Navigation – Plan du site

Étude distributionnelle de deux polysémies lexicales

Référence, prototypie et prédication
Serge Meleuc
p. 95-115

Résumés

Deux noms concrets polysémiques sont ici considérés: livre et clé. On étudie successivement leurs principales contextualisations dans le cadre des catégories majeures N, V et Adj pour tenter d’analyser leur système prédicatif et d’expliquer ainsi comment, et selon quelle hiérarchie, s’articulent entre elles leurs acceptions ainsi que la relation qu’ils entretiennent avec leur référent. Le mot apparait comme le lieu d’une construction prédicative, de nature cognitive et linguistique, qui doit être conçue comme positive et dans laquelle des variations précises et limitées affectant les arguments du prédicat génèrent la variation de sens dite « polysémie ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J’utiliserai le terme de référent objectal pour désigner cette entité non linguistique. L’aspect te (...)
  • 2 G.Kleiber (1990), réponse polémique à D.Kayser (1987).
  • 3 Depuis 1996 est paru le Langue française sur la polysémie nominale et l’article de L.Tracy (1997, p (...)

1Je m’intéresserai ici à deux mots du vocabulaire usuel, « concrets » au sens habituel où l’un comme l’autre ont pour référent un objet délimitable dans le monde extra-linguistique1, livre et clé. Le choix du mot livre a pour source le très stimulant article de G.Kleiber (1990)2 dans lequel, après avoir argumenté contre la thèse de la démultiplication référentielle, l’auteur montre qu’un jeu sémantique réglé relie les variations interprétatives et conclut finalement sa réflexion en proposant notamment la notion de métonymie intégrée. Le choix du mot clé est dû au hasard d’un travail personnel mené en 19963 sur la difficulté à catégoriser différentiellement les mots outil/instrument/machine ; une clé est soit un instrument(la clé de la porte), soit un outil (la clé de huit), soit autre chose encore (la clé de voute, la clé du problème, la clé de fa ...). Nous avons ainsi deux noms concrets, des noms d’objets fabriqués, avec une polysémie à spectre large, et qui mettent en jeu à la fois le problème classique de la catégorisation-dénomination de l’objet et des valeurs strictement notionnelles que les dictionnaires traitent souvent sous les rubriques, inverses mais homologues, de : Par ext. ou Spécialt. Pour chacun de ces deux exemples, j’essaierai de mettre au jour plus avant les conditions de l’interprétation sémantique en examinant extensivement les principaux types de contextualisation du mot engageant les catégories lexicales majeures N, V, Adj (ponctuellement aussi Det ou son absence) et constituant ainsi ses prédicats fondamentaux en relation avec les variations interprétatives qui leur sont associées. L’objectif sera d’argumenter dans le sens de la polysémie et donc d’un principe de cohérence interne de l’unité lexicale.

1. Contextualisation et variations interprétatives du mot livre

  • 4 La notation est celle, compacte et claire, reprise de M.Gross et du LADL, où le signe + indique les (...)

2La contextualisation du mot sera étudiée à l’aide de quatre positions types : V N1, No V, N1 prep N2 ainsi que No est Adj et N Adj4 ; l’élément souligné représente toujours la position dans la structure de l’élément lexical étudié.

1.1. V N1

3Bien que ma chatte Frousse puisse griffer, lécher ou se coucher sur mon Cours de linguistique générale abandonné par terre, bien que la pluie ou la grêle puissent détremper l’ouvrage et le transformer en masse informe et illisible, un livre est un objet manufacturé à usage humain, et le No précédant V N1 est presque toujours, dans les énoncés attestés, un N [+hum]. On obtient alors quatre grandes sous-classes :

  • 5 L’ensemble (e) est nécessairement ouvert en un sens différent de celui d’une simple incomplétude de (...)

(a) avec des verbes paraphrasables en ‘faire exister’ :
(écrire + composer + faire + publier + éditer + imprimer + lancer + diffuser) N1 ;
(b) avec des verbes paraphrasables en ‘utiliser’, ‘consommer’ :
(lire + découvrir + feuilleter + parcourir + se plonger dans + compulser + consulter + ouvrir + commencer + fermer + finir + terminer + achever) N1
(c) avec des verbes psychologiques d’‘intellection’ :
(commenter + résumer + analyser + décortiquer + annoter + critiquer + censurer + fustiger + démolir + descendre en flammes + copier 1 + plagier + imiter + s’inspirer de) N1
(d) avec des verbes psychologiques d’ ‘évaluation’ :
(aimer + adorer + apprécier + détester + abhorrer + être (dégouté+écoeuré+révolté) de) N1
(e) avec des verbes d’ ‘action matérielle sur’ :
(relier + brocher + dorer sur tranche + illustrer + copier 2 + reproduire + photocopier + photocopiller + ranger + entasser + déchirer + brûler + faire bouillir + piétiner + lancer à la tête + salir + abîmer + mettre en (pièces+lambeaux+charpie) + mettre au pilon + peindre en (jaune+vert+ ...)) ... N15.

4Si l’on recourt ici à la classification du TLF opposant 1. livre comme objet matériel (le contenant : feuillets, dos, jaquette, mots écrits) et 2. livre comme objet idéel (le contenu conceptuel : ensemble de signes mais visés seulement dans leur signifié), la dissymétrie est manifeste ; l’interprétation idéelle est nettement dominante, au point que nombre de verbes d’ ‘action concrète sur un objet’ reçoivent alors une interprétation figurative dans leur association avec livre : on se lance un livre à la tête, mais c’est, fort heureusement, une forme d’argument dans une discussion ; on brule un livre, on le met au pilon - et on le fait réellement- mais c’est parce qu’il est politiquement ou religieusement irrecevable, ou parce que les lecteurs ne s’y intéressent plus ; on entasse des livres parce qu’on passe le plus clair de son temps à lire. Dans cette construction, que l’on considère les formes libres ou les locutions, l’interprétation ‘objet matériel’ soit n’est pas disponible, soit reste secondaire.

1.2. No V

Cette structure est moins étendue que la précédente et on peut la répartir sans difficulté entre les deux sous-ensembles issus de l’observation précédente :

(a) V à référent ‘objectal’
No (peser + coûter + valoir + moisir + se (déchirer+dégrader+décomposer +désagréger)

(b) verbes à référent ‘idéel’ :
No (paraitre + commencer par + finir par + conclure + dire + parler de + raconter + décrire + exposer + expliquer + expliciter + illustrer + développer + montrer + démontrer + traiter de + analyser + réfléchir sur + faire (voir+apercevoir+deviner+apprécier+sentir+penser+rêver)).

  • 6 Et comme on le verra pour Adj, la lourdeur d’un livre ne se mesure pas sur la balance.

5Là encore, très peu d’emplois concrets ; même peser ou valoir peuvent recevoir une interprétation idéelle : ce livre (a pesé lourd en 17896 + vaut le détour). En outre, nombre des verbes de (b) sont typiquement des V à No [+hum] ce qui pourrait en bonne logique amener l’observateur à poser que livre ‘est un’ N [+hum], en contradiction avec les descriptions dictionnairiques précédemment alléguées comme avec l’intuition que nous avons du référent objectal : un livre est un objet matériel inanimé.

1.3. N1 prep zéro N27

  • 7 « zéro » signifie que le N2 ne comporte pas de déterminant devant le second N.
  • 8 L’opposition en or /d’or est elle-même complexe (métal ou couleur ?) ; livre en or (cf. les buts en (...)

(a) N2 à référent objectal :
un livre de ( ? ?papier+ ? ?carton+ ?bois+ ?cuir)
un livre en ( ? ?papier+ ? ?vélin+ ?carton+tissu+parchemin+plastique +(cuir (+de Cordoue))+or)
(b) N2 à référent idéel :
un livre de (cuisine + comptes + prix + raison + classe + images + bord + loch + discipline + écrou + messe + prières + dévotions + heures + chevet + aventures + fiction + (mathématiques+histoire+morale+philosophie +ornithologie+...) + or8)

6La préposition en, qui dénote le matériau dont un livre est fait, parait très peu productive, et la mention du papier, matériau naturel dont est fait le plus usuellement un livre, génère un énoncé peu ou pas acceptable ; les N2 deviennent plus naturels si le matériau s’éloigne du matériau prototypique associé à l’objet matériel. La préposition de induit systématiquement qu’il est fait référence au contenu idéel de l’ouvrage. Les séquences sont en nombre considérable, sans limite assignable, et le N2 sans déterminant est lui-même ouvert à de longues qualifications par Adj et/ou par N2 : un livre de (biolologie moléculaire + histoire sociale du Moyen-Age + mathématiques appliquées aux sciences sociales + ...).

1.4. No est Adj, N Adj

7Les adjectifs, extrêmement nombreux, peuvent à leur tour être répartis entre les deux sous-types :

(a) interprétation descriptive objectale
N (gros + épais + volumineux + lourd + petit + minuscule + léger + relié + broché + (noir+ blanc+orange+bleu+ ...) + sale + poussiéreux + moisi + propre + vieux + neuf)
(b) interprétation idéelle
N (intéressant + passionnant + divertissant + amusant + ennuyeux + barbant + effrayant + terrible + fantastique + étonnant + surprenant + drôle + comique + triste + déprimant + désespérant + dramatique + nouveau + vieux + original + léger + facile + sérieux + difficile + compliqué + complexe + dense + clair + obscur + abscons + ordinaire + sacré + profane + idiot + nul + beau + grand + sale + propre + lourd + léger + blanc + noir + rouge).

8Ne pouvant ici tout traiter en détail, je relèverai quelques phénomènes spécialement intéressants. D’abord qu’est-ce qu’un beau livre ? Correspondant à l’interprétation (a), les catalogues d’éditeurs présentent une rubrique intitulée telle (ou à offrir), où l’on trouve les ouvrages sur les pays, sur l’artisanat, sur l’art, tous pourvus de nombreuses et belles illustrations, la plupart de grand format et en quadrichromie ; une typographie particulière peut même à elle seule suffire à la catégorisation ‘beau livre’. L’interprétation (b) vaut pour tout livre au contenu jugé remarquable par son lecteur. Autre point : le comportement des adjectifs de couleur pour (a) ne produit aucun effet de lexicalisation particulier ; noir, orange, blanc, bleu, etc. représentent la couleur de la couverture et la totalité du paradigme des adjectifs est donc disponible, comme pour tout autre objet fabriqué ; (b) au contraire restreint la classe lexicale et produit une collocation spécifique avec noir, blanc et rouge, qui signifient clairement le contenu idéel, comme livre d’or vu précédemment. La collocation N Adj ainsi constituée sert à catégoriser un sous-ensemble d’ouvrages ; bien que l’adjectif appartienne à l’ensemble des adjectifs « descriptifs » de couleur, seul le référent idéel est ici activé. Le jeu sur le déterminant (Le livre) ou sur la majuscule (le Livre) est également intéressant en ce qu’il fonctionne de la même façon ; il signifie ‘livre de référence’ et désignera donc la Bible, le Coran, ou tout autre livre sacré d’une culture. La forme le livre s’interprète enfin comme : ‘toute activité mettant en jeu la production (intellectuelle ou matérielle) ou la commercialisation des livres’, ces derniers n’étant donc pas alors visés comme objets matériels spécifiques mais comme représentant une activité sociale multiforme pensée comme constituant une classe conceptuelle maximale .

  • 9 Un éditeur ou un relieur pourra nous proposer un vocabulaire plus développé, mais ces emplois, quel (...)
  • 10 On se reportera ici à F.Weil (1990), pp. 247-288. Une gêne par rapport à notre référent objectal pr (...)
  • 11 Je suivrai donc le point de vue de R.Langacker : « Categorization by prototype is essential to ling (...)

9Quelques remarques conclusives provisoires liées au mot livre lui-même sont ici nécessaires. Les propriétés liées à la concrétude du livre ne sont manifestement pas au premier plan de l’usage du mot, seules quelques collocations verbales (brocher/relier/dorer sur tranche, ...) paraissent sur ce plan typiques du nom9 ; il y a très peu de contextes appropriés.La question de la catégorisation : « l’objet X est-ildénommable livre ? » ne comporte pas de limite référentielle stricte ; nous parvenons à dénommer livres des rouleaux, des dépliants « en accordéon », des livres-papillons ou des livres-tourbillons, jusqu’à des plaques d’argile10. A l’intérieur de notre représentation actuelle et occidentale du livre, la distinction entre le fascicule le livret, la plaquette et le livre parait liée à l’épaisseur jointe à l’effet de reliure ; ainsi, un volume de cent cinquante pages relié par une spirale sera difficilement dénommé livre, tandis qu’une plaquette reliée de vingt pages pourra l’être, alors même que dans l’un et l’autre cas, nous aurons une couverture, un auteur et un éditeur. Au contraire, l’annuaire, très épais, mais sans titrage propre (son « nom propre ») et sans auteur n’apparait pas comme pouvant être dénommé livre. Le modèle du prototype parait donc particulièrement adapté à cette situation, et le seul vraiment satisfaisant dans son principe11. En même temps, la catégorisation ainsi entendue, c’est-à-dire centrée sur le référent objectal, n’est pas apparue comme essentielle dans les nombreuses et diverses contextualisations étudiées, et il faudrait plutôt mettre l’accent sur un processus de sémantisation qui, à l’évidence, se développe dans notre exemple sur ce que les dictionnaires appellent le « contenu ». En tant que signe de la langue, livre est définissable comme ‘objet sémiotique’ ; un livre, c’est ‘du langage’, et en tant que le langage peut être représenté par de multiples aspects, suite de sons, suite de signes graphiques (lignes, colonnes), grammaire, etc., le livre est : ‘du sens’, avant toute autre propriété. L’unité lexicale livre pourrait donc être représentée par une prédication à verbe être de la forme :

Prédication primaire [sémantique]
 Prédicat

N livre [être] [sens [langage]]
Prédication secondaire [désignative]
 [être] [objet concret [prototype : papier, feuilles, signes]]

10Le verbe être n’est pas ici le verbe de la formule de définition-catégorisation universelle (le mot clé, par ex., comportera un hyponyme de [faire]) mais représente déjà une propriété spécifique sur la façon dont le mot livre est construit, en opposition à celui d’autres unités lexicales ; [sens] domine [langage] dans la parenthétisation, comme l’a montré l’étude des emplois. A cette formule fondamentale est adjointe une présupposition dérivée du composant [langage] :

Présupposition dérivée
N livre [langage] présuppose [+hum]

  • 12 Elle n’est pas non plus assignée par un système cumulatif de traits comme dans la sémantique compon (...)

11La propriété [+hum], dont on a vu l’importance dans les contextualisations, et qui pourvoit livre de nombreux rôles agentifs, n’est pas dans la formule prédicative sémantique de base12 mais dérivée d’un des composants de celle-ci ; elle n’est donc pas non plus à concevoir comme une « figure » particulière qui viendrait se surajouter à un sens en inversant le trait [-an]. Elle est incluse dans notre représentation cognitive d’un livre au même titre que dans celle de tous les objets artefactuels que nous produisons, elle joue donc un rôle important et normal dans le jeu des acceptabilités ou inacceptibilités des énoncés.

2. Contextualisation et variations interprétatives du mot clé

12A l’inverse de livre, clé ne se situe pas dans une représentation mentale opposant contenant et contenu. Nous avons du référent objectal de clé une expérience tout à la fois matérielle (les clés sont métalliques et donc plutôt lourdes : seules et plus encore en trousseau, elles pèsent dans notre poche ; on les cherche fréquemment, on craint de les perdre, ...) et fonctionnelle (elles ouvrent la porte de notre domicile ou de notre bureau, font démarrer notre voiture, ...). Les dictionnaires, n’ayant pas de structure unifiante à proposer, ont recours à une énumération des différentes sortes de « clés », dont les référents-objets sont tellement divers qu’on aurait peine à les catégoriser ensemble si la langue ne nous y contraignait : clé (de grange), clé (de sureté), clé (de contact), clé (anglaise), clé (à tubes), clé (de voute), etc. La disjonction perceptuelle des entités dénommées est beaucoup plus importante que dans le cas des livres. Ces regroupements opérés par les dictionnaires, que nous pouvons juger « naïfs », et « purement référentialistes », nous fourniront cependant les éléments d’une mise en ordre des types interprétatifs propre à construire une cohérence de nature sémantique.

2.1. La clé-instrument, forme et fonction

  • 13 En latin, clavis désignait un fiche de bois bloquant une porte ; cf. encore les loquets, de bois ou (...)

13Il y a d’abord un objet clé prototypique catégorisable comme instrument : plutôt allongé, en métal13, au corps parfois plat, parfois arrondi, plein ou creux, terminé par une tête saillante avec un système de dentelures longitudinales ou terminales. Les innombrables variations matérielles de ces propriétés concrètes que je laisse à chacun le soin de décrire (cf. planches des dictionnaires) sont cependant suffisamment typiques pour que devant un objet inconnu à identifier on puisse au moins proposer de répondre : « ça pourrait bien être une clé ... ».

14Dans sa définition liminaire, le dictionnaire reste très abstrait et peu clair :

Instrument de métal servant à faire fonctionner le mécanisme d’une
serrure (Robert)

15il parle d’instrument (on notera la pertinence mais aussi le degré élevé de généricité du terme, comme d’ailleurs de celui du verbe fonctionner), de matériau métallique et de la connexité avec la serrure ; réduction extrême des propriétés descriptives et évocation purement localiste de l’aspect fonctionnel (« ça sert pour/ ça va avec une serrure »). Notons à cet égard que la connexité entre la clé et la serrure est maximale dans la réalité, puisque les deux objets, fabriqués ensemble, pour ne fonctionner qu’ensemble, trouvent là leur raison même d’être. Le dictionnaire fait donc ici clairement appel à notre expérience du référent objectal et de sa situation concrète d’emploi. Voyons maintenant le fonctionnement du signe, en le traitant selon les mêmes principes que ceux mis en oeuvre pour livre.

2.1.1. N Adj ou N1 N2

16N clé (ronde + plate + grosse + grande + petite + forée + paracentrique + ?métallique + bénarde (taillée-chiffrée+à gorges) + ?de métal + en plastique + de sureté (cannelée+à pompe+à double panneton) + ?de porte + de la porte (d’entrée+du garage+de la grange+...))

  • 14 Il en ira de même pour les clés-outils, dénommées tout autant par de multiples sous-types fonctionn (...)

17Les qualifiants qui accompagnent clé, qu’il s’agisse de Adj ou de N2, ne font apparaitre aucun élément spécifique visant les propriétés descriptives ; comme pour livre en papier, clé en métal est assez bizarre et clé en plastique, qui dénote une propriété atypique, est plus naturel. Les Adj ou les N2 servent tous à sous-catégoriser les types fonctionnels de clés14.

18Il ressort assez vite que les propriétés matérielles perceptibles des divers types de clés-instruments ne contribuent pas à la catégorisation, ou, si l’on veut bien accepter provisoirement cette formulation un peu bizarre, qu’une clé, ça « n’est » rien de très caractéristique à l’aune sémiotique.

2.1.2. V N1

19Cette sous-structure parait vide au plan sémantique. On peut par ex. trouver :

20(avoir + prêter + emprunter + cacher + enterrer + acheter + perdre + fabriquer + limer + scier + sucer + peindre + s’asseoir sur + porter en sautoir) + ... une clé

21et beaucoup d’autres verbes encore, mais sans qu’une spécificité particulière apparaisse qui ferait contraster le nom d’objet clé avec d’autres noms d’objet.

2.1.2. No V N1

22Cette structure est très restreinte du point de vue des verbes utilisables mais très intéressante et la prédication fondamentale que je proposerai mettra en effet au centre de la signification le prédicat verbal et la position No :

23N clé (ouvrir + fermer + ? ?bloquer + ? ?enfermer + ? ?débloquer + ? ?libérer)

Prédication
Prédicat
N0 clé1 [[fermer + [ouvrir]] faire] N1 [porte + boite]

  • 15 C’est ce que, sauf erreur de compréhension de ma part, L.Tracy (1997, p. 73) appelle, à la suite de (...)

24Le N clé occupe dans la prédication la position de N0 d’un verbe d’action de type général [faire], du sous-type bipolaire [fermer + ouvrir]. On peut voir à la fois que cette formule est issue d’une expérience perceptuelle et cognitive de l’usage (et non de la matérialité, forme ou substance, de l’objet étudiée plus haut), de ce « à quoi sert » une clé15, et qu’il s’agit d’une représentation en forme linguistique, catégorisée selon un schéma prototypique très simple, de cet usage. Les mots inscrits dans la parenthétisation sont des classificateurs sémantiques par lesquels se fait l’articulation entre les données de l’expérience extra-linguistique et leur représentation en termes de classes extensionnelles de mots. Dans ce domaine de la clé-instrument, la partie verbale du prédicat est décomposée en deux verbes converses, inclus logiquement dans le prédicat générique [faire X] mais selon une hiérarchie particulière, notée dans le schéma prédicatif par la mise en premier rang et en gras de l’élément [fermer] ; ce choix contredit donc totalement celui du dictionnaire (Robert) qui fait précéder sa définition (citée plus haut) de la mention : Ce qui sert à ouvrir. On peut en effet fermer à clé, mettre sous clé, fermer à double tour N1, on ne peut ni *ouvrir à clé, ni *sortir à clé, ni *ouvrir à double tour N1. Cette assymétrie interne au système de la langue est particulièrement remarquable car du point de vue de l’expérience extra-linguistique, tout usage d’une clé doit être réversible : ce qui a été fermé à clé doit pouvoir être ouvert à l’aide de la « même » (en tant que type ou que token) clé, on ouvre autant de fois que l’on ferme avec une clé et l’on est sans doute plus gêné par le fait de ne pouvoir rentrer chez soi parce qu’on a perdu sa clé que par le fait de sortir de chez soi sans fermer à clé, malgré les risques que cela peut éventuellement comporter. La prédication sémantique parait donc reposer sur une représentation cognitive plus complexe de la situation expériencielle : un passage entre deux lieux a et b est libre ou non libre de façon objective et il est possible qu’un passage soit barré par une barrière, par une porte (ou une boite close par son couvercle) sans que pour autant le passage (ou l’accès à l’intérieur) soit impossible ; par rapport à cette situation de base, user du mécanisme clé-serrure présuppose au contraire une volonté tout à fait délibérée d’interdire le passage entre deux lieux ou l’accès à l’intérieur d’un lieu. La prédication sémantique repose donc non pas sur une représentation objectiviste et neutre du fermé et de l’ouvert mais sur une représentation subjective plus spécifiée. Par ailleurs, il ne s’agit que d’une relation de dominance, manifestée en français par l’opposition entre forme lexicalisée, sans déterminant : fermer à zéro clé + mettre sous zéro clé et forme libre, avec déterminant : ouvrir avec une clé et non d’une opposition privative. L’anglais permet par ex. lock vs unlock, ‘fermer à clé’ vs ‘dé-fermer à clé’.

  • 16 Les éléments [porte] et [boite] du schéma représentant les multiples N1 possibles.

25Enfin, la classe des N1 se répartit en deux ensembles dont [porte] et [boite]16 sont les prototypes :

26N1(a) (porte + portail + portière + barrière + pièce (chambre+bureau +cave+...))

  • 17 Les meubles peuvent eux-mêmes avoir des portes mais n’impliquent pas qu’on y entre.

27N1(b) (boite + coffre + coffret + cassette + meuble17 (armoire +secrétaire+buffet+...))

  • 18 On examinera l’interprétation de la clé des champs un peu plus loin.

28Les deux ensembles (a) et (b) présentent des variantes représentationnelles connexes du mouvement locatif : passage entre deux lieux de même type ou accès d’un lieu conçu comme extérieur vers un lieu conçu comme intérieur18.

2.2. La clé-outil, une dérivée de prédicat

29Le mot clé désigne aussi divers outils et le Robert a recours au classificateur aussi usuel que peu précis Par analogie pour présenter ce nouvel aspect de la signification et les emplois qui lui correspondent.

2.2.1. N1 Adj ou N1 N2

30Nclé (plate + double + anglaise + tricoise + crocodile + dynamométrique + polygonale) + (à (tube+pans+molette+griffes+bougie+crémaillère+chaine +ergot+pipe))

  • 19 « objectiviste » au sens où il serait supposé donné à la perception du locuteur, qui traduirait ce (...)

31Pour donner un contenu sémantiquement spécifié à la notion trop générale d’analogie, on peut supposer un rapprochement de type objectiviste19 entre les classes d’objets désignés. Lorsqu’on observe les planches illustratives d’un dictionnaire encyclopédique, on ne peut que rester perplexe quant à la validité possible de l’explication référentialiste objectiviste ; on voit certes quelques ressemblances matérielles entre les deux ensembles, mais aussi beaucoup de dissimilitudes, comme d’ailleurs entre les diverses clé-outils elles-mêmes. Je m’orienterai donc vers un autre type d’explication, qui consistera à garder pour base le prédicat canonique de clé-instrument et à lui adjoindre un prédicat dérivé sur la base des chaines de représentations cognitives élémentaires suivantes :

ce qui est ‘ouvert’ est composé de deux éléments a et b, et d’un espace entre a et b.
si un espace existe entre a et b, alors a et b sont ‘disjoints’.
si a et b sont disjoints, a, b et l’espace entre a et b sont ‘libres’.

ce qui est ‘fermé’ est composé de deux éléments a et b, sans espace entre a et b.
s’il n’existe aucun espace entre a et b, alors a et b sont ‘joints’.
si a et b sont joints, alors a et b sont ‘fixes’ l’un par rapport à l’autre.

32Sur la base de ces relations conceptuelles générales, la prédication pour clé-outil est donc fondamentalement la même que celle de clé-instrument, mais avec un prédicat connexe du premier qui a fait jouer l’inférence au niveau de la représentation sémantique sous-jacente au verbe :

33faire (tenir ensemble+ ne pas tenir) + (joindre+disjoindre) + (accoler+séparer) + (bloquer+débloquer) + (serrer+desserrer). De la même façon aussi que la clé- instrument représente la volonté de fermer un accès, la clé-outil a pour fonction de bloquer deux parties l’une par rapport à l’autre. Je conserverai un couple de verbes dans la représentation de la prédication sémantique :

Prédication
 Prédicat
No clé2 [joindre-serrer + disjoindre-desserrer] N1 [a, espace, b]

34N1 n’est plus aussi spécifié que précédemment mais relève du niveau de généricité plus élevé que les N1 associés au couple [ouvrir + fermer] initial, c’est-à-dire : ‘tout élément unitaire analysable en a , espace, b’.

35Est-ce que, dans ce cas, une clé-outil a pour finalité de bloquer un mécanisme (comme la clé fermait plus qu’elle n’ouvrait) plutôt que de le débloquer et y a-t-il donc une hiérarchie sémantique à prévoir entre les deux éléments ? Comme pour la clé-instrument, on se sert autant de fois d’une clé-outil pour serrer un boulon qui ne tient pas bien que pour démonter une roue crevée ; à l’inverse, il n’y a cependant plus dans ce cas deux degrés d’ouverture ou de fermeture, mais un seul : ‘serré / pas serré’. Pourtant la dissymétrie parait maintenue au plan cognitif, dans la mesure où un mécanisme quelconque ne fonctionne de façon satisfaisante que si toutes ses parties travaillent solidairement (cf. par ex. l’expression figurée : serrer/resserrer les boulons utilisée dans le cas d’un dysfonctionnement quelconque).

36Relèvent également de la clé-instrument la clé du violon (fiche de bois qui bloque une corde à sa tension idéale) et la clé de voute (ultime bloc de pierre qui fait tenir l’ensemble de l’architecture), pour lesquels on voit encore mieux qu’aucune analogie matérielle ne peut servir de base à la relation mais seulement le prédicat sémantique ; dans ces derniers exemples, le prédicat est à nouveau très clairement orienté vers le pôle [joindre-serrer]. Il ne semble cependant pas y avoir de trace syntaxique évidente de la dissymétrie.

37La connexité alléguée entre le prédicat de clé-instrument et celui de clé-outil est, quant à elle, tout à fait argumentable en français : serrer quelqu’un, ‘le maintenir fermement’, serrer quelqu’un ou des animaux, ‘les mettre dans une pièce close’, d’où aussi : se faire serrer, ‘être mis en prison’. Une pièce fermée où l’on range des ustensiles, des outils ou des provisions est une resserre ; dans le Sud-Ouest, on serre son linge, ce qui signifie qu’on le range dans un meuble ; serrer lui-même enfin a pour source un mot de bas latin, ‘fermer avec une barre, clore’(Robert), d’où le terme, lié à clé : serrure. Le français commun, les variantes régionales comme l’histoire de la langue concourent à montrer que la connexité supposée entre les deux aires conceptuelles est bien marquée dans le lexique et permettent d’écarter avec plus de sureté la solution d’une analogie entre objets ; c’est à connexité sémantique, cognitivement fondée, et portée par une structure prédicative, que clé doit sa polysémie.

2.3. Les clés idéelles

38Nous n’avons plus ici aucun référent objectal commun ; l’objet auquel correspond la prédication varie avec l’espace sémantique où il prend place : la clé musicale se matérialise par un signe inscrit à l’initiale d’une portée, la clé informatique est plutôt une suite de lettres et de chiffres, la clé de la bataille n’est définissable que par divers discours hétérogènes : avoir plus d’artillerie, de chars, être un meilleur général, être familier du terrain...) ; de même pour la clé de la réussite (l’argent ou l’intelligence ou le piston ou la chance ...) ou pour la clé des songes ; la clé des champs, concevable a priori comme objet matériel, n’existe pas. Chaque occurrence est inséparable de son groupe déterminatif, Adj ou N2, et forme une collocation spécifique.

39La formule constituée pour clé 1 (la clé-instrument, et non la clé-outil) nous fournit une solution sémantique directe pour ces extensions de polysémie. La prédication fondamentale est la même, elle part du couple [fermer + ouvrir] et elle implique les deux mêmes prototypes de N1 : [[porte] + [boite] locatif]. Le prédicat est seulement modifié au niveau de l’élément verbal :

Prédication
Prédicat
N0 clé3 [ouvrir + zéro] N1 [porte] + [boite]

  • 20 La notation zéro est maintenue uniquement pour souligner la nature de la différence avec clé1.
  • 21 Certes d’autres mots de la langue pourraient aussi faire l’affaire : code, signe, par ex., puisque (...)

40En effet, il est intéressant de constater que tous les emplois de clé3 ont systématiquement l’interprétation : ‘ouvrir un chemin’ ou ‘ouvrir un contenant’, sous-prédicats de ‘ouvrir l’accès à un lieu’. L’élément [fermer] a disparu de la formule20. De ce point de vue, on comprend en quoi clé est disponible pour des emplois inédits ; c’est parce qu’une victoire militaire ouvre les portes d’un pays ou d’une ville, c’est parce que la clé de sol permet de lire la bonne valeur des signes noirs ou blancs sur les lignes qui suivent ; c’est parce que l’ordinateur est conceptuellement une ‘boite’ que les icônes affichés représentent un jeu de clés21.

41On ne peut pas vraiment parler dans un tel cas de métaphore à la façon de Lakoff et Johnson (1985), car il n’y aurait métaphore que si la prédication de clé1 ne prévoyait pas celle de clé3, obligeant à poser une sorte de saut qualitatif entre les prédications. Or clé1, clé2 et clé3 relèvent du même schéma cognitif et sémantique, pourvu sans doute de variables, mais précises, bien localisées et somme toute minimes : une dominance inversée, une sous-classe d’arguments nominaux qui varie en fonction du niveau de généricité choisi ; quoique fort nombreux, les N1 de clé1 sont limités extensionnellement, tandis que les N1 de clé 3 relèvent de l’applicabilité de : [ouvrir [porte] + [boite]], où [porte] et [boite] sont maximalement génériques : ‘accés à tout espace E représentable comme ‘porte’ ou comme ‘boite’. Ce que nous appelons « idéel » pourrait alors être conçu comme le résultat d’un jeu sémantique entre spécificité et généricité des arguments.

3. Eléments de généralisation : le sens lexical entre référence et prédication

3.1 Sens lexical et mise en forme dictionnairique

  • 22 On aura compris par là que la définition dictionnairique n’a donc aucunement le devoir d’identifier (...)

42La définition dictionnairique n’apparait en lexicologie que comme une forme d’accès parmi d’autres au sens ; le dictionnaire, en tant que texte didactique adressé à un lecteur ordinaire, ne peut pas échapper à l’approche référentialiste et sa mission peut être considérée comme remplie si la définition par référence virtuelle qu’il propose oriente de façon suffisante, c’est-à-dire pratiquement efficace22, le lecteur vers la référence actuelle. Le caractère lacunaire de la définition, même évaluée dans une perspective du prototype ou de la saillance, est immédiatement corrigée, sur le plan pratique, par l’énumération, parfois très complète, des contextualisations de l’unité ; c’est alors à la compétence langagière du lecteur qu’il est fait appel pour articuler entre eux les fragments d’énoncés toujours présentés selon une logique dominante énumérative, même si des classificateurs sémantiques hiérarchisés sont présents, comme dans le Robert et plus encore dans le TLF.

3.2 Noms « concrets » ou « abstraits »

  • 23 On se reportera à A.Wierzbicka (1984, pp.149 et sv.), à propos des taxa de B.Berlin.

43L’étude de livre et de clé montre que deux mots à référents a priori très comparables et qu’on fait entrer dans la même catégorie, dite des noms concrets, n’ont pas une organisation sémantique homologue. Concernant d’abord la relation du signe à l’objet, si livre correspond à un objet conçu comme unitaire malgré ses variations de forme matérielle et le flou de ses frontières, et pourvu de deux propriétés d’inégale importance(contenant matériel/contenu idéel, ce dernier étant apparu comme fondamental), clé correspond à un beaucoup plus grand nombre d’objets hétérogènes entre eux, les uns matériels, les autres purement idéels. Par ailleurs, bien que les deux mots désignent des artefacts humains, le trait [+hum] est une présupposition majeure de livre qui joue un rôle linguistique important, puisqu’il permet de nombreuses collocations No-V psy et N Adj psy ; rien de tel n’a pu être constaté pour clé. Enfin et surtout, les formules sémantiques de représentation de l’un et l’autre sont très différentes en ce que livre est définissable par une prédication d’existence marquée linguistiquement par le verbe être : un livre ‘est X’, il a des propriétés statiques et il ne ‘fait X’ que par l’intermédiaire de la présupposition [+hum] ; au contraire, clé est définissable par une prédication ‘faire’ dans laquelle clé est le N0 agent, et ceci dans tous les emplois sans exception, y compris dans les structures N1 N2 sans verbe (la clé des champs est celle qui « ouvre » les champs, la clé de fa « ouvre » la portée, etc). Si un N [+hum] est introduit à la position N0, on aura alors la structure classique décrite par les grammaires de cas : N0 agent - V - N1 - N2 instrument (fermer + ouvrir la porte avec sa clé) mais cette structure à N0 [+hum] correspondant à la prédication No clé n’est nullement nécessaire : le mot clé est donc un nom d’agent intrinsèque, ce que n’est pas le mot livre. Ces observations incitent par conséquent à la plus grande prudence quant à la constitution de classes sémantiques de mots que leurs propriétés référentielles semblent a priori associer. On étendrait bien évidemment cette prudence aux noms de genres23 par rapport aux noms d’espèces et de variétés (oiseau n’a pas le même fonctionnement sémantique que mésange, ni même mésange que colombe ou aigle).

44On a vu que la définition dictionnairique avait nécessairement pour point de départ une identification référentielle pour les noms du type livre ou clé. Peut-on dire pour autant que le concret « précède » et en quelque façon « génère » l’abstrait ?

45Je suivrais ici plus volontiers E. Benveniste, qui écrit à la suite de sa description des valeurs des mots arbre et chêne, étudiés dans plusieurs langues en liaison avec le concept abstrait de ‘fidélité’ :

Il faut [...] dénoncer ici un vice de méthode dans l’argumentation entière. Les relations morphologiques et la distribution des formes n’indiquent pas entre les termes qui dénotent l’ « arbre » et ceux pour « fidélité » une relation telle que les seconds dérivent des premiers. Ils se répartissent également dans chaque langue et relèvent les uns et les autres d’une même signification, qui se laisse reconstruire à l’aide de l’ensemble des formes attestées. (1966, p. 300)

46Des descriptions étendues, approfondies, « microscopiques », du sens restent donc indispensables.

3.3. La place du référent

  • 24 Il y a en effet le jaune citron, les lemons des G.I. du Pacifique, et le... prix citron.

47Le rapport au référent est sous-articulé en plusieurs niveaux ; il y a d’abord le problème de l’opposition type/token, traité au niveau pragmatique (Le Rouge et le noir reste le « même » livre sous toutes ses formes, etc., cf. G. Kleiber, op. cité) ; il y a aussi la question de ce qui est susceptible d’être perçu-conçu et rendu cognitivement saillant du référent ; il y a enfin le fait que le signe établi dans la langue ne retient et ne fait jouer dans la construction du sens que certaines des propriétés potentiellement actives ; il apparait en particulier que l’unité lexicale opère un filtrage drastique des propriétés perçues-conçues, tout en conservant une dépendance par rapport à celles-ci. Il est certes toujours possible de parler de l’objet référé en développant un discours continu, sans limite assignable, qui serait un discours « encyclopédique ». A. Robbe-Grillet aurait pu nous écrire un gros livre sur ce qu’est ce seul livre (token) posé sur sa table ; mais l’unité lexicale livre n’active qu’un nombre réduit de ces informations potentielles. La difficulté est de montrer lesquelles et comment elles sont organisées. Selon l’unité considérée, les propriétés liées au niveau référentiel peuvent avoir une grande ou une faible importance ; dans mes exemples, elles paraissent plutôt limitées, dans l’exemple du citron de Putnam (1975), elles paraissent au contraire très importantes, car après tout, qu’est-ce sémantiquement qu’un citron hors de l’acidité et de la jauneur24 ? Le référent, ou plus exactement la représentation que nous nous donnons du référent, ne parait pas, en tout cas, éliminable a priori de la sémantique lexicale comme le voudraient les théories post-saussuriennes de la distinctivité stricte (calquées sur le modèle phonologique), car il semble bien jouer un rôle important dans la construction de schémas cognitifs associés à l’expression verbale comme l’ont montré les réflexions de G. Fauconnier (1984) sur les « espaces mentaux », de R. Langacker (1987) sur les « domaines », et de C.Vandeloise (1986) sur la mise en représentation de l’espace ; ou encore les connexités multiples des énoncés figuratifs étudiées par G. Lakoff et M. Johnson (1985).

3.4. La catégorisation-dénomination

48Le problème classique de la catégorisation-dénomination semble plutôt bien résolu par le modèle prototypique, sachant en particulier que le langage naturel n’est en aucune façon le langage artificiel et formalisé de la logique. De fait, nous ne savons pas toujours si nous pouvons dénommer, ou si nous avons dénommé à bon escient. Bien qu’ils soient difficiles à percevoir de l’intérieur d’un usage conventionnel, il y a fréquemment des objets, des situations, des comportements humains devant lesquels nous sommes en manque de dénomination ; il y a, plus souvent encore, des objets ou des situations dont nous percevons la parenté mais que nous ne pouvons pas catégoriser par un hypernonyme : je me sers d’une serpillère, d’un chiffon, d’une éponge et de produits nettoyants pour faire mon ménage toutes les semaines ; mais qu’est-ce qu’un chiffon, une serpillère ou une éponge ? Est-ce un instrument ? un outil ? un ustensile ? Du terme générique ménage, qui se propose, nous ne parvenons à faire que le peu satisfaisant objet ménager. La catégorisation logique n’est donc pas seulement différente, mais contradictoire avec la catégorisation linguistique ; la première situe notre activité mentale dans un réseau conceptuel fini et clos ab principe, la seconde doit sa puissance (qui est, en dernière instance, la propriété de créativité) à son ouverture permanente à de nouvelles expériences perceptuelles et conceptuelles qui déplacent plus ou moins les frontières catégorielles.

49Le langage apparait alors comme un outil plutôt primitif (parce que lié à l’apparence sensorielle immédiate, à notre représentation subjective et historique du monde) et approximatif de catégorisation, mais un outil jamais vraiment en défaut parce que constamment apte à un « bricolage local » des catégories.

3.5. Le sens

  • 25 Introduction à une science du langage, pp. 317 et sv.
  • 26 pré-contruire est utilisé pour signifier que la syntaxe serait conçue comme une mise en forme régul (...)
  • 27 B.Heine, U.Claudi, F.Hünnemeyer (1991).

50La construction proprement sémantique ne commence qu’au-delà de ces deux niveaux ; elle ne parait pas représentable en termes de traits, encore moins en termes de traits distinctifs. Les trois propriétés conjointes par lesquelles J.Cl.Milner (1989) définit l’unité lexicale25 ne sont pas homologues : la forme phonologique a pour rôle que des signes soient rendus possibles, c’est un système de pure distinctivité ; la forme catégorielle-syntaxique permet que des prédications soient tenues, avec une récurrence maximale des schémas ; ces formes récurrentes sont par elles-mêmes susceptibles de pré-construire26 une partie importante du sens, tel par ex. le schéma d’agentivité utilisé pour décrire le fonctionnement de clé ; l’étroite interpénétration de la syntaxe et du lexique postulée entre autres par Langacker (1987,1991) est aussi fortement mise en lumière par les travaux sur la grammaticalisation qui suivent minutieusement le passage du lexical vers le grammatical27. Enfin, la forme sémantique constitue, quant à elle, la finalité de tout le système linguistique. Une unité lexicale prise sous son versant sémantique est donc, comme l’ont pensé les grands sémanticiens européens d’avant 1960, Ch.Bally, S.Ullmann, K.Baldinger, un espace linguistique défini par sa positivité. On peut dans cette optique proposer que cet espace positif, de nature à la fois mentale et linguistique, soit conçu, pour chaque unité lexicale, comme un ensemble de prédications articulées dans lesquelles l’élément lexical considéré occupe une ou des position(s) spécifiée(s) et où les divers éléments de la prédication sont sujets à des variations locales précises, variations elles-mêmes en relation avec des représentations cognitives, en suivant le principe général énoncé par R.Langacker :

Semantic structure is conceptualization tailored to the specifications of linguistic convention. Semantic analysis therefore requires the explicit characterization of conceptual structure (1987, I, p.97).

  • 28 R.Martin (1990, p.89)

51Quant à la polysémie, elle est une propriété essentielle de l’unité lexicale ; il ne suffit pas de dire qu’elle est « générale », au sens ou elle est le lot commun d’un nombre considérable d’unités lexicales, parmi lesquelles les plus usuelles poussent la propriété à sa puissance maximale ; il convient d’aller plus loin en posant que la polysémie est le mode naturel, le mode intrinsèque de fonctionnement du lexique d’une langue naturelle. L’unité lexicale ordinaire est ontologiquement polysémique si on adopte le mode de représentation du sens que j’ai esquissé et elle s’oppose par là même nettement aux définitions « conventionnelles » des mots28 mises en jeu par les systèmes conceptuels des sciences, qui sont (ou visent désespérément à être) de nature logique ; on a d’ailleurs maintes fois observé que tout terme, une fois mis en circulation dans la communauté langagière, est instantanément menacé de redevenir un signe comme les autres, « affecté » de polysémie ; en somme, tout simplement un mot. Au contraire, tout mot ordinaire peut recevoir une définition nouvelle, de quelque source que ce soit (par une prédication locale explicitement située dans et par rapport à la prédication générale), qui augmentera sans inconvénient particulier le taux de polysémie le caractérisant déjà ; une nouvelle définition conventionnelle d’un terme vise toujours, au contraire, à éliminer (avec ou sans succès effectif), le terme précédent.

52On aura compris que tout ce qui précède se résume en un plaidoyer convaincu, sinon convaincant, pour le mot, en tant qu’il pourrait être envisagé comme le lieu de condensation de la prédication, qui serait elle-même conçue comme source de toute construction sémantique, et dans laquelle la polysémie pourrait occuper sa place naturelle.

Haut de page

Bibliographie

BALDINGER K. (1984) Vers une sémantique moderne, 259 p., Bibliothèque française et romane, Paris, Klincksieck.

BALLY Ch. (1944, rééd. 1964) Linguistique générale et linguistique française, 440 p., Berne, Francke.

BENVENISTE E. (1966) Problèmes de linguistique générale I, 356 p., Bibliothèque des sciences humaines, Paris, Le Seuil.

CADIOT P, NEMO F. (1997) Pour une sémiogénèse du nom, in Langue française 113, mars 1997 Aux sources de la polysémie nominale, P.Cadiot & B.Habert éd., pp.24-34, Paris, Larousse.

FAUCONNIER G. (1984) Espaces mentaux, 216 p., Propositions, Paris, Editions de minuit.

FLAUX N., GLATIGNY M., SAMAIN D. (1996) Les noms abstraits : histoire et théories, 406 p., Sens et structures, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

FRANCKEL J.J., MARANDIN J.M., MILNER J.Cl. (1992) L’individualité lexicale, Cahiers de lexicologie 61, 1992-2, pp. 5-57, Paris, Didier-Erudition.

HEINE B., CLAUDI U., HÜNNEMEYER F. (1991) Grammaticalization : A ConceptualFramework, 215 p. , Chicago, The University of Chicago Press.

KLEIBER G. (1990) Sur la définition sémantique d’un mot -Les sens uniques conduisent-ils à des impasses ? in La définition, Chaurand J. & Mazière éds. pp. 125-148, Paris, Larousse.

LAKOFF G. (1987) Women, Fire and Dangerous Things : What Categories Reveal about the Mind, 490 p., Chicago, The Chicago University Press.

LAKOFF G., JOHNSON M. (1980, trad 1985), Les métaphores dans la vie quotidienne, 254 p., Propositions, Paris, Editions de minuit.

MARTIN R. (1983) Pour une logique du sens. Paris, PUF.

MARTIN R. (1990) La définition naturelle. in La définition, Actes du colloque du Celex, Chaurand J., Mazière F. éds., pp. 86-96, Paris, Larousse.

LANGACKER R. (1987, 1991) Foundations of cognitive grammar, I 516 p., II 589 p., Stanford, Stanford University Press.

MILNER J.Cl. (1989) Introduction à une science du langage. 702 p., Paris, Le Seuil.

PUTNAM H. (1975) Mind, language and reality. Philosophical papers II, Cambridge, Cambridge University Press.

PUTNAM H. (1988) Représentation et réalité. trad. fr. 1990, 221 p., Paris, Le Seuil.

TRACY L. (1997) La clé du mystère : mettre le référent à sa place. in Langue française 113, Aux sources de la polysémie nominale, pp. 66-78, Paris, Larousse.

ULLMANN S. (1952) Précis de sémantique française, 352 p., Bibliotheca romanica, Berne, Francke.

VANDELOISE Cl. (1986) L’espace en français, 245 p., Travaux linguistiques, Paris, Le Seuil.

VEIL F. (1990) L’homme et le livre. Histoire des moeurs t.1, pp.247-290, Encyclopédie de la Pléiade, Paris, Gallimard.

WIERZBICKA A. (1985) Lexicography and conceptual analysis, 258 p., Tuckson, Karoma.

Haut de page

Notes

1 J’utiliserai le terme de référent objectal pour désigner cette entité non linguistique. L’aspect terminologique de l’opposition concret/abstrait est traité par N.Flaux (1996, pp. 77-90).

2 G.Kleiber (1990), réponse polémique à D.Kayser (1987).

3 Depuis 1996 est paru le Langue française sur la polysémie nominale et l’article de L.Tracy (1997, pp.66-78) sur le mot clé/key. Bien que je me réfère plus loin, ponctuellement, à ce texte récemment publié, j’ai choisi de conserver à ma description ses principes et sa terminologie d’origine, et de laisser ainsi au lecteur la liberté de discussion.

4 La notation est celle, compacte et claire, reprise de M.Gross et du LADL, où le signe + indique les choix entre éléments, No le N sujet, N1 le complt direct, N2 le complément prépositionnel, N1 N2 la séquence de deux noms, etc.

5 L’ensemble (e) est nécessairement ouvert en un sens différent de celui d’une simple incomplétude de corpus dans la mesure où l’on peut faire d’un objet les choses les plus incongrues ; dans cet ensemble (e), seuls (relier+brocher+dorer sur tranche+mettre au pilon) peuvent être considérés comme des contextes appropriés de N1.

6 Et comme on le verra pour Adj, la lourdeur d’un livre ne se mesure pas sur la balance.

7 « zéro » signifie que le N2 ne comporte pas de déterminant devant le second N.

8 L’opposition en or /d’or est elle-même complexe (métal ou couleur ?) ; livre en or (cf. les buts en or du football) est ambigu : ‘en feuilles d’or’ ou ‘à grand succès’ ? Livre d’or n’a qu’une interprétation idéelle : on y consigne les faits et les déclarations les plus remarquables.

9 Un éditeur ou un relieur pourra nous proposer un vocabulaire plus développé, mais ces emplois, quel que soit leur intérêt intrinsèque, restent terminologiques, propres aux métiers et ne peuvent avoir le rôle social (et donc linguistique et sémantique) des emplois partagés par la communauté parlante tout entière.

10 On se reportera ici à F.Weil (1990), pp. 247-288. Une gêne par rapport à notre référent objectal prototypique nous contraint cependant à produire un nom composé : livre-N2.

11 Je suivrai donc le point de vue de R.Langacker : « Categorization by prototype is essential to linguistic structure, and it is perfectly valid for the class of nouns. » (1987, p. 190).

12 Elle n’est pas non plus assignée par un système cumulatif de traits comme dans la sémantique componentielle.

13 En latin, clavis désignait un fiche de bois bloquant une porte ; cf. encore les loquets, de bois ou métalliques, des barrières et de certaines portes anciennes, portes de grange ou d’écurie.

14 Il en ira de même pour les clés-outils, dénommées tout autant par de multiples sous-types fonctionnels, conformément à l’usage, toujours très spécifique, d’un outil quelconque.

15 C’est ce que, sauf erreur de compréhension de ma part, L.Tracy (1997, p. 73) appelle, à la suite de P.Cadiot et F.Némo (1997, p.24), une propriété extrinsèque (PE) du mot.

16 Les éléments [porte] et [boite] du schéma représentant les multiples N1 possibles.

17 Les meubles peuvent eux-mêmes avoir des portes mais n’impliquent pas qu’on y entre.

18 On examinera l’interprétation de la clé des champs un peu plus loin.

19 « objectiviste » au sens où il serait supposé donné à la perception du locuteur, qui traduirait ce « percept de similitude » en une dénomination commune aux deux ensembles d’objets.

20 La notation zéro est maintenue uniquement pour souligner la nature de la différence avec clé1.

21 Certes d’autres mots de la langue pourraient aussi faire l’affaire : code, signe, par ex., puisque l’ordinateur est fondamentalement pensable comme un ensemble de texte et de signes. Mais quelle représentation icônique prototypique pourrait leur correspondre ?

22 On aura compris par là que la définition dictionnairique n’a donc aucunement le devoir d’identifier intégralement, par une différenciation logiquement impeccable relevant de l’analycité, le mot-entrée. Cf. R.Martin (1983) et (1990).

23 On se reportera à A.Wierzbicka (1984, pp.149 et sv.), à propos des taxa de B.Berlin.

24 Il y a en effet le jaune citron, les lemons des G.I. du Pacifique, et le... prix citron.

25 Introduction à une science du langage, pp. 317 et sv.

26 pré-contruire est utilisé pour signifier que la syntaxe serait conçue comme une mise en forme régulatrice des divers types de prédication (et de leurs enchaînements/enchâssements), un « schéma pré-correcteur » de la signification.

27 B.Heine, U.Claudi, F.Hünnemeyer (1991).

28 R.Martin (1990, p.89)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Meleuc, « Étude distributionnelle de deux polysémies lexicales », Linx, 40 | 1999, 95-115.

Référence électronique

Serge Meleuc, « Étude distributionnelle de deux polysémies lexicales », Linx [En ligne], 40 | 1999, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://linx.revues.org/761 ; DOI : 10.4000/linx.761

Haut de page

Auteur

Serge Meleuc

Université de Paris X - Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org