Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ackerman, Farrell & Moore, John (2001) Proto-properties ans Grammatical Encoding. A correspondence Theory of Argument Selection

CSLI Publications, Stanford Monographs in Linguistics, 198 pages
Danielle Leeman
p. 293-296
Référence(s) :

Ackerman, Farrell & Moore, John (2001) Proto-properties ans Grammatical Encoding. A correspondence Theory of Argument Selection, CSLI Publications, Stanford Monographs in Linguistics, 198 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage porte sur ce que d’aucuns appellent le  « mapping », d’autres le « linking », c’est-à-dire la correspondance entre arguments sémantiques et fonctions grammaticales illustrée par exemple par le fait que dans (a) Les castors construisent des barrages, les castors, agent, occupe la fonction de sujet et non celle de complément d’objet. La question devient d’autant plus intéressante lorsque l’on observe que la répartition est identique dans des langues qui ne sont pas génétiquement apparentées, comme le russe et le hongrois, et que de surcroît les relations entre constructions sont similaires : ainsi existe la même possibilité de permutation en anglais et en chichewa qu’en français dans (b) Les touristes arrivèrent dans le village, Dans le village arrivèrent des touristes (où des touristes garde la fonction de sujet et dans le village celle d’ajout et chacun d’eux son rôle sémantique). Mais ces parallélismes ne sont pas systématiques ; ainsi le chichewa comme l’anglais permettent la permutation avec un verbe tel que (c) être assis (Dans l’arbre était assis un babouin) mais la refusent avec chanter (* In the tree was singing a baboon). Ainsi a-t-on trois cas de figure : le fait que des langues différentes présentent des structures argumentales semblables pour un sens similaire, le fait que l’on ait des alternances de construction sans modification sémantique et à l’inverse le fait que l’on ait des alternances syntaxiques contraintes sémantiquement.

2Le chapitre I (Introduction) annonce la théorie de référence : celle de Dowty, lequel a défini en termes de « proto-rôles » les propriétés de l’agent (prototypique), du patient (prototypique), etc, lesquels sont corrélés à des fonctions syntaxiques, respectivement le sujet et l’objet (etc.) selon un « principe de sélection d’argument » – que les auteurs de l’ouvrage appellent « principe de sélection syntagmatique ». Si Dowty se bornait à exemplifier sa théorie par des prédicats « basiques » (du type construire), Ackerman & Moore y ajoutent les classes de constructions apparentées (complexes), et leur apport propre sera celui d’un « principe de sélection paradigmatique », destiné à expliquer comment un argument peut permettre des alternances morphosémantiques (i.e. avec changement de sens). C’est cette double sélection (syntagmatique et paradigmatique) qui est selon eux responsable de l’organisation de l’information lexicale : la première assigne les fonctions grammaticales dans les prédicats simples, la seconde l’articulation des fonctions grammaticales aux rôles sémantiques entre les prédicats en corrélation. Le lexique est donc conçu comme l’ensemble des représentations des prédicats susceptibles de s’actualiser soit de manière unique soit de manière syntaxiquement diversifiée

3Le chapitre 2 rappelle les grandes lignes de la théorie de Dowty : le lexique reflète les discriminations cognitives qui peuvent être utilisées pour distinguer entre les mots aussi bien que pour les ranger dans des classes sémantiques mais sans pour autant qu’on puisse établir des liens avec la syntaxe (L’enfant ricane ayant la même construction que Le cheval galope) ; une possibilité pour établir ce qui est pertinent, dans le sens, pour la syntaxe est d’observer la structure argumentale à travers les langues, par exemple avec lequel de ses arguments le verbe s’accorde ; ici, on se demandera si les rôles sémantiques ont quelque importance mais pour ce faire, il s’agit de les caractériser autrement que de manière intuitive et au cas par cas – ainsi, on ne voit pas a priori quelles propriétés partagent les sujets de nager et de mourir dans The duck is swimming et The duck is dying, ni pourquoi Pat resembles Kim et Kim resembles Pat peuvent être mis en relation mais non Pat fears snakes et Snakes fear Pat (mais Snakes frighten Pat).

4La solution de Dowty (résumée dans le chapitre 3) est de généraliser les observations faites au cas par cas de manière à définir les propriétés prototypiques de l’agent et du patient dans des structures de prédicat transitif (à deux arguments) où le premier a la fonction de sujet et le second d’objet. Prototypiquement, l’agent s’engage volontairement dans un procès conscient, est la cause d’un événement ou d’un changement d’état, est mobile (par rapport à la position d’un autre participant au procès), existe indépendamment de la situation ; tandis que le patient prototypique subit le changement d’état, est causalement affecté, est stable, n’existe pas indépendamment de l’événement (ou n’existe pas du tout) et peut constituer la mesure du procès (« incremental theme »). Avec casser le carreau subit le changement d’état dans Il a cassé le carreau : Le carreau a cassé, tandis qu’avec cogner, le carreau n’est que causalement affecté dans Il a cogné le carreau : Il a cogné au/sur le carreau vs *Il a cassé au/sur le carreau et *Le carreau a cogné – on voit que la différence de propriété sémantique a une incidence sur la syntaxe des prédicats apparentés. La propriété « incremental theme » pointe le fait que la progression du procès correspond à l’étendue de la partie de l’objet qu’il affecte (J’ai lu le journal pendant une heure ne suppose pas le résultat « le journal est lu » : lire a ici une interprétation partitive, contrairement à J’ai lu le journal en une heure ; il en va de même respectivement de Il a bu de l’eau et Il a bu l’eau).

5Le principe de sélection syntagmatique de Dowty pose que l’argument qui possède le plus de propriétés de l’agent occupe la fonction de sujet, et que celui qui possède le plus de propriétés du patient occupe celle d’objet (Les castors construisent des barrages). Dans Les garçons aiment cette glace, le sujet les garçons s’oppose sémantiquement à l’objet cette glace au moins en ce que seul le premier peut être dit « conscient ». Si les deux arguments ont approximativement le même nombre de propriétés de part et d’autre, ils ont autant de chances l’un et l’autre d’être lexicalisés soit comme sujet soit comme objet (Le jouet séduit l’enfant/L’enfant est séduit par le jouet). Dans le cas d’un prédicat à trois arguments, l’argument qui n’est pas sujet sera objet direct si c’est lui qui a le plus grand nombre des propriétés du patient prototypique et objet indirect autrement (Il pulvérise de la peinture sur le mur/Il pulvérise le mur de peinture). Il n’y a pas de relation biunivoque entre propriétés sémantiques et valence syntaxique : par exemple on a une addition d’argument en passant de Les maçons construisent une maison au causatif Je fais construire une maison aux maçons, mais ce n’est pas pour autant que le sens causatif est toujours véhiculé par une structure à trois arguments – ce que les auteurs illustrent par des exemples empruntés au malayalam et au finnois (peut-être pourrait-on suggérer le banal français Paul me fait rire).

6Avec le chapitre 4, on entre dans l’apport original revendiqué par les auteurs : le principe de sélection paradigmatique, destiné à rendre compte de la répartition entre rôles sémantiques et fonctions syntaxiques dans les ensembles de prédicats corrélés, et en particulier à spécifier les conditions d’occupation des fonctions d’objet (direct, indirect, oblique). Le système de Dowty permet en effet d’attribuer correctement la fonction sujet à los perros et la fonction objet au pronom lo/le dans (d) Los perros lo molestan (siempre que llega ebrio) et (e) Los perros le molestan (*siempre que llega ebrio) mais non de savoir pourquoi l’objet est direct dans un cas (lo) et indirect dans l’autre (le) alors qu’il désigne le patient dans les deux phrases. En fait, lo correspond à davantage de propriétés du patient, puisqu’il y a changement d’état – (e) ayant un sens général et donc une lecture uniquement stative ; l’alternance est donc morphosémantique : (d) et (e) ne sont pas strictement équivalents du point de vue du sens. Il y a donc à établir une hiérarchie, de l’objet direct OD (le plus proche du patient prototypique) à l’objet oblique OBL (le plus éloigné du patient prototypique) en passant par l’objet indirect OI. Sont plus particulièrement examinés différents types de constructions causatives :

  • prédicat de base intransitif, José les fait travailler (les : OD)

  • prédicat de base transitif, José leur fait lire un livre (leur : OI)

7Le sujet du verbe intransitif est moins agentif que le sujet du verbe transitif : les correspond à l’objet causalement affecté, c’est le plus « proto-patient » des deux (donc OD), leur correspond à l’objet causalement affecté mais doté de volonté, c’est le moins « proto-patient des deux » (donc OI).

8Le chapitre 5 introduit une nouvelle propriété pour le proto-patient, dite « bounding entity », en relation avec les prédicats téliques (compatibles avec en une heure) et atéliques (compatibles avec pendant une heure) ; dans le premier cas, l’objet est « total », l’événement est complet (J’ai lu le livre en une heure), tandis que dans le second il est « partiel »,  l’événement est incomplet (J’ai lu le livre pendant une heure). Ackerman & Moore établissent un lien entre transitivité, télicité et fonction objet de manière à rendre compte du marquage de cas en estonien et en finnois, où la même fonction objet est susceptible de recevoir deux cas : accusatif ou partitif. Or l’accusatif correspond à la situation où l’objet est concerné dans sa totalité, par opposition au partitif : le participant subit d’autant plus le changement et se trouve d’autant plus causalement affecté qu’il l’est complètement. On notera que cette propriété ne se confond pas avec « incremental theme » : dans Il atteint le sommet, l’objet est bien une « bounding entité » mais, le verbe étant ponctuel (« achievement »), le sommet ne peut constituer la mesure de son déroulement.

9Le sixième et dernier chapitre est consacré à des alternances concernant l’argument sujet, inversion en polonais et en russe, constructions à sujet au datif en hindi. Pour ce qui regarde l’inversion, elle est possible en russe avec les prédicats intransitifs inergatifs, en polonais avec divers prédicats transitifs et intransitifs mais non pour les inaccusatifs : la démonstration tend à conclure que la possibilité est liée au degré d’agentivité du sujet. Il en va de même pour la variante dative du sujet, qui correspond à une agentivité atténuée.

10L’ouvrage est très clair dans sa présentation des théories et des données, et démontre ainsi de manière convaincante l’intérêt de l’hypothèse établissant une corrélation entre rôles sémantiques et fonctions syntaxiques. Un bémol : si les exemples sont pris dans des langues très diversifiées (puisque la pertinence de la théorie se fonde sur la généralité du principe), ils sont assez récurrents si bien que j’ai été gênée à un double titre, par mon ignorance du fonctionnement des langues citées d’une part, et par le fait que l’on n’a aucune idée de la représentativité des cas commentés d’autre part.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Leeman, « Ackerman, Farrell & Moore, John (2001) Proto-properties ans Grammatical Encoding. A correspondence Theory of Argument Selection  », Linx, 54 | 2006, 293-296.

Référence électronique

Danielle Leeman, « Ackerman, Farrell & Moore, John (2001) Proto-properties ans Grammatical Encoding. A correspondence Theory of Argument Selection  », Linx [En ligne], 54 | 2006, mis en ligne le 01 février 2007, consulté le 28 juin 2017. URL : http://linx.revues.org/542

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org