Navigation – Plan du site

À la mémoire de Jacques Anis

Michel Arrivé
p. 7-15

Texte intégral

1Jacques Anis est mort, à l’âge de cinquante-deux ans, le 16 décembre 2005, emporté par la généralisation de la myopathie dont il souffrait depuis sa naissance. Elle avait semblé donner, pendant son adolescence et jusque dans ses premières années d’adulte, quelques signes de rémission, qui avaient même pu faire penser à une guérison. Espoir bientôt déçu : la maladie reprit son cours.

2Est-ce la perspective incessamment présente d’une mort précoce qui a fait de Jacques Anis un homme constamment pressé par le temps ? Je ne sais : il ne parlait guère des soucis que lui causait sa maladie. Ce que je sais, ce que tout le monde sait, c’est qu’il a essayé d’accélérer le rythme de sa vie, et y a souvent réussi. Les retards qu’il a subis lui ont été imposés par des forces – souvent des volontés – extérieures.

3Les études de Jacques Anis ont été particulièrement précoces et brillantes. Venu de la khâgne du lycée Condorcet – il en gardait d’excellents souvenirs – il a été admis à l’ENS de la rue d’Ulm en 1972, à dix-neuf ans. Deux ans plus tard, en 1974, il est reçu à l’agrégation de lettres classiques. Il a vingt et un ans, et c’est un record de précocité agrégative qui, à ma connaissance, n’est pas encore battu : en quinze ans de présence aux jurys de deux agrégations littéraires, je l’ai vu deux ou trois fois égalé, mais jamais surpassé.

4Après l’agrégation, Jacques Anis reste pendant deux ans à l’École Normale, puis est nommé pour trois ans attaché de recherches au CNRS, spécifiquement à la Fondation Thiers. Je ne sais plus si c’est dès octobre 1974 ou en janvier 1975 – trente ans, quoi qu’il en soit, avant sa mort – que, tout jeune agrégé, il est venu me voir, à Nanterre, pour envisager de déposer un sujet de thèse de 3ème cycle. Il hésitait encore entre deux centres d’intérêt. Le lexique de la lutte des classes dans la littérature du xixe siècle l’attirait fortement. Après avoir hésité quelque temps, nous avons pris une direction toute différente : nous avons pensé à examiner les problèmes de ce qu’il appellera, un peu plus tard, d’un très beau mot-valise, la « vilisibilité » du texte poétique. Il s’agissait de poser les méthodes de la description du texte poétique envisagé dans la matérialité de sa réalisation graphique dans l’espace textuel. Après avoir pensé au « Coup de dés », Anis a finalement choisi pour corpus les sonnets de Mallarmé réunis sous le titre « Plusieurs sonnets » et Les montagnes rocheuses de Michel Butor.

5Jacques Anis termine sa thèse en trois ans : il est docteur en 1978, à vingt-cinq ans. Nouveau record de précocité, sans doute lui aussi difficile à battre, voire à égaler. La thèse est longue – 313 pages, très serrées – et, inévitablement, très austère. Elle n’a pas été publiée. Mais Anis a fait paraître, dans les années 80, plusieurs articles dans la mouvance de sa thèse. J’ai déjà cité « La vilisibilité du texte poétique », dans le numéro de Langue française qu’il a dirigé sur « Le signifiant graphique ». J’ajoute un très beau texte de LINX intitulé, de façon rimbaldienne, mais avec une légère déviation, apparemment atténuative, « Littéralement et dans plusieurs sens ».

6Dès l’époque de sa thèse, Anis, on le voit clairement dans certains passages, commence à penser à ce qui va l’occuper pendant plusieurs années : le projet de construction d’une « graphématique autonome », c’est-à-dire d’une théorie de la manifestation écrite de la langue élaborée en dehors de toute relation avec la manifestation orale. C’est ce projet qui l’occupe, à temps plein, dès la fin des années 80. Il donnera lieu, en 1988, à la publication du livre intitulé L’écriture, théories et descriptions (avec la collaboration de Jean-Louis Chiss et Christian Puech).

7La graphématique continue à occuper une place centrale dans les préoccupations de Jacques Anis jusqu’en 1990. C’est cette année-là qu’il soutient son Habilitation à Diriger des Recherches : l’un des cinq gros volumes qui constituent son dossier, le plus compact des cinq, est consacré à la graphématique. Il faut en ce point rappeler la nouveauté, à l’époque, de ce type de recherche. Et l’opposition virulente qu’elle détermine chez la plupart des spécialistes de l’écriture et de l’orthographe. Pour le jury de son HDR, j’avais fait appel à Nina Catach, en raison de sa compétence, généralement reconnue, dans le domaine de l’écriture. Je ne soupçonnais pas à quel point Nina Catach, qui était dans le privé, la personne la plus amène et la plus bienveillante du monde, était, sur le plan théorique, une sorte d’ogresse passionnée et cruelle. La « graphématique autonome » de Jacques Anis la précipitait dans des accès de fureur incontrôlable. André Eskénazi, qui présidait, avec sa pondération habituelle, la soutenance, ne parvenait à la calmer provisoirement que par de solennelles objurgations en alexandrins. Et sa rage mal éteinte s’est encore manifestée dans certains passages, à mon sens injustes, du rapport de soutenance.

8En même temps qu’il travaillait, Anis progressait dans sa carrière. D’une façon moins rapide qu’il ne l’espérait : il a longtemps enseigné dans différents lycées avant d’être, en 1987, nommé Maître de conférences à Nanterre, neuf ans après la soutenance de sa thèse. Et il a dû attendre 1999, de nouveau neuf ans après la soutenance de son HDR, pour obtenir le poste de professeur qu’il méritait depuis longtemps. Il n’a atteint la première classe que peu de mois avant sa mort. Je le dirai d’un mot : l’excellence de ses travaux, le prestige de ses titres – notamment sa double qualité de normalien et d’agrégé – ont été, dans sa carrière, bien plutôt un handicap qu’un secours. Je sais qu’il en a souffert.

9L’écriture, dans tous ses états, dans tous les sens que peut prendre le beau mot d’écriture : c’est là l’objet central du travail d’Anis. Il participe activement aux travaux de l’ITEM, et publie plusieurs articles remarqués sur l’« avant-texte », à propos, notamment, de Ponge et de Valéry.

10Déjà perceptible dans les travaux de graphématique, l’intérêt d’Anis pour les mutations du lire-écrire déterminées par la généralisation des techniques dérivées de l’informatique se précise et s’accentue dans les années 90. Ses recherches finiront par produire ce qu’il appelle, dans un demi-sourire, son « grand œuvre ». C’est en effet un gros livre, 290 pages très compactes, publié en 1999 sous le titre interrogatif : Texte et ordinateur : l’écriture réinventée ? L’intérêt passionné, je crois ne pas exagérer, que Jacques Anis porte à ces problèmes se manifestera encore par de nombreux articles et par deux ouvrages réalisés sous sa direction. D’abord Internet, communication et langue française, en 1999, puis un petit livre très amusant, Parlez-vous texto ? Anis y révèle une autre face de son talent d’écriture : l’enjouement et la drôlerie.

11Je n’ajouterai que quelques mots à ces brefs éléments de biographie. Pendant les trente années que je l’ai côtoyé, je voyais, objectivement, la maladie de Jacques Anis évoluer. Le normalien de 1972 enfourchait gaillardement son Vélosolex pour parcourir le quartier Latin. Le jeune agrégé des années 75 marchait presque normalement, et conduisait sa voiture. Le maître de conférences de 1987 ne quittait déjà plus son fauteuil électrique. Et on sait de quelle façon la maladie a évolué depuis ce temps. Je crois n’être pas le seul à l’avoir éprouvé : Anis réussissait à faire oublier son handicap. Quand on l’entendait intervenir, dans une Assemblée générale du département, ou dans telle autre occasion, colloque ou soutenance de thèse, on oubliait le fauteuil électrique : on ne pensait plus qu’à la réflexion du chercheur ou du professeur.

12Jacques Anis, j’en suis certain, se serait amusé d’apprendre que les Mélanges que, dès sa disparition, quelques-uns d’entre nous ont fait le projet d’offrir à sa mémoire, ont pris tant de temps pour parvenir enfin à la publication. Diverses circonstances indépendantes de la volonté des auteurs en sont responsables. Mais je gage qu’il aurait apprécié la composition de l’ouvrage : ce sont ses amis, et eux seuls, qui y ont contribué. Ils ont tous cherché, et, je crois, réussi, à traiter de sujets qui l’auraient intéressé.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de Jacques Anis

1981 – « Ecrit/Oral : Discordances, Autonomies, Transpositions », Etudes de linguistique appliquée n° 42, Paris, Didier, pp. 7‑22.

1983a – (éd.), Langue française n° 59 (Le Signifiant graphique), Paris, Larousse.

1983b – « Pour une graphématique autonome », in supra, pp. 31-44.

1983c – « Préparatifs d’un texte : la fabrique du Pré de Francis Ponge », Langages n° 69 (Manuscrits – Ecriture-Production linguistique, coordonné par A. Grésillon et J.-L. Lebrave), Paris, Larousse, pp. 73-83.

1984 – « La construction du graphème et ses enjeux théoriques », Archives et documents de la Société d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences du Langage n° 5, pp. 1-45.

1985 – « Littéralement et dans plusieurs sens : le texte », LINX n° 12, Université Paris X-Nanterre, pp. 25-36.

1986a – (avec J.-L. Lebrave), « Des textes interactifs ? », LINX n° 14 (Langue et machines, dir. M. Plénat), Université Paris X-Nanterre.

1986b – « Ordinateur, pédagogie, communication », Langue française n° 70 (Communication et enseignement, dir. M. Verdelhan-Bourgade), Paris, Larousse, pp. 98-111.

1987a – (dir., avec J.-L Lebrave), Le texte et l’ordinateur, LINX n° 47, Actes de la Table Ronde, 21-22 novembre 1986, C.R.L., Université Paris X-Nanterre.

1987b – (avec J.-L. Lebrave), « Présentation », in supra, pp. 5-9 ; « Plateforme », pp. 9-11 ; « Le vidéotex interactif : un nouvel espace-temps pour la communication écrite », pp. 46‑55.

1988a – L’écriture – Théories et descriptions, avec la collaboration de J.-L. Chiss et C. Puech, Bruxelles, De Boeck-Wesmael.

1988b – « Une graphématique autonome ? », in N. Catach (éd.), Pour une théorie de la langue écrite, Paris, Editions du CNRS, pp. 213-223.

1988c - « Les réécritures et la signifiance dans des brouillons de poèmes de Paul Valéry », Texte n° 7 (Ecriture – Réécriture, La Genèse du Texte), Toronto, pp. 171-188.

1989a – « Le livre : territoire et frontières », in De la lettre au livre. Sémiotique des manuscrits littéraires. Textes et Manuscrits. Collection publiée par L. Hay, Paris, Editions du CNRS, pp. 169-195.

1989b – « De certains marqueurs graphiques dans un modèle linguistique de l’écrit », DRLAV n° 41, pp. 33-52.

1990a – (dir. avec N. Temporal-Marty), Ecritures, Informatique, Pédagogies, Paris, CNDP.

1990b – « Un nouveau statut de l’écrit », in supra, pp. 16-20.

1991a – (dir., avec J.-L. Lebrave), Texte et Ordinateur. Les Mutations du lire-écrire, LINX hors série, Actes du colloque interdisciplinaire tenu à l’Université de Nanterre, 6-8 juin 1990, Université de Paris X-Nanterre.

1991b – « Les scripteurs universitaires et le traitement de texte », in supra, pp. 153-170.

1991c – « Gestes d’écriture de Francis Ponge », in D. Ferrer et J.-L. Lebrave (eds), L’écriture et ses doubles. Genèse et Variation textuelle, Textes et Manuscrits, collection publiée par L. Hay, Paris, Editions du CNRS, pp. 111-135.

1992a – « La rature et l’écriture (l’exemple de Ponge) », TEM (Texte en main) n° 10-11 (Lis tes ratures), Grenoble, pp. 23-38.

1992b – (éd.) Langages n° 106 (La génération de textes), Paris, Larousse.

1993a – « Des scripteurs professionnels face au traitement de texte ; représentations et pratiques des enseignants-chercheurs », Cahiers pédagogiques n° 311 (Lecture, écriture, ordinateur, n° coordonné par J. Crinon), pp. 39-41.

1993b – (dir., avec E. Koskas), Sans thème, LINX n° 28, Université Paris X-Nanterre.

1993c – (avec E. Koskas), « Présentation », in supra, pp. 7-8 ; « L’écriture à sa place », pp. 53-68.

1994a – « Télématique et échange », Le Français dans le Monde, n° spécial (eds. C. Alix et G. Bertrand), pp. 59-63.

1994b – « Ordinateurs et traductions, survol d’un demi siècle » et « Repères bibliographiques », Langages n° 116 (Le traducteur et l’ordinateur, éd. J.-R. Ladmiral), Paris, Larousse, pp. 111-112 et 123-124.

1994c – « Thought, Language and Handwriting: What can we guess from literary Drafts », in C. Faure, P. Keuss, G. Lorette et A. Vinder (eds), Advances in Handwritings and Drawing: a multidisciplinary Approach, Paris, Europia, pp. 531-545.

1995a – « Traitement de texte et méta-écriture », Repères n° 11 nouvelle série, Paris, INRP, pp. 15-27.

1995b – « Génération de textes littéraires : cas particulier de la génération de textes ou discipline à part ? », in A. Vuillemin et M. Lenoble (eds), Littérature et Informatique, la littérature générée par ordinateur, Arras, Artois Press Université, pp. 33‑48.

1995c – « Pour une graphématique des usages : le cas de la ponctuation dans la communication télématique », LINX n° 31 (Ecritures), Université Paris X-Nanterre.

1995d – (dir., Avec F. Cusin-Berche), Difficultés linguistiques des Jeunes en formation professionnelle courte. Diagnostic et propositions de remédiation. De la langue ordinaire au technolecte. Actes du colloque international de Paris X-Nanterre, 19-21 décembre 1994. LINX n° spécial, 2 vol. , Université Paris X-Nanterre.

1995e – (avec F. Cusin-Berche), « Présentation », in supra, vol. I, pp. 11-18 ; « Vers une typologie des espaces graphiques des documents lus et produits par les jeunes en formation professionnelle courte ; pour une pédagogie de la “vilisibilité” », pp. 243-258.

1996a – (avec C. Viollet), « L’automate et son double. Breton et Soupault, Les Champs magnétiques », in B. Didier et J. Neefs (eds), Manuscrits surréalistes, Aragon, Breton, Eluard, Leiris, Soupault, Presses universitaires de Vincennes.

1996b – « La construction des dialogues télématiques. Quelques stratégies discursives », LINX n° spécial (Du dire et du discours. Hommage à Denise Maldidier, eds. C. Normand et F. Sitri), pp. 173-185.

1996c – « Texte, textualité et traitements automatiques », LINX n° 34 (Lexique, Syntaxe et analyse automatique des textes. Hommage à Jean Dubois, eds. D. Leeman et S. Meleuc), pp. 257-267.

1996d – (avec T. Meyer), « Assessment of answers to questions about a text and knowledge of social and cognitive processes », European Journal of Psychology of Education n° 3, vol. XII, pp. 313-328.

1997 – « Lire des visuo-textes », Cahiers du Français contemporain n° 4 (Ecritures et textes d’aujourd’hui, éd. M. Marquillo), Crédif, ENS éditions Fontenay Saint-Cloud, pp. 29-45.

1998a – « L’orthographe et l’ordinateur », Journal des Instituteurs et des Institutrices n° 1521, 143e année, p. 62.

1998b – « Vers une sémiolinguistique du visuo-texte : du tableau au “tableau logique” », in J.‑G. Lapacherie (éd.), Propriétés de l’écriture, Actes du colloque de l’Université de Pau du 13 au 15 novembre 1997, Publications de l’Université de Pau n° 10.

1998c – Texte et ordinateur. L’écriture réinventée ?, Paris-Bruxelles, De Boeck Université, 290 p.

1999a – « L’hypertexte comme hypermétaphore », LINX n° 40 (Le statut d’unité lexicale, dir. G. Petit), Université Paris X-Nanterre, pp. 237-256.

1999b – (dir.), Internet, communication et langue française, Paris, Hermes Sciences Publications.

2000a – (dir., avec J.-F. Jeandillou), Linguistique de l’écrit, linguistique du texte, LINX n° 43, Université Paris X-Nanterre.

2000b – « Pro-gramme », in supra, pp. 11-14 ; « Vers une sémiotique de l’écrit », pp. 29-44.

2000c – « L’écrit des conversations écrites de l’Internet », Le français aujourd’hui n° 129, (Ordinateur et textes : une nouvelle culture ?, eds. S. Plane & J.-A. Huyn), Paris, AFEF, pp. 59-69.

2000d – « Dispositifs multimédias et conversation électronique : Approche sémiolinguistique », Cahiers du français contemporain n° 6 (Multimédia : Les mutations du texte, éd. T. Lancien), ENS éditions Fontenay Saint-Cloud, pp. 57-86.

2000e – « Le traitement de texte : de l’enthousiasme à l’expérimentation », Collection de l’ingénierie éducative n° 32, CNDP, pp. 8‑10.

2000f – « Mutations de l’écrit, évolutions de la langue », Journal des instituteurs et des professeurs des écoles. Dossier : L’évolution de la langue et multimédia, coordonné par N. Marty, pp. 61-63.

2001a – « Approche sémiolinguistique des représentations de l’ego dans la communication médiée par ordinateur », Langages n° 144 (Psycholinguistique et intelligence artificielles, éd. J. Vivier), Paris, Larousse, pp. 20-38.

2001b – « Approche sémiolinguistique d’interactions écrites en temps réel sur l’Internet », in R. Bouchard & F. Mangenot (eds), Interactivité, interactions et multimédia, coll. « Notions en question » n° 5, ENS éditions Fontenay Saint-Cloud, pp. 147-188.

2001c – (dir.) Parlez-vous texto ?, Paris, Le Cherche-Midi.

2001d – « L’ipertesto come ipermetafora », Bolletino’900. Electronic Newsletter of ‘900 Italian Literature, pp. 2001-2002.

2001e – « Communication électronique et nouveaux usages linguistiques », présentation sur Internet, http://membres.multimania.fr/jacques92/, avec photographie.

2002a – « Petite contribution à l’étude diachronique de l’orthographe à partir d’éditions anciennes des Odes de Ronsard », LINX n° spécial (Comme la lettre dit la vie, Mélanges offerts à Michèle Perret, eds D. Lagorgette et M. Lignereux), Université Paris X-Nanterre, pp. 45-62.

2002b – (textes réunis par J. Anis et G. Kleiber), Du sens au sens - Hommage à Michel Galmiche, LINX n° 47, Université Paris X-Nanterre.

2002c – (avec G. Kleiber) « Présentation », in supra, pp. 7-12 ; « Les titres des Fables de La Fontaine : “définitude”, généricité, narrativité », pp. 31-42.

2002d – (textes réunis par J. Anis, A. Eskénazi et J.-F. Jeandillou), Le Signe et la Lettre - En hommage à Michel Arrivé, Paris, L’Harmattan.

2002e – « Sémiolinguistique de l’écrit : quelques considérations terminologiques », in supra, pp. 49-62.

2002f – « Le nom éponyme comme matrice textuelle dans le dossier des Cinq Sapates de Francis Ponge », Langages n° 148 (Processus d’écriture et traces linguistiques, eds. I. Fenoglio et S. Boucheron), Paris, Larousse, pp. 92-112.

2002g – Intervention aux Quatrièmes rencontres/Réseaux humains/ Réseaux technologiques de l’Université de Poitiers des 31 mai et 1 juin 2002 : http:// membres.multimania. Fr/jacques92/.

2002h – Conférence « Nouveaux usages, nouveaux modes d’appropriation », Séminaire Tice et Nomadisme des 5-6 décembre 2002, Aquarium, La Rochelle. Organisateur : Ministère de l’Education : Direction de la technologie http://www.canalc2.tv/video.asp ?langue =en&idVideo =1728

2003a – « Le langage SMS n’est pas simple », propos recueillis par C. A., High Tech ; http://www.jacquesanis.net

2003b – « Communication électronique scripturale et formes langagières : chats et SMS », Actes des Quatrièmes Rencontres Technologiques, 31 mai-1 juin 2002, Université de Poitiers.

2004a – (dir., avec C. Boré), Théories de l’écriture et pratiques scolaires, LINX n° 51, Université Paris X-Nanterre.

2004b – (avec C. Boré), « Présentation », in supra, pp. 7-12.

2004c – « La dynamique discursive d’une liste de diffusion : analyse d’une interaction sur “typographie@irisa.fr” », Les Carnets du Cediscor n° 8 (Les discours de l’Internet).

2004d – « Les abréviations dans la communication électronique (en français et en anglais) » in N. Andrieux-Reix, S. Branca et C. Puech (eds), Ecritures abrégées (notes, notules, messages, codes), BFDL, Université Paris III Sorbonne Nouvelle.

2005a – (avec N. Marty), Informatique et nouvelles pratiques d’écriture, coll. « Les Repères pédagogiques », Paris, Nathan.

2005b – (et alii), L’écriture entre support et surface. Colloque du Groupe Ecriture du Centre de recherches sémiotiques de Limoges en 2003. Textes réunis par M. Arabyan et I. Klock-Fontanille, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Arrivé, « À la mémoire de Jacques Anis », Linx, 60 | 2009, 7-15.

Référence électronique

Michel Arrivé, « À la mémoire de Jacques Anis », Linx [En ligne], 60 | 2009, mis en ligne le 24 février 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://linx.revues.org/663

Haut de page

Auteur

Michel Arrivé

Paris Ouest Nanterre La Défense – UMR 7114 MoDyCo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org