Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Onze rencontres sur le langage et les langues, Antoine Culioli – Claudine Normand

Ophrys, 2005, 300 pages
Jean-Claude Coquet
p. 211-213
Référence(s) :

Onze rencontres sur le langage et les langues, Antoine Culioli – Claudine Normand, Ophrys, 2005, 300 pages.

Texte intégral

1Après Variations sur la linguistique (Entretiens avec Frédéric Fau, publiés chez Klincksieck en 2002 et dotés d’une préface et de notes de Michel Viel), voici une autre série d’entretiens, cette fois avec Claudine Normand. Aux sept jours des Variations succèdent Onze rencontres étalées d’octobre 2002 à avril 2003. Les deux ouvrages familiarisent le lecteur avec la pensée et la pratique d’Antoine Culioli, mais le mode d’approche me paraît tout différent. Les Variations donnent le temps à Culioli de s’expliquer, comme si (insistons sur le « comme si »), une série de questions lui ayant été fournies à l’avance, il avait eu tout loisir de répondre par écrit. Il en va différemment avec les Onze rencontres. Sans doute, ces rencontres étaient minutieusement préparées, mais le ton est vif comme il convient à une véritable conversation, j’ose dire, amicale. Le livre qui nous est ainsi offert a cette propriété bien rare d’être à la fois informatif et plaisant. Culioli voit dans les Variations un ouvrage préparatoire à la lecture des Rencontres (p. 287). J’inverserai volontiers la relation. Le lecteur aura tout avantage à côtoyer, grâce aux Rencontres, deux personnages très réactifs, assurément attachés à leur pensée, mais prêts à tout moment à en discuter le bien fondé.

2Théoricien, Antoine Culioli ? A l’évidence, mais comme le livre le fait apparaître clairement, d’abord « une espèce de rôdeur de frontières », séduit par le foisonnement des langues. C’est ainsi qu’il se voit (p. 274). A partir d’un « détail », il montre, pour ainsi dire en marchant, comment « multiplier les surfaces », comment « faire proliférer les phénomènes » (p. 237 et 234). Surtout ne rien figer, d’où le rôle crucial accordé à l’épilinguistique, au « chaos épilinguistique » (p. 97), et à la « glose » qui n’est autre qu’une « suite de procédures expérimentales, de manipulations très primitives » (p. 234). Dans ses réponses à C. Normand, Culioli multiplie les exemples et l’on voit bien qu’il faut l’arrêter si l’on veut poser d’autres questions, traiter d’autres problèmes. C. Normand n’a pas eu la partie facile. Le lecteur, ravi, suit les multiples péripéties de cette sorte de « combat amoureux », pour reprendre une belle expression de K. Jaspers, celui de l’échange dans la confrontation épistémologique.

3Le lecteur aura donc plaisir à retrouver au fil des pages quelques-uns des principes qui ont réglé la recherche de Culioli. D’abord, comme le titre du recueil l’indique déjà, la distinction entre « langage » et « langues ». Ce que je cherche à étudier, dit-il, c’est « le langage appréhendé à travers les langues » (p. 50). A travers les langues et les « textes », ajoute-t-il (p. 267). Pour nous approcher du « foisonnement », de la « prolifération » de la « surface », nous n’avons d’autre choix que la réduction. Notre activité mentale « permanente », d’un côté (p. 111), et notre activité de langage, de l’autre, c’est-à-dire une activité de représentation ou encore une activité symbolique, sociale (p. 47, 49 et 65), témoignent des rationalités qui nous sont propres. L’épilinguistique n’a pas le même statut que la métalinguistique. « Donc », je reprends l’interrogation de C. Normand, « votre idéal est finalement une théorie de l’esprit ? ». A quoi répond Culioli : « Oui, c’est une théorie de l’esprit » (p. 127).

4Cette position de principe n’entraîne pourtant aucune rigidité. Culioli rejette l’option pour une « linguistique Meccano » (p. 160) : « on a des pièces et on les ajuste, ça vous donne une petite camionnette, une grue, etc. » (très important, je pense, le « etc. », peut-être la trace, chez Culioli (p. 270), de « cela qui ne se finit jamais »). Il veut aussi laisser sa place à une « théorie de l’impalpable et du transitionnel « (p. 285). C’est même, dit-il, « ce qu’il veut faire », en accord avec la théorie de l’esprit. Je note d’ailleurs – autre ouverture – que pour lui le domaine de la cognition n’est pas incompatible avec celui de l’affect. Problème difficile qui n’est pas traité ici. « La cognition, au sens large du terme, [est-ce la cognition « chaude » de D. Andler ?] intègre nécessairement (...) l’affect » (p. 94).

5Le souci du concret conduit, je crois, à privilégier l’expérience du quotidien, y compris l’expérience manuelle, dans l’élaboration théorique. Culioli note que Z. Harris s’adonnait à la menuiserie pour se distraire et que F. Bresson (François, le psychologue, et non Robert, le cinéaste, encore que...) avait pour règle de dire qu’on n’enseignait pas le tricot par téléphone (p. 23 et 178). Lui-même, pour illustrer comment la « glose », en quelque sorte une expérience de pensée, glisse du mental au sensori-moteur (Culioli aime ce prédicat : « ça glisse », dira-t-il, par exemple, à propos de la « bifurcation » (p. 280) ), lui-même fait appel à sa mémoire de petit paysan « un peu comme si, trouvant quelque chose, je regarde si ça se mange, si ça craque sous la dent, si quand je mets le feu ça se délite ou si ça ne se délite pas, si je vais pouvoir m’en servir si je le mets dans l’eau... » (p. 234).

6Ainsi le langage échappe-t-il à ses frontières conventionnelles. C’est une pratique bien vivante, ancrée dans le corps, qui ne saurait se réduire au verbal. Je citerai en conclusion cette belle histoire corse : « Dans mon village, c’était sur un plateau, mon père une fois a vu (au début du XXe siècle) une femme qui allait à Bonifacio (à peu près 15 km à pied) avec, sur la tête, ce qu’elle allait essayer de vendre au marché, un bébé dans les bras et un autre qu’elle tenait par la main. C’est ça le langage ! ça vient de là ! ça ne vient pas des gens qui sont en train de discuter, qui partent en voiture à leur travail, qui reviennent, qui ne savent pas du tout ce que c’est que de fabriquer... » (p. 284-285).

7Grâce à ces Onze rencontres, le lecteur aura pu, au moins un moment, ajuster ses pas sur ceux de ce linguiste vraiment singulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Coquet, « Onze rencontres sur le langage et les langues, Antoine Culioli – Claudine Normand », Linx, 55 | 2006, 211-213.

Référence électronique

Jean-Claude Coquet, « Onze rencontres sur le langage et les langues, Antoine Culioli – Claudine Normand », Linx [En ligne], 55 | 2006, mis en ligne le 24 février 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://linx.revues.org/479

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Coquet

Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org