Navigation – Plan du site

Thématisation et préconstruit, la structure des relatives en nêlêmwa1 : éléments de typologie

Isabelle Bril
p. 105-124

Texte intégral

  • 1 Les langues de Nouvelle-Calédonie appartiennent à la branche océanienne de la famille austronésienn (...)

1Je retiendrai comme définition d'une relative la détermination d'un groupe nominal par une proposition, abstraction faite de la présence ou de l'absence de relateurs. Cette définition est donc fonctionnelle.

2Les langues de Nouvelle-Calédonie se signalent tout d'abord par l'absence de pronoms relatifs, mais des morphèmes apparaissent toutefois à la jonction entre le nom et sa détermination propositionnelle : il s'agit généralement soit d'un déterminant déictique ou anaphorique, soit d'un morphème dérivé d'articles définis ou indéfinis (cemuhî, Rivierre:1980).

  • 2 Ainsi, en anglais, le relatif objet peut être omis à certaines conditions, de même que le relatif s (...)

3Du point de vue typologique, l'absence de relatif est souvent attestée2, de même que la présence d'un déterminant anaphorique faisant fonction de relateur, c'est même l'une des origines possibles des « pronoms relatifs » dans des langues non apparentées.

4Qu'en est-il en nêlêmwa ? L'ordre général de la détermination nominale, relatives incluses, est de type déterminé – déterminant. Il n'y a pas de hiérarchie des fonctions syntaxiques relativisables dans cette langue : tout terme peut être déterminé par une relative, quelle que soit sa fonction syntaxique (actant ou circonstant) et sa marque casuelle (absolutif, ergatif). La distinction entre relative déterminative et relative restrictive n'est pas opératoire en nêlêmwa, ni dans les langues kanak en général. Toutefois, on distingue deux types de « propositions relatives » en nêlêmwa, selon le type de relateur : celles qui sont construites avec le morphème de thématisation xe (1) et celles dont le relateur est un déterminant déictique ou anaphorique (2) et (3).

5— déterminant déictique

  • 3 Le déictique hleny réfère à un élément proche du locuteur ; l'anaphorique baien (3) implique une ré (...)

 (2)

na

fhe

[pwaxi-n

hleny3

 khîlû ]

dame.

1sg

amener

enfant-poss.3sg

ce.DEICT

 être malade

en haut ici

'J'amène son enfant qui est malade.'

6— déterminant anaphorique

7Les relatives construites avec xe constituent la première mention de la détermination, elles identifient ou qualifient le terme déterminé ; ce morphème est associé au mode affirmatif, non virtuel ; si le mode de l'énoncé est virtuel / hypothétique, c'est le marqueur oqui apparaît (cf § 4.).

8Les relatives associées à un déterminant déictique ou anaphorique réfèrent à une détermination préconstruite, déjà connue par le contexte ou identifiable par la situation ; ce déterminant est post-nominal et s'accorde en nombre avec l'antécédent.

9La comparaison des énoncés (1) d'une part et (2 & 3) d'autre part, montre que le type de relation est différent : en (1), xe marque l'articulation d'un thème et d'un rhème, la proposition relative identifie l'enfant et le pronom sujet i [xe i khîlû] est obligatoire ; en revanche, le pronom sujet est effacé en (2) et (3) où l'enfant malade est déjà référentiel. D'autre part, la présence du directionnel dame « en haut vers ici » en clôture d'énoncé en (2 & 3) signale que la relation entre le nom et sa détermination forme un bloc déterminatif. Cette construction serait impossible en (1) du fait de la démarcation opérée par xe entre les deux segments, le directionnel dame ne peut porter sur un verbe statif [* na fhe pwaxi-n xe i khîlû dame ], il ne pourrait porter que sur le verbe fhe « amener » [na fhe damepwaxi-n xe i khîlû ].

10La construction des relatives est donc liée aux étapes de la construction de la détermination dans le discours. Enfin, la position du relateur ne peut être vide, cette place doit être saturée par un des deux types de morphèmes mentionnés pour structurer la relation entre l'antécédent et la relative.

1. xe : morpheme plurifonctionnel

11Outre la thématisation (4b)et sa fonction de démarcation dans certains types de relatives, le morphème xe a d'autres fonctions et marque certaines complémentations verbales (7, 8). Quel est le dénominateur commun à toutes ces fonctions ?

12Qu'il s'agisse de détermination verbale (complémentation) ou nominale (relativisation), xe est associé à la construction de la détermination, et cette détermination identifie le terme.

1.1 Xe : marqueur de thématisation discursive

13L'ordre de l'énoncé neutre est (prédicat / argument) (4a). La thématisation (4b) inverse cet ordre [argument xe prédicat], l'argument devient le thème marqué par xe .

14— Ordre neutre :

15— Argument thématisé :

  • 4 Voir Haiman 1978.

16L'organisation thème / rhème s'applique aussi aux relations interpropositionnelles, telles que l'organisation entre apodose et protase dans les subordonnées hypothétiques4. Si la protase est choisie comme le terme de départ thématique de la relation, xe apparaît ; on oppose ainsi (5a) et (5b) :

17— apodose –protase

18— protase – xe – apodose

19Le thème est encore une proposition entière en (6),xemarque alors une articulation logique interpropositionnelle de type séquentiel :

20On voit se profiler le glissement de la thématisation vers la complémentation : le morphème démarcatif xe qui articule la relation thème / rhème (« il l'a dit, il le fera ») glisse vers l'hypotaxe (« il a dit qu'il le fera »).

1.2 Xe : marqueur de complémentation ou connecteur

21Xe construit la complémentation de certains verbes tels que axe 'voir' or kaxaak 'être sûr' et parfois celle du verbe khabwe 'dire' dans le discours indirect. Il est associé à des énoncés déclaratifs et factifs.

22Le morphème xe est également associé à des locutions de subordination telles que uya da xe 'jusqu'à ce que' (9) et puxet xe'parce que' (10) où il garde sa fonction de thématisation et de démarcation entre le thème et le prédicat :

23En (10), xedémarque deux thèmes successifs : la proposition i cêê biin constitue le premier thème, le second thème est le nom puxe-t 'raison, origine, base', qui introduit la subordonnée explicative.

2. xe: « relatif »

24Dans les propositions relatives, xe a plutôt la fonction d'un connecteur signalant que la détermination nominale qui suit constitue une identification. Toutes les fonctions syntaxiques peuvent être relativisées avec xe.

25En (12), la première occurrence de xe marque la thématisation de l'adverbe kôôbwan, la deuxième occurrence articule la relative.

Xe et la définitude de l'antécédent

26Le fait que la relation marquée par xe soit une identification ne signifie pas que le terme ainsi déterminé est toujours indéfini. Si un terme indéfini est toujours associé à une relative avec xe, comme en (11) où agu est indéfini, le terme constituant l'antécédent peut aussi être défini. En (12) thaamwa est déterminé par un pronom anaphorique : les femmes ont déjà été mentionnées, mais elles sont toutefois identifiés dans la relative comme celles qui pêchaient, d'où la présence de xe qui articule le segment thématique et le segment rhématique. Il faut donc dissocier la définitude de l'antécédent du type de relation construite entre l'antécédent et la relative : si la détermination est définitoire et identifie le terme, xe apparaît, s'il s'agit au contraire d'une information déjà connue, c'est un déterminant déictique ou anaphorique qui articule les segments et sert de connecteur. On peut ainsi opposer (14a)qui démarque un thème et un rhème et (14b) qui réfère à une détermination pré-construite, marquée par le pronom anaphorique bai. La traduction, par un attribut ou une épithète, tente de rendre compte de cette différence essentielle.

27En (14a), xe a successivement deux de ses fonctions : thématisation de habwali-n et relateur qualifiant et identifiant le nom habwan ; ou plutôt la même fonction récursive de démarcation entre un segment thématique et un segment rhématique constituant une identification. C'est en définitive le principe unique auquel xe est associé, qu'il s'agisse de thématisation, de relativisation, de complémentation et parfois même de subordination. On a donc une clé unique pour des opérations en apparence très diverses.

3. Relatives avec déterminants déictiques ou anaphoriques

A) Exemples contrastifs

28a) Identification : xe.

29Le thème est posé puis identifié (15a) :

30b) Détermination préconstruite

31Le déterminant post-nominal (déictique, directionnel ou anaphorique) est obligatoire, il s'accorde en nombre avec l'antécédent et fait fonction de connecteur pour construire la relative. Ainsi le déterminant bai est singulier en (15b) et le déterminant déictique mahleena est pluriel en(16).

32— Déterminant anaphorique : bai est l'anaphorique référant à du déjà connu, de l'expérience partagée.

33Contrairement à (15a) où le pronom sujet ne peut être effacé, en (15b), le pronom sujet est optionnel dans la relative s'il est coréférent avec l'antécédent, ce qui témoigne d'une relation étroite entre l'antécédent et la relative.

34— Déterminant directionnel ou déictique : référence situationnelle.

  • 5 Le déictique -ena réfère à un élément à distance moyenne du locuteur.

(16)

na

fawulu

hulak

mahleena5

(hla)

taabwa

mwena.

1SG

parler

vieux homme

ces.DEICT

(3PL)s'asseoir

endroit.DEICT

'J'ai parlé à ces vieux qui sont assis ici.'

B) Effacement ou maintien du pronom personnel sujet dans la relative

35— Le pronom sujet est optionnel dans la relative à détermination préconstruite s'il est coréférent avec l'antécédent [(16) & (17)].

36Dans certaines variétés d'anglais, les relatives sujet peuvent avoir une construction similaire sans relatif, on peut donc mettre en parallèle (17) na mwimwi agu bai (i) tii tiiwo hleny et « I know the man ø wrote this letter ».

37— En revanche, si le pronom sujet n'est pas coréférent avec l'antécédent (19a), sa présence est obligatoire dans la relative. Son absence dans un tel énoncé construirait l'équivalent d'un passif avec un sens résultatif (19b), car dans cette langue sans passif, l'effacement du pronom sujet ou de l'agent nominal est l'une des stratégies équivalant à une 'passivation'.

38Le terme 'non actif' est toutefois préférable à 'passif' dans la mesure où le verbe garde un suffixe transitif(ya-ri) comme dans une construction active. Le sens non-actif résulte de l'effacement du pronom sujet hla et de l'absence d'agent.

39Seules les relatives construites avec un déterminant déictique ou anaphorique permettent l'effacement, dans la relative, du pronom sujet coréférent avec l'antécédent ; les constructions avec xe ne le permettent pas, ce qui est cohérent avec leur fonction d'identification.

4. Référence avérée vs hypothétique : xe/o dans les relatives thématiques

40Le morphème xe a donc pour fonction essentielle de délimiter un thème et un rhème, i.e. le prédicat qui identifie ce thème. Outre sa fonction de démarcation, xe est aussi associé à l'identification et au mode assertif, il n'apparaît que dans des énoncés affirmatifs ou factifs référant à des faits avérés. Dans les énoncés interrogatifs, injonctifs, négatifs ou hypothétiques, xe commute avec la marque de l'hypothétique o (20a) & (20b). C'est cette commutation qui tend à prouver qu'il est lié à une forme d'identification ; s'il n'y a pas de référence possible, la marque du virtuel o le remplace.

41— Enoncé assertif :

42— Enoncé injonctif, hypothétique :

  • 6 Comparer avec la relative référant à une détermination préconstruite marquée par le déterminant déi (...)

(20b)

na-me

orop

o

ulo

shi-ny6.

donner-DIR

robe

VIRT

être rouge

côté-poss.1sg

'Donne-moi une robe rouge.' (litt. une robe qui soit rouge).

43— Contexte négatif :

44Il n'y a pas de référence avérée, la relative est marquée par o (20c). Comparer avec (12).

45— Contexte interrogatif, virtuel

Variations xe / o

46Il y a parfois des variations possibles entre xe et o dans lesinjonctions, avec des sens différents ; l'énoncé (21a) établit une reférence certaine ; alors qu'en (21b) avec le morphème o,l'existence du couteau est hypothétique :

47Le morphème o est aussi associé à la complémentation verbale et la subordination dans un contexte hypothétique, tout comme xe dans les contextes assertifs référant à un fait avéré. Mais il y a toutefois une différence notable : à la différence de xe, le marqueur de l'hypothétique n'a jamais de fonction de thématisation, ce qui ne surprend pas si l'on considère que thématiser consiste à poser comme terme de départ un élément qui sert de repère et qui doit donc avoir une certaine stabilité référentielle.

48Comparons l'énoncé virtuel (22), lié à la présence du futur et l'énoncé assertif (9) :

49Les cas suivants sont des exemples de complémentation verbale à sens hypothétique, marqués par o ; il s'agit de verbes à sens négatif (kuat 'refuser') ou associés à de l'incertain (khaxac 'hésiter').

50S'opposent ainsi la valeur hypothétique avec khaxac 'hésiter' en (24) et la valeur assertive avec kaxaak 'être certain' en (8) :

51La commutation de xe avec le marqueur de l'hypothétique dans certains contextes de détermination (relatives et complémentation) suggère donc qu'il a plus que des fonctions démarcatives et qu'il est aussi un marqueur d'hypotaxe.

5. Traces résomptives

52Les morphèmes qui articulent les relatives (xe, déterminant déictique ou anaphorique) ont un rôle essentiellement démarcatif, ils ne marquent pas la fonction syntaxique du terme déterminé dans la relative, comme le font les pronoms relatifs 'who(m)', 'whose' en anglais ou 'qui', 'que', 'dont' en français, qui cumulent diverses fonctions : celle de connecteur, d'anaphore et de marque de fonction syntaxique. Ici, ces fonctions sont décumulées sur des éléments différents. La fonction syntaxique est marquée par des traces résomptives in situ dans la relative ; ces traces permettent la coréférence du terme commun à la principale et à la relative. Ces traces sont les mêmes pour toutes les opérations impliquant le déplacement d'un terme de l'énoncé et sa reprise (i.e. thématisation, focalisation et relativisation). Du fait que le connecteur n'a qu'une fonction démarcative, il n'y a pas de restriction sur les fonctions susceptibles d'être relativisées. En voici quelques exemples.

53— Object direct (patient).

54— Complément circonstanciel de lieu.

55La trace résomptive de la plupart des circonstants est le pronom locatif anaphorique le.

6. Construction des relatives et aspect

56On a montré les variations possibles de diathèse (active vs non active, résultative) liées à l'effacement du pronom sujet dans les relatives à détermination préconstruite (marquées par un déterminant déictique ou anaphorique), quand celui-ci n'est pas coréférent avec l'antécédent (cf 3.).

57Le recours à une nominalisation, apposée au terme déterminé, signale aussi une variation de diathèse et d'aspect, marquant l'aspect résultatif ou l'état résultant.

Type de détermination

Antécedent

relative à détermination préconstruite

Actif

Nom

+ pronom sujet + V (cf (19a))

Résultatif

Nom

+ pronom sujet effacé + V (cf (19b))

Résultatif , non actif

Nom

+ nominalisation (shâ-, hna-) + déterminant possessif

Nominalisation et détermination résultative

58A la construction active (27a) avec un sujet qui est l'agent du verbe de la relative, s'oppose la construction nominalisée (27b) qui préserve la continuité thématique du patient en lui juxtaposant une détermination nominalisée, tandis que l'agent est exprimé sous forme de déterminant possessif. Divers préfixes nominalisants permettent ce type de construction : hna- 'lieu (de)', shâ- 'contenu (de)'.

Préfixe shâ- : détermination résultative

59shâ- est un préfixe collectif dérivé du nom shaget, il exprime une relation de contenant à contenu, tel que 'l'équipage' (d'un bateau), les 'habitants' (d'un pays), la 'prise' (à la pêche ou la chasse).

60En (27b) la nominalisation a un sens résultatif ou exprime un état résultant, c'est l'équivalent d'une construction passive dans nos langues.

61En (27b), le terme déterminé (mugic) est le patient ; l'agent (nyanya) est syntaxiquement le déterminant possessif de la nominalisation ; en l'absence de passif, la nominalisation exprime un état résultant.

62On peut donc activer l'agent, qui est alors le sujet syntaxique de la relative (27a), ou le désactiver en le transformant en déterminant possessif du procès nominalisé (27b). Ce type de nominalisation est attesté dans d'autres langues de Nouvelle-Calédonie.

63Résumé des types de relatives en nêlêmwa.

Type d'énoncé

relative à valeur d'identification

relative à détermination préconstruite

Déclaratif ( référant à un fait avéré)

xe

déterminant anaphorique ou déictique

Non-asserté (interrogatif, négatif, virtuel)

o

*

Déclaratif à sens résultatif

*

shâ-+ patient / objet

* construction non attestée

7. Eléments de comparaison

64La plupart des langues Kanak ont ce triple type de construction avec divers degrés de complexité :

651. soit un déterminant déictique ou anaphorique (référant à une détermination préconstruite),

662. soit une autre marque, morphème de thématisation en nêlêmwa, ou une marque dite « d'attribution » car elle apparaît dans des énoncés où l'on attribue une propriété au sujet (ex : « cet homme est le chef » ou « ce jeu est dur ») et qui sont donc de type définitoire et qualificatif ; ce morphème apparaît sous diverses formes selon les langues : a, ka, xe.

  • 7 Deux autres langues, le tîrî (Osumi 1995 :240) et le iaai (Ozanne-Rivierre 1976) ont une constructi (...)

67Mais seul le nêlêmwa7 semble avoir grammaticalisé ce morphème de thématisation en morphème plurifonctionnel (thématisation, relativisation, complémentation verbale de type factif),

683. ou enfin une détermination nominalisée avec une valeur aspectuelle résultative ou des fonctions de diathèse.

69Rappelons enfin qu'il n'y a pas de distinction entre relatives restrictives et descriptives. L'équivalent d'une relative descriptive est exprimé soit par l'une des deux constructions de base ou encore par une construction paratactique (28) avec un pronom de rappel.

8. Eléments de typologie

70Le lien entre la thématisation et la construction des relatives n'est pas rare dans les langues austronésiennes.

71• En chamorro (Micronésie, austronésien occidental), la thématisation, l'interrogation et la relativisation sont structurellement similaires : on pose le thème puis on prédique. (Wouk 1986:149)

72• Dans les langues des Philippines, d'Indonésie, en malgache (Keenan 1976:265), on ne peut relativiser un terme que s'il est le « topic » de l'énoncé, i.e. un terme déterminé qui constitue le centre thématique de la phrase, marqué comme tel par un affixe de diathèse sur le verbe. Ainsi, la relativisation d'un « acteur / agent » requiert la construction dite « Actor topic », celle d'un patient requiert la construction dite « Patient topic » (pour les faits en tagalog, voir Schachter 1976:500). En outre, un terme indéfini (non référentiel) ne peut être ni thématisé, ni relativisé (Schachter 1976:514).

73• Sur ce même principe, en palau (Iles Palau, Micronésie, austronésien occidental), les relatives déterminant un « Acteur » / sujet ou un « Patient » / objet requièrent des constructions différentes (Hagège 1985, Lemaréchal 1991).

74— Dans une relative sujet / Actor, la construction dite « indicative » apparaît, l'acteur est thématique (le connecteur est (e)l dans tous les cas) ; comparer (29a & b) :

  • 8 Cette construction — qui marque l'orientation privilégiée du verbe vers le ·patient (sorte de GF) — (...)

75— Dans une relative objet / Patient, dont le Patient est thématique, apparaît alors la construction dite « passive-hypothétique8 » (29c et 29d), qui est marquée par un paradigme de pronoms sujets spécifiques à cette construction et préfixés au verbe (le- en 29c. et d.).

76L'énoncé (29c) se traduit par une construction « passive », elle est en faitassociée à la thématisation du patient défini et à des pronoms préfixés au verbe (le-) référant à l'actant1 (et qui sont proches des marques possessives), mais le suffixe (-íi), qui réfère à l'objet, subsiste.

77La relative (29d) ne s'en distingue que par l'apparition du connecteurel :

78Le patient est donc thématisé tandis que l'agent est coréférencé par des pronoms proches des formes possessives, ce qui évoque les constructions nominalisées du nêlêmwa en (27)à sens non actif et résultatif.

79— Il y a donc une corrélation, soulignée par Foley &Van Valin (1985:317), entre la thématisation / topicalisation et la relativisation. Le terme constituant le centre thématique (« focus ») de l'énoncé est coréférencé par un affixe de diathèse sur le verbe et joue le rôle de pivot syntaxique pour diverses opérations de détermination nominale (relatives) ou verbale (complémentation).

« The explanation for these Palauan data seems to be that a left-dislocation or topicalisation construction began to be used in relative clauses to meet the constraint that only topical NPs were relativizable. […] It may also explain somewhat the situation in Tagalog and other Philippine languages. […] the topic became the pivot for more and more of the syntactic processes […]. » Foley &Van Valin (1985:317)

80— En outre, le connecteur des relatives — le connecteur multifonctionnel (e)l (Hagège 1986:116 ; Lemaréchal 1991:131) apparaît dans les constructions attributives et a aussi une fonction de subordination et de complémentation (Hagège 1986:115-133 ; Lemaréchal 1991:114-139).

81Il y a là un parallèle intéressant avec les diverses fonctions du morphème xe en nêlêmwa, à la différence près que les relatives avec xe sont liées à l'identification du terme déterminé.

  • 9 Dont sont issus les pronoms en qu-(langues latines) et ceux en wh- (langues germaniques).

82• Le système en nêlêmwa s'apparente davantage à ce que Justus (1976) décrit pour le hittite, où il n'y a pas de 'relatif' quand la détermination relative est préconstruite. En revanche, quand elle introduit une détermination nouvelle, la relative est marquée par un pronom ku- / kw-9, pronom relatif-interrogatif-indéfini (Justus 1976:235).

83Le morphème ku- est démarcatif, à la charnière entre le thème et l'élément nouveau ; ce n'est qu'ultérieurement qu'il est analysé comme un relateur (Lehmann 1995:115) et comme marque de subordination (Justus 1976:225). Le caractère indéfini, non anaphorique du relatif ku- résulte de sa fonction de marqueur introduisant une information nouvelle (Justus 1976:238-39).

« Justus argues that the use of the relative-interrogative-indefinite pronoun kw- to mark the focal NP (i.e. introducing new information) in thematic clauses (i.e. containing old information) […] is a characteristic of somewhat later Hittite texts. But even at this later stage, […] ku functions as the indefinite marker of a noun phrase in an independant clause rather than a « relative pronoun ». […] what appears to be a correlative clause is in fact a topic clause that states a theme whose domain is not just the next clause but, potentially, several following clauses […]. Eventually the kw- came to be understood as grammatically linking the theme clause to the following clause. […] We have here an example of a relative clause construction which was originally not a grammatical entity but simply part of the way in which discourses are organised in a particular language coming to be grammaticalised as an embedded clause. » (Justus 1976, cité par Hopper et Traugott 1993:193-95).

  • 10 þe et þæt étaient des déictiques ; þæt fait partie du paradigme des pronoms se, seo,þæt ; ce dernie (...)

84• En Vieil-anglais, les relatives sont construites par un connecteur invariable (þe) dont l'origine est déictique10 ; il délimite la principale et la relative sans indication casuelle et les relie dans une construction paratactique (30).

« Wiegand (1987) suggests that þewas originally a deictic marking marking the clause it introduces as a comment on or evaluation of the situation described in the preceding clause ; […].þewas later reinterpreted as a subordinator in various contexts (relative, complement, causal, etc.). » (Traugott 1992).

85O'Neil (1977) montre que l'imbrication de la relative s'est faite par un mouvement à gauche, i.e. par thématisation / topicalisation.

« […] relative clauses started out essentially as adjuncts, that is, as paratactic clauses close to the end of the sentence. (O'Neil) hypothesizes that their path to integration within the matrix clause was via a stage of topicalisation which moved certain relative clause structures to the left of the sentence ; this is a stage of hypotaxis. Finally, clauses came to be embedded as dependent clauses immediately associated with their head nouns. » (O'Neil 1977, cité dans Hopper et Traugott 1993:190).

86En (31), le sujet « our forbears » est thématisé, la relative est imbriquée et un pronom démonstratif anaphorique (þa) — s'accordant en nombre avec l'antécédent — apparaît facultativement avant le connecteur (þe).

87Les fonctions de relateur et d'anaphore étaient donc dissociées en Vieil-anglais. Quant au connecteur déictique þe,il était aussi plurifonctionnel : « relatif », marqueur de complémentation et de subordination.

Conclusion

88Il y a donc de très nombreux parallèles, qu'il s'agisse de l'origine des connecteurs (des articles, des démonstratifs ou des interrogatifs qui articulent un thème et un rhème en marquant un lien paratactique entre les segments) ou qu'il s'agisse de leur plurifonctionalité, ces connecteurs grammaticalisés en « relatifs » marquent ainsi diverses sortes de détermination, la complémentation verbale et la subordination.

89Si l'on s'en tient à la morphologie des relatives, on ne peut que constater une extrême diversité ; on peut toutefois dégager des tendances et des types plus que des invariants.

90L'enchâssement implique l'hypotaxe et est associé à des connecteurs grammaticalisés, alors que le non enchâssement permet la parataxe et la présence de simples connecteurs avec un élément anaphorique. Ainsi, les relatives du Vieil-anglais avec leur connection lâche ont cédé la place à partir du Moyen-anglais au nouveau système des relatifs en wh-, issus des interrogatifs, eux-même issus des formes pronominales indéfinies en kw- de l'Indo-Européen. Ces relateurs (qu- et wh-) sont des indicateurs généraux d'enchâssement et d'hypotaxe (subordination, complémentation) qui saturent la place d'un élément manquant et cumulent les fonctions de connecteur, d'anaphore et de marque de fonction syntaxique auparavant dissociées sur des marqueurs différents.

Haut de page

Bibliographie

Références (Nouvelle-Calédonie)

Bril, I. (1995) Analyse linguistique de la structure de l'énoncé dans la langue nêlêmwa, Thèse de Doctorat, Université Denis Diderot – Paris 7.

Moyse-Faurie, C. (1983) Le drehu, langue de Lifou (Iles Loyauté). Paris, SELAF.

— 1995, Le xârâcùù. Eléments de syntaxe. Peeters, LCP 10.

Osumi, Midori (1995) Tinrin grammar. Oceanic Linguistics Special Publication, N° 25, Honolulu : University of Hawai'i Press.

Ozanne-Rivierre, F. (1976) Le iaai, langue mélanésienne d'Ouvéa (Nouvelle-Calédonie). Paris, SELAF.

Rivierre, J.C. (1980) La langue de Touho, phonologie et grammaire du cèmuhî (Nouvelle-Calédonie) Paris, SELAF.

Bibliographie

Bourcier, G. (1977) Les propositions relatives en vieil-anglais, Paris, Ed. Honoré Champion.

Crépin, A. (1978) Grammaire historique de l'anglais. Paris, PUF.

Culioli, A. (1991) Pour une linguistique de l'énonciation.Opérations et représentations 1. Paris, Ophrys.

Fischer, O. (1992) Syntax. In : The Cambridge History of the English language. Vol. II.

Foley, W.A., Van Valin, Robert D.Jr., Information packaging in the clause. In : Language typology and syntactic description, Vol. I (Clause Structure), T. Shopen (ed), 197-242. Cambridge University Press.

Fuchs, C., Milner J. (1979) A propos des relatives. Paris, SELAF (NSP7).

Fuchs, C. & al. (1987) Les types de relatives, Langages, décembre 1987, n·88, Larousse, Paris.

Hagège, C. (1986) La langue palau. Collection Forms of language structure, ed. by H. B. Rosén, Wilhelm Fink Verlag München.

Haiman, J. (1978) « Conditionals are topics », Language, 54, p. 564-589.

Hopper, P.J. and Traugott, E.C. (1993) Grammaticalisation. Cambridge University Press.

Josephs, L. S. (1975) Palauan reference grammar. The University Press of Hawai'i, Honolulu.

Justus, C. (1976) « Relativisation and topicalisation in Hittite », in Li C.N. and Thompson S.A. ed, Subject and topic : a new typology of language, 213-246. New York, Academic Press.

Keenan, E. L. (1976) « Remarkable subjects in Malagasy », in Li C.N. and Thompson S.A. ed, Subject and topic : a new typology of language, 213-246. New York, Academic Press.

Keenan, E. L. and Comrie, B. (1977) « Noun phrase accessibility and universal grammar », Linguistic Inquiry 8:63-99.

Keenan, E. L. (1985) Relative clauses. InT. Shopen (ed.), Language Typology and Syntactic Description , Vol. II, 141-170. Cambridge University Press.

Kuno, S. (1976) « Subject, theme, and the speaker's empathy — A Reeaxamination of Relativisation Phenomena », in Li C.N. and Thompson S.A. ed, Subject and topic : a new typology of language, 417-444, New York, Academic Press.

Lehmann, C. (1995) Thoughts on grammaticalisation. lincom Studiesin Theoretical Linguistics 01. lincom europa, München – Newcastle.

Lemaréchal, A. (1991) Problèmes de sémantique et de syntaxe en palau, Editions du CNRS, Paris.

Mossé, F. (1946) Manuel de l'anglais du Moyen-Age, vieil-anglais. Aubier, Editions Montaigne, Paris.

O'Neil, W. (1977) « Clause adjunction in Old English », General Linguistics 17:199-211.

Schachter, P. (1976) « The Subject in Philippine Languages : Topic, Actor, Actor-Topic, or none of the above », in Li C.N. and Thompson S.A. ed, Subject and topic : a new typology of language, 491-518. New York, Academic Press.

Traugott, E.C. (1992) The Cambridge history of the English language,Vol I, Cambridge University Press.

Haut de page

Annexe

Abréviations

agt marque d'agent ; anaph anaphorique ; art article ; ass marque assertive ; assoc associatif ; class classifieur ; coll marque de collectif ; comit comitatif ; conn connecteur ; cont aspectcontinu ; deict déictique ; dir directionnel ; excl exclusif ; fut futur ; incl inclusif ; inj.neg injonction négative ; loc locatif ; neg négation ; perf perfectif ; pass passif ; poss possessif ; prep préposition ; rel relateur ; tr transitif ; virt virtuel ; 3sg 3· personne singulier ; 3du 3· personne duel ; 3pl 3· personne pluriel.

Haut de page

Notes

1 Les langues de Nouvelle-Calédonie appartiennent à la branche océanienne de la famille austronésienne. Le nêlêmwa, parlé dans l'extrême-nord de la Grande-Terre par un millier de locuteurs, est l'une des 28 langues de l'archipel.

2 Ainsi, en anglais, le relatif objet peut être omis à certaines conditions, de même que le relatif sujet dans certaines variétés d'anglais oral.

3 Le déictique hleny réfère à un élément proche du locuteur ; l'anaphorique baien (3) implique une référence partagée des co-énonciateurs et de ce fait est souvent associé au passé.

4 Voir Haiman 1978.

5 Le déictique -ena réfère à un élément à distance moyenne du locuteur.

6 Comparer avec la relative référant à une détermination préconstruite marquée par le déterminant déictique-ena :

Image19

7 Deux autres langues, le tîrî (Osumi 1995 :240) et le iaai (Ozanne-Rivierre 1976) ont une construction relative analogue à une thématisation : en tîrî, 'the big tree that stands there ' s'interprète aussi comme 'the big tree, it stands there' (il n'y a pas de morphème de thématisation en tîrî, c'est l'intonation et l'inversion de l'ordre neutre qui indiquent la thématisation) ; en iaai, apparaît le morphème a.

8 Cette construction — qui marque l'orientation privilégiée du verbe vers le ·patient (sorte de GF) — apparaît dans divers types d'énoncés (Hagège 1986 :105, 124-133 et Lemaréchal 1991 :192-94) : 1) dans l'équivalent de subordonnées conditionnelles et temporelles ; 2) dans les énoncés injonctifs ; 3) avec des verbes dépendants de prédicats nominaux à valeur modale ('désir', 'vouloir, volonté', 'pouvoir', 'devoir') ; 4) dans les énoncés négatifs.

9 Dont sont issus les pronoms en qu-(langues latines) et ceux en wh- (langues germaniques).

10 þe et þæt étaient des déictiques ; þæt fait partie du paradigme des pronoms se, seo,þæt ; ce dernier donne « that » en anglais moderne.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-1.png
Fichier image/png, 5,2k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-2.png
Fichier image/png, 3,8k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-3.png
Fichier image/png, 4,7k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-4.png
Fichier image/png, 8,2k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-5.png
Fichier image/png, 5,4k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-6.png
Fichier image/png, 5,8k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-7.png
Fichier image/png, 5,5k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-8.png
Fichier image/png, 9,0k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-9.png
Fichier image/png, 7,6k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-10.png
Fichier image/png, 10k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-11.png
Fichier image/png, 5,7k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-12.png
Fichier image/png, 8,3k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-13.png
Fichier image/png, 17k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-14.png
Fichier image/png, 5,7k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-15.png
Fichier image/png, 4,4k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-16.png
Fichier image/png, 9,7k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-17.png
Fichier image/png, 13k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-18.png
Fichier image/png, 6,7k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-19.png
Fichier image/png, 11k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-20.png
Fichier image/png, 6,2k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-21.png
Fichier image/png, 12k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-22.png
Fichier image/png, 12k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-23.png
Fichier image/png, 5,3k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-24.png
Fichier image/png, 7,8k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-25.png
Fichier image/png, 4,1k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-26.png
Fichier image/png, 5,7k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-27.png
Fichier image/png, 7,7k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-28.png
Fichier image/png, 9,6k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-29.png
Fichier image/png, 4,7k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-30.png
Fichier image/png, 16k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-31.png
Fichier image/png, 11k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-32.png
Fichier image/png, 8,2k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-33.png
Fichier image/png, 24k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/889/img-34.png
Fichier image/png, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Bril, « Thématisation et préconstruit, la structure des relatives en nêlêmwa : éléments de typologie », Linx, 11 | 1999, 105-124.

Référence électronique

Isabelle Bril, « Thématisation et préconstruit, la structure des relatives en nêlêmwa : éléments de typologie », Linx [En ligne], 11 | 1999, mis en ligne le 29 juin 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://linx.revues.org/889 ; DOI : 10.4000/linx.889

Haut de page

Auteur

Isabelle Bril

Lacito-CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org