Navigation – Plan du site

La typologie et les universaux

Bernard Pottier
p. 19-24

Texte intégral

11. Depuis une trentaine d’années, on constate une floraison d’études de typologie linguistique, certaines étant organisées sur le plan aréal (ex. EUROTYP, dirigé par Ekkehard König, qui produit neuf gros volumes chez Mouton-de Gruyter ; MEDTYP, dirigé par Paolo Ramat et qui concerne l’ensemble méditerranéen) ou mondial (ex. UNITYP, réalisé par Hansjakob Seiler, dont le huitième volume vient de paraître chez Gunter Narr), sans compter les nombreuses autres études individuelles.

2Cette abondance de matériaux ne débouche pas toujours sur une réflexion généralisante, de nature hypothétique naturellement, mais nécessaire pour une compréhension des phénomènes fondamentaux sous-jacents à la multiplicité des solutions apportées par chacune des langues. H. Seiler propose de situer sur un axe continu allant d’un plus d’ « indicativité » à un plus de « prédicativité » une dizaine de grandes « dimensions » cognitivo-conceptuelles. Nous-même posons un parcours à trois phases (le trimorphe) instancié dans les aires existentielle, spatiale, temporelle, notionnelle et modale (cf. Représentations mentales et catégorisations linguistiques, Peeters, Louvain-Paris, 2000, 318 pages).

3D’une façon générale, on peut définir ainsi la typologie :

« Etude des types de solutions que les langues apportent à l’expression des événements conceptualisés et modalisés par l’énonciateur. »

« Etude des types de solutions que les langues apportent à l’expression des événements conceptualisés et modalisés par l’énonciateur. »

4Ce parcours onomasiologique est construit, bien entendu, à partir de l’observation, de nature sémasiologique, des réalisations textuelles des langues.

5L’événement perçu et conceptualisé est « à-dire », avec une grande marge de liberté, à l’intérieur des contraintes typologiques de la langue choisie.

62. Au niveau du choix des lexèmes, l’orthonyme correspond à la dénomination directement appropriée à la conceptualisation immédiate : dromadaire, Saturne, éparpiller, graisseux, si c’est le cas. S’il y a une volonté de distanciation, on a recours aux opérations META-, et PERI-. Ce phénomène à choix multiple portant sur le lexème est la POLYNOMIE.

7Parallèlement, le choix de constructions syntaxiques (ou syntaxies) reste à la discrétion de l’énonciateur qui préférera, par exemple, « le Préfet a nommé le directeur » à « le Préfet a procédé à la nomination du directeur » ou « le directeur a été nommé par le Préfet », etc… On constate ici une POLYSYNTAXIE.

8Les deux phénomènes, polynomie et polysyntaxie, constituent les deux réalisations principales (et combinables) de la POLYSEMIOSE, illustrée par le fait que tout élément de catégorisation conceptuelle peut être exprimé à travers de nombreuses solutions morphosyntaxiques (en relation parasynonymique) :

Ex. :

« il continue à dormir »

/continuité d’un état ou d’un procès/

« il dort encore »

« il ne cesse de dormir »

9Un graphe, qui trouvera sa place dans un microsystème d’ensemble, pourrait être :

10Au point de visée (v), le procès existe, et il existait déjà à un point antérieur sur l’axe du temps sans interruption. C’est l’invariant (INV) que l’on trouve sous les trois solutions citées, chacune d’elles ajoutant sa propre spécificité (d’où la parasynonymie).

11Dans cette optique, l’étiquette de /virtuel/, proposée par G. Lazard (Papers… to Vl. Nedjalkov, Tübingen, 1998, p. 245), convient pour des solutions linguistiques dites : « prospectif, désidératif, débitif, potentiel, inceptif, éventuel, habituel, subjonctif, optatif » qui, pour nous, ont toutes en commun un noème sous-jacent de type « prospectivité » :

12situé en phase 1 du trimorphe (2 = inspectivité ou actuel ; 3 = rétrospectivité ou réalisé).

133. Parcourons la totalité du mécanisme onomasiologique :

Ex. :

14La relation A>B est universelle (invariant conceptuel) et toutes les langues l’exprimeront. Elles pourront y attacher une valeur culturelle (la supériorité sera faste dans certains domaines, néfaste dans d’autres, etc…).

15Les solutions linguistiques sont toujours multiples :

« Paulus doctior est quam Petrus »
« Paulus doctior est Petro »

16Le français a des variantes sémiologiques qui entraînent le choix de classes syntaxiques différentes :

« la supériorité de A sur B »
« A est supérieur à B »
« A l’emporte en x sur B », etc…

17Et une fois un invariant de langue choisi, l’énonciateur a encore des choix supplémentaires :

a) « A est supérieur à B »
b) « B est inférieur à A »
c) « il y a supériorité de A sur B »
d) « il y a infériorité de B par rapport à A », etc…

18On voit ainsi que la considération de la représentation d’un phénomène au niveau mental abstrait permet de comprendre à la fois l’affinité entre ces solutions grammaticalisées (que j’appelle isophasie ou « isosémie au niveau conceptuel »), et les modulations apportées par chaque langue.

194. On doit tenir compte également de la morphosémiologie. De proche en proche, on constate un continuum dans la distension entre la morphologie liée et la morphologie libre :

je parlerai, j’ai à parler, je me dois de parler
je veux parler, je veux bien parler, j’aurais bien voulu parler

20Pour étiqueter une catégorie, le linguiste se fonde, bien souvent, sur la grammaticalisation formelle des langues. Ainsi les grammaires du turc parlent-elles de :

possibilitatif « pouvoir venir »
impossibilitatif « ne pas pouvoir venir
nécessitatif « devoir venir »

Le français pourrait prétendre à un

volitif « P. veut te recevoir »
acceptatif « P. veut bien te recevoir »

ou encore à un

forclusif « un ex-député, un ancien ministre ».

Certaines langues ont

un dotatif « avec sucre, sucré, colourful »
un privatif « sans sucre, colourless »

et le turc ev-li « pourvu d’une maison », « marié », rejoint l’espagnol casado.

21En poursuivant l’analyse, on peut distinguer deux sous-types de DOTATIF :

/qui possède par nature/

/qui possède par accident/

« un chemin boueux »

« des chaussures boueuses »

esp. « es lodoso »

« tiene lodo » « está con lodo »

22et deux types de PRIVATIF :

/qui n’a jamais eu/

/qui n’a plus/

« je suis sans voiture »

« je suis sans voiture »

(je ne sais pas conduire)

(elle est en panne)

23Ces dénominations ad-hoc prennent leur justification lorsqu’on se réfère à un micro-système qui amorce la présentation en trois phases que nous proposons plus loin. En voici un exemple :

Une « chrono-logie » s’instaure :

24On peut à présent construire l’entier d’une catégorisation, aboutissant à un trimorphe ou mécanisme cinétique à trois phases :

NB. de- est privatif dans « dé-vêtu » et intensif dans « dé-nudé », continuant ainsi les « têtes de Janus » du latin liées au préfixe de-.

255. Cette même démarche va se retrouver dans des domaines apparemment très éloignés si l’on s’en tient aux chapitres traditionnels des grammaires.

Que l’on compare :

« je veux un carnet rouge »

« je veux ce carnet rouge »

« je veux le carnet rouge »

1

2

3

26En 1, il y a mouvement prospectif vers une entité qui est en vue dans l’esprit.
En 2, il y a contact (visuel ou mémoriel) avec l’objet.
En 3, l’énoncé nécessite un complément d’information car il se réfère à du déjà vu, déjà connu, et donc signifie « je veux le carnet rouge que tu as chez toi », ou à tout autre cotexte .
On peut donc représenter ainsi le trimorphe.

276. Autre exemple, dans le domaine de la modalité épistémique. Le SAVOIR, qui exprime un contact entre l’énonciateur et le propos, possède un AVANT (le parcours qui mène au SAVOIR, donc une incertitude) et un APRES (qui s’éloigne du SAVOIR de l’énonciateur, lequel « prend ses distances » parce qu’une médiation s’est produite liée, par ex., à une intervention extérieure).

On peut figurer ce mécanisme ainsi, en fonction de l’engagement du JE énonciateur :

1

2

3

SAVOIR

distance d’AVANT

distance d’APRES

« je crois qu’il a divorcé »

« je sais qu’il a divorcé »

« il aurait, dit-on, divorcé »

(je ne le vois plus avec sa femme)

(j’ai vu l’acte notarié)

(la rumeur me le fait croire)

élaboration personnelle et responsable du JE

le JE n’est plus responsable, cela est « évident »

le JE devient dépendant des AUTRES

28Ceci constitue un microsystème possible, étant donné la morphosémiologie assez nette du français à ce sujet.

297. Un autre avantage de cette représentation triphasée est qu’un schème noémique, ou noémie, permet de mettre en valeur les métaphores liées à une même phase :

30Penser à :

italien : fermare « arrêter »
portugais : apagar « effacer, « éteindre »

31Ces parcours événementiels font référence soit à l’existence, soit à l’espace, soit à la modalité, avec des transferts toujours théoriquement possibles :

apaiser la soif = la faire disparaître
allumer des passions = faire naître

Conclusions

32L’étude de nature typologique permet de dégager des traits ou comportements communs à plusieurs langues (lesquels conduiront à établir des différences plus ou moins importantes) (GENERALITÉ).

33Un premier niveau d’abstraction amène à poser des notions qui, organisées, peuvent jouer le rôle de tertium comparationis (COMPARABILITÉ).

34Un second niveau, qui nous paraît indispensable et qui légitimement relève de la compétence du linguiste, consiste à construire une hypothèse sur les mécanismes mentaux simples et itératifs qui sous-tendent les catégorisations des objets et des représentations du Monde. Ce sont les modèles trimorphiques que nous proposons dans notre ouvrage cité au début de cet article (UNIVERSALITE).

Haut de page

Table des illustrations

Titre « Etude des types de solutions que les langues apportent à l’expression des événements conceptualisés et modalisés par l’énonciateur. »
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/717/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/717/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende NB. de- est privatif dans « dé-vêtu » et intensif dans « dé-nudé », continuant ainsi les « têtes de Janus » du latin liées au préfixe de-.
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/717/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/717/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/717/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Pottier, « La typologie et les universaux », Linx [En ligne], 45 | 2001, mis en ligne le 21 septembre 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://linx.revues.org/717 ; DOI : 10.4000/linx.717

Haut de page

Auteur

Bernard Pottier

Université de Paris-Sorbonne, 12, rue de l’Abbé de l’Epée, 75005 Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page