Navigation – Plan du site

Histoires de démographe et de linguiste : le couple population/dépopulation

On the terms population and depopulation in French : demography and linguistics
Irène Tamba
p. 159-168

Résumés

Prenant le relais de l’histoire du concept et du terme de population, retracée du point de vue démographique par H. Le Bras dans L’invention des populations (2000), cet article considère sous un éclairage linguistique la question des rapports entre notamment population, peuple et dépopulation. Il montre le rôle que peut jouer le lexique dans la constitution et l’évolution de certains concepts socio-idéologiques.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les références des dictionnaires consultés ou des textes dépouillés sont données dans les notes en bas de page.

Texte intégral

« Le simple fait de nommer un phénomène n’est certainement pas décisif, mais ce n’est peut-être pas tout à fait gratuit non plus »
Michel Galmiche, Texte d’habilitation, juin 1990.

Introduction

1Dans l’avant-propos de l’ouvrage L’invention des populations (2000 : 9-52), H. Le Bras observe que la définition actuelle de la démographie comme « la science dont l’objet est l’étude des populations » implique de « savoir ce qu’est une population » (p. 9). Mais cette notion, au premier abord aussi transparente que familière, se révèle vite un véritable imbroglio sémantique que H. Le Bras s’attache à démêler, en décrivant les configurations de sens labiles qui s’amalgament au terme invariant de population. A notre tour, nous proposons de reprendre et de prolonger le versant chronologique et sémantique de cette enquête historique d’un démographe, en contribution à ce numéro dédié à la mémoire de Michel Galmiche. En écho aux quelques lignes citées en exergue de cet ami trop tôt disparu, nous chercherons à préciser les éclaircissements qu’un linguiste et un démographe peuvent s’apporter mutuellement par leur analyse respective de la notion et du mot de population.

  • 1  Nous tenons à remercier H. Le Bras, à qui nous devons outre l’idée de cette étude, de multiples ex (...)

2A cet effet, nous examinerons les enseignements que la sémantique lexicale peut tirer d’abord de l’histoire embrouilléedu mot population et de « ses entrelacs avec les notions voisines de peuple, de race, de masse humaine ou nationale » (p. 10) ; puis de l’antécédence du terme de dépopulation sur celui de population ; et enfin des relations sémantiques qu’entretiennent les mots population et dépopulation formant en apparence un couple d’antonymes1.

1. Aperçu historique et mise au point chronologique

3Sans reprendre dans son ensemble la genèse et l’histoire de population qu’expose H. Le Bras (2000) et à laquelle nous renvoyons le lecteur, nous nous bornerons ici au rappel de deux points qui jettent un éclairage neuf sur le rôle dévolu aux expressions linguistiques dans l’élaboration et l’évolution de certaines catégories socio-idéologiques.

1.1. De la notion de « nombre d’hommes » au néologisme « population »

4Les lexicographes sont unanimes à enregistrer l’acception moderne de population pour désigner la quantité ou l’ensemble des habitants d’un lieu et à considérer qu’elle est reprise à l’anglais population. En revanche, la datation de cet emploi varie sensiblement d’un dictionnaire à l’autre. Le Trésor de la langue française et le Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert admettent tous deux que ce sens est attesté en anglais depuis Bacon et le font remonter à 1612. Pour le français, une certaine imprécision se fait jour sur la date de la première occurrence, qui fluctue entre 1750 et 1776 dans la plupart des dictionnaires, à l’exception du Dictionnaire historique de la langue française qui l’avance jusqu’à 1682. Cependant il est généralement admis que le sens néologique de population devient usuel dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

  • 2  Il en va de même en français, où nous avons relevé dans De l’esprit des Lois de Montesquieu des pé (...)
  • 3  Dans « la récente traduction de l’ouvrage fondateur de la démographie, les Observations naturelles (...)

5Cette description va être remise en cause par trois observations surprenantes de H. Le Bras. En premier lieu, il ne trouve chez Bacon aucune occurrence du mot anglais population dans son sens moderne. Ce n’est qu’en 1752, dans Political Discourses de Hume, qu’il relève ce qui, d’après le contexte, pourrait bien être la première attestation du terme anglais. Il remarque, par ailleurs, « qu’en Angleterre, depuis Bacon, le terme « people » se rapproche de plus en plus du sens moderne de « population » (p. 17)2. Troisième découverte enfin : « pratiquement toutes les traductions modernes des auteurs anglais classiques utilisent le mot population là où l’original ne parle que de « number of the people », de « total number of inhabitants » ou de « mankind »3 » (p. 18).

  • 4  J. Klein nous a indiqué que population est répertorié parmi les « mots nouveaux » dans le Dictionn (...)

6H. Le Bras en conclut que la notion moderne de population voit bien le jour au XVIIe siècle, mais que le terme pour la nommer n’apparaît que dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle en Angleterre et passe aussitôt en France4. Selon lui, ce décalage aurait conduit à antidater les termes anglais et français de population et à traduire anachroniquement people par son correspondant population en français moderne. Autrement dit, si Bacon est, à juste titre, considéré comme le fondateur de la démographie, c’est à tort qu’on lui attribue la paternité du terme population, dont l’emploi néologique ne remonte pas au-delà de 1750. Ce qui implique, plus généralement, de dissocier histoire des notions et des mots.

7H. Le Bras souligne un autre fait important pour la sémantique lexicale. Bacon et ses successeurs seraient parvenus à envisager le peuple « d’un point de vue comptable » en recourant à des paraphrases qui pointent expressément le nombre au détriment de ses autres caractéristiques. Cette focalisation stricte aurait permis d’annuler toutes les discriminations que les différentes sociétés établissent entre les personnes humaines, pour ne retenir que les individus en tant qu’unités de dénombrement.

8On met ici le doigt sur le rôle antinomique d’une désignation périphrastique et d’une dénomination néologique et sur les anachronismes qu’entraîne leur interférence dans les traductions. Pour leur part, des périphrases comme number of the people aident à décriresans équivoque possible un aspect déterminé d’un référent reconnu. De son côté, le néologisme population permet de distinguer une entité notionnelle autonome en lui donnant une identité nominale propre. « Car le « nombre d’habitants » reste un caractère dérivé », mais parler de « population », c’est créer une substance particulière » (p. 18), remarque H. Le Bras. Ainsi peut-on considérer les désignations périphrastiques comme une étape transitoire qui favorise l’abstraction d’une propriété appelée à devenir la caractéristique d’une nouvelle définition catégorielle. Inversement, une dénomination néologique confère à une catégorie notionnelle une certaine opacité sémantique qui ouvre le champ à des réinterprétations diverses au fil des époques.

9H. Le Bras montre que l’idée et le terme de population ont évolué sur deux plans distincts à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. D’une part, le point de vue quantitatif propre à l’acception technique du terme a déclenché « la construction progressive d’une structure unitaire, la « population stable » qui finalement unifie différentes mesures de la population au début des années 1920 pour créer le formalisme actuel de l’étude des populations ». D’autre part, dans le langage courant, le mot s’est peu à peu chargé d’une polysémie sous l’effet des « conceptions politiques, idéologiques et biologiques différentes » (10) dont la notion de population n’a pas réussi à s’émanciper. D’où la conclusion paradoxale de H. Le Bras :

10Outre le décalage temporel entre la notion moderne et le terme de population, le point de vue chronologique adopté par H. Le Bras met en lumière un autre fait d’autant plus singulier qu’il se retrouve en latin classique et en français moderne : « la notion de dépopulation a précédé la notion de population dont elle apparaît pourtant l’antonyme » (p. 11).

1.2.« L’antécédence du terme de population sur celui de dépopulation »

  • 5  Nous avons consulté l’édition de De l’esprit des lois par V.Goldschmitdt, Garnier-Flammarion (1979 (...)

11Si l’on considère avec H. Le Bras que « penser la population comme l’ensemble des humains présents ou attachés à un lieu donné est une idée récente et très particulière » (p. 13) dont « l’invention » a lieu après 1750, on ne s’étonnera pas de l’absence du mot population dans l’œuvre de Montesquieu qui s’échelonne « entre 1721, date des Lettres persanes, et 1747, date de la publication de De l’esprit des lois » (p. 15). On sera plutôt surpris par la présence du mot dépopulation dans ce dernier ouvrage. Le livre XXIII, intitulé « Des lois dans le rapport qu’elles ont avec le nombre des habitants », en comporte en effet quatre occurrences, dont deux dans le titre des chapitres XIX, Dépopulation de l’univers et XXVIII, Comment on peut remédier à la dépopulation. Ce terme y est employé « avec une signification voisine de celle qu’il avait en latin classique, c’est-à-dire dévastation et ravage » (p. 17), ajoute H. Le Bras. Ce qui ressort clairement des cas invoqués par Montesquieu au chapitre XXVIII, où « un État se trouve dépeuplé par des accidents particuliers, des guerres, des pestes, des famines »5.

12Mais la relation causale indubitable entre la destruction des habitants et la dépopulation d’un pays a-t-elle pour corollaire la synonymie des mots dévastation et dépopulation? D’un point de vue lexical, dépopulation, dans l’acception que lui donne ici Montesquieu de « diminution ou disparition des peuples », peut se définir comme une sorte particulière de dévastation portant atteinte à l’espèce humaine. Dépopulation correspond alors à un hyponyme de dévastation, qui est, lui, un terme génériquelaissant indéfini le domaine dévasté. De son côté, depopulatio en tant qu’équivalent de dévastation sera aussi un terme générique, sans rapport direct avec la population humaine d’un pays. Le latin depopulatio et le français dépopulation apparaissent donc comme de « faux amis », liés par une parenté de forme mais non de sens.

13Une telle réanalyse sémantique conforte, on le voit, la thèse de H. Le Bras, pour qui « l’antécédence du terme de dépopulation sur celui de population indique un ordre des faits important. Le phénomène précède la mesure. En l’occurrence, les ravages de la guerre ou des épidémies entraînaient, quand ils atteignaient un degré extrême, une raréfaction des habitants, voire leur disparition locale » (p. 11-12). Mais qu’en est-il de l’antécédence analogue de depopulatio sur populatio pour le latin?

1.3. Désenchevêtrement chronologique de populatio/depopulatio, deux couples homonymes

14H. Le Bras pose l’antécédence de depopulatio sur populatio en observant que depopulatio est attesté en latin classique dès l’époque républicaine, au sens de « dévastation, ravage » tandis qu’« il faut attendre l’Empire tardif pour qu’apparaisse en bas latin le terme de populatio dans l’acception d’un décompte des hommes ou des foyers ». Ce sont là des faits incontestables mais qui demandent à être complétés par d’autres données lexicales.

  • 6  D’après P. Flobert (1967 : 72), « la fluctuation de voix marque un flottement entre les « acquisit (...)
  • 7  Dans le Dictionnaire étymologique de la langue latine d’Ernout et Meillet les formes active (popul (...)

15En premier lieu, il existait en latin classique un nom déverbal populatio formé sur populari ou populare (dévaster)6, dont l’étymologie et, en conséquence, le rapport à populus restent controversés7. Le Dictionnaire latin-français de Gaffiot donne pour populatio les trois acceptions suivantes :

1. action de ravager, ravages [des troupes], déprédation (César, Tite-Live) ;
2. butin, dépouilles (Tite-Live) ;
3. [fig.] : corruption, ruine, destruction

  • 8  Cf. A. Blaise (1993 <1954>), Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Brepols. B. Colomb (...)

16Ce premier populatio-ravage se maintient en bas-latin à côté d’un nouveau populatio-multitude, comme l’atteste, par exemple, le Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens de Blaise8 dont la nomenclature présente deux entrées homonymes de sens radicalement opposé :

– populatio I, « dévastation » ;
– populatio II, « population, gens, peuple, foule »

  • 9  Cf. rééd. Œuvres 1938, Paris, Librairie des Arts et des Sciences. La première édition est de 1678, (...)

17Par contre, Du Cange n’enregistre plus le sens de dévastation dans son Glossarium Mediae et Infimae Latinitatis9. L’acception classique de populatio aurait donc disparu après le Xe siècle, parallèlement à celle de (de)populari. D’autres dérivés semblent toutefois avoir préservé leur sens de dévastation. Ainsi, le Lexique de la prose latine de la Renaissance enregistre-t-il populabunde, « en dévastant, en ravageant », dérivé de l’adjectif latin classique populabundus, « ravageur ».

  • 10  Darmesteter (1893/1967 : 90) explique aussi les changements de valeur des préfixes du latin au fra (...)

18L’analyse de H. Le Bras soulève une autre difficulté, en reliant populari à un dérivé depopulari « qui le renforce et depopulatio qui en est le substantif » (p. 11). Ce qui, selon nous, aboutit à deux verbes synonymes et non antonymes, populari et depopulari signifiant tous deux « ravager, piller, dévaster » avec tout au plus une différence de degré. Autrement dit, on a affaire ici à la valeur intensive du préfixe de- qui, suivant Darmesteter (1893/1967 : 109),« indique l’achèvement d’une action et par suite son intensité ». Cette valeur est bien attestée en latin dans des paires telles que pugnare, « combattre » et depugnare, « combattre à mort », vastare « dévaster, rendre désert » et devastare « ravager, détruire ». Mais elle a disparu en français où elle ne survit plus que dans des composés d’origine latine, souvent sans verbe radical correspondant, tels que dévaster ou demeurer ou exceptionnellement dans des doublets homonymiques construits sur une même base, comme dépister1 (privatif), « faire perdre la piste » et dépister2 (intensif) « rechercher une piste » (Trésor de la langue française). D. Corbin (1987 : 249) va jusqu’à poser « qu’il existe en français au moins deux préfixes - homonymes associés à des règles de composition de mots différentes ». Toutefois, aujourd’hui seul le préfixe privatif/négatif de-/dé-/des- est productif. Le sens négatif se serait imposé, selon Darmesteter, en raison de la confusion phonétique des préverbes de- et dis- et de leur contamination sémantique, dis- « indiquant séparation, division et par suite négation » (1967 : 109)10.

  • 11  Le verbe dépeupler semble avoir conservé le sens du latin depopulari « ravager » jusqu’à ce qu’il (...)

19Pour que depopulatio fonctionne comme l’antonyme de populatio, il faut donc donner à de- la valeur d’un préfixe négatif et non plus intensif comme en latin classique11. Depopulatio est ainsi couplé à deux noms homonymes populatio-ravage et populatio- peuple et met en jeu les valeurs antinomiques d’intensité et de négation attachées de manière également homonymique au préfixe de-.

20On se trouve ainsi en présence de deux couples populatio/depopulatio, homonymes à la fois au niveau de leur base nominale et de leur préfixe. Le premier, qui remonte au latin classique, comporte deux synonymes gradués, qui signifient « dévastation ». Le second, d’après les documents disponibles, est attesté en bas-latin aux environs du Ve siècle de notre ère et dans des textes ultérieurs. Il apparie l’antonyme négatif depopulatio à son complémentaire positif, populatio. C’est donc seulement par référence au second couple du latin tardif que depopulatio peut être considéré comme l’antonyme de populatio. Dès lors, l’attestation de depopulatio en latin classique ne peut servir à prouver que « l’idée de population précède celle de dépopulation ».

  • 12  Cf. Essai de Géométrie sociale, 2000 : 9.

21Il apparaît ainsi aléatoire de se fier à la continuité morphologique des unités lexicales pour en analyser le sens. Car on pourrait appliquer au lexique ce que H. Le Bras note à propos du peuplement humain : « les contenus passent pendant que les formes restent »12.

22D’où, en dernier lieu, la nécessité de préciser les acceptions actuelles des termes polysémiques population et dépopulation non seulement pour savoir dans quelle mesure on peut encore les considérer comme des antonymes, mais surtout pour éviter des confusions, des anachronismes ou des interférences par projection incontrôlée de leur sémantisme actuel sur celui des vocables homomorphes qu’ils servent à décrire.

2. Les relations sémantiques entre population et dépopulation dans le lexique contemporain

2.1. Population et dépopulation : une antonymieillusoire

23Le terme population, employé au singulier dans son acception démographique courante de «  nombre d’habitants en un lieu donné », a un statut de nom collectif. La caractéristique essentielle d’une population est d’être comptable à un moment et en un endroit déterminés et d’être soumise à des variations calculables. Ainsi évaluera-t-on la densité, la croissance, la diminution ou la constance de la population de la planète, d’un pays, d’une ville à une époque donnée (par ex. la faible/forte population de l’Italie médiévale, la population française rurale).

24Dépopulation, pour sa part, peut difficilement être tenu pour un nom collectif. Comme l’a justement indiqué H. Le Bras, dépopulation renvoie au « phénomène » que constitue la disparition ou la diminution des habitants d’un lieu sans impliquer comme population une « mesure », un dénombrement. Autrement dit, dépopulation est un nom déverbal, qui dénote à la fois un fait, l’action ou le processus de (se) dépeupler, et l’état qui en résulte. Il est bien connu, en effet, que les préfixes négatif - et réitératif re- donnent des dérivés indiquant un procès ou un état provisoire, mais non des classes d’objets ou des entités fixes. Ainsi la série peuplement, dépeuplement, repeuplement est-elle régulièrementformée du point de vue morphologique et sémantique à partir de (se) peupler alors que les doublets dépopulation, repopulation ne le sont pas. Sur le plan sémantique, ces derniers sont bien des noms déverbaux d’action ou de résultat associés au procès de peupler, mais par leur radical, ils se rapprochent de population. Or, contrairement à son pendant peuplement, population ne peut fournir dans la langue moderne un substantif déverbal signifiant « le fait de peupler », comme il le faisait en ancien français, et son sémantisme de nom collectif l’isole des déverbaux dépopulation, repopulation de même radical. Il est facile de vérifier que peuplement est exclu des expressions qui impliquent un strict « point de vue calculable », telles que la croissance de la population [*du peuplement] de l’Europe ; la population [*le peuplement] de cette ville s’élève à plusieurs millions. Inversement, population n’est pas interchangeable avec peuplement dès qu’il s’agit du fait de peupler, par exemple dans le peuplement[*population] continu de la France. Ce tiraillement entre forme et sens aboutit à éliminer les formations aberrantes au profit des régulières, comme l’atteste le recul de dépopulation supplanté aujourd’hui par dépeuplement dans la langue courante.

25On voit donc que le rapport d’antonymie qui lie les deux substantifs déverbaux, peuplement et dépeuplement,n’a pas de corrélat au niveau des termes population et dépopulation, en dépit de leur parallélisme morphologique. La spécialisation de population comme nom collectif d’un côté et celle de dépopulation comme nom d’action déverbal de l’autre empêchent ces deux termes de former un couple d’antonymes. Le fait de se dépeupler ou l’état d’être dépeuplé n’est, en aucune façon, le contraire d’un nombre d’habitants.

2.2.Des populations et des peuplesface àla dépopulation et au dépeuplement

26Au pluriel, en emploi absolu ou accompagné d’une détermination, populations est proche de peuples etdésigne des groupes humains non plus du seul « point de vue comptable » mais d’après quelque autre propriété discriminative, qu’elle soit d’ordre ethnique, social, juridique, religieux, culturel ou politique. C’est en ce sens que l’on parle de déplacement ou de migration des populations, des populations d’agriculteurs ou encore de peuples et populations ou de L’invention des populations, pour reprendre deux titres de H. Le Bras. Les noms déverbaux, pour leur part, sont réfractaires à une telle sous-catégorisation. A supposer qu’on admette une expression comme les dépopulations humaines, elle sera synonyme de les dépeuplements humains et aura pour antonyme le GN factuel les peuplements humains et non le GN sous-catégorisant les populations humaines.

2.3. Le décompte des populations

27Sur le plan quantitatif également, les préfixes évaluatifs polaires, sur- et sous- servent à construire une double série de couples concurrents. A partir du verbe peupler, on a dérivé régulièrement, au 20e siècle, les statifs surpeuplé/sous-peuplé et surpeuplement/sous-peuplement. Par contre, à partir du nom collectif population, on a formé deux dérivés sémantiquement mal assortis : d’un côté, surpopulation avec la valeur quantitative d’excédent de population et, de l’autre, sous-population avec une valeur qualitative de sous-classification. Par exemple,H. Le Bras montre l’influence que peut avoir sur « une population fermée », « c’est-à-dire sans « solde migratoire positif ou négatif », la prise en compte des « sous-populations correspondant aux entrées d’étrangers » (2000 : 51).

  • 13  Ce sont deux composantes sémantiques actives dès le latin classique, comme le montrent le sens de (...)

28Enfin, le terme de population a gagné son autonomie notionnelle ense définissant par le trait de « dénombrement » et le principe d’homogénéisation des individus en tant qu’unités comptables. Ces deux caractéristiques sont diamétralement opposées à celle de « foule, multitude innombrable » et au « principe sélectif de groupement » qui constituent deux ingrédients fondamentaux du sémantisme de peuple, peupler et de leurs dérivés13. Ici, le démographe éclaire le sémanticien, en lui montrant au prix de quelle abstraction il est parvenu à « s’affranchir de presque toutes les circonstances concrètes de l’existence des groupes humains » (Le Bras 2000 : 26) pour élaborer un concept de population basé sur un dénombrement rigoureux et un décompte uniforme de tout individu humain sans aucune discrimination.

Conclusion

29Contée par un démographe, l’histoire de l’idée de population se révèle « tortueuse » à souhait. Elle passe par une succession d’avatars logiques et idéologiques avant d’aboutir au concept démographique moderne dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

30Contée par un linguiste, l’histoire du mot population s’avère un vrai labyrinthe lexical. Comment trouver le chemin qui mène du latin classique populatio-dévastation au bas-latin populatio-foule, qui en est l’exact opposé ? Puis, comment sortir de l’impasse populatio-dévastation pour arriver à l’ancien français population, « fait de peupler », synonyme de peuplement et, via un détour par l’anglais population, au français moderne population-nombre d’habitants, populations-nations ? Comment, enfin, sauter de depopulari intensif de populari, « dévaster » à dépeupler antonyme négatif de peupler ?Nous avons vu que pour ne pas se laisser prendre au piège des formes lexicales qui se maintiennent d’un état de langue à l’autre, le sémanticien pouvait repérer les réseaux mouvants de significations que lui livrent les structures lexicales de chaque époque et suivre le fil d’Ariane notionnel que le démographe a dégagé en retraçant la genèse et l’évolution de l’idée de population.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques des ouvrages cités

CORBIN D., 1987, Morphologie dérivationnelle et structuration du lexique, éd. Max Niemeyer, Tübingen, réimpr. Presses universitaires de Lille.

DARMESTETER A., 1893, rééd.1967, Traité de la formation des mots composés, Paris, Champion.

FLOBERT P., 1975, Les verbes déponents latins, des origines à Charlemagne, Paris, Les Belles Lettres.

GALMICHE M., 1990, Texte manuscrit d’habilitation.

LE BRAS H., 2000, (sous la direction de) L’invention des populations, Paris, Odile Jacob.

LE BRAS H., 2000, Essai de Géométrie sociale, Paris, Odile Jacob.

Haut de page

Notes

1  Nous tenons à remercier H. Le Bras, à qui nous devons outre l’idée de cette étude, de multiples explications toujours stimulantes sur la démographie. Merci également à Bernard Colombat, Sophie Fisher et son informatrice Maria-Gratia Bajoni, Jean Klein et Nelly Reix pour tous les renseignements et documents qu’ils nous ont fournis avec une si grande diligence à propos du latin, de l’ancien français et des langues romanes.

2  Il en va de même en français, où nous avons relevé dans De l’esprit des Lois de Montesquieu des périphrases comme le nombre de citoyens/d’habitants, la multitude des hommes, ainsi que des expressions telles que, « ils ont assez/plus de peuple », «  cet état augmenterait de peuple » (livre XXIII).

3  Dans « la récente traduction de l’ouvrage fondateur de la démographie, les Observations naturelles et politiques »(1661) de Bacon, H. Le Bras (2000 : 18-19) relève « trente-quatre occurrences du terme « population », alors que l’original anglais n’en comporte aucune, parlant la plupart du temps de people ».

4  J. Klein nous a indiqué que population est répertorié parmi les « mots nouveaux » dans le Dictionnaire critique de la langue française de Féraud, édité en 1787-88.

5  Nous avons consulté l’édition de De l’esprit des lois par V.Goldschmitdt, Garnier-Flammarion (1979).

6  D’après P. Flobert (1967 : 72), « la fluctuation de voix marque un flottement entre les « acquisitifs » comme praedor et les actifs comme vastare ; le témoignage de Naevius appuie la thèse du déponent originel transitivé et activé par banalisation, puis redevenu déponent en s’incorporant à une classe lexicale définie ».

7  Dans le Dictionnaire étymologique de la langue latine d’Ernout et Meillet les formes active (populo) et déponente (populor) sont données pour également classiques et usuelles. Et les auteurs se demandent «  si populo n’a pas été refait sur depopulo, d’après spoliare/despoliare », considérant comme invraisemblable la thèse « qui soutient que populor a pu signifier dès l’origine « dépeupler ». Par ailleurs ils estiment, tout comme Von Wartburg (FEW), que populari et populus doivent être apparentés, sans pouvoir éclairer leur rapport sémantique. P. Flobert (1975 : 72), partant du constat que populare est attesté pricipalement dans des contextes de guerre, en déduit que populus a pu « recevoir d’abord une acception militaire « population mâle en âge de porter les armes, mobilisables » d’où « armée » par opposition à senatus ». (...) Le sens de populor serait « agir comme une armée » (en pays ennemi) », le mot exercitus (armée) étant de toute façon plus tardif.

8  Cf. A. Blaise (1993 <1954>), Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Brepols. B. Colombat, à qui nous devons notre documentation latine, nous a fait remarquer que Le Grand Gaffiot (2000), nouvelle édition revue et augmentée sous la direction de P. Flobert introduitle second populatio bas-latinabsent des éditions antérieures du Dictionnaire latin-français de F. Gaffiot, (Hachette, 1934). Il reprend apparemment au Blaise l’exemple de Caelius Sedulus, prêtre de la seconde moitié du 5e siècle.

9  Cf. rééd. Œuvres 1938, Paris, Librairie des Arts et des Sciences. La première édition est de 1678, la dernière par Favre, de 1883-88. Du Cange présente trois entrées : 1. populi coetus [rassemblement du peuple] ; 2. Villa, parochia [domaine, paroisse] ; 3. Urbis regio [quartier d’une ville].

10  Darmesteter (1893/1967 : 90) explique aussi les changements de valeur des préfixes du latin au français, en posant le principe que « les composés latins, passant en roman, se décomposent, et le radical et la particule prennent chacun l’accent tonique ». Ainsi se trouve annulé le principe inverse du latin qui impose la fusion entre la particule et le radical et se manifeste par l’altération phonétique de ce dernier (facio/ deficio). Cette décomposition morphologique a favorisé la réanalyse sémantique selon de nouveaux patrons réguliers.

11  Le verbe dépeupler semble avoir conservé le sens du latin depopulari « ravager » jusqu’à ce qu’il soit attiré par peupler et réanalysé comme son contraire, dans les constructions transitive et pronominale. Ainsi, à partir du XIIIe siècle, dépeupler est attesté avec le sens de « vider un lieu de ses habitants » par opposition à peupler, « remplir un lieu d’habitants ». Parallèlement population est attesté dans des textes des XIIIe et XIVe siècles avec le sens déverbal de « action de peupler un territoire » d’après le dictionnaire de Godefroy. Nous nous limitons ici aux habitants humains, mais peupler s’emploie également pour les animaux et les végétaux qu’on « implante dans un lieu ».

12  Cf. Essai de Géométrie sociale, 2000 : 9.

13  Ce sont deux composantes sémantiques actives dès le latin classique, comme le montrent le sens de dérivés tels que populosus, « nombreux », l’acception de « public » attachée à populus ou encore celle de « publier » que l’on relève en ancien français pour peupler.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Tamba, « Histoires de démographe et de linguiste : le couple population/dépopulation », Linx, 47 | 2002, 159-168.

Référence électronique

Irène Tamba, « Histoires de démographe et de linguiste : le couple population/dépopulation », Linx [En ligne], 47 | 2002, mis en ligne le 01 juin 2003, consulté le 28 mai 2017. URL : http://linx.revues.org/592 ; DOI : 10.4000/linx.592

Haut de page

Auteur

Irène Tamba

EHESS, CRLAO, Paris - tamba@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org