Navigation – Plan du site
II. Diachronie

Évolution des emplois du segment comme N en ‎diachronie

Mélanie Morinière
p. 163-176

Résumés

En partant du classement de Gautier & Morinière (ce numéro) et en nous appuyant sur plusieurs corpus, nous dessinons dans cet article la filiation historique entre les différentes constructions de la forme comme + nom sans déterminant sur toute la période du français (du 9e au 20e siècle). Nous proposons des analyses des changements d’emplois observés, qui s’appuient sur les théories récentes du changement sémantique et de la grammaticalisation développées notamment par Heine et al. (1991) et Traugott (2003).

Haut de page

Texte intégral

1Cet article constitue en quelque sorte une annexe à l’article « L’interprétation des segments comme N : invariants sémantiques et facteurs contextuels » (Gautier & Morinière, ce volume, pp. 119-138). Nous essayons, à partir de différentes études de corpus, de dessiner la filiation historique entre les différents types emplois de comme N  dégagés dans l’article précédent. Nous présentons un travail en cours, de nombreuses remarques doivent donc être prises comme des hypothèses qui demandent à être vérifiées, ou modifiées, par de plus amples recherches sur corpus.

I. Ancien français : comme N, complément de manière/conformité et marqueur de rôle

2L’étude de l’ensemble des occurrences des segments com(e) + Nom sans déterminant des textes d’ancien français (9e-13e s.) de la Base de Français Médiéval (BFM) montre que dans la plupart des énoncés, com(e) N fonctionne comme un complément de manière/comparaison : (comme com€ suivi d’un SN avec déterminant ou d’une proprosition) : com(e) cheville deux prédications autour d’une identité de manières (1) (2), ou bien, quand le segment introduit par com(e) porte sur la phrase en entier et non le prédicat, autour de l’identité de caractéristiques plus vagues, de circonstances (3), comme nous l’avons exposé dans un article précédent (Morinière, 2008a).

(1) Tient Durendal, cume vassal i fiert. (Chanson de Roland)
« Il tient Durendal, il frappe en brave/comme un brave/*comme brave. »

(2) […] ne se contint pas come sires (G. de Dole, Le roman de la Rose)
« Il ne se comporta pas en seigneur/comme un seigneur/*comme seigneur »

(3) […] recevoir les biens du mort comme executeurs ou comme oirs (Ph. de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis)
 « […] recevoir les biens du mort comme exécuteur ou comme héritier. »

3On peut gloser (1) par  « Il frappe comme on s’attend à ce que lui qui est brave frappe », c’est-à-dire « la manière de frapper est conforme à ce qui est attendu de lui étant donné sa qualité de brave » ; et (3) par « recevoir les biens du mort comme moi qui suis exécuteur doit les recevoir » (l’événement est conforme à l’événement qui doit être selon une loi naturelle ou sociale).

4A la place de N, on peut d’ailleurs avoir un autre syntagme dénotant une qualité, un SN défini (4) (5), un SAdj. (6), ou un SN avec relative (7).

(4) […] l’héritage que je doi avoir par droit et par reson comme le plus prochiens (Ph. de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis)
« […] l’héritage que je dois avoir par droit et par raison comme le parent le plus proche »

(5) Cunseilez mei cume mi saive hume. (Chanson de Roland)
« Conseillez-moi comme mes sages hommes doivent le faire. »

(6) - Par la char Dieu, tu diz que sages, con preuz et con bien apansez (J. de Meun, Le roman de la Rose)
« Par la chair de Dieu, tu parles comme un homme sage, comme un homme de bien/*comme sage »

(7) Ele respont comme cele qui estoit liee de ceste aventure que Dex li avoit envoiee : « … » (La mort le roi Artu)
« Elle répond comme celle qui était heureuse de cette aventure que Dieu lui avait envoyée »

5Mais dans quelques occurrences, com(e) N intra-prédicatif n’indique pas une manière de prédicat, comme le montre l’impossibilité de la glose (8’).

(8) Entent a moi de par Ethïoclés le roi qui m’a tramis ci conme espie (Roman de Thèbes)
« Ecoute moi de la part d’Ethéocle le roi qui m’a envoyé ici comme espion. »

(8’) #de la part d’Ethéocle qui m’a envoyé ici comme on s’attend à ce qu’on envoie un espion/conformément à ma qualité d’espion

  • 1 Nous avons trouvé un exemple dans lequel comme SN n’est pas un complément de manière/conformité (im (...)

6Il indique une propriété, la plupart du temps précisément le rôle/la fonction1, d’un argument (le référent de m’) au cours du procès. Il fonctionne comme un attribut, il ressemble à por N, expression la plus courante de l’attribut en ancien français (9) (voir Morinière, 2008b).

(9) Gui d’Alemaigne m’enveie por message (Couronnement de Louis)
« Gui d’Allemagne m’envoie comme messager. »

  • 2 La traduction est la nôtre.

7Dans un article de typologie des langues, M. Haspelmath et K. Buchholz (1998 : 321) notent que dans beaucoup de langues du monde, le marqueur de rôle (« role-phrase »), morphème qui « exprime le rôle ou la fonction avec lequel un participant apparaît [dans le procès] »2est un morphème qui exprime (ou a exprimé) la comparaison similative (angl. as, all. als, etc.). Mais ils ne développent pas d’explication précise sur la filiation entre ces deux emplois. Il nous semble qu’on peut faire l’hypothèse d’un changement sémantique par inférence contextuelle, selon le modèle exposé notamment dans Heine et al. (1991) et Traugott (2003).

8Dans certaines occurrences de comme X complément de manière/analogie, X est interprété comme une propriété d’un argument Y de la prédication en raison du contexte ou de connaissances encyclopédiques. En (2), par exemple, le lecteur sait par le contexte que le référent de il est un seigneur. « Y est X » est donc une inférence conversationnelle associée à certaines occurrences de comme X. Dans une occurrence comme (7), l’inférence est conventionalisée. En effet si dans les énoncés (1) à (5) le segment com(e) SN/SAdj pourrait aussi bien être interprété comme un syntagme comparatif générique (« comme le ferait un seigneur, ce qu’il n’est pas »)  que comme une comparaison impliquant l’identité (« comme le seigneur qu’il est »), en (7) en revanche, la concordance des temps entre la proposition principale et proposition relative implique « elle est (celle qui est) heureuse de cette aventure… ».

9L’occurrence (8) illustre la troisième étape du changement par inférence contextuelle : com(e) N apparaît dans un contexte incompatible avec son sens premier de manière de prédicat/analogie ; « N désigne une propriété d’un argument du procès », qui n’était auparavant qu’une inférence ajoutée au sens premier, est désormais le sens principal de l’expression. Précisons qu’il ne faut pas entendre le terme «  étapes » au sens d’une chronologie : les trois types d’occurrences existent de façon concomitante en ancien français.

10Remarquons également une spécialisation de comme N en diachronie, qui s’écarte progressivement du complément de manière/conformité : en français moderne, comme N et comme SAdj ne peuvent exprimer une manière de prédicat, comme le montrent l’astérisque dans les traductions modernes des exemples (1), (2) et (6) ; l’expression de la manière est réservée à en N et comme un N (qu’il est).

II. Extension des emplois de comme N en périphérie gauche à partir du 18e siècle

11Nous avons mené une autre étude sur des occurrences de comme N en périphérie gauche sur la période 13e – 19e siècles, à partir de la Base Textuelle du Moyen Français et de Frantext. Ces bases n’étant pas catégorisées avant le 19e siècle, nous ne pouvions pas lancer de recherche directement sur le segment comme N. Nous avons donc relevé les occurrences de comme (avec ses diverses orthographes possibles) précédé d’une ponctuation « assez forte » (autre qu’une virgule) et suivi d’un mot puis d’une virgule, ce qui donne un formule de recherche du type [(.| ?| !| ;| :) (com|come|cum|cume|conme|comme) X,], puis nous avons trié les segments comme N non comparatifs. Il ne s’agit donc pas d’un relevé exhaustif des occurrences de comme N en périphérie gauche de la période, puisque nous n’avons que les segments détachés en position initiale (mais pas ceux où comme N est précédé d’un mot coordonnant par exemple), que nous n’avons pas les segments en périphérie gauche après virgule, ni les segments comme Adj. N. Mais notre relevé permet déjà de faire des constatations intéressantes et de formuler des hypothèses.

12Le petit nombre d’occurrences de comme N initial relevé avant le 18e siècle reçoit toujours une interprétation causale. Comme N peut être traduit par étant N.

(10) puis que tu li es mére, tu li peuz conmander, car il, conme filz, ne te osera riens refuser. (Miracle de l’empereris de Romme, 1369)

13Plusieurs comme N peuvent être mis en contraste comme autant de « facettes » de l’individu.

(11) Voir est, Diex est et homme ensemble;
Et si est espoux, filz et pére.
A qui? a sa fille et sa mére:
C’est a la vierge dont nasqui.
Conme filz, tant conme il vesqui
Cy aval, li obeissoit;
Conme pére, la norrissoit;
Conme espoux, de foy la vesti,
Quant elle a croire s’ assenti
Ce qui ne pouoit par nature
Avenir: c’est que creature
Se daigna le createur faire; (Miracle de saint valentin, 1357)

(12) […] et des liaisons intimes, que nous devons avoir à Iesvs-Christ nostre seigneur, homme  et Dieu tout ensemble, et qui est souverain, et tellement souverain qu’il est redempteur et chef de la nature humaine. Comme souverain, nous devons vivre sous ses loix : comme redempteur, nous devons vivre sous ses volontez : comme chef, nous devons vivre par son esprit, par son mouvement et par son influence. (P. Bérulle. Discours de l’estat et des grandeurs de Jésus par l’union ineffable de la divinité avec l’humanité, 1623)

14Mais nous avons trouvé à partir du 18e siècle des énoncés dans lesquels deux ou plusieurs comme N en périphérie gauche permettent de distinguer plusieurs facettes de l’individu sans qu’il y ait de relation causale d’implication entre PRED (comme N) et la prédication principale, comme le montre l’impossibilité de la paraphrase étant N.

 (13) César conquérant et César politique sont deux hommes : la fortune le mena plus loin qu’il ne pensoit aller ; comme conquérant (*étant conquérant), le fer et l’activité furent ses seules armes ; comme politique, il semble avoir trouvé les sources de l’ or. (Mirabeau, 1755)

(14) [à propos de Louis XIV] Si on l’examine du côté des talens, il avoit un coup-d’œil sûr. […] Il eut des connoissances sur le gouvernement : mais […] son administration fut toujours entraînée par le cours violent des affaires. Comme guerrier, il fut éclipsé par ses sujets. (A.L. Thomas, 1773)

15La relation entre les deux prédications est une relation de pertinence, comme N sert de cadre, de repérage, à la prédication qui suit : « à propos de César conquérant, on peut dire P ;  à propos de César politique, P’ ». Comme N limite la validité de la prédication qui suit ou non (voir Gautier & Morinière, ce volume). Il peut être mis en parallèle avec un circonstant de domaine, comme du côté des talens en (14).

III. Développement de comme N de type « extraction » (19e siècle)

16Dans ce même corpus, jusqu’au 19e siècle, toutes les occurrences de comme N relèvent du type que nous avons appelé « catégorisation »  dans Gautier & Morinière (ce volume) : comme N se rapporte à un support topique, la prédication seconde PRED(comme N) est de type « X est N » (dans l’exemple (14), (« Louis XIV est un guerrier »). Nous n’avons trouvé des occurrences du type « extraction » qu’à partir de la toute fin du 18e siècle : en (15) et (16), le support X de comme N (cent louis par mois, des curieux…) est focus, PRED(comme N) est de type « Le N, c’est X » (« l’argent, ce sera cent louis par mois » ; « l’auditoire, c’étaient des curieux… »)

(15) Comme argent,  j’aurai cent louis par mois pour nos quatre mois de cette année. (G. de Staël, Correspondance)

(16) L’ un des plus puissants consistait en des conférences qui se tenaient le soir, à la lueur de cent bougies, dans une salle située rue Taitbout. Comme auditoire, on y voyait des curieux venus de tous les coins de Paris, des ouvriers, des grisettes, des artistes, des gens du monde, une société un peu mêlée, mais fort originale. (Reybaud)

17On ne peut conclure à partir de ce seul corpus que le type « extraction » n’existe pas avant le 19e siècle. Il faudrait examiner un corpus d’occurrences de comme N dans d’autres positions. Mais deux indices concordants semblent indiquer cependant que ce type apparaît après le type « catégorisation » : 1) Dans notre corpus d’ancien français (9e-12e s.), pour lequel nous avons relevé tous les segments introduits par comme, quelles que soient leurs positions, nous n’avons trouvé aucune occurrence de type « extraction ». 2) Une rapide étude de corpus nous a montré que le prédicat complexe avoir comme NX, dans lequel comme N est toujours de type « extraction » (17) ne s’est développé aux dépends de avoir pour NX qu’aux 19e et 20e siècles (voir Morinière, 2008b).

(17) J’ai comme (pour) seul compagnon (N) un vieux chat (X) → Mon seul compagnon (N), c’est un vieux chat (X)

  • 3 Il serait très intéressant de vérifier cette remarque en étudiant les emplois des morphèmes de comp (...)

18D’autre part, dans d’autres langues, le morphème employé comme marqueur de rôle/fonction (« catégorisation »), issu du morphème de comparaison similative, ne peut être employé pour exprimer une extraction, comme le montre (18) pour l’anglais as3, ce qui nous amène à penser que le type « extraction » est en français une extension d’emploi de comme N assez récente à partir de comme N marqueur de rôle, par modification de la structure informative de la relation prédicative.

(18) I was looking for a driver and a cook. *As a cook, I took a guy my mother knew, but I haven’t found a driver.
« Je cherchais un chauffeur et un cuisinier. Comme cuisinier j’ai embauché un type que ma mère connaissait, mais je n’ai pas trouvé de chauffeur. »

IV. Comme N circonstant de domaine et marqueur de topicalisation (19e-20e siècles)

1. Description

19Dans sa correspondance, à la toute fin du 18e siècle, G. de Staël fait un emploi de comme N nouveau, d’après nos recherches, qui se développe ensuite au 19e siècle, mais qui disparaît quasiment au cours du 20e siècle :

(19) Il ne faut pas vis-à-vis d’eux faire aucun arrangement pour elle. Cela vous compromettrait comme argent. (G. de Staël, Correspondance)

(20) Charlotte ne veut entrer pour rien dans celles de mes dépenses qui ne sont pas le strict nécessaire, et veut me faire payer ses fantaisies, ce qui aboutirait à me mettre dans sa dépendance comme argent. (Benjamin Constant, Journaux intimes)

(21) Je vous envoie Jocelyn, le dernier poème de La Martine. Comme art, ce n’est pas un chef-d’oeuvre, mais comme sentiment, c’est adorable. (G. Sand, Journal)

(22) Comme homme, je ne vous trouve pas mal. Reste à savoir ce que vous êtes comme cœur, comme caractère et comme habitudes. (Maupassant, Contes et Nouvelles)

20Dans ces exemples N n’est pas lié à un argument X de la phrase dans un rapport d’inclusion « entité/catégorie », autrement dit la prédication sous-jacente n’est pas « X est N » ou « Le N c’est X » : en (15), cent louis par mois relève de la catégorie {argent}, mais en (19), ni le référent de cela (qui reprend faire un arrangement) ni celui de vous ne peuvent être compris comme des membres de la catégorie {argent}. De même en (21), le dernier poème de Lamartine n’est pas du sentiment, et si en (22), le référent de vous est un homme, il n’est pas un cœur, un caractère, des habitudes. Le dernier poème de Lamartine a du sentiment, le référent de vous a un cœur, un caractère et des habitudes particulières.

21Le rapport entre N et l’argument X qui apparaît comme le support est souvent un rapport de type méronymique : N désigne un objet (arbres, montées et descentes en (23)) ou plus souvent une qualité que possède (ou non) X ; plus précisément, N désigne un ensemble d’objets ou un domaine de qualité (en intension) dont X est dit posséder un élément : en (21) le poème de Lamartine possède une certaine qualité relevant de la catégorie {sentiment}.  

 (23) La route de Concarneau à Fouesnant doit être ravissante, comme arbres, comme montées et descentes. (Flaubert, Par champs et par grèves)
→ la route de Concarneau à Fouesnant possède des arbres, des montées, des descentes.

22Le rapport entre N et X peut aussi être plus libre et plus difficile à qualifier :

(24) Mais comme tableaux, comme statues, comme seizième siècle, Rome est le plus splendide musée qu’il y ait au monde. (Flaubert, Correspondance)

23Tableaux et statues sont liées à Rome par méronymie (« Rome a des tableaux et des statues »), mais pas seizième siècle (« # Rome a un seizième siècle »).

24Dans certaines occurrences, le référent de N n’est lié sémantiquement à aucun argument du procès :

(25) Il est donc dans mes intérêts comme bienséance, et comme argent que tu [son frère] comparaisses. Comme bienséance, si mon frère me refusait sa présence dans un tel moment, on se demanderait si je le renie, ou si je suis reniée par lui. Comme argent, les lenteurs, le grand nombre des témoins, et au pis aller, l’affaire portée à Bourges me causeraient double dépense, au lieu qu’avec de l’accord, de la promptitude et point de bruit, le jugement sera prononcé dans peu de temps et je n’aurai pas 2000 f de frais. (G. Sand, Correspondance)

25Dans la première phrase les référents des noms bienséance et argent peuvent être rapportés au référent de mes intérêts (ou simplement au référent impliqué par mes, c’est-à-dire l’auteure), mais dans le reste de l’énoncé, bienséance et argent des syntagmes en comme périphériques ne sont liés à aucun argument. Il y a seulement un rapport de pertinence entre le référent de N et l’énoncé qui suit : « En ce qui concerne la bienséance, je dis P. En ce qui concerne l’argent, je dis P’ ». Comme N fonctionne comme une sorte de titre détaché syntaxiquement de la prédication qui suit. De même, en utilisant comme fortune et comme affaire de ménage en (26) et (27), G. de Staël organise par domaines de la vie quotidienne ce qu’elle a à dire à son mari.

(26) Et comme fortune, la loi sur les émigrés n’étant point exécutée à Saint-Domingue et concernant d’ ailleurs beaucoup plus la comtesse Louise que vous, il est trop heureux que vous soyez débarrassé de vos dettes. (G. de Staël, Correspondance)

(27) Comme affaire de ménage, il me faut votre linge ici pour monter ma maison. (G. de Staël, Correspondance)

(28) Ses affaires privées n’avaient pas fait grand chemin comme amour et comme fortune. Comme amour, la seule femme qu’il eût aimée était Mme Bonacieux, et Mme Bonacieux avait disparu sans qu’il pût découvrir encore ce qu’elle était devenue. Comme fortune, il s’était fait, lui chétif, ennemi du cardinal, c’est-à-dire d’un homme devant lequel tremblaient les plus grands du royaume, à commencer par le roi. (Dumas père, Les trois mousquetaires, 1844)

26Cet emploi de comme N sans relation « X être N » (« X est un N » ou « Le N, c’est X »), assez courant au 19e siècle, surtout, selon nos relevés, dans les correspondances, journaux intimes et récits de voyage, écrits de registre courant, a quasiment disparu au cours du 20e siècle. Il est encore fréquent chez Proust ou Céline, mais dans les textes du 20e siècle les occurrences relèvent presque toutes d’un même schéma relativement figé [appréciation de X du point de vue de sa qualité N] :

 (29) C’est vivace [caractérisation/appréciation] un régiment, comme couleur et comme cadence, ça se détache bien sur le climat... (Céline)

27Dans la base Frantext, après 1970, on en a trouvé seulement quatre occurrences, dont trois chez le même auteur, P. Cauvin. Elles apparaissent dans des énoncés de registre plutôt familier et présentent toutes un prédicat de caractérisation/appréciation, comme est plus sexuelle en (30).  

(30) Jeanine est mieux que maman, comme femme, elle est plus sexuelle comme allure, et elle monte à cheval (P. Cauvin, Monsieur Papa)

2. Analyse

28Cet emploi de comme N a en commun avec le type « extraction » de pouvoir commuter avec en fait de N ou question N, côté N :

(15’) En fait d’argent/Question argent, j’aurai cent louis par mois. (« extraction »)

(19’) Cela vous mettrait dans sa dépendance en fait d’argent/question argent.

(30’) Elle est plus sexuelle question allure.

  • 4 « circonstant de domaine » est un terme désormais partagé par de nombreux linguistes, voir par exem (...)

29En fait de N, question N et côté N sont des circonstants de domaine : ils délimitent un domaine de l’expérience dans lequel se vérifie la prédication4. Ils peuvent être thématisés (15’) ou non (19’). Ils ont en commun avec comme N d’être non référentiels : ils sont suivis d’un substantif non déterminé, contrairement à un circonstant de domaine comme en ce qui concerne (l’argent).

30V. Lagae, dans son étude sur en fait de N (2007), remarque que ce circonstant de domaine et comme N commutent en français contemporain dans le cas où N est lié à un terme de la phrase avec lequel il entre dans une relation d’hyperonyme à hyponyme ou d’analogie, comme en (31) c’est-à-dire quand N et un terme X entrent dans une relation « X être un N ».

(31) En fait de nouveauté, ils auraient été à Nice (Céline, cité par V. Lagae) (comme nouveauté, …)

  • 5 Dans les deux types d’emploi de comme N, le concept désigné par N est pris en intension, mais dans (...)

31Ajoutons que cette commutation ne fonctionne que dans le cas où la relation est d’orientation « Le N, c’est X » (ici PRED(comme N) est bien « la nouveautéN, ça aurait été [d’aller à Nice]X »), autrement dit pour le type « extraction » et non pour le type « catégorisation »  (« X est N »)5 :

(32) Berthold était un chirurgien prodigieux. Mais comme professeur, il vidait les amphithéâtres aussi sûrement qu’un bon typhus. (Pennac) (*en fait de professeur, …)
→ [Il]X est [professeur]N

32Mais dans la plupart des occurrences relevées par V. Lagae, en fait de N est employé sans terme sémantiquement apparenté à N, et dans ce cas, note-t-elle, comme N est impossible :

(33) Personne ne rivalise avec les Suisses en fait de précision (Libération, cité par V. Lagae) (*comme précision)

  • 6 N. Le Querler (2003) décrit les mêmes contextes d’emploi (avec N lié à un terme X ou non) pour les (...)

33Nous avons vu cependant qu’au 19e siècle comme N s’emploie aussi sans qu’il y ait de terme X lié à N par une relation « Le N, c’est X », (exemples (25) à (28)), donc avec le même éventail de contextes qu’un circonstant de domaine non référentiel de type en fait de N ou question N/côté N6. On peut faire l’hypothèse d’une extension par analogie : ce serait en raison de sa ressemblance, dans son emploi « extraction », avec des circonstants comme en fait de N que comme N aurait étendu ses possibilités d’emploi à celles d’un circonstant de domaine. Cette hypothèse demande à être confrontée à des études sur les emplois des circonstants de domaine en diachronie : d’après V. Lagae (2007), en fait de N ne s’emploie avec un terme anaphorique ou sémantiquement apparenté (31), concurrençant ainsi comme N, qu’à partir du milieu du 19e siècle.

34Nous terminerons avec un paragraphe de Chateaubriand qui nous permet d’aller plus loin dans l’analyse de l’évolution des emplois de comme N :

(34) Quelle route historique, non encore parcourue, restoit-il donc à prendre aux modernes ? Ils ne pouvoient qu’imiter, et dans ces imitations, plusieurs causes les empêchoient d’atteindre à la hauteur de leurs modèles. Comme poésie, l’origine des cattes, des tenctères, des mattiaques, sortis de la forêt Hercinienne, n’ offroit rien de ce brillant Olympe, de ces villes bâties au son de la lyre, et de toute l’enfance enchantée des hellènes et des pelasges, répandus aux bords de l’Achéloüs et de l’Eurotas; comme politique, le régime féodal interdisoit les grandes leçons; comme éloquence, il n’ y avoit que celle de la chaire ; comme philosophie, les peuples n’étoient pas encore assez malheureux, ni assez corrompus, pour qu’elle eût commencé de paroître. (Chateaubriand, Le génie du christianisme)

  • 7 Ce type d’exemple est également étudié par N. Furukawa (2003) qui l’appelle « thématisation métalin (...)

35Dans les deux premières occurrences de comme N, N (poésie et politique) n’est lié à aucun terme X, comme en (25). Dans la troisième, N est lié au pronom anaphorique celle, réalisant ce que Corblin (1990) appelle une anaphore nominale : celle (de la chaire) ne reprend pas un élément référentiel mais le concept désigné par N. La reprise du dénoté de N par un pronom ou déterminant anaphorique est possible avec un circonstant de domaine non référentiel (35)7. Notons toutefois que nous n’avons rencontré ce schéma que très rarement avec comme N (36).

(35) En fait de spectacle, rien en cette saison ne vaut celui des moissons (F. Chandernagor, cité par V. Lagae)

(36) Comme remèdes, Julia m’en a donné un d’agréable pour compenser les affreux sinapismes.  (Gide, Correspondance)

36Mais c’est la dernière occurrence de comme N du texte de Chateaubriand qui est la plus remarquable : N y est lié au pronom anaphorique elle, pronom qui ne peut reprendre qu’un élément référentiel (37).  

(37) A propos de ta sœur, elle va bien ?
*A propos de sœur, elle va bien ?

37Nous n’avons trouvé un tel schéma avec un N lié à un pronom d’anaphore « référentielle » que dans cet énoncé de Chateaubriand, mais il est intéressant car il confirme une tendance évolutive repérée pour d’autres circonstants de domaine. Combettes & Prévost (2001) et Combettes (2003) ont montré en effet la différence entre la thématisation d’un complément circonstanciel de domaine (38) et la topicalisation (39) :

(38) En ce qui concerne la peinture, Paul a de bonnes idées.

(39) (En ce qui concerne) Paul, il est venu hier.

(38’) Paul a de bonnes idées en ce qui concerne la peinture.

(39’) *Il est venu hier en ce qui concerne Paul.

38Le circonstant de domaine a une relation sémantique avec le prédicat principal de la phrase (il peut être en position intégrée (38’)), – c’est un constituant de niveau « propositionnel », alors que le topique « fonctionne comme un élément indépendant du système de rection et de hiérarchisation de la proposition » (d’où l’impossibilité (39’)), – c’est un constituant de niveau « textuel » ou « énonciatif ». (Combettes & Prévost, 2001 : 109sq).

39Ces auteurs ont mis au jour que les expressions introductrices de topique, ou « marqueurs de topicalisation », sont en général à l’origine des introducteurs de circonstants de domaine, autrement dit qu’il existe une tendance des introducteurs de domaine (en ce qui concerne X, pour ce qui regarde X, à propos de X, quant à X, etc.) à élargir leurs possibilités d’emploi en diachronie pour fonctionner comme des marqueurs de topicalisation. Ils expliquent qu’

 « on comprend qu’un « glissement » puisse se produire assez facilement de la notion de « domaine » à celle qui, finalement, sous-tend la fonction de topique : cette dernière consiste en effet à délimiter un référent dans l’ensemble des unités possibles et à le présenter comme support pertinent d’une énonciation » (2001 : 109)

et proposent une explication en termes de grammaticalisation de ce changement de « portée »  du constituant concerné du niveau propositionnel au niveau textuel ou énonciatif.

40Mais B. Combettes (2003 : 155) remarque que les introducteurs de circonstants de domaine suivis d’un nom sans déterminant (en fait de N, côté N, niveau N) peuvent difficilement être employés comme marqueurs de topicalisation avec coréférence entre N et un pronom ( ?En fait de N, il…) en raison du caractère non référentiel de N, alors que c’est courant avec les marqueurs est suivi d’un SN défini, comme en ce qui concerne (39). Le Querler (2001 : 163) en relève pourtant deux occurrences pour côté N (et semble sous-entendre qu’elle a en trouvé d’autres) :

(40) Côté Pasqua, c’est vraiment un type que je déteste. (France Inter, cité par N. Le Querler)

(41) Côté carte, nous l’avons voulue différente du Carlotta avec des spécialités de brasserie. (Ouest-France, cité par N. Le Querler)

41Ces énoncés montrent que les circonstants de domaine non référentiels sont susceptibles de suivre la même tendance évolutive que les autres, même si, il est vrai, le schéma avec coréférence reste très rare. Dans un texte comme celui de Chateaubriand où comme N fonctionne comme un véritable circonstant de domaine (sans nécessité de lien sémantique entre N et un argument de la phrase), il n’est pas surprenant de le trouver topicalisé avec coréférence (comme philosophie, […] elle […]).

42Il nous semble d’ailleurs que l’on peut déjà parler de topicalisation dans le cas d’occurrences telles que (25) à (28), si la caractéristique d’un segment topicalisé est l’absence de lien sémantique et syntaxique avec le reste de la prédication : si dans les exemples (19) à (24), comme N est bien un circonstant de domaine sémantiquement lié au prédicat, en (26) par exemple, N apparaît seulement comme « le support pertinent d’une énonciation » (Combettes & Prévost 2001) : « En ce qui concerne la fortune, je dis que P ».

V. Développement de comme N non paradigmatique (20e siècle ?)

43Il reste à essayer de dater un dernier emploi de comme N apparu récemment que nous avons appelé comme N « non paradigmatique » (Gautier & Morinière, ce volume) :

(42) Elle est pas mal (,) comme fille.

44Dans tous les exemples cités dans les sections précédentes, en effet, comme N est « paradigmatique », c’est-à-dire que N est présenté comme un choix dans un paradigme, et peut être mis en contraste avec un autre élément de ce paradigme. Dans le cas du type « catégorisation » N est mis ou peut être mis en contraste avec un autre aspect ou une autre qualité du référent du support X (8) et (13), dans le cas du type « extraction » ou circonstant de domaine, N est présenté comme un domaine parmi d’autres (15).

(8) […] le roi qui m’a tramis ci conme espie (Roman de Thèbes) « […] le roi qui m’a envoyé ici comme espion » (et non comme messager)

(13) comme conquérant, le fer et l’activité furent ses seules armes ; comme politique, il semble avoir trouvé les sources de l’or. (Mirabeau)

(15) Comme argent,  j’aurai cent louis par mois pour nos quatre mois de cette année. (G. de Staël) (et comme voiture…)

45En (42), en revanche, N (fille) est présenté comme la catégorie définitoire du support X (elle), et ne peut être mis en contraste avec une autre catégorie ou une autre qualité de X (#Elle est pas mal comme fille, mais comme …). Cet emploi « non paradigmatique » est l’emploi le plus fréquent de comme N dans la partie récente (après 1970) de la base Frantext, la plupart des exemples se trouvant dans des énoncés de registre courant, voire imitant l’oral. Nous n’avons pas pu, pour l’instant, dater précisément son apparition, mais on peut déjà noter qu’on en a trouvé des exemples dès le tout début du 20e siècle dans la correspondance d’Alain-Fournier ou chez Proust :

(43) Un disait l’autre jour de son pays (Bagnères-de-Bigorre) : « j’avoue que ce n’est pas joli comme pays. (# mais comme…)
- comment!
- oui, il n’ y a que des montées et des descentes. (Alain-Fournier, Correspondance, 1914)

(44) Comment vous a semblé le Trocadéro, petite folle ? (…) Comme monument c’est assez moche, n’est-ce pas ? (M. Proust, La Prisonnière) (#mais comme …)

Conclusion

46Comme, morphème de manière/conformité, peut dès l’ancien français, suivi d’un nom, exprimer une indication de rôle/fonction, extension d’emploi que l’on retrouve dans de nombreuses autres langues pour les morphèmes équivalents de comme. Nous avons proposé de voir dans cette extension la conventionalisation de l’inférence « X est N ». Beaucoup plus récemment, vraisemblablement autour de la fin du 18e siècle, comme N a commencé à être employé dans des contextes qui présentent un renversement de l’orientation informationnelle de la relation « X être N » de « XTOP [est N]FOC » (catégorisation) à « Le N TOP, c’est XFOC » (extraction).

47Dans ce nouvel emploi comme N est proche d’un circonstant de domaine, mais avec la contrainte [N est lié à un argument X dans une relation entité/catégorie « X être (dét) N »]. Nous avons vu que cette contrainte du français moderne n’était pas aussi stricte au 19e siècle où comme N pouvait fonctionner comme un circonstant de domaine équivalent à en fait de N. Nous avons analysé l’apparition de cet emploi comme circonstant de domaine comme le résultat d’une grammaticalisation. Mais un retour en arrière dans un changement par grammaticalisation est rare. On pourrait donc se demander pourquoi comme N a vu son emploi comme circonstant de domaine se restreindre au 20e siècle.

48Nous avons vu par ailleurs qu’à partir de l’emploi comme indication de rôle/fonction s’est développé dans le courant du 20e siècle un emploi de comme N dans lequel il a perdu son caractère paradigmatique.

49Il serait très intéressant de confronter ces observations sur l’évolution de comme N aux emplois en synchronie et en diachronie des morphèmes équivalents à comme (morphèmes de comparaison similative) dans d’autres langues, afin de voir si l’on retrouve ces mêmes tendances d’évolution.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

BFM Base de Français Médiéval [en ligne]. Lyon: UMR ICAR/ENS-LSH, 2006, <http://bfm.ens-lsh.fr>.

BTMF Base Textuelle de Français Médiéval [en ligne]. Nancy UMR 7118.

FRANTEXT [en ligne]. Nancy UMR 7118.

Références bibliographiques

Combettes, B. (2003), « Les marqueurs de topicalisation en français : un cas de grammaticalisation » in Combettes, B., C. Schnedecker et A. Theissen (eds) Ordre et distinction dans la langue et le discours. Actes du Colloque international de Metz (18, 19, 20 mars 1999), Paris : Champion, pp. 149-167.

Combettes, B. & S. Prévost (2001), « Evolution des marqueurs de topicalisation », Cahiers de Praxématique, n°37, pp. 103-124.

Corblin, F. (1990), « Typologie des reprises linguistiques : l’anaphore nominale » in Charolles, M., S. Fischer et J. Jayez (eds) Le discours. Représentations et interprétations, Nancy : Presses universitaires, pp. 227-242.

Furukawa, N. (2003), « Les éléments détachés initiaux et la thématisation », Cahiers de Praxématique,  n°40, pp. 127-148.

Haspelmath, M. & K. Buchholz (1998), « Equative and similative constructions in the languages of Europe » in Auwera, J. van der (ed) Adverbial constructions in the languages of Europe, Berlin/New York: Mouton de Gruyter, pp. 277-334.

Heine, B., U. Claudi & F. Hünnemeyer (1991), Grammaticalization, A Conceptual Framework, Chicago: The University of Chicago Press.

Lagae, V. (2007), « Détachement, cadrage et reformulation: le cas de la locution en fait de » in Flaux, N. et D. Stosic (eds) Les constructions détachées : entre langue et discours, Arras : Artois Presses Université, pp. 15-40.

Le Querler, N. (2001), « La grammaticalisation de côté introducteur de topicalisation », Travaux de linguistique du Cerlico, n°14, Col, G. et D. Roulland (eds) Grammaticalisation 2 – concepts et cas., Rennes : Presses Universitaires de Rennes, pp. 155-179.

Le Querler, N. (2003), « Question fruits de mer, le chef, il s’y connaît. » in Combettes, B., C. Schnedecker et A. Theissen (eds) Ordre et distinction dans la langue et le discours. Actes du Colloque international de Metz (18, 19, 20 mars 1999), Paris : Champion, pp. 301-316.

Molinier, C & F. Levrier (2000), Grammaire des adverbes. Description des formes en –ment, Genève-Paris : Droz.

Morinière, M. (2008a), « L’ellipse dans les constructions introduites par comme en diachronie du français », in Pitavy, J.-C. et M. Bigot (eds), Ellipse et effacement : du schème phrastique au discours’, Publications de l’Université de Saint-Etienne, pp. 67-76.

Morinière, M. (2008b), « Évolution des constructions à attribut de l’objet en français », in Fagard, B., Prévost, S., Combettes, B. et O. Bertrand, Evolutions en français. Etude de linguistique diachronique, Berlin : Peter Lang, 2008, pp. 285-300.

Traugott, E.C. (2003), « Constructions in Grammaticalization » in Joseph, B. et R. Janda (eds) The Handbook of Historical Linguistics, Blackwell: Oxford.

Väänänen, V. (1951),  « Il est venu comme ambassadeur », « il agit en soldat » et locutions analogues en latin, français, italien et espagnol, essai de syntaxe historique et comparée, AASF, B 73, 1 Helsinki : Suomalainen Tiedeakatemia.

Haut de page

Notes

1 Nous avons trouvé un exemple dans lequel comme SN n’est pas un complément de manière/conformité (impossibilité de la glose) mais a une valeur attributive à interprétation temporelle et SN désigne une propriété autre qu’un rôle. Un tel emploi de comme est impossible en français :

Tu me traisis de son ventre conme petit enfant et tendre, puis me norris (Roman de Thèbes)
« Tu me sortis de son ventre à l’état d’embryon, puis me nourris. »
(glose) # Tu me sortis comme tu devais sortir l’embryon que j’étais.

2 La traduction est la nôtre.

3 Il serait très intéressant de vérifier cette remarque en étudiant les emplois des morphèmes de comparaison similative / marqueurs de rôle équivalents de comme dans de nombreuses langues, ce que nous n’avons pu faire faute de temps.

4 « circonstant de domaine » est un terme désormais partagé par de nombreux linguistes, voir par exemple Levrier & Molinier (2000), Combettes & Prévost (2001).

5 Dans les deux types d’emploi de comme N, le concept désigné par N est pris en intension, mais dans le type « catégorisation » N est en plus en position prédicative, il caractérise un support X (comme le montre la paraphrase « X est N », dans laquelle N est en position prédicative, derrière la copule), tandis que dans le type « extraction », il ne l’est pas, comme le montre la paraphrase « Le N, c’est X ». Dans le premier cas, comme fonctionne comme une sorte de copule, dans le second, son fonctionnement se rapproche d’un introducteur de domaine (« à propos de la catégorie {N} »).

6 N. Le Querler (2003) décrit les mêmes contextes d’emploi (avec N lié à un terme X ou non) pour les circonstants non référentiels question N et côté N.

7 Ce type d’exemple est également étudié par N. Furukawa (2003) qui l’appelle « thématisation métalinguistique ou intensionnelle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Morinière, « Évolution des emplois du segment comme N en ‎diachronie », Linx, 58 | 2008, 163-176.

Référence électronique

Mélanie Morinière, « Évolution des emplois du segment comme N en ‎diachronie », Linx [En ligne], 58 | 2008, mis en ligne le 16 février 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://linx.revues.org/338 ; DOI : 10.4000/linx.338

Haut de page

Auteur

Mélanie Morinière

ENS-LSH (Lyon) – ICAR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org