Navigation – Plan du site

Présentation : Les conjonctions en diachronie : parcours sémantiques

Annie Bertin et Hava Bat-Zeev Shyldkrot
p. 7-14

Texte intégral

1Ce recueil d’articles résume une partie des travaux faits dans le cadre du Groupe de Recherche « Conjonctions en diachronie ». L’intérêt commun pour l’évolution des conjonctions a incité des chercheurs d’horizons variés à former un groupe de travail autour de ce sujet. Les participants du groupe CD sont affiliés à des institutions françaises et étrangères (Paris 10 - UMR Modyco, Paris IV Sorbonne, Nancy 2 - UMR Atilf, Université de Lyon, Inalco, Université de Potsdam, Université de Sousse, Université de Tel Aviv). Cela fait deux ans que ce groupe se réunit régulièrement plusieurs fois par an à Paris Ouest Nanterre pour explorer différents paramètres relevant des conjonctions. L’objectif du groupe était de traiter, d’un point de vue diachronique, les conjonctions et les locutions conjonctives : formation, déformation, reformation et renouvellement (Meillet, 1912, 1915). S’inscrivant dans différents cadres théoriques (inter alia grammaticalisation, psycho-mécanique de Gustave Guillaume, linguistique intégrale d’Eugène Coseriu, théorie des opérations énonciatives de Culioli et HPSG = Head Phrase Structure Grammar), les études visaient, à partir d’une observation détaillée d’exemples attestés dans  des corpus constitués, à dégager les systèmes sous-jacents à l’évolution de cette classe, en les intégrant dans les débats actuels portant sur le changement linguistique. Cet objectif semble d’autant plus justifié, que les conjonctions forment une classe très problématique qui convoque nombre de difficultés, actuellement au cœur des préoccupations de la linguistique historique et générale. Tout particulièrement, il serait pertinent de comparer les conjonctions aux autres classes d’items dits « connecteurs » ou « subordonnants », tels que les locutions prépositionnelles ou les prépositions, considérées également comme des éléments de « jonction » ou d’ « intégration », ou selon d’autres, comme des « mots-outils » servant à assurer la cohésion des unités du discours.

2Les conjonctions soulèvent, en effet, une question d’importance capitale pour la linguistique, celle de la catégorisation pertinente. Ce problème de catégorisation semble assez transparent, dans le domaine de la sémantique, où les différentes strates du sens ressortent facilement (Harris 1986, König 1985 inter alia), même si les énoncés se prêtent à des interprétations diverses. Il n’en est pas ainsi dans le domaine syntaxique. Aussi Harris déclare-t-il que non seulement il est difficile de trancher entre une temporelle et une causale, mais qu’il est même souvent peu sûr de distinguer une indépendante d’une subordonnée ou d’une coordonnée. On se trouve donc face à une intrication de chevauchements catégoriels résultant de facteurs variés.

3C’est principalement les locutions conjonctives françaises qui ont été au centre des travaux du groupe au départ. La distinction entre la locution conjonctive et la conjonction simple s’est posée immédiatement et a amené à aborder un problème d’ordre général : celui du figement. Ce problème qui, abordé d’un point de vue synchronique, amène à des conclusions univoques, s’avère beaucoup plus complexe quand le point de vue diachronique intervient. L’absence constante de stabilité des conjonctions, tant dans la formation que dans l’emploi et la valeur sémantique, incite à reconsidérer le processus de figement (Gross G.) et plus largement l’influence du dynamisme linguistique. Il s’est avéré que les quelques conjonctions d’origine latine qui se sont maintenues en français manifestent une stabilité syntaxique plus grande que les conjonctions de formation française, tout en accumulant plusieurs sens durant leur évolution (cf. comme comparatif, causal, consécutif). S’intéressant essentiellement aux conjonctions de formation française, on s’est d’abord interrogé sur leur mode de formation, en tenant compte du fait que la base de la conjonction pouvait appartenir à diverses catégories grammaticales : substantif (moment > du moment que), adjectif (tout > tout que), adverbe (bien > bien que), participe passé (vu > vu que), participe présent (pendant > pendant que), préposition (devant > devant que) etc. Par ailleurs, les nombreuses variations de forme, considérées souvent comme pures variantes graphiques (cf ainz que/ains que/eins que), peuvent dissimuler des variantes morphologiques, introduisant des modifications de nature grammaticale (cf. devant ce que, en devant ce que, devant là que). Ces très fréquentes variations dans la formation et l’évolution morphologique ont suscité un intérêt particulier d’autant plus qu’il est difficile de déterminer a priori l’origine de ces variations et leur nature. La question de la disparition et du renouvellement de ces items n’a pas encore été résolue non plus. Il n’est toujours pas clair de savoir pourquoi les conjonctions, contrairement aux autres marqueurs grammaticaux, se renouvellent sans cesse (Meillet 1912).

4Bien que de nombreux travaux aient été consacrés à l’évolution des conjonctions de types variés à partir des années 1980  (Bat Zeev Shyldkrot & Kemmer (1988), Bertin (1997,   2001), Combettes (1997, 2006a, 2006b), Soutet (1990, 1992), Harris (1986), König (1985, 1988), Kortmann (1997), Marcello-Nizia (2001, 2006), Prévost et Fagard (2007), Vincent (1995) inter alia, certains problèmes d’ordre général concernant cette classe mériteraient toujours une réflexion  systématique. Ces recherches lient
de différentes manières la forme de la conjonction à son sémantisme. Il apparaît nettement, d’après ces travaux, que les conjonctions temporelles suivent un parcours ordonné (Heine et Kuteva 2002, 2005) et qu’en fonction de la notion temporelle exprimée, il est généralement possible de prévoir dans quel sens la conjonction est susceptible d’évoluer. Pour ne prendre qu’un exemple, très tôt dans les travaux de la grammaticalisation, il a été signalé par Traugott (1980), Bat Zeev Shyldkrot (1987, 1989) que la notion temporelle exprimée par la conjonction pouvait entraîner une évolution sémantique de type différent. Ainsi les conjonctions exprimant la simul-tanéité comme alors que ou  tandis que devenaient assez régulièrement des expressions de concession ; de même, une conjonction temporelle exprimant l’antériorité comme puisque devenait très tôt dans la constitution du français, une conjonction à sens causal.

5Il n’est donc pas étonnant que les auteurs aient porté une attention particulière à la problématique des divers types de conjonctions temporelles françaises, prises en elles-mêmes ou dans leur rapport avec les conjonctions causales et concessives, rassemblées par certains linguistes (Kortmann 1997) en tant qu’elles expriment un rapport logique. Un article sur le hongrois, langue européenne qui n’appartient pourtant pas à la famille indoeuropéenne, a été incorporé afin de démontrer que parfois les aspects culturels prévalent sur les distinctions de nature typologique et que le parcours d’évolution suivi par les conjonctions peut être similaire dans différentes familles de langues.

6Dans son article « La variation que/ce que et la formation des locutions conjonctives en français », Bernard Combettes place la formation conjonctive au sein de l’évolution syntaxique du français. Il examine l’alternance que/ce que dans le champ des conjonctions temporelles, qui conduit à une double série de locutions avec ou sans le démonstratif ce (par exemple, alors que, dès que vs par ce que, avant ce que) ; dans l’histoire du français, certaines locutions offrent même deux variantes (après que/après ce que, sans que/sans ce que etc). L’auteur démontre que ces locutions  continuent des schémas de formation déjà présents dans le système syntaxique du latin, et que les origines distinctes des deux tours (corrélation de type comparatif dans le cas de que, relation de type relatif dans le cas de ce que) correspondent à des propriétés sémantiques différentes de temps, de mode et d’aspect. Dans ces paires, la conjonction en que constitue le tour non marqué, ce qui explique la disparition de la plupart des conjonctions en ce que.  

7Hava Bat-Zeev Shyldkrot, dans son article « Réflexions sur l’évolution des conjonctions temporelles en français : le cas de premier que » illustre, en retraçant la genèse d’une locution conjonctive peu étudiée de la langue française, les processus d’évolution des conjonctions temporelles d’antériorité en général. A partir d’un emploi adjectivo-adverbial, la locution premier que émerge dans des constructions qui rappellent au départ le sémantisme initial de primauté de cet item, pour acquérir une valeur temporelle d’antériorité, au point d’en faire un synonyme de avant que. L’auteur soulève également le problème de l’abondance des conjonctions temporelles d’antériorité jusqu’en Français Classique, où elles se ramènent toutes à avant que, locution prototypique d’antériorité.

8Dans« Sur la genèse des locutions participiales », Thomas Verjans, s’intéresse à une classe de conjonctions relativement délaissée dans les études antérieures sur les conjonctions, telles que pendant que, nonobstant que, durant que. Après avoir recensé les conjonctions formées sur une base participiale (participe passé ou participe présent), puis retracé l’évolution de ces conjonctions, il montre les limites du modèle proposé dans le cadre de la grammaticalisation, et suggère alors de recourir, pour rendre compte de la formation de ce type de conjonctions à un mécanisme alternatif, celui de l’analogie, selon la théorie de Coseriu.

9Examinant la diversité des emplois de la locution ainsi que en moyen français, Annie Bertin présente une problématique que l’on retrouve fréquemment dans la distribution de plusieurs locutions conjonctives. Alors qu’en moyen français, cette locution était fort polysémique, présentant les notions comparatives, temporelles, consécutives et constituait un quasi-synonyme de comme, le français, au-delà de l’époque classique, l’utilise uniquement avec la valeur comparative et comme coordonnant. L’auteur se demande dans quelle mesure cette locution relève d’un parcours ordinaire de grammaticalisation ou plutôt d’une grammaticalisation avortée.

10Dans son article « Les locutions conjonctives en question(s) », Leïla Ben Hamed remet en question la distinction entre conjonction simple et locution conjonctive, terme qui résiste à toute tentative de délimitation, au point de dénier toute légitimité à cette notion. En examinant le statut sémantique et morpho-syntaxique de ces termes, elle conclut qu’il s’agit d’une classe hétérogène, productive et ouverte, ce qui va de pair avec une évolution sémantique constante et avec le processus de la grammaticalisation.

11Gerda Hassler étudie « Les conjonctions de causalité et leur grammati-calisation ». L’auteur examine la nature du lien causal existant entre les deux propositions reliées par ce type de conjonctions. Puis se basant sur un corpus vaste tiré de Frantext, elle démontre les bases cognitives des locutions conjonctives de causalité et réexamine essentiellement les distinctions entre parce que  et puisque d’un point de vue diachronique. Une comparaison entre l’évolution de ces locutions françaises et celle de locutions similaires dans d’autres langues est également présentée.

12Olivier Soutet, dans sa contribution « Des concessives extensionnelles aux concessives simples : Contribution à l’étude de la genèse sémantique et historique des locutions conjonctives concessives du français », traite de l’expression de la concession, à travers les locutions concessives principales en ancien français telles que quoi que, combien que et ja soit que et de manière plus marginale bien que, combien que et, encore
plus marginale, encore que. L’auteur examine les soubassements onomasiologiques et sémasiologiques, il conclut alors que la distribution du mécanisme concessif n’est pas arbitraire et dégage des régularités dans la distribution de ce mécanisme.  

13L’article d’Anna Söres, « A propos de la naissance des conjonctions de subordination en hongrois », traitant d’une langue non indoeuropéenne, présente le grand intérêt de montrer que l’évolution des conjonctions est semblable dans différents types de langues. Elle se base sur le hongrois, où les conjonctions étaient absentes à l’origine, et démontre que, à l’instar de la plupart des langues européennes, intitulées Standard Average European (Kortmann 1997), le hongrois a développé une pléthore de conjonctions. Qui plus est, l’auteur présente les étapes de l’évolution de ces conjonctions et démontre, sans surprise, qu’elles suivent le même parcours que celles du français.

14Isabelle Weill dans « De tant que à tant que… ne » arrive à démontrer la non-pertinence des définitions des dictionnaires en ce qui concerne les mots grammaticaux. Alors que la locution tant que est examinée et simplement définie, celle de tant que… ne, dont le sens diffère considérablement, n’est guère étudiée. Weill lui attribue un sens essentiellement temporel et considère son évolution comme un fait culturel dû à l’évolution des mentalités.

15Bien que l’article de Monia Mokni traite essentiellement d’un adverbe temporel et non d’une conjonction, nous avons cru intéressant de l’incorporer dans ce volume, étant donné qu’il témoigne du même parcours sémantique que les conjonctions traitées. Ainsi il est possible de généraliser et de montrer que même si l’étape syntaxique n’est pas la même, les parcours sémantiques sont similaires, ce qui constitue un argument en faveur de la primauté de la sémantique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bat-Zeev Shyldkrot, H., 1987, « Quand, alors que et tandis que : un cas classique d'évolution sémantique », Romance Notes, 28/1, p. 45-51.

Bat-Zeev Shyldkrot, H., 1989, « Conjonctions et expression temporelle-causale en français », Folia Linguistica Historica, X: 1-2, p. 263-281.

Bat-Zeev  Shyldkrot, H., 2005, « Grammaticalisation, changements sémantique et polysémie : le cas de vers et envers », in  O. Soutet (éd.), La polysémie, Paris, PUPS, p. 203-229.

Bat-Zeev Shyldkrot, H. & Kemmer, S., 1988, « Le développement sémantique des conjonctions en français : quelques concepts généraux », Revue Romane, 23/1, p. 9-20.

Bertin, A.,  1997, L'expression de la cause en ancien français, Genève, Droz.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bertin, A., 2001, « Maintenant : un cas de grammaticalisation ? », Langue française, 130, p. 42-65.
DOI : 10.3406/lfr.2001.1026

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Combettes, B., 1997, « Quelques caractéristiques de l’évolution des "adverbiaux contextuels" », L’Information Grammaticale,74, p.52-56.
DOI : 10.3406/igram.1997.2921

Combettes, B., 2006a, « Du niveau textuel au niveau énonciatif dans la grammati-calisation : le rôle du contexte », Langue française, 149, p. 48-60.

Combettes, B., 2006b « La formation des locutions conjonctives temporelles : le cas de dès que », in Moline, E., & al. (éd.), Les connecteurs temporels du français, Amsterdam, Rodopi, p. 1-19.

Coseriu, E., ([1973] 2007), Sincronía, diacronía e historia. El problema del cambio lingüístico, Madrid, Gredos. [Trad. de T. Verjans Synchronie, diachronie et histoire. Le problème du changement linguistique, édition Texto !, [en ligne] ].

Gross, G., 1996, Les expressions figées en français, Paris, Ophrys.

Guillaume, G., 1984 (1929), Temps et verbe,  théorie des aspects, des modes et des temps, Paris, Champion.

Harris, M., 1986, « Aspects of subordination in English and other languages », Bulletin of the John Rylands University Library of Manchester, 69, 1, p.123-126.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Heine, B., & Kuteva, T., 2002, World Lexicon of grammaticalization, Cambridge, Cambridge University Press.   
DOI : 10.1017/CBO9780511613463

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Heine, B., & Kuteva, T., 2005, Language contact and grammatical change, Cambridge, Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CBO9780511614132

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

König, E., 1985, « On the history of concessive connectives in English. Diachronic and synchronic evidence », Lingua,66, p.1-19.
DOI : 10.1016/S0024-3841(85)90240-2

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

König, E., 1988, « Conditionals, concessive conditionals, and concessives: Areas of contrast, overlap and neutralization » in Traugott, E.C., Meulen, A., Ter, Snitzer Reilly, J., & FergusonC., (eds) On conditionals, Cambridge, CUP.
DOI : 10.1017/CBO9780511753466.013

Kortmann, B., 1997, Adverbial Subordination. A Typology and History of Adverbial Subordinators  Based on European Languages, Berlin-New York, Mouton de Gruyter.

Lehmann, C.,1985, « Grammaticalization : Synchronic Variation and Diachronic Change », Lingua e Stile, XX/3, p. 303-318.

Lehmann, C., 1982/1985/1995, Thoughts on grammaticalization, Munich, Lincom-Europa.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Marchello-Nizia, Ch., 2001, « Grammaticalisation et évolution des systèmes grammaticaux », Langue française, 135, p. 33-41.
DOI : 10.3406/lfr.2001.1025

Marchello-Nizia, Ch., 2006, Grammaticalisation et changement linguistique, Bruxelles, De Boeck.

Meillet, A., 1912, « L’évolution des formes grammaticales », Scientîa (Rivista de scienza), vol XII.  [Réimprimé in Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, 1958].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Meillet, A., 1915, « Le renouvellement des conjonctions », Annuaire de l’Ecole pratique des Hautes Etudes [Réimprimé in Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, 1958].
DOI : 10.3406/ephe.1915.9215

Miller, Ph. (ed.) 2001, Grammatical interfaces in HPSG, Stanford : CSLI Publications.

Prévost, S., & Fagard, B., 2007, « Présentation : grammaticalisation et lexicali-sation : la formation d’expressions complexes », Langue française, 156, p. 3-9.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Sag, I. A., Wasow, Th. & Bender, E., 2003, Syntactic Theory : a formal introduction, 2d ed., Chicago, University of Chicago Press.
DOI : 10.1162/coli.2000.26.2.295a

Soutet, O., 1990,  La concession en français des origines au XVIe siècle, Genève, Droz.

Soutet, O., 1992, La concession dans les phrases complexes en français, des origines au XVIe siècle, Genève, Droz.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Traugott, E. C., 1982, « Meaning Change and the Development of Grammatical Markers », Language Sciences, 2/1, p. 44-61.
DOI : 10.1016/S0388-0001(80)80004-0

Traugott, E.C., 1990, « From less to more situated in language : the unidirectionality of semantic change », in Adamson, S., and al. (eds.) Papers from the 5th International Conference on English Historical Linguistics, Amsterdam, Benjamins.

Vincent, N., 1995, « Exaptation and grammaticalization » in Andersen, H. (ed.) Historical Linguistics, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, p. 433-445.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Bertin et Hava Bat-Zeev Shyldkrot, « Présentation : Les conjonctions en diachronie : parcours sémantiques », Linx [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 08 juillet 2011, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://linx.revues.org/619

Haut de page

Auteurs

Annie Bertin

Université Paris Ouest Nanterre La Défense - UMR 7114 MoDyCo

Articles du même auteur

Hava Bat-Zeev Shyldkrot

Université de Tel Aviv

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page