Navigation – Plan du site

De Tant que à Tant que… ne…

From tant …que to tant que ne…
Isabelle Weill
p. 149-170

Résumés

Cet article propose une étude de deux locutions distinctes, tant que (à valeur consécutive et temporelle dans la langue médiévale, principalement consécutive ensuite) et tant que… ne, locution temporelle, apparue en français classique, qui n’est pas un sous-type négatif de la précédente mais note un déséquilibre qui ne s’inversera que lorsque la proposition perdra sa valeur de vérité. L’élément tant,  jamais porteur d’intensité, marque une opération mentale, le passage dans un monde stabilisé et quantifié. C’est là un cas très spécial de grammaticalisation : un élément porteur dès l’origine d’une valeur très abstraite et qui manifeste un retour du consécutif au temporel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Julie Glikman pour la lecture d’une version précédente de ce texte ; je suis seule resp (...)

1Dans le cadre d’une recherche sur les locutions conjonctives temporelles1, nous nous intéresserons à la locution tant que, qui paraît étrange à plus d’un titre. Le sémantisme du premier élément de la locution n’a pas évolué depuis son origine adverbiale latine et a toujours manifesté en français une certaine indépendance par rapport au conjonctif, ce qui paraît a priori exceptionnel, en particulier dans le cadre de la grammaticalisation. La locution qui opposait, en ancien français, d’une part un emploi temporel, avec une variante dominante tant com + subjonctif, annonçant le type moderne toujours existant tant que j’aurai un souffle de vie…) et d’autre part, un emploi consécutif en sorte que la conséquence trouve son plein aboutissement. La valeur de consécution a disparu presque totalement après l’époque classique au profit d’une nouvelle locution temporelle, qui ne figure dans aucune entrée de dictionnaire (tant que tu n’auras pas fini tes devoirs…). Si par ailleurs on voit d’autres locutions temporelles se lexicaliser en indiquant des relations secondes (par exemple causales), on observe ici un phénomène contraire : le passage d’une locution consécutive à une locution temporelle, sans que disparaisse toutefois la locution temporelle préexistante.

  • 2 Langage et croyance-Les « univers de croyance » dans la théorie sémantique, Liège, Mardaga, 1987 : (...)

2Nous utiliserons comme cadre scientifique de base les travaux de sémantique de R. Martin sur les mondes possibles2 et les théories de l’énonciation. Ce que nous voulons essentiellement montrer est que tant n’est jamais intensif et qu’il garde le même sémantisme, quel que soit le type de locution dans lequel il entre et quelle que soit l’époque considérée. Dans le cadre de cette étude diachronique, il est présenté comme un invariant sémantique.

3Le troisième emploi de la locution, proche d’une relation de comparaison ne sera pas traité ici. Nous n’étudierons pas non plus les formules figées restées quasi intactes en français moderne ni les locutions tantost com/que et tandis que. Il conviendrait également d’indiquer que notre corpus n’a pu être constitué en majorité qu’à partir de lectures de texte, les bases de données ne fournissant pas de cotextes assez larges la plupart du temps. Nous étudierons d’abord l’origine latine de tant, le sens lexical qui en dérive en français (un élément quantifié de façon anaphorique et jamais intensif) et la façon dont les relations temporelles et consécutives sont intriquées. En conclusion nous examinerons la possibilité que le figement sémantique constaté ne contredit pas le courant de la grammaticalisation.

1. Du latin au français

  • 3 Le Grand Gaffiot Dictionnaire Latin Français, nouvelle édition revue sous la direction de P. Flober (...)
  • 4 Cf. l’exemple  de Plaute cité par Gaffiot tribus tantis minus, « trois fois moins ».

4Tant vient de l’adverbe tantum latin, au sens de « seulement, juste exactement quantifié dans un monde où l’énonciateur mène à bien une opération qui lui permet d’accéder à ce qu’il recherche dans un monde logique ». Mais comme Gaffiot3 traduit tant par « à ce point », on peut croire qu’il s’agit d’un intensif alors que la valeur, quantifiée de « un » à l’infini, (minuscule ou grande) sera toujours indiquée anaphoriquement exactement comme par la suite en ancien français. Cet adverbepartage avec ledéterminant tantus la valeur sémantique de quantité connue4. L’adverbe est à l’origine des locutions conjonctives et le déterminant se retrouvera dans les systèmes corrélatifs consécutifs.

5L’élément tant(us/um) marque l’entrée dans un monde quantifié, stabilisé, cohérent et logique, parfaitement connu et admis de tous, normé, unique, sans alternative ; les calculs sont accessibles à n’importe qui dans le monde où se situe l’énonciateur, monde seul pris en compte parmi les mondes possibles. On voit donc que, dès le latin, le terme note une opération mentale.

6L’évolution d’un système corrélatif latin indiquant le quantitatif (cf., tantum… quantum) aboutira à des séries de locutions consécutives/ temporelles. On trouve des consécutives très nombreuses et diverses qui manifestent, dès le plus ancien français, dans une structure temporelle ; les consécutives vont disparaître ou se figer (avec certains verbes comme pouvoir, avec des déterminants corrélatifs, tant de N que, tant + adj que ; avec une construction en parataxe : il étouffe tant il a mangé) avant l’apparition d’une nouvelle série de temporelles en tant que…ne.

2. Propriétés sémantiques de l’élément tant 

  • 5 La notion de vide a suscité énormément de débats (Cf. Cervoni, Cadiot 1990, Pottier 1961).
  • 6 Il peut paraître étrange de prendre en compte le contexte culturel pour l’étude d’un mot grammatica (...)

7Tant permet de noter l’ouverture d’un passage débouchant sur un monde connu logique et déterminé en quelque sorte par un système anaphorique, (endophore ou exophore) et plus rarement cataphorique. Riegel & alii (1994) traitent l’élément tel comme une « proforme », c'est-à-dire un élément vide qui se sature dans la suite du texte et qui désigne une copie conforme de la séquence suivante5. Tant a pour particularité d’être également vide mais de ne pouvoir se remplir que dans des conditions très précises : il note unmonde stabilisé, un monde réglé, dans une Nature harmonieuse, où le temps est un lieu de passage périodique, une sorte de glissoire qui s’écoule inexorablement, par périodes comptabilisées selon les schémas prévus et restreints par des lois stables, un monde évalué et/ou quantifié6.

8Notons que l’élément tant, dans le cas où la commutation avec très, beaucoup, tellement s’avère possible, implique à la différence de ces termes un savoir partagé. Une dame qui est tant bele, comme l’est Yseut ou Guenièvre, est célébrée en tant que beauté connue des interlocuteurs et possédant de la beauté en cette quantité également connue ; une dame qui est moult bele est susceptible d’être très belle, mais l’interlocuteur ne la connaît pas.

9Tant a été pris pour un intensif, probablement à cause de l’idée qu’on ne mesure que les quantités importantes, de la troncation des exemples, ou encore des traductions faussées. Sur ce dernier point, Buridant (2000, §51) cite tant à propos du relief thématique :

1)

Tant ad oït e sermuns etessamples. » (Roland, 3979),

en traduisant « ellea tant entendu de sermons et de pieux récits », formule elliptique que le lecteur complète « que le nombre en est incroyable ». Il s’agit en fait d’une tout autre construction : une consécutive en parataxe, pas elliptique du tout ; je vois en effet dans le vers suivant une consécutive en parataxe : «creire volet, chretïentet demande ». La dame a entendu (et ça n’a pas dû ni pu durer longtemps) les récits que nous connaissons tous, assurément capables d’assurer une conversion dans ce monde logique et juste où il n’y a qu’une seule religion valable : elle a entendu les sermons et les pieux récits bien connus qui ont fait aussitôt en sorte qu’elle désire croire en Dieu et demande le baptême.

3. Les emplois de tant en locution conjonctive en ancien et moyen français

10Notons que les consécutives sont beaucoup plus fréquentes que les temporelles, et ce jusqu’à l’époque classique ; à titre d’exemple, on relève :

  • dans le Couronnement Louis, XIIe siècle (2700 vers) : six temporelles et vingt-quatre consécutives.

    • 7 Il nous reste en français moderne la consécutive avec tant et si bien que, qui ne se trouve pas ava (...)

    dans le Bâtard de Bouillon, XIVe siècle (6000 vers) : neuf temporelles ; quatre spatio-temporelles (du type tant que le ciel tournoie, « tant que cela dure et s’étend dans cette espace connu », comme je le comprends) ; quarante-cinq consécutives en tant que auxquelles il faut ajouterun tant bien que, quatre jusqu'à tant que, quatre tant et si longuement que7 ; neuf tant de N que et un cas de parataxe (ou de subordination inverse).

  • dans Le Testament Villon (XVe siècle) : deux temporelles, quatre consécutives

11Et en dépassant notre époque de référence et en allant jusqu’à l’époque classique :

  • dans Le Cid : une temporelle, trois consécutives, trois tant de N que.

12On peut voir que même encore dans la langue classique, ces rapports restent constants ; il est curieux de constater que ce sont les éléments les plus nombreux qui vont disparaître (cf. point 4).

3.1. Tant…que introduit une consécutive

13Dans nos consécutives, la relation d’implication entre les deux procès est toujours présentée comme exclusive, obligatoire selon la logique, et tant +com/que indique le passage effectué, parfois très bref, voire très facile, dans le domaine recherché et stabilisé, en notant que la réussite de l’entreprise était prévisible. Il faut noter que ces séquences sont toujours extrêmement difficiles à traduire ; on propose souvent la traduction « jusqu’à ce que » : ils ont marché jusqu’à ce qu’ils soient arrivés a un sens, mais elle a été enceinte jusqu’à ce qu’elle ait accouché, n’en a pas) je propose une simple consécution avec et ; ils ont fait ceci et cette action a abouti au résultat attendu.

14Ces consécutives se retrouvent donc dans des séquences à la fois assez figées et très fréquentes que nous pouvons regrouper dans les domaines (ce sont seulement les plus courants) qui vont suivre ; nous analysons cette typologie thématique dans l’idée que cette façon de répéter en leitmotiv que les conséquences correspondent forcément à l’attente a pu finir par lasser les narrateurs. Donc une cause possible de la disparition de ces séquences serait leur figement et leur redondance qui ne correspondaient plus à un nouveau type d’écriture. Nous allons répertorier différents motifs.

3.1.1 Le résultat d’un déplacement : errer/chevauchier/nagier tant que venir /ariver

15L’exemple (2) exprime un simple déplacement :

2)

« Tant sont alé qu’il sont venuen un pré defors lesmurs.» Mort Artu (§150)

16Il est possible de traduire : « ils sont arrivés comme prévu », mais on perd alors forcément en valeur de sens.

17Dans certains cas, le contexte comporte une notion d’intensité, qui n’est cependant pas marquée par la locution tant …que elle-même. En (3), le voyage à travers la Méditerranée est long, et il faut le préciser par des éléments extérieurs à la locution (soulignés), puisqu’elle ne permet pas de noter l’intensité :

3)

Tant nagierent ensemble o soiret o matin /que de Monbranccoisirent le grant palés marbrin. (Vivien de Monbranc, 85)

18De même en (4), un retour de tournoi avec un blessé est délicat et il faut ajouter qu’on a intérêt à aller vite : 

4)

Einsi s’en vontgrant alëure entre lui[Lancelot]et le chevalier et font tant qu’il vindrenta l’ostelou il avoient la nuit devantjeü. (La Mort Artu, 21)

19On peut noter encore un effort important (mesuré grâce à l’heure donnée et au verbe éperonner), dans une parodie de texte épique :

5)

Tant a alé esperonant/ que par devant none sonant/ est revenuz en la quarriere /ou li lions tintcort pleniere. »(Renart I, 721)

20A l’opposé, dans une chanson de geste, le traître Fromont part avec sa flotte pour aller de Bordeaux à Blayes (la Gironde s’appelle la mer ; cf. l’entre-deux-mers) et on pourrait, en interprétant mal la séquence, avoir l’impression d’un long et dur voyage, alors que le texte ne note rien d’autre qu’une réussite normale et attendue :

6)

Tant a nagié li glous…/C’un mardi au matin/està Blavez venuz et arivez » (Jourdain de Blaye, 454).

21Je traduirai alors : « il a bien navigué et il a abordé à Blayes ».

22On voit bien d’après ces exemples que c’est le passage dans un autre univers choisi et attendu qui est en cause dans notre locution et non pas un degré d’intensité ; je m’oppose ici, j’en ai bien peur à tous les médiévistes et en particulier à Buridant : « tant que marque la conséquence d’un procès mené à un certain degré d’intensité : « à un tel degré que »… (Buridant 2000 §517).

3.1.2 La réussite d’un autre type d’entreprise qu’un voyage

  • 8 Je pense que ce verbe est à l’origine de la locution utilisée par Paul Delmet dans la chanson des p (...)

23On trouve alors les constructions querre tant que trouver, le vicaire fere tant que8… ; il s’agit de « faire en sorte que », « mettre le temps qu’il faut pour, juste ce qu’il faut pour… ». On peut trouver comme point d’arrivée :

24– une recherche qui ne peut que réussir :

7)

Ogier, dist l’emperer ; et car vos aprestez. /Tant querez roi Yon que vos le troverez. (Renaut de Montauban, 4502-4503)

25– des négociations qui ont abouti :

8)

L’empereïs vint querre le secours du roy pour son seigneur et pourchassa tant qu’elle obtint .C. paires de lettres. (Joinville, 139)

9)

Le roy Richart pourchassa tantque il donna au conte de Champaigne la roynede Jerusalem. (Joinville, 78) 

10)

-un accouchement réussi après une grossesse normale : Se li aida tant Dieux et le Vierge loee/qu’au plaisir de Dieu fu d’un biau fil delivree. (Jourdain de Blaye, 132).

11)

Jules Cezars cele nuit enjenra /.II. moult biax fix, la dame les porta/Tant qu’en Monmur .I. jour en delivra. (le Roman d’Auberon, 1359).

26Comme nous n’avons plus ce type de séquence en consécutive, et que la valeur intensive est radicalement exclue, il est impossible de traduire par une proposition corrélée ; on peut utiliser alors, comme pour toute consécutive, ou en rajoutant des éléments explicatifs tout se passa bien et/ et comme l’on pouvait s’y attendre.

27– l’entrée dans une ville, une place forte ou le fait d’en sortir :

12)

La porte li ovrirent devers terre major/ tant qu’ il le mistrent enz ; mult firent grant folor ? (Renaut de Montauban, 2685-2586)

13)

Et tant sont esploitiet / qu’a Blavez sont entré.(Jourdain de Blayes, 1088)

28– une petite attaque nocturne pour détourner l’attention au départ d’un messager :

14)

Feites tantque il soient un petit esveillié. (Vivien de Monbranc, 23I)

29– l’identification d’une personne bien connue en quelques secondes :

15)

Lancelos l’avise tant qu’il sot apertement que c’estoit Hestor des Mares, ses freres.(La Mort Artu, 74, 110).

30– l’échec qui, symétriquement à la réussite, peut être prévisible et normal dans un monde logique :

16)

[Nos gens] se lesserent cheoir de la grant nef en la barge decantiers, qui plus plusqui miexmiex, tant que la barge se vouloit esfondrer.(Joinville, Vie de saint Louis, 152)

31Si tout le monde se jette ensemble du haut du pont du navire dans une chaloupe, il y a plus que des risques de naufrage.

3.1.3 la conséquence d’une quantité 

32L’élément tant constitue juste un quantifieur et l’important n’est pas la valeur de la quantité, c’est que son évaluation est connue :on arrive dans le monde cherché où se fait l’évaluation de l’objet, quantifié petit (trois, sept) ou très grand, mais ce qui compte c’est que c’est quantifié ; on a évidemment plus tendance à évaluer de grandes quantités que des petites, d’où la suprématie des chiffres élevés sur les petits et c’est cette suprématie qui a fait croire que tant était un marqueur d’intensité, erreur qui interdit de comprendre les petites quantifications.

33On évalue des éléments abstraits qui ont des conséquences prévisibles dans ce type d’univers :

17)

Tant getoit grant clarté (le feu grégeois) que l’on veoit aussi clair parmi l’ost comme cefeust jour, pour la grant foison du feu qui getoit la grant clarté. (Joinville, 206) On note la mesure et ensuite la cause.

18)

Et Dieux nous aimme tant, qui fist pardonLongin/que vous portez .I. hoir.(Jourdain de Blaye, 100).

34Dans ce monde, avoir un héritier est la conséquence ordinaire et logique ainsi que la garantie prouvée de la faveur divine mais cela n’a rien d’exceptionnel évidemment.

35 On compte souvent les combattants et on a besoin d’un nombre précis, faible ou important :

19)

Or a li gloux mandet le plus de son parage /tant que .XXM. sont. (Jourdain de Blaye, 742) ;

20)

Tant en i ot de mors a ycelle journee / que le .Xe. part en remest sur le pré. (La belle Hélène de Constantinople, 11740-11741)

  • 9 Une armure de fer désigne une unité combattante de quelques hommes.

36Remanoir signifie dans (20) « mourir » ; il est difficile de savoir comment la perte de un mort sur dix est considérée ; la seule chose inscrite dans le texte est la comptabilisation.Dans les Chroniques (I, 70) de Froissart, les Londoniens promettent à la reine Isabelle leur aide « s’elle pouoit tant fere que eleeuist .III.C. armures de fer9 »,or la reine fait encore mieux, comme le montre la comptabilisation suivante qui utilise une construction autre ; « (elle) pria tant de chevaliers et escuiers qu’ilz furent .IIII.C. armures de fer. »Mais comme nous l’avons dit, les chiffres peuvent être faibles :

21)

« Il [le roi Yon] en a apelé de ses barons proisiez :/Le comte d’Avignon en apela premier. /Guimarc de la Saiete et le comte Richier,/ Hunaut de Taleborc et le comte Gautier,/ Antoine le chanu qui Dex doint encombrier, /tant qu’il furent ensemble jusqu'à .VII. chevalier (Renaut de Montauban, v.6581-6585).

37On trouve cela encore au XIVe siècle, souvent précédé de la conjonction et, après une longue énumération.

38La mesure d’une quantité, grande ou petite, peut être mise en corrélation avec un fait actualisé ou virtuel, dans une construction où entre aussi bien que conjonction que le relatif ou (23) et dont (24-25) :

  • 10 « Il avait perdu du sang dans la quantité qui fait que la parole lui a manqué »
  • 11 « Mes noces furent une fête si importante que nos fosses furent entièrement remplies de bêtes, il e (...)
  • 12 « Autour du visage il ne lui restait pas la quantité calculée de peau nécessaire pour fabriquer une (...)
  • 13 « De toutes ces richesses il n’est rien resté que vous auriez pu échanger contre deux deniers compt (...)

22)

Cil avoit tant de sanc laissié /que la parole li failli. (Renart I, 732)10

23)

Mes noces [de Hersent] furent si plenieres / que noz foces et noz doieres/furent toutes de bestes plaine/ certes voire que a grant paine/ poïssenttant de vuit trover/ ou une oue poïst couver. (RenartI, 166)11

24)

Entor le vis n’ot tant de pel /dont l’en feïst une viez borse. (Renart I, 682)12

25)

De toz avoirs n’i a il tant remés /dont donesiez .II. deniers moneez. (Girart de Vienne, 2488-2489)13

39On peut traduire par « assez pour » dans le cas où tant note une quantité considérée sarcastiquement comme dérisoire.

3.2. Ambiguïté consécutive/temporelle

3.2.1

  • 14 V. 1204 de l’édition Moignet, Paris, Bordas, 1966 ; les autres citations du Roland utilisent la nou (...)

40Tantque se construit avec un verbe indiquant une action humaine étendue aussi loin que possible dans un espace mesuré et connu. Ce type de séquence est une fois encore difficilement traduisible. Plaine sa lance, dans le Roland (de toute la longueur de sa lance, comme traduit G. Moignet14) commute avec la séquence synonymique : « fiert de l’espiet tantcume hanste li duret» (v.1322) ; Moignet (1966) traduit : « tant que la hampe résiste », et, effectivement, au bout des quinze coups suivants, la lance se brise et le héros peut brandir Durandal ; mais dans Vivien de Monbranc, on voit la même expression employée pour un seul coup particulier : « Vivïens lesse courre le bon destrier isnel ; /sus l’escu de son col va ferir Tassinel ; /tant com hanste li durel’abati du poutrel(poulain). » (v.162) ; l’éditeur Van Emden traduit « de toute la longueur de sa lance », en suivant D. J. A. Ross (Medium Aevum, XX, 1951, pp.1-10) et en ajoutant : « durer semble effectivement, dans cette formule désigner la durée dans l’espace plutôt que dans le temps » ; en fait durer ne pose pas de problème, ça signifie « résister en restant intact et entier » et il s’agit d’un verbe imperfectif comme vivre, travailler. Donc on pourrait traduire en combinant les deux sens de nos traducteurs et en rajoutant une ligne aux dizaines de pages qu’a suscitées cette séquence dans les colloques de la société Rencesvals : « dans cet espace-temps où la lance ne se brise pas et où tout fonctionne bien ».

3.2.2

41Les exemples sont très fréquents où tant.. que s’inscrit dans l’expression du passage impossible à contrôler du tempsqui s’écoule : on note le fait d’avancer en âge, le fait de voir les jours s’écouler, de voir arriver l’heure de manger, de se coucher :

  • 15 Dans l’exemple cité, l’automne qui était une douce saison laisse la place à l’hiver, mauvaise saiso (...)

26)

Ensy se demena en Gadres le jolie/pour atendre s’anee tant que fust acomplie.(Jourdain de Blaye, 3530)

27)

Ensy sont demenet le plus de la journee/Tant que li jours fali et revint l’avespree. (Jourdain de Blaye, 126)

28)

Par le castiel s’en vont deduissant noblement/tant que saison d’aller fu a reposement. /Le litau fel Fromont…/fu fais… (Jourdain de Blaye, 599)

29)

Jourdain …/Tibaut et Renier…/sont au siege remés tantque li tans empire [devient mauvais15]/et que li saison passe. (Jourdain de Blaye, 2194)

42Le proverbe tant crie-t-on Noël qu’il vient relève de cet emploi ; cela ne veut évidemment pas dire qu’on crie jusqu’à ce que la fête arrive, qu’on crie pour la faire venir ; le peuple crie Noël à toute occasion unpeu étonnante, et Noël finit par arriver, dans l’optique de tout vient à point qui sait attendre.

43La locution jusqu’a tant que ne commute ni avec tant que, ni avec les équivalents médiévaux de notre jusqu’à ce que.Elle combine l’idée d’un arrêt marqué avec celle de passage dans l’action recherchée seulement retardée :

30)

L’ostoier en iver n’est mie de saison ; /atendez jusqu'à tant que il soit Rouveson.(les Rogations) (Vivien de Monbranc, 312)

44Dans la séquence suivante, tant que s’oppose à si que:

31)

Et tant les eut Renier et le dame gardé/que cascuns[Gerardin et Jourdain] ot .IIII. ans,moult sont sage et sené/et de l’escole apris, duit et endoctriné/Sy très parfaitement qu’ilont latin parlé. (Jourdain de Blaye, 298)

45S’il est normal et logique d’arriver à l’âge de quatreans pour un petit enfant qui grandit, ce qu’indique tant, le si note un monde non garanti, non soumis à des constantes, tous les enfants n’ont pas l’occasion ou n’arrivent pas à apprendre le latin ! A l’âge de treize ans, Jourdain entre dans une période malheureuse qui va être comptabilisée et additionnée dans une durée, ce qui est bien la preuve que notre séquence est aussi temporelle :

32)

La fu pres de .II. ans en telle aversitez/tant qu’il ot bien .XV. ans acompliz et passez. (Jourdain de Blaye, 1666).

3.2.3

46Des cas assez fréquents indiquent une limite dans le temps où l’on ne peut traduire tant come/que, / ne… jusqu'à tant que par « jusqu’à ce que ». Cela note l’idée de temps s’écoulant suffisamment pour produire l’action envisagée, mais s’ y ajoute l’idée qu’il y a une part de responsabilité (directe ou déléguée), de refus, ou de volonté directe ou d’obligation, de contrainte ressentie par l’énonciateur pour intégrer le monde recherché ; il s’agit toujours d’actions suivies, mesurées, concertées pour atteindre la réussite.

47Tant que permet d’introduire un événement prédictible, intéressant ou non pour le sujet grammatical :

33)

Quant les Sarrazins vouloient entrer en l’ost, il atendoienttant que la frainté des chevausestoient passees, si se metoient en l’ost par darieres les dos des chevaus. (Joinville, 178)

34)

Tant lor a de ses gas lanciez/que dant Coarz est deliez. (Renart I, 1585)

48Renart a lancé des plaisanteries qui ont donné assez de temps à Couard pour se débarrasser de ses liens ; Renart est responsable des conséquences. De même dans cet autre passage :

  • 16 Les occurrences de ce type se trouvent d’un bout à l’autre de l’AF. A la fin du  Roland, les cuisin (...)

35)

La dame l’avoit fait baignier/ et vantouser et puis saignier,/ tant que il fu en la santé/ouil avoit avant esté. (Renart I, 1676)16

49On trouve aussi ne…tant que en concurrence avec les si d’équipollence étudiés par C. Marchello-Nizia (1985, 97), mais dans des contextes souvent beaucoup moins contraints que ceux réservés au si :

36)

N’en [du siège] tornerai en mon aage / tant que li chastiaus soit randuz. (Renart I, 1779) [on peut traduire par le moderne par « tant que le château ne sera pas rendu », avec une négation discordantielle dont nous parlerons infra].

37)

Jamez ne finera ne par terre ne par mer /tant que devant Monbranc fera ses os jouster (Vivien de Monbranc, 60 ; cf.également 131)

38)

Le roy disoit que il ne partiroit du flum, aussi come il l’avoit en couvent, tant que il leur [aux Sarrazins] eust paié .CC.mille livres.(Joinville, Vie de saint Louis, 368)

50On trouve aussi jusqu'à tant que, avec ce ne dans la proposition précédente:

39)

[Jehan de Biaumont] me commanda de par le roi que je ne me partisse de ma herberge jusques a tant que le roy me le commenderoit. (Joinville, 172)

40)

Le roy ot conseil que il ne partiroit de Damiete jusques a tant que son frere, le conte dePoitiers, seroit venu. (Joinville, 179)

51Cette locution jusqu’à tant que persiste encore dialectalement dans le midi.

3.3. Tant…que dans une temporelle

  • 17 On note le passage de la conjonction comme à que, le conjonctif universel, passage qui s’effectue t (...)

52L’idée première marquée par ces constructions, c’est le fait qu’on est passé ou qu’on se trouve déjà dans un espace stabilisé marqué, qu’on est entré dans un monde connu et parfaitement repéré; la subordonnée permet d’indiquer que l’espace de temps considéré n’est pas intrinsèquement limité, qu’il peut être très court, tout en pouvant paraître prolongeable à l’infini dans notre monde ; ensuite l’énonciateur observe, indique, promet que la situation envisagée va logiquement rester telle qu’elle est dans un type de monde stabilisé, qui a une fonction organisatrice, et sur lequel il affirme ou jure n’avoir aucune prise.Cela peut durer longtemps ou très peu de temps. La locution peut se substituer à pendant que, aussi longtemps que, mais on ne conserve alors que l’idée d’une certaine durée, qui pourra avoir sans problèmes une limitation intrinsèque : il est difficile de dire *aussi longtemps que la terre tournera autour du soleil… Les verbes utilisés seront, de l’ancien français à la langue moderne, des verbes marquant lexicalement l’aspect imperfectif. Il sera impossible de passer d’une assertion positive à une assertion négative sans perdre le sens logique et ce type de subordonnée va perdurer jusqu’au français moderne17. L’assertion relève souvent du serment, de la promesse, de la malédiction ou de la menace, aussi le futur y domine-t-il :

41)

Grant poor doit avoir que celle mezellerie li dure tantcomme Diex y ert en paradis. (Joinville, 28)

42)

Nonpourquant sui a vous tant con serai vivans. (Jourdain de Blaye, 2274)

43)

Mal ait qui li faura Tant qu’il pora durer ! (Jourdain de Blaye, 419)

44)

Vo cier fieux…/fera si grant essil de le gent paiennie/tempre, tart, main et soir tant qu’il seraen vie. (Jourdain de Blaye, 180)

53Ailleurs on décrit une coutume présentée ensuite comme contraignante en ce monde et en ce temps précis :

45)

Tant comme li chevalier sistrent au mengier,servi la damoisele ; car il estoit coutume a cel tens el roiaume de Logres que, se chevalier errant venissent a l’ostel a aucun haut home, se il eüst leanz damoisele, de tant comme elle fust plus gentil fame, de tant fust le plus constrainte a servir les. (Mort Artu, 25)

54La place de ces subordonnées est beaucoup plus libre que celle des consécutives ; on est vraiment dans les circonstants.

55En effet les temporelles et les consécutives présentent de tels problèmes d’homonymie qu’on peut trouver les deux locutions coordonnées :

46)

Amené le vous ay et il vous servira /tant et sy longhement comme vo cors vorra/ et qu’en le fin par vous cevalier devenra. (Jourdain de Blaye, 1610-13)

56Ces consécutives insistent toujours sur le temps nécessaire pour accomplir cette forme de réussite impliquée par le sens lexical du spécifieur. On comprend que les deux structures aient fini par se différencier et nous allons voir comment la langue a résolu l’ambiguïté due à cette homonymie.

4. L’évolution des constructions après le français médiéval

4.1. Les consécutives

57Les séquences que nous avons étudiées ne vont pas disparaître du jour au lendemain, mais elles vont devenir beaucoup moins fréquentes.

4.1.1

58Le type aller tant que, venir/chercher tant que, trouver/faire tant que V est toujours disponible après la période médiévale. Dans l’Histoire comique de Francion on relève : 

  • 18 Exemples à rapprocher de : « Tant sont allés, tant sont venus / que vers le soir se sont perdus », (...)

47)

L’on cherche tant que l’on rencontre cequi nous est propre. (p.36)[On trouve le même emploi de « chercher tant que rencontrer» aux pages 169 et 202]

48)

Mon maître fut sollicité de prendre mille livres… ; le les vis compter pièce à pièce et fis tant que je découvris qu’il s’était contenté de les serrer dans son buffet. (p.99)

49)

Il arriva devant la taverne un carrosse que le gentilhomme qui avait couché avec Francion avait envoyé quérir. Après dîné, il fit tant que le pèlerin y monta. (p.136)18

59On trouve encore cet emploi au XIXe siècle :

50)

 D’Artagnan marchatant qu’il trouva à louer une chambre qui convînt à l’exiguïté de ses ressources. » (Dumas, les Trois Mousquetaires).

4.1.2. Autres séquences à valeur consécutive

60On rencontre aussi, exprimant la réussite, un tant inverse avec parataxe, séquence que l’on trouve déjà en ancien français mais plus rarement :

51)

Ne se pot soustenir tant angousseusefu. » (Jourdain de Blaye, 1292)

61Les calculs de quantification sont très nets dans cet exemple plus que connu de Corneille :

52)

nous partîmes cinq cents, mais par un prompt renfort / Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port, / Tant à nous voir marcher avec un tel visage / les plus épouvantés reprenaient leur courage. (Le Cid, 4,3, v.1249-1252)

62Ce tour avec parataxe deviendra très fréquent en français moderne. La mesure s’exprime surtout désormais par un déterminant spécifieur tant de x que dans un système corrélatif qui n’est plus la simple locution d’origine.

53)

« Ils continuèrent de chercher, prirent tant d’informations, firent causer tant de personnes qu’ils finirent par trouver un chevau-léger qui leur avoua avoir fait partie de l’escorte qui avait amené d’Artagnan et PorthosdeCompiègne à Rueil »(Vingt ans après, LXXXIV).

63Depuis le moyen français, la locution tant et si bien exprimant la réussite est attestée ; on trouve encore une variante de ce type dans Vingt ans après, XLVII : « Répétez tant et si fort que chacun le sacheque les malheurs de la France viennent du Mazarin. »

  • 19 Littré note comme une phrase connue : « tant que la vue se peut étendre ».

64Les constructions du type « mener son action tant que » connaissent une restriction de sélection, la locution ne s’employant plus qu’avec le verbe pouvoir 19essentiellement, du 18e au 20e siècle :

54)

Tant vaut l’homme, tant vaut le métier ; et réciproquement à la fin, tant vaut le métier, tant vaut l’homme. On fait donc valoir le métier tant qu’on peut.(Le Neveu de Rameau, éd Fabre, p.36)

55)

 Nous irons avec mes chevaux tant qu’ils pourront aller, puis ensuite nousprendrons la poste. (Vingt ans après, ch. XLIV)

56)

 les lundis, elle l’interroge, tant qu’elle peut, sur l’enfant. Car c’est son petit-fils, à M. Pierre. Elle se sent à la fois jalouse et liée à cet enfant. Aragon (les Voyageurs de l’impériale, XXVII)  

65Cela paraît un peu archaïque mais on conserve dans le français ordinaire tant que + pouvoir (« autant que faire se peut, autant qu’il est possible »).

66Contrairement à ce qu’on observe en ancien français, les locutions consécutives seront désormais moins nombreuses que les locutions temporelles.

4.2. Les temporelles

67Nous trouvons deux types de locution en partie homonymes : tant que, « aussi longtemps que » et tant que ne « jusqu’à ce que » en considérant une limite où se produit un changement. Il ne s’agit absolument pas d’un sous-type négatif, aussi bizarre que cela puisse paraître.

4.2.1

68Tant que pouvant se substituer à aussi longtemps que, mais en perdant du sens marque soit une durée quasi illimitée dans un monde qui nous échappe, soit une intégration dans un monde précis que l’on veut seulement temporaire mais qui est contraignant aussi.

  • 20 La citation complète est « Tant que la terre durera, la semence et la moisson, le froid et le chaud (...)

69Rappelons ce titre biblique bien connu de Troyat, Tant que la terre durera. l’auteur ne considère ainsi pas de limite à notre monde20.

70On trouve aussi l’emploi de tant que pour exprimerune contrainte que l’on voudrait faire disparaître (57-58) :

57)

[…] Tant que nos collègues biologistes moléculaires prétendront qu’ils peuvent seuls régler les problèmes de la planète en ignorant les avertissements qui leur arrivent de l’ensemble des autres disciplines, ils ne seront pas crédibles. Le Monde, 12 février 08, p.17

58)

Si vous rencontrez ce moine, écrasez-le sans pitié comme vous feriez d’une vipère ; la vie de cinq hommes sera pour moi en doute tant qu’il vivra.(Vingt ans après, XXXV)

59)

Tant que nous avons été à portée de fusil de la jetée,je me suis attendu à quelque effroyable mousquetade qui nous écrasait tous. (Vingt ans après, LXXIV)

60)

Tant qu’ils seront prisonniers,ce sera bien, dit Anne d’Autriche, mais ils sortiront un jour. (Vingt ans après, LXXXV)

61)

Tant que ses amis l’avaient entouré,d’Artagnan était restédans sa jeunesse et dans sa poésie. (Vingt ans après, VI)

4.2.2. Tant que au sens de « jusqu’à ce que »

71Au XVIIe siècle, tant que avec le subjonctif a un sens proche de « jusqu’à ce que », mais avec l’idée qu’il existe un rapport implicite de cause à effet entre les deux propositions :

62)

Adieu, je vais traîner une mourante vie /tant que par ta poursuite, elle me soit ravie. » (Le Cid, III, 4) [Ce tour a été blâmé par l’Académie mais soutenu par Littré.]

63)

Versez, versez toujours, tant qu’on vous dise assez.» (Le Bourgeois gentilhomme, IV, 1)

72Cette locution apparaît au XVIIe siècle et on la retrouve encore au XVIIIe siècle :

64)

Je recommandai bien à Laurette de lui témoigner toujours une petite rigueurinvincible jusques à tant qu’il répandît dans ses mains force écus d’or. » (L’Histoire comique de Francion (p. 142)

65)

Suppliez, gémissez, implorez sa clémence/ tant qu’elle vous admette enfin en sa présence. Chénier, Elégies, II, 13 (cité par Littré).

73Le tour n’existe plus que dans le français du Midi.

4.3. Apparition de la locution temporelle tant que… ne :

  • 21 Deux remarques s’imposent.  La traduction de tant …que et de tant…que…ne de l’ancien et du moyen fr (...)

74La syntaxe de Haase cite un des premiers exemples de tant que …ne, sans ajouter par ailleurs de remarquesur lene : « Mais tantqu’avec Pamphile on ne soit eclairci, / Defends-toi… » (La Fontaine, Eun, IV, 7, 1332)21. Les premiers emplois, que les grammaires ne relèvent pas dans leur spécificité sont rarissimes avant le XXe siècle.

75On peut formuler plusieurs hypothèses quant à l’origine de ces séquences. La première source possible serait les consécutives en tant que de l’ancien français, qui pourraient parfaitement se rapprocher des temporelles, desquelles elles sont très difficiles à distinguer, illustrées par les exemples (33-40). Ainsi dans le Couronnement Louis, Guillaume a fait prisonnier le traître Gui de Marcois :

66)

En prison l’ot, tant com li vint a gré, / tant com li ot bons ostages livré, /ch’a Loeÿs feroit sa volenté (version C, 1781-1783) [le comte le retint dans sa prison, tant que cela lui plut, en sorte que il puisse lui livrer des otages/ jusqu’à ce qu’il lui ait livré des otages, tant qu’il ne lui a pas livré des otages, qui garantiraient qu’il accomplirait la volonté du roi]

76On a donc dans la même phrase une subordonnée temporelle puis une subordonnée consécutive, introduites toutes les deux par la locution tant que et on comprend qu’on ait pu vouloir lever l’ambiguïté en ajoutant un ne discordanciel pour la séquence notée comme non accomplie.

77La deuxième source possible serait les subordonnées introduites par que ne…, de l’ancien français au français moderne, où le conjonctif équivaut à lui seul à une locution, ici une locution consécutive (en sorte que), mais aussi peut-être une temporelle (avant que…ne) ou une exclusive (sans que) : dans tous les cas, il s’agit d’exprimer l’idée de « terme ». Ces emplois deviennent très littéraires après le XVIIIe siècle. Ainsi chez Diderot :

67)

La mere : A votre place, je la tiendrai un an sur la même difficulté – Ho, pour cela, elle n’en sortira pas qu’elle ne soit au-dessus de toutes les difficultés.(Le Neveu de Rameau, éd Fabre, p. 35)

78Dans ce dialogue entre la mère de l’élève et le professeur de musique, on pourra substituer au conjoncteur utilisé par Diderot tant que : « tant qu’elle ne sera pas au-dessus de toutes les difficultés, elle ne sortira pas de ce morceau de musique et rien n’évoluera dans un temps suspendu ».

79Le ne explétif, que l’on trouve souvent avec avant que, et qui marque aussi une discordance, a pu par contamination appeler notre séquence (les exemples sont ceux de C. Muller 1991 : 26) :

68)

On ne peut nous forcer à faire grève, ou tout au moins pas avant que nous ne nous soyonsprononcés. (Le Monde, 17/3/84, p.7)

69)

Le chameau reste constamment couché jusqu’à ce qu’on ne l’ait allégé. » (Buffon)

80Les emplois relevés présentent tous le même type de contrainte :

  • il est impossible d’ôter la négation sans changer le sens de la phrase.

  • on utilise dans la subordonnée un verbe perfectif : si le procès est exprimé à un temps de l’accompli, il ne pourra pas ou ne devra pas longtemps se prolonger, avant l’entrée dans un monde logique et régularisé. S’il est au futur, il pourra se rapprocher de la séquence non négative pour indiquer deux événements liés.

  • la seconde séquence, qui se présente comme un événement secondairement lié, une conséquence non encore réalisée, est souvent de l’ordre du détrimentaire ou note, tout au moins, une situation non stabilisée qui ne plait pas à l’énonciateur, et elle s’oppose en cela aux structures en tant que. Le rejet de la situation est asserté par l’intermédiaire de la subordonnée et quand la subordonnée perd sa valeur de vérité, tout rentre dans l’ordre ; on s’aperçoit donc que les deux propositions qui s’opposent sur le plan logique ne s’opposent pas pourtant sur le plan grammatical. Les deux événements peuvent également être corrélés au passé. Si la situation indiquée par la subordonnée négative (elle contiendra un verbe d’état au passé ou un plus que parfait d’antériorité) change, les conditions de vérité ne seront plus réunies pour une situation normalisée.

81Notre séquence en tant que… nen’est pratiquement jamais le sous-type négatif de tant que car il y a rarement compatibilité entre les aspects des verbes employés. Citons un exemple :

70)

Tant que tu mangeras cinq légumes et fruits par jour, tout ira bien. 

71)

Tant que tu ne mangeras pas cinq légumes et fruits par jour, tout ira mal.

82La négation porte en partie sur tant : en effet, l’univers de croyance impose les conclusions opposées. Notons qu’il est impossible d’employer en sous type négatif un verbe d’état : *tant que je ne serai pas vivant…n’est pas acceptable. En tout cas, le fait qu’on puisse employer les deux structures avec les mêmes verbes prouve que ce n’est pas figé.

83Les types de texte qui contiennent ces séquences sont très assertifs (une assertion négative n’a rien d’étonnant), et relèvent de l’échange verbal, du faire croire de l’argumentaire, ou pragmatiquement de l’injonction, de la menace et de la défense. Cl. Muller (1991 : 92) a étudié la négation en tant que notion opératoire et cite à ce propos N. Bacri : « la négation est uneclasse d’opérateurs intervenant lors des opérations d’assertion. ». Muller (ibid. : 25) approuve aussi une partie des théories d’O. Ducrot : « Le lien entre la négation et les opérations mentales conduisant à croire ou à rejeter certains énoncés nous semble incontournable. »Notre formule se présente ainsi comme les auto-assertions qu’il décrit et qui acquièrent la valeur de croyances qui s’imposent au reste du monde : « Il faut obtenir une véritable croyance sous la forme d’un énoncé négatif par rejet… L’acte du locuteur est une assertion tentant d’imposer un jugement d’acception qui peut comporter une négation comme élémentconstitutif… » (ibid.: 26).Il insiste sur l’importance de la pertinence et de l’informa-tivité exigées pour un énoncé négatif ; il faut pouvoir décoder l’énoncé positif sous-jacent, même si comme dans notre cas, il ne contient pas les mêmes éléments séquentiels. Nous sommes là dans un univers de croyance qui n’a plus rien à voir avec l’univers médiéval à la stabilité garantie par Dieu.

84Comme ces séquences ont été très peu étudiées auparavant, citons-en un certain nombre, relevées dans divers types de textes. L’un des rares exemples cités par les dictionnaires est tiré de la Nuit d’octobre de Musset :

72)

L’homme est un apprenti, la douleur est son maître/Et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert  (cité par Le Robert)

85Ce type de séquence est plus fréquent à partir du XXe siècle :

73)

Du coup je me persuadai qu’il est bien des choses qui paraissent impossibles que tant qu’on ne les a pas tentées. (Gide, Si le grain ne meurt…I, III, p. 93, cité par Le Robert).

86Nous devons nous sentir persuadés à notre tour par le pouvoir de ces formules, mais la leçon de morale peut se situer aussi à l’oral, de façon familière, dans le cadre des remontrances familiales :

74)

tu n’arriveras jamais à rien tant que tu n’auras pas fait telle ou telle chose 

75)

inutile de te mettre martel en tête tant que tu n’as pas reçu les résultats du bac.

87Nous nous trouvons toujours dans un univers de croyance connu, mais désormais un univers personnel que chacun voudrait imposer aux autres.

88L’emploi du futur crée un monde ouvert et rapproche la séquence des formules de serment avec tant que (tant que je serai vivant, je ne renoncerai pas). On peut classer ici cette proclamation énoncée par la compagne d’un supporter de l’OM condamné pour violences en Espagne (Internet, le Post, 08/12/08) :

76)

Tant que tous les recours ne sont pas tous épuisés, je garde espoir.

89Le présent à valeur de futur permet de noter une emprise plus personnelle sur la situation.

90La propagande religieuse de type sectaire martèle cette structure :

77)

Tant que nous ne nous sommes pas engagés et consacrés à effacer cette division nationale, économique et religieuse, nous perpétuons la guerre et nous sommes responsables de toutes les guerres(Internet, Krishna)

91Les types de discours, aussi bien à l’écrit qu’à l’oral, relevés dans la presse écrite, sur le web ou dans des discours administratif ou scientifique, ou dans la publicité ont en commun de vouloir forcer l’adhésion. Ainsi explique-t-on la chute accélérée des prix des matières agricoles :

78)

La corrélationentre baisse du marché des actions et hausse des matières agricoles était vraie tant que la crise n’était pas majeure. Ce n’est plus le cas aujourd’hui constate Michel Portier, gérant de la société Agritel.(Le Monde, 10/10 /08, p. 12).

92Le discours scientifique utilise la séquence à l’appui de ses arguments. Ainsi la définition de l’adverbe de Grevisse est-elle critiquée en ces termes :

79)

Cette définition n’est pas explicite tant qu’elle n’est pas complétée par celle du terme complément. Anne Zribi-Hertz (1996, 18)

80)

la maladie d’Alzheimer et les autres pathologies neurovégétatives assimilées posent les problèmes les plus graves sur la route tant qu’elles ne sont pas diagnostiquées. Magazine de la MAIF (n°148, octobre 2008)

93On peut toutefois ajouter que le statut de l’élément conjoncteur a légèrement changé ; ces subordonnées se rapprochent des conditionnelles : on peut toujours substituer tant que…ne à si, en perdant évidemment la valeur suspensive. Ces nouvelles temporelles ont pu, très probablement influencer les formes traditionnelles en tant que.

Conclusion

94Cette étude sur les locutions conjonctives nous a permis de faire plusieurs constatations : les diverses relations grammaticales que nous aurions pu juger aussi logiques que solidement établies sont assez « poreuses » entre elles. La négation qui porte en fait sur le spécifieur du complémenteur a la particularité de créer une nouvelle locution grammaticale en réinterprétant le sens de l’anaphorique. La grammati-calisation, loin de changer le sens de l’élément lexical et de lui faire perdre toute indépendance, aboutit seulement à des changements du statut syntaxique de l’élément conjonctif.

95Deux choses paraissent néanmoins établies : d’une part, nous n’avons pas affaire à un élément intensif, d’autre part il ne s’agit pas du mouvement habituel de la grammaticalisation, ce qui peut se justifier, sans pour autant remettre en cause la théorie. Depuis le latin la langue a affecté à notre élément un sens déjà extraordinairement abstrait puisqu’il note un calcul de l’esprit, un retour en arrière possible sur des données à examiner avec soin et à prendre en compte ; or, la grammaticalisation note une montée vers l’abstraction : on peut donc penser, en ce qui concerne notre locution, qu’on ne peut abstraire une notion déjà fort abstraite. La grammaticalisation aboutit à une montée vers la précisionet, dans notre cas, la précision était déjà portée à son paroxysme. Il ne s’agit pas du mouvement habituel de la grammaticalisation, il s’agit d’un retour au sens premier, toujours conservé, d’entrée dans un monde de passage, qui a permis très normalement de pouvoir revenir du consécutif au temporel.

Haut de page

Bibliographie

Buridant, C.,2000, Grammaire nouvelle de l’ancien français, Paris,SEDES.

Caron, J., 1983, Les régulations du discours, Paris, PUF.

Cadiot, P. 1990, « Contrôle anaphorique et prépositions », Langages, 97, p. 8-23.

Cervoni, J. 1991, La préposition : étude sémantique et pragmatique, Paris-Louvain la Neuve : Duculot.

Delaveau, A., 2001, La phrase et la subordination, Paris, A. Colin.

Delaveau, A., Kerleroux F., 1985, Problèmes et exercices de syntaxe française, Paris, A. Colin.

Ducrot, O., 1980, Dire et ne pas dire, Paris, Hermann.

Haase, A., 1965, Syntaxe française du XVIIe siècle, Paris, Delagrave.

Marchello-Nizia C., 1985, Dire le vrai : l’adverbe ’si’ en français médiéval, Genève, Droz.

Martin, R., 1983, Pour une logique du sens, Paris, PUF.

Martin, R., 1987, Langage et croyance, Bruxelles, Mardaga.

Moignet, G., 1976, Grammaire de l’ancien français, Paris, Klincksieck.

Muller, C., 1991, La négation en français, Paris/Genève, Droz.

Pottier, B. 1961, « Sur le système des prépositions », Le français moderne, 29, p. 1-6.

Riegel, M., Pellat J.-C. & Rioul M., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Zribi-Hertz, A., 1996, L’anaphore et les pronoms, Paris, Septentrion.

Œuvres citées

– Ancien français :

Bertrand De Bar-Sur-Aube, Girard de Vienne, éd. W. van Emden, Paris, Picard, S.A.T.F., 1977.

Cook R., éd. Le Bâtard de Bouillon, Genève, Droz, T.L.F., 1972.

Frappier J., éd La Mort le roi Artu, Paris-Genève, Droz, T.L.F., 1964

Froissart J., Chroniques, éd. et textes présentés par P. Ainsworth et G. Diller, 2 vol., Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche », 2001-2004.

Joinville, Vie de saint Louis, éd. et trad. J. Monfrin, Paris, Dunod, « classiques Garnier », 1995.

Lepage Y., Les Rédactions en vers du Couronnement de Louis, Paris-Genève, Droz, T.L.F., 1978.

Matsumura T., éd. Jourdain de Blaye en alexandrins, 2 vol., Genève, Droz, T.L.F., 1999.

Robert de Boron, éd. A. Micha, Merlin, Genève, Droz, T.L.F., 2000

Roques M., Le Roman de Renart, Première branche, Paris, Champion, C.F.M.A., 1963.

Roussel C., éd. La Belle Hélène de Constantinople, Genève, Droz, T.L.F., 1995.

Segre C., éd La Chanson de Roland, Genève, Droz, T.L.F. , 2003.

Subrenat J., éd. Le Roman d’Auberon, Paris-Genève, Droz, T.L.F., 1973.

Thomas J., éd. Renaut de Montauban, Genève, Droz, 1989.

van Emden W., éd. Vivien de Monbranc, Genève, Droz, T.L.F., 1987.

Villon F., Œuvres, éd et trad A. Lanly, Paris, Champion, 1991.

– Français moderne :

Aragon, Les Voyageurs de l’impériale, Paris, Gallimard, folio, 1948.

Corneille P., Œuvres complètes, Paris, Le Seuil, 1963.

Diderot D., Le neveu de Rameau, éd J. Fabre, Genève, Droz, S.A.T.F., 1950.

Dumas A. de, Les trois Mousquetaires. Vingt Ans après, Paris, R. Laffont, « Bouquins », 1991.

La Fontaine J. de, Oeuvres complètes, Paris, Le Seuil, « L’Intégrale du Seuil »,1965.

Lemaitre de Sacy L.-I., trad. La Bible, Paris, Laffont, « Bouquins », 1990.

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, éd.J.Serroy, Paris, Gallimard, « folio-théâtre », 1998.

Musset A. de, 1931, Œuvres poétiques, 2 vol., Paris, A. Lemerre, vol 2, p.131.

Sorel, Histoire comique de Francion, éd. F. Garavini, Paris, Gallimard, « folio classique », 1996.

Voltaire, Romans et contes, éd. H. Bénac, Paris, éditions Garnier frères, 1902.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Julie Glikman pour la lecture d’une version précédente de ce texte ; je suis seule responsable pour les insuffisances de forme ou de fond qui pourraient y demeurer.

2 Langage et croyance-Les « univers de croyance » dans la théorie sémantique, Liège, Mardaga, 1987 : 29-35.

3 Le Grand Gaffiot Dictionnaire Latin Français, nouvelle édition revue sous la direction de P. Flobert, Paris, Hachette, 2000.

4 Cf. l’exemple  de Plaute cité par Gaffiot tribus tantis minus, « trois fois moins ».

5 La notion de vide a suscité énormément de débats (Cf. Cervoni, Cadiot 1990, Pottier 1961).

6 Il peut paraître étrange de prendre en compte le contexte culturel pour l’étude d’un mot grammatical. Mais C. Marchello-Nizia, étudiant l’adverbe si (Marchello-Nizia 1985, 89) a noté que l’emploi des structures étudiées (de type se Diex m’aït) « dénotent une attitude favorable de Dieu  à l’égard du locuteur ».

7 Il nous reste en français moderne la consécutive avec tant et si bien que, qui ne se trouve pas avant le XIVe siècle mais dont la structure est annoncée bien avant, comme nous l’étudierons dans un prochain travail.  

8 Je pense que ce verbe est à l’origine de la locution utilisée par Paul Delmet dans la chanson des petits pavés : « tu m’en as fait tant et tant. », phrase elliptique au sens de tu as fait tant que tu m’as trompé, bafoué

9 Une armure de fer désigne une unité combattante de quelques hommes.

10 « Il avait perdu du sang dans la quantité qui fait que la parole lui a manqué »

11 « Mes noces furent une fête si importante que nos fosses furent entièrement remplies de bêtes, il est sûr qu’on aurait eu du mal à trouver la place calculée nécessaire pour qu’une oie puisse y couver. »

12 « Autour du visage il ne lui restait pas la quantité calculée de peau nécessaire pour fabriquer une bourse hors d’usage.»

13 « De toutes ces richesses il n’est rien resté que vous auriez pu échanger contre deux deniers comptabilisés. »

14 V. 1204 de l’édition Moignet, Paris, Bordas, 1966 ; les autres citations du Roland utilisent la nouvelle numérotation de l’édition Segre.

15 Dans l’exemple cité, l’automne qui était une douce saison laisse la place à l’hiver, mauvaise saison ; les exemples d’empirer au sens d’entrer dans l’ère du détrimentaire sont extrêmement nombreux : par exemple le Christ empire quand la terre sainte est envahie ; dans Girart de Vienne (4946-4947), on décrit le haubert d’Olivier en ces termes : « N’a so ciel arme, dart n’espee tranchant /qui l’anpirast .I. seul denier vaillant. »

16 Les occurrences de ce type se trouvent d’un bout à l’autre de l’AF. A la fin du  Roland, les cuisiniers de l’empereur ont pour mission de surveiller Ganelon jusqu’à ce qu(e)/ en sorte qu’ils puissent le remettre entre les mains de qui de droit : « Tant le guarderent quel rendent aCharlon. »  (Roland v.1829) De même, Joinville note que le voyage en Terre Sainte comporte des contraintes : « Ainçois li [au roi] couvint gesir tant que nous fumes en Acre[jusqu’à notre arrivée en Acre]sur les materas que le soudanc li avoit baillez. » (Vie de saint Louis, 403 ; id 85). Une fois la limite passée, la contrainte se lèvera et le roi pourra gésir autrement à son aise ; l’action n’est que suspendue dans un temps restreint, ce qui ne correspond pas, par exemple, avec notre « attendez moi jusqu’à ce que je revienne », où le fait que les autres attendent ne me fera pas revenir et où rien n’annonce ce qu’on fera ensuite.

17 On note le passage de la conjonction comme à que, le conjonctif universel, passage qui s’effectue très progressivement de l’ancien français au moyen français.

18 Exemples à rapprocher de : « Tant sont allés, tant sont venus / que vers le soir se sont perdus », dans la célèbre chanson de saint Nicolas (sans doute du XVIIe siècle) : les trois malheureux petits enfants ont fait tout ce qu’il fallait pour se perdre, dans ce monde logique qui est le nôtre (c’est une forme particulière d’arrivée réussie).

19 Littré note comme une phrase connue : « tant que la vue se peut étendre ».

20 La citation complète est « Tant que la terre durera, la semence et la moisson, le froid et le chaud, l’été et l’hiver, la nuit et le jour ne cesseront point de s’entresuivre », dans la traduction de la Vulgate (Gn 8, 22) par Lemaître de Sacy au XVIIe siècle.

21 Deux remarques s’imposent.  La traduction de tant …que et de tant…que…ne de l’ancien et du moyen français en français moderne se fait habituellement par « tant que…ne…pas » ; ce phénomène est dû au fait que la distinction sémantique entre les diverses temporelles n’est pas univoque. De même il est difficile de cerner les emplois du ne explétif, autonome et redondant, ce qui empêche une traduction différente. Par ailleurs, l’auteur de cet article estime que le sens de tant que…ne et de tant que …ne…pas est très proche et ne nécessite pas une explication particulière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Weill, « De Tant que à Tant que… ne… », Linx, 59 | 2008, 149-170.

Référence électronique

Isabelle Weill, « De Tant que à Tant que… ne… », Linx [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://linx.revues.org/642 ; DOI : 10.4000/linx.642

Haut de page

Auteur

Isabelle Weill

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, MoDyCo (UMR 7114)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org