Navigation – Plan du site

Préambule

Anne Trévise
p. 7-8

Texte intégral

Je remercie tous les membres du groupe Jan Comenius pour leur participation aux recherches autour de ce thème, et pour l’esprit qu’ils savent faire régner dans l’équipe.
Je remercie plus particulièrement Marie-Laure Elalouf, François Muller, Rémy Porquier, Annette Sousa-Costa et Carole Tisset, pour la mise en forme et la correction du tapuscrit dont Bénédicte Héberlé-Dulouard, avec sa dextérité et ses compétences habituelles, a su faire un objet fini.

1Le Groupe de Recherche en Linguistique et en Didactique des Langues Jan Comenius travaille au sein de l’équipe d’accueil EA 372 « Modèles linguistiques et Dynamiques des Langues » (issue de l’ancien « Centre de Recherches Linguistiques ») de l’Université Paris X-Nanterre.

2Il réunit des linguistes de différentes langues, et travaille sur les liens entre recherche linguistique et métadiscours d’enseignement / apprentissage des langues dites maternelles ou étrangères (cf. LINX, 36 et 37, 1997).

3Depuis deux ans, nos recherches en linguistique s’articulent autour des formes et du fonctionnement de « l’hypothétique », tels qu’on peut les appréhender à travers diverses langues naturelles, notamment le français, l’allemand, le russe, le chinois et l’anglais. L’adjectif substantivé « hypothétique » a été préféré à d’autres noms du même champ sémantique comme « hypothèse », « conditionnel » ou « supposition ». Moins connoté, il n’oriente pas vers un unique niveau d’analyse et renvoie à un domaine linguistique plus ouvert.

4La première étape de ces recherches est une exploration onomasiologique et sémasiologique de ce champ complexe, et une réflexion sur les métatermes de descriptions de faits de langue, de problématiques et d’explications théoriques. Une étape ultérieure devrait consister en une élaboration d’applications didactiques de ces recherches, et notamment en un répertoire de métatermes opératoires fondé sur une problématique et des représentations métalinguistiques cohérentes.

5C’est dans ce cadre d’une recherche théorique sur l’hypothétique que le groupe de recherche Jan Comenius a organisé à Nanterre, en décembre 1998 et en avril 1999, deux journées de travail auxquelles ont été invités des chercheurs extérieurs.

6Le présent volume regroupe les articles écrits par ces différents chercheurs à la suite de ces journées. Est ajouté l’article d’un des membres du groupe, travail qui doit beaucoup à la stimulation rencontrée dans l’équipe.

7On trouvera, dans les articles présentés, différentes approches théoriques du domaine de l’hypothétique (avec des incursions dans le domaine connexe de la concession), fondées sur un travail à partir de différentes langues. Les remises en cause terminologiques, et donc théoriques, sont nombreuses, et plusieurs avancées sont faites dans le sens d’une homogénéisation de la délimitation des problèmes posés par l’articulation entre la diversité des formes rencontrées dans les langues et la recherche d’invariants langagiers. Il est question en effet de déformabilité des configurations, de polysémie, du poids relatif des multiples paramètres pris en compte dans l’interprétation, de la dynamique d’ajustements constants, mais aussi d’opérations sous-jacentes invariantes derrière les variations de sens, en contexte, des marqueurs.

8Je laisserai les auteurs présenter eux-mêmes leurs travaux respectifs par leurs résumés, situés en fin d’ouvrage, pp. 163-166. Au lecteur / chercheur incombera la passionnante tâche de déceler convergences et divergences dans les approches et les terminologies proposées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Trévise, « Préambule », Linx, 41 | 1999, 7-8.

Référence électronique

Anne Trévise, « Préambule », Linx [En ligne], 41 | 1999, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://linx.revues.org/767

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org