Navigation – Plan du site
II. Diachronie

Incidences et valeur prépositionnelle de com(e) suivi d’un adjectif qualificatif en français médiéval

Thierry Ponchon
p. 177-196

Résumés

Dans la perspective d’appréhender l’entier du microsystème comme, le présent article s’efforce d’étudier les emplois spécifiques de com(e) suivi d’un adjectif qualificatif en français médiéval. L’analyse proposée des caractéristiques de ce syntagme complexe s’appuie sur l’idée de l’existence d’une double incidence de com(e) et sur le lien étroit qui existe entre l’incidence interne et externe et le concept de caractérisation autarcique et accidentelle. Elle aboutit ainsi à mieux définir une des valeurs subduites de ce morphème.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1L’aptitude de com(e) à se dématérialiser et à se désémantiser, lui permettant d’être adjoint à un élément caractérisant (X) a suscité quelque attention, mais n’a pas fait l’objet d’une étude précise pour le français médiéval. Le présent article vise à s’intéresser à cet emploi particulier de com(e), celui de marqueur introduisant un carac­térisant adjectival (AQ) dans des structures du type [N0com(e) AQ0 V0 Ω] et [N0 V0com(e) AQ0 Ω].

2Un précédent article sur les valeurs de com(e) en français médiéval s’était attaché à dégager le signifié de puissance de ce morphème polysémique à partir de la poly­fonctionnalité qui émerge de ses signifiés d’effets, dans le cadre de la psychoméca­nique du langage et la théorie de la subduction (Th. Ponchon, 1998 : 319-350). Cette étude étant globale, elle avait simplement souligné que dans une structure com(e) + AQ, le morphème introducteur véhiculait une valeur à la char­nière entre une valeur comparative et une valeur conjonctive circonstancielle ; valeur qui avait été nommée alors prépositionnelle, mais sur laquelle il convenait de revenir.

3Il s’agira ici de reprendre cette représentation, en déterminant et analysant les rapports que com(e) entretient avec le N et le V notamment, afin de voir dans quelle mesure il mérite pleinement d’être considéré comme une préposition. Ainsi, après avoir évoqué les caractéristiques du syntagme [com(e) X], la réflexion se centrera sur les incidences de com(e) et de [com(e) AQ] et leurs enjeux en syntaxe ré­sultative ; permet­tant alors d’inscrire cette valeur au sein d’un schéma cons­tructeur général.

II. Catégories de l’élément introduit par com(e)

4L’élément caractérisant X présente plusieurs aspects en français médiéval. Il correspond soit à un SN, dans lequel N est en emploi générique :

Chanson d’Aspremont, 6110

Qant il nos ot ensi aparellié,
Il n’aloit mie come hon esmaié.
Se vos a moi vos fusciés consellié,
Ne l’eüsciés sïu ne encalcié.

soit à une relative indéfinie ou indéterminée (QReli) introduite par un démonstratif pronominal :

Christine de Pizan, Livre des Trois Vertus, I : 6.

[…] Nostre Seigneur Jhesu Crist donna la sentence lors que Marie Magdaleine, en qui est figuree la vie contemplative, estoit seant aux piéz de Nostre Seigneur, comme celle qui n’avoit le cuer a aultre chose et qui toute ardoit de sa saincte amour, […]

ou un substantif générique :

Première Continuation de Perceval, ms T, 3210

Devant les autres sanz targier
Chevalchoit mesire Gavains
come hom qui ert de joie plains.

soit, enfin (et notre étude ne s’arrêtera que sur cela), un AQ ou un participe adjectivé.

  • 1 La présente analyse s’appuie sur la base de données électronique Honoré Champion (BÉHC). Nous y ren (...)

5Parmi l’ensemble des caractérisants introduits par com(e), le corpus1 a permis de relever que plus de 60 % étaient des AQ et un peu moins de 30 % des participes ad­jectivés ; le restant étant catégoriquement a priori ambigu ; dans la mesure où les dic­tionnaires de français médiéval présentent les éléments introduits sous une entrée nominale ou nominale et adjectivale. En effet, alors que la présence en français mé­diéval d’un prédéterminant atteste à l’évidence de celle d’un substantif déterminé, en tant que complément comparatif introduit par un conjonctif :

Froissart, Joli buisson de Jonece, 3921

Tout premierement Pitié voi
Qui parolle comme une sage, […]

L’inverse n’est pas vrai. Ainsi, dans l’exemple qui suit, sage est bien un substantif en emploi générique (donc à détermination Ø), sujet de le faire vicaire au sein d’une su­bordonnée comparative :

Mystère de la Résurrection, I-1, 3932

Je vois faire mon messaige
Comme saige
Le doit faire saigement
,
Et serviray de langaige,
Je me gaige,
Bien et retoriquement,
Sans faire long parlement,
Briefvement.

En revanche, du fait que les caractérisants qualificatifs (ou participes adjectivés) se reconnaissent à leur contenu sémantique autonome et irréductible, l’emploi d’une modulation d’intensité (incidente à son incidence externe) en garantit la présence :

Roman de Tristan en prose, VI : 108

Il n’oï onques mais en nul lieu u il fust si grant doeil demener com il demainnent, et ce est une cose dont il devient ausi com tous esbahis, et nonpourquant il n’en demande riens devant ce k’il ont mengié.
Adenet le Roi, Berte aus grans piés, IV : 59, 1453
L’orent si enamee en cele manandie
Et Symons et Constance et toute leur maisnie,
Et leur enfant trestout l’orent si enchierie
Qu’il l’amoient de cuer conme bien ensaignie […]

De même, dans :

Gautier d’Arras, Ille et Galeron, 352

Uns pautoniers les a vendus,
qui ne fu pas mesentendus,
qu’il .c. se corent adouber.
Hoiaus s’escrie come ber :
« Signor, ne soiés esclenquier !
Pensés del gloton detrenchier ! »

Bien que ber soit considéré lexicalement comme un nom (CS de baron, au sens de ‘guerrier, noble, homme de grande valeur, voire homme vénéré ou mari’), il est em­ployé ici avec l’acception de « guerrier », dans une structure avec com(e) qui en fait un qualifiant (au sens de ‘en homme qui aime se battre à la guerre’). Effectivement, Hoël ne peut être ni comparé à un homme de grande valeur, puisqu’il est ennemi du héros, ni à un noble, puisqu’en tant qu’oncle d’Ille, il en est un (cf. v. 576).De plus, il n’existe pas de lien sémantico-logique apparent entre « s’escrier » et « ber ».

6Par ailleurs, le fait que dans nombre d’occurrences l’élément nominal se trouve conjoint à un caractérisant adjectival plaide pour une réduction idéogénétique (c.-à-d. une réduction de sa substance notionnelle) ; versant ainsi le substantif dans la partie de discours prédicative adjectivale (R. Lowe, 2007 : 188-192). C’est ainsi le cas dans l’exemple suivant où serf est assurément un AQ (au sens de ‘asservi’) et non un subs­tantif ; dans la mesure notamment où il est associé aux AQ chaitif et nice :

Guillaume de Lorris & Jean de Meun, Roman de la Rose, 4397

[…] car cil qui va delit querant,
sez tu qu’i se fet ? Il se rant
conme sers et chetis et nices
au prince de trestouz les vices, […]

7Dès lors, le comportement avec com(e) des cas jugés ambigus au départ ap­pa­rente en fait ceux-ci à des qualifiants.

III. Incidences2 et caractérisations de [←com(e)→ AQ]

1. Ambiguïté catégorielle

8Alors que l’Académie fait de comme un adverbe de comparaison – et ce, quelle que soit l’édition de son Dictionnaire, J. Damourette & Ed. Pichon montrent, à partir d’un exemple comme Louis agit comme un/le/Ø roi., qu’en français moderne, cha­que fois que l’alternative existe, la différenciation « donne une valeur dichodestique au tour avec article, et une valeur syndestique [c.-à-d. un rapport d’identité] à celui sans article […] » (1971 : VII, 384-386). Bien qu’ils admettent la difficulté de différencier sémanti­quement les tours « qualifiant » (avec déterminant) et « échantillant » (sans détermi­nant), au point de conclure que la nature grammaticale de comme est plus ou moins analogue, ils précisent néanmoins que dans les tours qualifiants, le syntagme exprime la qualification (1971 : VII, 384) et comme y est conjonctif (1968 : II, 146), alors que dans le cas des tours échantillants, comme exprime une similitude et joue, dans la phrase, le rôle d’une prépo­sition (1971 : VII, 381) (v. aussi H. Portine, 1996 : 89). Toutefois, par souci d’unification explicative, ils considèrent que les tours doivent être interprétés comme des zeugmes ; l’échantillant (à détermi­nation zéro) par conver­sion zeugmatique. Kr. Mantchev (1976 : 335-8) précise, quant à lui, qu’en plus des fonc­tions conjoncti­ves et adverbia­les, comme se trouve en position prépositive dans des tours tels que comme étourdi ; considérant ainsi que le morphème appartient à deux classes, celle des conjonctions et celle des prépositions. Dans un article faisant un tour d’horizon du traitement de ce morphème, P. Heistov & Y. Kroumova (1982 : 27-1) considè­rent que comme est une prépo­sition, lorsqu’en position détachée est soulignée la qualité d’un sujet (ex. : « Comme avocat, il… »), de même que dans certains syntagmes ver­baux, où la structure [comme X] est complément d’un adjectif qualificatif attribut (ex. : « … hardi comme un lion. »). La commutation avec en est une preuve indirecte, selon eux, du fonctionne­ment prépositionnel de comme. Cependant, d’une part, leur analyse ne concerne évi­demment que le français contem­porain, d’autre part, apparaît comme contestable le fait de mettre sur le même plan analytique des structures très différentes (hardi comme un lion, je sens comme un bour­donne­ment, un homme comme lui, je le considère comme mon fils, comme avocat…). Une ambiguïté est maintenue aussi dans la Grammaire méthodi­que, puisque ses auteurs considèrent que comme fonctionne comme une préposition lorsqu’il précède un syn­tagme nominal (ex. : « jolie comme une déesse »), mais comme un adverbe incident effaçable lorsqu’il précède un adjectif attribut ou apposé (ex. : « J’en suis resté comme abasourdi. » (M. Riegel & coll., 1994 : 515). Dans une étude sur la catégorisa­tion de comme, M. Pierrard (2002 : 69-78) défi­nit les propriétés syntaxiques et pragma­tiques permet­tant de caractériser son ac­cession au statut de préposition (v. aussi J-M. Léard & M. Pierrard, 2003 : 221-222, 227-228). Au moyen des tests de clivage, de commutation syn­tagmatique, de cohésion contexte-droit, de délimitation, de non-prédétermination ou complémentation, il défi­nit certai­nes propriétés et déter­mine que [comme X] – syn­tagme dans lequel comme, tout en étant un relateur symétrique liant deux arguments, en forme la tête – est un cons­tituant fonctionnel à forte cohé­sion ayant une unité syn­taxique. Toutefois, il ajoute des traits spécifiques, lorsqu’il évoque la structure [comme X] avec X comme SA ou AQ (2002 : 72) ; notamment l’aptitude à la combinaison prépositionnelle et l’emploi facultatif ou l’élision de comme (avec des SA attribut du COD). Comme est alors un marqueur de prédication seconde assurée par le SA, tout en étant constituant dans une prédication supérieure ; de sorte qu’il est à la fois un « ligateur » sur le plan sémantique et un mar­queur de hiérarchie sur le plan syn­taxique. Enfin, selon l’accentuation de certains traits au détriment des autres, le « fonctionnement catégo­riel » de comme apparaît, pour M. Pierrard, tantôt préposi­tion­nel, tantôt adverbial.

9Comme il est donné de le voir, il apparaît qu’il n’existe pas de réel consensus, pour le français contemporain, quant au statut grammatical de comme. C’est d’ailleurs ce que met clairement en lumière la « petite enquête » de O. Halmøy (1998 : 221-228).

10Mutatis mutandis, il en est de même pour le français médiéval ; à cette différence près que les travaux portant sur [com(e) AQ] n’ont pas suscité le même engouement.

11Ph. Ménard (1976 : 223-224) établit une affinité entre les structures [com(e) AQ] et [com(e) + (li) hom/cil qui QRel]. Ce rapprochement – absent chez L. Foulet ([1919] 1977 : 171) – est corroboré par une occurrence comme :

Roman de Tristan en prose, VII-I : 32

« Amours, je ai parlé conme faus et conme hom qui n’a en soi bien ne houneur ne courtoi­sie. »

Il montre précisément que, n’ayant aucune valeur comparative en soi, ces structures ne sauraient être considérées comme des comparaisons. L’emploi du cas sujet, quand il peut être décelé incontestablement, confirme d’ailleurs cette appréhension :

Guillaume de Lorris & Jean de Meun, Roman de la Rose, 2909

Atant saut Dangiers li vilains
De la ou il s’estoit muciez.
Granz fu et noirs et hericiez, […]
et s’escrie com forcenez :
« Bel Acueil, por quoi amenez
entor ces rosiers ce vassaut ? […] »

Gerbert de Montreuil, Continuation de Perceval, 15441

« […] on m’apele Brandin Dur Cuer.
Liez sui quant estes Perchevax.
Affiné avez vos travax,
que ja mais jor ne menjerai
devant che que mort vous arai. »
Perchevax dist conme hardis :
« Par foi, dont junerez toz dis. »

Ce lien étroit – véritable mise en parallèle – entre le sujet et le caractérisant est confirmé notamment lorsque l’AQ introduit par com(e) est au cas sujet alors qu’il y a omission de N0, comme dans l’exemple suivant :

Chrétien de Troyes, Conte du Graal (Perceval), 2443

[…] et quant cil del chastel les virent,
les portes a bandon ovrirent,
que li vaslez le volt ensi,  
qui devant aus toz s’an issi
por asanbler as chevaliers.
Come hardiz et forz et fiers
les a entaschiez toz ansanble.

Il considère dès lors que com(e) dans [com(e) AQ] introduit un attribut du sujet ou du complément, au sens d’« en, en qualité de ». Cependant, l’exemple qu’il donne à l’appui de son analyse ne présente qu’un verbe en emploi intransitif. Aussi, s’il peut être acceptable que l’AQ dans ce type de structure revête une fonction d’attribut du sujet, il paraît difficile d’en faire autant lorsque la phrase comporte un COD ou un COI. Reprenant son étude quelques années plus tard, la conclusion qu’il donne assoit la nature adverbiale de com(e), en tant que marqueur d’un statut social, d’un titre, d’une fonction ou d’une « qualité morale exemplaire dans le monde du bien ou du mal », mais est moins tranchée quant à la fonction, puisqu’elle fait de com(e) un adverbe ser­vant à mettre en relief de manière prédicative un état ou un comportement « comme si l’on avait affaire à un attribut » (1997 : 258). Cette analyse diffère de celle de E. Gamillscheg, qui considère qu’en pareille situation com(e) introduit soit une apposition, soit un objet prédicativé (1957 : 788). Toutefois, les analyses de Ph. Ménard concernent les structures non adjectivales : [com(e) + N/D + N/PDém + QRel/Dø + N + QRel/AQ + N)]. Par ailleurs, à partir d’un exemple mentionné par E. Lerch (1925 : 229) : Ami et Amile, 1583, présentant la structure [(N0) V0 [←com(e)→ (AQ + N)1]], il montre que l’adverbe com(e) est un marqueur de conformité entre N0 et un prototype (AQ + N)1. L’importance et la primauté de la valeur référentielle du syn­tagme en com(e) ne font aucun doute, au point que Ph. Ménard généralise cette valeur aux tour­nures en adjectif (1997 : 260, n 13), après avoir précisé, par opposition à l’analyse de F. Jensen (1990 : 402-3), que la valeur causale était secondaire. En somme, toutes les valeurs sémantiques de com(e) sont issues selon lui du même sens fondamental – la valeur comparative – et sont les conséquences du contexte (1997 : 267) ; de sorte que son usage est sans aucun doute dérivé de l’emploi comparatif, tout en étant nettement distinct. Pour G. Moignet, lorsqu’il est suivi d’un AQ, l’emploi de com(e) traduit une aptitude de ce mor­phème nominalisateur à se subduire. Dans la me­sure où la remon­tée mor­phogé­nétique estompe les valeurs adverbiales de manière (exotérique) et d’analogie (ésotéri­que), ce serait une subduction plus avancée qui le réduirait à l’état de conjonc­tion. Cette accession, dans laquelle transparaît une séman­tèse d’identité en coïncidence temporelle, est une manifestation plus abstraite de la sémantèse en emploi adverbial ; au point qu’il peut même fonc­tionner comme une quasi-préposition avec ellipse du verbe (1981 : 198). Ainsi, d’après G. Moignet (1974 : 258 ; 1981 : 26, 197-198, 293), le pro­cessus de subduction situerait com(e), lorsqu’il précède un caractérisant en fran­çais médiéval, à la « conjointure » de l’adverbe et de la conjonction.

  • 3 Cf. Cl. Buridant (2000), où [←com(e)→ AQ] ne semble pas avoir donné lieu à commentaire.

12Comme pour le français contemporain, les approches analytiques de com(e) suivi d’un caractérisant laissent transparaître pour le français médiéval une fluctuation au­tant du point de vue de sa « nature » : adverbe, conjonction, préposition, introduc­teur, mar­queur, relatif… (v. aussi L. Foulet, [1919] 1977 : 324, V. Wielemans, 2005 : 2, 3, 24, 31), que de la fonction du SA dans lequel il est antéposé : apposition, attribut du sujet/de l’objet, com­plément d’objet…3 C’est donc l’alternative entre un statut adverbial et un statut préposi­tionnel de com(e) qui est en jeu et sur laquelle il convient de s’apesantir.

2. De la double incidence de com(e)

  • 4 Cette conception est reprise et analysée par T. Verjans (2009) sous le terme d’espaces catégoriels.

13H. Frei (1929) faisait déjà de l’adverbe une préposition « intransitive » et P. Ca­diot (1997 : 20) n’a pas manqué de noter la proximité de la classe morphologique des  pré­positions avec celle des adverbes. De plus, il est indénia­ble qu’il existe des « translations occasionnelles »4 dans les parties du discours transprédicatives, au point même que K. Ilinski (2003 : 408) considère que la préposition doit être reconnue comme une partie du discours prédicative. Ces passerelles s’expliquent, selon L. Melis (2003 : 42-43), par l’existence d’une double caractéristique combinatoire : l’assujettissement du compor­tement syntaxique aux informations lexi­cales véhiculées par la particule et sa valence spécifique. Cette analyse, amorcée par P. Le Goffic (1993) à propos de comme (v. occ. 140-142), permet de rendre compte du cas spécifi­que que constitue com(e) adjoint à un AQ en français médiéval.

  • 5 Ce qui n’est à l’évidence pas le cas, lorsque se présente un substantif à déter­mination Ø précédé (...)

14Il est certain que la valeur pleine « analogique circonstancielle » de com(e) est ex­clue dans les structures [N0com(e) AQ0 V0 Ω] ou [N0 V0com(e) AQ0 Ω]. En effet, dans la structure dont il est question et les occurrences retenues, il n’existe au­cun rapport comparatif réel, et l’expression de la conformité que com(e) pourrait véhi­culer est si résiduelle que sa sémantèse d’analogie est particulièrement affaiblie5. En fait, préposé à un AQ, com(e) n’est pas l’expression d’une conformité, mais la marque d’une transla­tion entre un caractérisant adjectival et N et V, comme le donne à entendre l’exemple suivant :

[Chrétien de Troyes], Guillaume d’Angleterre, 2203

Mais or dites, qui estes rois
Vous meïsmes, come cortois,
S’il revenoit, qu’an feroiez ?
– Certes, mont an seroie liez […]

De même dans :

Eneas, 1796

El lo regarde an travers,
de mautalant ot lo vis pers, […]
amors l’avoit tote anflanbee,
ele parla comedesvee :
« Onc n’apartenistes as deus,
car molt estes fels et crueus, […] »

Didon n’est pas comparée à une femme folle ou à une furie, mais qualifiée de femme éperdue et désespérée dans l’instantanéité du discours et de la situation conflictuelle, jusqu’à faire d’Énée un traître cruel à son égard ; lui qui vient d’arguer que les dieux le contraignaient à partir pour fonder la nouvelle Troie en Lombardie et donc à la quitter (vv. 1759-1776). Ainsi, si cette translation véhicule une congruence, elle appartient bien davantage à une assimilation ponctuelle, parcellaire et inscrite exclusive­ment dans le temps de l’énonciation.

15Suivi d’un AQ, com(e) n’exprime pas davantage une valeur cau­sale ou un indice fort de causalité, comme le laissent entendre F. Brunot (1936 : 819) et F. Jensen (v. supra). Sans en nier l’existence, elle ne peut être admise, au mieux, que comme se­condaire ou adventice (v. aussi G. Moignet, 1979 : 341, Cl. Buridant, 2000 : 614 et A. Kuyumcuyan, 2006 : 117-118). Dans l’exemple précédent, la reine n’est ni folle ni furieuse parce qu’elle parle ; de même dans :

Adenet le Roi, Enfances Ogier, 192

Moult fu preudom Charlemaines li rois ;
Par devant lui fu amenez Gaufrois ;
Namles, qui ert sages en tous endrois,
Dist la parole com sages et courtois.
Au roi loerent Alemant et François […]

Un indice de causalité existe certes en sous-jacence dans com sages et courtois, mais la présence au vers 191 de la relative appositive qui ert sages en tous endrois (qui, elle, véhicule le trait causatif), montre que [←com(e)→ (AQ + AQ’)0] ne fait que relayer un caractère déjà déterminé de Namles et n’apporte pas une information causale supplétive, mais assoit une qualité préexistante et prédéterminée (v. infra).

16Ainsi, dans les exemples précédents, com(e) a un fonctionne­ment similaire à la préposition en, et dans la structure [N0 V0 [←com(e)→ AQ0]], il sert de « pont » en­tre un caractérisant apposé ou attribut, un verbe ou un substantif. Plus précisément, il a deux supports : son incidence porte non pas sur l’AQ, mais sur l’intervalle entre N0 et AQ0 et sur l’intervalle entre N0 et V0. Dans l’exemple suivant :

Chrétien de Troyes, Chevalier au lion (Le) (Yvain), 1799

[La dame du château] si s’umelie come sage,
et dit [à sa suivante] : « Merci crïer vos vuel
del grant oltrage et de l’orguel
que je vos ai dit come fole,
si remanrai a vostre escole. […] »

Que je vos ai dit come fole correspond à la structure [N0 V0 [←com(e)→ AQ0] + (N1)Q + (N2)r], dans laquelle les incidences de com(e), par déplétion extrême, portent à la fois sur la relation sémantico-syntaxique [N0 → AQ0] (je folle) et sur la relation syntac­tico-sémantique [[N0 + AQ0] → V0] (je + folle dire) ; soit :

  • 6 Cf. V. Brøndal (1950 : 13), pour qui la préposition est « le moyen le plus simple dont la langue di (...)

17On reconnaît là le caractère diastématique de la préposition, laquelle a son inci­dence, non pas à un mot de discours, mais à l’intervalle psychique inscrit entre deux mots de discours (v. G. Guillaume, [1948] 1982 : 159). C’est en syntaxe résulta­tive que les termes entre lesquels s’établit une relation apparaissent comme des sup­ports et qu’il est possible de parler « d’incidence bilatérale » de com(e), lorsqu’il est suivi d’un AQ (v. J. Cervoni, 1991 : 125-126). En tant que préposition, com(e) a donc deux sup­ports, l’un d’avant, l’autre d’après et se trouve en rapport avec les deux élé­ments de l’énoncé. Pour autant, il reste plus soudé à son contexte-droit qu’à son contexte-gau­che (v. J. Cervoni, 1991 : 108-110) ; en sorte que l’ensemble n’est pas l’expression d’un simple rapport6, mais d’une « subordination » (au sens de P. Cadiot, 1997 : 19). Appe­lant un complément, com(e) prépositionnel n’est pas une forme vide, car toute préposi­tion est porteuse d’une sémantèse propre (v. G. Moignet 1981 : 217-218). Cette sé­mantèse est de nature relationnelle, puisqu’elle consiste à établir un lien entre le sup­port d’avant et le support d’après (son régime). Et c’est dans la nature relation­nelle entretenue entre N et V et AQ que transparaît la trace résiduelle du carac­tère analogi­que de com(e).

  • 7 Par ailleurs, ils mettent en avant la parenté entre [←com(e)→ AQ] et la négation rectrictive ne… qu (...)

18Postposé à un verbe attributif, l’emploi de com(e) suivi d’un caractérisant ad­jec­tival a retenu plus particulièrement l’attention des grammairiens et des linguistes. Ce­pendant, comme supra, les analyses sont variées ; marquant la diffi­culté à saisir la na­ture catégorielle de comme dans la structure [N0 Vatt [←com(e)→ AQ0]]. Ainsi, pour W. von Wartburg & P. Zumthor, comme permet d’exprimer une comparai­son très affaiblie et sert à atténuer le sens de l’adjectif (1958 : 250). Si G. & R. Le Bidois estiment que l’on a affaire à une simple analogie avec ellipse (1971 : II-1155), R. Sayce refuse, quant à lui, de considérer l’existence d’une comparaison. Il fait de [←com(e)→ AQ] une mé­taphore et lui attribue une simple valeur de parenthèse (1970 : 61). Il en est de même pour G.O. Rees qui attribue à ce comme une valeur « modifiante ». Il considère dès lors que, dans cet emploi, il s’agit d’un comme d’atténuation ou d’un comme « métaphorique » (1971 : 22-26), sans néanmoins expliciter sa nature. En revanche, F. Brunot (1936 : 223, 671) et M. Grevisse (1975 : 879) estiment que comme employé avec un verbe attri­butif est un adverbe marquant l’approximation. Pour J. Damourette et Ed. Pichon, il s’agit d’un affonctif conditif – qui peut jouer tous les rôles phrastiques, notamment « adjectiveux » –, c’est-à-dire un adverbe se conditionnant par l’architecture de la construction, comme qua­siment, approximativement… Ils confè­rent à [comme X] postposé à un verbe attributif le nom de « tour quasiceptif », en précisant que « le chaînon ex­prime seulement une chose qui n’est pas tout à fait la même que son noyau ; [que la] matière sémantique du noyau n’est pas mise en relations avec les au­tres termes de la phrase d’une façon entière ; [qu’]elle n’est engagée que comme une sorte de fantôme, sous une sorte de déguisement […] » (1971 : 388-390)7.

19Quoi qu’il en soit, contrairement à ses autres emplois comme introducteurs d’AQ, dans lesquels il possédait une valeur sémantique s’approchant de ‘en qualité de…’, ‘en homme/femme/personne (qui est)…’, com(e), dans la structure [Vattcom(e)→ AQ], en arrive à signifier ‘presque’ :

Christine de Pizan, Debat de deux amans, 296

  • 8 Ravi := ‘émerveillé, charmé, sous le charme’.

[…] et je qui l’aperçoy
Le regarday, mais, s’oncques nul bien soy,
Me fu avis
A son regart et au semblant du vis
Qu’il aperceut que tout son maintien vis,
Et come la estoit si com ravis8,
Si lui greva
Que veü l’os.

Tout en conservant une part minime de sa valeur analogique, com(e) a pour fonction de contraindre et bloquer le rapport d’équivalence qu’instaure la qua­lité « attributive » du verbe et, sans négativer l’AQ, d’en désaturer les indices lexi­caux, d’en désactiver par­fois certains traits sémiques :

Com(e) est ici l’indice permettant de mettre en lumière que le dire est en décalage par rapport au dit. Ainsi, dans l’exemple suivant :

Alain Chartier, Livre de l’Espérance, [43]

  • 9 ‘Et moi qui, après tant de souffrances, étais resté (comme/presque) désespéré et pris de défaillanc (...)

Et je qui estoye aprés tant d’enhan demouré comme esperdu et esvanouy ne povoye ses pa­rolles imprimer en ma pensee, ne les recueillir par bon semblant.9

L’incidence bilatérale de com(e) de demorer à qui et d’esperdu et esvanoui à demorer permet au locuteur de rela­tiviser son dire tout en le disant. L’intervalle psychique est comblé par com(e) qui traduit l’intentionnalité du locuteur. En effet, bien qu’il affirme avoir pré­senté tous les symp­tômes permettant à autrui de conclure effectivement à son déses­poir et sa dé­faillance, il en amoindrit la véracité en usant de com(e) ; de sorte qu’a poste­riori la dé­tresse devient une tristesse (plus ou moins marquée) et le mal-être une in­commodité (plus ou moins forte). Com(e) ne sert pas à contester la sincérité du je, mais à mettre en avant l’objectivité du point de vue de l’énonciateur. Dans la mesure où com(e) joue ici le rôle d’un modulateur de véracité, il apparaît soudé autant à son contexte-droit qu’à son contexte-gauche. Dans ses emplois avec un verbe attributif suivi d’un AQ, com(e) est bien un opérateur de polysémie reliant non des mots, mais des représenta­tions
(P. Cadiot, 1997 : 25). Il médiatise tout en déter­minant l’inférence interprétative. Et en ce sens, il revêt bien certaines caractéristiques d’une préposition.

  • 10 Cette remontée est même confirmée par la présence fréquente dans le corpus (35 % des occ.) de tout (...)

20Mais il est ici, plus qu’ailleurs, un indice de pesée critique. C’est ce trait de sub­jectivité (v. Chr. Marchello-Nizia, 2006 : 73-74) – présent dans toutes les rela­tions Verbe-AQ et accentué avec les verbes attributifs –, qui va faire s’incliner la valeur de come vers une valeur particulièrement sub­duite et abs­traite. Le degré de subduction est si ésotérique d’ailleurs que com(e) en arrive à pouvoir alterner avec Ø. Il n’y a pas équi­valence énonciative bien sûr, mais ceci confirme néanmoins sa remontée morphogé­nétique tardive sur l’axe de l’idéogénèse10.

21Le trait caractéristique d’une plus grande soudure de com(e) à son contexte-droit amène à s’interroger sur le statut même de la structure [←com(e)→ AQ]. Par sa nature caractérisante, l’AQ a pour fonction de restrein­dre l’extension, c’est-à-dire d’accroître la compréhension. Cette restriction peut se faire par extraction d’un indice (prototypi­que), dans le cas d’une valeur autarcique (ca­ractéri­sation par essence) ou par sélection d’un champ spécifique, dans le cas d’une valeur accidentelle (caractérisation par néces­sité).

3. Incidence interne et caractérisation autarcique

  • 11 Hormis certaines occurrences dans le Roman de Renart, où logiquement le N0 est un animé animal, rar (...)
  • 12 Généralement placé après, il existe antéposé au sujet (v. Mystère de la Résurrection, I-1 : 4020).

22Le syntagme [←com(e)→ AQ] porte le plus souvent sur le N0 animé humain11, c’est-à-dire sur l’incidence interne du substantif (présent ou sous-entendu) ou du pro­nom (N0)r. En somme, [←com(e)→ AQ] caractérise N0 et s’insère ainsi dans une structure du genre [[[N0 [←com(e)→ AQ0]] V0Ω]. Dans cette hypothèse, lorsque N0 ou (N0)r est présent, [←com(e)→ AQ] apparaît juste à proximité du sujet12 et est le plus souvent placé entre vir­gules dans les éditions :

Adenet le Roi, Berte aus grans piés, 2659

Ou qu’il voit la pucele, vers li vint belement,
Et quant Berte le voit, molt grant paour l’en prent ;
Et li rois la salue molt tres courtoisement,
Et Berteconme sage au roi son salu rent.
« Bele, » ce dist Pepins, « n’aiez esfreement !
Je sui des gens le roy ou douce France apent,
J’ai ma route perdue, […] »

Guillaume de Machaut, Livre du Voir-dit, 620

Et quant elle vit mon message,
Elle, com bonne, aperte, et sage,
Moult longuement ne musa mie,
Ainsois fist comme bonne amie ; […]

Le corpus a permis de relever que [←com(e)→ AQ], incident à l’incidence interne de N0, pouvait s’inscrire aussi bien dans une structure avec un verbe transitif ([N0 [←com(e)→ AQ0] Vtr0 N1]) :

Christine de Pizan, Livre des Trois Vertus, I : 106

Adonc, quoy que son cuer en soit doulent merveilleusement, elle comme sage avisera le meilleur parti […]

que dans une structure avec un verbe intransitif ([N0 [←com(e)→ AQ0] (Vaux + Vn)in0]) :

Adenet le Roi, Enfances Ogier, 2342

Lors prent congié Carahués com senés.

23Marque d’une pesée critique du locuteur, le syntagme a pour fonction de déta­cher discur­sivement un trait inhérent par essence au sujet caractérisé ; apparentant dès lors l’AQ à un caractérisant « autarcique » ou « tautologique » :

Gerbert de Montreuil, Continuation de Perceval, 2490

Aprés mengier Perchevaus s’arme,
Puis monte, si a congié pris.
Li prestrescome bien apris
Le comande a Dieu, si le saigne, […]

Dans cet exemple, come bien apris (‘en homme bien instruit’) traduit une qualité in­trin­sèque à un homme d’église, puisque celui-ci recommande le chevalier à la protec­tion divine (comander a Dieu) et le bénit (seignier) ; actions qui sont constitutives de son état social et de sa fonction. La présence de ce syntagme ne fait rien d’autre que de souli­gner incidemment un trait qui appartient – ou est censé appartenir – de fait à tout prêtre. Si (bien) apris caractérise effectivement prestre(s), il n’en restreint pas pour autant son extension ni n’en accroît sa compréhension : en cela, on peut dire que le syntagme [←com(e)→ AQ0] véhicule ici une caractérisation « autarcique ».

L’occurrence suivante présente une caractéristique similaire. Dans le Saintré, Jehan revêt au moins sept traits qualitatifs le caractérisant à plusieurs reprises : courtois, doux, gracieux, humble, jeune, sage et volontaire. En fonction de l’intention critique, le locuteur opère un choix au sein de l’ensemble de ces « invariants » définissant le héros :

Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, I : 21

« [Je] vous donrroye a compaignon mon propre nepveu, qui est de vostre aaige et chevalier comme je suis ; et je de ce vous en voulroye bien prier. » Saintré, comme tres saiges et courtoiz, de soy meismes fist sa responce et dist : « Mon seigneur messire
En­guerran, il a pleu a Dieu et a ma bonne fortune que mon emprinse […] »

Ici, ce sont les qualités d’extrême perspicacité et de courtoisie qui, incidentes à l’incidence interne de Saintré, sont sélectionnées pour être mises en saillance. Mais pour autant, comme tres saiges et courtoiz n’apporte pas de variable nouvelle, inattendue ou imprévisible, pour qualifier le personnage.

24Enfin, certains indices textuels permettent de valider l’analyse tautologique. Dans l’exemple suivant, l’emploi répétitif antéposé de vaillant est un marqueur de la valeur autarcique de comme preux et sage. En effet, vaillant peut être considéré, dans cette situa­tion, comme revêtant une valeur hyponymique de [←com(e)→ AQ] :

Christine de Pizan, Livre de la mutacion de Fortune,

III, 7 : 5440
Que doit on dire du vaillant
Seigneur Du Chastel, qui vaillant,
Et corps, et pouoir, et lignage
N’espargne, comme preux et sage,
A dalmagier noz ennemis ?

25Dans tous ces cas, [←com(e)→ AQ] est toujours en coalescence avec le N0 qu’il ca­racté­rise ; de sorte qu’il doit être considéré comme une « sous-structure » de celui-ci ; soit : [[N0/(N0)r [←com(e)→ AQ0]SN] [V0 (N1)]]. À partir de là, on peut en conclure qu’il revêt une fonction d’apposition dans la structure prototypique : [[N0 [←com(e)→ AQ0]] V0 Ω].

4. Incidence externe et caractérisation accidentelle

26Le syntagme [←com(e)→ AQ] peut aussi porter sur l’incidence externe du verbe au substantif sujet. Discursivement, il apparaît plus généralement après le verbe ; que ce verbe soit intransitif ([N0 Vin0 [←com(e)→ AQ0]]) :

Chanson d’Antioche, 9399

Et li rois cevalça com coureços et fier,
Toute nuit va pensant sor le col del destrier.

ou transitif ([N0 Vtr0 N1 [←com(e)→ AQ0]]) :

Roman de Renart, Br. III, 4949

Tibert ne fu pas petit liez.
L’endoille prent com afaistiez,
l’un des chiés en met en sa bouche,
puis la balence, si l’atoiche
desor son dous conme senez ;
puis s’en est vers Renart tornez ; […]

Par ailleurs, le syntagme [←com(e)→ AQ] peut être incident à l’incidence externe du syn­tagme verbal au substantif sujet. Discursivement, il apparaît très souvent alors à la suite du verbe transitif (direct ou indirect) et de son ou ses compléments ; soit : [N0 [[V0 N1]sv [←com(e)→ AQsv]]]. Ainsi dans l’exemple suivant, comme bonne et vaillant et sage (‘en femme de bien, valeu­reuse et avisée’), porte sur l’incidence de voloir garder son pucellage (‘vouloir garder sa virginité’) au sujet sous-entendu el du vers pré­cédent :

Guillaume de Machaut, Livre du Voir-dit, 321

[…] Ama Pallas si ardamment
Qu’il la requist de puterie ;
Mais el ne s’i accorda mie.
Ains volt garder son pucellage
Comme bonne et vaillant et sage.
Vulcans long temps la poursui,
Et elle tousjours le fui […]

  • 13 Il existe toutefois de rares cas où il est possible de considérer que l’incidence accidentelle port (...)

27En situation d’incidence externe à une incidence externe, le syntagme a pour fonction de mettre en avant discur­sivement un trait exceptionnel, propre à la si­tuation et à elle seule. Il apporte une variable nouvelle et contextuellement impondé­rable ; apparentant dès lors l’AQ à un caractérisant « accidentel »13 :

Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, 72 : 127, 29

Et quant messire Enguerrant se vist sans hache, comme desesperé tout a cop s’avança et vient Saintré par le corps lyer, et Saintré lui, d’un bras, car de l’autre sa haiche tenoit.

Ainsi, dans cet exemple, comme desesperé traduit certes une conséquence logique liée au coup porté par Saintré, ayant endolori sa main avec le tranchant de sa hache, mais ce syntagme a surtout pour objet de souligner un trait qui est propre à la situation dans laquelle se trouve l’adversaire de Saintré, et non sa qualité, car Messire Enguerrant […] tres vaillant chevalier estoit, fort et puissant, et plus grant de personne que Saintré n’estoit. (126 : 31) C’est bien la situation présente du combat entre les deux champions et la vaillance du héros qui fait qu’Enguerrant se trouve agir en homme désespéré. Comme desesperé caractérise le rapport existant et momentané entre Enguerrant et s’avancer. Il en accroît donc la compréhension. (Par ailleurs, la conséquence directe sera l’attribution par le roi du prix de la victoire à Saintré.) En cela, on peut dire que ce syntagme [←com(e)→ AQ0] véhicule bien ici une caractérisation « accidentelle ».

28Il reste que [←com(e)→ AQ] est toujours, dans ces emplois, en dialescence avec le N0, ou plus exceptionnellement le N1, qu’il caractérise ; de sorte qu’il doit être consi­déré comme une « sous-structure » du verbe ; soit : [N0/(N0)r [V0 (N1) [←com(e)→ AQ0]]SV] ou, plus rarement, [N0/(N0)r [V0 [N1 [←com(e)→ AQ1]]]SV]. À partir de là, on peut en conclure qu’il revêt une fonction d’attribution dans les structu­res prototypi­ques : [[N0 V0 [←com(e)→ AQ0]] Ω] ou [N0 V0 [N1 [←com(e)→ AQ1]] Ω].

5. Désambiguïsation

29Dans la mesure où des contraintes de rythmes et de rimes peuvent entraîner l’antéposition de [←com(e)→ AQ], la nécessité d’inscrire l’analyse dans le contexte est pri­mordiale. Ainsi, une occurrence comme la suivante permet de mesurer la différen­ce qui caractérise la valeur autarcique ou accidentelle de [←com(e)→ AQ] :

Chrétien de Troyes, Chevalier de la charrete, 2368

Quant il vindrent a val les prez,
come sages et atremprez
li filz au vavasor parla :
« Sire, […] »

Dans cette structure [[QTps] [←com(e)→ AQ] [N0 → N1 V0]], la différence dé­pend de l’incidence de [←com(e)→ AQ]. Si l’incidence de [←com(e)→ AQ] porte sur l’incidence interne de N0, sa valeur est autarcique, et cela correspond alors à une qua­lité appliquée intrinsè­quement. La structure est syntaxiquement analysable en [[N0 [←com(e)→ AQ]] V0 → N1]. L’ensemble pourrait se traduire ainsi : le fils, en homme sage et maître de lui, parla au vavas­seur : « Seigneur, … » et est glosable par « puisque c’est sa nature d’être sage et maître de lui », « puisque la sagesse et le contrôle de soi sont des qualités inhérentes, constitutives, caractéristiques et définitoires du personnage (pour le locuteur, le narrateur, les autres personnages…) » Enfin, l’antéposition – en français contemporain – est un trait confir­mant la fonction d’épithète détachée de [←com(e)→ AQ]. Mais si l’incidence de [←com(e)→ AQ] porte sur l’incidence de V0 à N0, sa valeur est accidentelle, et cela correspond alors à une qualité attribuée extrinsèquement, discursivement ou tempo­rairement. La structure est alors syntaxiquement analysable en [N0 [V0 [←com(e)→ AQ]] → N1]. L’ensemble pourrait se traduire ainsi : le fils parla en homme sage et maître de soi  au vavasseur : « Seigneur, … » et est glosable par : « le contenu de la prise de parole témoigne de la sagesse et de la maîtrise de soi du personnage », « les paroles que le personnage énonce sont empreintes de sagesse et de maîtrise de soi (pour le locuteur, le narrateur, les autres personnages…) » Enfin, l’antéposition – si elle tout à fait possible en AF – ne l’est plus en français contemporain. Or, étant donné que le fils du vavasseur dont il est question dans le texte est un chevalier (vv. 2245, 2259), c’est l’incidence de [←com(e)→ AQ] à l’incidence interne de N0 et la valeur autarcique qui doivent être privilégiées.

6. Verbes « attributifs » et tour quasiceptif

30La structure avec com(e) suivi d’un caractérisant postposée à un verbe attributif constitue un cas particulier.

31Le corpus a permis de relever 31 occurrences de verbes « attributifs » associés à [←com(e)→ AQ] : estre (19 occ.), demorer (7 occ.), devenir (4 occ.) et tenir (1 occ.). Si la répar­tition diachronique de ces verbes est relativement homogène, une très grande majorité d’entre eux (20 occ.) revêt le trait négatif :

Passion d’Autun : Passion de Biard, [182] 302

Or parle judas es Juifz.
Seigneurs, entendés ma paroles
Et ne la tenés pas comme foules :
Quar nostre loy moult fort s’en va en abaissant,
De jour en jour enn ampirant.

C’est sur­tout l’expression déprécia­tive du jugement et du sentiment qui transparaît avec des caractérisants comme esperdu (Mistére du Vieil Testament, V-XXXIX : 37022), desconforté (‘désolé’), forsené (Guil­laume de Digulleville, Pélerinage Jhesucrist, 4085 et 7824) ou enchanté (‘ensorcelé’) :

Douin de Lavesne, Trubert, 2916

Quant trestout li a raconté
de chief en chief la verité,
la pucele mout se merveille :
« Deus, fet elle, car me conseille !
Ausi sui com toute enchantee. »
Et Trubert l’a reconfortee :
« Damoisele, n’aiez esmai.
Faites ce que je vos dirai
si seroiz mout bien conseillie. […] »

Dans cet exemple, la présence du syntagme com toute enchantee souligne explicitement un trait qui appartient de fait, selon l’énonciateur, au locuteur. La jeune fille ne dit rien d’autre que ce qu’elle ressent dans l’instant de l’énonciation : désorientée par la connaissance de la vérité, au point de risquer d’en perdre la tête, elle vit et éprouve tous les symptômes de l’affolement, tout en affirmant à Trubert, vu la dangerosité d’une telle assertion, qu’il n’en est rien à l’accoutumée. Dès lors, (toute) enchantee, à la valeur sémantique amoindrie, caractérise le je (sous-entendu), mais intrinsèquement l’extension de celui-ci n’en est pas restreinte ni sa compréhension accrue.

32En cela, la structure [←com(e)→ AQ0], quand elle est conjointe à un verbe attributif, véhicule une caractérisation « autarcique » et il est possible de la considérer comme quasiceptive (v. J. Damourette & Ed. Pichon, 1971 : 388-390). Le rapport d’équivalence (la similitude) entre N0 et AQ0, établi par la copule dans le seul instant de l’énonciation, est destiné à être simulé, dénoncé, voire renié, et à être reçu comme tel par l’allocutaire. C’est pour cette raison que [←com(e)→ AQ0] est susceptible d’équivaloir à « N0être, mais pas tout à fait/mais presque, AQ0 ».

33Dans les cas où [←com(e)→ AQ] est associé à un verbe attributif, il est toujours en coalescence avec celui-ci ; soit : [N0/(N0)r [Vatt [←com(e)→ AQ0]]SV] ou, plus rarement, [N0/(N0)r [Vatt [N1 [←com(e)→ AQ1]]]SV]. À partir de là, on peut en conclure que ce syntagme revêt une fonction d’attribut dans les structu­res prototypiques : [[N0 Vatt [←com(e)→ AQ0]] Ω] ou [N0 Vatt [N1 [←com(e)→ AQ1]] Ω]. Cependant, l’usure de l’implicite, l’alternance potentielle avec Ø et le principe d’endosmose diachronique (v. Th. Ponchon, 1998) vont entraîner le figement et la disparition de la création par adjonction adjectivale de [Vattcom(e)→ AQ] à l’extrême fin du MF.

IV. Conclusion : com(e) « prépositionnel »

34Cette étude confirme le fait que la structure [←com(e)→ AQ] parcourt tout le français mé­diéval, même si elle tend progressivement à disparaître dès le second tiers du XVe siècle. Elle a permis de révéler la complexité de l’analyse de ce syntagme et de sa portée caractérisante, ainsi que l’importance du rôle de l’incidence, jusqu’à délimiter des liens entre incidence interne et caractérisation autarcique, incidence externe et caractérisation accidentelle et incidence externe et caractérisation autarcique avec les verbes attributifs.

35Les em­plois de com(e) préposé à un AQ situent ainsi sa saisie morpho­génétique entre celle d’adverbe en locution comparative et celle de conjonction tempo­relle/ causale. Sa valeur est si abstraite qu’il en vient à atteindre le statut de préposition et à se présenter comme venant combler un diastème. Toutefois, au sein de cette saisie « prépositionnelle », l’étude a tenté de mettre en lumière l’existence distincte de deux sous-saisies ; celle pour la­quelle com(e), suivi d’un verbe attributif, acquiert un sens appro­chant de presque et celle pour laquelle, suivi d’un verbe non attributif, il possède le sens d’en qualité de. La ten­dance diachronique montre qu’il y a progressivement
dis­parition de la seconde sous-valeur (C4b) et maintien résiduel et figé de la première (C4a) ; ce qui conforterait le fait qu’historiquement, pour le micro-système de comme, s’est bien opéré, dès le début du MF, un mouvement en endosmose (Th. Ponchon, 1994 : 360-361 ; 1998 : 343-346).

36Suivi d’un AQ, le morphème polysémique com(e) semble s’inscrire ainsi dans le schéma constructeur général :

37Pour poursuivre et affiner encore, il conviendra d’aborder précisément les champs lexicaux privilégiés des caractérisants introduits par com(e), ainsi que les caté­gories de tous les verbes introducteurs, et d’analyser d’autres cas pour lesquels la saisie semble approchante : ceux de com(e) intro­duisant un antécédent générique d’une rela­tive dé­termi­native (Ph. Mé­nard, 1976 : 224), de com(e) « énumératif » (au sens de ‘c’est-à-dire’) ou de com(e) associé à ne… rien… (R. Martin & M. Wilmet, 1980 : 29).

38Cette étude d’une structure très particulière et propre au français médiéval dans bien des aspects met en lumière la difficulté à saisir l’intégralité de com(e), à travers la richesse foisonnante de ses emplois et de ses valeurs, et montre combien son évolu­tion historique est complexe, mais passionnante.

Haut de page

Bibliographie

Base Électronique Champion (Éditions Honoré Champion Électroniques) : http://www.champion-electronique.net/bases/index.php (accès restreint disponible par les réseaux des bibliothèques universitaires).

Brøndal, V. (1950), Théorie des prépositions, Copenhague, Ejnar Munksgaard.

Brunot, F. (1936), La Pensée et la langue. Paris, Masson, 3e éd.

Buridant, Cl. (2000), Grammaire nouvelle de l’ancien français. Paris, SEDES.

Cadiot, P. (1997), Les prépositions abstraites en français. Paris, A. Colin.

Cervoni, J. (1991), La préposition. Étude sémantique et pragmatique. Louvain, Duculot.

Constantin de Chanay, H. (2001), « Incidence adverbiale et implicite. » In : Carvalho (de –), P. & coll. (éds), La psychomécanique aujourd’hui. Paris, Champion : 277-294.

Damourette, J. & Ed. Pichon (1968), Des mots à la pensée. Tome II. Paris, D’Artrey.

– (1971), Des mots à la pensée. Tome VII. Paris, D’Artrey.

Foulet, L. ([1919] 1977), Petite syntaxe de l’ancien français. Paris, Champion, 3e éd.

Frei, H. (1929), La grammaire des fautes. Paris, Geuthner.

Gamillscheg, E. (1957), Historische französiche Syntax. Tübingen, Niemeyer.

Grevisse, M. (1975), Le Bon Usage, Gembloux, Duculot, 10e éd.

Guillaume, G. ([1944] 1991), Leçons de linguistique 10 : esquisse d’une grammaire descriptive de la langue française II. Lille, PU Lille & Québec, PU Laval.

– ([1948] 1982), Leçons de linguistique 3 : grammaire particulière du français et grammaire générale IV. Québec, PU Laval.

– ([1956] 1982), Leçons de linguistique 5 : systèmes linguistiques et successivité historique des systèmes II. Lille, PU Lille & Québec, PU Laval.

Halmøy, O. (1998), « Comme : adverbe, conjonction… et préposition ? » In : Analyse linguistique et approches de l’oral. Mélanges Claire Blanche-Benveniste. Orbis Supplementa 10 : 221-228.

Heistov, P. & Y. Kroumova (1982), « Les fonctions de comme. » In : Revue roumaine de linguistique 27-1.

Ilinski, K. (2003), La préposition et son régime. Paris, Champion.

Jensen, F. (1990), Old French and Comparative Gallo-Romance Syntax. Tübingen, Niemeyer.

Kuyumcuyan, A. (2006), « Comme et ses valeurs : le point de vue historique (XIVe-XVIe siècles). » In : Langue française 149 : 113-126.

Laroche, Ch. (1882), La préposition et son complément. Mons, Manceaux.

Le Bidois, G. & R. (1971), Syntaxe du français moderne. Paris, Picard, 2e éd.

Le Goffic, P. (1993), Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette.

Léard, J-M. & M. Pierrard (2003), « L’analyse de comme : le centre et la périphérie. » In : Hadermann, P. & coll. (éds), La Syntaxe raisonnée. Bruxelles, De Bœck-Duculot : 203-234.

Lerch, E. (1925), Historische französiche Syntax. Tome I. Leipzig, Reisland.

Lowe, R. (2007), Introduction à la psychomécanique du langage I. Laval (Québec), PU Laval.

Mantchev, Kr. (1976), Morphologie française. Sofia, Nauka i Izkustvo.

Marchello-Nizia, Chr. (2006), Grammaticalisation et changement linguistique. Bruxelles, De Boeck-Duculot.

Martin, R. & M. Wilmet (1980), Manuel du français du moyen âge : 2. Syntaxe du moyen français. Bordeaux, SOBODI.

Melis, L. (2003), La préposition en français. Gap, Ophrys.

Ménard, Ph. (1976), Manuel du français du moyen âge : 1. Syntaxe de l’ancien français. Bordeaux, SOBODI.

– (1997), « Remarques sur certains emplois de com(me) en ancien français. » In : Kleiber, G. & M. Riegel (éds), Les Formes du sens. Mélanges Robert Martin. Louvain, Duculot : 257-267.

Moignet, G. (1974), Études de Psycho-systématique française. Paris, Klincksieck.

– (1979), Grammaire de l’ancien français. Paris, Klincksieck.

– (1981), Systématique de la langue française. Paris, Klincksieck.

Muller, Ch. (1977), Principes et méthodes de statistique lexicale. Paris, Hachette.

Pierrard, M. (2002), « Comme préposition ? Observations sur le statut catégoriel des prépositions et des conjonctions. » In : Travaux de linguistique 44 : 69-78.

Ponchon, Th. (1994), Le verbe ‘faire’ en français médiéval. Genève, Droz.

  – (1998), « Les emplois de com(e) en français médiéval. » In : Leeman, D. & A. Boone (éds), Du percevoir au dire. Paris, L’Harmattan : 319-350.

Portine, H. (1996), « Représentation de la diversité des sens et des chaînons dans l’EGLF de Damourette et Pichon : le cas de comme » In : Langages 124 : 85-112.

Rees, G.O. (1971), « Comme dans les phrases du type Il était comme fou. » In : Neuphilologische Mitteilungen 72 : 20-29.

Riegel, M., J-Chr. Pellat & R. Rioul (1994), Grammaire méthodique du français. Paris, PUF.

Sayce, R. (1970), Style in French prose: a method of analysis. Oxford, Clarendon Press, [1re éd. 1953].

Valin, R. (1987), « L’incidence interne : une évidence ? » In : Mélanges Molho, Les cahiers de Fontenay (ENS Fontenay/Saint-Cloud) 46-48 : 371-385.

Verjans, T. (2009),  Essai de systématique diachronique : genèse des conjonctions dans l’histoire du français (9e-16e siècles). Thèse de doctorat, Université de Paris-Sorbonne, n.diff.

Wartburg, W. (von –) & P. Zumthor (1958), Précis de syntaxe du français contemporain. Bern, Francke, 2e éd.

Wielemans, V. (2005), « L’évolution de comme et comment : le témoignage des grammairiens et des dictionnaires de l’époque. » In : Cercle de linguistique appliquée à la communication (CLAC) 22, 35 pages (www.ucm.es/info/circulo/no22/wieleman.htm).

Haut de page

Notes

1 La présente analyse s’appuie sur la base de données électronique Honoré Champion (BÉHC). Nous y renvoyons donc pour les références bibliographiques des œuvres médiévales servant de support. Néanmoins, n’ont été retenues que l’édition la plus récente et la variante éventuelle du manuscrit considérée comme la plus stable et la plus sûre. De plus, l’étude se limite aux œuvres allant du début de l’ancien français jusqu’au début du XVIe siècle ; dans la mesure où cette période mar­que (même fictive­ment) la limite généralement admise de l’époque littéraire médié­vale. Le corpus ainsi délimité a permis de retenir 19 582 occurrences de com(e), parmi lesquelles 607 présentent un emploi avec caractérisant adjectival. Même s’il convient de relativiser les conclusions, notamment parce que le corpus BÉHC est composé de textes relevant quasi exclusivement des domaines romanesque, poétique et théâtral ; on peut néanmoins considérer que l’ensemble présente une image relativement certaine : l’intérêt dans l’analyse lexicale n’étant pas tant dans les pourcentages que dans les écarts réduits. Pour les principes de l’analyse statistique lexicale, voir Ch. Muller (1977) et Th. Ponchon (1994 : 9-10) : tout écart réduit (éc.r.) en deçà de -2 et au-delà de +2 est considéré comme significatif.

2 Sur la notion d’incidence et son statut, v. notamment G. Guillaume ([1944] 1991 : 82 ; [1956] 1982 : 141), R. Valin (1987), H. Constantin de Chanay (2001 : 277-294) et K. Ilinski (2003 : 34-90).

3 Cf. Cl. Buridant (2000), où [←com(e)→ AQ] ne semble pas avoir donné lieu à commentaire.

4 Cette conception est reprise et analysée par T. Verjans (2009) sous le terme d’espaces catégoriels.

5 Ce qui n’est à l’évidence pas le cas, lorsque se présente un substantif à déter­mination Ø précédé de com(e), alors conjonction comparative.

6 Cf. V. Brøndal (1950 : 13), pour qui la préposition est « le moyen le plus simple dont la langue dispose pour exprimer la relation » ; définition qui n’est pas sans rappeler celle de Dumarsais, reprise par Girault-Duvivier et Ch. Laroche (1882 : 5).

7 Par ailleurs, ils mettent en avant la parenté entre [←com(e)→ AQ] et la négation rectrictive ne… que… (qu’ils nomment « tour uniceptif »).

8 Ravi := ‘émerveillé, charmé, sous le charme’.

9 ‘Et moi qui, après tant de souffrances, étais resté (comme/presque) désespéré et pris de défaillance, je ne pouvais pas graver ses paroles dans mon esprit, ni les recevoir de bonne manière.’

10 Cette remontée est même confirmée par la présence fréquente dans le corpus (35 % des occ.) de tout – incident à l’incidence externe de l’AQ (cf. Guillaume de Machaut, Livre du Voir-dit, 160 et Guillaume de Machaut, Dit dou Lyon, 776).

11 Hormis certaines occurrences dans le Roman de Renart, où logiquement le N0 est un animé animal, rares sont les cas où le sujet n’est pas un animé humain (cf. Mistére du Vieil Testament, 690).

12 Généralement placé après, il existe antéposé au sujet (v. Mystère de la Résurrection, I-1 : 4020).

13 Il existe toutefois de rares cas où il est possible de considérer que l’incidence accidentelle porte exclusivement sur le substantif. C’est le cas dans les didascalies :

Première Continuation de Perceval, ms. T, [6220]
l'enchanteres  come dolans

De tost fuïr n'est mie lans,
Mais ainc puis ne cesse ne fine
Des qu'il pot veoir la roïne […]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Ponchon, « Incidences et valeur prépositionnelle de com(e) suivi d’un adjectif qualificatif en français médiéval », Linx, 58 | 2008, 177-196.

Référence électronique

Thierry Ponchon, « Incidences et valeur prépositionnelle de com(e) suivi d’un adjectif qualificatif en français médiéval », Linx [En ligne], 58 | 2008, mis en ligne le 16 février 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://linx.revues.org/339 ; DOI : 10.4000/linx.339

Haut de page

Auteur

Thierry Ponchon

Université de Reims & EA 4089 CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org