Navigation – Plan du site

La grammaticalisation de l’adverbe plutôt et l’évolution du système grammatical

Grammaticalization of the adverb plutôt and evolution of the grammatical system
Monia Mokni
p. 171-184

Résumés

Cet article présente une étude de l’évolution de l’adverbe plutôt. Il propose une réflexion sur le passage du sens temporel, attesté dès le XIIe siècle et même avant, au sens préférentiel puis rectificatif employés bien plus tard. Ces nouveaux signifiés apparaissent dans des contextes linguistiques qui permettent une nouvelle interprétation de la structure plus tost. Par ailleurs, ce cas de grammaticalisation est présenté comme étant en rapport avec d’autres changements qui se produisent en parallèle dans le micro-système des expressions adversatives. Ces changements ont aussi un impact sur le système grammatical.

Haut de page

Texte intégral

1Nous nous proposons dans ce travail d’étudier l’évolution de l’adverbe plutôt qui est passé d’une forme libre à une forme agglutinée. Nous réfléchirons sur le passage du sens temporel, au sens préférentiel puis rectificatif. Nous évoquerons ensuite d’autres changements liés à cette grammaticalisation. Nous nous inspirerons, dans cette étude, des travaux théoriques sur la grammaticalisation, en particulier ceux de Marchello-Nizia (2006) et de Traugott et Heine (1991).

  • 1 Nous donnons les références complètes de ces bases de données après la bibliographie.

2Notre recherche s’appuie sur un corpus allant de l’ancien français jusqu’au français moderne. Ce corpus est puisé dans trois bases de données différentes1 : la BFM pour la période de l’ancien français, le DMF pour le moyen français et Frantext à partir du XVIe siècle. En plus de ce corpus numérisé, nous empruntons parfois des exemples donnés par d’autres linguistes.

1. Emergence et évolution de l’adverbe plutôt

  • 2 Toster est un verbe qui signifie « griller », « rôtir », « brûler », il restera en usage jusqu’au X (...)

3Plutôt est en français moderne un adverbe comparatif de degré qui peut exprimer, entre autres, la préférence et la rectification énonciative. Historiquement, il est issu de la soudure de l’ancienne formation plus tost. Plus est un comparatif superlatif d’origine latine. Quant à tôt, il provient du latin populaire tostum, participe passé du verbe torrere qui signifie « griller ». En AF, tost qui est employé en parallèle avec le verbe toster2, marque la rapidité, idée provenant d’une métaphore de chaleur, comparable à celle qu’on utilise en FM avec les verbes griller ou brûler : « griller ou brûler une étape ».

4Dès 1050, l’adverbe tost commence à être modifié par le superlatif plus pour signifier « plus vite » ou pour se mettre au superlatif absolu, au sens de « le/au plus vite » comme le montrent les exemples suivants :

1)

N’estot somondre icels ki l’unt oït : /Tuit i acorent, li grant e li petit./Si s’en commourent tota la gent de Rome,/Plus tost i vint ki plus tost i pout curre ;/Par mi les rues an venent si granz turbes,/Ne reis ne quons n’i poet faire entrarote,/Ne le saint cors ne pourent passer ultra.
(Anonyme, Vie de saint Alexis, vers 1050, v.512, BFM)

2)

Puis si chevalchent / Deus ! par si grant fiertet ! /Brochent ad ait pur le plus tost aller / Si vunt ferir, que fereirent il el ?
(Chanson de Roland, vers 1100, v. 1184, BFM)

  • 3 Nous n’avons repéré que quatre occurrences entre 1050 et 1100 dans les trois textes : la Vie de sai (...)

5L’examen de notre corpus montre bien que cette structure est rare avant le XIIe siècle3.

  • 4 Il s’agit d’une structure qui permet l’enchâssement d’une proposition dans une autre sans être une (...)

6A partir du XIIe siècle, selon notre corpus aussi, cette formation devient de plus en plus fréquente. Elle s’apparente plus à une locution subordonnante4 de comparaison.

3)

Cil curt plus tostque oisel ne pot voler.
(Chanson de Guillaume, vers 1140, v. 2229, BFM)

4)

Sor Arondel sist de Nichole, qui vaplus tost qu oisel ne vole.
(Roman de Thèbes, tome 2, vers1150, v.6338, BFM)

7Dans ce genre de structure, le verbe est généralement employé dans la subordonnée, mais il arrive rarement qu’il soit elliptique :

5)

Sor un cheval sist de Castel
Qui plus tost cort que arondele
(Roman de Thèbes, tome 1, vers 1150, v. 5792, BFM)

  • 5 Nous avons utilisé l’orthographe moderne pour ces verbes, vu l’existence de plusieurs variantes ort (...)

8Cette formation signifie « plus vite que ». Elle apparaît souvent dans un contexte que nous pouvons qualifier de figé. En effet, elle est très fréquemment associée à des verbes de mouvement dans le contexte gauche, quand l’ordre n’est pas différent de l’ordre moderne, tels que : aller, venir, retourner, chevaucher, courir, approcher, fuir5, etc. Dans le contexte droit, on trouve très souvent le verbe pouvoir :

6)

Girard s’en vait cun plus tost pout.
(Chanson de Guillaume, vers 1140, v. 2229, BFM)

9Cette configuration, dans laquelle plus tost que fonctionne comme comparatif temporel, est très fréquente jusqu’au XVe siècle.

  • 6 Sur 65 occurrences relevées dans les textes numérisés par la BFM, nous avons dénombré 18 occurrence (...)

10Par ailleurs, plus tost se rencontre moins fréquemment6, en ancien français, selon notre corpus, que la structure plus tost que. Dans ce cas, la structure paraît fonctionner en tant que composé adverbial. Ce composé apparaît dans un contexte linguistique différent et avec un sens différent même s’il a toujours une valeur temporelle. Il n’est plus question de comparaison temporelle mais d’un rapport d’antériorité entre deux faits, il a donc une valeur de datation d’un procès par rapport à un autre :

7)

Onze anz avoit quant ele m’ot,
(Roman de Thèbes, tome 2, vers 1150, v. 8808, BFM)

11Ces deux valeurs temporelles à savoir la comparaison temporelle et l’antériorité sont assurées en français moderne par la locution adverbiale de forme disjointe plus tôt. La traduction se fait par « le plus tôt possible » pour l’exemple (6) et par « elle ne pouvait m’avoir plus tôt/avant » pour l’exemple (7).

12A partir de la fin du XIIe siècle, plus tost commence à apparaître dans une structure syntaxique différente de celles que nous avons évoquées. Les deux éléments à savoir plus tost et que ne fonctionnent plus comme locution subordonnante mais plutôt comme système corrélatif. Plus tost porte sur un premier élément et que porte sur un deuxième élément, comme le montrent les exemples 8, 9 et 10. C’est probablement la liberté de position en AF, qui a permis de considérer que, dans certains emplois, comme élément corrélatif de plus tost et non comme élément faisant partie d’une composition. Cette formation aurait donc été réanalysée comme structure corrélative comportant deux éléments à savoir plus tost et que et non trois éléments plus, tost et que.

13Par conséquent, la nouvelle syntaxe de plus tost va lui permettre de figurer dans des contextes jusque-là impossibles. La locution n’introduit pas une proposition avec un verbe conjugué mais elle est employée devant un participe passé, un nom ou un infinitif. Dans ce cas, le verbe est généralement omis, comme l’illustrent les exemples 8, 9 et 10. Ce changement syntaxique et contextuel s’est accompagné d’un changement sémantique. Plus tost n’a pas un sens temporel, dans ce genre de configuration, mais il exprime un choix préférentiel, ou tout simplement une comparaison de degré.

8)

s’il le fait, nel fait sovent ; faus hom est molt d’estrange fuer ; por seul itant m’avés sour cuer que vous veés en moi raison ; faus hom quiert plus tost ocoison de haïr home que d’amer : por ce le doit on fol clamer. Fols n’aime mie volentiers, n’il n’est amés ne tenus ciers.
(Gautier d’Arras, Eracle, vers 1176-1184, v. 1178, BFM)

9)

Et sez tu por quoi il m’en a plus tost envoié que un autre ?
(Queste del Saint Graal, vers 1220, p. 278, BFM)

10)

ce que sa peine i cuida perdre. Lors se pensa en mainte maniere coment il te porroit decevoir. Et tant qu’au derreain li fu avis qu’il te porroit plus tost mener par fame que par autre chose a pechier mortelment, et dist que li premiers peres avoit esté par fame deceuz, et Salemons li plus sages de toz.
(Queste del Saint Graal, vers 1220, p. 125, BFM)

14Dans certains énoncés, le verbe conjugué est repris dans le contexte droit.

11)

Il i porroit plus tost perdre que il n’i porroit gaaingner.
(Tristan en prose, XIIIe siècle, après 1240, p. 211, BFM)

15Il s’agirait donc d’une réanalyse syntaxique qui aurait autorisé une réinterprétation sémantique, et le sens passe d’une comparaison temporelle à une comparaison de degré ou de préférence, selon la position de l’énonciateur par rapport à son énoncé. Plus tost porte toujours sur le terme évalué positivement par rapport à l’autre, que ce dernier ait un sens comparatif temporel ou préférentiel. Le sens préférentiel proviendrait de la valeur temporelle d’antériorité que plus tost pouvait avoir en ancien français, la combinaison avec un verbe au futur ou un conditionnel pouvait donner une nuance préférentielle au nouveau composé.

12)

 e sot que les barons estoient tout amassé avec le prince, si en fu moult liez, panssant que, pour la priere des barons, li princes lui pardoneroit plus tost. Si ne vot mie sejourner a Clarence ne poy ny assés ; mais de present monta a cheval ou toute sa compaignie et ala en Andreville.
(Chronique de Morée, 1320-1324, BFM).

  • 7 Cette inférence « the sooner the better » est retenue par Traugott et König (in Traugott et Heine, (...)

16Cependant, nous pouvons ajouter que l’inférence « le plus rapide est le meilleur » est tout à fait envisageable aussi et permet donc le passage du temporel au préférentiel7. Au XIIIe siècle, ce sens va rester minoritaire par rapport au sens temporel, assuré surtout par la structure subordonnante plus tost que. C’est au XIVe siècle que l’emploi de la structure corrélative plus tost…que va se propager. Ainsi, dans l’œuvre de Daudin (1360) De La Erudition, avons-nous dénombré 16 occurrences de cette structure corrélative sur un total de 19 occurrences (graphie conjointe).

17Jusque là, nous n’avons pas encore parlé de l’adverbe de sens préférentiel. Employé dans une structure corrélative et portant sur un terme de la comparaison, plutôt va être considéré ou réinterprété comme adverbe exprimant la préférence. Il commence, petit à petit, dès la deuxième moitié du XIIIe siècle, à être employé en tant que tel, en particulier après mais :

13)

Ja de leur sanc mains n’en bevoit ;
(Jean de Meun, entre 1269 et 1278, Roman de la Rose, volume 1, v. 11100, BFM)

18Dans ce type d’emploi, plus tost peut bénéficier d’une double interprétation. Il peut être traduit par « mais très vite » ou par « mais plutôt » au sens rectificatif moderne. Cette ambiguïté ou cette superposition de valeurs favorise le changement. Avec cette nouvelle acception qui devient univoque au XIVe siècle, comme le montre l’exemple (14), plustost n’est plus uniquement un adverbe de constituant exprimant l’antériorité ou un outil grammatical permettant l’enchâssement d’une proposition, mais il devient un mot du discours, étant donné qu’il met en relation d’opposition deux énoncés. Sémantiquement, il passe de la temporalité à la réfutation. Cette dernière relève obligatoirement du domaine de l’interactivité. Sur le plan fonctionnel, il articule deux énoncés et devient par conséquent un adverbe relationnel ou connecteur, il sert à rectifier un premier argument positif inhérent à la proposition négative qui précède.

14)

Aussi qu’elle nuisse dist saint Bernard : « Science qu’on list, s’elle n’est cuidt du feu de charité, elle enfle, car viande non digeree engendre mauvaises humeurs et ne nourrist pas le corps mais plustost le corrompt »
(Jean Daudin, de La Erudition, 1360, p. 157, chapitre XXIII, DMF)

19A partir du XVe siècle, outre sa combinaison avec mais, plustost commence à suivre ains, l’ancien coordonnant, pour exprimer la même valeur réfutative. La réfutation porte toujours sur la proposition positive inhérente à la proposition négative qui précède obligatoirement ains et mais réfutatif.

15)

Lors se tourna vers les autres gentilz hommes paiges et leur dist : " Ha ! tres mauvais garçons, vous ne feriez a piece ainsin, ains les yriez plus tost despendre en jeu de dez, par cabarés, par tavernes et en autres deshonestes lieux ; si vous en ay je bien batus pour en estre chastiez ".
(Antoine de la Sale, Jean de Saintré, 1456, p. 53, DMF)

16)

Helas ! Ce qu’il est sainctifiez en pardis n’est pas de suyvir les tavernes ne les bourreaux. Non, non ! ains est plustost de souffrir et de pourter grande penitence, et moult de peine et de maulx ait endurez.
(Philippe de Vigneules, les Cent Nouvelles nouvelles, 1515, p. 247, nouvelle 59, Frantext)

20Par ailleurs, l’adverbe va même pouvoir être associé au coordonnant ou pour exprimer une rectification énonciative.

17)

Voyla d’où procedent aujourdhuy tant de folles opinions, ou plustost resveries ausquelles il n’y a nulle couleur ni apparence, et toutefois sont receues comme si c’estoyent revelation venues du ciel.
(Jean Calvin, 1549, Advertissement contre l’astrologie judiciaire, p. 51, Frantext)

21La rectification porte sur l’énonciation d’un mot ou d’une expression dont la pertinence est mise en cause. C’est dans ce type de contexte, c’est-à-dire lorsqu’il est employé avec l’un des trois coordonnants évoqués que l’adverbe plutôt, sans qu’il soit en corrélation avec que, commence à exprimer la réfutation après une proposition négative et la rectification énonciative ou ce qu’on peut appeler la correction métalinguistique.

22Au XVIe siècle, en particulier à partir de la deuxième moitié, l’adverbe apparaît pour la première fois, dans notre corpus, sans être accompagné de l’un des trois coordonnants afin de véhiculer la même rectification énonciative évoquée plus haut.

18)

En Metz, je voy un grant mal, faulte de conduite et de cueur, combien que ce sont plustost deux maulx.
(Jean Calvin, Lettres à Monsieur et Madame de Falais, 1549, p. 82, Frantext)

23La continuité entre le sens comparatif-préférentiel et le sens rectificatif est évidente. Ce sont même deux facettes d’un même phénomène. Le passage du premier sens au second se fait selon la place des deux éléments de la comparaison. Voyons cela à partir de l’exemple (19)

19)

Ceci me paraît tenir plutôt de la tératologie que de la danse.
(Montherlant, La Petite Infante de Castille, 1929, p.661, TLF)

  • 8 Je remercie mon relecteur anonyme qui a attiré mon attention sur ce point, je le remercie aussi pou (...)
  • 9 La négation polémique s’oppose à la négation descriptive selon Ducrot (1984) en ce sens que le locu (...)

24Dans cet énoncé, plutôt peut être interprété comme adverbe comparatif de degré8. En effet, plutôt peut être glosé par plus : « ceci me paraît tenir plus de la tératologie que de la danse ». Mais, à notre avis, plutôt marque l’énoncé de plus de subjectivité que l’adverbe plus qui demeure plutôt neutre. Pour ce qui est du passage du sens comparatif ou préférentiel au sens rectificatif, il est avant tout affaire de position des éléments comparés. Si nous plaçons le deuxième élément évalué négativement, c’est-à-dire la danse avant celui sur lequel plutôt porte, la téralogie, le sens comparatif ou préférentiel disparaît au profit du sens rectificatif et ce en particulier dans le dialogue ou bien avec une négation polémique9 dans le monologue. Ceci montre qu’avec la rectification, on est dans le domaine de l’énonciation et de l’interactivité. Avec la rectification, le choix préférentiel est toujours présent, mais il s’agit d’un choix préférentiel d’un terme ou d’une affirmation plutôt que d’une autre :

« Je préfère dire que cela tient de la tératologie que de dire que cela tient de la danse. »

  • 10 Cette graphie apparaît, pour la première fois dans le corpus du DMF, dans la Farce du pauvre Jouhan(...)
  • 11 Cette forme se rencontre pour la première fois dans l’œuvre de Clément Marot, L’adolescence clément (...)
  • 12 Grevisse (1993 § 927) affirme que l’usage reste hésitant même au XXe siècle. Il illustre cette affi (...)

25La formation plus tost était uniquement temporelle au début de son emploi, avant de subir une bifurcation sémantique. Cette dernière va donner lieu à deux formes différentes : l’une est disjointe pour le sens temporel, et l’autre est conjointe pour le sens préférentiel et rectificatif. Cette dernière forme apparaît dès le XIVe siècle, dans le corpus du DMF. A partir de la fin du XVe siècle, dans le corpus du DMF10, plustost perd le ‘s’ de plus. Quant à l’accent circonflexe, il commence à remplacer le ‘s’ implosif de tost à partir de la première moitié du XVIe siècle, selon le corpus de Frantext11. Cependant, il faudrait attendre le XVIIIe siècle pour que la distinction sémantique soit presque systématiquement12 corrélée à la distinction morphologique.

26Ainsi, avons nous essayé de retracer l’évolution de plutôt, afin de voir comment l’adverbe moderne est parvenu à acquérir une valeur préférentielle d’abord puis rectificative à partir d’un contexte bien particulier dans lequel il a commencé à apparaître. Le parcours de plutôt montre une évolution vers plus de subjectivité. En effet, la comparaison temporelle suppose une évaluation objective des deux éléments de la comparaison. Quant au choix préférentiel, il est en rapport avec une évaluation faite par le locuteur. La rectification, par contre, permet au locuteur de rejeter une assertion précédente ou d’exprimer sa préférence pour une certaine formulation qui s’oppose à une autre qui vient d’être proférée. Dans ces deux derniers emplois, l’énoncé devient empreint de subjectivité, étant donné que l’énonciateur exprime une préférence dans une comparaison ou dans une énonciation.

2. La grammaticalisation de plutôt et l’évolution du système

27Dans cette partie, nous allons mettre l’accent sur la valeur rectificative de plutôt. Nous nous sommes demandé pourquoi le système grammatical développe un nouvel élément pour exprimer la rectification, alors que cette valeur était essentiellement assumée en ancien français par la conjonction de coordination mais et secondairement par ains. Nous tenterons dans ce qui suit de répondre à cette interrogation.

2. 1. Le fonctionnement rectificatif de ains et mais2 en ancien français

  • 13 Cette appellation est empruntée à Kleiber (1978) qui distingue, à la suite des travaux d’Anscombre (...)

28En ancien français et jusqu’au XVIe siècle, les coordonnants mais réfutatif ou ce qu’on appelle mais213 et ains, ainsi que sa variante ainçois, avaient, entre autres, un emploi rectificatif aussi bien dialogal que monologal. Dans le dialogue, la rectification introduite par mais/ains se greffe rarement sur une assertion.

20)

« (…) trop par ies ores acoardiz »
– « Dame », fait il, « ainz sui hardiz qant je voi m’enor et mon preu »

(Roman de Renart, X, v. 11074, exemple donné par Rodriguez-Somolinos, 2002a : 533)

29La rectification porte ici sur un terme employé par le locuteur 1, à savoir acoardiz, corrigé par hardiz, de la part du locuteur 2.

  • 14 L’expression est empruntée à Melander (1916 : 87)

30De plus, les deux coordonnants sont souvent employés dans des « réponses rectificatives »14 après une interrogation :

21)

Estes vos, dist Tourgis, blechies ?
[« Etes-vous blessé, dit Tourgis ? – Blessé ? Dit-il, je dirais plutôt que je suis tué »]

22)

– Menjüe il pain ?
– Non, mais boine char.
(Robin, 49-50, exemple emprunté à Kleiber, 1978 : 281)

31Ce sens rectificatif de mais et de ains dérive de leur sens réfutatif. La proposition à rectifier est présente sous forme d’une interrogation totale qui appelle une réponse positive ou négative. Le locuteur 2 réfute donc la réponse positive ou l’assertion sous-jacente à l’interrogation.

32C’est certainement cet emploi rectificatif dialogal qui a donné lieu à l’emploi rectificatif monologal. Le terme introduit par mais/ains appartient, dans ce cas, au même champ notionnel que le premier, mais il est situé à un niveau plus élevé sur une échelle graduelle, d’où l’effet de renchérissement.

23)

Ne mande pas ainçois commande.
(Roman de Renart XV, cité par Antoine, 1958-62 : 1127)

24)

(Chrétien de Troyes, Cligès, 1176, v. 2821, exemple cité par Antoine, 1962 : 1127 )

33Par ailleurs, la rectification énonciative qui a parfois un effet de renchérissement devient très courante au XVIe siècle.

25)

De là ma peine, ainçois tout mon plaisir :
Le plaisir donc en sera le salaire.
(Jean de la Gessée, Les jeunesses, 1583, p. 121, Frantext)

2. 2. Ains-mais2/plutôt de la cooccurrence à la concurrence

34Au XVIe siècle, mais/ains sont souvent appuyés par plutôt dans cet emploi rectificatif monologal ou dialogal.

35• Dans le dialogue

36- après assertion

26)

Baïf : Nous le voyons par expérience
Ronsard : Ains c’est plustostque tu as opinion qu’il soit ainsi (…)
(Guy de Brués, Les Dialogues de Guy de Brués contre les nouveaux académiciens, 1557, p. 167-168, Frantext)

Chascun va querir sa clef.
(Six pièces polémiques du recueil La Vallière, 1530, Frantext)

37- après une interrogation

28)

Baïf : La perfection donc procede du corps ?
Ronsard : Non faict, ainselle est plustost empechée par le corps,
(Guy de Brués, Les Dialogues de Guy de Brués contre les nouveaux académiciens, 1557, p. 111-112, Frantext)

38Plus rarement avec mais

29)

Julien : Avez-vous le martel en teste ?
Panthaleone : Mais plustost une bastonnade à ce faquin qui fait du brave.
(Jacques Grévin, Les Esbahis, 1562, p. 195, Acte cinquiesme, scène 1, Frantext)

39• Dans le monologue, la rectification porte souvent sur la proposition qui précède ou sur un terme qui paraît après coup peu pertinent

30)

Ce barbare exercite, ains plustost ce troupeau,
N’a trouvé pour butin en France qu’un tombeau.
(Matthieu, P., La Guisiade, 1589, p. 77, Frantext)

31)

La jouissance ne m’a amoindry mon desir, ains plustost augmenté.

(Ambroise, F., 1584, Les Neapolitaines : Comedie Françoise Facecieuse, p. 190-191, Frantext)

32)

Ahi ! unde en mon dommaige, mais plutost à ma mort née (…)
(Jeanne Flore, Contes amoureux, 1537, p. 178, Frantext)

40Au XVIIe siècle, au moment où ains provoque de vifs débats entre proscripteurs et prescripteurs, plutôt commence à figurer seul pour assurer, dans le dialogue, cet emploi rectificatif, comme le montrent les exemples de 33 à 35. Quant à mais2, il a perdu son emploi rectificatif dialogal. En effet, en français moderne ce type de mais ne peut figurer que dans le cadre d’une énonciation unique, comme le soulignent Anscombre et Ducrot (1977 : 25).

41Après une assertion :

33)

Eraste : Le Prince, dès longtemps amoureux de vos charmes,
Dans un de ses châteaux, veut essuyer vos larmes.
Isabelle : Sacrifiez plutôt ma vie à son courroux.(Pierre Corneille, L’Illusion comique, 1639, p. 685, Frantext)

42L’expression veut essuyer vos larmes est corrigée par sacrifiez ma vie, qui est plus pertinente selon Isabelle.

43Dans le monologue, après une interrogation parfois rhétorique :

34)

Croirai-je que ce sont tes propres frères qui font si impitoyablement déchirés, ces frères que ta valeur a sauvés ? Non, ce sont plutôt des démons, qui sous des traits si chers, sont venus t’arracher la vie.
(Galland, A., Les Mille et une nuits, 1715, p. 147, Frantext)

44Dans ce cas, la rectification porte souvent sur un terme précédent :

35)

Que faut-il faire en pareil cas ?
Mourir : non, plutôt il faut vivre.
(Marivaux, Le Télémaque travesti, 1736, p. 71, Frantext)

45Notons, par ailleurs, que mais2 seul n’a plus l’aptitude à rendre cette valeur de rectification métalinguistique. C’est uniquement lorsqu’il est combiné à plutôt qu’il peut prendre cette valeur. Dans ce cas, plutôt est obligatoire alors que mais peut être effacé sans pour autant altérer le sens de la phrase.

36)

Nous ne nous entendions pas mal, mais plutôt nous ne nous entendions pas.
(Mireille Havet, Journal 1919-1924, 2005, p. 367, Frantext)
*Nous ne nous entendions pas mal, mais nous ne nous entendions pas.

46Cette rectification est souvent assurée, depuis le XVIe siècle, par la séquence ou plutôt, devenue très fréquente, et qui permet le renchérissement, puisque le terme qu’elle introduit est souvent plus fort ou tout simplement plus adéquat :

37)

Ce seroit une trop grande simplesse, ou plustost arrogance (…)
(Vigenère, B. (de), 1577, L’Histoire de la décadence de l’Empire grec, et establissement de celuy des Turcs, comprise en dix livres par Nicolas Chalcondyle, p. XXXXIV, Frantext)

38)

Autant en font ceux qui empruntent ou plustost derobent le titre d’une bonne science (…)
(Jean Calvin, 1549, Advertissement contre l’astrologie judiciaire, p. 81, Frantext)

47En plus de ces emplois de l’adverbe qui a remplacé les deux conjonctions dans leur emploi rectificatif, la locution conjonctive plutôt que a supplanté l’ancienne locution conjonctive ains que, qui en avait la même signification.

39)

Nomique recita Un beau propos qu’en pur miel confit a,
Qui luy nasquit au cœur ains qu’à la bouche.
(Etienne Forcadel, 1579, Œuvres poetiques, p. 44)

Conclusion

  • 15 Traugott et König, 1991, in Traugott et Heine, 1991, p. 203.

48Plutôt est passé du sens temporel au sens préférentiel puis rectificatif. Une évolution sémantique qui semble répondre aux schémas récurrents de la grammaticalisation : temps → choix préférentiel → opposition15. Il n’est plus un adverbe de constituant ni de phrase, il est devenu un adverbe relationnel en termes traditionnels ou connecteur en termes plus modernes, il a donc un statut plus grammatical puisqu’il est plus proche dans son emploi rectificatif des coordonnants que des adverbes de phrases.

49Par ailleurs, passant d’une forme disjointe à une forme conjointe, le sens de ses éléments n’est plus compositionnel comme c’est le cas pour la locution adverbiale plus tôt, mais il est question d’un sens synthétique non-compositionnel et plus abstrait.

50En outre, cette grammaticalisation est à voir comme un changement lié à d’autres phénomènes considérés généralement comme isolés. Il s’agit de la disparition de l’ancienne conjonction de coordination ains et la spécialisation du coordonnant mais2 dans son emploi réfutatif monologal.

  • 16 A part son fonctionnement en tant que coordonnant ains a gardé jusqu’au XVIe siècle un fonctionneme (...)

51Ces changements vont permettre une plus grande hiérarchisation des parties du discours en offrant l’opposition conjonction/adverbe, lorsque l’adverbe forme une séquence avec l’une des deux conjonctions mais et ou. Cette combinaison était impossible entre les deux conjonctions. Enfin, ces changements étudiés prouvent encore une fois que le système grammatical tend naturellement à la simplification en mettant en œuvre le principe d’iconicité avec l’élection de termes spécialisés comme plutôt au dépens des termes polyvalents comme ains16.

Haut de page

Bibliographie

Anscombre, J.-C. & Ducrot, O., « Deux mais en français ? », Lingua, 43, North Holland Publishing Company.

Antoine, G. 1958-1962, La coordination en français, Paris, éd. d’Artrey, 1996.

Badiou-Monferran, C., 2007, « Disparition de ains et évolution du système grammatical », in Combettes, B. et Marchello-Nizia, Ch. (éds) Etudes sur le changement linguistique en français, actes du colloque ‘‘Diachro2’’ qui s’est tenu à Paris du 15 au 17 janvier 2004, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.

Bat-Zeev Shyldkrot, H., 1998, « Grammaticalisation et évolution de la langue : théories et systèmes », Travaux de linguistique, 36, p. 27-36.

Cervoni, J., 1990, « La partie du discours nommée Adverbe », Langue française, 88, Larousse, n° présenté par H. Nølke, p. 5-11.

Ducrot, O., & Vogt, C., 1979, « De magis à mais : une hypothèse sémantique », Revue de Linguistique Romane, 171-172.

Ducrot, O., 1984, Le dire et le dit, Paris.

Grevisse, M., 1993, Le bon usage,13ème édition, Paris, Duculot.

Heine, B, 2002, « On the role of context in grammaticalization », in Wischer et Diewald, New Reflections on Grammaticalization, p. 83-101.

Kleiber, G., 1978, « Sur l’emploi adversatif de mais et de ainz (ainçois) en ancien français » Tra Li Li 16, 1.

Marchello-Nizia, Ch., 2001, « Grammaticalisation et évolution des systèmes grammaticaux », Langue française, 130, Paris, Larousse, p. 33-41.

Marchello-Nizia, Ch., 2006, Grammaticalisation et changement linguistique, Bruxelles, De Boeck.

Meillet, A., 1912, « L’évolution des formes grammaticales », Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Coll. Linguistique, p. 130-148.

Meillet, A., 1915-1916, « Le renouvellement des conjonctions », Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Coll. Linguistique, p.159-174.

Melander, J., 1916, Etude sur magis et les expressions adversatives dans les langues romanes. Uppsala, Imprimerie Almqvist & Wiksell.

Mokni, M., 2008, « Ains /au contraire de la cooccurrence à la concurrence », 1er Congrès mondial de linguistique française, Paris, 9-12 juillet 2008, EDP Sciences.

Ponchon, T., 1990 « Observation sur le connecteur mais en français médiéval », L’information grammaticale, 46, p. 47-51.

Rodriguez-Somolinos, A., 2000, « Mais, ains, ainçois, en moyen français : syntaxe et sémantique », Le moyen français : La Recherche, Bilan et Perspectives, CERES, p.449-467.

Rodriguez-Somolinos, A., 2002, « ainz et mais en ancien français », Romania 477-478, tome 120, Paris, Société des amis de la Romania, p. 505-541.

Traugott, E. & Heine, B., 1991, Approaches to grammaticalization, 2 Vol., Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins.

Corpus

Pour la constitution de notre corpus, nous avons utilisé les trois bases de données suivantes :

- Pour l’AF, à partir du IXe siècle jusqu’à la fin du XIIIe siècle nous avons utilisé la Base du Français Médiéval (La BFM) Cette base est accessible sur Internet à l’adresse suivante : http://bfm-ens-lsh.fr.

- Pour le MF, c’est-à-dire les XIVe et XVe siècles, nous avons utilisé le Dictionnaire du Moyen Français (le DMF). Cette base est accessible sur Internet à l’adresse suivante : http://atilf.atilf.fr/dmf.

- A partir du XVIe siècle, nous avons utilisé la base de données Frantext.

Haut de page

Notes

1 Nous donnons les références complètes de ces bases de données après la bibliographie.

2 Toster est un verbe qui signifie « griller », « rôtir », « brûler », il restera en usage jusqu’au XIVe siècle. « Enfer […] qui mainte ame graille et toste » (Coincy)

« Un varlet de chevaux vint a la cuisine et là se despoilla pour soy toster ou rostir » (pour se réchauffer) (XIVe siècle, du Cange), ces exemples sont donnés par les dictionnaires de l’ancien français et du moyen français de Greimas.

3 Nous n’avons repéré que quatre occurrences entre 1050 et 1100 dans les trois textes : la Vie de saint Alexis, le Voyage de saint Brendan et la Chanson de Roland.

4 Il s’agit d’une structure qui permet l’enchâssement d’une proposition dans une autre sans être une locution de subordination, elle est comparable à la structure « plus vite que » en français moderne qui est formée de deux adverbes, ayant un sens compositionnel et non un sens synthétique comme c’est le cas pour les locutions, et de la conjonction de subordination que.

5 Nous avons utilisé l’orthographe moderne pour ces verbes, vu l’existence de plusieurs variantes orthographiques pour chacun.

6 Sur 65 occurrences relevées dans les textes numérisés par la BFM, nous avons dénombré 18 occurrences de plus tost contre 45 avec la conjonction de subordination que ou cun(m).

7 Cette inférence « the sooner the better » est retenue par Traugott et König (in Traugott et Heine, 1991 : 202) comme hypothèse du passage du sens temporel au sens préférentiel pour l’adverbe anglais rather.

8 Je remercie mon relecteur anonyme qui a attiré mon attention sur ce point, je le remercie aussi pour toutes ses remarques qui ont contribué à améliorer ce travail.

9 La négation polémique s’oppose à la négation descriptive selon Ducrot (1984) en ce sens que le locuteur s’oppose à une assertion (réelle ou virtuelle) contraire et sous-jacente à l’énoncé négatif.

10 Cette graphie apparaît, pour la première fois dans le corpus du DMF, dans la Farce du pauvre Jouhan, 1488, p. 40.

11 Cette forme se rencontre pour la première fois dans l’œuvre de Clément Marot, L’adolescence clémentine, composée en 1538, p. 83.

12 Grevisse (1993 § 927) affirme que l’usage reste hésitant même au XXe siècle. Il illustre cette affirmation par plusieurs exemples d’auteurs.

13 Cette appellation est empruntée à Kleiber (1978) qui distingue, à la suite des travaux d’Anscombre et Ducrot (1977), deux mais en ancien français qu’il note mais1 (argumentatif) et mais2 (réfutatif).

14 L’expression est empruntée à Melander (1916 : 87)

15 Traugott et König, 1991, in Traugott et Heine, 1991, p. 203.

16 A part son fonctionnement en tant que coordonnant ains a gardé jusqu’au XVIe siècle un fonctionnement polyvalent, il est préposition ou adverbe exprimant l’antériorité, locution prépositive : ainz de/que/que de + infinitif traduisant soit l’antériorité soit le choix préférentiel et entre dans la locution conjonctive au sens de « avant que » lorsqu’elle est suivie d’un subjonctif, ou bien au sens de « plutôt que » si elle est suivie d’un indicatif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monia Mokni, « La grammaticalisation de l’adverbe plutôt et l’évolution du système grammatical », Linx, 59 | 2008, 171-184.

Référence électronique

Monia Mokni, « La grammaticalisation de l’adverbe plutôt et l’évolution du système grammatical », Linx [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://linx.revues.org/643 ; DOI : 10.4000/linx.643

Haut de page

Auteur

Monia Mokni

Université de Sousse

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org