Navigation – Plan du site

Typologie pré-greenbergienne, morphologie et cognition : « flexionalismes » et « flexionalité »

Alain Lemaréchal
p. 51-58

Texte intégral

1On a adressé un certain nombre de critiques justifiées à l'ancienne typologie, remontant aux frères Schlegel et à Humboldt, des langues en isolantes, agglutinantes et flexionnelles. On lui a, entre autres, reproché de ne cadrer vraiment avec aucune langue – ce qui reste, à mon avis, à nuancer largement – : mais on peut dire qu'à peu près « toutes les langues accusent des traits qui relèvent de plus d'un type à la fois » (Hagège 1982).

2On retiendra simplement qu'il est sans doute en général plus fécond de parler de traits flexionnels, agglutinants, isolants que de langues flexionnelles, agglutinantes, isolantes. De fait, une langue agglutinante par ailleurs présentera des traits typiquement flexionnels dans son système de marques personnelles, etc. ; nous parlerons de « flexionalismes » pour désigner ces traits et de « flexionalité » pour désigner cette caractéristique.

3Ces « flexionalismes » se présentent pour le linguiste descriptiviste souvent au premier chef comme des « obstacles à la segmentation ». Ces obstacles sont bien connus :

  • amalgame sur un même signifiant de marquages de valeurs relevant de catégories grammaticales (comme cas/nombre/genre, cas/personne/nombre, cas et temps-aspect-mode, etc.) parfaitement distinctes par ailleurs dans la langue considérée, ce qui contrevient à l'« idéal » : une valeur <–-> une marque, une catégorie grammaticale <–-> un paradigme de marques ; de même :

  • variantes de signifiant sans différence de signifiés : allomorphe, supplétisme ; homonymies de signifiant pour des signifiés distincts, marques « Ø », solidarité à distance dont le cas extrême est constitué par les morphèmes à signifiant discontinu ;

4au point que certaines segmentations en « unités minimales » avec liste, pour chacune d'elles, de leurs allomorphes accompagnés de leur règle d'apparition, bien que factuellement exactes, se révèlent franchement « agglutinocentriques » – dans certaines descriptions de l'école de Martinet, mais encore plus systématiquement dans celles faites dans le cadre de la « Tagmemic » de Pike.

5La différence entre langues, ou phénomènes, flexionnels et agglutinants n'est pas sans portée dans deux domaines qui connaissent le regain d'intérêt que l'on sait – ce qui fait que cette typologie n'est pas aussi caduque qu'on l'a dit : 1) d'un point de vue cognitif, les deux types de langues ou de phénomènes renvoient à deux types différents de stockage, d'apprentissage, d'accessibilité, c'est-à-dire finalement le mode d'existence des paradigmes et des marques, entre compositionalité et listing (cf. Langacker 1987 et ce qu'on pourrait appeler la dialectique de la règle et du listing), et 2) du point de vue diachronique de la grammaticalisation : la genèse, le mode de renouvellement, voire d'effondrement des systèmes sont différents entre types agglutinant et flexionnel.

  • 1  Cf. Perrot 1983 et 1993 (p. 243). Pour des questions d'impression, nous avons placé, dans les exem (...)

6Ainsi en mordve, langue ouralienne : les verbes transitifs présentent deux types de conjugaison : subjective et objective1, un peu comme en hongrois, à cette différence près qu'en mordve la conjugaison objective est une véritable conjugaison du verbe selon le sujet et l'objet. On a, pour l'indicatif présent, en laissant de côté les formes réfléchies, les suffixes personnels suivants :

7c'est-à-dire, en recomposant le tableau, on saisira mieux les phénomènes d'indifférenciation :

8On a en fait deux systèmes distincts, l'un pour les objets de 3ème personne (la « non-personne »), l'autre pour les objets de 1ère et 2ème personnes :

9où la marque -ïz sert comme marque de pluriel aussi bien du sujet que de l'objet.

Des sous-systèmes d'opposition locaux : le cas du walmatjari

10Un autre « flexionalisme » caractérisé est la tendance à la constitution de sous-systèmes d'opposition locaux, « paroissiaux », ce qui fait obstacle également à l'émergence d'un système tabellaire avec autant d'entrées qu'il y a de catégories grammaticales à marquer. Une même marque ne prend sa valeur que dans des « oppositions locales » à l'intérieur du système. Nous allons en voir quelques effets en walmatjari, mais cela est tout autant attesté en français :

croire : il croit / ils croivent
// il boit / ils boivent
mais *nous cruvons, *vous cruvez

11le /v/, morphème ou consonne finale d'un nouvel allomorphe long pour le verbe croire, apparaît sur un axe singulier/pluriel interne au seul domaine de la 3ème pers., la « non-personne », la plus nominale, mais ne met pas en cause la totalité du pluriel.

  • 2  Cf. Hudson 1978 ; pour une réanalyse, Lemaréchal 1998, chap. 2.

12En walmatjari (langue australienne2), ce genre d'opposition locale caractérise la totalité du système de double conjugaison sujet + objet (destinataire > patient > « accessory ») ; on peut dire que tout le système, où il n'y a pratiquement plus de neutralisation (une seule forme à 2 valeurs « il te » et « vous le »), a été engendré de cette manière et en porte la trace, car cet engendrement s'étant opéré en cercles successifs, pour étendre le marquage personnel à l'objet, puis au datif, puis à l« accessory », des personnes aux non-personnes, du nombre, de l'opposition excl. vs incl., etc., les types mêmes de marquage sont la trace de ces oppositions.

  • 3 Le point sépare les différents éléments d'un ensemble qui constitue la marque d'une personne partic (...)

13Dans cette langue, le marquage personnel est entièrement, comme en basque (hormis les quelques verbes ayant des formes « synthétiques »), porté par les auxiliaires (sauf à l'injonctif) en l'occurrence des auxiliaires marques, non de mode (Hudson), mais plutôt de « types d'énoncé » (niveau énonciatif) déclaratif vs interrogatif (et absence d'auxiliaire = injonctif). On a, pour l'auxiliaire déclaratif pa- (ma- devant nasale), la conjugaison personnelle suivante pour les verbes transitifs, conjugaison selon le sujet et l'objet3:

14Il n'est évidemment pas question d'examiner une telle conjugaison dans son entier.

15On peut bien entendu analyser l'ensemble de ces formes comme résultant de la combinaison de marques segmentales – on devra distinguer des marques de personnes, des marques de nombre et des marques de cas (ou de fonction), avec leurs allomorphes – et des règles d'ordre de ces affixes – des marques séquentielles, qui ne seront pas les mêmes selon qu'une 1ère pers. sg ou des 3ème pers. seront en jeu, par exemple. Le problème, c'est qu'on aura fait comme si on avait là un système agglutinant ; or, ce n'est pas du tout le cas. Pour donner une idée de la situation, nous zoomerons sur quelques points de ce paradigme complexe, ou plutôt sur ce complexe de paradigmes, pour le montrer :

161) On a un 1er système où il n'y a de marque personnelle que des personnes proprement dites sujet de verbes intransitifs et agent de verbes transitifs :

17NB : sauf -pila et -lu, marques respectivement de duel et de pluriel, toutes les autres marques sont de style « flexionnel » : en effet, on a -rli marque de 2ème incl, seule = duel, mais = pluriel quand + -pa ; -jarra (tarra après n) est une marque de 2ème duel excl, etc.

182) On a un 2ème système qui est la « déclinaison » sujet vs objet vs datif de la marque de 1ère sg. toujours placée en tête (seul cas au sein des « personnes proprement dites » où l'ordre dépende de la hiérarchie des personnes et non des fonctions ; le fonctionnement de la 3ème pers. est différent) :

19Ce deuxième système introduit la possibilité pour la 1ère pers. d'être autre chose que sujet, d'abord avec sujet = 3ème pers., puis avec spécfification du nombre de ce sujet de 3 èmepers.

203) Zoomons à présent sur ma-nta qui apparaît deux fois dans le tableau – un peu comme en mordve, mais de façon beaucoup plus limitée puisque n'apparaissant que dans deux cases -, avec les valeurs :

21On a en fait :

224) Le seul point où interviennent des oppositions croisées, et un système tabulaire, c'est le système duel + cas :

-pila      

duel sujet

-pi-nya    

duel objet

-pila-ngu  

duel datif

Quelques traits définitoires des flexionalismes et de la flexionalité

23L'ensemble du tableau des formes du walmatjari est donc constitué de différenciations locales qui, de proche en proche « bouchent les trous » restant dans la grille à un moment où les paradigmes déjà en place sont devenus intouchables, c'est-à-dire inaccessibles à la génération de locuteurs en train de procéder à la prochaine étape du remplissage. Il y a des strates dans la diachronie et, en cela, la synchronie garde bien la trace de la diachronie. Pour ce qui est de l'apprentissage/stockage : listing ou règle ou règle + listing (Langacker) ? Dès qu'on entrera en situation d'insécurité linguistique, on assistera à des régularisations, locales, limitées sur des domaines restreints.

24A aucun moment, l'ensemble n'est accessible en entier aux remaniements, entre autres pour procéder à la construction globale de paradigmes reposant sur un système simple d'oppositions croisées ; les retouches ne seront possibles que par des restandardisations ponctuelles (ce qu'il est convenu d'appeler « phénomènes analogiques »), qui, simplifiant le long d'une dimension, obscurcissent souvent les autres.

25Le type morphologique une fois devenu flexionnel, le retour à l'agglutination n'est possible qu'à travers un écroulement très large du système antérieur, ce qui peut arriver en cas de pidginisation, etc. ; et encore ne faut-il pas oublier des cas comme celui de l'anglais, où, malgré une disparition très large du système flexionnel antérieur, ce qui subsiste continue de présenter un type profondément flexionnel, avec un -s « marqué » non singulier (dans les noms), non personne (dans le présent des verbes), non analytique (dans le marquage des compléments de nom), etc.

26Cela permet de proposer quelques traits définitoires des « flexionalismes », c'est-à-dire de la « flexionalité » :

  • l'absence de fonctionnement tabellaire ;

  • la diversité des valeurs des différentes marques selon les oppositions locales où elles se trouvent ;

  • la tendance à l'échange entre ces valeurs (entre « valeurs primaires et secondaires », Kuryłowicz) ;

  • l'émergence de régularités et de valeurs nouvelles : on a, par exemple, dans une synchronie donnée, une marque de 2sg -su, de 1pl excl -mi, de 2pl -mu : à un certain moment, -u pourra être senti comme « 2ème pers. » et -m- comme « pluriel ».

27Si on définit de la sorte la flexionalité, on peut se demander s'il n'existe pas également des « flexionalismes » dans le domaine de la syntaxe.

Haut de page

Bibliographie

HagÈge Claude, 1982, La structure des langues. Paris, PUF.

Hudson Joyce, 1978, The core of Walmatjari grammar, Canberra, Australian Institute of Aboriginal Studies

Josephs Lewis S., 1975, Palauan Reference Grammar, Honolulu, The University Press of Hawaii.

Kuryxowicz Jerzy, 1964, The Inflectional Categories of Indo-European, Heidelberg, Carl Winter Universitätsverlag.

Langacker Ronald W., 1987-1991, Foundations of Gognitive Grammar, I-II, Stanford, Stanford University Press.

LemarÉchal Alain, 1983, « Sur la prétendue homonymie des marques de fonction : la superposition des marques », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 78/1, Paris, Klincksieck.

LemarÉchal Alain, 1991, Problèmes de sémantique et de syntaxe en palau, Paris, Editions du CNRS.

LemarÉchal Alain, 1998, Etudes de morphologie en f(x,...), Louvain-Paris, Peeters.

Perrot Jean, 1981, « La double conjugaison (subjective et objective) dans les langues finno-ougriennes : aperçu des problèmes », LALIES 3, Paris, Presses de l'Ecole Normale Supérieure, p. 25-32.

Perrot Jean, 1993, « Structure de la morphologie verbale en mordve : les indices actanciels », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris LXXXVIII/1, p. 239-260.

Pike Kenneth L. & Evelyn G, 1976 (2nd ed. 1979), L'analyse grammaticale. Introduction à la tagmémique (trad. fr., 1995, SELAF-Peeters).

Haut de page

Notes

1  Cf. Perrot 1983 et 1993 (p. 243). Pour des questions d'impression, nous avons placé, dans les exemples empruntés au mordve, le signe ' après la consonne, alors qu'il devrait figurer au-dessus.

2  Cf. Hudson 1978 ; pour une réanalyse, Lemaréchal 1998, chap. 2.

3 Le point sépare les différents éléments d'un ensemble qui constitue la marque d'une personne particulière, ces éléments sont une marque personnelle proprement dite + une marque de nombre + une marque de cas (Objet vs datif) qui peuvent être segmentables (ex. : ny.pila.ngu = 2ème pers. + duel + datif « à vous deux »), mais souvent il y a amalgames, redondances, discontinuité du signifiant, etc. Les abréviations O valent « marque personnelle objet », D « marque personnelle datif », incl « inclusif » et excl « exclusif ». les digrammes en r+ notent les postalvéolaires : rn note la nasale post-alvéolaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Lemaréchal, « Typologie pré-greenbergienne, morphologie et cognition : « flexionalismes » et « flexionalité » », Linx [En ligne], 45 | 2001, mis en ligne le 21 septembre 2012, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://linx.revues.org/732 ; DOI : 10.4000/linx.732

Haut de page

Auteur

Alain Lemaréchal

Université de Paris IV-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page