Navigation – Plan du site

Au sujet de la représentation de la langue parlée

Mireille Bilger
p. 151-156

Résumés

A l’aide d’exemples, cet article propose de rappeler que la représentation par écrit de la langue parlée pose à la fois un problème de fidélité, de lisibilité et d’interprétation syntaxique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cet article reprend certains éléments de Bilger (à paraître), et d’un document de travail non publ (...)

1Pour retranscrire les données orales1, nous disposons de deux systèmes de représentation, l’orthographe usuelle ou la notation phonétique. Or, aucun de ces deux systèmes ne semble totalement satisfaisant pour rendre compte à la fois de ce qui est dit et de comment cela a été produit par le ou les locuteurs. L’emploi de l’orthographe standard facilite la lecture mais semble « écraser » les phénomènes propres à l’oralité ; la transcription phonétique restitue fidèlement ces phénomènes mais rend l’accès au texte nettement plus difficile.

2Pour pallier ces inconvénients ou pour combiner les avantages des deux systèmes, certains linguistes ont donc recours à un système mixte et adoptent ce que l’on peut appeler une orthographe « aménagée » dans laquelle, par exemple, la non-prononciation de certains sons est signalée par une apostrophe :

– j’t’parle p’us
– v’là

3L’orthographe est également « truquée » pour rendre compte de la façon dont les mots ou les séquences de mots ont été réalisés :

– i va falloir que ...
– chais pas
– chuis resté
– pasque

4Ce type d’aménagement pourrait sembler un compromis intéressant, mais comme l’ont signalé entre autres Blanche-Benveniste et Jeanjean (1987), il comporte de réels inconvénients. Je voudrais rappeler ici quelques problèmes liés à certains choix de transcription et les conséquences que ces choix peuvent avoir sur l’analyse ultérieure des textes.

1. Conventions différenciées selon le statut du locuteur

5La représentation de l’oralité par une orthographe « aménagée » est depuis longtemps employée dans la littérature et l’est encore maintenant. Elle connote souvent une langue « relâchée » qui est généralement l’apanage de personnages marqués sociologiquement. Par exemple, dans le roman Le vol des cigognes de J.-C. Grangé (Albin Michel, 1994), un des personnages les plus durs, ancien mercenaire, est signalé par sa façon de « parler » ; l’auteur utilise alors régulièrement l’apostrophe pour indiquer les sons « avalés » :

(1)

tu t’sens mal, fiston ? (p. 288)

6et pour noter la prononciation du pronom sujet « il » réduite au son « i », l’auteur fait appel à l’artifice du graphème « y » :

(2)

y disait qu’y connaissait un dispensaire (p. 286 )

7Il est d’ailleurs intéressant de noter que dans ce même ouvrage, le désir de représenter la prononciation a sans doute fait produire une forme qui n’était pas voulue, la forme du pronom « qui » dans un contexte où seule la suite « qu’il » peut apparaître :

(3)

y suppliait le toubib de le sauver, de faire n’importe quoi, qui voulait pas mourir (p. 287)

8cette séquence [ki] sensée reproduire la prononciation du personnage aurait au moins dû être « orthographiée » comme dans l’exemple 2 cité plus haut : « qu’y ».

9Ces notations, qui tendent à refléter certaines caractéristiques des locuteurs, avec des différences de traitement selon des critères de type sociologiques, concernent généralement le pronom il, les « e » caducs, et le ne de négation.

10Il est intéressant de noter que l’on trouve ce même type de traitement différencié dans la presse française :

(4)

Pourquoi y a du monde pour Trautmann ? (un employé au stand du Secrétariat à l’Industrie ; Libération, 18-03-2000)

(5)

Faut pas me demander de faire les calculs (... ) Il m’a dit : « tu peux pas savoir ce que représente pour le foot... » (l’entraîneur de Calais ; Libération, 18-03-2000)

11On peut observer que les journalistes ne pensent pas à ce type de réalisations pour des locuteurs ayant un statut social différent.

  • 2  A noter cependant que, comme le signale Gadet (1999), c’est ainsi que « s’instaurent de véritables (...)

12Si dans les ouvrages littéraires, ces pratiques importent peu2, quand elles se trouvent utilisées dans le cadre d’études linguistiques, elles cessent rapidement d’être anodines. Elles peuvent avoir des conséquences sur l’analyse syntaxique même.

2. 1. Les formes lui et y

13C’est le cas notamment quand le pronom clitique lui est retranscrit sous la forme y, comme dans l’exemple :

(6)

alors il y dit c’est pas grave je parlerai lentement (J. Brès (1999, p. 110))

  • 3  Ce « remplacement » de la forme lui par y devant le verbe dire est un phénomène ancien, signalé de (...)

14Cette transcription qui utilise le graphème y laisse penser que l’alternance entre il lui dit et il y dit implique un changement de pronom. Dans cette interprétation, le [i] de il y dit serait le même que celui de il y pense. Or l’idée d’un changement syntactico-sémantique du verbe dire semble difficile à accepter3. Il aurait mieux valu retranscrire selon la norme, avec le pronom lui :

– alors il lui dit c’est pas grave

15et signaler la prononciation par une transcription phonétique : [ilidi].

16Pour les exemples suivants :

(7)

je tire une grive elle va pas se tomber j’y coupe l’aile elle va tomber dans l’eau (J.Brès (1999, p. 116))

(8)

oh j’y en ai mis un coup par la gueule pauvre poisson (Saum. 4,10)

17le cas est plus complexe, dans la mesure où les verbes couper et mettre un coup acceptent l’alternance entre les 2 formes pronominales y et lui. Dans ce cas, on peut avoir deux interprétations, aussi légitimes l’une que l’autre :

  1. interprétation, on a bien affaire au pronom y, ce qui correspond à l’emploi normatif.

  2. interprétation, on a affaire au pronom lui, réalisé sous sa forme phonique réduite au son [i] ; dans ce cas, il y aurait comme un effet d’individualisation de l’objet ; effet que l’on aurait alors tout intérêt à signaler.

2. 2. Les formes qu’il et qui

  • 4  Ce phénomène ne concerne que la particule relative « sujet » mais pas, par exemple, la forme inter (...)

18On sait qu’à l’oral la particule relative qui en fonction sujet perd souvent sa voyelle « i » quand elle est suivie d’un mot commençant par une voyelle4 ; on entend souvent des séquences du type :

(9)

- c’est ton frère [ka] pris la voiture (c’est ton frère qu(i) a pris la voiture)

- il connaît la fille [ke] partie (il connaît la fille qu(i) est partie)

19ceci dit, si on retranscrit cette forme telle qu’elle est prononcée, comme dans :

(10)

quand je suis sorti y a plein d’eau qu’est rentrée (J. Brès (1999, p. 109))

20cela peut laisser supposer que le locuteur a une grammaire plutôt déficiente (il confondrait la forme qui et la forme que), ou que décidément, la grammaire de l’oral n’est pas celle de l’écrit. Avec cette forme ainsi orthographiée, on peut penser que l’on a affaire à la forme que, et donc être tenté de poser que le matériau morphologique des relatives, dans le français parlé, tend à se réduire à cette seule forme, puisque l’on a déjà des énoncés du type :

– la fille que je te parle (que à la place de dont)

21et qu’il nous faut rajouter à ces emplois « fautifs » :

– la fille qu’est partie (que à la place de qui)

22Cette forme que deviendrait ainsi la particule « subordonnante » privilégiée. Et, cette analyse conforterait l’idée, erronée mais largement répandue, que le système linguistique de la langue parlée (vs « populaire »), est toujours plus simple que celui de la langue écrite (vs « standard »).

23De même, la suite que+il, est régulièrement prononcée [ki], comme dans l’exemple suivant :

(11)

ce qu’on m’a appris naguère c’est [ki] fallait se méfier des chiffres (Raymond Barre. 23,2)

24il faudra ici retranscrire selon les règles grammaticales :

(12)

ce qu’on m’a appris naguère c’est qu’il fallait se méfier des chiffres

25et noter, si on le veut, la prononciation [ki] en note de bas de page.

26En revanche, pour les exemples suivants :

(13)

tandis que maintenant regardez ce [ki] se passe toutes les semaines (RB, 3,3)

(14)

il y a un autre aspect du problème c’est ce [ki] s’est passé au cours de ces dernières années (RB, 26,5)

27on proposera les deux interprétations :

(15)

tandis que maintenant regardez ce /qui, qu’il/ se passe toutes les semaines (RB, 3,3)

(16)

il y a un autre aspect du problème c’est ce /qui, qu’il/ s’est passé au cours de ces dernières années (RB, 26,5)

  • 5 Le choix est également libre pour les verbes tels que advenir, arriver, rester. Il est bloqué sur l (...)

28car même si la norme préconise dans ce cas plutôt l’emploi de la forme qui, on peut avoir avec le verbe passer les deux constructions5.

Pour conclure

29Ces différents exemples montrent que le travail de transcription est un travail beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît, car contrairement à ce que l’on peut penser, « transcrire l’oral, ce n’est pas toujours « écrire » ce que l’on entend ». Les conventions que l’on adopte ne sont jamais neutres. Elles sont, certes, liées aux objectifs de la recherche, mais elles dépendent aussi de l’idée que l’on se fait de la langue parlée ; l’activité de retranscrire oblige, en fait, à avoir toute une réflexion théorique préalable sur ce type de données.

Haut de page

Bibliographie

Bilger M. (1999), « Quelques problèmes autour de la « représentation » des données orales » in Barbéris J-M. (éd.), Le français parlé, variété et discours, Praxiling, Université de Montpellier III. pp. 181-193.

Bilger M. (à paraître), « Petite typologie des conventions de transcription de l’oral. Quelques aspects pratiques et théoriques » in Bilger M. (éd.), Corpus et Linguistique : analyses et réflexions, Presses universitaires de Perpignan.

Blanche-Benveniste C. et Jeanjean C. (1987), Le français parlé. Édition et transcription, Paris, Didier-Erudition.

Blanche-Benveniste C., Bilger M., Rouget C. & Van Den Eynde K. (1990), Français parlé. Etudes grammaticales, éd. du CNRS, Paris.

Bres J. (1999), « Textualité narrative orale, genres du discours et temps verbal » in Barbéris, J-M., (éd.), Le français parlé, variété et discours, Praxiling, Université de Montpellier III. pp. 107-133.

Brun A. (1930), Le français de Marseille. Étude de parler régional. Institut historique de Provence, Marseille.

Gadet F. (1999), « La langue française au XX° siècle », in Chaurand (éd.), Nouvelle Histoire de la langue française, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1  Cet article reprend certains éléments de Bilger (à paraître), et d’un document de travail non publié : GEDO, « Un guide pour la transcription ».

2  A noter cependant que, comme le signale Gadet (1999), c’est ainsi que « s’instaurent de véritables conventions de représentation de la langue parlée », et notamment de la langue parlée par les locuteurs ordinaires.

3  Ce « remplacement » de la forme lui par y devant le verbe dire est un phénomène ancien, signalé depuis longtemps (Cf. par exemple, Brun (1930)).

4  Ce phénomène ne concerne que la particule relative « sujet » mais pas, par exemple, la forme interrogative ; aucun locuteur ne produira des séquences comme : [ka] pris la voiture ?, [ke] parti ? ; dans cet emploi, le pronom qui demeure intact : Qui a pris la voiture ?, Qui est parti ?

5 Le choix est également libre pour les verbes tels que advenir, arriver, rester. Il est bloqué sur la forme qui avec les verbes convenir, importer, et sur la forme qu’il avec, entre autres, le verbe falloir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Bilger, « Au sujet de la représentation de la langue parlée », Linx, 42 | 2000, 151-156.

Référence électronique

Mireille Bilger, « Au sujet de la représentation de la langue parlée », Linx [En ligne], 42 | 2000, mis en ligne le 02 juillet 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://linx.revues.org/905 ; DOI : 10.4000/linx.905

Haut de page

Auteur

Mireille Bilger

Université de Perpignan
bilger@univ-perp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org