Navigation – Plan du site

Passif et moyen : la structure argumentale des prédicats dans les langues à base intransitive dominante (l’exemple du Hindi/Ourdou)

Annie Montaut
p. 83-93

Texte intégral

  • 1  Type assez rare selon Comrie qui distingue plusieurs types (intransitif dérivé de l’intransitif, c (...)

1La description traditionnelle du passif est peu probante pour les données hindi / ourdou, tant sur le plan syntaxique (non promotion de l’objet, passivation des intransitifs), que sémantique et pragmatique (l’occultation de l’agent n’est que formelle). C’est avec la classe des intransitifs médio-passifs que le passif semble en opposition tranchée (section 1). L’observation du comportement contrasté de ces deux formes, notamment dans les constructions où elles sont porteuses de valeurs modales (sections 2, 3), permet de dégager la spécificité du passif en hindi, mais aussi le caractère déterminant des traits sémantiques associés aux arguments des bases verbales morphologiquement corrélées, dans une langue où les bases transitives sont généralement dérivées des intransitifs1.

La construction passive en hindi/ourdou 

  • 2  Je résume dans cette première section les conclusions de Montaut 1990.

2Le passif hindi moderne est une forme composée (participe accompli, identique à celle du passé simple + auxiliaire « aller », jânâ, dont le passé simple est irrégulier gayâ)2.

1.1. Périphérisation de l’agent sans promotion de l’objet

3Lorsque l’agent est exprimé, la diathèse passive (1b) semble inverser la diathèse active transitive (1a), comme la diathèse ergative (1c), faisant du patient le pivot morpho-syntaxique de l’énoncé, qu’il soit défini (1) ou indéfini (2) :

(1)a

pulis    cor    pakRâegî

police-fs    voleur-ms    attraper-fut-fs

la police attrapera le voleur

(1)b

cor     pulis    se    /kedvârâ     pakRâ    gayâ

voleur-ms    police-fs    instr    /agentPass    attraper    Pass-aor-ms

le voleur a été attrapé par la police

(1)c

pulis      ne     cor       pakRâ

police-fs    erg    voleur-ms    attraper-aor-ms

la police a attrapé le voleur

(2)

ek    mahilâ     âtânkvâdiyon      dvârâ     mârî     gaî

Un    femme-fs    terroristes    par    tuer    Pass-aor-fs

une femme a été tuée par les terroristes

4Un patient marqué (+ko : postposition dat/acc) s’il est humain ou spécifique entraîne aussi un défaut d’accord parallèle à l’ergatif (3a) et au passif (3b) :

(3)a

pulis

ne

tînon

ko

mârâ

police-fs

erg

trois-p

acc

tuer-aor-ms

La police les a tués tous les trois

(3)b

(pulis

se)

tînon

ko

mârâ

gayâ

(police

instr)

trois

acc

tuer

Pass-aor-ms

tous les trois ont été tués (par la police)

5Si la position de l’agent dans l’ordre non marqué est variable au passif (1, 3), elle est toujours initiale dans l’énoncé ergatif non marqué comme dans l’énoncé transitif inaccompli (1a). Le passif est possible à tous les temps et aspects alors que l’ergatif ne l’est qu’à l’accompli. Enfin, l’agent du passif est rarement exprimé alors que celui de l’ergatif n’est omis que si le contexte permet de le récupérer. A la possibilité d’indétermination de l’agent, s’ajoute celle, au passif, par le jeu des postpositions, de représenter un agent indirectement (ke dvârâ) ou directement impliqué (se). Les deux structures ne sont donc pas redondantes, la construction passive seule constituant un véritable dispositif d’occultation de l’agent. Mais elle n’entraîne pas systématiquement la promotion du patient : ce dernier peut conserver sa marque d’accusatif (3), mais aussi n’être pas représenté (4).

(4)

dhamkâyâ gayâ,

mârâ-pîTâ

gayâ

menacer Pass-aor-ms,

frapper-battre

Pass-aor-ms

on la menaça, on la battit (mais elle refusa d’y aller)

6Surtout, un grand nombre de verbes intransitifs sont passivables, soit à des fins d’indétermination du participant unique (5), soit pour exprimer des valeurs dites modales, prescription au présent générique sans agent (6) ou « incapacité » en contexte négatif avec un agent instrumental (7) :

  • 3  Les locutions verbo-nominales intransitives, comme savâr honâ, en-voyage être, « s’embarquer » ent (...)

(5)

 thoRâ

Tahlâ

jâe ?

un peu

se-promener

Pass-subj-ms

si on se promenait un peu ? / Faisons quelques pas

(6)

 is

tarah

hansâ

/cillâyâ

nahîn

jâtâ

cette

façon

rire

/crier

neg

Pass-pres-ms

on ne doit pas rire /crier ainsi

(7)

 mujhse

soyâ

nahîn

gayâ

je-instr

dormir

neg

Pass-aor

il ne put fermer l’œil (lit. par lui il ne fut pas dormir)3

7La mise à l’arrière plan de l’agent (Shibatani 1985), son occultation Brahim (1996) ne signifient pourtant pas l’absence de pertinence du rôle dans la structure.

1.2. Propriétés de contrôle de l’agent

  • 4  Sur les nombreux problèmes posés par la notion de sujet en hindi/ourdou, voir Montaut 2001. Le fai (...)

8C’est l’agent en effet qui contrôle réflexivation et coordination, quand cette dernière s’exprime sous la forme d’un participe conjonctif, lequel requiert un sujet coréférent au « sujet » du verbe principal4 :

(8)a

cîzen

usmen

pîskar

Dâlî

gaîn

chose-fp

ceci-dans

broyant

jeter

Pass-aor-fp

on broya les ingrédients et on les mit dedans

(8)b

kyâ

use

apnâ

dRSTikoN

samjhâyâ

nahîn

saktâ hai ?

interr

il-dat

refl

point-de-vue

expliquer

neg

Pass

pouvoir pres-3ms

9L’agent conserve donc nombre de propriétés sémantico-référentielles , comme le montre aussi le fonctionnement des « explicateurs verbaux » : ces verbes semi-auxiliarisés, qui perfectivent le procès en orientant la diathèse (« prendre », le, vers le sujet, « donner », de, vers l’objet) sont sélectionnés comme ils le seraient dans la phrase active, c’est-à-dire en fonction de l’agent (les chasseurs) et non du patient (les singes) :

(9)a

Bandar     pakaR     lie     gae     aur     gânv     se     haTâ     die     gae

singes     attraper     prendre      Pass-aor     et     village     abl     écarter    donner   Université Marc Bloch, Strasbourg  Pass-aor

les singes furent capturés et éloignés du village (on s’empara d’eux et on les expulsa)

(9)b

shikârion     ne     bandar     pakaR     lie     aur     gânv     se     haTâ     die

chasseurs     erg     singes     attraper     prendre-aor     et     village     abl     écarter     donner-aor

les chasseurs attrapèrent les singes et les éloignèrent du village

  • 5  Corrélation morphonologique (khulna s’ouvrir, kholna ouvrir, marnâ mourir, mârnâ tuer, pisnâ être (...)

10Si ces faits ne permettent pas de conclure à la subjectalité de l’agent, étant plus sémantiques et pragmatiques que strictement syntaxiqueset grammaticaux, ils montrent que le terme le plus élevé dans la hiérarchie des arguments reste l’agent, bien qu’il soit omis la plupart du temps. On ne peut donc expliquer par la périphérisation de l’agent les affinités que les structures passives entretiennent avec l’expression des procès spontanés, comme le suggère Shibatani (1985), dans le prolongement de la valeur potentielle (type 7). C’est en hindi / ourdou, les intransitifs –dont sont dérivés les transitifs5—qui prennent en charge les procès spontanés, et jamais les passifs.

1.3. Passifs et intransitifs de sens médio-passif

11La série (10) illustre la différence entre transitif et intransitif morphologiquement corrélés (ici apophonie et rhotacisme) : la base intransitive Tût signifie « se casser, être cassé », son correspondant transitif toR (à deux places : agent, patient) signifie « casser, briser »

(10)a

maine

gilâs

toRâ

je-erg

verre-ms

casser-aor-3ms

‘j’ai cassé le verre’

(10)b

gilâs

TûTâ

verre-ms

casser-aor-ms

‘le verre s’est cassé

(10)c

gilâs

toRâ

gayâ

verre

casser-tr

Pass-aor

‘le verre a été cassé’

12(10b) seul exprime un résultat disjoint de son auteur, par exemple le bris du verre par suite du transport. Comme le se-moyen-passif du français, il ne met pas en scène la responsabilité d’un agent, alors que (10a) l’explicite et (10c) la suppose. L’agent à la source du procès, de la transmission d’énergie pour reprendre la métaphore de Langacker, est dans les trois cas soit périphérisé soit absent, aboutissant à une « image » qui profile le résultat et non, comme le ferait l’énoncé transitif (10d), la source du procès comme « figure principale ».

(10)d

main

gilâs

toRûngâ

je-nom

verre

casser-fut-1s

‘je casserai le verre’

  • 6  A laquelle on peut éventuellement remonter pour ainsi dire à contre courant, en amont (« upstream  (...)

13Dans (10a-c), c’est la dernière étape du procès, son résultat en l’occurrence, qui est représenté, disjoint de la source6. En quoi passif et ergatif représentent des constructions potentiellement absolues, indépendantes de l’entité cause, plus proches donc des intransitifs que des transitifs. Cependant cette analogie de profilage et de scénario conceptuel entre intransitifs et passif est trompeuse pour le hindi, comme le montrent les oppositions claires entre khulnâ « s’ouvrir/être ouvert » et le passif de kholnâ « ouvrir », baRhnâ « augmenter, croître » et le passif de baRhânâ « faire croître ».

(11)a

bâl     khulethe,    jo    khole    nahîn    gaethe,

cheveux    souvrirppft,    rel    ouvrir    neg    Passppft

sirf    Dhîlehokar    juRe    sebâhar    nikalâethe

Seulementlacheétant    chignon    hors.de    sortirvenir

elle avait les cheveux défaits, sans qu’ils aient été défaits, ils étaient seulement sortis de son chignon

(11)b

dâRhî    baRhîthî,    vaise    nahîn    jise    baRhâyâ    jâtâhai,

barbe    pousserppft,    comme    neg     rel-acc   faire-pousser    Passpres

balki    jaise    vah    shaivkarnâ    bhûlgaeho

mais    comme    il    raserfaire    oublierallersubj

sa barbe avait poussé, pas comme celle qu’on fait pousser, mais comme s’il avait oublié de se raser

  • 7  Voir l’opposition impératif (transitif) et intransitif : gâRî apne âp nahîn rukegî, ise roko [voit (...)

14Les deux structures s’opposent par le trait agent (+volonté, +contrôle conscient), associé à l’argument principal exprimé ou non (passif) ou exclu de la configuration actancielle (intransitif). Les transitifs, et leur passif, comportent un agent en hindi, alors que les intransitifs de sens medio-passif ont pour participant un patient7. La même opposition s’observe pour les prédicats verbaux nominaux, entre le passif des transitifs (verbe support transitif faire kar) et l’intransitif (verbe support intransitif « être » ho) :

(11)c

prem

kiyâ

nahîn

jâtâ,

vah

to

ho

gayâ

hai

amour

faire

neg

Pass-pres

il

mais

être

aller

pft

l’amour ne se décide pas, il advient

2. Passifs et intransitifs à valeur modale : l’impossibilité (incapacitative meaning)

  • 8  Mohanan (1994) considère la construction comme « pseudo-passive ». Cependant la morphologie verbal (...)

15Cependant, s’il est vrai que les deux voix s’opposent fortement, il est une construction où les voix active (du verbe intransitif de sens médio-passif) et passive (du verbe intransitif) semblent se confondre : il s’agit de la construction (7) dite d’incapacité, où l’agent est toujours exprimé à l’instrumental se (et non *ke dvârâ), en contexte toujours négatif ou paranégatif (interrogation, hypothétique, virtuel)8.

2.1. Les faits : parallélismes syntaxiques et sémantiques

  • 9  Exemple en contexte virtuel : mujhse jo kuch banâ, kiyâ ; jahân tak mujhse banâ, kiyâ
    je-instr rel (...)

16La construction dite incapacitative de type (7) concerne aussi les verbes transitifs (12b), entrant ainsi en parallèle avec la construction intransitive de même valeur modale (12a)9 :

(12)a

bâhar    sedarvâzâ    khînclo,    sânkal    mujhse    nahîn    khul    rahî    hai

dehors    parporte    tireprends,    chaîne    je-instr    neg    s’ouvrir    progr    pres

tire la porte de l'extérieur, je n’arrive pas à (ne suis pas foutu) ouvrir la chaîne

(12)b

mujhse    darvâzâ    kholâ    nahîn    gayâ

je-instr    porte    ouvrir    neg    Pass-aor

je ne pus (me résoudre à) ouvrir la porte

  • 10  La construction modale traite toujours l’instrumental comme seul antécédent du réfléchi (Mohanan 1 (...)

17Cette apparente commutabilité, y compris dans le strict contrôle de la coréférence10, infirme-t-elle le contraste développé en 1.3 ? L’agent instrumental en contexte négatif produit-il la même valeur avec un passif (d’intransitif ou de transitif, de verbe simples ou de locutions verbales) qu’avec un intransitif de sens médio-passif ?

2.2. Divergence entre passif et intransitif médio-passif : structure argumentale et rôles sémantiques

2.2.1. Deux types d’intransitifs

  • 11  Un examen exhaustif serait à faire et on constaterait certainement des « exceptions » à cette géné (...)

18On a souvent remarqué que tous les intransitifs ne sont pas passivables : hansnâ « rire », muskurânâ « sourire », sonâ « dormir/s’endormir », cillânâ « crier », nâcnâ « danser », jânâ « aller », calnâ « marcher », dauRnâ « courir », etc. le sont, alors que pahuncnâ « arriver », girnâ « tomber », biknâ « se vendre », TûTnâ « se casser », kaTnâ « se couper », bannâ « se fabriquer/être fabriqué », paknâ « cuire/être cuit » ne le sont pas. Les premiers peuvent se mettre à l’impératif mais non les seconds11. Que les premiers correspondent aux verbes d’activité (Vendler, Van Valin), ou aux inaccusatifs, ou que la distinction pertinente soit ailleurs que dans la sémantique verbale, il semble que les intransitifs aptes à entrer dans la construction modale partagent avec les transitifs le fait de comporter un agent dans leur structure argumentale. Cela est d’autant plus clair que, si on parvient à ajouter le trait d’agentivité à des verbes réputés non passivables comme girnâ « tomber », ils admettent le passif. Par exemple, imaginons un entraînement de parachutistes où on jeu où le but de l’opération soit de tomber, un gamin horrifié qui par exemple refuse de jouer le jeu parce qu’il a trop peur ou qu’il trouve ça révoltant, trop nul, trop sale par terre, etc. et on peut avoir un énoncé du genre de (13) :

(13)

nahîn,

nahîn,

mujhse

girâ

nahîn

jâegâ

non

non

je-instr

tomber

neg

Pass-fut-3ms

non, c’est impossible, je n’arriverai pas à tomber, je ne peux pas faire ça

19Mohanan (1994 : 158) fait la remarque pertinente que les verbes comme Darnâ « avoir peur », ghabrânâ « s’inquiéter », n’admettant ni l’impératif ni le passif à l’affirmatif, l’admettent à la forme négative, lutter contre la peur ou l’inquiétude étant une forme d’action susceptible d’un contrôle volontaire. Admettons donc que les passifs de la structure (7), (12b) et (13) contiennent dans leur structure argumentale un agent. Cela permet-il de rendre compte de la différence de sens entre les deux structures ‘incapacitatives’ ?

2.2.2 Des sens différents dans les deux constructions d’« incapacité »

20On a pu avancer la notion de handicap interne (internally determined capability : Pandharipande 1979), comme spécifique de la construction passive par rapport aux auxiliaires « pouvoir », compatibles eux, aussi bien avec un malaise physique ou mental qu’avec un empêchement extérieur comme avoir un train à prendre ou un rendez-vous urgent. Mais cette notion d’« inner inability » est aussi applicable aux intransitifs en contexte négatif :

(14)

dabal     calâte      mujhse     banegâ     nahîn,

double     conduisant     je-instr     être-fait-fut     neg

hai,     harniyâ     sabkuch     hai

je     gros     suis     diabète     est     hernie     tout     est

je ne peux pas conduire à deux (prendre quelqu’un sur mon vélo) je suis gros, j’ai du diabète, une hernie, et tout

21La spécificité du passif dans ce contexte apparaît dans les paraphrases de (12b) « ne pas pouvoir se résoudre », « ne pas se faire à l’idée », alors que celle des intransitifs (12a) marquent la simple inaptitude : « ne pas être fichu de, ne pas être en mesure de, ne pas avoir les moyens de ». L’incapacité interne propre aux passifs, intuitivement perçue comme un bloquage plus fort, relève d’une réticence mentale (c’est plus fort que moi), parfois mise en évidence par des contextes qui métaphorisent cette répulsion terrorisée :

(15)

lekin    mujhse    jâyânahîn     gayâ :     pair     mâno     jamgaehon

mais     je-instr     aller     neg     Pass-aor     jambes     comme     se-bloquer     allersubj-pft

mais je ne pus faire un pas : j’avais les jambes comme paralysées

22Tel n’est jamais le cas des intransitifs, dont l’argument instrumental correspond à un rôle assez différent : dans (12a) l’homme qui s’escrime sur la porte n’est pas assez habile ou pas assez fort, alors que dans (12b) au passif il ne peut se décider à ouvrir parce que l’horreur du spectacle qui l’attend derrière la porte le paralyse, ou parce qu’il n’est pas chez lui, ou parce que c’est son premier casse, etc. Le contexte de (12a), où le locuteur demande à quelqu’un de l’aider, explicitant ainsi le trait inaptitude/ inefficacité, interdit la structure instrumentale au passif (12c) :

(12)c

*bâharse     darvâzâ     khînclo,     sânkal     mujhse     nahîn     kholî     jâtî

dehorspar     porte     tirertiens,     chaîne     je-instr     neg     ouvrir     Pass-pres

tire la porte de l’extérieur, je ne peux pas ouvrir la chaîne

23L’intransitif suppose simplement l’inaptitude, conjoncturelle ou constitutive, du participant. Il ne peut pas, comme le passif, enchaîner sur un énoncé contrefactuel du type (16) où le sujet parvient à dominer son aversion intime, exemple un peu tiré par les cheveux, que j’emprunte à Davison (1980) :

(16)

usse     calâ     nahîn     jâtâthâ,     lekin     phirbhî     vah     calâ

il-instr     marcher      neg     Passimpft     mais     pourtant     il      marcha

il ne pouvait se résoudre à avancer, mais pourtant il avança

24Les prédicats verbo-nominaux opposent de la même manière passif (de kam karnâ « travail faire »), suggérant que la tâche proposée fait horreur, que l’énonciateur ne peut l’envisager sans en frémir (tueur à gages par exemple), et intransitif (de kâm honâ, « être »), pour simplement dire qu’on ne se sent pas à la hauteur ou n’a pas le temps :

(17)a

mujhse

yah

kâm

nahîn

kiyâ

jâegâ

je-instr

ce

travail

neg

faire

Pass-fut

je ne pourrai pas le faire (jamais faire ça) (tu me prends pour qui ?)

(17)b

mujhse

yah

kâm

nahîn

hogâ

je-instr

ce

travail

neg

sera

je ne pourrai pas m’en charger

25Dans un contexte narratif de mauvaise cohabitation dans un train, pendant une période troublée ou tout le monde se méfie de tout le monde, on trouve dans la même séquence deux emplois dans la structure incapacitative de la même racine verbale uThnâ « se lever », l’un sur la base intransitive (uThnâ), l’autre sur le passif de la basse transitive uThânâ (lever, soulever). Les deux énoncés peuvent être traduits par « ne pas pouvoir prendre » (il s’agit des bagages à « lever » avant de quitter sa place dans le compartiment) :

(18)a

bibi     teri     gaThrî    main     uThâ,     lûngâ     isgûnge     se     nahîn    uThegî

femme     ton     baluchon     je     lever     prendrai,     cemuet     instrneg    se-levera

Femme, ton baluchon, je vais le prendre, ce muet est en bien incapable

(18)b

mujhse    apnâ    Trank    nahîn    uThâyâ    jâegâ,    na        ghî    Tîn

je-instr     refl    valise    neg    soulever    Pass-fut    neg    juste    beurre    deboîte

je ne pourrai me résoudre à prendre ma valise, pas même le bidon de beurre clarifié

26(18a) suggère que l’agent (le muet) n’est pas capable de soulever le bagage (trop faible, trop peu serviable) et qu’on ne peut pas compter sur lui. (18b) suggère une forte réticence chez l’agent, terrorisé devant l’air menaçant de son voisin de train : il envisage de changer de place mais se voit dans l’incapacité psychique de prendre sa valise, et même son bidon (qui pèse moins d’un kilo).

2.2.3. Sémantique, structure argumentale et morphologie verbale

  • 12  darvazâ havâ ke jhonke se khulâ porte vent de coup .instr. s’ouvrit : ‘un coup de vent ouvrit la p (...)

27La différence est corrélée à la morphosyntaxe de la construction, elle-même corrélée à la structure formelle de la base verbale. Les verbes passivables, qu’ils aient un ou deux arguments, comportent toujours un agent (fût-il à la fois source et cible du déplacement comme dans calnâ « marcher », uThnâ « se lever », baiThnâ « s’asseoir » : les « moyens typiques »), et c’est l’agent qui domine sur le patient : la négation, qui permet à l’implicature la plus faible d’être seule retenue, porte sur la relation du prédicat et de l’agent, rôle principal, et on a un procès non déclenché par inhibition de l’agent. Dans un prédicat intransitif, le patient est le premier rôle, correspondant soit à l’argument unique soit au premier argument. Si un second argument s’adjoint à un prédicat à une place, il ne peut pas avoir les traits de l’agent typique, car une structure argumentale agent/patient imposerait la base transitive – les verbes intransitifs médio-passifs n’admettent comme second rôle, non obligatoire, qu’une cause inanimée à l’instrumental12. Si intervient dans cette position une entité humaine, elle figure comme simple siège d’une aptitude, déterminant les conditions de faisabilité du procès et non la cause du procès. La négation qui permet à l’implicature la plus faible d’être seule retenue, porte sur la faisabilité du procès et son résultat ; c’est sur la relation prédicat-patient que porte la négation et on a un procès non effectif associé à un acteur inefficace.

28Notons que le même verbe uThnâ « se lever », employé dans un sens médio-passif (patient premier rôle dans (18a), est plus fréquemment employé comme moyen à sujet humain, auquel cas il admet l’impératif (uTho ! « lève-toi ! »), et peut entrer dans la construction passive d’incapacité :

(18)c

mujhse

uThâ

nahîn

gayâ

je-instr

se-lever

neg

Pass-aor

je ne pus me lever (même contexte possible que 15)

29Il serait donc erroné d’attribuer une structure argumentale figée à chaque prédicat du lexique et de raisonner sur des classes de verbes passivables en fonction des entrées lexicales. Ce qui détermine la possibilité de passivation est la présence d’un argument ayant un rôle d’agent. C’est le cas des verbes transitifs mais aussi de certains intransitifs, où plus justement des contextes syntaxiques où les prédicats se réalisent dans cette structure argumentale.

3. Autre valeur modale des intransitifs : l’inadvertance

3.1. Les faits

30Quand un humain se trouve dans la position de cause inanimée (à l’instrumental) d’un énoncé intransitif affirmatif, celui-ci s’oppose à l’énoncé transitif correspondant comme un processus involontaire à un processus volontaire. On peut ainsi contraster (19) affirmatif à (12)a négatif :

(19)

mujhse

gilâs

girâ

TûTâ

je-instr

verre

tomba 

se cassa

j’ai fait tomber /cassé un verre par mégarde

31L’ ‘agent’ instrumental, comme la cause animée dénuée par nature d’agentivité consciente et délibérée, s’oppose à l’agent ergatif, doué de ces traits. C’est pourquoi la construction est particulièrement adaptée à la justification des actes répréhensibles (20), le « coupable » se présentant comme irresponsable (21) parce qu’il n’avait pas conscience de ce qu’il a fait, a agi par mégarde, toujours sans le vouloir et souvent sans le savoir, que le prédicat soit un verbe simple ou une locution verbale :

(20)

yah     daftar    kaTahalhai ;    mujhse    galtî    huî

ceci    bureau    dejacquierest ;    je-inst    faute    fut     

daftar    keahâtemen    lagâhuâthâ,    mujhse    TûTgayâ

Bureau    decour    dans    êtreplantéppft,   je-instr    secasseralla

-kaise    TûTgayâ ?    – peR    par    caRhâthâ.

-comment    secasseralla ?    – arbre    sur    grimperppft

c’est un jacquier du bureau ; j’ai fait une erreur. Il était planté dans la cour du bureau, je l’ai cueilli sans faire attention – Comment il s’est détaché /comment tu as fait ton compte ?

– J’étais grimpé à l’arbre

(21)

A    tumhîn    ne    uskâ    khûn    kiyâhai.

-      toi-emph    erg    son    sang   asfait

B    sâhab,    mainne     khûnnahîn    kiyâ,    vahto    mujhse    Hogayâ

-      Monsieur    je-erg    sangneg    fis     celamais    je-instr     êtrealla

Khûn    mainne     jân-bûjhkar     kiyâthâ ?    Vahto    mujhse    hogayâ

sang    je-erg    consciemment     faireppft ?    celamais    je-instr     êtrealla

C’est toi qui l’as tué. – Monsieur, je n’ai pas tué, ça c’est tué par moi. Aurais-je tué consciemment ? Mais non, c’est advenu par moi (je n’y suis pour rien)

32(21) est particulièrement intéressant car A (l’accusation) emploie bien entendu la tournure ergative, que l’accusée nie, n’assumant pas la responsabilité de l’acte mais admettant en être la cause, qu’elle exprime à l’instrumental : le bras qui n’est pas un véritable agent, intentionnel et conscient, ne devrait pas être puni.

  • 13  * mujhse cillâyâ gayâ je instr crier passif-aor (au sens ‘un cri m’a échappé’).

33La construction des intransitifs de sens médio-passif avec un « agent » instrumental introduit donc un argument supplémentaire à la structure argumentale élémentaire du prédicat. Comme il ne peut être un agent, sinon le prédicat serait le transitif corrélé, et que par ailleurs le trait humain le distingue de la cause inanimée ou de l’instrument intermédiaire, il prend les traits sémantiques seuls accessibles dans la construction (-volonté –contrôle conscient), qui, ajoutés au trait humain, donnent la non intentionnalité. C’est donc la simple combinaison des traits sémantiques de l’entité nominale et des traits attachés au rôle instrumental dans la structure argumentale du prédicat intransitif médio-passif qui produit ce nouveau type d’argument : l’acteur inadvertant (pour ne pas dire l’agent), dépourvu de contrôle, de volonté et de conscience. De fait, les intransitifs dont l’argument unique n’est pas un patient typique inanimé n’autorisent pas construction13, et les transitifs affirmatifs à agent instrumental n’ont pas à la valeur modale d’inadvertance (1,2). La particularité de la construction est donc d’exclure du rôle de source du procès les traits de volonté et de conscience : je l’ai fait sans m’en rendre compte, non seulement sans le faire exprès mais sans en avoir conscience.

3.2. Instrumental, ergatif, passif et degré d’assomption consciente

  • 14  maine sîtâ ko akele rote hue pâyâ
    je-erg Sita acc seule pleurant étant trouver-aor
    ‘j’ai trouvé Sita (...)

34C’est en quoi l’instrumental s’oppose clairement à l’ergatif, qui suppose toujours un sujet de conscience même en l’absence des traits de volonté et de contrôle. L’ergatif, comme le passif, correspond bien à un rôle d’agent, mais si on redéfinit l’agent autant par le trait d’assomption consciente que par celui de contrôle volontaire, comme je l’ai montré en le contrastant au datif de l’expérient (Montaut 1991, 1999). Le trait de choix conscient et délibéré invoqué par Butt 1993, et Mohanan (1994 : 72-5) est une heureuse manière d’en finir avec la réduction du rôle agent (et du cas ergatif) aux traits du causateur volontaire. Mais il ne suffit pas à rendre compte de sa présence avec pânâ « trouver », mânnâ « considérer », jânnâ « connaître », mahasûs karnâ « éprouver », etc14.

35L’expression casuelle de l’agent en hindi (ergatif ou nominatif de l’argument principal des transitifs) n’est pas seulement réservée à l’agent canonique pourvu des traits de volonté, contrôle, capacité à déclencher un procès dynamique. Est traité de la même façon sur le plan morpho-syntaxique le sujet de réflexion consciente, ce qui autorise à l’intégrer dans le même super rôle (‘Agent’) au même titre que les agents canoniques. C’est pourquoi les structures à l’instrumental de l’acteur inadvertant ne se trouvent pas avec des passifs : un verbe passivable comportant nécessairement un des traits de l’ ‘Agent’ au sens large que le hindi associe à ce rôle (fût-il réduit au trait d’assomption consciente), sa structure argumentale ne laisse pas de place à l’acteur inadvertant.

36On peut donc pour conclure, souligner l’importance du rôle agent comme condition de la passivation (et de l’ergativité, qui en hindi est déterminée essentiellement par la transitivité), à condition d’intégrer à ce rôle le trait ‘sujet de conscience réflexive’. Si les transitifs se passivent c’est non du fait du patient mais du fait de la présence d’un ‘Agent’. Les intransitifs qui ne se passivent pas sont ceux qui n’ont pas d’agent à occulter. Quant aux différentes valeurs modales assumées par les passifs et par les intransitifs (inhibition, inaptitude, inadvertance) elles découlent directement de la structure argumentale des prédicats, elle-même liée à leur structure morphologique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brahim Ahmed (1996) L’Occultif, hypothèse pour un traitement translinguistique du ‘passif’ et des structures apparentées, Tunis, Etudes Linguistiques 2.

Butt Miriam (1993) « Conscious Choice and some light verbs in Urdu », in Complexe Predicates in South Asian Languages, M.K. Verma (ed.), Delhi, Manohar : 31-46.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Davison Alice (1980) « Peculiar Passives », Language 56-1 : 42-66.
DOI : 10.2307/412642

Gaeffke Peter (1967) Untersuchungen zur Syntax des Hindi, La Haye, Mouton.

Haspelmath Martin (1993) « More on the Typology of inchoative/causative verb alternations » in Causative and Transitivity, B.Comrie et M. Polinsky (eds.), Amsterdam, John Benjamins.

Mohanan Tara (1994) Argument Structure in Hindi, Stanford, Center for the Study of Language and Information.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Montaut Annie (1990) « La Construction passive en hindi moderne », BSLP LXXXV : 91-136.
DOI : 10.2143/BSL.85.1.2013432

Montaut Annie (1991) « Constructions subjectives et constructions objectives », in La Transitivité dans les langues naturelles, A. Montaut (ed.), Linx 24

Montaut Annie (1999) « Le datif en hindi », Cahiers de Linguistique de l’INALCO, 2 : 217-24.

Pandharipande Rajeshwari (1979) « Passive as an optional rule in Hindi, Marathi and Nepali », South Asian Languages Analysis, 1 : 89-106.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Shibatani M., (1985), « Passive and related constructions », Language 61-4 : 821-48.
DOI : 10.2307/414491

Abréviations : m,f, s,p pour les genres et nombres, nom, acc, dat, erg, instr, gen (nominatif, accusatif, datif, ergatif, instrumental, génitif), pres, aor, pft, ppft, (présent, aoriste, parfait, plus-que-parfait), subj (subjonctif), Pass (passif)

Haut de page

Notes

1  Type assez rare selon Comrie qui distingue plusieurs types (intransitif dérivé de l’intransitif, comme le se-moyen français, equipollence de verbes non orientés, comme break en anglais, système recourant à deux paradigmes d’affixes sur une même base (communication au colloque Réfléchi et moyen : approches typologiques, Tunis-Manouba, 15-16 mars 2001, org. A.Brahim, avec la collaboration de l’ALT). L’idée d’établir un profil de transitivité des langues par les diverses relations, dérivationnelles ou non, entre intransitifs et causatifs, est d’Haspelmath 1993.

2  Je résume dans cette première section les conclusions de Montaut 1990.

3  Les locutions verbo-nominales intransitives, comme savâr honâ, en-voyage être, « s’embarquer » entrent dans les mêmes constructions : phir savâr huâ gayâ [puis en-voyage être pass-aor-ms] « puis on embarqua »

4  Sur les nombreux problèmes posés par la notion de sujet en hindi/ourdou, voir Montaut 2001. Le fait que le réfléchi soit parfois ambigu, sans jamais exclure l’agent de la coréférence (Mohanan 1994 : 123) prouve simplement que l’agent du passif n’est pas un aussi bon candidat à l’antécédence qu’un sujet nominatif ou un actant ergatif et qu’il a moins de propriétés subjectales

5  Corrélation morphonologique (khulna s’ouvrir, kholna ouvrir, marnâ mourir, mârnâ tuer, pisnâ être écrasé, pîsnâ écraser) faisant intervenir un phénomène d’apophonie, ou morphologique (paknâ être cuit /se cuire, pakâna (faire) cuire, uThnâ se lever, uThânâ lever/soulever, paRhnâ étudier, paRhânâ enseigner, calnâ marcher, calânâ conduire), faisant intervenir un morphème transitivant ou causativant –â suffixé au radical intransitif ou transitif non causatif.

6  A laquelle on peut éventuellement remonter pour ainsi dire à contre courant, en amont (« upstream » dit Langacker). Inversement, le scénario conceptuel dans les procès transitifs (10d) suppose un profilage complet de toutes les phases de la séquence causale (d’amont en aval).

7  Voir l’opposition impératif (transitif) et intransitif : gâRî apne âp nahîn rukegî, ise roko [voiture soi même neg s’arrêtera, elle-acc arrête] ‘La voiture ne s’arrêtera pas toute seule, arrête-la’.

8  Mohanan (1994) considère la construction comme « pseudo-passive ». Cependant la morphologie verbale est commune (la catégorie de voix étant fondamentalement morphologique). Certes, l’auxiliaire jânâ « aller » a d’autres emplois que de former les passifs en hindi moderne, mais en sanscrit, le morphème spécifique –ya- qui sert à passiver les transitifs sert aussi à passiver les intransitifs, et en hindi ancien (dit « médiéval ») cette passivation, encore synthétique ou périphrastique, dans le même environnement (négatif, instrumental), produit la même valeur modale (Gaeffke 1967 : 39-58)

9  Exemple en contexte virtuel : mujhse jo kuch banâ, kiyâ ; jahân tak mujhse banâ, kiyâ
je-instr rel indef être-fait-aor, faire-aor-ms ; jusqu’à ce que je-instr être-fait-aor, faire-aor
« tout ce que je pouvais faire, je l’ai fait ; je suis allé jusqu’au bout de ce que je pouvais faire »

10  La construction modale traite toujours l’instrumental comme seul antécédent du réfléchi (Mohanan 1994 : 161), alors que la construction non modale peut tolérer l’ambiguïté (voir note 4).
bahut prayâs karke bhî usse apnâ pâTh paRhâ nahîn jâtâ
beaucoup effort faisant même il-instr refl leçon étudier neg pass-prest-ms
« en dépit de tous ses efforts il n’arrive pas à apprendre »

11  Un examen exhaustif serait à faire et on constaterait certainement des « exceptions » à cette généralité : on peut avoir ruko (impératif se ruknâ « s’arrêter ») et non son passif. De même âo ! « viens ! » est parfait mais son passif hautement improbable.

12  darvazâ havâ ke jhonke se khulâ porte vent de coup .instr. s’ouvrit : ‘un coup de vent ouvrit la porte’

13  * mujhse cillâyâ gayâ je instr crier passif-aor (au sens ‘un cri m’a échappé’).

14  maine sîtâ ko akele rote hue pâyâ
je-erg Sita acc seule pleurant étant trouver-aor
‘j’ai trouvé Sita en train de pleurer toute seule’Sîtâ ko akele rote hue pâyâ gayâ
Sita acc seule pleurant trouver Pass-aor
‘Sita a été trouvé pleurant seule’, ‘on a trouvé Sita en train de pleurer toute seule’

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Montaut, « Passif et moyen : la structure argumentale des prédicats dans les langues à base intransitive dominante (l’exemple du Hindi/Ourdou) », Linx [En ligne], 45 | 2001, mis en ligne le 21 septembre 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://linx.revues.org/750 ; DOI : 10.4000/linx.750

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page