Navigation – Plan du site

L’émergence du connecteur en effet en moyen français

Annie Bertin
p. 37-50

Texte intégral

  • 1  Cf. Grevisse §955 Rem.7.

1« Car en effet »… gare au pléonasme diront d’aucuns. Non, assurera-t-on avec comme garants les meilleurs auteurs1 : en effet, loin de redoubler le connecteur justificatif, affirme la véracité de ce qui est donné comme preuve. Sous la querelle normative transparaît le problème du statut de en effet : connecteur mais non coordination ? connecteur ou adverbe ? pour quel apport sémantique, et dans quel rapport au syntagme nominal grammaticalisé ?

2Le français moderne (FM) dispose, pour relier des énoncés successifs sans les intégrer, de deux types d’outils que l’on conviendra d’appeler connecteurs : les coordonnants et des adverbiaux, les premiers formant une classe fermée, les seconds une classe semi-ouverte, dont la liste varie d’une grammaire à l’autre. Malgré la proximité sémantique entre éléments des deux types (mais/pourtant, donc/par conséquent, car/en effet), force est de maintenir la distinction, vu certains critères distributionnels, particulièrement l’agrammaticalité des séquences coordination + coordination : *Et or, *Mais or, *Et car, et en revanche la possibilité d’avoir : car en effet, mais pourtant, donc par conséquent (car, mais, donc étant toujours en première position) (Piot 1988). De nombreux adverbiaux connecteurs sont constitués d’un syntagme prépositionnel : en/par/de/à + X (substantif, participe, adverbe ou préposition) : en effet, en fait, en réalité, en vérité, en somme, en définitive, en revanche, en principe / par conséquent, par contre, par ailleurs / de fait, de toute façon / au fait, à la rigueur, au fond, à première vue, à l’inverse, paradigmes qui posent la question de la compatibilité entre la préposition et l’élément X (en conséquence, par conséquent vs*à conséquent, *de conséquent ; par contre, au contraire vs *de contre,*en contraire) (Combettes 1994), la question aussi du rapport entre le sémantisme de la préposition et celui du connecteur. Tout juste peut-on dire, me semble-t-il, en première approximation, que les connecteurs utilisant en/par/de ouvrent uniquement des énoncés de « continuation » et non des énoncés d’« ouverture » (Harweg 1971), ce qui n’est pas toujours vrai des connecteurs en à.

  • 2  La présente étude s'appuie sur un corpus de 283 occurrences du syntagme dans les textes informatis (...)
  • 3  On relève cependant dans le corpus de en effet en MF : « et de fait ledit Louys, l'an mil CCC et s (...)

3En effet, qui relève de cette formation, se distingue par son emploi bien attesté dès la fin du XIVe siècle2 alors que de fait, en fait (inconnu du Littré) ne cessent de fonctionner comme constituants pour se grammaticaliser en connecteurs qu’aux XIXe et XXe siècles, apparemment (Blumenthal 1996)3, de même que de toute façon, en principe, à la rigueur, au fond, par extraordinaire, à première vue, à l’inverse (Combettes 1994).

4On se propose d’observer ici la grammaticalisation du syntagme en Moyen Français (MF), ce qui pose le double problème du rapport du lexical au grammatical et des distinctions entre les différents emplois grammaticaux. En soulignant la porosité des frontières et des sens, on voudrait mettre en relation l’évolution diachronique et la mouvance synchronique qui embarrasse la traduction du philologue comme elle fait échec aux entreprises taxinomiques du linguiste.

I. Présentation des contextes d’emploi

  • 4  On désignera conventionnellement par p et q les propositions, par X et Y des valences verbales, pa (...)

5La description des constructions du syntagme peut se faire d’un point de vue formel selon deux critères : celui de sa place et celui de son rapport aux constituants de l’énoncé ou à l’énoncé4. On distinguera les constructions suivantes :

• 5- dans un énoncé posant une équivalence thème-prédicat, principalement dans une phrase à verbe copule, souvent en relative :

  • 5  On rapprochera 5 b) de 12, 5c) de 7-10.

a)  X en effet est Y
X est en effet Y
qui est en effet Y
qui en effet est Y
qui n’est en effet que Y
b) X c’est en effet Y
c’est en effet Y, X
c) et en effet c’est Y
Car en effet X c’est Y
C’est donques en effet Y
Mais ce en effet est Y5
d) X en effet comme, tel que Y

• 6 - p en effet. (en Discours Direct)

• 7 - p. Et en effet q

• 8 - p. Car en effet q

• 9 - p. Dont en effet q

•10- p. Mais en effet q

•11- p. En effet q

•12- en effet occupe une place autre qu’initiale, dans une proposition dont le verbe n’est ni un verbe de déclaration ni être.

6Cette tentative de description ne doit pas faire illusion. Il est tentant d’y lire le figement lexical (1-2) suivi d’une grammaticalisation restreinte d’abord à certaines catégories verbales (3-5), l’adverbe fonctionnant à l’intérieur de la proposition pour justifier l’énoncé ou l’énonciation et restant placé dans l’entourage immédiat du Verbe sauf dans le Discours Direct qui se singularise par la position de l’adverbe en finale absolue (6) ; l’étape suivante serait l’emploi proprement comme connecteur c’est-à-dire en tant qu’outil mettant en rapport plusieurs propositions (énoncés ou énonciations) du co-texte, étape qui correspondrait à la remontée en position initiale (7-11). La reconstitution est satisfaisante pour l’esprit mais deux points font obstacle : d’une part la progression présentée là n’a rien de chronologique (1)-2)-3) sont représentés sur l’ensemble de la tranche 1389-1502 ; 11) est attesté dès 1390), d’autre part, on l’a remarqué, elle obligerait à escamoter quelque peu 12) où la mise en relation entre propositions ne s’accompagne pas pour l’adverbe d’une place initiale. On peut certes objecter que la reconstruction d’un processus doit être distinguée des attestations datées, que l’existence même de 12) manifesterait le caractère dynamique d’un processus qui dans certains cas aboutit à la formation d’un outil pleinement grammatical (perte totale de la valeur lexicale originelle doublée d’une fixation syntaxique concernant l’ordre des mots), alors qu’il reste dans d’autres cas inachevé ; ce que (Rossari 1997) illustre d’un point de vue contrastif vaudrait, pour l’histoire du français, si l’on compare en effet (irréductible à la position initiale et où ne peut s’oublier totalement le nom effet ) et or (une « vraie » coordination rivée à l’initiale, dont le lien à la notion temporelle étymologique *ha hora a totalement disparu).  

7Dans tous les cas, la locution, formellement, ne change pas ; on devra donc s’interroger sur la légitimité de distinguer des emplois plus ou moins lexicaux ou grammaticaux et au delà sur le rapport entre le sens de l’item effet et les différents emplois de en effet - soit une occasion d’observer à travers les réanalyses la rémanence des sèmes lexicaux.

II. Figement lexical et grammaticalisation

8En effet peut être considéré comme figement lexical en 1) et 2) en tant qu’il est associé régulièrement en 1) à un verbe qui fonctionne à la manière d’un verbe support, dont le substantif complément porte le prédicat, en 2) à un autre substantif sensiblement équivalent :

1) C’est tout l’onneur et la seulle chouse que nous debvons a Dieu et que Dieu nous demande et que de nous exigit, car telle seule voulenté fait nostre opperacion plaisant a Dieu quant elle peult ouvrer ; et quant la bonne voulenté ne puet maittre en effect son opperacion, la bonne voullenté est a Dieu plaisant, Crapillet, Cur Deus homo de arrha animae, 1450, page 181, Livre I, Chappitre VII.

2a) neantmoins la Court, pour l’onneur et reverence dudit monseigneur le regent, a sursey de proceder en oultre en ycelle cause depuis certain temps jusques à ce qu’il eust esté adverty des choses dessusdictes, afin qu’il soit plus content de ce que la Court a fait et fera en ceste cause par grant et meure deliberacion, selon raison et bonne justice, et lui supplier qu’ il lui plaise à en estre content, ou par autres paroles semblables en effect et substance soit remonstré ce que dit est. Fauquembergue, Journal T.2, 1421, pages 314-315.

2 b) Laissant illec grosse gendarmerie/Avec foison de bonne artillerie,/Pour resister en effect et substance / Contre le roy et toute sa puissance. La Vigne, Le Voyage de Naples, 1495, page 247.

9On risquera comme traduction pour 1) « réaliser, faire passer du virtuel au réel (ainsi d’une entreprise, d’une intention, d’un discours) », pour 2a) « exactement (quant aux termes ou au contenu », pour 2b) « véritablement », en distinguant 2a) où la locution exprime la conformité d’un message rapporté au message originel et l’emploi 2b) où dans des conditions d’emploi plus larges, elle exprime la véracité de l’énoncé.

10L’expression est bien figée, en tant que le substantif ne pourrait varier en nombre ou être déterminé, par exemple. Force est pourtant de constater que pour 2), il est bien difficile de définir la portée de la locution et le degré de désémantisation des lexèmes effet et substance, partant d’assurer que l’on donne « la » bonne traduction. Dans 2b) la locution fonctionne-t-elle comme un GN incident à resister (« dans les faits et de manière concrète ») ou comme un commentaire sur le degré de réalité du prédicat (« vraiment ») ? Le lecteur moderne reste interrogatif quant au sens de ces phrases. Tout juste peut-il calmer son malaise en se disant que ce flou dans la compréhension n’est pas seulement le fait de son incompétence (à divers titres) à percevoir le sens d’un état de langue éloigné mais relève aussi du statut ambigu, quelle que soit la synchronie considérée, des expressions figées et des sens d’un même adverbe. La désémantisation et la variance de portée de l’adverbe, présentes dès le figement lexical, empêchent de cloisonner radicalement ce qui relève de l’évolution lexicale et ce qui est grammaticalisation (cf. H. Bat-Zeev Shyldkrot 1997).

11De fait les emplois 3) 4) 5) offrent la même résistance à la traduction que 2), dans la mesure où la locution pose les mêmes problèmes que ceux envisagés précédemment et ne semble chargée d’aucune valeur « logicoïde » :

3a) lequel exposa de bouche à mondit seigneur le prevost, comme par [ mons. l’evesque de Paris avoit esté presentée à ] la court et [ à ] messeigneurs de parlement, une suplicacion contenant en effect que ledit mons. le prevost detenoit prisonnier ledit Ernoulet de Lates, Registre criminel du chatelet, t.1, 1389, page 296.

4) (…) extimare quam cum blandimenciis et assenciando turpe est acquirere. Tule dit en effect que jamais bonne renommee ne se doit delaisser, et n’ est pas petite amour ne chose de petit effect achater et avoir la benivolence des subgetz, laquelle il fault mielx avoir par tel moyen que il ne feroit par flateries ou paroles doulces et blandissans. Juvenal des Ursins Loquar in tribulacione, 1440, page 375.

5a) (…) Dinant, assise ou pays de Liége (ville très forte de sa grandeur et très riche à cause d’une marchandise qu’ilz faisoient de ces ouvraiges de cuyvre qu’ on appelle dynanderie, qui sont, en effect, potz et pesles et choses semblables), Commynes, Mémoires T.1, 1489, Livre II, Chapitre I pages 1-94.

12Faut-il comprendre en effet dans X déclare en effet que comme « en substance », « pour reprendre exactement ses propos » ou comme « vraiment » ? L’emploi massif du syntagme nominal figé avec un verbe de déclaration, dans le discours juridique (Registre du Châtelet) ou dans une prose historique qui par son écriture d’annales reprend le souci d’exactitude juridique (Fauquembergue, Juvenal des Ursins) semble bien marquer le passage du statut de constituant de la phrase au statut d’adverbe de phrase indiquant la crédibilité à accorder au discours rapporté, en tant qu’adverbe d’énonciation ou d’énoncé. Dans 3) comme dans 2a), la locution pourrait être omise sans rendre la phrase incompréhensible ou agrammaticale. Ce caractère facultatif se retrouve dans la plupart des cas pour les emplois 4) et 5) ; ainsi dans :

5a’) Aucuns noms par une maniere de signification meslee et aidié comme par privation de principe et de fin expriment l’ essence divine, comme ce nom adjectif « eternel » et ce nom « sans mesure », par quoy on entent l’essence divine par privation de certaine mesure de lieu.
Aucuns principalement signifient l’essence divine et avec ce donnent a entendre aucun effect en la creature en effect comme creer, justifier, ou par habitude comme ce mot misericors, ou par maniere de pouoir comme omnipotent, toutpuissant.
Aucuns mots sont desquelz ne la signification ne la maniere de signifier est convenable a Dieu comme courir, aler, ambuler, car mouvement signifie une diverse inclination du courage en demonstrant les diverses affections d’ icellui. La Somme abregiet de theologie,1481, p. 153.

les prédicats sont introduits par comme, dans trois phrases parallèles dont l’une seulement fait apparaître en effet comme, ce qui montre le caractère « facultatif » de la locution.

13Pourtant dans certaines phrases de type 5), le lecteur moderne est tenté de percevoir un lien logique entre la proposition qui précède et en effet V :

5b) Et en oultre, qui voulroit coulourer et monstrer que vous qui estes roy de France ayez juste tiltre ou royaulme d’ Engleterre ou aulcune cause raisonnable de le concquester, il ne fault que venir au roy Edouart pere du prince de Galles, le quel en effect comme dessus est dit fut consentant de la mort de son pere Edouart et de l’emprisonner ; et pour le deshonnorer et diffamer perpetuelment luy fit imposer cas non creables, et pour iceulx fit morir plusieurs personnes, et pareillement fit il emprisonner sa propre mere Ysabeau de France, Juvenal des Ursins, Tres Crestien, Tres Bault, Tres Puissant Roy, 1446, page 145, T.2.

5c) Et est une chose bien perilleuse que telles divisions : mesmement que elles ne viennent que pour ce que chacun vous veult gouverner, comme se estiés ung enffant ; et en effect c’est faire plusieurs roys ou gouverneurs. Juvenal des Ursins, Loquar in tribulacione, 1440, pages 411-412.

5d) [« (…)] Et pour ce je conseille que nous le façons nostre bras droit et le chief de nostre guerre, en lui baillant l’honneur et les parties, et que nous le conseillons, secourons et servons à nostre pouvoir. Et c’est en effect ce que j’ en avoye proposé de dire quant au tiers point. » Terminées et acomplies les parolles du cappitaine, tout le monde commença à louer et consentir ce qu’il avoit dit, Jean de Bueil, Le Jouvencel T.1, 1461, page 98, Seconde Partie, Chappitre V.

5e) La dame de quoy nous parlons s’ en va a sa meson et fait mauvese chiere, et le bon home auxi vient de la ville ou d’ailleurs de ses besongnes et lui demande que elle a. « Sire, fait elle, je suy corrocee, car l’enfant est trop malade (lequel, en effect, est tout sain). Les Quinze Joies de Mariage, 1390, page 67, La Huictiesme Joye.

confirmation de p par une affirmation que le locuteur prend personnellement en charge (« effectivement »), reformulation avec la valeur argumentative attachée à cette opération (« de fait, en réalité »), formule conclusive (« pour finir, en conclusion ») ou nette opposition (« en fait »).

14De même, avec un verbe de déclaration, on remarque, si l’on élargit le contexte, que dans nombre de cas un locuteur Y prolonge ou au contraire contrarie l’attente d’un locuteur X qui dans le contexte gauche exprimait à Y sa volonté qu’il parle ou qu’il agisse d’une certaine manière :

  • 6  Soit : X (Philippe de Vitry) fait une proposition à Y (la Cour). Y répond en effet favorablement à (...)

3 b) Ce jour, maistre Phelippe de Vitry est venu en la Chambre de Parlement, disant, en effect, qu’ il avoit entendu que la Court l’ avoit nommé pour porter en Court de Romme le roole d’ icelle Court, dont il en remercioit la Court, en soy offrant de soy emploier en ceste besoingne et de poursuir l’expedicion où il appartendra et en faire tout son loyal povoir. Et ce fait, après deliberacion, la Court lui a dit et respondu, en effect, que, ja soit ce que on eust bien trouvé pluiseurs notables personnes, docteurs et autres, qui pour estre escrips oudit roole et en avoir graces et prerogatives sans autre salaire ou avantage, se feussent volentiers chargiez de porter ledit roole, toutesvoies, pour ce que ledit de Vitry s’estoit autrefois offert de ce faire et qu’il avoit longuement frequenté la Court, on avoit bien voulu condescendre à sa personne pour la solicitation de l’expedicion dudit roole et prerogatives et pour le porter et presenter en Court de Romme où il appartendra. Fauquembergue, Journal T.3, 1431, pages 131-132 6.

  • 7  Soit : X (la Cour) reproche à Y (Philippe de Vitry) d’accepter des missions incompatibles. Y répon (...)

3c) Ce jour, pour ce que aucuns des conseilliers de ceans avoient entendu que maistre Phelippe de Vitry, qui s’estoit offert de porter le roole de ceans en Court de Romme, comme cy dessus ou registre du XXVJe jour de ce mois, avoit poursuy et accepté autres charges et ambassades de l’Université de Paris et d’ autres, que on doubtoit estre incompatibles ou contraires à la charge et à la poursuite à lui commise et ordenée de par la Court, ycellui maistre Phelippe au mandement de la Court est venu en la Chambre de Parlement, lequel, interrogué sur ce que dit est, a dit en effect qu’il n’ a poursuy ne accepté, ne acceptera aucune charge pour l’ Université ne pour autre, contraire ou prejudiciable à la poursuite ou à la charge qu’il a de la Court, Fauquembergue, Journal T.3, 1431, pages 133-1347.

15En effet, dans un discours rapporté dialogal, marquerait ainsi l’échange intersubjectif : « effectivement » ou « de fait » suivant que X et Y tiennent ou non des discours co-orientés.

16Finalement le lecteur moderne est plongé dans une autre perplexité, profonde : la locution adverbiale a-t-elle un sens (fût-il polysémique) ou n’est-elle qu’un élément « explétif »? A-t-elle un sens à l’intérieur d’une unité propositionnelle ou par la mise en relation de deux énoncés ? Le problème du syntaxique (SN ou adverbe) se double d’un problème sémantique et la linguistique offre le même remède : la perte de compétence d’une langue rend certes plus trouble la perception du sens et du fonctionnement mais la variabilité est déjà dans la structure de la synchronie considérée, et c’est ce flou même qui permettra l’évolution de la locution.

III. Adverbial et connecteur

17Nølke propose la définition suivante du connecteur : « Un Connecteur Pragmatique est une conjonction ou un adverbial qui marque un certain type de relation entre énoncés » (Nølke 1990b : 44), affirmant ainsi que le CP suppose, à la différence de l’anaphore, des contraintes sur le processus inférentiel entre p et q. On distinguera alors parmi les adverbiaux contextuels : les adverbiaux d’énoncé qui ajoutent des commentaires à la valeur de vérité du contenu (peut-être), les adverbiaux d’énonciation qui mettent en relief ou rendent visibles certaines conditions préalables de l’énonciation (franchement, entre nous), et les adverbiaux connecteurs. Souvent liée à la place de l’adverbe, cette catégorisation, comme toutes les classifications proposées pour l’adverbe, ne parvient pas à éliminer cependant l’ambivalence de certains cas.

18• La position finale absolue de proposition (type 6), qui apparaît dans le Discours Direct exclusivement, est bien nettement circonscrite au renforcement de la valeur de vérité de l’énoncé qui est souvent un performatif, du moins un engagement ; en effet fonctionne sans ambiguïté comme adverbial d’énoncé :

6) LE CRESTIEN
Les y ay rendus en effect.
LE JUIF
Rendus? Miracle de Saint Nicolas et d’un juif, 1480, pages 131-132.

19• A l’inverse, le type 12) montre pleinement la difficulté d’opérer une classification nette à l’intérieur de la catégorie adverbiale. Soit les exemples :

12a) Et qui voulroit fonder ces choses en raison escripte, on les fonderoit tres bien, et n’ est aulcune doubte qu’ ilz ne deussent pas avoir esté receuz a ce alleguer ; mais qui plus est, s’ aulcun droit il y eust eu, il y renonçoit et renonça en effect au prouffit du roy Phelippe, en luy transportant taisiblement le droit qu’ il y pooit avoir, Juvenal des Ursins, Tres Crestien, Tres Hault, Tres Puissant Roy, 1446, pages 30-31, T.2.

12b) Et y eult aulcuns qui vouloyent faire guerre a Guillaume, en disant que ung bastard ne devoit point succeder, et mesmement ung nommé Rothom, lequel se mist sus et le desconfit le dit Guillaume. Et sembleoit en effect que le dit roy Henry l’eust legittimé « et habillité a succeder, au moins taisiblement ; Juvenal des Ursins, Tres Crestien, Tres Hault, Tres Puissant Roy, 1446, pages 74-75, T.2.

12c) et auxy par le traictié et accord dernierement fait avecques Charles roy de France dernier mort, et aprés son trespassement le royaulme devoit appartenir audit feu roy Hanry et a ses hoirs, (…) ; et si conquesta en effect ledit roy Hanry le royaulme de France, c’est assavoir Paris, Normandie et tout le pais deça la riviere de Seinne. Juvenal des Ursins, Audite celi, 1435, page 151.

12d) et s’ en ala le roy Phelippe en Guyenne et print plusieurs places, (…) et les conquesta et mist en sa subjection comme son vray demaine ; et vint la chose en effect dont elle estoit partie, c’ est asçavoir de la couronne quant elle fut baillee a Rolo, et est une chose bien aisee a faire que une « utile » seigneurie se redduyse a la directe dont elle estoit partie. Juvenal des Ursins, Tres Crestien, Tres Hault, Tres Puissant Roy, 1446, page 96, T.2.

20En 12a) en effet est proche du fonctionnement de la locution mettre en effet ; étroitement lié au verbe, le SN figé ne peut être omis sans modifier le sens de la phrase et peut être rendu par « effectivement » dans sa valeur d’adverbe de constituant, i.e. « par des faits qui manifestent de manière perceptible dans la réalité une décision, une réalité ». Pourtant le glissement est facile de « renoncer par des actes concrets » à « renoncer vraiment », soit un glissement d’adverbe de constituant à adverbe de phrase. En effet en 12) pourra globalement être classé comme « adverbial d’énoncé », en tant qu’il porte sur des aspects du contenu en ajoutant des commentaires sur la valeur de vérité de ce contenu, avec le sens de « vraiment, effectivement » ; mais dans de nombreux cas la proposition qui le contient entretient un rapport logique avec la précédente, selon un schéma « p. (…) en effet q » : en 12c) q, dont en effet confirme l’inscription dans le réel, est aussi le prolongement logique ou chronologique de p, et l’on peut penser que c’est la valeur chronologique de « en fin de compte, pour finir » qui l’emporte en 12d), q venant clore toute une série de faits mentionnés en p. En effet ne joue donc pas seulement en q mais comme lien entre p et q.

21Si l’on admet avec Nølke (1990a) que « la propriété constitutive d’un connecteur est de mettre l’énoncé (ou l’énonciation) auquel il est attaché syntaxiquement en rapport avec un ou plusieurs autres énoncés (ou énonciations) du co-texte », on comprend que la frontière entre adverbial d’énoncé ou d’énonciation d’une part et adverbial connecteur de l’autre est souvent incertaine, ce que note d’ailleurs Nølke : « En un certain sens, tout adverbial contextuel est donc connecteur ». Selon lui pourtant, ce qui est valeur première pour le dernier n’est que valeur dérivée pour les précédents.

22• La position initiale de proposition (11) correspond par excellence à la fonction de mise en relation sans que cette relation se laisse ramener à une valeur univoque ni même parfois à une valeur logique :

11a) à la main senestre estoit le seigneur de Ravastin et messire Jacques de Sainct Pol et plusieurs autres, à qui il sembloit qu’ilz n’avoient pas assez d’hommes d’armes pour soustenir ce qu’ilz avoyent devant eulx, mais dès lors estoyent si approchéz qu’il ne failloit plus parler d’ordre nouvelle. En effect ceulx là furent rompus à platte cousture et chasséz jusques au charroy, et la pluspart fuyrent jusques en la forest, Commynes, Memoires T.1, 1489, page 28, Livre I, Chapitre III.

11b) Je prens qu’aucun dye cecy, /Sy ne me contente il en rien./ En effect il conclud ainsi, /Et je le cuide entendre bien,/ Qu’on doit amer en lieu de bien./Assavoir mon se ces fillectes/Qu’en parolles toute jour tien, /Ne furent ilz femmes honnestes ? Villon, Le Testament, 1461 pages 60-61.

11c) et l’autre disoit que Prouvence ne pouvoit aller à fille par leurs testaments. En effect, Bar fut rendu, où le roy ne demandoit que une somme d’ argent ; Commynes, Memoires T.3, 1489, pages 4-5, Livre VII, Chapitre I.

11d) Son grant guet estoit loing de luy et vers la porte de la ville. En effect, l’hoste de sa maison tira une bende de ces Liégeois et vint assaillir sa maison, où ledict duc estoit dedans, et fut tout cecy si soudain que à grant peine peüsmes-nous mestre audict duc sa cuyrasse sur luy et une sallade en la teste. Commynes, Memoires, T.1, 1489, page 156, Livre II, Chapitre XII.

  • 8  A noter la divergence des philologues : Lanly 1991 : 125 traduit « Il conclut, en fait,/-et je cro (...)

23q peut être la conséquence qui sert ainsi de preuve et de justification à l’énoncé p (11a) ; q peut être l’explication de p (11b), à moins qu’en effet marque non la cause (« car ») mais l’opposition du locuteur au propos qu’il rapporte tout en indiquant qu’il s’agit d’un énoncé bien réel (« de fait »)8 ; p et q peuvent aussi n’entretenir qu’une relation de succession dans l’ordre du discours, les faits qu’ils évoquent n’ayant pas forcément de relation de contiguïté temporelle ou de lien logique (11d), sauf à voir dans en effet q parfois une conclusion par un fait dont on affirme la véracité (11c) (« de fait, en fin de compte »).

  • 9  Cf. Betten 1992 et Schlieben-Lange 1992. On peut se demander si 11d) ne marque pas une relation de (...)

24L’emploi 11d), le plus déroutant pour le lecteur moderne, rejoint, me semble-t-il, 3a) 4) 5a) où le rôle de la locution n’est pas d’exprimer une modalisation ni une relation logicoïde mais d’assurer un tissage serré des éléments du texte en soulignant leur succession textuelle (11d) ou l’adéquation de leur mise en relation (discours rapporté et prononcé, produit de la traduction et texte originel, thème et prédicat). En position initiale ou non, l’adverbial peut assumer des valeurs logicoïdes d’ailleurs variées ; il peut aussi marquer le caractère cohésif qui distingue l’écriture du texte médiéval français 9.

25• Parmi les emplois 7) 8) 9) 10) où en effet est précédé d’une coordination, on distinguera 7) des autres types où la conjonction est chargée d’un sémantisme particulier. Le rapport entre p et q dans 7) est varié : opposition (7a), consécution faisant plus ou moins nettement de q une conséquence de p (7b),  conséquence de p exprimée en q qui confirme la véracité de p (7c), conclusion par q d’une succession exprimée par p (7d).

7a) Et le bon homme vient et enquiert que elle a et s’esbahist fort, combien qu’il li a autreffoiz veu jouer le personnage, mes, pour enqueste qu’il puisse faire, il n’en avra ja aultre chouse. Et en effect elle n’ a riens, mes elle joue ainxin Les Quinze Joies de Mariage, 1390, page 50, La Sixiesme Joye.

7b) Toutesfoiz il manda à ses gens qu’ilz passassent tout ; et, en effect, conclurent la ligue en haste. Commynes, Memoires T.3, 1489, page 125, Livre VII, Chapitre XX.

7b’) Et, le dimenche ensuivant, (…), environ huit heures du matin, desemparerent et partirent lesdiz seigneurs de Lorraine et de Suixe, et vindrent à Neufville, et oultre ung estang près d’ilec firent leurs ordonnances. Et en effect lesdiz Suixes se mirent en deux bendes, dont le conte d’Abstain et les gouverneurs de Fribourg et de Zurich avoient l’une, et les advouez de Berne et de Cerne l’ autre, jean de Roye, Chronique scandaleuse, T.2, 1460, p. 37.

7c) Mais, pour le long temps qu’il y avoit que les Angloys n’avoient eu guerre hors de leur royaume, ilz n’entendoient point bien le faict des sièges. Et, en effect se misrent à vouloir parlamenter …Commynes, Memoires T.2, 1489, page 134, Livre V, Chapitre V.

7d) Et est a advertir que se ung povre homme mecanique de son mestier a besongnié pour aucun qui ait promis de le contenter, ou ait une obligacion d’une debte, et veult plaider devant ung juge lay, il luy fault avoir une commission, ung sergent et du conseil, procureur et advocat, et luy fauldra faire grant mise ; et puis se le prevost donne une sentence, on en appellera devant le bailli, et du bailli au juge royal et en Parlement, et en effect les causes sont comme immortelles ; Juvenal des Ursins, Verba mea auribus percipe, Domine, 1452, page 368.

26En effet peut se rendre respectivement par : « et en fait, en réalité », « et effectivement, et…donc  », « et de fait, effectivement », « et finalement ». Dans nombre d’autres cas, s’il y a lien de consécution entre p et q, la valeur consécutive déjà ténue dans 7 b’) devient inexistante :

7 e) Et il disoit vray : car, l’ endemain qu’ il y fist son entrée, ilz se misdrent en armes sur le marché et y portèrent ung sainct, (…), et heurtèrent de la chasse dudict sainct contre une petite maison appellée la maison de la Cuillette, où l’on levoit aucunes gabelles sur le blé, (…) . Et, en effect, ilz dirent que ledict sainct vouloit passer par la maison sans se tordre, et en ung moment l’abbatirent. Commynes, Memoires, T.1, 1489, pages 117-118, Livre II, Chapitre IV.

27Revient la question double du sémantisme et de la portée de la locution. Dans 7a-d, la valeur logicoïde indiquée est-elle portée par en effet, qui en position initiale a pleine valeur de connecteur, la connexion se décumulant en quelque sorte entre et à valeur de pure liaison et en effet indiquant un certain type de processus inférentiel ? Ou bien cette valeur résulte-t-elle de la mise en relation de p et q, en effet continuant son rôle d’adverbe de phrase ? La fréquence de Et ainsi en effet comme en 7f) :

7f) mais pour plus la diffamer, il fit morir messire Rogier de Mortemer tres cruellement ou grant deshonneur de sa mere, et pour abregier fit a sa mere tant de durtez, paines et tribulations qu’elle en ala de vie a trespassement.Et ainsi en effect il fut cause de la mort de ses pere et mere, et le doit on tenir indigne et inhabile d’estre roy tant de France que d’Engleterre ; Juvenal des Ursins, Tres Crestien, Tres Hault, Tres Puissant Roy,1446, pages 28-29, T.2.

recèle la même ambiguïté ; faut-il comprendre en effet comme la marque de la vérité de q lequel est présenté par ainsi comme la conséquence de p ? ou comme un connecteur de reformulation à valeur polémique ? « Il a tué X et Y. (Et de ce fait) (véritablement, sans mentir) il a été … » ou « Il a tué X et Y. (Et de ce fait) (pour dire les choses plus nettement) il a été … » ? « Vraiment » ou « de fait » ? La distinction sémantique est aussi indécise que la catégorisation syntaxique des adverbiaux. On voit combien le syntagme est propice à la réanalyse non tant par sa polysémie que par son statut adverbial.

  • 10  Dont est, dans ces emplois, relatif de liaison et la paronymie dont/donc tend à lui donner un plei (...)

28• En effet apparaît fréquemment, dans les dernières œuvres du corpus, derrière Car, Dont10, Mais :

8) En ce jour d’uy soyez moy favorable
Et regardez ma grant proplecité :
Povre homme suis, plain de mandicité ;
Pour ce, messieurs, regardez moy a point
Et subvenez a ma neccessité,
Car en effect je suis tresmal en point. La Vigne, Le Mystere de Saint Martin, 1496, page 196.

9) Pencez que l’ Ennemy ne dort poinct ;
Dont en effect, propox final,
Je le vous quicte et n’ en veulx poinct. La Vigne, Le Mystere de Saint Martin, 1496, page 405.

10) Mon chier seigneur, ad ce ne desdis mye,
Mais en effect, tout le cueur me fremye
De peur que j’ay que tout aultrement face. La Vigne, Le Mystere de Saint Martin, 1496, page 142.

29Dans tous les cas, il peut être compris comme adverbe d’énoncé soulignant la valeur de vérité au sens de « vraiment » . Mais l’élément en tête de proposition, par sa position même, peut être lu comme une unité, [Car en effet], [Dont en effet], [Mais en effet] assurant globalement le rôle de connecteur à valeur logicoïde (cause, conclusion, opposition) : la redondance dont le MF est familier rend ce type de réanalyse plausible (pour l’observation diachronique), facile (dans l’usage synchronique). Reste qu’en FM on rencontrera Car en effet alors que dans les autres cas en effet (sauf à changer le sens) est remplacé par d’autres connecteurs : Donc en conclusion, Mais de fait de même que la valeur de en effet de type 11) et 12) se spécialise par rapport à en fait, de fait, effectivement.

30A travers les emplois 7) à 12), en effet offre un bon exemple de « connecteur analytique » au sens de Nølke 1990b : l’emploi en connecteur est dérivé, second par rapport à son fonctionnement adverbial premier.

31Cette description a mis en lumière la ténuité de beaucoup de frontières. On voudrait échapper à l’amertume que laissent les catégorisations imparfaites, en voyant ce que ce flou révèle de la nature d’un connecteur et du processus de grammaticalisation.

Conclusion

32Sur le connecteur, on fera les propositions suivantes :

  • Le connecteur peut avoir une fonction purement cohésive et non argumentative.

  • La valeur du connecteur est tributaire de la valeur adverbiale qui est elle-même étroitement liée au sens de l’item lexical grammaticalisé.

  • Les valeurs logiques (opposition/reformulation, conséquence, conclusion) et cohésive sont liées aux sèmes « réalité » et « séquence » du substantif effet.

  • Les valeurs logiques, étroitement liées au contexte, sont appelées à se figer. La polysémie de en effet se réduit alors tandis que la locution adverbiale peut devenir prophrase.

33Si la catégorisation syntaxique adverbial/connecteur et la valeur sémantique sont troubles, la solidarité entre les emplois figés ou grammaticaux et la valeur lexicale du mot apparaît constante. Il semble que dans 1) mettre en effet et 2) en effet et substance, le figement sélectionne deux composantes différentes du lexème effet : pour 1) la réalité est conçue à travers l’idée de résultat, comme la suite d’un antécédent ; pour 2) la réalité est ce qui ne peut être dénié. Effet combine donc deux sèmes : 1) effet est un terme séquentiel, il suppose une relation de succession ; 2) effet désigne quelque chose de vrai. On remarquera, à propos de 2), qu’existe encore en FM une locution adverbiale en substance, mais elle reste cantonnée à une appréciation de véracité d’un Discours Rapporté et elle est loin d’avoir connu la diversité d’emploi de en effet. Peut-être la capacité à passer de l’adverbial de phrase au connecteur est-elle liée profondément à la capacité de en effet à inscrire un énoncé dans une successivité. Mais même dans les emplois cohésifs, ce trait séquentiel joue, en tant que l’adverbial fonctionne comme outil de mise en rapport. Les emplois à valeur de consécution, conséquence, conclusion reposent plus particulièrement sur ce sème. La valeur d’opposition/reformulation joue, elle, sur la notion de vérité, par opposition au faux ou à du moins vrai. Dans cette perspective le matériel grammatical est bien dépendant du lexical.

34• L’évolution de la locution, tout en s’inscrivant dans un schéma très général de « grammaticalisation », au sens qu’on lui donne, bien après Meillet, dans la lignée des travaux de Traugott, n’en possède pas moins des traits propres qui invitent à réfléchir sur les facteurs déclencheurs du phénomène, sur sa finalité et son processus.

  • 11  Cf. Blumenthal 1996.
  • 12  Le mot apparaît assez tardivement (circa 1272), principalement dans des syntagmes figés, avec dans (...)
  • 13  Cf. Betten1992.
  • 14  Ainsi du développement de parce que à l’oral au détriment de car en FM, ce qui n’était pas le cas (...)

35En effet apparaît beaucoup plus tôt que d’autres connecteurs de même formation (cf. Combettes 1994 et Blumenthal 1996). On peut se demander si la raison de cette précocité est d’ordre communicationnel et l’on déplorera avec P. Blumenthal que la linguistique textuelle accorde peu de part aux problèmes diachroniques pour s’interroger sur les rapports entre l’essor de tel connecteur et les besoins communicatifs d’une époque11. Meillet lie le renouvellement grammatical dont la grammaticalisation est un outil privilégié à un besoin d’expressivité, la grammaire se renouvelant afin de compenser, dans une course vertigineuse et vaine, la perte d’expressivité des créations expressives d’hier. Pour Meillet, tout mot est candidat à la grammaticalisation et c’est le contexte qui impose le sens nouveau. Les travaux plus récents ont insisté au contraire sur la régularité d’un changement allant du concret à l’abstrait en liaison avec l’importance de la métaphorisation. Or effet n’est pas vraiment un mot concret, appartenant à des primitifs de l’expérience d’où découlerait le grammatical12. Sur l’émergence d’une locution à date ancienne, on ne possède qu’une documentation littéraire, en tous cas livresque, ce qui empêche de savoir si ce que l’on observe est le réel de la langue ou les particularités d’un genre13. Tout du moins, ces restrictions étant faites, note-t-on que l’emploi de en effet est d’abord répandu dans la prose juridique et annalistique, d’abord comme outil de cohérence textuelle, de manière très largement prédominante, même si l’on voit une trouée d’emplois logicoïdes (reformulation) dès la narration satirique des Quinze Joies de mariage, ce qui laisse soupçonner la possibilité d’emplois plus larges ; en effet se développe ensuite dans la prose philosophique (Crapillet) et surtout chez l’historien Commynes, les emplois avec valeur logique devenant majoritaires même si subsistent des emplois purement cohésifs ; pratiquement absente de la narration romanesque, la locution est au contraire bien représentée au théâtre (35 emplois chez le seul Andrieu de la Vigne). Lexème d’origine savante, effet produit un connecteur de l’écriture didactique. Il est donc difficile à première vue de l’analyser en termes de besoins communicatifs ou d’expressivité de l’oral, d’autant que sa valeur, on l’a vu, se réduit souvent à une simple mise en rapport. Vu le parallélisme de leurs emplois, je me risquerai donc à évoquer l’hypothèse d’une concurrence entre l’adverbe si et en effet, le second se développant alors que l’autre, toujours bien représenté en MF, est néanmoins sur son déclin. L’un et l’autre marquent la succession, allant de la vacuité sémantique à l’expression de rapports chronologique ou logiques (conséquence, opposition). En effet serait ainsi une façon d’exprimer non par un monosyllabe mais par une forme analytique une relation peut-être identique mais censément plus nettement marquée : la langue juridique comme le style enjoué de la satire (QJM) et du théâtre peut aimer jouer d’un outil plus volumineux pour expliciter les rapports14. Le développement de en effet peut être lié au souci d’exhiber la cohésion du texte et/ou de trouver un concurrent plus lourd que le simple si. Les visées stratégiques de types de communication fort différents se rejoignent au point d’imposer dans la langue un nouveau connecteur.

  • 15  A noter que la prophrase si est également tout ce qui reste (et qui n’existait pas) de l’usage méd (...)

36La locution développe des valeurs diverses qui résultent moins de la polysémie intrinsèque du mot que d’une utilisation de deux de ses sèmes principaux. L’évolution amène une réduction considérable des valeurs de la locution, éliminant outre les emplois cohésifs les valeurs de reformulation et de conclusion (de fait, finalement) ; elle garde la valeur de conséquence et développe la valeur causale qui reste exceptionnelle, semble-t-il, à date ancienne, elle crée aussi un emploi autonome où l’adverbial fonctionne quasiment en prophrase15. En réduisant la polysémie, la langue est peut-être en quête d’iconicité (un connecteur-une relation) mais le développement de la valeur causale ne semble pas plaider en faveur d’une élimination des sens non prototypiques ; il illustrerait plutôt le caractère métonymique de l’évolution, en l’occurrence par la réversibilité de la relation cause/conséquence. On constate que l’évolution historique aboutit à terme, de figement lexical en adverbial de phrase/connecteur, à un terme indépendant qui n’est plus incident à aucun constituant. L’évolution de l’adverbial en connecteur n’a dans ce cas rien d’irréversible pas plus que ne peut être tranchée sans doute la délimitation des deux catégories.

Haut de page

Bibliographie

BAT-ZEEV SHYLDKROT Hava, 1997 « Grammaticalisation et évolution de la langue : théories et systèmes », Modèles linguistiques XVII : 2, n°34, 27-36.

BERTIN Annie, 1997, L’expression de la cause en ancien français, Genève, Droz.

BETTEN Anne, 1992, « Sentence connection as an expression of medieval principles of representation », in Internal and external factors in syntactic change, M. Gerritsen et D. Stein éd., Berlin, Mouton de Gruyter, 157-174.  

BLUMENTHAL Peter, 1996, « Le connecteur en fait », in Dépendance et intégration syntaxique, C. Muller éd., Tübingen, Niemeyer, 257-269.

BLUMENTHAL Peter, 1997, « Le fait que : origine et combinatoire », Modèles linguistiques XVII : 2, n°34, 147-160.

COMBETTES Bernard, 1994, « Une approche diachronique des connecteurs et des modalisateurs », Pratiques 84, 55-67.

DANJOUX-FLAUX Nelly, 1980, « A propos de de fait, en fait, en effet et effectivement, Le français moderne, 2, 110-139.

GREVISSE Maurice, 1975, Le Bon Usage, 10e éd., Gembloux, Duculot.

HARWEG Roland, 1971, « Constitution monologique et dialogique des textes », Semiotica, IV 127-148.

KORTMANN Bernd, 1992, « Reanalysis completed and in progress : participles as sources of prepositions and conjunctions », in Diachrony within synchrony : language history and cognition. Papers from the international symposium at the University of Duisburg, 26-28 Mars 1990, G. Kellermann et M. Morrissey éd., Frankfurt-am-Main, Peter Lang.

KORTMANN Bernd, 1997, « The evolution of the adverbial subordinators in Europe », in Historical Linguistics, M. Schmid, J. R. Austin, D. Stein éd., Amsterdam, Benjamins, 213-228.

LANLY André, 1991, Villon : Œuvres- Texte et traduction, Paris, Champion.

MARTIN Robert, 1998, Dictionnaire du Moyen Français (publié sous la dir. de) A-AH, CNRS INaLF.

NAZARENKO Adeline, 2000, L’expression de la cause en français, Paris, Ophrys.

NøLKE Henning (1990 a), « Les adverbiaux contextuels : problèmes de classification », Langue française  88, 12-27.

NøLKE Henning (1990 b), « Il y a connecteurs et connecteurs : la connexion analytique et synthétique en français moderne », in Analyse et synthèse dans les langues slaves et romanes, Harro Stammerjohan éd., Tübingen, Gunther Narr.

PIOT Mireille, 1978, Etudes transformationnelles de quelques classes de conjonctions de subordination en français, thèse pour le doctorat de 3e cycle, avril 1978, Paris VII.

PIOT Mireille, 1988, « Coordination-subordination : une définition générale », Langue Française n°77, février 1988, 5-18.

ROSSARI Corinne, 1997, « Analyse contrastive, grammaticalisation et sémantique des connecteurs », Modèles linguistiques XVII : 2, n°34, 115-126.

RYCHNER Jean et HENRY Albert, 1974, Le Testament Villon, t.II, Commentaire, Genève, Droz.

SCHLIEBEN-LANGE Brigitte, 1992, « The history of subordinating conjunctions in some Romance languages », in Internal and external factors in syntactic change, M. Gerritsen et D. Stein éd., Berlin, Mouton de Gruyter, 341-354.

VAN RAEMDONCK Dan, 1997, « Les adverbiaux connecteurs : hiérarchiseurs entre lexicalisation et grammaticalisation », Modèles linguistiques XVII : 2, n°34, 71-84

Haut de page

Notes

1  Cf. Grevisse §955 Rem.7.

2  La présente étude s'appuie sur un corpus de 283 occurrences du syntagme dans les textes informatisés pour la préparation du Dictionnaire du Moyen Français, sous la direction de R. Martin, qui se poursuit à l'ATILF ; je prie W. Stumpf, qui a bien voulu préparer ce corpus en accord avec B. Combettes, de trouver ici l'expression de mes sincères remerciements. Pour les références des exemples, cf. Martin 1998.

3  On relève cependant dans le corpus de en effet en MF : « et de fait ledit Louys, l'an mil CCC et seize, passa en Angleterre et fut receu a Londres moult honnorablement » Juvenal des Ursins, Audite celi (1435), p. 180 ; « D' aultres que moy l' ont essayé :/A, c' est ung usurier parfaict!/Je ne luy doybs rien en effect /Ne jamais n' eux a luy affaire./Mon filz, reaulment et deffait, /Il nous fault a la court retraire ». Andrieu de la Vigne, Mystère de Saint Martin (1496), p. 517-18. L'étude diachronique des connecteurs gagnera certainement beaucoup à disposer des ressources informatisées.

4  On désignera conventionnellement par p et q les propositions, par X et Y des valences verbales, par V le verbe.

5  On rapprochera 5 b) de 12, 5c) de 7-10.

6  Soit : X (Philippe de Vitry) fait une proposition à Y (la Cour). Y répond en effet favorablement à X.

7  Soit : X (la Cour) reproche à Y (Philippe de Vitry) d’accepter des missions incompatibles. Y répond en effet à X que ce reproche est infondé.

8  A noter la divergence des philologues : Lanly 1991 : 125 traduit « Il conclut, en fait,/-et je crois le bien comprendre-/qu’on doit aimer en lieu honorable » tandis que Rychner-Henry 1974 : 85 affirment à propos du vers 587 : « En effect : dans le sens moderne, sert au développement de l’argumentation. J. Fox a remarqué que les dictionnaires n’enregistrent ce sens qu’à partir du XVIIe s. (MLR 49, 1954, 55) ». C’est l’unique exemple du corpus qui prête à interprétation causale.

9  Cf. Betten 1992 et Schlieben-Lange 1992. On peut se demander si 11d) ne marque pas une relation de disconvenance entre un fait exprimé en q et la situation décrite en p : « Sa garde est éloignée. Or son hôte l’attaque ». Le lecteur moderne, qui a horreur du vide logique, est tenté par cette hypothèse qui reste cependant incertaine.

10  Dont est, dans ces emplois, relatif de liaison et la paronymie dont/donc tend à lui donner un plein statut coordonnant.

11  Cf. Blumenthal 1996.

12  Le mot apparaît assez tardivement (circa 1272), principalement dans des syntagmes figés, avec dans le prolongement du latin effectus, la valeur de « résultat, conséquence » (faire effet, mettre à effet) ou « résultat, fait effectif » (venir à effet, à l’aiffet). En 1310 est attesté, pour le pluriel, le sens concret « objets, meubles, vêtements » qui découle, dans le vocabulaire juridique, de l’idée abstraite de possession effective.

13  Cf. Betten1992.

14  Ainsi du développement de parce que à l’oral au détriment de car en FM, ce qui n’était pas le cas de la langue médiévale telle que donnée par les textes (cf. Bertin 1997 : 90 et 177-178).

15  A noter que la prophrase si est également tout ce qui reste (et qui n’existait pas) de l’usage médiéval comme « adverbe d’assertion », pour reprendre la terminologie de C. Marchello-Nizia. La capacité de en effet à constituer la réponse à une interrogation totale l’écarte des adverbiaux connecteurs pour le ranger dans les « disjonctifs d’attitude » dans la classification de Mørdrup (Nølke 1990a :15).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Bertin, « L’émergence du connecteur en effet en moyen français », Linx, 46 | 2002, 37-50.

Référence électronique

Annie Bertin, « L’émergence du connecteur en effet en moyen français », Linx [En ligne], 46 | 2002, mis en ligne le 24 janvier 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://linx.revues.org/90 ; DOI : 10.4000/linx.90

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org