Navigation – Plan du site

Condition et conditionnelles en chinois contemporain

Marie-Claude Paris
p. 119-135

Résumés

Les subordonnées conditionnelles sont étudiées tout d’abord du point de vue distributionnel, puis du point de vue informationnel. Sont présentées, d’une part, la polysémie des subordonnants, de l’autre, les corrélations entre subordonnants et corrélateurs et, enfin, certaines restrictions de cooccurrences entre les subordonnants et les noms bases des subordonnées. A l’opposition entre les corrélateurs jiu et cai, on associe des caractéristiques sémantiques et informationnelles différentes. On tente d’expliquer la distribution de jiu dans les principales interrogatives. Pour conclure, on présente quelques caractéristiques distributionnelles des contrefactuelles, en particulier en ce qui concerne le point d’incidence et la portée des négations bu et mei.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les subordonnées conditionnelles en mandarin et, de façon plus générale, les subordonnées dites adverbiales, présentent des caractéristiques syntaxiques qui les opposent clairement à d’autres types de subordonnées, dites nominales. Ces autres subordonnées sont, d’une part, les complétives et, de l’autre, les subordonnées compléments d’un nom.

2Les complétives figurent à droite du verbe matriciel et ne contiennent aucune marque de subordination. C’est pourquoi les positions initiale et finale de la subordonnée, notée P, sont marquées par zéro dans l’exemple (1) :

  • 1  Les abréviations utilisées sont les suivantes : Cl. : Classificateur ; Int. : Interrogation ; Neg. (...)

(1)

wo xiang P [ ø ta jintian bu  hui lai ø]

je penser  [ il   aujourd’hui Neg1. pouvoir venir]

Je crois qu’il ne viendra pas aujourd’hui.

3Les subordonnées compléments du nom sont marquées par un relateur nominal de, qui figure en position finale de la subordonnée, cf. (2). La subordonnée précède la base nominale yuanyin ‘raison’.

(2)

[ta   bu   lai    de]P   yuanyin...

il   Neg.   venir   de    raison  

La raison pour laquelle il ne veut pas venir...

4Les énoncés complexes constitués de propositions adverbiales et de principales présentent deux caractéristiques distributionnelles frappantes :

5a) ils contiennent une construction corrélative ;

6b) les subordonnées précèdent, de façon très préférentielle, les principales.

7Les constructions corrélatives sont des constructions discontinues dont l’un des membres figure dans la subordonnée et l’autre dans la principale. On appelle conjonction le premier élément et corrélateur le second. Dans (3) ruguo ‘si’ est la conjonction et jiu le corrélateur. On note P la subordonnée et Q la principale, respectivement.

(3)

[ruguo   xia      da   yu] P,  [ta  jiu   bu   

si    descendre   grand pluie  il   jiu    Neg.  

S’il pleut fort, il ne viendra pas.

     

hui    lai] Q

     

pouvoir venir

8Le premier terme de la construction corrélative peut être une conjonction, comme ruguo ‘si’ dans (3) ; ce peut aussi être une base nominale, fonctionnant comme la tête de la subordonnée, sur le modèle des compléments du nom présentés en (2) ci-dessus. Dans ce cas, le marqueur nominal de, qui est le relateur par excellence des constructions nominales figure en fin de subordonnée, comme l’illustre (4). Le nom base de cette construction complément du nom est hua ‘parole’.

(4)

[(wo   mingtian  you   kong  de)  hua] P, [jiu  daying

je    demain   avoir  vide  de  parole  jiu  promettre

Si demain j’ai le temps, je te promets de t’accompagner au cinéma.

     

pei       ni   qu    kan   dianying]Q

     

accompagner   tu   aller   voir   film  

9La combinaison de marques ‘conjonction + base nominale + corrélateur’ est aussi attestée, cf. (5), tout comme l’est l’absence totale de marques dans (6).

(5)

[(wo   ruguo   mingtian   you   kong   de)   hua] P,    [jiu  

je    si    demain    avoir   vide   de   parole  jiu  

Si demain j’ai le temps, je te promets de t’accompagner au cinéma.

     

daying   pei      ni  qu  kan  dianying]Q  

     

promettre  accompagner  tu  aller  voir  film

10La construction corrélative ne figure pas dans (6) : on a affaire à une suite paratactique, dans laquelle la seule co-présence des propositions permet d’inférer le lien conditionnel.

(6)

ni bu  lai,  wo bu  zou

tu Neg. venir je  Neg. Partir

Si tu ne viens pas, je ne partirai pas.

11Après cette présentation très rapide de quelques caractéristiques des adverbiales conditionnelles en mandarin, je vais m’attacher à décrire de façon plus précise certains marqueurs entrant dans les constructions corrélatives.

1. Les marqueurs en corrélation dans les énoncés complexes et leurs valeurs sémantiques

  • 2  Voir, par exemple, Ma, 1994.

12Les marqueurs en corrélation sont listés dans les grammaires du mandarin2 sans que soit établie de relation sémantique entre le subordonnant et le corrélateur qui entre en construction avec lui. Ainsi trouve-t-on souvent des paradigmes tels que :

relation sémantique

subordonnants

corrélateurs

conditonnelles

ru(guo), yao(shi), jiashi

‘si’

jiu, bian, name

causales

yin, yinwei, yiner

‘parce que’

ji, jiran, jibian

‘puisque’

suoyi

jiu, na(me)

concessives

buguan, bulun, wulun

‘n’importe’

suiran, jinguan

‘quoique’

ye, dou

dan(shi)

concessives conditionnelles

ji, jibian, jijiang, jishi

‘même si’

ye

temporelles

de shihou, yihou, yiqian

‘quand, après, avant’

jiu

13Il n’est pas établi, non plus, de relation entre la forme propre du subordonnant et d’autres marques formellement identiques dans la langue. Dans les deux paragraphes suivants, je vais très rapidement illustrer la polysémie des conjonctions et des corrélateurs.

1.1. Les marqueurs de subordination

14Une opposition modale forte peut être dressée entre les subordonnants relevant de la modalité du ‘certain’ et ceux relevant du ‘non-certain’. Cette opposition s’applique aussi aux corrélateurs.

  • 3  Les chiffres 2 et 4 après ji renvoient au deuxième et au quatrième tons, respectivement.

15Les subordonnants des causales ‘inférées’, qui sont aussi des marqueurs aspectuels, forment un contraste net avec ceux des concessives hypothétiques. Ainsi, par exemple, ji43, en tant que marqueur verbal indique un accompli ; en tant que conjonction, il marque une cause ‘inférée’ (‘puisque’) et peut être suivi de l’anaphorique ran ‘c’est ainsi’. Ji2, en tant que marqueur verbal, indique un futur proche (‘bientôt’) ; en tant que conjonction, il indique une concessive hypothétique ‘même si’.

  • 4  Voir Haiman, 1974.

16Les subordonnants de condition introduisent des propositions qui ne sont pas des assertions. Leur sémantique est, pour la plupart, transparente. Ruguo ‘si’ et jiaru ‘si’ contiennent le morphème ru ‘comme’, qui marque une comparaison métaphorique. Jiaru ‘si’ et jiashi ‘si’ contiennent jia, qui signifie ‘faux’. Yao n’est autre que le verbe modal ‘vouloir’4 et yaoshi la concaténation ce verbe avec le verbe shi ‘être’. La distribution de yao varie en fonction de son sens. Dans (7) parce qu’il est en tête du groupe verbal et que le quantificateur dou ‘tous’ a pour champ le pronom sujet tamen ‘ils’, qui est à sa gauche, yao est interprété comme un verbe modal.

(7)

tamen   dou    yao    qu   faguo  

ils    tous   vouloir  aller  France

Ils veulent tous aller en France.

  • 5  Pour plus de détails sur la relation entre ordre des quantificateurs et leur portée, voir Huang (1 (...)

17Dans (8a) et (8b) yao précède dou ‘tous’. En raison de sa position, il n’est plus la tête du groupe verbal. Comme il précède dou, sa portée est plus large5 que celle dou : c’est pourquoi il est interprété comme la conjonction ‘si’.

(8a)

tamen   yao     dou   qu   faguo...

ils    vouloir/si   tous   aller   France

S’ils veulent tous aller en France...

(8b)

yao     tamen  dou   qu   faguo...

vouloir/si  ils    tous   aller   France

S’ils veulent tous aller en France...

1.2. Les corrélateurs

  • 6  Pour plus de détails, voir Paris et Tamba, 1984.

18Comme le montre le tableau ci-dessus, les corrélateurs s’organisent de façon principalement binaire. D’un côté, jiu marque une relation de causalité/séquentialité entre deux propositions, c’est pourquoi on le trouve aussi bien dans les principales des temporelles que dans celles des conditionnelles et de certaines causales. De l’autre, le marqueur ye n’est autre que l’adverbe d’adjonction signifiant ‘aussi’. Ye est le corrélateur par excellence des concessives hypothétiques et des constructions scalaires : il indique qu’une relation d’implication est niée6 ou est contraire à l’attente du locuteur.

19Les conditionnelles ‑ cf. (3)-(5) ci-dessus ‑ tout comme certaines causales (cf. (9)) et toutes les temporelles (cf. (10)-(11)) entrent en concurrence avec jiu.

(9)

yinwei   you  kunnan   jiu  pai     women qu

parce que  avoir difficulté   jiu  envoyer   nous   aller

Ils nous ont envoyés parce qu’il y a/avait des difficultés.

(10)

ta chi-wan      fan   yihou  jiu   zou   le

il manger-finir    riz   après  jiu   partir   P.F.

Il est parti après avoir mangé.

(11)

ta mei  lai     yiqian, wo    jiu  zou   le

il  Neg. venir avant  je    jiu  partir   P.F.

Je suis parti avant qu’il n’arrive.

20Jiu n’est pas compatible avec ces différents types de subordonnées, si celles-ci contiennent une restriction. (12)-(14) ci-dessous sont, respectivement, des exemples de conditionnelle, de causale et de temporelle dont le champ est restreint à une occurrence unique : le corrélateur cai ‑ et non jiu ‑ figure alors dans la principale.

(12)

ruguo   Lisi zuo fan    de   hua,    Zhangsan cai (hui)      lai

si    Lisi faire cuisine de   parole Zhangsan cai (pouvoir) venir

Zhangsan ne vient/viendra que si Lisi fait la cuisine.

(13)

yinwei   tianqi hen   hao, (suoyi)   ta  cai l  ai   de

parce que temps très   bon alors    il  cai  venir de

Il n’est venu que parce qu’il fait beau.

(14)

deng     baba   hui lai,       Zhangsan   cai qu

attendre   papa   rentrer-revenir  Zhangsan   cai  aller

21Zhangsan n’ira que lorsque papa sera rentré.

22Le corrélateur cai, dont la portée est à gauche dans (12)-(14) permet de focaliser une proposition subordonnée qui le précède.

23Dans la suite, je vais présenter quelques restrictions distributionnelles qui existent entre conjonctions ou subordonnants et corrélateurs.

2. Condition large et condition restreinte

  • 7  L’opposition ‘large’ / ’restreint’ me semble mieux décrire les relations marquées par les corrélat (...)

24On appelle condition large, la relation conditionnelle compatible avec le corrélateur jiu. On appelle condition restreinte la relation conditionnelle compatible avec le corrélateur cai. Ces deux relations sémantiques différentes7 s’accompagnent de subordonnants différents. Sont présentées ci-dessous les contraintes de cooccurrence entre les marqueurs apparaissant dans les subordonnées et les corrélateurs (figurant dans les principales).

2.1. Les conjonctions

25Par condition large, j’entends une condition qui est énoncée dans une hypothétique, mais qui laisse ouverte la possibilité d’autres énoncés (non dits) : elle entre en cooccurrence avec jiu. Par condition restreinte, j’entends une condition qui est énoncée comme exclusive de toute autre possibilité : elle entre en cooccurrence avec cai. Certains subordonnants comme ruguo, yao, yaoshi ‘si’ sont non marqués, au sens où ils entrent en corrélation avec l’un ou l’autre de ces deux corrélateurs, cf. (15)-(16).

(15)

ruguo   xia      da    yu,   bisai   jiu  hui   yanqi

si    descendre   grand   pluie   match   jiu  pouvoir   retarder

S’il pleut beaucoup, le match sera retardé.

(16)

ruguo   xia      da    yu,   bisai    cai yanqi

si    descendre   grand   pluie   match   cai retarder  

26Le match ne sera retardé que s’il pleut beaucoup.

27En contraste avec yao(shi) ou ru(guo) ‘si’, d’autres subordonnants, qui là encore sont sémantiquement transparents, entretiennent avec l’un ou l’autre marqueur des relations distributionnelles d’exclusion. Wanyi ‘au cas où,’ qui signifie littéralement ‘dix mille-un,’ n’est compatible qu’avec jiu, cf. (17)-(18).

(17)

wanyi   you   ren    zhao    Mali,  jiu   qing   ta

si    avoir   personne chercher   Marie jiu   prier   il

Si quelqu’un cherche Marie, demande lui de laisser un message.

     

liu  ge tiao

     

laisser Cl. message

(18)

*wanyi   you   ren    zhao    Mali   cai  qing  ta

si     avoir   personne  chercher   Marie   cai  prier il  
liu  ge tiao

laisser Cl. message

28Le subordonnant zhiyao ‘seulement-vouloir’ = ’si’ qui est formé à partir de zhi, opérateur de restriction ‘seul(ement)’ et du verbe modal yao ‘vouloir’ indique une condition non-exclusive. Il est compatible avec jiu et non pas avec cai, cf. (19)-(20).

(19)

zhiyao        xuxin,   jiu    hui   jinbu

seulement-vouloir   modeste  jiu    pouvoir progresser

Pour peu qu’on soit modeste, on peut faire des progrès.

(20)

*zhiyao         xuxin,   cai  hui   jinbu

seulement-vouloir   modeste  cai  pouvoir progresser

29Zhiyou, en revanche, qui est constitué de zhi ‘seulement’ et du verbe you ‘avoir’ est compatible avec cai, mais ne l’est pas avec jiu, cf. (21)-(22). Une conditionnelle marquée par zhiyou est une conditionnelle exclusive.

(21)

ni zhiyou         haohao  de xuexi,  cai  hui     jinbu

tu seulement-avoir  bon-bon  de étudier cai  pouvoir   progresser

Tu ne pourras faire des progrès que si tu étudies consciencieusement.

(22)

* ni zhiyou      haohao -de  xuexi,    jiu hui    jinbu

tu  seulement-avoir bon-bon -de  étudier jiu pouvoir  progresser

30Ces deux subordonnants admettent en position finale de subordonnée un nom base qui indique le temps shi ‘temps’/’moment’, mais interdisent la présence de de hua ‘si’. Comparez (23)-(24) à (25)-(26) :

(23)

*zhiyao         tianqi  hen  leng  de hua,  Lisi jiu

seulement-vouloir climat  très  froid de parole Lisi jiu

     

qu  tushuguan

     

aller bibliothèque

(24)

zhiyao       tianqi  hen  leng shi,     Lisi jiu

seulement-vouloir climat  très  froid moment   Lisi jiu

Pour peu qu’il fasse/s’il fait froid, Lisi va à la bibliothèque.

     

qu  tushuguan

     

aller bibliothèque

(25)

*zhiyou       tianqi hen  leng de hua, Lisi cai

seulement-avoir   climat très  froid de parole Lisi cai

     

qu    tushuguan

     

aller   bibliothèque

(26)

zhiyou       tianqi hen  leng shi,   Lisi cai

seulement-avoir   climat très  froid moment Lisi cai   

Lisi ne va à la bibliothèque que quand/s’il fait froid.

     

qu   tushuguan

     

aller   bibliothèque

  • 8  Coyaud (1969) n’opère pas cette distinction.

31Au vu de la cooccurrence entre les subordonnants et les bases nominales shi ‘temps’/’moment’, d’une part, et de hua ‘si’, d’autre part, on peut établir une distinction entre condition et hypothèse8. On peut poser que les subordonnées marquées par zhiyao... jiu et zhiyou... cai sont des conditionnelles, tandis que les subordonnées marquées par ru(guo), yao(shi), jiaru, jiashi ‘si’ sont des hypothétiques. Je ne développerai pas ce point ici.

  • 9  Les subordonnées en corrélation avec jiu admettent d’être coordonnées à l’aide d’une coordination (...)

32L’opposition entre les corrélateurs jiu et cai, qui, on vient de le voir, est corrélée à des contraintes distributionnelles claires9, permet aussi d’opposer les subordonnées qui sont dans leurs champs du point de vue de leur rôle informationnel.

33Comme elles occupent la même place en syntaxe, les subordonnées conditionnelles marquées par jiu et celles marquées par cai ont implicitement été considérées comme jouant un rôle informationnel identique (voir, par exemple, Chao (1968), Tai (1989), Tsao (1990), Tang (1990) et Gasde et Paul (1996)). Pour ces auteurs, toutes les conditionnelles occupe(raie)nt en mandarin la place prototypique de topique. En montrant comment elles se différencient lorsque les énoncés dans lesquels elles figurent sont questionnés, je voudrais prouver que les conditions larges relèvent de l’information ancienne : ce sont des topiques. Les conditionnelles restreintes, en revanche, relèvent de l’information nouvelle et contrastive : ce sont des focus.

3. Le statut informationnel des conditionnelles

3.1. Condition large

34La particule interrogative ma dont le point d’incidence est la fin de l’énoncé permet de questionner un énoncé sans qu’on puisse déterminer directement quelle est la portée de la question, comme l’illustre (27). (28) est la contre partie affirmative de (27).

(27)

ruguo tianqi hen leng, Lisi jiu hui   qu  mai    shu  ma ?

si  climat très froid Lisi jiu pouvoir aller acheter livre Int.

Est-ce que s’il fait froid, Lisi ira acheter des livres ?

(28)

ruguo tianqi hen leng, Lisi jiu hui   qu  mai   shu

si   climat très froid Lisi jiu pouvoir aller acheter livre

S’il fait froid, Lisi ira acheter des livres.

35Pour former une question, outre la particule finale ma, le mandarin dispose d’une forme marquée sur le verbe, qui se lit de la façon suivante : Verbe + Négation + Verbe. Ainsi, à (29) correspond l’énoncé (30), dans lequel le verbe est questionné.

(29)

ni lai  ma ?      (30)  ni lai  bu lai ?

tu venir Int.          tu venir Neg. Venir  

Est-ce que tu viens ?        Viens-tu ?

36La variante grammaticale de (27) dans laquelle le verbe est questionné est non pas (31), mais (32). Dans (31) la question est marquée sur la subordonnée ; dans (32) elle est marquée sur la principale. A cette différence syntaxique correspond une différence de portée de la question : dans (32) la principale est dans le champ de la question. C’est donc elle qui porte l’information nouvelle.

(31)

*ruguo tianqi leng bu  leng, Lisi jiu hui   qu  mai  shu ?

si   climat froid Neg. froid Lisi jiu pouvoir aller acheter livre

(32)

ruguo tianqi hen leng, Lisi Ø hui   bu  hui   qu  mai   shu ?

si   climat très froid Lisi Ø pouvoir Neg. pouvoir aller acheter  livre

S’il fait froid, est-ce que Lisi pourra aller acheter des livres ?

37La distribution du corrélateur jiu dans l’énoncé affirmatif (28) et dans la question (32) est à remarquer. Comme jiu précède nécessairement le verbe modal hui ‘pouvoir’ dans (28), on s’attend à ce qu’il figure dans (33), qui est la contre partie interrogative de (28). Or (33) est un énoncé agrammatical. Comme l’illustre (32), seule l’absence de jiu, notée Ø, en position la plus gauche du groupe verbal rend l’énoncé bien formé. Ci-dessous, j’essayerai de proposer une explication du rôle que jiu joue dans les principales.

(33)

*ruguo tianqi hen leng, Lisi jiu hui   bu  hui   qu  mai  shu ?

si   climat très froid Lisi jiu pouvoir Neg. pouvoir aller acheter livre

38Je vais maintenant montrer que les conditionnelles restreintes/nécessaires ne se comportent pas comme les conditionnelles larges lorsqu’elles sont dans le champ de l’interrogation.

3.2. Condition restreinte

39(34) ci-dessous contient, tout comme (27) ci-dessus, la particule interrogative ma. Comme le montre le point d’incidence de l’opérateur de question shi bu shi ‘est-ce ?’ dans (36), c’est la subordonnée ‑ et non pas la principale ‑ qui figure dans le champ de la question. (35) est agrammaticale, contrairement à (36).

(34)

ni zhiyou   caiqu  zhei ge banfa   cai neng   xuehao   ma ?

tu seul(ement) adopter ce  Cl. méthode cai pouvoir étudier-bon Int.

Est-ce que tu ne parviendras à apprendre que si tu adoptes cette méthode ?

(35)

*ni zhiyou    caiqu  zhei ge  banfa   cai neng    bu  neng   xuehao ?

tu seul(ement) adopter ce  Cl.  méthode cai pouvoir Neg. pouvoir étudier-bon

(36)

ni shi bu shi    zhiyou    caiqu  zhei ge banfa   cai neng   xuehao ?

tu être-Neg-être seul(ement) adopter ce  Cl. Méthode cai pouvoir étudier-bon

Est-ce seulement si tu adoptes cette méthode que tu parviendras à apprendre ?

  • 10  Pour plus de détails sur le rôle de shi, voir Teng, 1974.

40On remarquera, d’une part, que cai reste présent dans la principale de (36), contrairement à jiu qui n’apparaît pas dans (32) et, d’autre part, que l’opérateur de question est shi bu shi ‘est-ce ?’ et non pas la question formée sur le verbe de la subordonnée, à savoir caiqu ‘adopter’. La présence de shi ‘être’ est la trace d’un pré-construit10.

41Pour résumer, les exemples (32) et (36) montrent que les conditionnelles larges marquent l’interrogation sur le verbe de la principale, tandis que les conditionnelles restreintes indiquent l’interrogation à l’aide du verbe ‘être’ précédant le verbe de la subordonnée.

3.3. Les restrictions de cooccurrence

42D’autres restrictions distributionnelles corroborent le fait que les conditionnelles larges et les conditionnelles restreintes ne jouent pas le même rôle au niveau informationnel. Les conditions larges, puisqu’elles ne sont pas des assertions, admettent des indéfinis dans la subordonnée, tels shenme ou renhe ‘n’importe’ ‑ ce qui n’est pas le cas des conditions restreintes. Comparez (37) et (38 ) :

(37)

ni yaoshi you    shenme/renhe       hao zhuyi de

tu si   avoir quelconque/quelconque   bon idée  de

Si tu as quelque bonne idée que ce soit, n’oublie pas de m’avertir.

     

hua,  bie  wang-le   gaosu wo

     

parole Neg. oublier-Sfx dire  je

(38)

*ni yaoshi zhidao you shenme/renhe

tu si  savoir avoir quelconque/quelconque

yuyanxue  de shu cai gaosu wo

linguistique de livre cai dire  je

43Je reviens maintenant sur la distribution de jiu dans les conditionnelles dont la principale est une question.

3.4. Le rôle joué par jiu

44Jiu occupe la place d’un adverbe. En syntaxe, c’est l’élément le plus à gauche du groupe verbal, sa portée est donc (la plus) large. En sémantique, sa fonction est anaphorique : il reprend à l’intérieur de la principale, la subordonnée P qui le précède. Jiu indique une dépendance, une relation de cause / consécution qui existe entre P (la subordonnée) et Q (la principale). Une telle analyse permet de comprendre trois caractéristiques distributionnelles de jiu.

45Premièrement, si l’ordre canonique P, Q devient Q, P, alors jiu ne figure plus dans Q puisqu’il n’y a plus de relation d’antécédence, et donc d’anaphore, entre P et Q. La comparaison de (39)-(40) illustre clairement la distribution de jiu.

(39)

ruguo   xia    da   yu,  ta jiu bu  hui   lai

si    descendre grand pluie il jiu  Neg. pouvoir venir   
S’il pleut fort, il ne viendra pas.

(40)

ta (*jiu) bu  hui   lai,  ruguo xia    da   yu

il (jiu)  Neg. pouvoir venir si   descendre grand  pluie

Il ne viendra pas, s’ il pleut fort.  

46Deuxièmement, jiu n’apparaît pas lorsque la principale n’est pas une assertion. Ainsi dans (32), qui est une question ou dans (37), qui contient un impératif. Dans (32), l’information principale réside dans la question : la protase ne sert que de cadre général de référence à la validité à l’énonciation de la question. Comme la question ne porte pas sur la relation de consécutivité entre P et Q, la mention de la trace de surface de cette relation, soit jiu, n’a pas lieu d’être.

47Troisièmement, dans (41) ci-dessous il en va autrement : jiu apparaît, mais, dans ce cas, sa distribution n’est pas celle que l’on attend. D’un côté, jiu n’occupe plus la position la plus à gauche dans le groupe verbal ; de l’autre, il entre, de façon préférentielle, mais non obligatoire, en concurrence avec la particule finale ne. Jiu figure sous le verbe modal, et donc se trouve dans la portée de celui-ci, comme l’illustre (41).

(41)

ruguo tianqi hen leng, ni hui   bu  hui   jiu chuan qunzi (ne) ?

si   climat très froid tu pouvoir Neg. pouvoir jiu porter jupe (Int.)

S’il fait/faisait froid, porterais-tu une jupe ?

  • 11  Dans Paris (1981: 416), je considère que « ne oriente l’énoncé vers sa dénégation possible ».

48L’énonciation de (41) suppose un pré-construit, par exemple, une association par le locuteur d’une relation de causalité / consécution entre le froid avec le port d’un vêtement long ou chaud. Dans (41) l’énonciateur demande à son interlocuteur si l’association du froid avec le port d’une jupe (relation de causalité/consécution dont il se distance) sera validée. Le marquage en surface de la distanciation du locuteur par rapport à son énonciation est double. D’une part, jiu figure dans le champ du verbe modal hui ‘pouvoir’, d’autre part, la particule finale ne prend en charge cette distanciation11. Comme on a affaire à une question à propos d’une conditionnelle, il est naturel que jiu figure nécessairement en surface, puisque son rôle discursif est d’indiquer la relation entre P et Q. La traduction par un verbe au conditionnel dans la principale en français essaye de rendre la cooccurrence de jiu et de ne en chinois. Dans (32), contrairement à (41), la protase est comme indépendante de l’acte de question qui la suit.

49Je voudrais maintenant décrire une relation de condition marquée au niveau modal. Il s’agit de la contrefactualité.

4. Les contrefactuelles

50Comme on le sait, en français ou en anglais, la relation de contrefactualité est prise en charge en surface par, d’un côté, les types de temps et la concordance des temps entre protase et apodose et, de l’autre, le cas échéant, par la présence d’une négation, comme le montre le contraste d’interprétation entre (42) et (43).

(42)

Si tu ne m’avais pas aidé, je n’aurais pas pu finir à temps.

(43)

Si tu ne m’aidais pas, je ne pouvais pas finir à temps.

51Comme le mandarin ne possède pas de marqueurs correspondant à des temps en français, on s’attend à ce que la contrefactualité soit indiquée non pas par les verbes eux-mêmes mais par des marqueurs dépendant des verbes. Ainsi trouve-t-on, d’un côté, la présence d’anaphore temporelle de référence passée, ou, de l’autre, la présence de la négation. La présence d’un adverbe anaphorique du passé comme dangshi ‘à ce moment là’/’alors’ rend l’indication d’accompli sur le verbe superflue, comme le prouvent (44) et (45). L’absence du suffixe -le sur le verbe de la subordonnée est grammaticale.

(44)

ni dangshi yaoshi tichulai-le,     ta hui    gei   ni

tu alors   si   mentionner-Sfx.   il pouvoir   donner tu

Si tu l’avais mentionné à ce moment là, il aurait pu signer pour toi.

     

qian    zi    de

     

signer   caractère de  

(45)

ni dangshi yaoshi   tichulai-ø,     ta hui     gei   ni

tu alors   si     mentionner-ø    il pouvoir   donner tu

Si tu l’avais mentionné à ce moment là, il aurait pu signer pour toi.

     

qian    zi    de

     

signer   caractère de

52Dans (46) la présence de la négation de l’accompli mei indique la contrefactualité.

(46)

ni yaoshi mei  bang wo de mang, wo jiu bu  neng

tu si   Neg. aider je  de pressé je  jiu  Neg. Pouvoir  

Si tu ne m’avais pas aidé, je n’aurais pas pu finir ce travail à temps.

     

anshi  wancheng zhei jian gongzuo

     

à temps finir    ce  Cl.  Travail

53Comme l’a montré Eifring (1988, 1995), la conjonction yaobushi marque de façon univoque la contrefactualité en chinois contemporain. Yaobushi, formée à partir du verbe modal yao ‘vouloir’ suivi de la négation (non-accomplie) bu, elle-même suivie du verbe shi ‘être’. De façon plus générale, lorsque la négation bu shi ‘ne pas être’ a un champ large et, donc, figure dans une position plus à gauche que la négation du groupe verbal, on a affaire à une contrefactuelle. (47) et (48) ci-dessous, qui sont empruntés à Eifring (1995), entretiennent une relation de paraphrase. Dans (47), qui est ambigu entre une interprétation hypothétique et une interprétation contrefactuelle, la négation mei you ‘ne pas avoir’ figure dans le groupe verbal : elle a un champ étroit. Dans (48), qui n’est pas ambigu, la négation bu shi figure à gauche de la proposition subordonnée (tout en étant dans le champ du marqueur d’hypothèse ruguo ‘si’) : elle a un champ large. L’interprétation ne peut être que contrefactuelle.

(47)

ruguo Ge Rixin mei  you  gaosu ta, ta hai  bu

si  Ge Rixin Neg. avoir dire  il il encore Neg.

Si Ge Rixin ne lui a pas dit, il ne sait pas encore qu’ils
Si Ge Rixin ne lui avait pas dit, il ne saurait pas encore

     

zhidao yijing jinru-le  xiaoqu

     

savoir  déjà  entrer-Sfx. Campus

sont entrés dans le campus.
qu’ils sont entrés dans le campus.

(48)

ruguo bu  shi  Ge Rixin gaosu ta, ta hai  bu

si  Neg. être Ge Rexin dire  il il encore Neg.

Si Ge Rixin ne lui avait pas dit, il ne saurait pas encore

      

zhidao yijing jinru-le  xiaoqu

      

savoir déjà  entrer-Sfx. Campus  

qu’ils sont entrés dans le campus.

54Lorsque la principale n’est pas une assertion, la contrefactualité peut être marquée par la négation de l’existence et du passé mei you ‘ne pas avoir’. Cette négation, tout comme la négation de l’essence et du futur bu shi, a un champ large et, donc, apparaît dans la position la plus à gauche de la subordonnée, cf. (49).

(49)

mei  you  ta gei   ni qian,  ni bu  dei  ai  e ?

Neg. avoir il donner tu argent tu Neg. devoir subir faim

S’il ne t’avait pas donné d’argent, n’aurais-tu pas connu la faim ?

  • 12  Cette particule de n’est autre que le marqueur de nominalisation attesté dans (2) ci-dessus, cf. P (...)

55Les correspondants des oppositions temporelles (que l’on trouve dans les langues indo-européennes) entre hypothétiques et contrefactuelles apparaissent en chinois sous la forme de négations et de particules finales modales différentes. Dans (50)-(51), la particule finale d’assertion de12 s’oppose à le et à ø, qui figurent dans (52)-(53). Mei s’oppose à bu dans (50) par rapport (51)-(53). Il faut noter, en passant, que dans une hypothétique le point d’incidence de la négation ne peut être que le groupe verbal, alors que dans une contrefactuelle ce point d’incidence peut être soit le groupe verbal, soit toute la conditionnelle. A point d’incidence différent correspond une négation différente. Mei précède le verbe de la subordonnée dans (47)/(50). Dans (48)/(51) bu shi figure en tête de la subordonnée.

     

ruguo tamen mei zhao-dao    nei tiao hu, shi bu

     

si   ils   Neg. chercher-arriver ce Cl. lac être Neg.

S’ils n’avaient pas trouvé ce lac, ils n’auraient pas survécu.

     

hui   huo-xialai   de

     

pouvoir vivre-continuer de

(51)

yaobushi tamen zhao-dao    nei tiao hu le,  shi

si    ils   chercher-arriver ce Cl. lac P.F. être

S’ils n’avaient pas trouvé ce lac, ils n’auraient pas survécu.

     

bu  hui   huo-xialai   de

     

Neg. pouvoir vivre-continuer de

(52)

ruguo tamen zhao-bu-dao     nei tiao hu, jiu

si   ils  chercher-Neg.-arriver ce  Cl. lac jiu

S’ils ne trouvent pas ce lac, ils ne survivront pas.

      

bu  hui   huo-xialai   ø

      

Neg. pouvoir vivre-continuer ø

(53)

ruguo tamen zhao-bu-dao     nei tiao hu, jiu

si   ils  chercher-Neg.-arriver ce Cl. lac jiu

S’ils ne trouvaient pas ce lac, ils ne survivraient pas.

      

bu  hui   huo-xialai   le

      

Neg. pouvoirvivre-continuer P.F.

56Dans (50)-(51) les subordonnées prennent en charge l’opposition sémantique entre hypothèse et contrefactuelle. Dans (52)-(53), les subordonnées sont identiques, mais l’absence ou la présence de particule finale dans les principales équivalent à l’indication de repères temporels différents en français.

Conclusion

57Dans cette recherche j’ai essayé d’esquisser quelques grandes oppositions qui, en chinois contemporain, traversent les relations de subordination en général et, plus particulièrement les relations de condition. Il s’agit des oppositions entre :

  • condition et hypothèse,

  • condition large et condition restreinte,

  • condition nécessaire et condition suffisante,

  • conditionnelles en jiu par rapport à celles en cai du point de vue modal et informationnel,

  • condition et contrefactualité.

Haut de page

Bibliographie

CHAO, Y. (1968), A Grammar of spoken Chinese, University of California Press, Berkeley.

COYAUD, M. (1969), « Les phrases hypothétiques en chinois contemporain. Problèmes de méthode », Word, 25, pp. 87-103.

EIFING, H. (1988), « The Chinese counterfactual », Journal of Chinese Linguistics, 16, pp. 193-218.

EIFING, H. (1995), Clause Combination in Chinese, Leiden, Brill.

GASDE, H.-D. et PAUL, W. (1996), « Functional categories, topic prominence, and complex sentences in Mandarin Chinese », Linguistics, 34, pp. 263-294.

HAIMAN, J. (1974), « Concessives, conditionals and verbs of volition », Foundations of Language, 11, pp. 342-360.

HUANG, Sh. (1981), « On the scope phenomena of Chinese quantifiers », Journal of Chinese Linguistics, 9.2, pp. 226-243.

MA, Z. (1994), Petite grammaire pratique du chinois. [Jianming shiyong hanyu yufa], B. Niederer, trad., Paris, Peeters.

PARIS, M.-C. (1979), Nominalization in Mandarin Chinese. The Morpheme de and the shi... de Construction, Paris 7 University, Département de Recherches Linguistiques.

PARIS, M.C. (1983), « Marqueurs et corrélateurs hypothétiques en mandarin », Verbum, VI. 3, pp. 327-342.

PARIS, M.-C. et TAMBA, I. (1984), « Quelques aspects de la concession en chinois et en japonais », in P. VALENTIN (ed), Linguistica Palatina Colloquia I, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, pp. 163-180.

TAI, J. H.-Y. (1989), « Toward a cognition-based functional grammar of Chinese », in J. TAI et F. HSUEH (eds), Functionalism and Chinese Grammar, Seton Hall, Monograph Series, Journal of the Chinese Language Teachers’ Association, pp. 187-226.

TANG, J. (1990), Chinese Phrase Structure and the extended X’ Theory, Cornell University, Thèse de Ph. D.

TENG, S. (1974), « Negation in Chinese », Journal of Chinese Linguistics, 2, pp. 125-140.

TSAO, F. (1990), Sentence and Clause Structure in Chinese: A Functional Perspective, Taipei, Student Book Co.

Haut de page

Notes

1  Les abréviations utilisées sont les suivantes : Cl. : Classificateur ; Int. : Interrogation ; Neg. : Négation ; P.F. : Particule Finale ; Sfx : Suffixe.

2  Voir, par exemple, Ma, 1994.

3  Les chiffres 2 et 4 après ji renvoient au deuxième et au quatrième tons, respectivement.

4  Voir Haiman, 1974.

5  Pour plus de détails sur la relation entre ordre des quantificateurs et leur portée, voir Huang (1981). Un autre test distributionnel permet d’opposer (7) et (8a)-(8b). Lorsque yao fonctionne comme verbe modal, il ne commute pas avec yaoshi ‘si’. Dans (8a)-(8b), en revanche, yao et yaoshi alternent.

6  Pour plus de détails, voir Paris et Tamba, 1984.

7  L’opposition ‘large’ / ’restreint’ me semble mieux décrire les relations marquées par les corrélateurs jiu et cai que l’opposition ‘suffisante’/’nécessaire’, proposée dans Paris, 1983. Les conjonctions zhiyao/zhiyou relèvent de cette dernière opposition.

8  Coyaud (1969) n’opère pas cette distinction.

9  Les subordonnées en corrélation avec jiu admettent d’être coordonnées à l’aide d’une coordination de propositions, c’est-à-dire une coordination externe, cf. (i) :
(i) ruguo xia             yu     erqie/bingqie ruguo wo de pengyou
si       descendre  pluie  et/et              si           je   de ami        
S’il pleut et si mon ami vient, je ne te téléphonerai pas.
lai,     wo jiu  bu      gei       ni  da      dianhua
venir  je   jiu  Neg.  donner tu  battre  téléphone
Les subordonnées en corrélation avec cai interdisent, par définition, la coordination externe, puisqu’elles indiquent une condition unique. Elles n’admettent qu’une coordination interne, c’est-à-dire au niveau des constituants de la proposition, par exemple, le groupe verbal. Comparez (ii) et (iii).
(ii): * zhiyou      Mali   gei         wo  yi  kuai  tang       bingqie
 seu(lement) Marie donner  je    un Cl.   bonbon   et        
*Seulement si Marie me donne un bonbon et seulement.
 zhiyou          Lisi  qinqin       wo,   wo  cai   zou
 seul(ement)  Lisi  embrasser  je      je   cai   partir
 si Lisi m’embrasse, je partirai
zhiyou           Mali      gei         wo   yi     kuai   tang         bingqie
        seul(ement)   Marie   donner  je      un    Cl.      bonbon   et        
        Je ne partirai que si Marie me donne un bonbon et m’embrasse.
        qinqin          wo,   wo   cai   zou
        embrasser    je       je    cai    partir
Dans (ii), bingqie ‘et’ coordonne des propositions ; dans (iii) bingqie ‘et’ coordonne des groupes verbaux.

10  Pour plus de détails sur le rôle de shi, voir Teng, 1974.

11  Dans Paris (1981: 416), je considère que « ne oriente l’énoncé vers sa dénégation possible ».

12  Cette particule de n’est autre que le marqueur de nominalisation attesté dans (2) ci-dessus, cf. Paris, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Paris, « Condition et conditionnelles en chinois contemporain », Linx, 41 | 1999, 119-135.

Référence électronique

Marie-Claude Paris, « Condition et conditionnelles en chinois contemporain », Linx [En ligne], 41 | 1999, mis en ligne le 27 août 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://linx.revues.org/791 ; DOI : 10.4000/linx.791

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Paris

Université Paris 7 D.R.L.
Université Paris 7
2, place Jussieu
75005 - Paris
mcparis@ccr.jussieu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org