Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Florence Lefeuvre « Quoi de neuf sur quoi ? »

2006, Presses Universitaires de Rennes 283 pages
Mustapha Krazem
p. 213-215
Référence(s) :

Florence Lefeuvre « Quoi de neuf sur quoi ? », 2006, Presses Universitaires de Rennes 283 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage de Florence Lefeuvre apporte une contribution dans un domaine essentiel de la syntaxe : la subordination. Plus précisément, elle se propose de décrire et d’expliquer le fonctionnement du terme « quoi », dans tous les emplois où il joue un rôle. L’étude concilie un double mouvement : une description de toutes les configurations syntaxiques pertinentes sans restriction préalable mais aussi une approche unifiée, malgré les différences de terminologie employée pour étiqueter « quoi ». C’est dans cette double perspective que résident les apports principaux de ce travail qui affine la compréhension de la question de la subordination en français.

2Les configurations syntaxiques appelant l’emploi de « quoi » sont nombreuses. Lefeuvre en dénombre dix, ce qui montre l’originalité de ce terme. Ainsi des exemples comme « c’est un garçon, un jeune homme, quoi ! » ou « après quoi, il sortit » n’ont pas de correspondant avec d’autres mots qu-. Ce type d’exemples nous rappellent que finalement, les travaux sur « quoi » ont été assez peu nombreux en tant que tels. Le plus souvent il s’agit de traiter l’opposition que/quoi repérable principalement dans l’interrogation à inversion vs interrogation in situ « que vois-tu // tu vois quoi » ou encore dans l’opposition qui/quoi, qui met en place une distinction humain/non humain (distinction à la frontière instable). Lefeuvre reprend ces questions dans son ouvrage.

3Cependant cette diversité d’emploi, qui caractérise « quoi » parmi les autres mots qu-, n’exclut pas une explication unique. Et c’est là l’autre face de cet ouvrage. Florence Lefeuvre s’attache à montrer, à travers une description exhaustive des emplois, que ce qui unifie les emplois c’est l’indéfinition. « Quoi » n’est pas un élément d’une classe, celle des inanimés comme on le dit habituellement (comme « qui » peut l’être) mais renvoie à une classe d’occurrences, à du non classifié. Le pronom « quoi » serait alors à rapprocher d’un démonstratif tel que « ça ». Aussi « quoi » ne porte-t-il pas le sémantisme attribué par sa catégorie grammaticale traditionnelle « interrogatif ou relatif » mais contient en soi l’indéfinition.

  • 1  Grammaire de la phrase française (1993).

4Le cadre théorique de cette étude ne doit pas dérouter le lecteur. L’auteure se situe explicitement dans la droite ligne des travaux de Pierre le Goffic1. Celui-ci, dans de nombreux travaux récents, a « dépoussiéré » en les développant les travaux de Damourette et Pinchon. Le point crucial de cette théorie est de considérer les mots subordonnants comme des « chevilles » entre deux propositions. Le Goffic renouvelle ce modèle notamment en y insérant le statut de variable aux mots qu-. (On regrettera d’ailleurs que l’auteure n’ait pas eu une vision plus large de ce statut de variable en examinant « quoi » en comparaison avec les autres mots qu-).

5Une fois dépassées les difficultés liées à une terminologie inhabituelle, le lecteur s’apercevra que ce modèle est tout à fait adéquat pour examiner l’étendue de l’implication du pronom « quoi » dans les types de subordonnées : relatives, interrogatives circonstancielles… On appréciera en outre que Florence Lefeuvre à partir de ce cadre utilise les apports de travaux aux cadres théoriques variés.

6L’ouvrage est constitué de cinq chapitres.

7Le premier aborde les caractéristiques principales intrinsèques de « quoi ». L’auteure installe le modèle général d’analyse qui structurera les autres chapitres. Puis elle développe une approche sémantique de « quoi » (voir plus haut) et une approche syntaxique qui permet de distinguer formellement « que » et « quoi » par l’opposition clitique/non clitique. Et il est vrai que l’observation des exemples ci-dessus indiquent bien le fort degré d’autonomie de « quoi » par rapport au verbe.

8Les quatre chapitres s’attachent à décrire les emplois de « quoi » dans quatre grands types que Lefeuvre aborde successivement.

9Le chapitre 2 reprend la question très étudiée de l’interrogation. L’option prise par Florence Lefeuvre consiste à accorder une place cruciale au caractère non clitique de « quoi » par rapport à « que ».

10Le chapitre 3 en revanche explore des emplois moins connus que l’auteure regroupe sous le terme « indéfini ». Ces emplois, observable en périphérie d’assertion, distinguent clairement « quoi » des autres mots qu-.

11Le chapitre 4 traite des emplois percontatifs (« interrogatifs indirects » en allant vite), manifestement les plus délicats par les fortes contraintes dégagées ainsi que par l’apparente hétérogénéité des structures (je ne sais pas quoi// comme quoi, il aurait dû venir).  

12Le chapitre 5 enfin décrit les emplois intégratifs parmi lesquels on notera une autre originalité de « quoi » : la capacité d’anaphoriser une structure prédicative complète (Paul alla à la messe, après quoi il rentra chez lui).

13On le voit donc, l’ouvrage de Lefeuvre se veut une description exhaustive des emplois de « quoi », description qu’elle relie à des explications qui n’hésitent pas à se référer à des travaux motivés par des cadres théoriques très divers. En outre, on appréciera le souci d’attestation des exemples qui enrichissent les observations. On pourra regretter cependant que la dimension sémantique soit parfois sacrifiée un peu rapidement. Ainsi un exemple comme « je pense à qui tu sais » (p. 150) méritait un éclairage supplémentaire puisqu’il montre que le subordonnant est à la fois perçu de façon « intégrative » par la principale et de façon « percontative » par la subordonnée, avec en outre un effet sémantique très particulier. De même la différence sémantique (je ne sais pas quoi faire/je ne sais que faire) (p. 172-173) mériterait davantage d’investigation. Cependant, l’approche sémantique est davantage développée pour d’autres emplois. On pense particulièrement à la relation entre « comme quoi » et le discours indirect.

Haut de page

Notes

1  Grammaire de la phrase française (1993).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Krazem, « Florence Lefeuvre « Quoi de neuf sur quoi ? » », Linx, 55 | 2006, 213-215.

Référence électronique

Mustapha Krazem, « Florence Lefeuvre « Quoi de neuf sur quoi ? » », Linx [En ligne], 55 | 2006, mis en ligne le 24 février 2011, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://linx.revues.org/483

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org