Navigation – Plan du site

De ratione scribendi

Jean-François Jeandillou
p. 73-83

Résumés

L’on examine tout d’abord les mérites de la « norm altèrnativ » récemment conçue, ès matières de simplification orthographique, par le Québécois M. Périard, de qui le site www.ortograf.net plaide légitimement en faveur d’une écriture de type « phonologique ». Pensant y retrouver quelque écho des préconisations de l’Observatoire francophone du français contemporain, l’on confronte ensuite ces notations avec celles que proposent parallèlement d’aucuns linguistes. Après quoi l’on en revient aux antiques Notions élémentaires de linguistique (1834) du bon Charles Nodier, pour se demander si la préservation (scripturale) de « l’étymologie » peut ou non contribuer, chez les « jeunes en difficulté », à une culture de la littératie dont tout tend par ailleurs à les spolier.

Haut de page

Texte intégral

Koman on c mi ds 7 galr ?
(Anis 2001 : 28)

Par l’écriture phonétique on perd certains avantages.
Mots qui se confondent en sons peuvent être distingués par l’écriture : <tant de temps par exemple>.
Très utile par exemple pour télégrammes.
(Saussure 1910-1911 : 64)

1Un manuel de grammaire pour les élèves de collège proposait jadis l’exercice suivant :

Voici six homonymes : vin(s), vint, vînt, vain(s), vingt ; vainc(s).
1). Quelles sont les formes verbales dans cette liste ?
2). Replacez ces homonymes dans les phrases suivantes, en les substituant à la graphie phonétique :

  • 1  Langue française 6e-5e, Paris, Nathan, 1985. Plus que de « six homonymes », il s’agit là de neuf s (...)

a. Aurais-tu /vε˜)/ francs ? b. J’aurais préféré qu’il /vε˜)/ plus tard. c. Quand tu /vε˜))/ me rendre visite, j’étais absent. d. Ce sont des arguments /vε˜))/. e. André /vε˜))/ trop tard pour pouvoir m’aider1.

2Il y aura tantôt un quart de siècle que ce genre d’activité se pratiquait communément en classe. De nos jours, la vanité d’un tel exercice ne saurait que frapper l’esprit de tout collégien qui, dûment connecté à l’internet, est à même d’y découvrir l’unique graphie pertinente pour chacune des occurrences ci-dessus : à savoir vin. Ainsi le site www.ortograf.net enseigne-t-il une « norm altèrnativ » qui, sous l’impulsion du Québécois Mario Périard, repose sur un strict principe phonographique grâce auquel la notation des voyelles nasalisées (à l’aide des digrammes an/in/on/un) ne subit aucune variation : ni accent circonflexe ni consonnes muettes ne viennent altérer la stabilité de leur représentation.

3Les avantages de cette correspondance stable entre phonie et graphie sont considérables. Fini le stérile apprentissage des formes complexes que revêt l’écriture du seul et même son [ε˜] ! Finie l’inscription des morphogrammes grammaticaux indiquant la personne (“vins” / “vint”) ou le nombre (“vain-s”, “vin-s”) ! Finis les diacritiques stipulant pour l’œil un mode indicatif / subjonctif (“vint” / “vînt”) par ailleurs inaudible à l’oral ! Finis les importuns résidus étymologiques propres à marquer les relations entre termes d’un même champ dérivationnel (“vainc” / “vainqueur”, “invincible”et même “victoire”) ou à discriminer, sous un rapport logographique, telle unité homophone (“vingt”) !

4Du coup, l’ineptie pédagogique de la première question posée dans le poussiéreux manuel de 6e-5e saute aux yeux. D’hypothétiques « formes verbales » ne sauraient être isolées puisque cette écriture réformée n’offre plus désormais une « liste » hétéroclite de noms, d’adjectifs ou de verbes nettement différenciés, mais une constante séquence trilittère.

Variantes alternatives

5Au vu de cette économie radicale, nul doute que la didactique du français (langue maternelle ou étrangère) ne gagne en efficace. Ce qui se dit s’écrit tel quel – ou à peu près (car le découpage en mots, inexistant à l’oral, reste préservé, comme la ponctuation) –, de même que tout ce qui s’écrit se perçoit à l’oreille. Rien de plus évident, alors, que d’identifier vin à vin-t dans vin jour “vingt jours” et vin-t an “vingt ans”, puisque le numéral cardinal est susceptible de s’associer par liaison à une initiale vocalique subséquente. La nouvèl ortograf, qui a tout prévu, autorise de fait, au chapitre des conventions facultatives, à

ékrir une lètr normalman muèt dan un mo, présédé d’un tirè, kan èl se pronons lor d’une lièzon. Ex. Lè bato, lè-z anfan.

6Au lieu d’utiliser à l’écrit une forme fixe de l’article défini pluriel (“les”), en voilà donc deux en distribution complémentaire, comme à l’oral, devant initiale consonantique ou vocalique. Là où la graphie traditionnelle privilégie l’homogénéité (“les bateaux”, “les enfants”), c’est désormais la variation des allomorphes propre aux contextes phoniques qui vient la bousculer sinon la complexifier. Encore cette convention n’est-elle sagement dite qu’optionnelle, comme le montrent ci-dessus dan un et kan èl.

  • 2  à remarquer que la notation même de « prononsé » bafoue le principe hautement revendiqué « un son (...)
  • 3  Un récent « ajusteman » suggère de recourir en pareil cas au « poin médian » (to.u-bo.u).

7On pourrait s’étonner de certaines autres singularités dont témoigne le codage en question. Pourquoi des digrammes, alors qu’il eût été commode de noter les voyelles nasales à l’aide d’un tilde (comme le préconisait déjà Queneau, non sans quelque ironie, dès 1950) ou au moyen de tel autre signe spécifique ? Cela oblige à recourir à un ‑e postposé lorsque an/in/on/un doivent se « prononsé séparéman » : van / vane, min / mine, son / sone, okun / okune2 De même, le digramme vocalique ou exige un h intercalé quand les deux « lètr ki normalman form un son doiv ètr prononsé séparéman » : tou, bou / tohu-bohu3. Non moins déroutante semble la notation de [ʃ] au moyen de ch, alors que ces deux dernières lettres sont censées avoir, par elles-mêmes, une valeur tout autre.

8Passons sur la non-discrimination des semi-voyelles (noua “noua, noix”, nu / nui, mou / mouat “moite”), à l’exception du yod (pay “paille”), pas toujours identifié néanmoins, ce qui ne favorise guère une rigoureuse conformité de prononsiasion (pourquoi pyon vs aksion ?).Passons encore sur la neutralisation d’aperture de o (sol “sol, saule”), alors que s’opposent par ailleurs é et è (étè / été). Passons enfin sur la confusion entre [ǝ] atone et [œ] ouvert stable, dans demer “demeure” ou prener “preneur” entre autres.

  • 4  Comme l’a montré Jacques Anis (1998 et 2001).

9Mais plus fâcheux est, pour enregistrer des valeurs grammaticales essentielles, le recours aux seuls diacritiques, puisqu’ils sont actuellement en perte de vitesse dans le texto, le courriel, le teletexte et autres tchats électroniques4. Que restera-t-il de l’opposition singulier/pluriel une fois disparus les accents, sur les déterminants notamment de

le bato ete parti

se livr sanbl peu interesan

le(s) bateau(x) étai(en)t parti(s)

ce(s) livre(s) semble(nt) peu intéressant(s)

quand aucun morphogramme – en l’occurrence, de nombre – ne vient affecter corollairement les adjectifs ni les verbes ? Selon M. Périard, il suffit que « lè nòn » puissent « porté la mark du plurièl », laquelle n’est autre qu’un tréma (¨) postscrit. Or lè bato¨ ou sè livr¨ perdent à la fois leur marque phonographique (le/lè, se/sè) et leur marque idéographique (bato[¨], livr[¨]) dès lors que les diacritiques disparaissent de l’usage spontané, dans le clavardage notamment. D’où le judicieux aménagement introduit en 2010, consistant à user désormais de l’idéogramme « + » en lieu et place de « ¨ » : bato+, livr+.

10Enfin, on appréciera que « lè-z omofon dè mo lè plu kouran » soient susceptibles de se distinguer « a l’èd de sign diakritik (aksan, tréma, etc.) plasé sur une vouayèl ». Ainsi le nòn “nom” se différenciera-t-il de l’adverbe non “non”, comme le sòn “son” du verbe son “sont” ou le mòn “mont” du possessif mon “mon”. Dans le Dikortograf 2009, diksionèr qui constitue la référans ofisièl de l’ortograf altèrnativ, “cou”et“coup” n’en sont pas moins transcrits kou, “pain”et “pin” pin, “roue” et “roux” rou, etc. Tout comme mo¨ représente les pluriels “mots” et “maux”.

  • 5  La présence d’un ‑e final dans le titre se comprend d’autant moins que le texte ne présente ensuit (...)

11Il est au demeurant à noter que Lè- zédision Sédisieuz ont d’ores et déjà publié divers ouvrages du « kolektif Ortograf », dont des Kont¨ tradisionèl de la Provans ou Le Peti Prinse5. Et l’on espère pour bientôt une transcription des Poésies d’Alphonse Allais, qui substituera avantageusement à tel distique holorime

Par les bois du Djinn, où s’entasse de l’effroi,
Parle et bois du Gin ou cent tasses de lait froid.

une version dûment restaurée :

Par lè boua du Djine ou s’antase de l’èfroua,
Parl è boua du Gin ou san tasse¨ de lè froua.

12Par-delà le ludisme originel, on voit qu’à tout instant toute unité apparaît là potentiellement ambiguë,

par :

par, pars, part, pare(s), parent

lè :

les, laid(s), laie(s), l’est, l’ai(e(s/nt))

boua :

bois, boit(s)

du :

du, due(s), dû(s)

ou :

ou, où, houx, houe(s)

san :

cent(s), sang(s), sans, s’en, sent…

parl :

parle(s/nt)

è :

est, hais/t, haie(s), ai(e(s/nt))

en sorte que sa valeur ne peut être isolée (à grand peine) qu’au vu de la séquence entière. En d’autres termes, le global régit entièrement le local, alors qu’en orthographe usuelle, chaque unité séparée par des blancs graphiques se laisse plus ou moins définir à moindres frais.

La lettre à défaut des lettrés

13Quelque imperfection que l’on puisse déceler dans cette tentative de rationalisation, elle n’en présente pas moins de hautes vertus socio-éducatives. La « fracture orthographique » que dénonçait récemment André Chervel (2008 a et b) tient à ce que l’orthographe figée et inutilement compliquée constitue « une pratique d’élite, et du même coup un handicap social pour ceux qui ne la maîtrisent pas ». Rien de mieux, en somme, que d’écrire comme on parle : qui sait parler saura écrire et lire, sans risque d’erreur et de façon raisonnée pour peu que la simplification soit strictement normalisée (à la différence des libres altérations du SMS). Cette aspiration à user d’une notation toute transparente n’est pas sans évoquer le fantasme utopique de la langue parfaite, magnifiée avec le succès que l’on sait par tous les intrépides concepteurs d’idiomes artificiels. En même temps que l’on écrirait je veu k’il bouav, pourquoi ne pas en venir aussi à rectifier la langue même et ses concordances complexes (je veu k’il boua), ses allomorphes déroutants (nou bouavon, vou bouavé) voire son lexique, si pénible à débrouiller quand par exemple l’espéranto sait faire de bovo, bovino et bovido les correspondants réguliers des très confus bef, vach et vo ?

14Sans anticiper sur ces attendues réformations, reconnaissons que l’économie d’effort pour les apprenants, le gain de temps pour les enseignants, sont d’ores et déjà incontestables puisque la trop sciente différenciation écrite des homophones disparaît au profit d’une parfaite homonymie. Le Dikortograpf fourmille de listes mettant en lumière la réduction drastique des polygraphies, qui ne démarque plus que les seuls noms pluriels. Pour 11 homophones, on obtiendra par exemple 2 formes simplifiées face aux 6 qui troublaient traditionnellement les esprits :

levé

levé ppé (adj)
levé N

  

levée ppé (adj)
levée N

  

levées ppé (adj)

  

lever Inf
lever N

  

levés ppé (adj)

levé¨

levées N plur

  

levers N plur

  

levés N plur

15En français, les homographes non homophones (fils, portions, exécutions, lis, boxer, affluent, couvent, but, bus, vis…), comme les homonymes stricts (mousse, voile, pêche, car, coupe…), sont beaucoup moins fréquents que les homophones : pair(s) / paire(s) / perd(s) / pers / père(s) ; saut(s) / seau(x), sceau(x) / sot(s)… D’où la vertu fondamentalement désambiguïsante de l’orthographe, en situation de communication médiatisée ou à distance, et la diversification des marques sans correspondance phonique – signifiant le nombre (LESpetits chats miaulent), le genre (L’enfant polie est revenue) ou la personne (IL chantait) – qui alourdissent le système au point de le rendre redondant.

16Faisant fi de ces oiseuses complications, le programme que Chervel appelle de ses vœux semble idéalement réalisé par M. Périard :

Les nouvelles générations et leurs maîtres ont besoin d’une didactique fondée sur des règles simples, claires, dépourvues d’exceptions. Il faut réduire le nombre des règles à mémoriser, car c’est là que réside la difficulté de l’orthographe française (Chervel, 2008b)

17La simplification est certes extrême, en l’occurrence. Mais peut-il en aller autrement ? Le principe du transcodage oral/écrit ne souffre pas de demi-mesure, car ce sont précisément les retouches timorées qui tournent court. Faute de réforme radicale, aucune ne peut aboutir :

Même la dernière, celle de 1990, lancée par Michel Rocard et encouragée par l’Académie française, n’a quasiment pas été appliquée en France (alors que le Québec et la Belgique se montraient plus compréhensifs). Sans doute parce qu’elle était imperceptible, qu’elle touchait trop peu de choses : des traits d’union, des trémas, des circonflexes, des accents graves, des mots étrangers ou composés… Bref, un divertissement de lettrés ! Les éditeurs n’ont pas joué le jeu. (ibid.)

  • 6  Loc. cit. Cette préconisation rejoint celle de l’OFFC (Observatoire francophone du français contem (...)
  • 7  Plusieurs dérivés préfixaux ou parasynthétiques, il est vrai, font usuellement l’économie de la gé (...)

18Une chose est sûre, en effet : lè règl¨ de Périard ne sont ni un « divertissement » ni une affaire de « lettrés ». Comment, sinon, accepter de transcrire apezantir “appesantir” sous un aspect identique à celui de apezanter “apesanteur”, en effaçant la consonne géminée là où le préfixe a- (comme ses allomorphes ac- ad- af-, al- am- an- ap-, etc.) exprime un changement d’état ou l’inchoativité, par contraste avec l’alpha privatif d’“apesanteur” ? Chervel se montre on ne peut plus explicite en la matière : il faut sans état d’âme « supprimer les doubles consonnes inutiles pour la prononciation »6. Autant que celle d’“appesantir”, la préfixation d’aparyé “apparier” a donc tout lieu de se confondre avec la forme aparté7.

19Une autre implication du dispositif – confirmant que les lettrés n’ont point à s’en mêler – est qu’il conviendrait, pour peu que l’on continuât à vouloir lire les auteurs classiques, de retranscrire des masses de documents qui sinon ne seraient plus intelligibles (en graphie ordinaire) sauf par des philologues ou des historiens qualifiés. Ne retenons que le cas des œuvres en vers. Afin de préserver la métrique, force serait d’inscrire sans faille le ‑e posttonique dans toutes les rimes féminines (conformément à la « règl opsionèl idouan ») ainsi que dans les syllabes internes du mètre, comme par exemple dans le premier quatrain des « Chats » de Baudelaire :

Lè-z amoureu fèrvan-z è lè savan-z ostère ème-t égaleman, dan ler mure sèzon,
Lè cha¨ puisan-z è dou-z, orgey de la mèzon,
Ki kom eu son frileu-z è kom eu sédantèr
e.

  • 8  « Si je discute quelle valeur a en français l’e muet terminant un mot : apporte, mère, ordre, [ ]. (...)

20Or ce serait à nouveau introduire force fluctuations dans les finales de mots (ostère / sédantère, au titre de la rime féminine, ème-t et mure, au titre du décomptesyllabique), par rapport aux contextes banalement prosaïques qui n’appellent que ostèr,sédantèr, èm et mur8. De même la liaison, propre ici à éviter l’hiatus, est-elle légitimement notée par le ‑z postscrit dans « fèrvan-z è », « puissan-z è », « frileu-z è » ;mais ce même phonogramme dans « dou-z, orgeuy »apparaît bien incongru avant ponctuation (bizarrerie dont reste exempte la graphie « doux, et »). Bref, c’est toute la dialectique de la liaison automatique/ facultative qui vient en pareil cas troubler la nouvelle régularité de l’écriture autant que de la lecture.

21Y a-t-il là, véritablement, simplification du rapport que le lecteur entretient avec l’objet littéraire ? On peut en douter. D’autant que la transcription oblitère l’opposition entre diérèse et synérèse, comme le fait que la cohésion traditionnelle des rimes repose aussi sur des contraintes non phoniques : telle la présence ou l’absence de consonnes muettes (austères / sédentairesvs saison# / maison#).

  • 9  Voir Catach (1995 et 2001) et Arrivé (1993).

22S’il est sûr que l’édition des textes a connu de nombreuses modifications jusqu’au xixe siècle – S longue, u/v, i/j, lettres étymologiques supprimées sur décision de l’Académie dans la 3e éd. de son Dictionnaire en 1740, etc.9 –, cela n’a pas conduit à réduire les traits distinctifs au point de surmultiplier les homographies (lè, dan, eu, son, ci-dessus) et de rendre les textes opaques, sauf à les oraliser au risque de l’anachronie : qu’on pense entre autres aux rimes classiques du type voudroit / maladroit.

  • 10  « Sans parler de l’aspect désolant que présenterait une page d’un texte pareil, il est évident qu’ (...)
  • 11  Même en admettant que « langue et écriture sont deux systèmes » et que « l’unique raison d’être du (...)

23Au juste, le principe d’une écriture phonétique – fût-il moins abrupt que celui du Québécois – impose lors la lecture un cheminement cognitif hautement aventureux10, dans la mesure où le double repérage du signifié (inhérent aux signes) et du sens (attaché à l’énoncé) ne se fait pas immédiatement à vue : l’identification des traces écrites (littérales) nécessite d’abord de leur associer la chaîne phon(olog)ique correspondante, laquelle seule sera passible d’une analyse sémiolinguistique pertinente. Le système hégémonique de la langue neutralise alors toute systématicité propre à l’écrit, qui lui devient totalement subordonné11 :

Processus de lecture d’une écriture “phonétique” :
graphèmes phonèmeS SIGNIFIé/SENS

24Encore les indices intonatifs, prosodiques ou suprasegmentaux feront-ils défaut (sans parler du cadre contextuel), d’où le risque d’ambiguïté et le caractère acrobatique du parcours. A l’inverse, l’orthographe standard délivre linéairement une somme d’informations différentielles qui, disséminées au long de la chaîne, aident à discerner la cohésion des unités, donc à la compréhension continue du message. Quoique fondée sur une phonographie approximative, peu cohérente et irrégulière – [s] noté tantôt s(ac), tantôt (ta)ss(e), sc(ience), c(ycle), (gla)ç(age) ou (na)t(ion) –, elle est riche de signaux idéographiques (morpho-syntaxe du genre, du nombre, de la personne, des temps et modes verbaux) et logographiques propres à favoriser l’identification spontanée d’une forme en l’opposant à ses éventuels homophones. La persistance, que l’on peut juger intempestive et obsolète, des soubassements proprement étymologiques ou plus accidentels assure ainsi une pérennité sémiotique au fil du temps, alors même que la prononciation est susceptible de fluctuer en synchronie (selon les régions et les pays) comme en diachronie.

  • 12  Cf. Cerquiglini (1995 et 1997).
  • 13  Contrairement aux binômes fût/fut, dû/du, cru/crû.
  • 14  Saussure lui-même estimait que « le mot usuel et familier s’embrasse d’un seul coup d’œil, indépen (...)

25Il n’est pas jusqu’aux diacritiques en apparence exempts de valeur qui, sans doute, ne jouent un rôle mnémotechnique ou iconique. Supprimer cet « accent du souvenir » qu’est le circonflexe12 quand il n’a plus de fonction contrastive (château, traître, tête, voûte13), c’est décomposer pour partie, au nom du seul phonocentrisme, une image logographique plus fonctionnelle qu’il n’y paraît14. De fait, voûte ne s’oppose pas à soute / toute / route / joute par sa seule consonne initiale, mais aussi par cet élément adscrit, selon un principe d’économie générale qu’il peut être périlleux de réduire à néant.

« La raison de l’écriture »

  • 15  Chap. IX (rééd. 2005, p. 120). Cf. à ce sujet Wirtz (2007, p. 479).

26« Si l’orthographe était l’expression écrite de la prononciation, il n’y aurait plus dès demain ni langue ni littérature, mais un détestable argot individuel », affirmait Charles Nodier dès 1834, dans ses Notions élémentaires de linguistique15. Non sans se féliciter de ce que l’écriture littérale repose globalement sur « le signe du son élémentaire », le philologue s’alarmait déjà à l’idée d’une écriture exactement conforme à l’oralité, « événement calamiteux pour les langues où elle parviendrait à s’introduire » car

ce que l’orthographe doit conserver, ce n’est pas une prononciation fugitive que modifient, pour me servir de l’expression de Pascal, trois degrés d’élévation du pôle ; c’est la filiation du mot sans laquelle aucun mot n’a de signification arrêtée. La prononciation ne change rien à la valeur intime du verbe de l’homme. C’est l’étymologie qui le définit. (ibid., p. 121)

  • 16  « De lupus on avait fait loup, et on faisait entendre le p avec une dureté insupportable. Toutes l (...)

27A Voltaire, qui avait prôné l’effacement des consonnes muettes16, il répondait que cette prétendue simplification, éminemment réductionniste, entraîne en réalité une déperdition culturelle et une difficultueuse « complication » du rapport au texte, à la langue même voire, plus largement, à la famille des langues romanes :

  • 17  Ibid., p. 106. Voir aussi Nodier (1820 et 1829).

Vous ne remarquez pas que ces caractères, devenus superflus dans la prononciation, conservent du moins dans l’écriture le titre authentique de parenté qui rattache le mot à une famille grecque ou latine ; en rompant ce lien d’association, vous diminuez l’importance de l’instruction classique, dont le précieux secret de l’étymologie est la première conquête17.

28Mais voilà un souci bien suranné, aux yeux des réformateurs qui ne jurent que par l’occultation de ces cousinages encombrants. Non content d’escamoter les géminées, Chervel en vient, dans le droit sillage de Périard, à vouloir,

quand la prononciation le permet, supprimer les "y" (ceux qui ne correspondent pas à un double "i"), supprimer les "h" après les "t" ou les "r", remplacer "ph" par "f". On écrirait une "ipotèse" (ipotesi en italien), une "bibliotèque" (biblioteca en espagnol, italien, portugais, roumain), une "biciclette", une "cronique", un "daufin". (2008b)

29Et pourquoi pas un dofin (comme l’anglais dolphin, qui conserve néanmoins le ph), une biciclète (comme l’autoclète de Jarry) voire une bibliotèqe ou encore une cronic ? Le h effacé rendrait enfin assimilables le thé et le , le thon et le ton, la thrombine et la trombine, source de grande satisfaction pour les usagers, téologiens, crétiens et crétins compris.

30à en croire Nodier, « la raison nous enseigne que la plus vieille orthographe est la meilleure, ce qui ne l’empêche pas d’être mauvaise ». C’est bien de cette posture paradoxale et proprement intenable qu’il importe, aujourd’hui comme hier, d’apprécier l’enjeu idéologique et social. à la thèse autonomiste du graphocentrisme défendue, faute de mieux, par ce conservateur élitiste que fut l’auteur ô combien suspect du Dictionnaire des onomatopées, Chervel oppose le généreux discours du démocrate postmoderne :

Il faut que tous les jeunes, dans l’avenir, maîtrisent une orthographe simplifiée. Qu’elle ne devienne pas l’apanage d’une classe cultivée. Une orthographe de caste. Car la contrepartie de la réforme, c’est bien le retour à un enseignement rigoureux de l’orthographe. Il faut réformer pour pouvoir enseigner. (loc. cit.)

31Vu les résistances farouches qu’ont rencontrées les divers essais de simplification depuis la Renaissance et la Révolution jusqu’à l’époque contemporaine, on est loin du compte encore. Impliquant comme une perte de mémoire, un oubli de l’histoire de la langue et des textes, l’orthographe débarrassée de ce que Nina Catach (1989) appelait ses « délires » mettrait certes l’écriture à la portée des « jeunes en difficulté ». Ce ne serait pas sans les priver d’accès, définitivement, à une culture de la littératie dont tout tend par ailleurs à les spolier. Tant la redoutable « tyrannie de la lettre » reste aussi garante d’une certaine liberté d’esprit :

Les ossements, le squelette d’une langue de dernière formation, c’est l’étymologie ; et l’étymologie est la norma, la ratio scribendi, l’orthographe de toutes les langues qui n’ont pas la vanité d’être primitives. […] Quiconque parle sans se rendre compte de la valeur originaire de sa parole, et le ciel fasse grâce à tous ceux qui sont dans ce cas, en sait à peine la moitié. Ce qui fait vivre la parole n’y est plus. (Nodier, 1834, p. 121)

Haut de page

Bibliographie

Anis, J., 1998, Texte et ordinateur. L’écriture réinventée ?, Bruxelles, De Boeck Université.
– 2001, Parlez-vous texto ?, Paris, Le Cherche Midi éditeur.
et al., 1988, L’écriture. Théories et descriptions, Bruxelles, De Boeck.

Arrivé, M., 1993, Réformer l’orthographe ?, Paris, PUF.

Catach, N., 1989, Les Délires de l’orthographe, Paris, Plon.
–, 1995, Dictionnaire historique de l’orthographe française, Paris, Larousse.
–, 2001, Histoire de l’orthographe française, Paris, Honoré Champion.

Cerquiglini, B., 1995, L’accent du souvenir, Paris, éditions de Minuit.
– 1997, Le roman de l’orthographe. Au paradis des mots, avant la faute 1150-1694, Paris, Hatier (nlle éd. 2004 : La genèse de l’orthographe française, xiie-xviie siècles, Paris, Champion).

Chervel, A., 2008a, L’orthographe en crise à l’école : Et si l’histoire montrait le chemin ?, Paris, Retz.
2008b, « Réformer l’ortografe pour l’enseigner », Le Monde du5 déc. 2008.
– et Blanche-Benveniste, C., 1969, L’Orthographe, Paris, Maspéro, 3e éd. augmentée, 1978.
et al., 2007, Orthographe : à qui la faute ?, Paris, ESF.

Chevrot, J.-P. éd., 1999, L’Orthographe et ses scripteurs, Langue française n° 124.

Derrida, J., 1967, De la grammatologie, Paris, éditions de Minuit. Dikortograf 2008, Lè-z édision Sédisieuz (http://www.ortograf.net/transkript/diko-l.txt).

Fayol, M. et Jaffré, J.-P., 2008, Orthographier, Paris, PUF.

Frei, H., 1929, la Grammaire des fautes, repr. Genève, Slatkine, 1971.

Gruaz C. (éd.), 2009, Les Consonnes doubles : féminins et dérivés, Limoges, Lambert-Lucas.

Jaffré, J.-P. et al.,2008, Nouvelles recherches en orthographe, Limoges, Lambert-Lucas.

Jeandillou, J.-F., 1989, « Queneau ou le dyscours de la linguistique », in C. Auroux et al. eds., La Linguistique fantastique, Paris, J. Clims / Denoël, p. 211-221.
– 2008, Effets de textes, Limoges, Lambert-Lucas.

Hambursin, O. et al. (eds.), 2006, Le français m’a tuer. Actes du colloque L’orthographe française à l’épreuve du supérieur, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain.

Klinkenberg, J.-M., 2008, « De l’orthographe à l’écriture », Le français moderne n° spécial (Tendances actuelles de la linguistique française), p. 74-89.

Nodier, C., 1820, « L’Académie française – L’Orthographe de Voltaire », in Mélanges de littérature et de critique, t. I, p. 172-187 (reprint Genève, Slatkine, 1973).
– 1829, « De Différents systèmes d’orthographe et de prononciation. Réponse aux prétendus inventeurs d’une réforme orthographique », in Mélanges tirés d’une petite bibliothèque, p. 386-407 (reprint Bassac, Plein Chant, 2000).
– 1834, Notions élémentaires de linguistique, nlle éd. critique Genève, Droz, 2005.
– 1836, « De l’alphabet typographique », Bulletin du bibliophile, sept. 1836 (repris in Critiques de l’imprimerie par le Docteur Néophobus, Paris, éditions des Cendres, 1989, p. 67-74).

Queneau, R., 1950, Bâtons, chiffres et lettres, Paris, Gallimard.

Saussure, F. de, 1910-1911, « Notes préparatoires pour le cours de Linguistique générale (1910-1911), émile Constantin », Cahiers Ferdinand de Saussure vol. 58, 2005-2006, p. 83-292.
– 1916, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1985.
– 2002, écrits de linguistique générale, éd. par S. Bouquet et R. Engler, Paris, Gallimard.

Wirtz, J., 2007, How to write klingon?, Cambridge, M.I.T.

Haut de page

Notes

1  Langue française 6e-5e, Paris, Nathan, 1985. Plus que de « six homonymes », il s’agit là de neuf signifiants homophones mais hétérographes.

2  à remarquer que la notation même de « prononsé » bafoue le principe hautement revendiqué « un son un signe » : la séquence o+n y figure deux fois, valant pour [on] d’abord, pour [] ensuite.

3  Un récent « ajusteman » suggère de recourir en pareil cas au « poin médian » (to.u-bo.u).

4  Comme l’a montré Jacques Anis (1998 et 2001).

5  La présence d’un ‑e final dans le titre se comprend d’autant moins que le texte ne présente ensuite que la forme peti prins. Heureusement, Saint-Exupéry n’y avait point écrit que le héros se rend « aux os, aux eaux et aux zoos », ce qui l’aurait gaiement conduit « o-z o¨, o-z o¨ è o zo¨ »…

6  Loc. cit. Cette préconisation rejoint celle de l’OFFC (Observatoire francophone du français contemporain, regroupant des Belges, des Québécois, des Français et des Suisses), dans ses Études pour une rationalisation de l’orthographe française : « le non-doublement de la consonne finale peut être généralisé sans altérer le système général de l’orthographe française, ce qui faciliterait grandement la tâche
des enseignants et de leurs élèves, mais aussi celle de nombreux scripteurs, français ou étrangers » (cf. Gruaz, 2009 et Hambursin, 2006).

7  Plusieurs dérivés préfixaux ou parasynthétiques, il est vrai, font usuellement l’économie de la gémination : “abaisser”, “abrutir”, “acheminer”, “adosser”, “adoucir”, “ajuster”, “aligner”, “aliter”, “amasser”, “apercevoir”, “apeurer”, “aplatir”, etc. Serait-il pas temps de rectifier ce déficit en les alignant sur “accoutumer”, “affamer”, “aggraver”, “annoter”, “appauvrir”, “applaudir”, “arranger”, “assouplir”, “attraper” ?

8  « Si je discute quelle valeur a en français l’e muet terminant un mot : apporte, mère, ordre, [ ]. Question grammaticale ou graphico-grammaticale » (Saussure 2002 : 298). En versification, il va de soi que cette valeur est avant tout phonographique, en tant qu’elle contribue à la syllabation numéraire.

9  Voir Catach (1995 et 2001) et Arrivé (1993).

10  « Sans parler de l’aspect désolant que présenterait une page d’un texte pareil, il est évident qu’à force de préciser, cette écriture obscurcirait ce qu’elle veut éclaircir et embrouillerait davantage le lecteur. Ces inconvénients ne seraient pas compensés par des avantages suffisants » (Saussure, 1916, p. 57).

11  Même en admettant que « langue et écriture sont deux systèmes » et que « l’unique raison d’être du second est de représenter le premier » (Saussure, 1916, p. 45), la question ne reste pas moins posée des modalités optimales de cette représentation. Quant à l’« irruption du non-phonétique dans l’écriture », lire Derrida (1967, p. 59).

12  Cf. Cerquiglini (1995 et 1997).

13  Contrairement aux binômes fût/fut, dû/du, cru/crû.

14  Saussure lui-même estimait que « le mot usuel et familier s’embrasse d’un seul coup d’œil, indépendamment des lettres qui le composent ; l’image de ce mot acquiert pour nous une valeur idéographique » (1916, p. 57 ; voir aussi 1910-1911, p. 64).

15  Chap. IX (rééd. 2005, p. 120). Cf. à ce sujet Wirtz (2007, p. 479).

16  « De lupus on avait fait loup, et on faisait entendre le p avec une dureté insupportable. Toutes les lettres qu’on a retranchées depuis dans la prononciation, mais qu’on a conservées en écrivant, sont nos anciens habits de sauvages » (Dictionnaire philosophique, s.v. Langues, sect. III).

17  Ibid., p. 106. Voir aussi Nodier (1820 et 1829).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Jeandillou, « De ratione scribendi », Linx, 60 | 2009, 73-83.

Référence électronique

Jean-François Jeandillou, « De ratione scribendi », Linx [En ligne], 60 | 2009, mis en ligne le 02 avril 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://linx.revues.org/699 ; DOI : 10.4000/linx.699

Haut de page

Auteur

Jean-François Jeandillou

Université Paris Ouest – UMR 7114 MoDyCo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org