Navigation – Plan du site

QUI ? Un pronom indéfini

Qui? an indefinite pronoun
Annie Delaveau
p. 71-87

Résumés

L’analyse classique des mots grammaticaux revient à les identifier par l’appartenance de classe qui regroupe plusieurs unités sur la base d’une ou deux propriétés partagées, ainsi des pronoms interrogatifs ou des pronoms relatifs. Il s’agit de montrer qu’un autre point de vue est possible : celui énoncé par J.Emonds et rendu opératoire par la grammaire de Constructions, qui considère chaque mot grammatical comme un individu spécifié par un ensemble de combinatoires et par une interprétation sémantique « centrale ». L’application de cette hypothèse à qui ? – celui qui est identifié comme interrogatif par opposition au relatif – rassemble sous une seule unité un ensemble d’occurrences distinguées par les grammaires : l’interrogatif, le relatif sans antécédent, l’indéterminatif généralisé, le distributif, et le relatif prépositionnel. L’attribut « indéfini » est justifié par l’hypothèse que le sens central de qui ? est une disjonction infinie de GN [Humain].

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme est emprunté à Tesnière (1959, chap.265).

1Dans les grammaires en usage, le pronom qui est traité comme une unité qui appartient à la catégorie des pronoms interrogatifs ; par ce traitement qui interrogatif est isolé, ce qui interdit de voir que le même mot qui a d’autres emplois, puisque les rapprochements qui permettraient d’unifier les emplois de ce mot ne sont pas faits : il s’agit du qui distributif (1), du qui relatif sans antécédent (2), du qui des indéterminatives généralisées1 (3), et enfin du qui, propre au relatif prépositionnel (4) :

1. Chaque habitué apportait qui sa canne, qui son manteau, qui sa lanterne.  (Balzac, La Vieille fille)

2. Qui m’aime me suive.

3. Qui que ce soit qui vienne, on sera content.

4. L’homme à qui je parle.

2Dire que toutes ces occurrences sont celles d’un seul mot suppose quelque raisonnement et quelques hypothèses. En effet, les mots grammaticaux sont ordinairement organisés en classes sur la base d’une propriété qui permet de les regrouper avec une série de même fonctionnement. La ressemblance se manifeste dans des tableaux qui rassemblent dans un espace à deux dimensions des formes qui ont en commun la catégorie qui donne un titre au tableau : pronoms personnels, pronoms interrogatifs, pronoms relatifs.

3La perspective développée ici est toute différente : il s’agit non d’envisager un mot dans les relations qu’il entretient avec d’autres mots de même appartenance, mais dans la relation qu’il entretient avec lui-même à travers des emplois, dont il faut démontrer qu’ils exhibent bien le même mot. Cette démonstration se fait par la confrontation non seulement des variations de distribution et d’interprétation du mot, mais aussi d’autres combinatoires qui mettent en jeu des catégories autres.

4Cette perspective de traitement des mots grammaticaux s’appuie sur une proposition de Emonds (1985) qui énonce ce qu’on peut appeler « Principe de singularité des mots grammaticaux » :

« Aucun mot grammatical ne diffère d’aucun autre uniquement par des propriétés sémantiques. » (p.165)

5Ce principe, que Emonds nomme « Principe de comportement syntaxique unique (Unique Syntactic Behavior) » peut être interprété comme signifiant que chaque mot grammatical diffère de tout autre appartenant à la même liste par au moins une propriété combinatoire. Il y a donc une propriété syntaxique, à savoir au moins une distribution singulière, qui est propre à chaque mot grammatical.

6Ceci constitue une des différences importantes entre les mots grammaticaux et les mots lexicaux, puisque pour ces derniers on peut former des classes telles que tous les éléments de la classe partagent ensemble un grand nombre de propriétés formelles et ne diffèrent entre eux que par le sens qui les définit : ainsi tous les noms entrent dans le contexte d’un déterminant à leur gauche. On peut donc avancer qu’un des caractères des mots grammaticaux consiste dans leur capacité à entrer dans des contextes et à en refuser d’autres d’une façon qui est pour chacun singulière.

7Cette singularité des mots grammaticaux a une conséquence : c’est qu’aucune terminologie ne leur convient, puisque les terminologies utilisées couramment pour désigner un mot grammatical consistent à privilégier une distribution, à l’exclusion d’autres qui particularisent chaque mot grammatical, et ces terminologies conduisent à camoufler cette singularité qui se manifeste justement par l’appartenance du mot grammatical à plusieurs listes, plusieurs tableaux.

8Du coup l’identité singulière de chaque mot est effacée au profit d’un éclatement qui ne permet pas toujours de constituer ce que j’appelle la carte d’identité du mot ; cela conduit en même temps souvent à construire l’idée qu’il y a des homonymes, là où il y a un seul mot.

9Construire une carte d’identité des mots grammaticaux qui respecte cette singularité et réduire la prolifération des homonymes inutiles, inutiles puisqu’il n’est pas souhaitable de multiplier les entités, est rendu possible par l’analyse proposée dans la Grammaire de Constructions. Les objets en sont les Constructions dont la définition empruntée à Goldberg (1995) est la suivante :

« C est une CONSTRUCTION ssi C est une paire forme-sens <Fi, Si> telle qu’un aspect de Si n’est pas strictement prédictible étant donné les composants de C ou étant donné une Construction préalablement établie. » (p.4)

10Du point de vue de la syntaxe, le prototype de la Construction, c’est S, puisque la propriété d’assertion de la phrase S ne découle pas des propriétés de GN ou de GV, qui entrent dans la Construction. Ce qui caractérise donc les Constructions, c’est la non prédictibilité, c’est-à-dire l’arbitraire de l’association de la forme et du sens ; toute Construction ainsi définie est une nouveauté, et non le résultat d’une créativité. Les Constructions sont en nombre fini dans une langue.

11Les morphèmes sont des cas de Constructions « puisqu’on ne peut pas prédire leur sens à partir de leur composition ». Le travail d’analyse proposé par la Grammaire de Constructions peut donc s’appliquer à des unités et pas seulement à des syntagmes. La notion de Construction va donc ici s’appliquer à deux niveaux : d’une part on considère qui comme une Construction ; d’autre part la question se pose de savoir si les différents emplois dans lequel on l’observe sont des Constructions.

1. Les données

12Il va donc s’agir de montrer que le même mot qui appartient à plusieurs Constructions, en commençant par le cas le mieux connu, celui de l’interrogatif, pour ensuite examiner les emplois moins bien répertoriés, à savoir dans l’ordre, le relatif sans antécédent ; l’indéterminatif généralisé ; le distributif ; et enfin le cas le plus problématique, celui du relatif prépositionnel.

1.1. Qui interrogatif

13L’identification de qui interrogatif est connue, tant dans la procédure à suivre, que dans les résultats (Kayne 1974-75, Godard, 1988). Il s’est agi, en effet, de montrer qu’il y a bien deux mots qui, l’un relatif, l’autre interrogatif, et que ce dernier est distinct de l’interrogatif que. On écrira désormais l’interrogatif, que nous étudions, qui ?, pour le distinguer du relatif, noté qui. On se contentera de résumer les résultats obtenus par Kayne et Godard.

14La première étape de la procédure consiste à constater les propriétés suivantes, qui sont distinctives.

15Qui relatif est seulement sujet, et il n’est pas sensible aux traits sémantiques de son antécédent : c’est un pronom anaphorique qui peut avoir pour antécédent n’importe quel GN, à tête dotée du trait Humain ou inanimé indifféremment. D’autre part qui relatif entre avec que relatif dans une relation de déclinaison, puisque que est seulement complément d’un verbe (ou attribut) et qu’il partage toutes les autres propriétés avec qui ; il s’agit d’un pronom anaphorique.

  • 2 Une autre propriété de que interrogatif est qu'il est clitique : il ne peut être séparé du verbe do (...)

16Qui ? interrogatif se distingue de qui relatif, d’une part parce qu’il remplit toutes les fonctions, sujet, complément d’un verbe (ou attribut), complément d’une préposition dans un groupe prépositionnel ; d’autre part parce qu’il a une interprétation sémantique inhérente, puisqu’à une question en qui ? on ne peut répondre naturellement que par l’emploi d’un GN dont la tête est un nom Humain. Mais il se distingue aussi de que interrogatif, par l’interprétation sémantique inhérente : que pose une question dont la réponse attendue doit concerner un GN dont la tête est un nom inanimé ; de plus, alors qu’en ancien français que ? est disponible pour les fonctions sujet et complément, il n’est plus acceptable en français moderne que pour la fonction complément de verbe, et la fonction attribut2.

17Une dernière propriété permet de distinguer qui ? de qui : qui ? a les propriétés d’un GN, alors que qui n’en est pas un, comme l’a montré Kayne (1974 & 1975) à qui nous renvoyons. Or qui ? apparaît non seulement dans la position COMP comme le relatif, mais également en position argumentale, puisque les questions directes ont en français deux formes :

5. Qui as-tu vu ?

6. Tu as vu qui ?

18La différence d’interprétation est la suivante : alors que (5) est une question sur l’existence, (6) est une question sur l’identité : à (5) on peut répondre « mais je n’ai vu personne », ce qui n’est pas possible pour (6).

19On a donc isolé qui ? dit interrogatif et de qui relatif, et de que ? interrogatif. On opte ici pour la solution de l’homonymie entre les paires qui/que et qui ?/que ? : dire que ces paires sont distinctes permet d’attribuer à chacun des mots isolés une carte d’identité propre. Celle-ci comporte, en effet, trois dimensions, la forme sonore, la catégorie syntaxique, l’interprétation sémantique. Dire qu’il y a homonymie, c’est dire que bien que la forme sonore soit unique, les catégories syntaxiques et les interprétations sémantiques sont suffisamment distinctes pour qu’on puisse identifier plusieurs mots qui ne sont confondus que par la perception sonore, mais ne le sont pas par la perception syntaxique, ni par la perception sémantique.

20L’identité de qui ? est définie par une forme sonore / graphique « qui », une catégorie syntaxique GN, et une interprétation « Humain » et « Interrogatif ». Est-ce que cela signifie qu’on a alors complètement identifié ce qui ? interrogatif ? Il apparaît que non, puisque ce mot qui ? ainsi identifié possède d’autres occurrences dans lesquelles la propriété syntaxique se maintient – c’est toujours un GN, ainsi que la propriété sémantique « Humain », mais la seconde propriété sémantique demande à être précisée autrement que comme « Interrogatif ».

1.2. Qui ? relatif sans antécédent

21Sous le nom de relatives sans antécédent, les grammaires d’usage rangent aussi bien des formes avec qui ? et que des formes avec ce que et ce qui. Il convient de distinguer ici. S’il est vrai que les formes avec ce qui / ce que sont « sans antécédent » du point de vue sémantique, puisque ce est dénué d’interprétation, il y a bel et bien un antécédent du point de vue de la syntaxe, et cet antécédent est ce.

7. Qui m’aime me suive.

8. Embrassez qui vous voudrez.

9. Je parle à qui me plaît.

10. N’est pas gaulliste qui veut.

22La différence entre les relatives en qui et les relatives en ce qui / ce que est la suivante : alors que qui peut être aussi bien sujet (7), (9) et (10) que complément de verbe (8) ou de préposition, l’alternance qui / que dans les formes ce qui / ce que atteste qu’il s’agit alors des formes du relatif qui se déclinent en nominatif/ accusatif :

11. J’ai trouvé ce qui convient.

12. J’ai trouvé ce que vous cherchez.

23On peut dire au vu de ces exemples que la forme qui telle qu’elle apparaît dans (7) à (10) a de nombreuses propriétés communes avec la forme qui ? : il s’agit d’un GN, comme l’attestent les fonctions remplies ; dont l’interprétation est comme pour ce dernier « Humain » : la seule différence tient à ce qu’il n’y a plus d’interprétation « Interrogatif », mais une interprétation « Indéfini », qu’on peut paraphraser par « n’importe qui ». Si on arrive à montrer que cette interprétation n’est pas incompatible avec celle d’interrogatif, et que les deux interprétations dépendent des Constructions dans lesquelles le mot entre, l’identification sera justifiée. On pourra dire alors que les relatives sans antécédent sont une construction dans laquelle entre qui ?

1.3. Qui ? indéterminatif généralisé

24La terminologie proposée par Tesnière (1959, chap.265) permet d’identifier clairement cet emploi, classé par les grammaires soit dans les concessives (Sandfeld, 1936), soit dans les relatives (Riegel et al. 1994). Sandfeld présente les formes de la façon suivante :

« …une proposition relative indépendante se change en proposition concessive par l’adjonction de que au conjonctif (« Qui que tu sois, ange ou démon, ne te fais pas attendre plus longtemps). » (§235)

25Riegel et al. considèrent ces formes comme des « relatives compléments circonstanciels de concession » :

« (elles) sont introduites par qui que, quoi que, où que suivis du subjonctif : le premier élément peut s’interpréter comme un pronom indéfini caractérisant une catégorie sémantique (animé, inanimé, lieu), le second est le relatif qui lui assure une place et une fonction dans la subordonnée de sens concessif : « Qui que ce soit, c’est un malin. » (p.488-489).

26Alors que Sandfeld rapproche qui du relatif sans antécédent, Riegel et al. proposent une nouvelle catégorie, celle de l’indéfini. On peut noter qu’ici intervient pour la première fois le terme « pronom indéfini » pour identifier qui. Cette identification est importante : elle permet de rappeler que du point de vue de l’étymologie, la forme qui ? se rattache au thème indo-européen *qw-, qui entre dans la formation des indéfinis et des interrogatifs en latin et en grec (Frei, 1940). Le fait que l’interrogatif soit un indéfini est donc un phénomène établi par d’autres traces que l’organisation synchronique du système.

27Or la forme qui de l’indéterminative généralisée a les mêmes propriétés que celles déjà établies pour l’interrogatif et le relatif sans antécédent : c’est un GN – il a toutes les fonctions du GN - et il a l’interprétation « Humain » caractéristique de ce pronom.

13. Avec qui que ce soit que vous partiez, prenez votre temps.

1.4. Qui ? distributif

28Sous ce nom, Riegel & al.(1994, p. 212), de même que Grevisse, rendent compte de l’emploi suivant de qui :

14. Ils lui ont offert qui un livre, qui des fleurs (Riegel et al.,1994, p. 212).

15. L’auditoire gémit, en voyant, dans l’enfer tout ouvert, qui son père et qui sa mère, qui sa grand-mère et qui sa sœur. (A.Daudet, in Grevisse, § 542).

29On peut décrire les propriétés de cette Construction comme suit :

- Qui est obligatoirement répété, au moins deux fois.

16. Pour être lauréats, ils devaient avoir fait, dans un temps donné, qui sculpteur, le modèle en terre glaise d’une statue ; qui peintre, l’un des tableaux que vous pouvez voir à l’école des Beaux-Arts ; qui musicien, une cantate ; qui architecte, un projet de monument. (Balzac, La Rabouilleuse).

- Qui est apposé à un GN doté d’une fonction dans la phrase ou à un pronom clitique sujet ou objet :

  • 3 On peut hésiter quant à la grammaticalité de cet exemple. Il n'est présent qu'à titre de donnée att (...)

17. Dix personnes sont déjà venues me prier de lui proposer, qui un fils, qui un frère, qui un ami.

18. Aux moujiks accourus ils distribuent à qui une jambe, à qui un bras. (Sandfeld, 1928, §239bis)3.

19. Ils achetèrent vingt francs, qui un tableau, qui une gravure.

20. Je les regardais, buvant qui une bière, qui un verre de vin.

21. Je les voyais lire qui un livre, qui une revue.

- Qui est apposé à un GN doté du trait [+Humain] :

22.

a. Les livres sont éparpillés les uns sur les étagères, les autres sur le sol.

b. * Les livres sont éparpillés qui sur les étagères, qui sur le sol

- Qui est suivi soit d’un complément obligatoire du verbe (14), (15), soit d’un complément non argumental, un ajout (26), soit des deux (23).

23. Les dames et les jeunes filles en villégiature venaient [à la gare] attendre, qui un père dans les rubans, qui un frère dans les blés, qui un époux dans les pierres précieuses. (Sandfeld, 1928, §239bis)

- Le terme, auquel est apposé qui, est soit un GN pluriel (19), (17), soit un nom qui désigne une collectivité (15), (24), soit un distributif comme chaque (25), chacun (26) :

24. La foule applaudissait qui le bateleur, qui le prestidigitateur.

25. Chaque habitué apportait qui sa canne, qui son manteau, qui sa lanterne. (Balzac, La Vieille fille)

26. Chacun partait qui avec un bouquet, qui avec un cadeau.

30Pour que l’interprétation soit possible, il faut qu’elle soit distributive et non totalisante. L’interprétation distributive est telle qu’on ne peut ni mettre en relation de façon simple un individu désigné par le sujet avec un individu représenté par le complément qui suit qui (23), ni totaliser le nombre des individus désignés par le sujet en relation avec le nombre des individus désignés par le complément ou l’ajout. Ceci est particulièrement clair dans l’exemple (27) où le nombre quatre n’est pas récupérable par une quelconque addition de « qui dans « les Vrilles de la Vigne », et de « qui dans « L’Envers du music-hall » : le total de quatre peut être obtenu par toutes les combinaisons possibles, un plus trois, deux plus deux, et trois plus un.

27. Quatre d’entre elles – Lola, Manette et Cora, et la chatte Nonoche, ont parlé déjà, qui dans « les Vrilles de la Vigne », qui dans « L’Envers du music-hall. »

31Dans cet emploi, qui a une ressemblance avec l’un …l’autre dans l’emploi oppositif, par contraste avec l’emploi réciproque (Milner 1984).

28. Ils vont l’un à Paris, l’autre à Lyon.

32Deux différences apparaissent : la première est que l’un... l’autre peut apparaître en position argumentale. Ainsi les deux GN peuvent être sujets :

29. L’une chante, l’autre pas. (Milner 1984)

30. L’une chante, l’autre danse.

33Deuxième différence, sémantique, celle-là : là où l’un …l’autre énumère exhaustivement les éléments d’un ensemble, qui…qui énumère sans que l’énumération soit exhaustive un ensemble dont dès lors la relation entre les éléments distribués reste inconnue.

34On peut donc au vu de ce jeu de ressemblances et de différences envisager d’attribuer à qui dans la Construction distributive la combinaison suivante de traits, combinaison paradoxale si l’on veut : anaphorique et indéfini. Un deuxième résultat important est le suivant : le trait indéfini de qui se distingue de celui de quelqu’un aussi bien que de celui de chaque, qui est distributif comme qui, mais alors que chaque a la propriété de faire l’énumération exhaustive des éléments d’un ensemble, qui fait une distribution aléatoire sur un ensemble. Les traits constants qui justifient l’assimilation de qui distributif à qui interrogatif sont la catégorie [GN], et le trait [Humain], qui restent constants.

1.5. Qui ? relatif prépositionnel

35La dernière occurrence est la plus inattendue : c’est celle du relatif prépositionnel :

31.

a. Le livre auquel je fais référence / l’auteur auquel je fais référence.

b. *le livre à qui je fais référence / l’auteur à qui je fais référence.

36On voit dans ces exemples (31) que le relatif précédé d’une préposition permet une opposition entre qui et lequel (amalgamé avec à sous la forme auquel) : qui est réservé à un antécédent [+Humain], alors que auquel manifeste la même indistinction que la paire du relatif que / qui par rapport à son antécédent. Cette occurrence de qui est particulièrement inattendue parce qu’elle répond aux propriétés suivantes : d’une part il s’agit d’un relatif, donc d’un anaphorique, d’autre part cet anaphorique impose à son antécédent d’avoir le trait [+Humain], ce qui constitue un paradoxe, si on compare un tel anaphorique aussi bien au relatif qui / que qu’au pronom il, lesquels n’imposent pas de condition sur leur antécédent nominal.

37Pour éclairer ce phénomène, on peut le rapprocher de phénomènes semblables qui mettent en cause des GP comportant des pronoms.

1.5.1. Propriétés des pronoms dans les GP

38On peut en effet envisager une sorte de régularisation du phénomène si on fait l’observation suivante : les pronoms personnels anaphoriques dominés par GP ont le trait [+Humain] ; ce sont des formes fortes et ils contrastent en cela avec un autre pronom clitique qui appartient à la série anaphorique et qui, lui, est disponible pour un antécédent indifféremment [+Humain] ou [-Humain]. On distingue ainsi, lorsqu’un pronom anaphorique est concerné, deux formes de GP : l’un est un pronom [pro GP] clitique, l’autre est un constituant GP normal analysable en P+GN, où le GN a la forme d’un pronom fort (Delaveau & Kerleroux, 1985). C’est ce dernier pronom, lui (forme forte), qui a le trait [+Humain].

32

a. J’en ai parlé, de vous.

b. J’en ai besoin, de ce livre.

c. Paul, j’ai parlé de lui.

d. *Ce livre, j’ai parlé de lui.

33

a. J’y pense, à vous.

b. J’y vais, à ce congrès.

c. Paul, je pense à lui.

d. *Ce congrès, je pense à lui.

39On voit que l’occurrence des GP [à/de lui] n’est possible que si l’antécédent est [+Humain]. Par contre, l’occurrence des pronoms GP en et y est possible quel que soit l’antécédent, en particulier dans la Construction de la dislocation droite (Delaveau & Kerleroux, 1985). C’est la même contrainte qui s’applique dans le contraste à qui/auquel : à qui n’est possible que si l’antécédent est [+Humain], auquel est indifférent à son antécédent.

1.5.2. Les prépositions orphelines

40On observe encore ce contraste entre des GP dans le cas des prépositions orphelines, sous la forme d’une distribution complémentaire : le pronom fort lui / elle est obligatoire si l’antécédent est [+Humain], la préposition est orpheline si l’antécédent est [- Animé] :

34

a. Cette valise, je voyage toujours avec.

b. *Marie, j’aime voyager avec.

c. Marie, j’aime voyager avec elle.

35 

a. L’entracte, Paul est parti avant.

b. *Marie, Paul est parti avant.

c. Marie, Paul est parti avant elle.

41L’existence d’une distinction entre un pronom spécialisé pour un antécédent [+Humain] et un pronom non spécialisé semble donc attesté pour un ensemble de GP : ceux qui mettent en cause le relatif (à qui / auquel), ceux qui mettent en cause l’anaphorique (de lui / en et à lui / y) et enfin le système qui met en cause le contraste entre une préposition + pronom anaphorique fort et une préposition seule dans le cas des préposition pleines comme avec, sans, devant, derrière.

42Or dans le cas des pronoms anaphoriques non relatifs, l’alternance est assurée par un matériel grammatical disponible - pronoms forts vs pronoms clitiques, ou pronoms forts vs absence de pronom. Dans le cas du relatif, la forme qui est entièrement vouée au cas nominatif : la supplétion se fait par l’usage du pronom qui ? dont l’interprétation est [Humain] et qui sature ainsi le contraste avec le relatif auquel.

43L’analyse proposée confirme la conclusion de Kayne selon laquelle qui relatif n’est pas un GN, pas plus que le relatif que. Si qui relatif était un GN, il n’y aurait pas d’obstacle à ce qu’il entre dans la Construction P+GN. Mais s’il y entrait, la contrainte sur l’antécédent [Humain] que l’on observe ne devrait pas exister puisque le nominatif qui admet toute espèce d’antécédent. La répartition des formes est donc étayée par là aussi. Par ailleurs, le raisonnement est confirmé par l’existence dans le cas du relatif prépositionnel de la forme quoi (qui est également celle de l’interrogatif) qui est employé en français contemporain dans le contexte restreint d’un antécédent comme cela ou la chose :

  • 4 On peut signaler – ce qui soutient l'analyse des interrogatifs comme des indéfinis – l'usage dans l (...)

36

a. la chose sur quoi je compte.

b. ce à quoi je pense4.

44Dans la Construction du relatif prépositionnel, ce qui est privilégié c’est le trait [+Humain], le trait d’interprétation aléatoire propre à l’interrogatif, en tant que c’est un indéfini, est rendu invisible par la Construction relative, qui force l’interprétation anaphorique. Ce qui contribue à distinguer cet emploi de celui du distributif quiest à la fois anaphorique et aléatoire, et ce qui rend cet emploi de qui ? si difficile à repérer.

2. Description et choix théorique

45La description proposée jusque là est indépendante de tout choix théorique : elle suppose peu de choses ; la notion de trait sémantique ou syntaxique, la notion de groupe, l’existence des mots.

46L’analyse peut donc être présentée en tout format de grammaire : il suffit que celle-ci reconnaisse la pertinence des groupes, et celle de l’analyse sémantique.

47Le problème à résoudre est le suivant : peut-on rendre compte à la fois de la permanence de certaines propriétés de qui ?, des différents emplois qu’il a, et du caractère marqué de l’emploi comme relatif prépositionnel ? La Grammaire de Constructions propose un cadre éclairant pour cette tâche.

48Elle considère que le système de la langue est organisé comme un ensemble de schémas, dénommés « Constructions », et qui sont en nombre fini. Les phrases, c’est-à-dire les expressions effectivement réalisées comme exemplaires de différentes Constructions, sont évidemment en nombre infini. Les Constructions sont des objets de « taille » variée : la phrase, au sens de S en est une, mais aussi les valences des verbes, et les mots grammaticaux. Ce qui justifie un tel rassemblement, c’est l’arbitraire, au sens saussurien du terme, qui régit pour chaque entité l’association de la forme et du sens, et qui fonde la singularité des Constructions et en particulier des mots grammaticaux.

49Ce principe d’arbitraire est soutenu par un principe de non synonymie, que Goldberg (1995) formule :

« Si deux Constructions sont syntaxiquement distinctes, alors elles doivent être sémantiquement ou pragmatiquement distinctes ». (p.67)

50Autrement dit, il n’y a pas de paraphrase, mais toujours une différence d’information sémantique ou d’information pragmatique, corrélative à une différence de forme.

51On observe, par ailleurs, que des formes constantes présentent des variations de signification, ce qui est le cas du mot qui ?, qui est donc polysémique. S’agissant de syntagmes, on peut chercher les corrélations de cette polysémie du côté du lexique ; s’agissant de mots grammaticaux comme qui ?, on peut les chercher du côté des Constructions dans lesquelles ils entrent : c’est le principe qui a guidé la présentation des données. Si les Constructions syntagmatiques tirent leur polysémie des éléments constituants, les mots grammaticaux tirent leur polysémie de leur participation à des Constructions syntagmatiques.

52Cette polysémie est organisable autour d’un « sens central » : cette notion essentielle est opposée par Goldberg à celle de « sens abstrait », c’est-à-dire à celle d’un sens minimal qui serait commun à l’ensemble des occurrences. Le « sens central » est aussi complet que n’importe laquelle des variations observées ; il est justifié par le fait que la Construction à laquelle il est attribué paraît la moins marquée, la moins soumise à des contraintes de distribution interne ou externe.

53Les autres sens sont organisés à partir de ce sens central par la relation d’héritage. Celle-ci organise l’ensemble des Constructions concernées en un réseau où les héritages se font d’une part à partir du sens central, d’autre part à partir d’autres Constructions qui sont activées pour rendre compte d’une interprétation. Il y a héritage chaque fois que deux Constructions distinctes présentent une propriété commune, qui est attribuable à une troisième Construction laquelle motive cette propriété commune : la relation d’héritage est représentée par des liens (figurés dans le réseau des Constructions par une flèche dans la figure 1).

54On peut proposer pour qui ? le schéma suivant qui figure le réseau centré et relié par les héritages pertinents (figure 1).

55La figure appelle les commentaires suivants : le sens central correspond à la possibilité pour qui ? d’apparaître en position de complément d’un verbe sans extraction frontale, ce qui le distingue de qui relatif ; qui ? apparaît dans la Construction S de (5) et pas seulement dans la Construction S’ de (6), qui est la seule possible pour le relatif.Le sens central est entièrement spécifié : la catégorie syntaxique est celle d’un GN, et l’interprétation celle d’un indéfini [Humain]. Les deux traits du sens central qui sont constants – GN et [Humain] - ne sont pas répétés dans les autres cadres de la figure. Ce qui est soumis à changement c’est le maintien du trait [Indéfini], et l’addition éventuelle du trait [Anaphorique].

56Les cadres à droite représentent les emplois qui maintiennent le trait [Indéfini], sans en ajouter d’autres ; d’autre part la position COMP est concernée par deux emplois à droite, celui d’interrogatif, et celui de relatif sans antécédent – d’où la présence d’un lien avec S’. L’emploi indéterminatif généralisé n’hérite que du sens central, dans la mesure où l’exacte position de qui ? dans ce cas n’est pas entièrement claire : l’attribution à TOP signifie que qui ? est en position périphérique.

57Les cadres à gauche représentent les deux emplois où apparaît le trait [Anaphorique] : le premier, celui du relatif prépositionnel, a un lien avec S’ et un lien supplémentaire, avec la Construction GP ; c’est cette multiplicité de liens qui permet de représenter le caractère paradoxal de cet emploi où qui ? perd le trait [Indéfini] et acquiert le trait [Anaphorique]. Le dernier emploi, celui du distributif, a à la fois le trait [Indéfini] et le trait [Anaphorique]. Il n’hérite que du sens central, dans la mesure où il ne manifeste que les propriétés de GN par son emploi en apposition. Et c’est cet emploi d’apposition qui, par son interprétation prédicative, lui donne le trait Anaphorique.

3. L’interprétation de Qui ?

58Reste à caractériser de façon plus précise le caractère indéfini de qui ? Si un mot grammatical est singulier, il l’est par son interprétation : dans l’ensemble des indéfinis, quelle est la spécificité de qui ?

59Les questions partielles, qui portent sur un constituant de la phrase, contiennent un mot qu- comme qui ? Elles sont également appelées questions ouvertes, par opposition aux questions totales dites questions fermées. Kuroda (1969), reprenant une proposition de Harris, envisage qu’une question avec un mot qu-, par exemple « Qui a acheté ces livres ? » ait pour structure profonde une disjonction infinie de constituants. Il écarte cette solution de la syntaxe, étant donné que celle-ci ne peut proposer que des règles finies. Mais si on déplace la disjonction infinie de l’ordre de la syntaxe à celui de la sémantique, l’interprétation de qui ? comme une disjonction infinie permet de rendre compte d’une part de l’interprétation de l’interrogatif, d’autre part de la spécificité de qui ? parmi les indéfinis.

60Une interrogation comme « Tu as vu qui ? » peut en effet être interprétée comme « Tu as vu x ou y ou z, etc. ». Qui ? est donc interprété comme la disjonction infinie de GN dotés du trait [Humain].

61D’autre part, l’emploi distributif de qui ? a permis de contraster « qui.. qui » avec « l’un... l’autre » : alors que le calcul de l’addition faite par « l’un... l’autre » peut être effectué, ce qui donne pour résultat un ensemble fini d’éléments, l’ensemble sur lequel qui ? effectue un prélèvement est un ensemble infini. Ceci permet d’expliquer que l’énumération de qui ? dans l’emploi distributif ne permet pas d’opérer la distribution des éléments mis en relation entre le terme relaté, l’apposition qui ?, et les compléments ou les ajouts de la Construction.

Figure 1 : RESEAU des LIENS de QUI ?

Figure 1 : RESEAU des LIENS de QUI ?

Conclusion

62Les propositions de la Grammaire de Constructions permettent de répondre à l’hypothèse formulée par Emonds de la singularité des mots grammaticaux. Le traitement évite la prolifération d’homonymes, au profit d’une description de la polysémie de qui ?. Cette polysémie est sous le contrôle des distributions dans lesquelles apparaît le mot. Ces distributions sont purement et simplement stipulées – c’est le cas du sens central proposé ainsi que du sens distributif où l’on constate que qui ? est un GN, et peut en tant que tel avoir toutes les fonctions de GN, entre autres celles d’apposition, avec des contraintes particulières – celle de la répétition. Ou bien ces distributions sont sous le contrôle de Constructions spécifiées, comme S’ ou comme GP.

63Le réseau des liens est un constat : il enregistre les phénomènes dans leur hétérogénéité. Les héritages sont constatés. Une valeur explicative peut être accordée au fait qu’il faille plusieurs héritages pour rendre compte de l’emploi marqué, celui du relatif prépositionnel.

Haut de page

Bibliographie

DELAVEAU, A. & KERLEROUX, F. (1985) Problèmes et exercices de syntaxe du français, Colin, Paris.

EMONDS, J. (1985) A Unified Theory of Syntactic Categories, Foris, Dordrecht.

FREI, H. (1940) Interrogatif et indéfini, Geuthner, Paris.

GODARD, D. (1988) La syntaxe des relatives en français, éd. du CNRS, Paris.

GOLDBERG, A. (1995) A Construction Grammar Approach to Argument Structure, The University of Chicago Press, Chicago.

KAYNE, R. (1974 & 1975) « French relative que », Recherches Linguistiques, Paris VIII, Vincennes II, p. 40-61, & III, p. 27-92.

KURODA, S.Y. (1969) « Les transformations d’attachement », Aux quatre coins de la linguistique, 1979, Le Seuil, p. 43-76.

MILNER, J.C. (1984) « Syntaxe et sémantique du constituant réciproque l’un…l’autre », Recherches sur l’anaphore, U.R.A. 1028, Université de Paris 7, p. 35-67.

RIEGEL, M., PELLAT, J.C., RIOUL, R. (1994) Grammaire méthodique du français, PUF, Paris.

SANDFELD, Kr. (1928) Syntaxe du français contemporain. Les pronoms. Champion, Paris.

SANDFELD, Kr. (1936) Syntaxe du français contemporain. Les propositions subordonnées. Droz, Genève.

TESNIERE, L. (1959) Eléments de syntaxe structurale, Klincksieck, Paris.

ZWICKY, A. (1994) « Dealing out meaning: Fundamentals of syntactic Constructions.’ Proceedings of the 20th annual meeting of Berkeley Linguistic Society.: p. 611-625.

Haut de page

Notes

1 Le terme est emprunté à Tesnière (1959, chap.265).

2 Une autre propriété de que interrogatif est qu'il est clitique : il ne peut être séparé du verbe dont il est complément.

3 On peut hésiter quant à la grammaticalité de cet exemple. Il n'est présent qu'à titre de donnée attestée, quelles que soient les modalités de sa fabrication.

4 On peut signaler – ce qui soutient l'analyse des interrogatifs comme des indéfinis – l'usage dans le français du Nord des formes : « Alors tu me diras quoi. » et « Je te dirai quoi. », qui pour conclure un échange, signifient « tu me diras ça ou ça que tu vas trouver ». On voit mal comment on pourrait dire autrement cela.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : RESEAU des LIENS de QUI ?
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/877/img-1.png
Fichier image/png, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Delaveau, « QUI ? Un pronom indéfini », Linx, 39 | 1998, 71-87.

Référence électronique

Annie Delaveau, « QUI ? Un pronom indéfini », Linx [En ligne], 39 | 1998, mis en ligne le 02 juillet 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://linx.revues.org/877 ; DOI : 10.4000/linx.877

Haut de page

Auteur

Annie Delaveau

Université de Paris X, EA 672

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org