Navigation – Plan du site

Aperçu sur la morphologie verbale et les temps verbaux chez les enfants Mpongwè

Verbal morphology and tense in Mpongwe children (Gabon)
Pierrette Ogouamba
p. 101-113

Résumés

Cet article présente quelques aspects des restructurations de la morphologie verbale de la langue mpongwè (langue bantoue) chez 101 enfants de Libreville (Gabon). Le mpongwè est une langue très menacée. Tous les enfants sont bilingues, et ont comme langue forte le français. Nous avons demandé aux enfants de raconter une histoire à partir d’un livret d’images sans texte, Frog, Where are you ? (Mayer 1969). Sont traités en particulier : les stratégies utilisées par les enfants face au système d’accord sujet-verbe, les emprunts du lexique verbal au français, et la simplification du système temporo-aspectuel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour toutes les abréviations se référer à la fin de l'article.

1Les enfants avec lesquels nous avons travaillé appartiennent à la génération — probablement la dernière — à être encore en contact avec le mpongwè (langue en voie d’extinction). Ces enfants, qui accusent un grand retard dans l’apprentissage de leur langue, ont beaucoup de difficultés à s’exprimer dans celle-ci. En effet, leur champ d’expression, très limité, est marqué par de nombreuses lacunes et des stratégies de restructuration. Ces enfants sont bilingues. Ils ont comme L11 le français (langue très dominante) et, comme L2 le mpongwè (langue très faible qu’ils utilisent surtout en compréhension). Ils vivent tous en ville, et sont scolarisés en français.

  • 2  Ce projet s'insère dans une recherche internationale organisée par Ruth Berman (Université de Tel (...)

2Nos données ont été recueillies auprès de 101 enfants entre 6 et 12 ans à qui nous avons demandé de raconter l’histoire de la grenouille, « Frog, where are you ? », réalisée par M.Mayer (1969)2. Nous avons d’abord montré à chacun des enfants le livre en entier, et ensuite ils racontaient l’histoire à un adulte, un membre de leur famille, en gardant le livre sous les yeux.

3Le mpongwè est un parler bantou en voie d’extinction appartenant au groupe myènè. Il est parlé dans la zone nord-ouest du Gabon et a été classé dans la zone B.10 par M. Guthrie (1969-71).

4Dans cet article, nous voulons faire ressortir les stratégies de restructuration de la morphologie verbale chez la dernière génération de locuteurs mpongwè. En effet, les formes verbales relevées dans leurs énoncés ont subi des restructurations (notamment réorganisation de l’accord de classe).

5Pour ce qui est des temps verbaux, nous n’observons pas de restructuration mais nous avons noté que leur répertoire temporo-aspectuel est restreint, comme nous le verrons dans ce qui suit.

1. La morphologie verbale

  • 3  Les abréviations utilisées pour l’analyse des formes linguistiques sont listées en fin d’article.

6La forme verbale en mpongwè se présente sous deux structures, l’une simple et l’autre complexe3 :

7Structure simple : ACC + Rad + Finale du verbe

8Structure Complexe : ACC + Formatif + Rad + Suff + Finale du verbe

1.1. Le préfixe verbal

9Le préfixe verbal, d’accord ou indice pronominal est le morphème ou « l’indice du sujet » (Creissels, 1991) qui permet de marquer l’accord entre le sujet et le verbe, et ce morphème diffère selon la classe du sujet.
Exemples :

(1) PN+ACC

cl.1 òwáná

òwáná

PN1-enfant

« l’enfant

ékέ́ndà

é-kέ́nd-à

ACC1-partir-PRES

il part »

(2)

cl.2 àwáná

wíkέ́ndà

àwáná

wí-kέ́nd-à

PN2-enfant

ACC2-partir-PRES

« les enfants

ils partent 

(3)

cl.7 èrɔ́́ngέ́ zíré

g’

évà

è-rɔ̀gέ́ zí-ré

é-và

ACC7-être PN7-grenouille

LOC

PN7-vase

« la grenouille elle

est

dans le vase »

(4)

cl.8 rɔ́́ngέ́ yíré

g’ évà

ø- rɔ́́ngέ́ yí-ré

gó é-và

PN8-grenouille ACC8-être

LOC PN7-vase

« les grenouilles elles sont dans le vase »

10C’est ce préfixe d’accord (ACC) qui cause le plus de problèmes à ces enfants. En effet, ces difficultés sont illustrées par trois types de stratégies qu’ils utilisent à cet égard.

1.1.1 Stratégie 1 : Préfixe d’accord de classe 1 « fourre-tout »

11Le préfixe verbal de cl.1 (é/á) « être humain », est le préfixe d’accord le plus fréquemment utilisé par les enfants. Ils font de cette classe d’accord 1 une classe « fourre-tout », « a catch-all class » (Kunene, 1979), car ils l’utilisent aussi bien pour des sujets humains que pour d’autres animés (animaux), qui doivent être accordés en cl. 7 ou 9. Par ailleurs, ils se servent quelquefois de ce préfixe d’accord de cl.1 pour accorder des non-animés qui sont en position de sujet. D’une façon générale, ils s’en servent pour stocker les accords d’un peu tous les genres, qu’ils soit animés ou non animés).
Exemples : - Accord approprié en cl. 1, sujet de cl. 1

  • 4  Les quatre premiers chiffres de l’identification du corpus (wx ;yz) donnent l’âge du sujet en anné (...)

(5)

òwáná èbútà

gó ntʃózò

o-wáná è-bút-à

gó ø-ntʃózò

PN1-enfant ACC1-chercher-PRES

LOC  PN9-chaussure

« l’enfant il cherche

dans la chaussure » (11 ;00a)4

- Accord non-approprié en cl. 1, sujet de cl. 7 animé

(6)

èrɔ́́ngέ́ ákέ́ndì

è-rɔ́́ngέ́

á-kέ́nd-ì

PN7-grenouille

ACC1-partir-PASS

« la grenouille        

elle  est partie »  (10 ;06g)

- Accord non-approprié en cl. 1, sujet de cl. 9 animé

(7)

ḿbwà àkɔ́́gwì

ø-ḿbwà

a-kɔ́́gw-ì

PN9-chien

ACC1 -sortir-PASS

« le chien

il est sorti »  (07 ;11h)

- Accord non-approprié en cl. 1, sujet de cl. 7 non-animé

(8)

́́́ evá àdúbwì

e-vá

à-dúbw-ì

PN7-vase

ACC1-quitter-PASS

« le vase

il est quitté »  (09 ;03f)

- Accord non-approprié en cl. 1, sujet de cl. 9 non-animé

(9)

nágò àpóswìí

ø-nágò

à-pósw-ìí

PN9-maison

ACC1-tomber-PASS

« la maison

elle est tombée »  (10 ;07j)

1.1.2. Stratégie 2 : « i » comme préfixe verbal

12La deuxième stratégie dont ils se servent pour contourner la difficulté liée au préfixe d’accord est l’usage d’un « i » (provenant du « il », marqueur du topique du français), à la place du préfixe verbal. Ici on est en présence d’une stratégie de « transfert » ou « d’importation morpho­logique » du français vers le mpongwè :
Exemples :

(10)

òwáná

ìpónda

ì g r é n ú y ə̀

o-wánáˋ

ι-pónd-àˋ

ι-g r é n ú y ə̀

PN1-enfant

i-regarder-PRES

ACC10-grenouille

« l’enfant

il regarde la

grenouille »  (06 ;08h)

(11)

òwáná

ní mbwá...

è-i-ìí-p ó s w-à

ò-wáná

ø-mbwa...

ì-ìí-p ó s w-à

PN1-enfant

COORD

PN9-chien...

i-ii-tomber-PRES

« l’enfant

et

le chien...

i-ii tombent » (10 ;10u)

1.1.3. Stratégie 3 : Absence du préfixe verbal

13Plusieurs cas ont été relevés où les enfants ne mettent aucun indice d’accord reliant le sujet au verbe. Cette stratégie est surtout présente dans les énoncés des sujets qui ont d’importantes lacunes en mpongwè. Les hypothèses que nous formulons sur cette troisième stratégie de non-réalisation du préfixe pronominal sont les suivantes :

14 - Il s’agit d’un oubli : ils n’ont pas toujours conscience de la nécessité d’un préfixe verbal entre le nominal sujet et le thème verbal — ce qui suggère un manque de familiarité avec la structure de leur seconde langue. C’est pourquoi nous renvoyons ce phénomène à de l’ « Alternance codique » (français-mpongwè) de suppléance, étant donné que leur L1 occupe beaucoup de place dans leur système langagier.
Exemple :

(12)

wáná

øpó ná-gó

trù

ø-wáná

ø-pón-á

trù

PNØ-enfant

ACC-Ø-regarder-PRESS

LOC

trou

« enfant

regarde

dans

le trou » (06 ;04f)

15- Ils ignorent quel morphème d’accord employer car ils maîtrisent mal le système des classes nominales.
Exemple :

(13)

èrɔ́ngέ

ø-kέndà

è-rɔ́ngέ

ø-kέnd-à

PN7-grenouille

ACC-Ø-

partir-PRES

« la grenouille

elle

part » (sj 08 ;04h)

16- Ils ont utilisé un verbe du français, c’est pourquoi ils n’ont pas réalisé l’indice d’accord.
Exemple :

(14)

òwáná

ø-rə̀gárdə̀

ímbwà

ò-wáná

ø-rə̀gárdə̀

í-mbwà

PN1-enfant

ACC-Ø-regarder

PN10-chien

« l’enfant

il regarde

le chien » (07 ;05f)

1.2. Le thème verbal

17Notre hypothèse à propos de ce constituant est que les enfants semblent conscients de l’existence d’un radical et d’une finale verbale, puisqu’ils parviennent à changer la finale du verbe. Cependant leur système verbal est restreint, car ils ne sont pas toujours capables de rendre les verbes en mpongwè, et les réalisent en français. Soulignons que les verbes qu’ils ont utilisés sans difficulté ont une structure simple et disyllabique :
Exemples :

(15) PV-CVCV

gó-pónà

« regarder »

(16)

gó-nónà

« dormir »

(17)

gó-kέndà

« partir »

18Des transformations et des erreurs concernant le thème verbal ont été relevées dans le système de ces enfants, comme nous le voyons dans la section suivante.

1.2.1. Simplification des syllabes des verbes

19Les erreurs des enfants sur le thème verbal concernent surtout les verbes qui ont une structure syllabique complexe, qu’ils ont tendance à simplifier :

20Exemples :

(18)

à nɔ́ngì

au lieu de

à nɔ́ngwì

ì

« il s’est

réveillé » (10 ;06 i)

(19)

à pɔ́sì

au lieu de

à pɔ́nwì

« il est

tombé »

(08 ;03 d,g)

1.2.2. Verbes empruntés au français et intégrés dans le parler mpongwè

21Certaines difficultés des enfants venaient du fait qu’ils ne savaient pas rendre le verbe en mpongwè, et ils ont le plus souvent introduit un verbe en français, qu’ils ont fait évoluer comme un verbe mpongwè en lui attribuant :

- des tons

Exemples :

(20)

è mɔ́ntà

« il monte »

(21)

è tɔ́mbà

« il tombe »

- la voyelle « é »

Exemple :

(22)

è régárdə̀

« il regarde »

2230% des enfants ont introduit le verbe « regarder » dans leurs énoncés en mpongwè, en attribuant à la première syllabe du verbe re-, la voyelle /e/ appartenant au système vocalique du mpongwè au lieu du /œ/ caduc qui n’y est pas présent.

- la consonne mbw

Exemple :

(23)

è tɔ̰́mbwà

« il tombe »

23Ici, nous sommes également en présence d’une importation phonologique : mbw au lieu de mb. Le sujet qui l’a produit a importé à l’intérieur de l’emprunt au français une consonne du mpongwè. Ce type de création est toujours dû à la présence de deux codes linguistiques.
- la finale -à

24La plupart des emprunts verbaux au français s’accompagnent d’une finale verbale du mpongwè.

25Exemples :

(24)

è grέ̰̰mpa

« il grimpe »

(25)

è mɔ̰́tà gó

« il monte sur »

(26)

è fúyá

« il fouille »

(27)

è kńyá

« il crie »

(28)

è ʃέrʃá

« il cherche »

(29)

è búkýlá

« il bouscule »

26Ces emprunts ont été observés dans toutes les tranches d’âge, mais davantage chez les plus jeunes.

1.4. La finale verbale et les temps verbaux

27La finale est la voyelle qui suit le radical verbal. Dans les récits de nos sujets, nous avons essentiellement relevé deux voyelles finales après le radical verbal :
-à (du présent) -ì (du passé)

28Les enfants mpongwè ont alterné les deux temps dans leurs récits.

29(Nous représentons en gras les finales des verbes au présent et au passé)

1.4.1. Le temps dans les récits des enfants

1.4.1.1. Le présent

1.4.1.1.1. Le présent immédiat

30Forme canonique :  (personne) Radical verbal - Finale
Exemple (30)

èkέndá

(è)-kέnd-a

3P.sg -partir- PRES

« elle part »

31C’est le temps dominant dans les récits des enfants (100% y ont eu recours). En effet, l’emploi du présent dans l’ensemble de leurs récits représente autour de 60 à 70% des formes verbales. Chez un petit nombre de sujets (environ 5 %), le récit a été produit essentiellement au présent.

32Nous avons remarqué d’une manière générale que cette histoire racontée par les adultes (en français ou en mpongwè) a toujours été narrée à un temps de narration du passé.

33Par ailleurs, en observant les énoncés qu’ils ont réalisés pour la première image, alors que nous attendions à des formules ou à un début d’histoire de type :

- « Il était une fois, un petit garçon qui était dans une chambre avec sa grenouille et son chien »

- « C’est l’histoire d’un enfant et son chien qui regardaient leur grenouille dans un vase ... »

nous avons surtout trouvé chez nos sujets des descriptions au présent.
Exemples :

(31)

èwánà yí ḿbwà èpóná grénúyə̀ ...

gó lì

« l’enfant et le chien ils regardent la grenouille ...

sur le lit » (06 ;04f)

(32)

òwánà ní m̀bwà èpónà grə́núyə̀ ...

gó kálà

« l’enfant et le chien ils regardent la grenouille ...

à la maison » (08 ;09k)

(33)

mì dyénʹ ówánà àré tú gʹ épwè ìí hein ìmbwá èdyénʹ érɔ́ngέ́ gʹ évà

« je vois l’enfant  il est assis sur le banc, le , hein le chien, il voit la grenouille dans le vase » (09 ;11n)

(34)

òwánà ní ḿbwà àré gó nɔ́ntʃè èdyéné grə́núyə̀

« l’enfant et le chien ils sont dans la chambre, ils regardent la grenouille (11 ;01c)

34Nous avions pensé que l’utilisation du présent dans leurs récits aurait été facilitée par, ou aurait un lien avec le fait que les enfants ont raconté l’histoire de la grenouille en gardant le livre ouvert. Or, en observant parallèlement les récits des adultes, nous avons remarqué que ces derniers, dans les mêmes conditions, ont également employé le présent immédiat, mais chez ces derniers il ne constitue pas le temps dominant comme chez les enfants, il alterne avec le présent progressif et le passé non accompli (imperfectif). C’est ce qui nous permet de formuler l’hypothèse que le présent immédiat est le temps dominant chez ces enfants parce que c’est le temps qu’ils ont, semble-t-il, acquis.

1.4.1.1.2. Le présent progressif

35En mpongwè le présent progressif a 3 formes.
(les morphèmes représentés en gras rendent la forme progressive)
Structure 1
Forme canonique : (sujet) ACC - Etre - Formatif - Radical verbal - Suffixe - Finale
Exemple (35)

(òwánà)

à

ká sév

ág-à

« l’enfant,

il

est

en train

de jouer »

Structure 2
Forme canonique : (sujet) ACC - Etre - Formatif - PV - Radical verbal - Suff - Finale
Exemple (36)

(òwánà)

à

ré ká gó

sév ág-à

« l’enfant,

il

n’est qu’en train

de jouer »

Structure 3
Forme canonique :  (sujet) ACC - Etre - PV - Radical verbal - Finale
Exemple  (37)

(òwánà)

à

gó  bógiɲ-á

« l’enfant,

il

est

en train  de crier » (12 ;00a)

36De ces trois formes, c’est la troisième qui possède la structure la plus simple, et c’est celle que cet enfant de 12 ans a utilisée.

37Cette forme temporelle n’a été relevée que chez un seul de nos sujets (1%). Le faible taux d’utilisation de ce temps (2 occurrences chez cet enfant de 12 ans) nous conduit à émettre l’hypothèse que d’une façon générale, ces enfants ne connaissent pas ce schème du présent progressif.

1.4.1.2. Le passé

1.4.1.2.1. Le passé accompli proche

38Forme canonique :  (personne) Radical verbal - Finale
Exemple (38)

(à)

- kέnd - ì

3P.sg

- partir - PASS

« elle

est partie »

39C’est le deuxième temps utilisé dans les récits de nos sujets. Son pourcentage d’utilisation est de l’ordre de 20 à 40% selon les sujets. Et 95% des enfants l’ont utilisé.
Exemples :

(39)

òwánà ní

àbɔ́ngí yὲ

« l’enfant et...

l’a pris » (08 ;02b)

(40)

èrɔ́ngέ

ápérì

« la grenouille

s’est évadée » (10 ;09p)

(41)

ìbángà ímbwà

òwánà ànɔ́ngwì

« le matin, le chien,

l’enfant se sont réveillés »  (12 ;11m)

40Cet aspect éloigné du passé a été très peu utilisé (il apparaît chez environ 4% de nos sujets).
Exemples :

(43)

àkέndágì

« elle est partie » (06 ;00a)

(44)

grénúyə̀ àkέndágì

« la grenouille elle est partie » (08 ;00a)

41Nous constatons que ces enfants maîtrisent mieux le passé accompli proche, dont la forme canonique est plus simple.

42Nous avons pu voir d’une manière générale que tous nos sujets ont ancré leurs récits dans le présent. Un tel choix est probablement dû au fait que les temps verbaux chez ces enfants mpongwè se limitent essentiellement au présent et à un seul aspect du passé.

43Chez les adultes que nous avons observé parallèlement, plusieurs aspects du passé ont été utilisés. Nous avons essentiellement recensé deux aspects du présent qui dominent dans leurs récits, ainsi que trois aspects du passé, comme nous l’illustrons dans les exemples ci-dessous.

1.4.2. Le temps dans les récits des adultes

1.4.2.1. Le présent

1.4.2.1.1. Le présent immédiat

Exemple (45)

èrɔ́ngὲ

zìré

gárè

è- rɔ́ngὲ

z-ì-ré

gárè

PN7-grenouille

ACC7

être-PRES LOC

intérieur

« la grenouille

elle   est

à l’intérieur »

(adulte 1)

1.4.2.1.2. Le présent progressif

44Structure 1
Exemple (46)

45ówánʹ áré ká féyágá féyágá
PN1-enfant ACC 1-être FORMT appeler-PROG-PRES appeler- PROG-PRES
« l’enfant il est en train d’appeler d’appeler (adulte 2)

1.4.2.2. Le passé

1.4.2.2.1. Le passé accompli proche

46Exemple (47)

mbwà

nʹówáná

wánɔ́ngwì

-mbwà ní

o-wáná

w-á

nɔ́ngw-ì

PN9-chien

COORD

PN1-enfant

ACC2-se réveiller-PASS

« le chien

et l’enfant

se sont réveillés »

(adulte 6)

1.4.2.2.2. Le passé narratif

47Exemples :

(48)

bów̰̰á gʹ

ìgʹ

í

bów̰̰-á gó

ι-gá

í-vólò

3.Pers.pl

arriv̄er-PASS

LOC

PN5-forêt

PN5-grande

« ils

arrivèrent

dans

une grande

forêt » (adulte3)

(49)

kɔ́gwá

wá féyá

« ils

sortirent

ils appellèrent

» (adulte3)

1.4.2.2.3. Le passé non-accompli imperfectif

48Exemple (50)

òwánʹ ádyénágá. go mpárí...

ò-wáná á dyén-ág-á

gó ø-mpárí

PN1-enfant ACC1voir-PASS non-Acc

LOC PN9-branche

« l’enfant il regardait

sur la branche »  (adulte1)

Conclusion

49A travers l’ensemble des productions verbales de ces enfants, on note que leur difficulté majeure est le préfixe verbal, qu’ils restructurent. Et ce qui ressort de cette réorganisation c’est la tendance à organiser le système d’accord en animé/non-animé, c’est-à-dire les humains et les animaux sont accordés en cl. 1 et les non-animés en cl. 9, ce qui nous amène à dire que ces enfants procèdent par une stratégie de surgénéralisation (angl. Overextension) sémantique (Slobin, 1985). Ou bien ils tendent faire du marqueur de la cl. 1 celui d’une classe d’accord neutre, universelle.

50Par ailleurs, leur lexique verbal est limité. C’est ainsi qu’ils essayent de le combler par des emprunts au français ou par des importations verbales (emprunts lexicalisés) relevant de l’alternance codique.

51Concernant les temps, nous pouvons voir que l’usage des deux temps : le présent et le passé accompli proche, au lieu du passé narratif, dans les récits de ces enfants mpongwè reflète leurs lacunes dans les différents aspects du passé, particulièrement le passé narratif. Le système temporo-aspectuel chez les adultes est plus riche. Tous (11 adultes au total) ont utilisé dans leurs récits le présent immédiat, le passé accompli proche, le passé non-accompli, ainsi que le passé narratif.
ABREVIATIONS

L1

première langue (le français)

L2

deuxième langue (le mpongwè)

PN

préfixe nominal

PN1

préfixe nominal de classe 1

PV

préfixe verbal

CV

consonne-voyelle

ACC

préfixe d’accord

Rad

radical

Suff

suffixe

cl.

classe

PRES

présent

PASS

passé

non-acc

non accompli

LOC

locatif

Coord

coordination

Formt

formatif

Prog

progressif

3P

troisième personne

sg

singulier

Ø

préfixe non représenté

Haut de page

Bibliographie

Berman, R.A. & Slobin, D.I. (1994) Relating events in narrative : A crosslinguistic developmental study. NJ : Lawrence Erlbaum Associates, Hillsdale.

Creissels, D. (1991), Description des langues négro-africaines et théories syntaxiques, ELLUG, Université Stendhal, Grenoble, 466 p.

Guthrie, M. (1969-1971), Comparative Bantu, Gregg International Publishers LTD, London

Kunene, E. (1979), The Acquisition of Siswati as a first language, Dissertation, University of California, Los Angeles.

Perdue, C. (1980), « L’Analyse des erreurs : un bilan pratique » Langages 57, mars 1980, p.87-105.

Schieffelin, B.B.(1985), « The Acquisition of Kaluli », in : Manual for cross-cultural study of the acquisition of communicative competence (Vol 1), p.525-593, University of Pennsylvania.

Slobin, D. (1985), « Crosslinguistic study as a method in develop­mental psycholinguistics » in : Manual for cross-cultural study of the acquisition of communicative competence, p.4-23.

Haut de page

Notes

1  Pour toutes les abréviations se référer à la fin de l'article.

2  Ce projet s'insère dans une recherche internationale organisée par Ruth Berman (Université de Tel Aviv) et Dan Slobin (Université de Californie à Berkeley).

3  Les abréviations utilisées pour l’analyse des formes linguistiques sont listées en fin d’article.

4  Les quatre premiers chiffres de l’identification du corpus (wx ;yz) donnent l’âge du sujet en années et mois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierrette Ogouamba, « Aperçu sur la morphologie verbale et les temps verbaux chez les enfants Mpongwè  », Linx, 38 | 1998, 101-113.

Référence électronique

Pierrette Ogouamba, « Aperçu sur la morphologie verbale et les temps verbaux chez les enfants Mpongwè  », Linx [En ligne], 38 | 1998, mis en ligne le 28 juin 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://linx.revues.org/875 ; DOI : 10.4000/linx.875

Haut de page

Auteur

Pierrette Ogouamba

Dynamique du Langage (UMR 9961 CNRS ) & Université Lumière - Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org