Navigation – Plan du site

Le changement linguistique à Guernesey : s’agit-il d’une convergence syntaxique ?1

Mari C. Jones
p. 91-100

Résumé

Pendant une bonne partie du 20e siècle, il y a eu une dominance asymétrique entre l’anglais et le dialecte normand de Guernesey, le guernesiais, qui s’accompagnait d’une influence pour l’essentiel uni-directionnelle (de l’anglais au guernesiais) qui, à côté du déclin du nombre de locuteurs et de la réduction des territoires concernés, sont des signes d’obsolescence. Cependant, l’étude du normand et de l’anglais parlés à Guernesey montre que non seulement ils ont développé des différences significatives des variétés de leur correspondant continental, mais de plus leurs structures respectives manifestent un haut degré d’isomorphisme. Cet article suggère que ces similarités structurelles peuvent s’expliquer par une période de convergence avant l’obsolescence. La convergence est un type de changement que l’on trouve dans les situations de contact intensif et, bien que dans certains cas le contact avec l’anglais semble la seule motivation possible des changements en guernesiais contemporain, il est démontré que certaines données peuvent donner lieu à une explication interne. Cet article cherche donc à illustrer le fait que, malgré la tentation d’identifier les changements comme purement induits par le contact, cette solution peut conduire à négliger certains aspects d’une situation potentiellement complexe.

For much of the twentieth century, there existed an asymmetrical dominance relation between English and the dialect of Norman spoken on Guernsey (Guernesiais). This occurred in conjunction with largely uni-directional (English > Guernesiais) influence which, when coupled with a decrease in speaker numbers and a concomitant increase in territorial contraction, are indicative of language death. However, an examination of the Norman and English spoken on Guernsey reveals that not only have they developed significant differences from their corresponding mainland varieties but, moreover, their respective structures also display a high degree of isomorphism. This paper suggests that such structural similarities may be explained by a period of convergence prior to the onset of obsolescence. Convergence is type of language change found only in high-contact situations and, although in some cases contact with English seems to be the only possible motivation behind the changes in contemporary Guernesiais, it is also demonstrated that some of the data could be accounted for by an internal explanation. This paper, therefore additionally seeks to highlight the fact that, despite the temptation to identify all the observable changes as purely contact-induced, this course of action may lead us to overlook certain aspects of a potentially complex situation.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Une version plus développée de cet article est parue en tant que Jones (2002). Il va sans dire que (...)

1La présence d’un dialecte normand à Guernesey remonte à il y a plus de mille ans. Les Iles faisaient partie du duché de Normandie quand Guillaume le Conquérant a envahi l’Angleterre en 1066, et elles n’ont cessé d’en faire partie qu’en 1204, quand Jean d’Angleterre a dû céder le duché au roi français Philippe-Auguste. Mais les Iles Anglo-Normandes n’ont pas à ce moment été reprises par la couronne française. Au contraire, elles ont continué leur allégeance à l’Angleterre, grâce à quoi elles se sont vues accorder beaucoup de droits et de privilèges, y compris l’autonomie sur le plan juridique.

2Toutefois, contrairement à ce à quoi on aurait pu s’attendre, il n’y a pas eu parallèlement d’anglicisation linguistique radicale. En effet, la proximité géographique des Iles avec le territoire normand continental a permis de maintenir de forts liens économiques, législatifs et linguistiques, et ce pendant plusieurs siècles. Cependant, le lien politique étroit avec l’Angleterre a eu pour conséquence que la France a peu à peu été regardée comme l’ennemi, et les siècles suivants ont vu plusieurs attaques de la part des Français contre le territoire insulaire. Malgré ses liens avec l’Angleterre, l’archipel est demeuré essentiellement francophone jusqu’à la première moitié du vingtième siècle, et c’est seulement de mémoire d’homme que l’anglais a remplacé le guernesiais en tant que langue dominante (pour un résumé de l’histoire sociolinguistique du guernesiais, voir Jones 2008 : Chapitre 1).

3L’anglais n’a en effet fait son avancée décisive à Guernesey qu’au début du vingtième siècle, et ce n’est que quelques décennies plus tard qu’il s’est imposé chez tous les îliens ordinaires. Au début de la Deuxième Guerre Mondiale, le guernesiais était encore très souvent la langue utilisée au sein de la famille ou entre amis. Cependant, la guerre allait définitivement modifier cette situation. En 1940 en effet, le gouvernement britannique a décidé de démilitariser les Iles Anglo-Normandes devant la menace d’une invasion allemande imminente, et a offert aux îliens la possibilité d’être évacués au Royaume-Uni pour la durée de la Guerre. A Guernesey, 17.000 îliens (soit 41 % de la population) ont bénéficié de cette opportunité, dont 95 % des enfants de l’ile, qui pour la plupart avaient le guernesiais comme première langue. Quand les évacués sont rentrés à Guernesey en 1945, soit ils avaient oublié leur dialecte, soit ils s’en étaient détournés dans leur usage quotidien, considérant désormais que l’anglais allait leur offrir de meilleures perspectives d’avenir que le guernesiais. Le dialecte n’allait jamais s’en relever, et la forte immigration, de même que le développement de l’industrie financière sur l’île, n’ont pas contribué à modifier cet état de fait. Le dernier recensement datant de 2001 fait état de 1.327 dialectophones (soit 2 % de la population), dont 70 % avait plus de soixante-quatre ans ; ce qui suggère que le guernesiais devrait disparaître totalement dans environ quinze ou vingt ans.

4Il est donc hors de doute que le guernesiais est désormais un dialecte obsolescent. Cependant, pour la plupart des dialectophones qui demeurent, même si aujourd’hui ils parlent couramment l’anglais, celui-ci représente une seconde langue, apprise à l’école mais qui n’était pas vraiment parlée à la maison avant la deuxième guerre mondiale. D’où, selon moi, la possibilité d’une influence bidirectionnelle : le guernesiais a influencé l’anglais tel qu’il a été acquis par ces locuteurs, mais également, – à cause de la domination plus récente de l’anglais, et de la restriction fonctionnelle que ceci a entraîné vis-à-vis des domaines d’usage du guernesiais, le dialecte lui aussi a subi une forte influence de la part de l’anglais.

2. L’influence du guernesiais sur l’anglais de Guernesey

  • 2 Les exemples (1) à (3) et (5) à (6) sont tirés du corpus Ramisch (Ramisch 1989).  L’exemple (8) a é (...)

5Comme le montrent les exemples suivants, bien qu’il y ait intercompréhension, l’anglais de Guernesey se différencie sur le plan syntaxique des différentes variétés parlées au Royaume-Uni (pour des exemples plus détaillés, voir Ramisch (1989), Barbé (1995), Jones (sous presse)). Les tournures que nous allons exemplifier se rencontrent dans l’anglais de la plupart des îliens de souche, qu’ils sachent ou non le guernesiais2. Donc, ce qui apparaissait à l’origine comme un effet du contact de langues, est devenu partie prenante de l’anglais local.

6(i) L’article défini se trouve dans des contextes où il serait absent au Royaume-Uni, mais où il est présent en guernesiais :

a) avec les noms de langues :

(1) No, they never did the Guernsey French at school (cf. ‘Nen-nin, i’ n’aont jomais fait le Guernesiais à l’école)

b) avec les adverbes de position, surtout avec les noms de rues :

(2) He’s got a chain of h’m shops in the, in the Fountain Street (cf. ‘Il a des choppes dans la Rue d’la Fontaine’)

c) avec les adverbes de temps, surtout quand il s’agit d’une action :

(3) He gives the news out on the wireless in h’m in patois on the Friday (cf. ‘Il annaonce les nouvelles sus l’radio en patouais lé venderdi’)

7(ii) Dans la plupart des variétés de l’anglais du Royaume-Uni, le parfait s’utilise pour une action qui a commencé dans le passé et qui continue à l’heure actuelle : 

(4) He’s been dead for ten years

8Mais dans l’anglais insulaire, c’est plutôt le présent que l’on trouvera dans un tel contexte :

(5) There’s nearly a thousand years we are British

(6) That’s h’m what over thirty years she is dead

9Ici aussi, on peut faire l’hypothèse qu’il y a influence du guernesiais qui, comme le fait le français de référence, utilise le présent dans ces contextes :

(7) I y a v’chin quâsi mille aens qué nou-s-est Britanniques

10(iii) Comme en français, les pronoms masculins et féminins sont parfois utilisés dans l’anglais local pour faire référence à des objets inanimés là au, Royaume-Uni, on utiliserait plutôt le pronom neutre it :

(8) Mind that, she’s (=l’assiette) hot, eh!(en guernesiais comme en français, l’assiaette est féminin).

3. L’influence de l’anglais sur le guernesiais

11Dans la section précédente, nous avons fait état d’une ressemblance syntaxique entre diverses structures dans l’anglais de Guernesey et dans leur équivalent en guernesiais. J’ai cherché à déterminer jusqu’à quel point il s’agissait bien là d’une influence bi-directionnelle. Plus précisément, je voulais établir dans quelle mesure, en plus d’une influence du guernesiais sur l’anglais parlé, le guernesiais des locuteurs interviewés subissait également une influence de la part de l’anglais (donc, de l’anglais sur le guernesiais). C’est pourquoi j’ai fait des entretiens : 65 locuteurs ont été enregistrés, sous la forme de conversations plus ou moins libres. J’ai essayé de provoquer, à travers des questions établies à cette fin, la production de plusieurs des structures (ci-dessous) qui me semblaient intéressantes à examiner du point de vue de l’éventualité d’une convergence.

(i) L’expression de la date

12L’anglais et le guernesiais se différencient quant à la formulation syntaxique permettant d’exprimer la date. En effet, en anglais, il y a le choix entre l’une des deux structures suivantes :

(9) September the fifteenth (mois + article défini + ordinal)

(10) the fifteenth of September (article défini + ordinal + of + mois)

13Selon de Garis (1983 :352), le guernesiais favorise la même structure que le normand continental, à savoir :

(11) lé tchinze d’estembre (article défini + cardinal + + mois)

14Bien que la structure de (11) soit prédominante dans mes données, puisqu’elles couvrent 63 % des exemples, la tournure (12) apparaît quand même dans 21 % des emplois :

(12) mois + article défini + cardinal (septembre lé tchinze)

15Même s’il ne s’agit pas là d’un calque absolu – puisque le nombre (en l’occurrence tchinze) est cardinal plutôt qu’ordinal, il est difficile de nier qu’il y ait quand même une forte ressemblance entre la structure guernesiaise émergente et l’ordre des mots en anglais.

(ii) Les verbes

16Il est rare (inexistant ?) que les verbes d’une langue quelconque correspondent exactement à ceux d’une autre sur le plan sémantique. Par exemple, to run en anglais et courir en français ont tous les deux le sens de ‘aller quelque part à grande vitesse’, et tout deux connaissent des sens figurés comme dans to run a school, mais il n’y a pas nécessairement de correspondance entre ces expressions dans les deux langues (courir une école serait impossible, par exemple). Cependant, en guernesiais, certains verbes ont acquis d’autres emplois, qui correspondent à une extension manifeste de sens de l’anglais.

(13) L’eghise est couraïe par la paraesse

17De même, la distinction entre saver et counnitre (‘savoir’ et ‘connaître’) (inconnue en anglais, qui ne dispose que de ‘to know’) commence à s’éliminer en guernesiais :

(14) Nou saît l’s fermiers

(iii) Les calques

18Les calques sont souvent la contrepartie d’un contact linguistique intensif. En général, le calque est directionnel, il va d’une langue à l’autre. Des éléments « étrangers » de la langue dite donneuse s’incorporent dans la langue dite emprunteuse, mais ils sont d’abord traduits dans cette nouvelle langue, soit morphème par morphème, soit mot par mot (Weinreich 1953 : 51). Bien que le calque soit de fait un emprunt, puisqu’il se compose d’éléments indigènes, il ne paraît nullement « étranger ». Par exemple, aux yeux de la plupart des Français, le mot gratte-ciel (un calque du mot l’anglais skyscraper) serait bel et bien un mot français.

19De nombreux calques syntaxiques se rencontrent dans l’anglais de Guernesey :

(15) I’m always starving, me (‘J’ai terjous fôim, mé’)

20Mais les calques de l’anglais en guernesiais se révèlent particulièrement nombreux, en particulier dans les expressions figées :

  • 3 Cette expression fait référence à une machine à sous ou un distributeur automatique, et au temps de (...)

(16) Lé pénni quaï (‘The penny dropped’) ( = il a compris)3

21Les calques touchent très souvent les prépositions :

a. Pour (‘for’)

(17) I d’mandit pour énne doraïe d’burre (cf. ‘He asked for a piece of bread and butter’)

  • 4 Dans ces contextes, bas est employé comme une préposition, là où le français standard mettrait ‘en (...)

b. Bas (‘down’)4

(18) J’mettrai lé naom bas (cf. ‘I’ll put the name down’) (= s’inscrire)

(19) I’mé met bas a la Rocqôine (cf. ‘He puts me down at la Rocquôine’) (= déposer)

(20) M’n père a copaï bas l’arbre (cf. ‘My father has cut down the tree’) (= abattre)

(21) I quaï bas (cf. ‘He fell down’) (= tomber)

c. Haout(‘up’)

(22) Mette a haout dauve mé (cf. ‘To put up with me’) (= supporter)

(23) I l’a fait a haout (cf. ‘He’s made it up’) (= inventer)

22A première vue, ces calques ne manifestent rien d’inconnu, compte tenu de ce qui a pu être observé parmi les autres langues du monde, et étant donné la fréquence de ce phénomène dans les variétés obsolescentes. Cependant, à la différence de ce qui se produit le plus fréquemment, en guernesiais, le calque représente la plupart du temps la seule tournure disponible pour exprimer quelque chose, et ne représente nullement une tournure plus idiomatique. De plus, et encore une fois à la différence de ce qui se passe dans la plupart des variétés obsolescentes, en guernesiais les calques ne sont pas du tout stigmatisés : ces tournures représentent l’usage courant de locuteurs bilingues ayant le guernesiais pour langue maternelle. Il va sans dire que cet usage ne serait pas du tout compris par un locuteur de la Normandie continentale, et encore moins d’un Français venant d’autres régions de France.

23Dans les cas cités ci-dessus [de (i) à (iii)], l’influence de l’anglais apparaît comme l’explication la plus vraisemblable.

(iv) Les adjectifs

24En normand continental, de même qu’en guernesiais, non seulement un certain nombre d’adjectifs précèdent le substantif, comme grand, petit et quelques autres, mais tel est aussi le cas des adjectifs de couleur :

(24) Enne bllànche maisaon

(25) Enne grànde gâche

25Les autres adjectifs suivent le substantif :

(26) Aen daon merveillaeux

26Cependant, parmi les 152 occurrences d’adjectifs qui figurent dans mes données, 70 % sont dans la position qui précède le substantif. Cette tendance apparaît tellement forte, que même les adjectifs longs composés peuvent précéder le substantif – alors que leur longueur même entraîne une tendance à suivre le substantif en normand continental (comme en français) :

(27) Ses anti-rouoyalistes principes

(28) Ches prumière génératiaon Méthodistes

27Le fait que les adjectifs précèdent le substantif en anglais (comme dans a white horse, a small dog) pourrait à lui seul constituer une motivation de ce changement linguistique en guernesiais. Cependant, il se peut aussi que ce phénomène soit un peu plus complexe. Car, à la différence des données discutées ci-dessus [en (i), (ii) et (iii)], la place des adjectifs autorise aussi une explication ‘interne’ : on ne peut en effet négliger le fait que l’ordre ‘adjectif + substantif’ existe aussi en guernesiais, bien que selon une extension plus restreinte – à savoir seulement avec les adjectifs de couleur. Les recherches linguistiques actuelles montrent que là où une variété linguistique exprime une fonction à travers deux schémas différents, l’un de ces schémas se trouve souvent généralisé au détriment de l’autre, par un processus de simplification interne. Il est donc possible que le changement dans l’ordre des adjectifs – où deux ordres différents tendent à n’en devenir qu’un seul – constitue un changement interne. Le fait que l’anglais favorise cet ordre joue probablement un rôle dans sa prédominance en guernesiais. Mais il n’empêche que, à la différence des cas de (i) à (iii), dans le cas des adjectifs, il y a deux explications possibles pour ce changement. Ou peut-être, ce qui paraît également possible, deux processus interdépendants – et nous ne pouvons pas affirmer en toute certitude lequel des deux l’emporte sur l’autre.

(v) Avec5

  • 5 ‘Avec’ n’a pas été traité avec les autres prépositions vues plus haut, car il ne s’agit pas ici d’u (...)

28Le guernesiais connaît deux prépositions qui correspondent au sens de ‘avec’ en français. C’est dauve qui constitue la forme la plus usuelle :

(29) Dauve : Counnis-tu chutte belle garce dauve l’s bllus iaers ? (‘Connais-tu cette belle fille aux yeux bleus ?)

29Et atou, qui exprime une fonction instrumentale :

(30) Atou : J’ai copaï lé pôin atou lé couté (‘J’ai coupé le pain avec le couteau’)

30Le guernesiais traditionnel se différencie donc à la fois du français standard et de l’anglais, deux langues dans lesquelles n’existe qu’une seule préposition (avec d’une part, with de l’autre). Et cependant, je n’ai rencontré que deux exemples de atou au long de mes 65 entretiens, bien que j’aie posé au moins une question à laquelle les locuteurs auraient dû répondre en recourant à un ‘avec instrumental’. La ‘raréfaction’ de atou pourrait s’expliquer par une convergence vers le système anglais ; mais il est également possible qu’une simplification interne se fasse jour. C’est-à-dire que, là où il y avait deux prépositions pour exprimer avec, il n’en reste maintenant plus qu’une.

31Nous avons donc pu voir qu’en guernesiais moderne, on trouve certains phénomènes qui s’expliquent par le contact de langues pur et simple [(i) à (iii)]. Ces données, considérées avec celles du §2 où a été montrée l’influence du guernesiais sur l’anglais local, indiquent une situation linguistique actuelle qui pourrait ressembler à une zone de convergence (cf. Gumperz & Wilson 1971, et Gadet & Jones 2008 pour le cas spécifique de la convergence entre français et anglais à travers différentes situations, européennes et américaines).

32Cependant, nous avons également constaté que même dans cette situation de contact apparemment nette, il est impossible de dire sans équivoque que tous les changements linguistiques en guernesiais seraient bien “motivés” par l’anglais. Il ne faut pas perdre de vue que des changements internes se font jour même dans les langues obsolescentes. Il faudrait donc toujours laisser ouverte la possibilité d’une explication complexe, même si à première vue une autre explication, plus simple, semble s’imposer.

4. Questionnements conclusifs

33L’île de Guernesey apparaît ainsi particulièrement intéressante sur le plan linguistique, car son anglais et son dialecte normand se différencient à la fois des différents types d’anglais d’Angleterre, et du normand de la Normandie continentale. Qui plus est, les deux variétés linguistiques locales se ressemblent fréquemment sur le plan syntaxique, tout en se distinguant nettement de leurs homologues de Normandie et d’Angleterre.

  • 6 Un ‘Sprachbund’, ou ‘aire linguistique’, est un ensemble de langues d’une même aire géographique, p (...)

34Cependant, on ne peut pas dire que la situation à Guernesey soit celle d’une zone de convergence traditionnelle, car les situations sociolinguistiques de ces variétés linguistiques sont très différentes. A Guernesey, le guernesiais est obsolescent et c’est l’anglais qui domine, tandis que dans un Sprachbund6 traditionnel, toutes les variétés linguistiques ont un statut social plus ou moins égal (Gumperz & Wilson (1971), Hock 1991 : 494-504). De plus, malgré l’isomorphisme syntaxique entre ces variétés, leur structure de surface conserve toujours plusieurs différences évidentes – telles que, par exemple, celle de l’auxiliaire dans les phrases ‘I am ten years old’ (avec le verbe être, comme en Angleterrre) et l’équivalent guernesiais ‘j’ai dix ans’ (avec le verbe avoir, comme en français).

35Donc, la question se pose de savoir dans quelle mesure il est légitime de parler ici de ‘convergence’. Est-ce que les changements linguistiques constatés en guernesiais ne représentent que ce que l’on pourrait s’attendre à trouver dans toute langue obsolescente ? Dans l’obsolescence linguistique, les changements motivés par le contact sont, en général, provoqués par la variété dominante, et subis par la variété obsolescente. C’est donc le constat d’une influence bidirectionnelle qui, à mon avis, distingue la situation guernesiaise de l’archétype des situations de langues obsolescentes, et conduit à la situer plutôt du côté de la convergence linguistique.

36Nous avons donc affaire à deux tendances, apparemment contradictoires. D’une part, la situation socio-politique du guernesiais suggère l’obsolescence linguistique ; de l’autre, l’influence syntaxique bidirectionnelle est bien typique de la convergence. Pour tenter une explication à cette apparente contradiction, il faut revenir de façon plus précise à l’histoire socio-politique de Guernesey.

37Nous avons vu que l’île a conservé de forts liens avec la Normandie continentale après 1204, mais qu’il y a quand même toujours eu, à partir de cette date, une certaine présence anglaise. Certes, la garnison anglaise n’était pas considérable : on estime qu’au début du dix-neuvième siècle, il y avait environ 6.000 soldats anglophones. Cependant, étant donné que la population de cette petite île n’était alors que de 20.000 habitants, il est fort probable que beaucoup d’îliens – et surtout les habitants de la ville, St. Pierre Port – étaient en contact régulier avec l’anglais, un contact qui se serait développé au cours du siècle, avec l’établissement d’un service de bateaux à vapeur hebdomadaire entre Guernesey et le Royaume-Uni. En 1898, l’usage de l’anglais a été autorisé dans les séances du parlement de l’île, et depuis 1900, l’anglais est la seule langue utilisée dans l’enseignement.

  • 7 Ce terme est utilisé en référence au classement de Fishman (1967).

38Pendant toute cette période, et même pendant les premières décennies du vingtième siècle, il est fort probable que la plupart des îliens étaient bilingues. Il y avait probablement une « diglossie avec bilinguisme »7, au sein de laquelle l’anglais et le guernesiais se sont trouvés en contact non concurrenciel. Ce bilinguisme a peut-être été assez stable et assez persistant pour donner naissance à une convergence linguistique. Il est bien dommage que nous ne disposions pas d’enregistrements datant de cette période, qui pourraient éventuellement nous aider à dater cet éventuel moment de convergence !

39Si une convergence linguistique a bien eu lieu sur l’île, les grands changements socio-politiques et économiques intervenus tout au long du 20e siècle y ont vite mis fin : d’abord la deuxième guerre mondiale, à la suite de laquelle, de façon brusque, l’anglais est devenu central dans la vie de beaucoup d’îliens ; puis, agissant dans le même sens, le développement du tourisme et l’établissement de l’industrie bancaire, qui ont attiré une forte immigration venue du Royaume-Uni. A mesure que la langue des foyers changeait, il y avait de moins en moins d’occasions de parler le guernesiais. C’est donc à travers des facteurs qui ne sont pas linguistiques que les pratiques linguistiques de la plupart des Guernesiais ont été bouleversées.

40Au cours du vingtième siècle, l’influence linguistique bidirectionnelle a peu à peu tendu à devenir unidirectionnelle – l’anglais continue à exercer son influence sur le guernesiais, mais cette influence n’est plus à double sens. Il est fort probable que cette période a également connu une augmentation des emprunts lexicaux (dans le sens de l’anglais vers le guernesiais) mais, encore une fois, l’absence de données empêche de mieux analyser cette question.

41Cependant, cette interprétation – la suggestion d’une convergence intervenue avant la période d’obsolescence linguistique – nous permettrait d’expliquer les développements assez contradictoires qui se font jour dans les pratiques linguistiques de Guernesey.

42Il resterait pour finir (au moins) deux questions plus générales à considérer. D’abord, faut-il chercher plus souvent qu’on ne le fait une motivation interne pour le changement linguistique, même quand une explication externe – le contact – semble s’imposer avec évidence (voir Gadet & Jones 2008) ? Ensuite, tout simplement, est-ce que la convergence précède la plupart du temps l’obsolescence linguistique ? Si oui, comment est-il possible d’établir un tel fait ?

Haut de page

Bibliographie

Barbe, P. (1995), « Guernsey English: my mother tongue », Report and Transactions of La Société Guernesiaise 23/4 [1994]: 700-723.

Fishman, J.A. (1967), « Bilingualism with and without diglossia; diglossia with and without bilingualism », Journal of Social Issues 23/2: 29-38.

Gadet, F. & Jones, M. C. (2008), « Variation, Contact and Convergence in French Spoken Outside France », Journal of Language Contact 2: 238-248 http://www.jlc-journal.org

Garis, M. de (1983), « Guernesiais : a grammatical survey » Report and Transactions of La Société Guernesiaise 21/3 : 319-353.

Gumperz, J. J., Wilson, R. (1971), « Convergence and creolization: a case from the Indo-Aryan/Dravidian border », in Dell Hymes (dir), Pidginization and Creolization of Languages, 151-167, Londres: Cambridge University Press.

Hock, H. H. (1991), Principles of Historical Linguistics, Berlin, New York: Mouton de Gruyter.

Jones, M. C. (2002), « Mette A Haout Dauve La Grippe Des Angllaïs: English / French convergence on Guernsey », in M.C. Jones & E. Esch (eds.), Language Change: The Interplay of Internal, External and Extra-Linguistic Factors, Berlin/ New York: Mouton de Gruyter: 143-168.

Jones, M. C. (2008), The Guernsey Norman French Translations of Thomas Martin: A Linguistic Study of an Unpublished Archive, Louvain: Peeters.

Jones, M. C. (sous presse) « Channel Island English », inSchreier, D., P. Trudgill, E. Schneider & J. P. Williams (dir) The Lesser-Known Varieties of English, Cambridge: Cambridge University Press.

Jones, M. C. & Singh, I. (2005), Exploring Language Change, Londres: Routledge.

Ramisch, H. (1989), The Variation of English in Guernsey, Channel Islands, Frankfurt am Main: Peter Lang.

Weinreich, U. (1953), Languages in Contact, New York: Linguistic Circle of New York.

Haut de page

Notes

1 Une version plus développée de cet article est parue en tant que Jones (2002). Il va sans dire que ce bref article n’a pas d’autre prétention que de donner un aperçu des problèmes qui peuvent être soulevés à partir d’une variété dans un état d’obsolescence avancé.

2 Les exemples (1) à (3) et (5) à (6) sont tirés du corpus Ramisch (Ramisch 1989).  L’exemple (8) a été observé par moi-même lors d’un séjour dans une maison qui faisait chambres d’hôte.

3 Cette expression fait référence à une machine à sous ou un distributeur automatique, et au temps de latence entre le moment où la pièce tombe dans la machine et celui où l’on obtient l’objet convoité. En un sens figuré, l'expression souligne que l'autre a mis un certain temps à comprendre.

4 Dans ces contextes, bas est employé comme une préposition, là où le français standard mettrait ‘en bas’. Quand elle relève d’un calque, la préposition bas apparaît souvent en position orpheline. Comme en français standard, bas peut également se trouver sous forme d’adjectif ou adverbe : la tchaire est basse (‘la chaise est basse’) ; pâlaïr bas (‘parler doucement’).

5 ‘Avec’ n’a pas été traité avec les autres prépositions vues plus haut, car il ne s’agit pas ici d’un calque.

6 Un ‘Sprachbund’, ou ‘aire linguistique’, est un ensemble de langues d’une même aire géographique, partageant un certain nombre de similarités phonétiques, morphologiques, syntaxiques et/ou lexicales, qui ne sont pas rapportables à une origine commune (voir Hock 1991:494-512 ; Jones & Singh 2005:40-48).

7 Ce terme est utilisé en référence au classement de Fishman (1967).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mari C. Jones, « Le changement linguistique à Guernesey : s’agit-il d’une convergence syntaxique ? », Linx, 57 | 2007, 91-100.

Référence électronique

Mari C. Jones, « Le changement linguistique à Guernesey : s’agit-il d’une convergence syntaxique ? », Linx [En ligne], 57 | 2007, mis en ligne le 15 février 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://linx.revues.org/313 ; DOI : 10.4000/linx.313

Haut de page

Auteur

Mari C. Jones

Peterhouse et Département de français, Université de Cambridge

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org