Navigation – Plan du site

Morphosyntaxe de la diathèse moyenne (médio-passive) en grec contemporain

Georges Drettas
p. 95-106

Texte intégral

Du passif au moyen : question de terminologie

1Dans toutes les grandes langues servant de vecteur à la linguistique moderne, soit en allemand, français, anglais et russe, on trouve le terme de passif qui sert à désigner habituellement un paradigme de formes verbales particulières, opposées à une série « active » correspondante. Ce groupe de verbes a été souvent associé à des constructions spécifiques, des formes syntaxiques dont la traduction serait en anglais, français ou allemand, une phrase passive telle qu’elle existe effectivement dans la grammaire de ces langues.

2En fait, l’étiquette de passif recouvrait des réalités bien différentes d’une langue à l’autre. Mais enfin le discours de la linguistique naissante a fini par se cristalliser en une tradition terminologique utilisée aussi bien en grammaire comparée que dans les ouvrages décrivant en synchronie une variété particulière. C’est ainsi que, dans les langues les plus diverses, des formes ou des formules syntaxiques hétérogènes ont été qualifiées de « passives », pour peu que le sujet grammatical et l’Agent ne coïncident pas. Cette confusion apparente des mots et des choses pourrait devoir mériter notre indulgence, dans la mesure où elle reflète un passé révolu, inscrit en quelque sorte dans une trajectoire historique dont l’aboutissement ne serait que positif.

3Dans la phase contemporaine de la linguistique, les pratiques descriptives issues de la grammaire générative ont entretenu le flou hérité de la notion de passif, dans la mesure où l’on en trouvait à peu près partout, à l’instar d’autres phénomènes, comme les structures relatives, par exemple. Dans ce climat où se mêlaient innovation radicale et tradition, nombre de descriptions manifestaient la tendance à trouver partout du « passif », ce qui a eu pour effet de marginaliser les phénomènes de moyen. Cette question complexe exigerait de longs développements, aussi se contentera-t-on de faire l’hypothèse que la difficulté à reconnaître l’originalité de certaines structures non actives reflète l’importance accordée au rapport de la Subjectalité syntaxique à l’Agentivité sémantique.

4Cette sorte de grisaille descriptive va se voir enfin dissipée par l’ouvrage de Suzanne Kemmer The Middle Voice, publié en 1993 dans la série prestigieuse des Typological Studies de J. Benjamin. Il convient de souligner ce fait, car le travail de S. Kemmer est tout aussi important par la conjoncture dans laquelle il a paru que par son contenu intrinsèque. Des travaux consacrés au moyen existaient déjà ici ou là, mais aucun n’avait pu atteindre à la notoriété que garantissait le type de publication évoqué. Il semble bien que l’événement reflète deux choses. C’est, d’une part, la fécondité de la pratique typologique, qui a permis de réunir les linguistes des divers courants et écoles autour de problèmes communs. D’autre part, la linguistique se trouve dans un moment historique où des révisions théoriques se produisent sous la pression des données qui s’accumulaient lentement depuis la fin des années 60. Ainsi nombre d’idées reçues et de blocages devront être abandonnés, et cela même dans les groupes les plus dogmatiques.

5La démarche de S. Kemmer fait la part égale aux traits formels, c’est-à-dire à l’existence, dans un système donné, de ce qu’elle appelle les Middle Markers « les marqueurs de la voix moyenne », et à la composante sémantique qui, selon elle, exerce une pression sur l’ensemble des structures. De ce point de vue, elle concentre son attention sur l’affinité ou la différence des marqueurs de la voix moyenne et des marqueurs de réfléchi, par rapport à la transitivité (comme, par exemple, en français : 1) « je me lave les cheveux », 2) « je lave mes cheveux »). Elle propose également une esquisse d’inventaire des termes qui ont vocation à constituer des formes moyennes dans les langues où la voie existe – par exemple, les verbes désignant les « soins du corps » (grooming), les opérations de pensée (cognitive verbs), les postures ou déplacements, etc.

6Certes, les données factuelles du livre de S. Kemmer sont un peu limitées, mais cela ne diminue en rien l’intérêt de sa tentative. Le dossier de la diathèse moyenne en typologie a été mis en valeur et il convient de le compléter par les données du plus grand nombre de langues possible.

Le médio-passif en grec

7La langue grecque se prête particulièrement bien à illustrer le dossier en question. En effet, l’existence d’une diathèse moyenne est attestée dès le grec ancien. Relevons au passage que le phénomène est à l’origine de la terminologie actuelle. La « voix moyenne », μɛ́σƞ φωʋƞ́, servait à qualifier des formes verbales conçues comme intermédiaires entre l’actif et le passif. Le terme diathèse, emprunté au grec δɩάθεσɩς litt. « disposition, état, situation », renvoie, lui, à un trait caractéristique du système grec, à savoir que certains verbes de forme « active » ont en réalité un sens moyen ou passif. On voit ainsi affleurer le rôle crucial de la sémantique dès qu’apparaît une terminologie pré-linguistique.

8Il convient de préciser que les caractéristiques de la diathèse moyenne présentes dans le système verbal grec tout au long de son histoire, sont attestées, avec quelques différences, dans l’arménien et l’albanais. De ce point de vue, les trois langues constituent un groupe à part de l’ensemble indo-européen. Le grec nous servira ici de prototype factuel illustrant la question du moyen. Comme point de départ à la mise en place des faits on s’inspirera bien sûr du remarquable exposé de J. Humbert (1982) qui, assez curieusement, est absent des références de S. Kemmer. En grec ancien, à des verbes actifs en -o (-ω, -ω̂), transitifs, peuvent correspondre des verbes en -me (-μαɩ) qui seront, selon les cas, transitifs ou intransitifs. Ainsi, pour reprendre l’exemple canonique, nous avons le verbe λούω « je lave », actif, et son partenaire moyen λούομαɩ « je me lave ». Syntaxiquement, les deux formes fonctionnent de la même façon :

1) λούω τὸʋ ḯπποʋ

2) λούομαɩ τὸʋ ḯπποʋ

« je lave le cheval » ;

« je lave le cheval (pour moi),
je lave mon cheval ».

9On sait que pour J. Humbert, le verbe actif transitif correspondait à un pôle objectif qui s’opposait au subjectif que représentait le verbe moyen transitif. On constate que la suppression du deuxième actant de la construction moyenne aboutit à une formule de réfléchi : λούομαɩ « je me lave ».

10Pour J. Humbert, le sens « réfléchi » n’est pas essentiel, en grec ancien du moins, et il serait déterminé par la traduction en français. D’autres perspectives, comme celle de S. Kemmer ou, pour le grec moderne, de Sophia Vassilaki, considèrent au contraire que le réfléchi est au cœur de la diathèse moyenne (v. G. Drettas, 1997).

11Avant de clore ce bref examen, rappelons que le syntagme verbal moyen peut se voir adjoindre, sous forme de circonstant, un terme représentant un instrument, une cause ou une modalité. Ces éléments contribuent souvent à l’interprétation passive de la construction ainsi formée. Ce phénomène, sur lequel nous reviendrons, est à l’origine de l’étiquette ‘médio-passif’ appliquée par certains descripteurs (A. Mirambel, par exemple) à l’ensemble des verbes moyens. Ce que nous pouvons retenir dès à présent des faits évoqués, c’est que la notion de moyen ne représente pas un retournement de la transitivité, comme dans le passif du français ou de l’anglais, mais qu’il marque un intéressement du terme subjectal au processus dénoté par le lexème verbal. Les conditions formelles et sémantiques de la diathèse moyenne présentent une stabilité remarquable tout au long de l’histoire millénaire de la langue.

Le moyen dans l’ensemble grec moderne

12Du point de vue strictement linguistique, le grec moderne constitue un ensemble dialectal fondé en diachronie. Les structures caractéristiques de l’ensemble déterminent ce que nous pouvons appeler le diasystème grec. Précisons qu’un groupe de dialectes particuliers (Iles Ioniennes, Péloponnèse, Smyrne, Constantinople) ont servi de base à la langue littéraire moderne, appelée dhimotikí. La littéralité s’est exprimée également par des variantes plus ou moins archaïsantes. Cet ensemble de variétés est désigné par le terme de katharévusa ou langue puriste.

13Comme le grec ancien, le grec moderne est une langue où l’opposition verbo-nominale est très nette. Aucune prédication ne peut se réaliser sans la présence d’un syntagme verbal au moins.

14Le système verbal est dominé par l’opposition aspectuelle fondamentale perfectif/imperfectif (v. G. Drettas, 1997). Outre cette catégorie centrale, il connaît une opposition de diathèse actif/moyen ou médio-passif. Avant d’en examiner la réalité morphologique, il convient de préciser que la diathèse existe dans tous les dialectes. Il s’agit donc d’un trait définitoire du diasystème grec.

15Pour étiquetter le verbe, on utilise par convention la première personne singulier du non-passé. Cette forme imperfective est par commodité appelée ‘présent’. Théoriquement, à un verbe « actif » en -o correspond un verbe moyen en -me. Exemples :

V actif

V moyen

1) dhimotikí :

sko’tono

sko’tonome

" " je tue"

"je me tue, je me fais tuer, je suis tué""

si’kono

si’konome

"je lève, je soulève""

"je me lève"

va’rino

va’rjeme, va’rinome

""je pèse"

"je suis las, fatiqué, importuné ; je m’ennuie"

2) pontique :

sko’tono

sko’tume

""je tue"

"je me tue, je me fais tuer,
on me tue, je suis tué"

fu’rkizo

fu’rki(γ)ume

"j’étrangle , je noie"

"je m’’étrangle, je me noie ; je me fais étrangler, noyer ; je suis étranglé, noyé".

xte’nizo

xte’ni(γ)ume

"je peigne"

"je me peigne, je me fais peigner"

16La liste est loin d’être limitative et seul le thesaurus de la langue ou de chaque dialecte pourrait nous en livrer l’inventaire complet.

17Il existe également, à côté de ces paires, des verbes, souvent fréquents, qui sont de forme active mais de sens moyen. Exemples (dhimotiki) :

∂i’psao

« j’ai soif » ;

po’no

« j’ai mal ;

pi’nao

« j’ai faim » ;

’njoɵo

« je sens, je ressens,

pe’ɵeno

« je meurs » ;

je comprends » ; etc.

18Ce fait relève d’un diasystème, même si d’un dialecte à l’autre une même base verbale peut être de forme moyenne ou active.

19Dans certains cas, le présent (i.e. non-passé, imperfectif) est de forme non moyenne, mais l’aoriste (i.e. perfectif) est typiquement moyen, comme par exemple le verbe de position « se tenir debout » :

présent actif :

aoriste moyen :

’steko

’staθika (en pontique : e’staθa)

« je me tiens, je reste (en position), je m’arrête »

« je me suis arrêté, tenu, resté (en position) »

20De façon en quelque sorte complémentaire de cet ensemble, nous avons, là encore dans tous les dialectes, des bases verbales qui sont exclusivement de forme moyenne, sans actif correspondant. Exemples :

En dhimotikí :

En pontique :

oni’revome

’∫erume

« je rêve »

« je me rejouis, je suis content »

’skeftome

’sepume

« je pense, je réfléchis »

« je pourris »

’erxome

’erxume

« je viens »

« je viens

’jinome

’inume

« je deviens »

« je deviens »

etc.

etc.

21On remarquera, conformement à ce que nous avons dit plus haut, que :

  • le moyen ’kaɵome (en pontique : ’kaɵume) possède un correspondant actif, ka’qizo « j’asseois qqn », qui est en fait un factitif.

  • Pour la notion de « penser, réfléchir », le verbe, en pontique, est nu’nizo « je réfléchis », de forme originellement factitive (suffixe -z-), mais intransitif.

22On voit que la diathèse moyenne se réalise dans une hétérogénéité formelle composée en fait de trois ensembles :

a) Les couples d’opposition verbe actif / verbe moyen ;

b) Les verbes morphologiquement actifs qui possèdent les propriétés syntaxiques et sémantiques des formes moyennes ;

c) Les verbes moyens isolés, que l’on a appelés traditionnellement des déponents.

23Il semble difficile de parler d’un marqueur unique de la diathèse. Ce sont les règles de la composante lexicale qui permettent d’assigner tel ou tel lexème verbal à la classe des moyens. En fait, la cohérence de l’ensemble est assurée par la composante sémantique. Celle-ci opère selon plusieurs dimensions qui combinent ce que l’on pourrait considérer comme des traits de base : le sens du lexème verbal produit par sa matrice sémantique, l’effet du jeu aspecto-modal, les relations actancielles et la qualité du ou des actants présents.

24Certains traits sémantiques déterminent des groupes d’items tout à fait caractéristiques. Certes, ces groupes ne sont pas prédictibles, mais l’ordre de probabilité est tout à fait considérable. Ainsi, les quelques exemples que nous venons de présenter montrent que l’on retouve dans nos dialectes les groupes inventoriés par S. Kemmer. Nous avons des verbes se référant aux « soins du corps », des verbes de motions et de situation dans l’espace, des verbes dénotant les activités mentales et/ou cognitives, des verbes de comportement social, etc.

25Le trait fondamental qui pourrait unifier ces domaines des pratiques humaines serait celui d’autopathie (v. G. Drettas, 1997). Le terme formé à partir du grec ne relève pas de la coquetterie néologique, mais entend mettre en relief le lien de l’orientation moyenne avec le pathos (πάɵος), qui signifie, en grec, une affectivité violente, la « passion », ou une douleur ressentie par le sujet de l’énonciation, ce qu’il subit de la part d’une cause ou d’un agent extérieur. Il s’agit d’éviter la notion de affectedness qui ne s’applique qu’à certains cas et que l’on ne peut généraliser sans arbitraire.

26On fera l’hypothèse que l’autopathie implique le plus souvent une situation référentielle où le corps propre de l’énonciateur est affecté en tant que lieu d’un processus ou d’un état. L’emprunt d’un terme psychanalytique est volontaire, car il présente l’avantage d’évoquer des représentations produites par les instances de l’imaginaire et du symbolique. Cet aspect permet peut-être de formuler un début d’explication aux effets sémantiques dérivés de l’ensemble des moyens. Considérée du point de vue des rôles sémantiques, on voit que la forme moyenne manifeste une congruence entre l’Agent et le Patient. Assez souvent, la congruence s’établit entre l’Agent et le Bénéficiaire/Expérient. C’est ce denier cas qu’évoque l’interprétation de J. Humbert (1982, § sq.).

27Les caractéristiques sémantiques signalées semblent bien appartenir à tous les systèmes de voix ou de diathèse moyenne ; la proposition doit être vérifiée par un inventaire descriptif du plus grand nombre de langue possible. Dans ce dossier, les originalités propres à chaque langue méritent une attention au moins égale à celle que l’on consacre aux universaux potentiels, et de ce point de vue le grec présente des phénomènes tout à fait remarquables.

Fonctionnement des formes moyennes

28Il convient de se pencher sur les formules actancielles que les différents groupes de verbes manifestent.

1. Verbes de sens moyen, mais de forme non-moyenne

29a) Le verbe pe’ɵeno « je meurs », que l’on devrait traduire plus précisément par « je me meurs », est le plus souvent intransitif, à l’instar des verbes de sensation, ∂i’psao « j’ai soif », pi’nao « j’ai faim », etc. Cela dit, on peut ajouter un actant au verbe « mourir » et le sens devient factitif :

30pe’ɵeno ’kapjon « je fais mourir, quelqu’un ». Autre exemple :

’a’ftos1 me- ’pe ɵane2 me3 - ta- ’loja.tu4 #

1: déict. anaph. 3p. sing. masc. nomin. 2/ V « mokurir » 3p. sing. aor. + obj. 1p. sing. 3/ relat. comit. « avec ». 4/ art. + N « parole »neut. plur. + possess. 3p. sing. masc.

« Lui, il m’a fait mourir ( = il m’a tué) avec ses paroles »

31b) Verbe a’niγo « j’ouvre » :

1)

’aniksa1 tin- ’porta2 #

1/ V « ouvrir », 1p. sing. aor. 2/ art. + N « porte » fém.. sing. acc.

« j’ai ouvert la porte »

2)

i- ’porta1 a’niji2 ’efkola3 #

1/ art. + N « porte » fém. nomin. sing. 2/ V « ouvrir », 3p. sing. prés. 3/ « N adj. « facile » neut. plur.

« La porte s’ouvre facilement »

3)

i- ’porta1 ’anikse2 ’moni -tis3 #

1/ « la porte », nomin. sing. 2/ V « ouvrir », 3p. sing. aor. 3/ N adj. « seul » fém. sing.

nomin. + poss. 3p. fém. sing.

« La porte s’est ouverte toute seule ».

32Cet exemple montre que le verbe transitif, avec objet obligatoire à l’aspect perfectif (aoriste ou parfait périphrastique), passe à la diathèse moyenne par la réduction d’un actant. D’une certaine façon, nous avons là le symétrique du cas précédent.

2. Paires V non-moyen (actif) / V moyen

a)

’leγo

’leγome

« je dis ; j’appelle »

« je suis dit, on me dit, on peut me dire ; je m’appelle, on m’appelle »

33Exemples :

1)

me- ’len1 ’kosta2 #

1/ Npers. 1p.sing. acc. + V « dire » 3p. plur. prés. 2/N »Kostas » masc. sing. acc.

« on m’appelle (litt. ils m’appellent) Kostas »

2)

’leγome1 ’kostas2 #

1/ V moyen « dire » 3p. plur. prés. 2/N »Kostas » masc. sing. nomin.

« je m’appelle Kostas »

34Ce verbe excessivement fréquent permet de soulever un problème de la combinatoire qui n’est pas prédictible. L’aspect perfectif du moyen, par exemple l’aoriste, n’est pas employé à la première personne *i’poɵika. On peut avoir, par contre, la forme de la troisième personne, qui implique une non définitude de l’actant. Exemples :

présent moyen

aoriste moyen

3p. sing.

’leγete ’oti...

i’poɵike kj- a’fto

« on dit que… »

« on a dit ça aussi »

3p. plur.

’leγonte po’la

’ola i’poɵikan

« on dit beaucoup (de choses) ».

« tout a été dit ( = on a tout dit) ».

35Au verbe mi’lo « je parle » correspond une forme moyenne intransitive, mi’ljeme « on me parle, on peut me parler, je suis parlée (s’agissant d’une langue) », qui peut marquer une relation d’allilopathie. Exemples :

1)

i- pontia’ki1 ’γlosa2 ’mi’ljete3 ke4 ’simera5 #

1/ art. + Nadj. »pontique », fém. sing. nomin. 2/ N « langue » fém. sing. nomin. 3/V moyen « parler » 3p. sing. prés. 4/ coord. « et ». 5/ temp. « aujourd’hui »

« La langue pontique est parlée (on la parle) encore aujourd’hui »

2)

mili’ɵikame1 me2 ta- pe’∂ja3 #

1/ V moyen « parler » 1p. plur aor. .2/ relat. comit. « avec » 3/ art. + N « enfant, garçon, jeune personne », neut. sing.

« Nous nous sommes parlés avec les enfants »

36Ces exemples nous permettent de rappeler que les paradigmes de conjugaison figurant dans les grammaires de référence ne doivent pas faire illusion ; nombre de formes théoriques ne sont presque jamais employées.

37Le moyen ’troγome (de ’troγo « je mange », aor. ’efa γa) signifie, à l’imperfectif, deux choses : 1) « je me dispute avec qqn (allilopathie+) » ; 2) »je suis mangé, on me mange ; je suis mangeable, on peut me manger ». Le premier sens est produit quand l’actant représente un humain. Le deuxième correspond à un référent consommable (c’est le cas aussi pour le moyen du verbe « boire », etc.). Il est assez fréquent que la forme moyenne réalise une prédication qualitative, marquant la prédisposition de l’actant à participer comme objet au processus dénoté par le verbe.

38L’aspect perfectif modifie le sens. Ainsi l’aoriste moyen fa’γoɵika signifie « je suis rongé, usé » avec la valeur d’état résultant, comme le parfait du grec ancien. Notons que cette valeur est exrêmement fréquente avec les aoristes moyens mono-actanciels. Exemple : V ku’razo « je fatigue qqn » – moyen ku’razome « je me fatigue », aoriste ku’rastika « je suis fatigué (au moment où je parle) ».

39Dans la paire ’kle γo « je pleure » – ’kle γome « je me lamente », la forme moyen marque une intensification du procès. Il faudrait traduire par « je me couvre de pleurs ».

40On doit remarquer, à cette étape de notre examen, que les verbes moyens transitifs présentent une stabilité sémantique évidente, tant du point de vue des actants que du point de vue de l’aspect. Exemples :

1. onire’vomastan1 ti- lefte’rja2 e’kini3 #

1/ V moyen « rêver » 1p. plur. impft. 2/ art. + N « liberté » fém. sing. acc. 3/ déict. anaph. prox.-, fém. sing. acc.

« Nous rêvions de cette liberté-là »

2. e’xtes1 ton- ’pa’tera -mu2 ton- oni’reftika3 #

1/ temp. « hier ». 2/ art. + N « père » masc. sing. acc. +possess. 1p. sing. 3/obj. 3p. sing. + 1/ V moyen « rêver » 1p. sing. aor.

« Hier, je l’ai vu en rêve, mon père »

3. e’γo1 oni’revome2 ’spania3 #

1/ N pers. « moi » nomin. 2/ V moyen « rêver » 1p. sing. prés. 3/ N adj. « rare » neut. plur.

« moi, je rêve rarement »

4. i- ’filips1 enki’ate2 ti- siske’vi3 a’fti4 ja5 ’ena6 ’etos7 #

1/ art. + N « Philips » fém. sing. nomin. 2/ V moyen « garantir » 3p. sing. prés. 3/ art. + N « appareil » fém. sing. acc. 4/ déict. anaph. déix.- 3/+4/ = « cet appareil ». 5/ relat. « pour ». 6/numér. « un » neut. 7/ N « an » neut. sing.

« Philips garantit cet appareil pour un an »

41Remarquons que le verbe à l’aspect imperfectif (i.e. présent ou imparfait) est soit transitif, soit intransitif. Par exemple, ’skeftome signifie « je pense, je réfléchis en général ou habituellement » ou, avec un objet, « je pense (à) qqn ou qqch. ». À l’aspect perfectif (i.e. aoriste, parfait), la transitivité n’est plus optionnelle et l’objet est obligatoire. Exemples :

5.

’kati1 ’skeftika2 ’simera3 #

1/ N pers. « moi » nomin. 2/ V moyen « rêver » 1p. sing. prés. 3/ N adj. « rare » neut. plur.

« aujourd’hui j’ai pensé à quelque chose »

42En pontique :

γo’mono

-

γo’mume,

aor. :

eγo’moɵa

« je remplis

« je me remplis, je suis remplis(sable)

« je me suis remplis, on m’a remplis »

6.

eγo’moɵamen1 ’’ftiras2 # 1/ V moyen « se remplir » 1p. plur. aor. 3/ N « pou » fém. plur. acc.

« nous nous étions remplis de poux »

3. Les séries lexicales

43À titre d’illustration des ensembles lexicaux liés au moyen, nous présentons quelques exemples du pontique, qui manifeste de ce point de vue une grande régularité morphologique :

44a) Phénomènes atmosphériques :

Nom →

V non-moyen (3p.)

V moyen,

aoriste moyen

i’mera →

me’ron

me’rume

eme’roɵa

« jour »

« le jour se lève »

« je suis pris par le jour »

’nixta →

ni’xton

ni’xtume

eni’xtoɵa

« nuit »

« la nuit tombe »

« je suis pris par la « nuit

’vra ơon →

vra’ơæz

vra’ơæskume

evra’ơæsta

« soir »

« le soir tombe »

« je suis pris par le soir »

45b) Série dérivationnelle à trois termes :

46V me’ɵo « je m’énivre » – factitif me’ɵizo « je fais s’énivrer qqn », moyen me’ɵiume « je me fais enivrer, je suis enivrable, on peut m’enivrer ». Nous avons une sorte de cycle que l’on peut représenter ainsi :

intransitif x transitif x intransitif.

47La traduction en français (par des formes réfléchies, par exemple) ne doit pas nous égarer. Le trait de « passivité » est fonction de la matrice sémantique de tels verbes. On peut dire qu’il est latent. Au niveau de l’énoncé, toute précision formulée par un élément circonstanciel (SN introduit par un relateur) indiquant la cause ou l’instrument fait émerger l’interpétation passive.

48c) Série dérivationnelle à quatre termes :

’kleγo

’klafkume

kle’nizo

kle’niume

« je pleure » (transit.±)

« je me lamente » (transit.-)

« je fais pleurer » (transit.+)

je suis pleurable ; on me fait (on peut me faire) pleurer » (transit.-)

49Le parcours que nous venons de faire à travers des ensembles de formes choisies pour leur caractère exemplaire d’un lexique qui ne se limite pas à quelques dizaines de verbes, montre que, dans la langue parlée, la passivité ne se situe pas au niveau des formules morphosyntaxiques réalisant l’actance.

50Bien entendu, un SN introduit par un relateur en fonction de circonstant (moyen, instrument, cause, origine, etc.) peut être interprété comme marqueur d’agentivité externe.

51À la différence de ce qui se passe dans une langue comme le français, l’usage du moyen n’opère pas un retournement de transitivité qui servirait, par exemple, à thématiser l’objet. Il faut souligner le fait que les constructions du français n’ont pas d’équivalents syntaxiques. :

  1. L’enfant se peigne.

  2. La mère peigne l’enfant.

  3. L’enfant est peigné par la mère.

52Ces formules sont possibles à toutes les personnes.

53En grec, l’interprétation passive est possible par l’introduction d’un Agent qui revêt la forme d’un SN à relateur, correspondant à un circonstant. Ce groupe nominal peut être thématisé comme n’importe quel SN externe. C’est-à-dire que le « passif » potentiel du système grec dépend totalement de l’addition d’un élément et non pas de la suppression d’une agentivité trop voyante. Cette situation était déjà en germe dans les états anciens de la langue, mais on pouvait y observer quand même de vraies constructions passives.

Esquisse diachronique

54En grec ancien, classique et post-classique, on repère un paradigme passif que la grande majorité des auteurs s’accordent à considérer comme secondaire et subordonné en quelque sorte au moyen. Ce caractère marginal du passif est expliqué par le fait que seules deux formes se distinguent du moyen.

55Formes du verbe « donner » (1p. sing.) :

présent

futur

aoriste

moyen

δɩ́δομαɩ

δώσομαɩ

έδóμƞν

passif

δɩ́δομαɩ

δοɵƞ́σομαɩ

έδóɵƞν

56On remarquera que ces formes sont perfectives et qu’elles se combinent avec un SN agentif introduit par un relateur spatial. Exemples (les formes verbales moyennes ou passives sont en gras) :

1.

`H χώρα ὲκ βαơɩλέως έδόɵƞ

« Le pays a été donné par le roi ».

2.

’Aπὸ τω̂ν ɵεω̂ν δέ̖δοταɩ ʋ́μɩ̂ν εʋ́τυχεɩ̂ν

« Par les dieux il vous est donné d’être heureux ».

3.

`O Mενεξενος ƞ́πατƞ́ɑ̨ɵƞ ʋ̀πὸ τοʋ̂ Δɩκαɩογένοʋς

« Menexène avait été trompé par Dicéogène » (Isocrate, 5-14).

57Ces constructions présentent un Agent correspondant à un être animé, de préférence humain, le SN où il figure est au cas génitif et le relateur de sens spatial peut varier, mais ʋ̀πὸ ; « sous, en dessous » serait le plus fréquent.

58Dans le grec post-classique, qui s’étend sur plusieurs siècles, de la période alexandrine à la fin de l’empire romain unitaire, on observe des formes moyennes canoniques, nombre d’entre elles étant transitives. Exemple (Genèse 20,2) :

E’iπεν δὲ ’Aβραὰμ περɩ̀ Σάρρα τƞ̂ς γυναɩκὸς αὺτοὺ ̏οπ άδελφƞ́ μού ὲστɩν ’Eφοβƞ́ɵƞ γὰρ εɩ̀πεɩ̂ν ο̋τɩ γυνƞ́ μοʋ̀ έστɩν, μƞ́ποτε άποκτεɩ́νωσɩν αὺτὸν οɩ̀ ȁνδρες τƞ̂ς πόλεως δɩ’ αύτƞ́ν. |...| ’Aβɩμέλεχ δὲ οὺ χ ƞ̋Ψατο αύτƞ̂ καɩ̀ εɩ̂πεν |...|

« Avraam donc dit au sujet de Sarra son épouse que ’elle est ma sœur’. Il avait eu peur de dire que ’c’est ma femme’, afin que les hommes de la ville ne le tuent pas à cause d’elle. /.../. Quant à Avimelekh, il ne la toucha pas et il dit /.../ ».

59À l’époque des textes évangéliques, encore, on a bien sûr des séries lexicales transitives comme :

εύαγγελɩ́ςομαɩ

« évangéliser qqn. »

χρω̂μαɩ

« user de »

φοβου̂μαɩ

« craindre »

γεύομαɩ

« goûter »

¤α̋πτομαɩ

« toucher, atteindre »

μɩμνƞ́σκομαɩ

« se souvenir »

etc.

60À côté de ces éléments, on trouve encore des formules passives, comme, par exemple :

61(Marc I, 5) :

Kαɩ ; έξεπορεύετο πρòς αύτος πâα̂σα ƞ̀ ’Iουδαɩα χώρα καɩ̀ οɩ̀ `Iεροσολυμɩ̂ταɩ, καɩ έβαπτɩ́ζοντο ὺπ’ αύτου̂ έν τω̣̂ ’Iορδάνη ποταμω̂ έξομολούμενοɩ τὰς ὰμαρτɩ́ας αύτω̂ν

« Et toute la région de Judée et tous les gens de Jérusalem faisaient route vers lui et ils étaient baptisés par lui dans le fleuve Jourdain, confessant leurs péchés ».

62Passif non agentif et moyen à Bénéficiaire :

63Matthieu 7.1 :

Mƞ̀ κρɩ́νετε ɩ̋να μƞ̀ κρɩɵƞ̂τε. ’Eν ω̣̂ γὰρ κρɩ́ματɩ κρɩνετε κρɩɵƞ́σεσɵε, καɩ ὲν ω̣̂ μέτρω̣ μετεɩ̂τε μετρƞɵƞεταɩ ὺμɩ̂ν.
« Ne jugez pas afin que vous ne soyez pas jugés. Car vous serez jugés avec les jugements que vous jugez et il vous sera mesuré avec les mesures que vous mesurez ».

64Mt 14.11 :

65’Hνέχɵƞ ƞ́ κεφαλƞ̀ αύτου̂ έπɩ̀ πɩ́νακɩ καɩ̀ εδóƞ τω̣̂ κορασɩ́ω̣.
« Sa tête fut apportée sur un plateau et fut donnée à la fillette ».

66comparez à Mc 6, 28 :

ƞ̃νεγκεν τƞ̀ν κεφαλƞ̀ν αύτου̂ έπɩ̀ πɩ́νακɩ καɩ ε̃δωκεν ὰυτƞ̀ν τω̣̂ κορασɩω̣̂
« Il apporta sa tête (de Jean le Baptiste) sur un plateau et il la donna à la fillette ».

67Mt 2.5 :

Oυ̋τως γὰρ γέγραπταɩ δɩὰ του̂ προφƞ̀του.
« Ainsi il est écrit (ou : il a été écrit) par (litt. à travers, au moyen ) le prophète ».

68On remarque que ces attestations de formes médio-passives accompagnées d’un terme véritablement agentif du point de vue sémantique, sont relativement rares et surtout que leur statut énonciatif est particulier. En effet, la plupart des exemples représentent des 3p. sing. ou plur. quand il s’agit d’une assertion simple. L’énoncé de Mt 7-1 lui est à la 2p. pluriel, mais il s’agit d’un mode injonctif.

69Ces formules ont fini par disparaître de la langue orale. Au cours de l’histoire, le grec byzantin et moderne a vu se renforcer la cohérence formelle et sémantique de la diathèse moyenne.

70Cela dit, dans le cadre polyglossique où les dialectes grecs étaient en usage (Byzance, Empire ottoman, Royaume de Grèce), les variétés littérales du grec (grec ancien, grec biblique, grec liturgique, etc.) conservaient quelques passifs anciens et influençaient la katharévusa. Sous l’influence des langues européennes porteuses de modernisation on a vu se développer dans les textes écrits ce que l’on pourrait appeler un néo-passif. Il s’agit de calques de l’anglais, du français et de l’allemand (p.ex., le passif impersonnel) dans certaines catégories de textes : juridiques, scientifiques, politiques et administratifs.

71Depuis le retour de la démocratie (1974) et l’accès de la dhimotikí au statut de langue officielle de la République de Grèce (1976), on voit le néo-passif se répandre dans la presse. Le schéma est simple : on prend une forme médio-passive et on adjoint un Agent sous la forme d’un SN circonstant introduit par le relateur apo- « ablatif, source, origine, cause ».

72Il n’est pas possible d’examiner en détail un corpus étendu d’exemples de ces formations journalistiques dont certaines sont à la limite de l’agrammaticalité. On se contentera de citer quelques illustrations récentes, empruntées à des journaux de grande diffusion :

73Journal TA NEA, 17/05/2000 :

/.../ Tα στελέχƞ ɵεωροὺν οτɩ το κόμμα τους δɩκαɩώνεταɩ από τɩς εξελɩ́ξεɩς στο ζƞ́τƞμα των ταυτοτƞ̟́των /.../.
« /.../ Les cadres estiment que leur parti est justifié parles développements dans la question des cartes d’identité /.../ ».

O κυβερνƞτɩκός εκπρόσωπος ανέφερε πώσς οɩ ασκƞ́σεɩς σχεδɩάζονταɩ καɩ πραγματοποɩύνταɩ από τους στρατɩωτɩκούς.
« Le représentant du gouvernement a mentionné (le fait) que les exercices sont projetés et réalisés par les militaires ».

́Oσοɩ δƞλώνουν οτɩ ενοχλƞ́ɵƞκαν από το βɩβλɩ́ο, δέν το δɩάβασαν.
« Tous ceux qui déclarent qu’ils ont été choqués par le livre, ne l’ont pas lu ».

74Ces formation-calques sont limitées par certains types de textes et si elles semblent généraliser un agentif qui n’est pas forcément un être animé humain, elle ne concernent que des 3p. Dans tous les cas, l’influence conjuguée des langues européennes et de la katharévusa est probable.


75Dans plusieurs langues qui possèdent des formes spécifiquement moyenne (turc, albanais, géorgien, etc.), on observe la formation de néo-passifs sous l’influence de la modernité. Le plus souvent, le calque des langues à vrai passif, comme le français, l’anglais ou l’allemand, s’opère de façon très similaire : on ajoute à un noyau mono-actanciel un circonstant qui doit contenir une dose minimale d’agentivité, mais à défaut l’instrument, l’origine ou la manière peuvent faire l’affaire. Dans certaines langues, on observe de véritables contorsions morphologiques (le turc tarafindan, par exemple). Le matériel comparatif est encore trop limité pour que l’on puisse donner de ces phénomènes une définition cohérente et surtout généralisable.

76Les matériaux grecs, en tout état de cause, peuvent nous aider à mieux formuler la problématique passive. Et cela pourrait sembler paradoxal. En fait, ce que suggère le cycle diachronique du grec, c’est qu’il n’y a pas de frontière étanche entre actant et circonstant, du point de vue syntaxique. La composante syntaxique, elle, nous invite à reconsidérer l’hétérogénéité du rôle Agent. Dans les constructions passives, le composant qui le représente est comme emphatisé, c’est-à-dire que l’objet potentiel est à l’intérieur du rhème. Pour le moment, on peut dire que les « passifs » issus des systèmes moyens sont qualitativement différents des passifs fondés sur la transitivité.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Blanken Gerard, Introduction à une étude du dialecte grec de Cargese (Corse), Leiden, 1947, 99 p.

« Les Grecs de Cargèse (Corse). Recherche sur leur langue et sur leur histoire », Tome I : Patrie linguistique, Leyde, 1951, 322 p.

Carrez Maurice, Grammaire grecque du Nouveau Testament, Delachaux et Niestlé, 1966, 168 p.

Drettas Georges, Aspects pontiques, Asociation de recherches pluridisciplinaires, Paris, 1997, XXVIII-789 p.

« Le marquage du Bénéficiaire/Expérient en grec et en albanais : peut-on généraliser la notion de relation dative dans la comparaison typologique ? », Lynx, numéto spécial, Paris, 1999, pp. 235-254.

Humbert Jean, Syntaxe grecque, Klincksieck, Paris, 1982, 470 p.

Sœur Jeanne d’Arc, Petite initiation au grec des Évanglies, Les Belles Lettres / Desclée de Brouwer, 1990, 93 p.

Joüon P. Paul, Grammaire de l’Hébreu biblique, Institut biblique, Rome, 1923, 542 p. + annexes.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kahane Sylvain, « Le calcul des voix grammaticales », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, Tome XCIII, Klincksieck, Paris, 1998, pp. 325-348.
DOI : 10.2143/BSL.93.1.2002497

Kemmer Suzanne, The Middle Voice, Typological Studies in Language 23, J. Benjamins, 1993, 299 p.

Moser Amalia, The History of the Perfect Periphrases in Greek, Dissertation, Queen’s College, Cambridge, 1988, 310 p.

Moulton James Jope, A Grammar of New Testament Greek, vol. I : Prolegomena, F. Clark, Edimburg, 1919 (3e éd.), 293 p.

Septuaginta, Deutsche Bibelgesellschaft, Stuttgart, 1979, 941 p.

Wierzbicka Anna, Semantics, Primes and universals, Oxford University Press, 1996, 500 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Drettas, « Morphosyntaxe de la diathèse moyenne (médio-passive) en grec contemporain », Linx [En ligne], 45 | 2001, mis en ligne le 21 septembre 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://linx.revues.org/789 ; DOI : 10.4000/linx.789

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page