith Boizette

est le produit de l’évolution 1) « la femme juge d’instruction parisienne » > 2) « la juge d’instruction parisienne » > 3) « le juge d’instruction parisien » en raison de la contiguïté de la réalisation proscrite *« la jugesse parisienne ».

391Mais comme le juge Boizette est une femme, la prégnance obsédante du sexe du référent conduit l’auteur de l’article à inverser la chronologie des décumuls. Afin de conserver plus longtemps au substantif la marque du genre, assumée par le déterminant, il commence son opération de décumul par l’adjectif ; le décumul du déterminant est réservé pour un stade 4), que l’allongement du parcours l’amène à censurer : 1) « la femme juge d’instruction parisienne » > 2) « la juge d’instruction parisienne » > 3) « la juge d’instruction parisien » (*4 « le juge d’instruction parisien ») :

392122), 18) 21 février 1998, p. 7 La juge d’instruction parisien Édith Boizette.

393Cette stratégie est rendue vraisemblable par l’inattestation de la combinaison inverse : *« le juge parisienne » ; * « le secrétaire d’État américaine », * « l’écrivain italienne » :

394123), 12) 14 mars 1998, p. 13 L‘Écrivainitalien Anna Maria Ortese est morte lundi 9 mars dans une clinique de Rapallo [René de Ceccaty].

395Si nous avons une fois « ancien ministre déléguée » (exemple 15), c’est parce que l’adjectif est épicène dans le code oral, et parce qu’« ancien ministre » et « ancienne ministre » sont également probables, donc perçus comme interchangeables.

396L’embarras créé par l’obligation de “féminisation” cause une autre perturbation au fonctionnement de la chaîne transformationnelle. Écartant en raison du sexe du référent les formes épicènes — pour lui “masculines” — exigées par la situation, le rédacteur n’ose pas pour autant les néologismes “féminisés” compositrice, largement attesté cependant, et inspectrice, parce que les femmes qui composent de la musique ne sont pas aussi nombreuses que les auditrices ou les monitrices, et parce que l’inspection est une fonction transcendante dont l’image occupe l’entier de la représentation (voir V, 2). Se croyant tenu de marquer la référence au sexe, il s’abstient d’engager le processus de décumul, qui pourrait aboutir à une désignation épicène (voir I, 6), et il ne quitte pas le stade initial :

397124), 29)21 février 1998, p. 9 […] son épouse, à l’époque seule femme inspectrice de l’enseignement dans les Landes.

398Ces hypermuliébrismes apportent le témoignage de la royalisation des esprits, et de la légitimité linguistique de la forme épicène.

399Même le Canard enchaîné, dont les usages sont systématiquement sexocentristes — le numéro du 8 avril 1998 nous a donné l’occasion de relever, p. 5 « la juge d’instruction Eva Joly », « la juge d’instruction » ; p. 6, écrivaine et éditrice ; p. 7, Mme la Première ministre (il s’agit de Mme Cresson) —, refuse d’engager le processus qui conduit à sénateur : nous avons relevé dame sénatrice le 4 mars 1998, p. 5.

400VII, 2 L’embarras causé par une illusion tenace apparaît enfin dans certains néologismes tératologiques engendrés par la “féminisation” occasionnelle de substantifs qui ne sont pas des noms d’agent, et qui varient en genre dès lors qu’ils désignent des êtres humains. On n’écrira sans doute jamais que les jambes sont « les membres inférieures » par opposition aux bras, les membres supérieurs ; mais, en face de la rédaction encore canonique

401125) Diapason, n° 445, février 1998, p. 64 […] la Société des compositeurs de musique, où elle sera admise comme membre actif le 31 octobre 1887,

nous avons relevé :

402126) 26 février 1998, p. 9 Liliane Schroeder, soixante-dix-huit ans, anciennemembre du réseau Marco Kléber~

40326 février 1998, p. 7 [François-Xavier Bordeaux] L’ancien membre du cabinet de Pierre Bérégovoy s’était fâché contre le PS local.

404Nous avons guetté en vain, pendant la dernière campagne électorale, la réalisation *« le tête de liste » ; « la tête de liste » désigne aussi bien un homme qu’une femme :

405127), 13) 28 mars 1998, p. 6 […] cette élue lyonnaise […] a annoncé qu’ elle se désolidarisait de sa tête de liste [il s’agit de Charles Millon]~

40628 février 1998, p. 8 Dans l’Essonne, la tête de liste, Ghyslaine Degrave, brigue le mandat de conseiller général de Vigneux-sur-Seine.

407Mais numéro devient “féminin” dans une périphrase qui désigne la place d’une femme dans une hiérarchie, cependant que leader est épicène :

408128) 23 août 1997, p. 5 […] le leader des Verts, Dominique Voynet ;

409129) 28 novembre 1997, p. 10 [Nicole Notat] La numéro un de la CFDT~

41017 février 1998, p. 6 [M. Mégret] Le numéro deux avait précisé que le FN […].

411Dès lors, que se passera-t-il ? Tous les substantifs désignant ou appelés à désigner des êtres humains sont-ils voués à varier en genre selon le sexe du référent ? Un homme peut-il être « un tête de liste » ? Étant acquis qu’une femme est « une membre » d’une organisation, et un homme « un membre », qu’une femme est dite (14 mars 1998, p. 13), « une figure inclassable du paysage italien », un homme sera-t-il « un figure » ou « un figur » ? Si Pierre Curie est « un cerveau », Èvesera-t-elle « une cerveau »ou « une cervelle » ? L’élection de Mme Blandin à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais a été, en 1992, celle d’« un extrême outsider » (17 février 1998, p. 6) ; faut-il imaginer qu’elle eût pu être aussi bien celle d’« une extrême outsider » ? « Mme Veil sera un contre-poids à cette tendance », prédit l’édition du 22-23 février 1998, p. 5 ; « une contre-poids » aurait rendu un hommage opportun à la féminité de la nouvelle membre du Conseil constitutionnel. « Le coup de maître d’une jeune Japonaise », titre l’édition du 5 mars 1998, p. 27 ; « coup de maîtresse » était pourtant d’un galant ! Quant à savoir si « une vedette », « une cible », « une victime », « une dupe » continueront à désigner les hommes, le dépouillement du Monde n’a apporté aucune réponse aux trois premières questions ; pour la quatrième, nous lisons

412130) 1er-2 mars 1998, p. 8 […] d’autres en font plutôt le dupe d’un Grandclément qui n’aurait fait que tenter un dangereux double-jeu.

413Ces problèmes devront être résolus dans le sens de la “féminisation”. Car la “féminisation” ne saurait se limiter aux noms de métier, de titre, grade et fonction : si une femme n’est pas un homme, la manifestation de cette vérité doit être universelle. La “féminisation” des désignations épicènes telle que l’arrêté de mars 1986 l’a fixée est d’un faible rendement : même laxiste, elle se soumet à des contraintes, et surtout, elle s’applique souvent aux désignations des agents privilégiés — les rectrices, les femmes ministres, les présidentes-directrices-générales, les chercheuses du CNRS, les magistrates et les bâtonnières sont plus à l’abri des discriminations que les ouvrières —. Or, un nombre limité d’amendements lexicaux serait d’un effet tout aussi limité sur le sexisme. Il faudra donc briser les blocages morphologiques que nous avons décrits en II, et admettre, par exemple, ingénieure, mairesse et assesseuse.

414A moins qu’il ne fonde le postulat d’une “sexuisemblance”, le pouvoir politique devra déféminiser les désignations “féminines”, et démasculiniser les désignations “masculines” des êtres inanimés, donc inventer un neutre, avec une morphologie spécifique. Et en effet, si la féminité de « la chaise» n’est pas établie, celle de « la femme » ne l’est pas davantage. Il faudra résoudre en priorité la difficulté posée par les substantifs épicènes ou suffixaux du type le pendule~la pendule, le panier~la panière, le photocopieur~la photocopieuse, le moteur~la motrice, et surtout l’ambiguïté des corrélations « être animé~être inanimé » — le canonnier~la canonnière, le cordelier~la cordelière, le chiffonnier~la chiffonnière … —. Dans une perspective sexocentriste, le maintien de ces paires, qui, n’opèrent pas de discriminations sexuelles, pourrait menacer l’identité prétendue des authentiques « masculins~féminins » — le secrétaire~la secrétaire, le poissonnier~la poissonnière, le copieur~la copieuse, le tuteur~la tutrice … —, et remettre en cause la correspondance postulée du genre et du sexe dans les désignations des agents humains, avec toutes les conséquences à prévoir. Sans amorcer seulement l’exposé d’une morphologie de ce nouvel espéranto, on peut rêver à des oppositions du type le ministre, la ministre~lo pendulo, ló penduló ; le copieur, la copieuse~ló photocopieuro, lo photocopieuró ; le cuisinier (père Lustucru), la cuisinière (mère Brazier)~ló cuisiniéro (de marque mère Denis) … Et ne faudra-t-il pas un troisième genre pour les animés non humains ?

415On devine que les collaborateurs du Monde et l’ensemble des Français, seront éclairés sur ces points comme sur tous les autres par le « guide pour les usagers » annoncé dans le JO du 8 mars, p. 3565 ; un fort volume, probablement, comportant une analyse linguistique de tout le système de substitution, et muni d’un quadruple index.

416En attendant, faute de considérer la langue comme un objet linguistique, n’importe qui s’autorise à écrire n’importe quoi.

Haut de page

Notes

1 Le Monde,15-16 mars 1998, p. 1 ; voir l’exemple88. L’essentiel de notre documentation provient des usages relevés dans quelque 150 éditions de ce journal, principalement parues entre le 1ernovembre 1997 et le 10 avril 1998.

2 Le pouvoir politique faisait déjà, il y a quelques années, sans plus de compétence que de capacité, un procès dépourvu de fondements linguistiques à l’orthographe française.

3 Si elle ne dispose pas du second apanage, c’est que MmeRey-Debove le lui refuse, sans doute avec raison (voir III, 1, exemples 40 42).

4 Le pluriel interne (dont le pluriel double est un réalisation) est donc un nombre faible. Ce n’est pas un hasard si le nombre faible et le genre faible ont parfois partie liée : amour, délice et orgue sont, comme on dit improprement, “masculins”, mais les pluriels internes amours, délices et orgues sont du genre prétendument “féminin” ; mœurs, “masculin” en ancien français, est actuellement “féminin”.

5 Une vision sexocentriste du genre obligera aussi à corriger la grammaire, et à proposer des formes qui rendent justice aux femmes. Nous ne ferons ici aucune suggestion.

6 On trouve des rédactions identiques dans Le M.,15 novembre 1997, p. 3 (exemple 16) ; 25-26 janvier 1998, p. 11 ; 28 janvier 1998, p. 8.

7 L’adaptation du déterminant à son support (une compositeur > un compositeur) s’impose avec plus  d’évidence que l’adaptation du support au déterminant (une compositeur > une compositeure), que nous avons relevé une fois ; le caractère marqué de cette solution est signalé par l’usage des guillemets, et l’appoint d’un substitut reçu :  

     32)Répertoire n° 84, octobre 1995 p. 63  L’Autriche se révèle une pépinière de « compositeures »     (compositrices) […].      

8 Pour ne pas embarrasser l’exposé, nous ne ferons plus allusion à la différence que nous croyons avoir pu reconnaître entre les processus transformationnels, et qui est sans importance, puisque la variante conduisant à un compositeur (femme) est adoptée à fin de banalisation.

9 Professeur et ministre étant épicènes, rien dans la forme n’exige que le stade une ministre, une professeur soit transgressé dans une femme ministre > ? une ministre > un ministre ; une femme professeur > ? une professeur > un professeur : il y a des substantifs épicènes qui opposent les genres par la seule variation du déterminant — un enfant~une enfant, un pendule~une pendule —. Sur ce point, voir la fin de II, 5.

10 Mais la terminologie ne saurait servir d’argument pour la définition des réalités, parce qu’elle ne procède pas nécessairement d’une description élaborée des faits. Un examen un peu affiné du donné conduit à constater que le possessif ne marque pas la possession, ni le démonstratif la démonstration ; que nous et vous ne sont pas des pluriels ; que le pronom n’est pas un « pro-nom » … Contrairement à une autre illusion reçue, le substantif n’exerce pas de fonction par rapport au verbe. Dans « Le chat observe la souris », par exemple, le chat n’est pas sujet d’ observe, ni la souris régime ; la phrase inversive « Le chat observe-t-il »invite à supposer un pronom sujet et, par voie de conséquence, un pronom régime latents : « Le chat (il) (l’) observe la souris ». Dès lors, le pronom apparaît comme l’être linguistique voué à exercer une fonction relativement au verbe, ce qui est rendu manifeste par les variations casuelles dont il est le siège, au contraire du substantif.

11 Il n’est pas fort caractérise celui qui est faible ; c’est donc fort qui préexiste à faible, et non l’inverse : il n’est pas faible est une litote, une rédaction marquée.  

12 « (Le)procureur », pour désigner une femme,a été relevé dans Le Monde des 7 novembre 1997 p. 11 ; 9-10 novembre 1997, p. 11 ; 24 décembre 1997 p. 4. On a quelques attestations — anciennes — de chauffeuse :

38) J’ai failli dire à ma chauffeuse : « Faites attention » (René Boylesve, Je vous ai désirée un soir …, p. 99 ;Le Livre de demain, Arthème Fayard, 1928) ; la scène se passe vers 1900.

13 Mais les bases dis-, lis-, fais- sont présentes dans les flexions de dire, lire et faire disant, lisons, faisiez —, ce qui rend possibles diseur, liseur et faiseur.

14 Dominique Voynet, qui tient aussi à la féminisation — elle l’a notamment rappelé avec vigueur le 8 mars 1998 au journal de 20h sur France 2 —, désigne Corinne Lepage comme « le précédent ministre de l’environnement » (Le M.,  22 août 1997, p. 8).

15 Sauveteur, formation insolite, a été imposé comme correspondant de sauver par sauvetage, lui-même imposé comme nom d’action par l’exclusion de sauver~ ! sauvage.

16 Marina Yaguello (op. cit.,p. 131) identifie auteur comme un doublet d’acteur ! Il est vrai qu’elle propose une « approche socio-linguistique de la condition féminine » plutôt qu’une « approche linguistique » de la dérivation et du genre. Pour l’exclusion d’ *auteuse, voir II, 2.

17 La relation composition~compositeur a permis la constitution de composer d’après le modèle offert par la série calquée contiguë accusation, accusateur, accuser ; accusatrice a facilité la génération de compositrice.

18  Aucun mot ne rime avec vaincre. Lire (lisant), dire (lisant), confire (confisant), faire (faisant)~liseur, diseur, confiseur, faiseur  constituent un groupe fourni en face de la série des dérivations du type arroser~arroseur, amuser~amuseur, briser~briseur ; aussi chacun des noms d’agent est-il pourvu d’un corrélatif en -euse.

19 Le témoignage objectif de metteur en scène, de trésorier payeur général, de soprano léger … enseigne ce qui crève les yeux et que les ingénus s’évertuent à refuser : il n’y a pas d’adéquation entre le genre et le sexe, et l’exercice de la fonction est incompatible avec la manifestation des traits spécifiques de la personne.

20 Le Journal officiel offre un reflet fidèle de l’usage : les compositeurs, au témoignage des chefs correcteurs, reproduisent aveuglément les documents qu’ils reçoivent des ministères.

21 Si on lit
47)p. 11, col. 1 administrateur d’une association en faveur des personnes âgées,

c’est qu’administrateur semble résister à la variation en genre, comme on l’a vu plus haut. On rapprochera de même  
48)p. 20, col. 1 administrateur d’une union départementale de combattants volontaires de la Résistance~
  p. 8, col. 1 présidente honoraire d’une association départementale d’anciens combattants.

22 Encore l’un d’eux est-il un religieux :
49) p. 11, col. 1 « président national d’une association en faveur des handicapés », « président d’un organisme d’entraide » ; p. 12, col. 1 « président d’une association d’entraide » ; p. 12, col. 2 « directeur général d’une fondation d’entraide ».

23 Et d’enseigner : 13 femmes professeurs des universités ont été faites chevaliers ou officiers de la Légion d’honneur, et 9 hommes.

24 La hiérarchie instituteur~professeur a été annulée par la création du corps des professeurs des écoles : professeur neutralise les oppositions de sexes. Quant à la discrimination « enseignement secondaire masculin ~enseignement secondaire féminin », elle a été réduite du jour où les établissements sont devenus mixtes et où les directrices ont pris le nom de proviseurs. L’égalité des sexes n’a pas de meilleure expression que la forme épicène. Sur la relation entre la variation en genre des noms d’agent et la situation de la fonction dans l’échelle sociale, voir V, 11 et V, 12.

25 Cette position dans la hiérarchie est attestée par la constatation usuelle qu’il y a dans les lycées du Quartier latin plus d’enfants d’avocats et de médecins que d’enfants d’ouvriers.

26 La situation du coiffeur et de la coiffeuse dans leur salon est comparable, à ceci près que la vocation de l’agent féminin est de traiter plus spécialement les femmes : la spécialité *» coiffeuse pour dames » ne semble pas exister.

27 Leur considération pour leur sexe oblige de même Ariane Mnouchkine à refuser *metteuse en scène (exemple 45) et Marie Delagneau à répartir de façon significative compositeur et compositrice (exemples 54 ~55).

28 C’est ce qui nous a autorisé à supposer qu’une femme serait facteur de pianos mais factrice de flûtes à bec.

29 Nous saurons sous peu si les titres honorifiques chevalière et officière sont prescrits par la Commission générale de terminologie et de néologie.

30 Ce peut aussi bien en être un : parmi les noms des “médaillées” figure, p.18, col. 2, celui de Marie-Hélène Descamps, dont on nous dit, sans plus de précision, qu’elle est « directrice de société » ; même page, Patricia Barbizet, est identifiée comme « directeur de société ».

31 Femme compositeur paraît moins engager le désignateur, son objet et son lecteur (voir l’exemple 30). Destinée à un large public, une série d’émissions diffusées sur France Musique du 9 au 14 mars 1998, était intitulée Cinq femmes compositeurs ; mais compositrice est la seule désignation que nous ayons relevée dans le discours des présentateurs. Pour femme compositrice, voir l’exemple 29.

32 Le M., 18 février 1998, p. 8 L’épouse de Robert Léon se rendit elle-même à Drancy afin de sauver son mari, conjoint d’Aryen selon la terminologie vichyste.

33 Le sommaire de Paris Match (14 mai 1998) annonce en ces termes un entretien avecle ministre délégué : « Madame la ministre nous a reçus avec ses quatre enfants ».

34 Gouverneuse paraît exclu pour les mêmes raisons que chauffeuse ou rapporteuse ; gouverneur ~gubernatrice semble parrainé par les correspondances chanteur~cantatrice, empereur~impératrice.

35 La dernière liste des nominations, promotions et élévations comporte 876 noms, dont seulement 179 noms de femmes, soit 20,43%.

36 On peut substituer à la forme épicène une opposition, sensible malheureusement dans le seul code écrit, qui rende compte de l’appartenance sexuelle de Madame la ministre : Dominic~Dominique d’après Frédéric~Frédérique.

37 On trouve une majorité de noms “féminisés” dans le Carnet du 25 décembre 1997 p. 9, une semaine après le réveil des féministes du gouvernement. Nous avons relevé « doyenne de l’inspection générale », directrice — des personnels enseignants, de l’administration … — (4 fois), inspectrice et inspectrice générale, conseillère (2 fois), secrétaire générale (3 fois) ; conseiller une fois, sous-directeur une fois.

38 L’hypothèse pourrait être confirmée par nos observations sur compositeur~compositrice dans le PR 2 (fin de III, 6), sur ancien président et ancien ministre dans Le Monde (voir VI, 5 et VI, 9).

39 La nature des référents exclut que spectateur~spectatrice et moniteur~monitrice parrainent sénateur~*sénatrice ; député~députée ne produit pas plus d’effet parce que sénatrice serait d’une néologie plus coûteuse que députée,et parce que la nature des référents s’y oppose. Le Sénat, réalité seconde par rapport à l’Assemblée nationale en raison du mode de scrutin marqué des sénateurs, est situé sur une saisie plus tardive, comme en témoigne la périphrase qui le désigne : la Haute Assemblée.

40 L’opposition se retrouve dans « gardiennede square »~» femme gardien de la paix » (13 janvier 1998, p. 9).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://linx.revues.org/docannexe/image/908/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Eskénazi, « Madame la ministre ? Mais non !  », Linx, 39 | 1998, 185-253.

Référence électronique

André Eskénazi, « Madame la ministre ? Mais non !  », Linx [En ligne], 39 | 1998, mis en ligne le 02 juillet 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://linx.revues.org/908 ; DOI : 10.4000/linx.908

Haut de page

Auteur

André Eskénazi

Université Paris X – Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org