Navigation – Plan du site

L’hypothétique dans les langues slaves

Jack Feuillet
p. 9-20

Résumés

A l’origine, les langues slaves ne connaissent qu’une seule forme d’hypothétique, constituée du participe parfait en -l et d’une forme spéciale de « être » d’origine optative. Il n’y a donc pas d’opposition entre l’irréalisable au moment de l’acte de parole et l’irréalisé. Bien qu’un certain nombre de langues slaves aient créé une périphrase d’accompli, du type « j’aurais fait », cette dernière est peu employée. Le bulgare s’est doté d’une autre périphrase, appelée « futur-conditionnel », qui entre en concurrence avec l’hypothétique hérité de l’ancienne langue. L’article étudie en détail la structure protase + apodose dans les diverses langues slaves (concurrence des modes) et les conjonctions qui introduisent la subordonnée conditionnelle. De cette manière, on peut replacer ce type de propositions dans le vaste ensemble des relations syntaxiques.

Haut de page

Texte intégral

1Remarque : la translittération du cyrillique est celle qui est en usage chez les slavistes. Voici ses particularités :

2Voyelles : y = [ɨ] ; vsl.e̜= [ɛ̃], ǫ = [ɔ̃], б = [’æ] ; les « jers » ĭ et ŭ sont des voyelles dites réduites proches de [ә], la première étant palatale et la seconde vélaire ; bulg. ӑ= [ә] un peu plus fermé.

3Consonnes : c = [ʦ], č = [ʧ], š = [ʃ], ž = [ӡ] ; serbo-croate ć= [tc̣]. L’apostrophe note la mouillure de la consonne.

4On garde l’orthographe originale pour les langues slaves utilisant l’alphabet latin. En tchèque et en slovaque, l’accent aigu note la longueur de la voyelle, le y note [i] après consonne dure. En polonais, ch = [x], cz = [ʧ], sz, rz = [ʃ],ś = [c̣], rz, ž = [ӡ].

Abréviations dans les gloses

COND : conditionnel

NT : neutre

DAT : datif

PL : pluriel

FUT : futur

PREP : préposition

HYP : hypothétique

PRET : prétérit

INTERR : particule interrogative

REFL : réfléchi

NEG : négation

SG : singulier

5En dehors de l’opposition aspectuelle imperfectif / perfectif, caractéristique des langues slaves, le système verbal du vieux slave est riche, puisqu’on y trouve un présent, un imparfait, un aoriste, trois temps de l’accompli (parfait, plus-que-parfait, futur antérieur) constitués de l’auxiliaire « être » et du participe parfait, dit « participe en –l », un infinitif, un supin et quatre participes. En revanche, sur le plan modal, le système présente la particularité de n’opposer morphologiquement qu’un indicatif et un impératif. Le slave est d’ailleurs le seul groupe parmi les langues indo-européennes à avoir perdu l’ancien impératif et à l’avoir remplacé par l’ancien optatif. Il n’y a jamais eu en slave de subjonctif morphologique. Mais il existe une autre forme qui ressortit incontestablement au mode et que les grammairiens appellent « conditionnel » ou « hypothétique ». Il se conjugue ainsi :

(1) Vieux slave
Modèle : dati « donner »

singulier

pluriel

    duel

1.

dalŭ  bimĭ, byxŭ

dali   bimŭ, bi(y)xomŭ

dala byxovĕ

2.

(F –a)  bi, by

(F –y) biste, byste

non attesté

3.

(N –o) bi, by

(N –a) bǫ, bi(y) š e̩

non attesté

6Ce qui est remarquable dans cette formation, c’est l’utilisation du participe parfait, qui entre également dans la formation des temps de l’accompli, et d’une forme spéciale de « être » qui repose sur un ancien optatif indo-européen et qui ne se retrouve dans aucun autre temps. La curiosité typologique que représente l’emploi d’un participe parfait pour former le conditionnel donne au système slave une place particulière dans la famille indo-européenne.

7L’isolement de bimĭ, etc., explique le rattachement à un autre paradigme, car, dès le vieux slave, on voit apparaître concurremment des formes en -y- avec des désinences d’aoriste, ce qui provoque parfois des interférences : 1e pl. bixomŭ et byxomŭ à côté de biimŭ, 3e pl. bišec et byšec à côté de bǫ. Le choix de désinences aoristiques n’est pas un hasard : il confirme la valeur de « virtualité de distanciation » du conditionnel.

8Dès le départ, le slave ne fait pas la différence entre l’irréalisable au moment de l’acte de parole et l’irréalisé :

(2) Vieux slave (Vaillant, 1964 : 364)

a.

ašte  ne   bi       sĭ otŭ Boga bylŭ  ne bi  moglŭ
si    NEG HYP : 3SG  celui-ci de  Dieu été   NEG HYP : 3SG pu
tvoriti ničesože
faire rien : GEN
« Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. » (J IX, 33)

b.

ašte bi vĕdĕlŭ […], bĭdĕlŭ ubo bi
si HYP : 3SG su veillé donc HYP : 3SG
« S’il avait su […], il aurait veillé. » (Mt XXIV, 43)

9La seule opposition modale est donc binaire entre l’indicatif et l’hypothétique.

10Toutes les langues slaves conservent le participe parfait, variable en genre et en nombre, pour former leur hypothétique. Mais le traitement de l’auxiliaire est variable. Voici les cas de figure possibles (Vaillant, 1966 : 97-99) :

11a) Auxiliaire figé + participe en -l (ou prétérit) : c’est la situation dans le groupe oriental (russe, biélor., ukr. by, parfois réduit à b), en kachoube et en slovène (bi). Le serbo-croate parlé tend aussi à remplacer les formes fléchies par bi (cf. macédonien).

12b) Auxiliaire conjugué : en polonais, -bym, -bysv, -by, -bysvmy, -bysvcie, -by s’accolent au participe ; tch. bych, bys, by, bychom, byste, by ; sc bih, bi, bi, bismo, biste, bi ; bulg. bix, bi, bi, bixme, bixte, bixa. En haut-sorabe, bych est fléchi (ja bych pytal « je demanderais »), alors que by est figé en bas-sorabe. En kachoube, les deux possibilités sont représentées : soit invariable + participe, soit l’auxiliaire conjugué.

13c) Nouvelles formes concurrentes : bg. svtjax da četav « je lirais, j’aurais lu » (avec l’imparfait de svta, auxiliaire dont le sens premier est « vouloir »), macéd. Ƙe (également une forme figée de « vouloir » + imparfait. Il ne s’agit pas de conditionnels passés, comme le prétend Vaillant (1966 : 99), mais de futurs-conditionnels (futurs dans le récit-passé).

14L’ukrainien (ja buv by nosiv « j’aurais porté »), le polonais (bylbym cszytal « j’aurais lu »), le tchèque (byl bych psal « j’aurais écrit ») et le sorabe (haut-sor. budźeh pytal « j’aurais demandé », c’est-à-dire imparfait de budu ou plus-que-parfait ; bas-sor. buźach pytal ou ja by byl pytal ) se sont créé des conditionnels accomplis. Le slovaque a adopté une solution originale : au présent, il se sert du participe parfait associé à by figé et au présent de « être » : pisal by som « j’écrirais », et à l’accompli, le présent est remplacé par le parfait : pisal by som bol « j’aurais écrit », forme particulièrement lourde.

15Cependant, toutes les grammaires descriptives notent que ce temps surcomposé est relativement peu employé. Shevelov (1993) ne le mentionne pas en ukrainien, alors qu’il existe. En slovène, cette forme est en complète désuétude et n’apparaît plus que dans la langue littéraire :

(3) Slovène (Derbyshire, 1993 : 84)

če  ne   bi    bil    zamúdil  tístega  letála,  bi    se     bíl  z
si   NEG  HYP  été manqué  cet   avion  HYP REFL été  avec
drúgimi   pótniki vréd smŕtno
autres   voyageurs dommage mortellement
« S’il n’avait pas manqué cet avion, il aurait péri avec les autres passagers. »

16En polonais actuel, on tend à employer la forme « normale » à la place de la forme surcomposée. En sorabe, où elle semble avoir été imitée du tchèque, la forme surcomposée est archaïque et même obsolète. En serbo-croate et en tchèque, elle a une valeur marquée, c’est-à-dire que le temps de base peut apparaître si les indications temporelles sont suffisantes :

(4) Serbo-croate (Browne, 1993 : 232-233)

a.

Kad biste mi pitali, rekao bih
si HYP : 2PL me demandés dit HYP : 1SG
« Si vous me le demandiez, je vous (le) dirais. » ou « Si vous me l’aviez demandé, je vous l’aurais dit. »

b.

Kad biste    mi  bili    pitali, bio  rekao   bih
si HYP : 2PL  me  été : PL  demandés été  dit    HYP : 1SG
« Si vous me l’aviez demandé, je vous l’aurais dit. »

 (5) Tchèque (Short, 1993 : 485)

a.

Petr by nám pomohl
Pierre HYP : 3SG nous : DAT aidé

b.

« Pierre nous aiderait. » Petr by nám byl pomohl
Pierre HYP : 3SG nous :  DAT été aidé
« Pierre nous aurait aidés. »

c.

Včera Petr by nám pomohl
Hier
« Hier, Pierre nous aurait aidés. »

17Il en est de même en slovaque qui semble la seule langue où le conditionnel accompli soit très résistant.

18Les autres langues slaves n’ont pas développé de temps surcomposé, de telle sorte qu’on peut dire que la forme héritée d’hypothétique, dans toutes les langues, peut avoir aussi bien le sens de « je donnerais » que « j’aurais donné ».

19Dans cet inventaire des formes, on voit que seuls le bulgare et le macédonien ont la particularité d’avoir créé une seconde forme qui n’existait pas dans l’ancienne langue. Les grammairiens bulgares l’appellent bǎdešte v minaloto « futur dans le passé ». A l’instar du français, elle a à la fois la valeur de futur dans le récit (ou « ultérieur de distanciation ») et de conditionnel ou, comme on dit en grammaire traditionnelle, conditionnel-temps et conditionnel-mode. Mais, à la différence du français, la périphrase štjax da četa « je lirais » n’a de valeur modale que dans une structure protase + apodose. Dans tous les autres cas (conditionnel de politesse, structure sans subordonnée conditionnelle), il faut utiliser la forme héritée (bix čel) :

(6) Bulgare (Feuillet, 1996 : 112-3)

a.

Bixte    li       mogli   da  mi kažete… ?
HYP : 2PL   INTERR   pu : PL   que  me dites
« Pourriez-vous me dire… ? »

b.

Vǎn ot  tjax  ništo  ne  bix mogǎl da napiša
Dehors de  eux  rien  NEG  HYP : 1SG pu que j’écris
« En dehors d’eux [ = de ces paysages], je ne pourrais / je n’aurais pu rien écrire. » (Jovkov)

20Le bulgare est donc la seule langue slave à connaître une opposition, très vivante, entre deux formes de conditionnel dans l’apodose. Les grammairiens bulgares sont unanimes à considérer que le futur-conditionnel introduit une certitude plus grande ; il suffit que la condition posée dans la protase soit remplie pour que l’action ait (presque) sûrement lieu :

(7) Bulgare (Feuillet, 1996 : 112)

Vsičko tova  tǎj   me   otčaja,     če   ako  ne     beše  žena    mi […],
tout    cela  tant  me   désespéra  que  si    NEG  était  femme  à moi
štjax     da   se  vǎrna     vednaga
COND : 1SG que  REFL  retourne  tout de suite
« Tout cela me désespéra tellement que s’il n’y avait pas eu ma femme […], je serais rentré sur le champ. » (Jovkov)

21Avec l’hypothétique, le doute est beaucoup plus fort. Même si la condition est remplie, il n’est pas sûr que l’action de l’apodose se réalise :

(8) Bulgare (Feuillet, 1996 : 114)

Da  beše  živ znamenosec,    bi      se     razplakal (Vazov)
que était  vivant  porte-drapeau   HYP : 3SG  REFL  fondu en larmes
« Si le porte-drapeau était vivant, il fondrait en larmes. » [en fait, on n’en sait rien].

22Si l’on considère maintenant la structure protase + apodose, on peut dire que si l’énoncé est posé comme non réalisable au moment de l’acte de parole, la principale et la subordonnée ont en règle générale le même mode hypothétique. La règle est pratiquement absolue en vieux slave (cf. les exemples en 2 a. et b.), et les entorses sont très rares.

(9) Vieux slave

Ne    imaši  oblasti na   mĭnб  nikojejže,  ašte  ne bi
NEG  as     pouvoir sur  moi   aucun  si    NEG   HYP : 3SG
ti        dano   sǔ vyše
te : DAT   donné  de en haut
« Tu n’aurais [litt. tu n’as] aucun pouvoir sur moi s’il ne t’avait été donné d’en haut » (J XIX, 11).

23Avec la protase à l’indicatif, on trouve normalement l’indicatif dans l’apodose (ex. 10a.), mais aussi l’impératif (10b.). D’autre part, il peut y avoir ellipse dans l’apodose (10c.).

(10) Vieux slave

a.

ašte  kǔto  xoditǔ   v dĭne ne    poknetǔ  s
si    quelqu’un  marche dans  jour   NEG trébuche REFL
« Si quelqu’un marche le jour, il ne trébuche pas » (J XI, 9).

b.

ašte  synǔ  
božii   jesi,  rĭci  kamenije  se   da xlбbi  bǫdǫtǔ
si    fils   divin es    dis   pierres     ces  que pains seront
« Si tu es le fils de Dieu, dis que ces pierres deviennent des pains » (Mc IV, 3).

c.

I  ašte vĭsi sǔblaze̜ntǔ   s, nǔ   ne   azǔ
et  si tous scandaliseront REFL mais NEG moi
« Quand bien même tous se scandaliseraient, du moins pas moi » (Mc XIV, 29).

24La situation est la même dans la plupart des autres langues slaves. On peut formuler la règle générale suivante : si la conjonction introduisant la protase est spécialisée dans le sens de « si », l’hypothétique apparaît dans les deux propositions.

(11) Russe (Comtet, 1997 : 277)

Esli  by  vy prišli   vovremja  my   uspeli         by
si    HYP  vous  arriver : PRET PL  à temps   nous  réussir :  PRET PL  HYP
končit’ rabotu
terminer travail
« Si vous étiez arrivés à temps, nous aurions réussi à terminer le travail ».

 (12) Bas-sorabe (Stone, 1993 : 664)

Mama by    se     wjaseliła,  gaby  k     njej  farar  woglбdał
mère HYP  REFL  réjouie  si  vers elle  curé   visité
« Maman se réjouirait si le curé lui rendait visite ».

25La phrase (12) du bas-sorabe montre que la particule by d’hypothétique est devenue un élément inséparable de la conjonction gaby. Cette situation se retrouve en slovaque avec keby :

(13) Slovaque (Short, 1993 : 558)

keby  ste  nás   boli     poslúchli,  neboli    by    ste   teraz
si     êtes nous  été :PL  écoutés    ne pas été : PL  HYP êtes mainternant
v    taketo situácii
dans telle situation
« Si vous nous aviez écoutés, vous n’auriez pas été maintenant dans une telle situation ».

26En tchèque (14) et en polonais (15), l’auxiliaire d’hypothétique enclitique se soude à la conjonction :

(14) Tchèque

Byl bych spokojen, kdybyste  pracovali
été HYP : 1SG satisfait si + HYP : 2PL  travaillé : PL
« Je serais satisfait si vous travailliez ».

 (15) Polonais

Gdybym miał, to bym ci dał
si+HYP : 1SG eu   alors HYP : 1SG à toi donné
« Si j’en avais, je t’en donnerais ».

27En bulgare, ainsi qu’en macédonien, on a un trait balkanique dans la mesure où l’indi­catif s’est introduit dans la protase alors que ce n’était pas possible dans la vieille langue. Les grammairiens bulgares considèrent l’emploi de l’hypothétique dans la protase comme peu naturel et imité des traductions étrangères. Cette forme est effectivement rare­ment attestée. L’exemple a. est un proverbe, l’exemple b. la traduction d’une phrase d’Homère extraite d’une grammaire du grec ancien (Feuillet, 1996 : 113) :

(16) Bulgare

a.

Da   bi mirno sedjalo,    ne    bi čudo  vidjalo
que  HYP : 3SG tranquillement assis : NT  NEG  HYP merveille    vu
« Qui s’y frotte s’y pique. »

b.

Ako  bixme      vzeli  tezi  dve   nešta,  bixme polučili  otlična     slava
si     HYP : 1PL  pris   ces  deux  choses  HYP : 2PL reçus    excellente  gloire
« Si nous avions pris ces deux choses, nous aurions conquis une gloire insigne. »

28Dans la protase, la différence entre l’imparfait et le plus-que-parfait n’est guère perceptible : théoriquement, le plus-que-parfait s’emploie uniquement lorsque l’action se situe avant le moment d’énonciation et serait donc de nature temporelle. En revanche, l’imparfait (exemple b.) couvre n’importe quelle période :

(17) Bulgare

a.

Ako  imax  včera  vreme ( = bjax  imal  vreme),  bix         go posetil /
si    avais   hier   temps   étais  eu    temps HYP : 1SG le  visité
štjax  da   go  posetja
FUT-COND : 1SG que le   visite
« Si j’avais eu le temps hier, je lui aurais rendu visite. »

b.

Ako  imax dnes (utre) vreme…
si    avais aujoud’hui (demain) temps
« Si j’avais le temps aujourd’hui (demain), … »

29Le plus frappant peut-être dans les langues slaves, c’est la possibilité d’utiliser l’indi­catif si la conjonction n’est pas spécialisée dans le sens de « si » (et même dans ce cas, on a des exemples d’indicatif, comme en bulgare). Par exemple, en serbo-croate, si l’on utilise da qui est normalement la conjonction de but ou, dans la variante serbe, la manière de remplacer l’infinitif, le mode de la protase sera l’indicatif, tandis que l’hypothétique apparaîtra dans l’apodose.

 (18) Serbo-croate

a.

Da me voliš, ne bi me tukla
que me aimes NEG HYP : 2SG me battue
« Si tu m’aimais, tu ne me battrais pas. »

b.

Da   smo     se     vozili        taksijem,    ne  bismo      zakasnili que  sommes REFL  transportés  taxi : INSTR  NEG HYP : 1PL retardés
« Si nous avions pris un taxi, nous n’aurions pas été en retard. »

 (19) Macédonien (Friedman, 1993: 271)

Da   može   bebe-to  da   prozboruva, bi     ti reklo…
si    peut    bébé-le   que   parle HYP : 3SG   te : DAT dit : NT
« Si le bébé pouvait parler, il te dirait… »

30Le russe peut employer l’impératif seul (toujours à la 2e du singulier) comme protase :

(20) Russe (Comtet, 1997 : 277)

Ne   opozdaj    on  na sekundu,  on by   vstretil    ejo
NEG sois en retard  il   PREP seconde   il  HYP rencontré elle
« S’il n’avait pas été en retard d’une seconde, il l’aurait rencontrée. »

31Si l’on reprend l’exemple (11), on contaste que le russe pourrait dire kogda « quand » à la place de esli, ou employer l’hypothétique seul avec l’auxiliaire en tête (construction livresque) ou employer l’impératif (en recul dans la langue moderne) : Pridi vy vóvremja, my uspeli by končit’ rabotu.

32Il reste à dire un mot des conjonctions de condition utilisées dans les langues slaves. La forme ašte du vieux slave se dénonce par sa variante ašti comme composée de a « mais », et de -šti, réduction de l’ancien optatif xošti. Le fait remarquable de l’évolution est la substitution complète de ašte par ako. Vaillant (1977 : 230-1) pense qu’il s’agit d’une forme serbe qui s’est étendue au bulgare et l’explique par un élargissement de a avec une autre finale -ko qui serait un indéfini qui est conservé dans l’interrogatif koje. En bulgare, ako a été très conquérant et a refoulé ašte. À partir du XIIIe siècle commence à se déve­lopper da avec le sens de « si ». Mirčev (1978 : 260) cite dans l’Évangile de Dobrejšo :

(21) Moyen bulgare

dobrб  emu  bi         bilo    da   se ne bi   rodilĭ
mieux  à lui  HYP : 3SG  été : N  que REFL  NEG HYP : 3SG né
« Il aurait mieux valu pour lui qu’il ne fût pas né. » (Mt XXVI, 24).

33On trouve très rarement en vieux slave, en dehors de ašte, l’enclitique li avec le sens de « si ». Pour Vaillant (1964 : 370), l’emploi de l’enclitique li avec le sens de « si » n’est qu’une variante expressive de la phrase interrogative :

(22) Vieux slave

a.

xošteši li   isplǔniti, idi (Mt XIX, 21) [dans l’Évangéliaire de Sava]
veux INTERR  accomplir va
« Si tu veux accomplir, va ! » [les autres manuscrits ont ašte]

b.

ješte li  ne uvбritǔ   vaju prǔvyi   načctǔkǔ
si INTERR NEG  convainc  vous : DU  premier commencement
mǫkamǔ,       načncta       i vǔtoroje (Suprasliensis 75)
tourments : DAT PL commencez : DU et deuxièmement
« Si le premier commencement des tourments ne vous convainc pas encore, recommen­cez une seconde fois. »

34Il n’est pas sûr que l’explication de Vaillant soit la bonne. En effet, l’emploi de li, qui est la particule interrogative dans un grand nombre de langues slaves, est courant en bul­gare moderne, en serbo-croate ou en tchèque, et on la retrouve dans la formation d’un certain nombre de conditionnants. Ainsi, en russe, esli est constitué de la copule à la troisième personne du singulier et de li, ce qui donne le sens de « est-ce que ? ». Il en est de même dans le polonais ješli ou dans le tchèque jestli. On peut donc dire qu’il y a une affinité entre l’interrogation et l’expression de la condition.

35Les autres conditionnants sont en rapport avec le thème interrogatif qui est la source d’un grand nombre de subordonnants dans les langues slaves. Le serbo-croate kad est fondamentalement la conjonction temporelle « quand », mais associée à l’hypothétique, elle a le sens de « si », ce qui rappelle l’allemand wenn. Il en est de même en russe avec kogda. Dans le tchèque kdy, le haut-sorabe hdy et le polonais gdy(by), on retrouve exactement la même formation, avec une autre finale -y qui n’est qu’une variante. Cela confirme donc sans ambiguïté possible le lien qui unit interrogation et condition, d’autant plus que ašte en vieux slave introduit également l’interrogative indirecte.

36Si l’on replace la proposition conditionnelle dans le contexte plus vaste de la subordi­nation, on peut dire que les subordonnées peuvent sémantiquement se diviser en trois types par rapport au procès principal. Si la subordonnée détermine l’action principale, elle est préparatoire ; si c’est l’action principale qui détermine celle de la subordonnée, cette dernière est préparée ; si les deux actions se déterminent mutuellement, on parlera de dépendantes complémentaires. Cette distinction ternaire rejoint celle que l’on peut faire dans le domaine temporel entre antériorité (amont), postériorité (aval) et concomitance (en cours). Si l’on divise à nouveau les subordonnées préparatoires selon le critère des raisons, on trouve trois sous-types : raisons apparentes, et l’on obtient des causales ; raisons possibles, et l’on obtient des conditionnelles ; raisons insuffisantes (négation d’une implication), et l’on obtient des concessives. Cette classification pourrait expliquer certaines affinités entre les types de subordonnées et, d’une manière plus générale, les relations entre les divers types d’énoncés.

Haut de page

Bibliographie

BARTOš, J. et GAGNAIRE, J. (1972), Grammaire de la langue slovaque, Paris, Institut d’Études Slaves.

BROWNE, W. (1993), « Serbo-croat », in COMRIE et CORBETT, pp. 306-387.

COMRIE, B. et CORBETT, G. (eds) (1993), The Slavonic Languages, London, Routledge.

COMTET, R. (1997), Grammaire du russe contemporain, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

DERBYSHIRE, W. (1993), A basic Reference Grammar of Slovene, Columbus, Slavica Publishers.

FEUILLET, J. (1996), Grammaire synchronique du bulgare, Paris, Institut d’Etudes Slaves.

FRIEDMAN, V. (1993), « Macedonian », in COMRIE et CORBETT, pp. 249-305.

GRAPPIN, H. (1963), Grammaire de la langue polonaise, Paris, Institut d’Etudes Slaves.

MAZON, A. (1949), Grammaire de la langue russe, Paris, Institut d’Etudes Slaves.

MAZON, A. (1952), Grammaire de la langue tchèque, Paris, Institut d’Etudes Slaves.

MEILLET, A. et VAILLANT, A. (1969), Grammaire de la langue serbo-croate, Paris, Champion, 2e édition.

MIRčEV, K. (1972), Istoričeska gramatika na bǎlgarskija ezik, Sofia, Nauka i izkustvo.

SHEVELOV, G. (1993), « Ukrainian », inCOMRIE et CORBETT, pp. 947-998.

SHORT, D. (1993), « Czech », inCOMRIE et CORBETT, pp. 455-532.

SHORT, D. (1993), « Slovak », in COMRIE et CORBETT, pp. 533-592.

STONE, G. (1993), « Sorbian », in COMRIE et CORBETT, pp. 593-685.

VAILLANT, A. (1964), Manuel du vieux slave, Paris, I.E.S.

VAILLANT, A. (1966), Grammaire comparée des langues slaves, tome III (Le verbe), Paris, Klincksieck.

VAILLANT, A. (1977), Grammaire comparée des langues slaves, tome V (La syntaxe), Paris, Klincksieck.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jack Feuillet, « L’hypothétique dans les langues slaves », Linx, 41 | 1999, 9-20.

Référence électronique

Jack Feuillet, « L’hypothétique dans les langues slaves », Linx [En ligne], 41 | 1999, mis en ligne le 16 juillet 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://linx.revues.org/834 ; DOI : 10.4000/linx.834

Haut de page

Auteur

Jack Feuillet

INALCO-PARIS
Centre Universitaire de Clichy
104-106, Quai de Clichy
92110 – CLICHY

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org