Navigation – Plan du site
Article hors-thème

En préfixe et en préposition : une seule forme, un seul sens ?

Ichraf Khammari
p. 169-178

Résumés

Notre étude tente d’expliciter la possibilité d’un rapprochement entre en préfixe dans le modèle [(en)af [X] (Nlieu)]V et en préposition entrant dans la structure en + ∅ + [X] Nlieu. Loin d’introduire une simple localisation dans un lieu, en est un catalyseur permettant de valoriser un sème au détriment d’un autre. Il caractérise le statut de l’entité dite en X et spécifie l’activité, voire le processus relatifs à un lieu par opposition à d’autres.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier D. Leeman pour son aide et ses remarques, ainsi que les participants à la Journée d’étude Unités Lexicales : morphologie et syntaxe du 14 juin 2002, Paris X Nanterre, co-organisé par F. Kerleroux et D. Leeman dans le cadre des activités de l’UMR 7114 (Mo Dy Co).

Texte intégral

  • 1 Benveniste, É. (1966) : Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

En présence de morphèmes identiques pourvus de sens différent, on doit se demander s’il existe un emploi où ces deux sens recouvrent leur unité  (Benveniste, 1966 : 290)1.

  • 2 Condition nécessaire, mais non suffisante : en pronom adverbial est également une forme détachée da (...)
  • 3 D’autres préfixes tels que ceux dans emmener, emporter,… correspondent au latin inde.

1En préposition et en préfixe se présentent, en français moderne, comme des homonymes obéissant à des contraintes d’emploi distinctes : la préposition est une entité détachée au sein d’une phrase2 (Max est en prison) régie essentiellement par des règles syntaxiques, alors que le préfixe ne se présente pas comme un morphème libre et entre dans la formation de certains mots (ex. emprisonner, enlaidir), et il est régi par des règles de morphologie dérivationnelle. Le seul lien établi par les dictionnaires, entre les deux items, se situe au niveau de l’étymologie : la préposition en et certains préfixes3 viennent de la particule latine in.

2Une telle séparation a deux conséquences méthodologiques. D’une part la syntaxe s’est appropriée l’étude de la préposition et a légué celle des préfixes aux morphologues, alors que « la syntaxe doit avoir accès à l’intérieur du mot et lui imposer une analyse » (Milner, 1989 : 322). D’autre part, la tentative d’identifier le fonctionnement de la préposition en s’est fondée ou bien sur une étude comparative avec à, de, dans, etc., ou bien sur l’examen des contraintes distributionnelles propre à en.  Dans les deux cas, l’étude n’a pas envisagé un rapprochement entre préfixe et préposition, en dehors de celle de Franckel et Lebaud (1991) qui ont avancé l’hypothèse d’une « invariance de fonctionnement », mais ont axé la réflexion sur la préposition sans pour autant approfondir l’examen de son rapport avec le préfixe. Il nous semble, de fait, que les nombreux emplois communs  que l’on peut dégager méritent que l’on s’arrête à cette hypothèse et justifient l’idée que l’on a, avec le préfixe et la préposition, deux manifestations différentes d’une même forme.

3Le premier argument en ce sens est qu’il existe en synchronie une parenté sémantique entre les ‎deux « homonymes » dont se font l’écho aussi bien les dictionnaires dans leurs gloses (Guilbert ‎‎[dir.] (1972), Imbs [dir.] (1978 et 1979), Rey et Rey-Debove (1992)), rapprochant entre autres ‎encaver le vin et mettre le vin en cave, que les grammaires (Charaudeau (1992), Riegel et alii ‎‎(1994 : 545) qui présentent par exemple la « paraphrase » mettre en terre pour enterrer).‎

4Si le « principe de naturalité » développé par Milner (1989) permet de considérer le suffixe -loque dans amerloque comme « un adjectif dépréciatif sémantiquement et catégoriellement analogue à sale » dans sale américain, l’hypothèse peut être soutenue que en préposition et en préfixe relèvent également d’une même unité. La seule distinction serait d’ordre morphologique selon que en est détaché ou attaché.

  • 4 La thèse que nous soutenons dans cet article s’inscrit dans le cadre de travaux portant sur le fonc (...)

5Dans les lignes qui suivent, la vérification de cette proposition partira de la valeur de la préposition en 4 pour établir par la suite un rapprochement avec le préfixe.

1. Le fonctionnement de la préposition en

  • 5 La syntaxe présente l’interrogation par comme un critère pour repérer le lieu. Dans ces conditio (...)

6Les descriptions des prépositions en lexicographie et dans les grammaires s’organisent autour d’une « représentation » tridimensionnelle : les prépositions auraient principalement une valeur spatiale, temporelle et notionnelle. « La tradition veut que ces trois valeurs soient nées l’une de l’autre » (Pottier 1962 : 126), avec une position originelle pour l’espace. Aussi, les dictionnaires répartissent les principales occurrences de en en fonction du triplet : lieu (en mer), temps (en mars), notion (en guerre), avec une surexploitation du spatial se traduisant par l’hétérogénéité des exemples classés sous cette étiquette (ainsi, le lecteur peut s’étonner de trouver dans l’indication du lieu : croire en Dieu, fort en math (Le Trésor de la Langue Française), alors que Dieu et math ne sont intuitivement et syntaxiquement5 pas assimilables à un lieu).

  • 6 En particulier, Guillaume (1919 rééd. 1975), Gougenheim (1970) et Spang-Hanssen (1993).
  • 7 Notons que primauté « sens prépondérant » est différent de primarité « sens primitif, originel ». G (...)

7D’autre part, de nombreuses études6 portant sur l’emploi de en ont été « parasitées » (Franckel et Lebaud, op.cit. : 75) par l’association faite avec la préposition dans, ce qui ramène à nouveau à la primauté7 de l’emploi locatif de en dans la mesure où dans est définie comme marquant l’intériorité. Cette « tradition guillaumienne » qui obligerait à voir en comme « la valeur déformée de dans », n’a – disent les auteurs – de justification qu’historique : il n’y a pas, en synchronie, plus de raison de comparer en à dans que de le rapprocher de à ou d’une autre préposition. Il faut cependant reconnaître que Guillaume, bien qu’il analyse principalement « l’idée de lieu », attribue à en une valeur autre que locative.

8La caractérisation de la préposition passe selon nous par l’étude des différents types de constituants qu’elle peut former avec le nom, d’une part, et d’autre part par l’examen des paradigmes qu’elle est susceptible d’introduire : parmi ces différentes configurations, nous n’avons retenu, faute de place, que des suites en N où N est un nom dit « de lieu », étiquette sémantique fondée sur un ensemble de propriétés formelles (Le Pesant, 2000). Guillet et Leclère (1992 : 11) précisent que « Pour le français, les tests traditionnellement associés à l’intuition de lieu sont les questions en  », ce qui permet de retenir des séquences telles que Où sont les enfants? – En classe, par là distinctes d’autres séquences (*Où est Marie? – En voiture, *Où est Paul? – En imperméable). La fiabilité du critère formel d’interrogation est pourtant à relativiser : peut introduire des compléments qui ne sont pas a priori locatifs et inversement. Guillet et Leclère en donnent respectivement les exemples :

« – Par où vas-tu (commencer, finir)?  – Par le nettoyage de la cuisine » ;
« – Où Max boit-il son vin? *– Dans un verre à pied »
 (op. cit. : 14).

  • 8 Guillet et Leclère (1992 : 8) distinguent les « noms qui dénotent intrinsèquement des lieux » tel q (...)
  • 9 « L’intuition sémantique de lieu est pour ceux-ci (les compléments Loc N N est un substantif con (...)

9Ainsi, à partir de critères essentiellement distributionnels (Le Pesant, op. cit.) a été rassemblé un corpus de 1187 noms communs (Rome est un nom propre de lieu contrairement à maison) intrinsèquement8 de lieu et désignant un substantif concret9 (entre autres amphithéâtre, classe, orphelinat ou prison). L’étude de la combinaison en N lieurelativement à ses cotextes confirme l’hypothèse guillaumienne que en ne fait pas que situer une entité X dans un lieu Y. Un professeur peut se trouver en amphithéâtre pour faire un cours, mais on ne dira pas qu’un ouvrier est en amphithéâtre s’il en répare une porte, ni qu’une infirmière est en classe si elle s’y trouve pour assister un élève malade.

10En construit, en fait, une identité de l’occupant en rapport avec le lieu. La différence entreCet enfant sera placé en orphelinat et ? Ce comptable sera placé en orphelinat, c’est précisément queIl est en orphelinatpermet d’attribuer àille statut d’orphelin.Ilest localisé dans orphelinatde par sa condition morale ou sociale et réciproquement,enétablit entre le sujetilet le nom de lieuorphelinatune relation telle que les propriétés spécifiques du lieu (accueillir des orphelins) se portent sur le sujet et en redéfinissent le statut (siilest diten orphelinat,c’est qu’il est orphelin). Par contre, le comptable ou le jardinier de l’orphelinat – même s’ils sont orphelins – n’exercent pas une activité propre au lieu et ne sont pas aptes à en hériter les attributs, au même titre qu’un gardien de prison ne serait pas diten prison, à moins d’être un criminel. Dansêtre en prison,le sens de [prison] est « précipité » (Guillaume, 1919 rééd. 1975) sur le sujet. Ce dernier n’est plus une entité qu’on place dans un endroit ; bien au contraire, le lieu n’a plus de consistance qu’en ce qu’il permet de passer ses attributs au sujet. Ainsides soldats en campagnen’opèrent-ils pas nécessairement à la campagne et peut-on se sentir en prison si l’on se trouve ailleurs que dans une prison.

  • 10 Communion est le terme utilisé par Curat pour traduire la « relation intime » installée par en entr (...)
  • 11 Ainsi qu’on l’a vu plus haut, le sens est « précipité » sur le sujet selon les termes de Guillaume (...)

11Pour résumer, la préposition en ne se borne pas à introduire le lieu mais ajoute à l’indication spatiale l’instruction de comprendre la localisation d’une certaine manière (il s’agit du lieu en tant qu’il est le siège d’une certaine fonction) et d’attribuer au sujet qui y est localisé le statut inhérent de ceux qui s’y trouvent de par cette fonction. On pourrait dire Ce comptable sera placé en orphelinat si était associée à ce type d’établissement une comptabilité spécifique – comme un enseignant est susceptible de distinguer entre une affectation en collège ou en lycée – supposant donc au comptable une activité (de comptable) particulière. Curat (1999 : 287) définit cette pertinence au lieu, dans  en + article Ø + N, en terme de « communion (être en prison, c’est être prisonnier) »10  ou encore de « coalescence massive », notion qu’il emprunte à Cadiot  (1997 : 200). La préposition en opère à la fois une localisation et une « caractérisation » (pour reprendre le terme de Wagner et Pinchon, 1962) en ceci qu’elle attribue un certain statut à l’occupant de ce lieu (dire L’enfant est en orphelinat charge l’interprétation de enfant d’informations nouvelles, on comprend qu’il s’agit d’un orphelin : en orphelinat projette11 sur enfant le sens « orphelin »). Le nom localisateur (ici orphelinat) ne dénote donc plus seulement un lieu, mais, outre le lieu, ce qui lui confère sa spécificité par opposition aux autres lieux.

12De même, dans Jean est chargé des livraisons en orphelinat, l’association en + N lieu « en orphelinat » caractérise les livraisons en en faisant une sous-catégorie : ce que présuppose cet énoncé, c’est qu’il y a différents types de livraison et que la livraison à l’orphelinat est une tâche particulière (comme les enseignements selon qu’ils sont en lycée, en collège ou en faculté impliquent non seulement que le lieu d’activité varie mais aussi l’activité elle-même).

13Avec le nom maison, c’est la précision de correction ou de retraite dans Il est en maison de correction (de retraite) qui rend possible l’association en + maison,en affectant à la « maison » des attributs spécifiques – tels que « lieu d’accueil ou structure sociale spécialisés pour éduquer ou encadrer » – permettant d’employer en. Si en maison est à la rigueur possible, un domestique pouvant peut-être dire qu’il est en maison, ce n’est pas pour situer quelqu’un relativement au lieu qu’on appelle « une maison » mais pour caractériser un statut par rapport à d’autres (en l’occurrence socio-professionnels) : travailler en maison s’oppose par exemple alors à travailler en hôtel, travailler en hôpital, travailler en entreprise, etc.

14La spécification de l’activité propre au lieu opposable à d’autres ne concerne pas que les lieux construits ; elle explique par exemple la possibilité de en eau douce pour caractériser un type de produit ou d’activité, de même que en mer ou en rivière (la pêche en rivière). Le complément en + N lieu spécifie donc ce qu’il complète et ne se résume pas à établir un lien entre le lieu et son occupant et réciproquement : il ne suffit pas qu’il y ait un occupant du lieu pour que le nom de lieu se construise avec en. Ainsi que le remarque Anscombre (2001 : 188) : « Dans une construction de type V-er en N, la structure en N convoque une propriété intrinsèque liant V-er et le concept associé à N » (définition qui rejoint notre analyse sur le sujet du verbe).

15Il paraît toutefois curieux, de ce point de vue, que, par exemple, en terre ne soit pas utilisable pour traiter des activités agricoles (liées à la terre) : la relation de l’homme à la terre retenue comme pertinente, en l’occurrence, concerne soit le sort réservé à certaines plantes (mettre des orangers en (pleine) terre, par opposition à leur culture dans des pots ou dans des bacs), soit la fonction de la terre comme lieu de « résidence » des morts (mettre / porter un cadavre en terre).

16La variabilité au niveau de l’acceptabilité des mots dans la structure en N montre qu’ils ne se prêtent pas tous, ni au même degré, à l’activation du sème « identité » ou « statut de l’occupant du lieu ». Si du moins notre hypothèse est exacte, elle montre que le sens du nom dit « de lieu » ne se réduit pas à sa pure dénotation objective ni à l’intuition référentielle spontanée qu’on peut en avoir, mais inclut une certaine conceptualisation du lieu, sans doute liée à l’histoire et à la culture de la communauté linguistique (« la terre » n’est pas vue comme « la mer » puisque l’on n’a pas *Tous les matins, les agriculteurs partent en terre comme on a Tous les matins les pêcheurs partent en mer). Autrement dit, comme y insiste Nyckees (1998 : 338), les significations linguistiques ne reposent pas tant sur la perception des objets ou des situations dans le monde objectif que sur des représentations impliquant des expériences partagées par la communauté : elles supposent « la médiation du groupe et des pratiques héritées de son histoire et transmises par l’apprentissage ».

17Pour synthétiser ce qui vient d’être dit à propos des emplois de la préposition en dans la combinaison en Nlieu: en établit entre le N introduit par la préposition et le reste de l’énoncé une relation qui n’est pas de simple localisation spatiale, construisant une certaine identité du référent de N qui se reporte sur le cotexte – à condition que le nom N se prête à l’activation d’un sème spécifique. Ainsi, tous ceux qui travaillent ou qui se trouvent dans un hôpital ne peuvent pas pour autant être dits en hôpital : seuls le personnel véritablement médical et les patients sont susceptibles d’être caractérisés de la sorte. Les raisons pour lesquelles ils sont dans ce lieu se rattachent justement à leurs statuts et à l’activité qu’ils exercent (soignants) ou subissent (patients). En revanche, le standardiste ou le jardinier n’ont pas des tâches liées de manière inhérente, définitoire, à l’hôpital : on ne les dira pas en hôpital. De même des énoncés tels que ?? La police est entrée en clinique et ?? Des fleurs ont été livrées en clinique paraissent inacceptables : ni la police ni les fleurs n’ont de rapport intrinsèque avec l’activité définissant la clinique, et l’on interprète Max dans Max est entré en clinique comme le nom d’un patient plutôt que comme celui d’un gardien de la paix ou d’un livreur de plantes vertes.

18Ce qui précède n’épuise évidemment pas la caractérisation de la préposition en : nous ne gardons ici que l’essentiel pour notre propos, qui est d’évaluer la consistance d’un rapprochement entre la préposition et le préfixe : en déclenche un programme d’ « inférence » (Cadiot 1997 : 287) qui donne à interpréter Y (i.e. Ø+ N lieu) comme la construction d’un attribut de X dans les énoncés de forme X est en Y. L’article Ø indique que le nom du lieu qu’il introduit a trait à la processivité (Anscombre 1986), c’est-à-dire implique ce qui s’y passe, l’utilisation qu’on en fait , l’activité qui s’y exerce. Cela explique les restrictions distributionnelles atteignant la relation établie entre X et Y : la définition lexicale du nom de lieu Y doit se prêter à la construction d’un jugement sur X (en particulier doit comporter un sème impliquant sa fonction), comme celle de X doit se prêter à l’attribution du statut que suppose Y.

2. Préfixation verbale

19Contrairement à la préposition, le préfixe en ne peut être étudié indépendamment du verbe dont il fait partie. La difficulté de recenser ces verbes vient, d’une part, du choix que l’on fait de recourir ou non à l’étymologie des mots, de l’autre, de la définition de la structure du verbe.  Dans envoyer, nous avons bien d’un point de vue diachronique un préfixe en,correspondant à la particule latine in dans inviare (parcourir), mais ni l’intuition, ni le sens que leur attribue le locuteur d’aujourd’hui ne permettent d’établir le lien entre en et voie, autrement dit entre in et via.

20D’autre part, la diachronie, bien qu’elle révèle des liens imperceptibles dans l’état actuel de la langue, ne renseigne pas sur la complexité de l’emploi contemporain de en. Soit en effet le verbe enjôler dont le sens était mettre en geôle « emprisonner » ;  l’emploi présent de enjôler n’est plus locatif puisque le verbe signifie : « abuser par de belles paroles ». On n’enjôle pas un prisonnier, pour le priver de sa liberté. Bon nombre de ces verbes n’ont ainsi plus le même sens ni n’entrent plus dans les distributions d’antan. Par conséquent, nous nous limiterons dans une perspective synchronique aux verbes où il est possible de distinguer le préfixe en du radical (comme emprisonner, enlaidir).

21Les verbes retenus sont communément (par les dictionnaires et grammaires de référence) appelés « verbes parasynthétiques » : embarquer, encourager, enlaidir, etc. Comme l’a montré Corbin (1987), cet étiquetage est problématique. Si, en effet, l’affixation parasynthétique se définit comme l’addition simultanée d’un préfixe et d’un suffixe verbal à un même radical, pour qu’un verbe soit considéré comme le résultat d’une parasynthèse, il faut que ne soit pas attestée d’une étape intermédiaire entre la base et le supposé parasynthétique (parallèlement à emprisonner, *emprison et *prisonner ne sont pas acceptables), ni une relation sémantique entre la forme préfixée et une éventuelle forme non préfixée existante : ainsi enchanter et chanter ne peuvent pas être sémantiquement rapprochés, au moins en première approximation. Dans ce type de dérivation, le suffixe verbal renvoie à -er dans encaisser, -ir dans enlaidir, -re dans enfreindre, autrement dit à l’affixe d’infinitif.

22Or, ce que pointe Corbin (op.cit. : 125), c’est que si l’on admet cette assimilation entre suffixe et désinence du verbe, « il faudrait construire autant de règles parasynthétiques qu’il y a d’affixes flexionnels différents dans la conjugaison française ». Corbin propose de ramener ce qu’elle appelle des « pseudo-parasynthèses verbales » ayant la structure superficielle [préfixe [X](N + A) affixe d’infinitif]V à des préfixations de type [(p)af [X](N + A)]V  où le nom ou l’adjectif précédé d’un préfixe constitue un tout verbalisé par une flexion. (Cf. Corbin op.cit., chapitre 3 pour une explication détaillée).

Le fonctionnement du préfixe en

23Le rôle du préfixe en dans la structure [(en)af [X] (N lieu)]V ne se limite pas plus que celui de la préposition à introduire l’intériorité, bien qu’il s’agisse d’un emploi dit « locatif », ce que montrent en particulier les contraintes distributionnelles : on peut dire Max encage le lion ou encave le vin¸mais ni * Max encage l’eau ni * Max encave les meubles ne se disent pour placer « l’eau » et « les meubles » dans respectivement « une cage » ou « une cave », de même qu’encaserner s’applique à des réfugiés encasernés par le gouvernement et non à des chars qui stationneraient dans une caserne : * des chars de guerre encasernés. Le verbe préfixé par en ne renvoie donc pas à une simple localisation d’une entité X : comme la préposition, le préfixe attribue au nom une certaine définition qui inclut la fonction du référent et les entités que cette dernière concerne ; si, dans la réalité objective, une caserne est un bâtiment susceptible de renfermer aussi bien des gens que des véhicules ou des armes, n’importe lesquelles de ces entités ne sont pas susceptibles d’y être localisées au moyen de en. Le préfixe, comme la préposition, relativise le sème spatial et, au contraire, focalise sur la fonction du lieu et le statut que cette dernière confère aux individus qui s’y trouvent – au point que encaserner peut se dire sans qu’une caserne à proprement parler soit en jeu (tenter d’encaserner de jeunes délinquants dans des maisons de correction). De même, le sème « processus » activé par la préposition dans Au camping, elle passait ses journées en cuisine n’est pas conditionné par la présence de l’occupant dans un lieu qui soit véritablement « cuisine » (c’est au contraire le coin réservé à l’activité qui acquiert de ce fait un statut de « cuisine »), et le verbe n’implique pas nécessairement la présence du chèque dans un lieu « caisse » dans Max encaisse un chèque, parallèlement à Max encaisse des bouteilles (ranger les bouteilles dans une caisse). Encaisser un chèque, de l’argent, un gain, ne correspond pas à la localisation du chèque, de l’argent, du gain dans un lieu « caisse » vu comme un simple coffre en bois susceptible de contenir n’importe quoi : il s’agit d’un lieu relatif à un type d’activité liée à l’argent.

24Dans un ordre d’idées comparable, les réfugiés peuvent être dits encasernés (contrairement aux chars qui ne seraient que dans l’enceinte de la caserne) dans la mesure où ils ne font pas que se trouver dans ce lieu : ils sont hébergés, nourris, pris en charge par une structure d’accueil et de telle sorte que leur liberté de mouvement est limitée, contrôlée, voire nulle ; en fait, encaserner retient de la « caserne » un certain nombre de ses attributs (l’enfermement, la dépendance relativement à un règlement, etc.) plutôt que sa définition strictement locative. Supposons qu’un ministre soit en visite dans une caserne, il n’est pas pour autant dit encaserné : sa présence momentanée en ce lieu ne modifie pas son statut et ne lui attribue pas non plus de statut particulier, comme Le prisonnier en prison a un statut différent de celui du gardien, qui lui, se trouve dans la prison (emprisonner impose les mêmes contraintes distributionnelles). Ce qui montre que prison n’a pas la même définition selon qu’il est associé à dans ou en, c’est que sur le modèle Le directeur place le criminel dans une prison du comté transformable en Le directeur emprisonne le criminel, on devrait pouvoir construire Le directeur emprisonne le gardien à partir de la phrase Le directeur place le gardien dans une prison du comté. Or, cette dernière transformation n’est possible que dans le seul cas où le gardien prend le statut de prisonnier, c’est-à-dire le cas où il acquiert un statut particulier du fait de sa présence dans ce lieu. Il s’en suit que le verbe résultant de la préfixation d’un Nom de lieu [(en)af [lieu](N )]V conduit à une interprétation spécifique de l’occupant du lieu (cf. Leeman 1997 à propos de en préposition).

25Cette hypothèse se vérifie encore sur *Max encave les meubles, inacceptable car encaver construit une identité du vin en rapport avec le lieu dans lequel il se trouve : si le vin est en cave, c’est pour subir un processus de conservation qui vise à le bonifier. L’activité relative à « cave » semble être la préparation du vin, et non le stockage de marchandise ou de meubles, par exemple. En donne donc l’instruction d’opérer une caractérisation du lieu à travers une activité qui lui est prototypiquement associée. De même, dans L’agriculteur engrange le blé et Le chef de rayon emmagasine la marchandise, le blé ou la marchandise se trouvent dans un lieu où ils seront stockés, c’est pourquoi il apparaît surprenant de dire : ? La nouvelle collection est emmagasinée pour dire qu’elle est dans les rayons du magasin. Par contre, La nouvelle collection d’été est emmagasinée en attendant l’arrivée des beaux jours est acceptable, puisqu’on renvoie au processus de stockage et non à la simple localisation. Et l’on ne peut pas dire *L’agriculteur engrange le râteau pour signifier que l’agriculteur met le râteau dans la grange, parallèlement à L’agriculteur engrange le blé : mettre le blé en grange renvoie à une activité agricole qui prend place dans une série d’opérations particulières (tout un processus) qui consiste à le ranger d’une certaine manière pour le conserver pendant des saisons.  D’ailleurs, à la question Où est le râteau ? on répondrait Dans la grange, alors que *En grange semble bien douteux.

26De l’analyse des exemples qui précèdent, représentatifs de l’ensemble du corpus, nous pouvons déduire que la présence de en préfixe enjoint d’opérer un raisonnement au terme duquel on conclut à un certain statut de l’occupant X relativement au lieu Y et à l’activité qui s’y déroule. Pour que l’inférence soit possible, il faut que le sens même des noms en jeu s’y prête, comme X doit avoir un ensemble d’attributs nécessaires lui permettant d’être dit en Y. Les conclusions sur le préfixe rejoignent donc l’hypothèse avancée pour la préposition.

Conclusion

27Notre hypothèse s’applique uniquement à l’interprétation des noms en langue. Ainsi, en terre ne se dit pas dans les mêmes conditions que en mer – alors que l’intuition référentielle tendrait à faire considérer qu’on a un parallélisme objectif entre les deux (du point de vue de l’exploitation de la mer par les pêcheurs et de l’exploitation de la terre par les agriculteurs) : la structure sémantique révèle des valeurs instituées par la langue qui ne correspondent pas à ce que l’on croit percevoir du monde ni aux représentations qu’on en a (cf. de même Leeman 1997 à propos de être en vie vs *être en mort).

28L’analyse comparative des possibilités distributionnelles de en préposition + N lieu et de en préfixe + N lieu permet donc de conclure à  l’existence d’un rapport étroit entre préfixe et préposition, et entre en et la processivité : dans le cas des noms traditionnellement considérés comme locatifs, en (qu’il soit préposition ou préfixe) construit une identité du référent telle qu’il doit s’interpréter, non comme simple lieu (entité statique), mais comme le lieu d’une activité définissant le statut de ceux qui s’y trouvent (en prison/emprisonner, en cage/encager) ou des objets qui y sont traités (en grange/engranger, en cave/encaver). Dans N être en N lieu comme dans le verbe en + N lieu + inf, en construit le lieu en tant qu’il a une certaine fonction et le N (sujet) en tant qu’il acquiert un certain statut de par la fonction définitoire du lieu.

Haut de page

Bibliographie

Anscombre, J.–C., 1986, « L’article zéro en français : un imparfait du substantif ? », Langue française, 72, Paris, Larousse, 4-39.

Anscombre, J.–C., 2001, « L’analyse de la construction En tout N par D. Leeman : quelques remarques », Travaux de linguistique, 42-43, Bruxelles, Duculot, 183-197.

Boons, J-P., Guillet, A. et Leclère C., 1976, La structure des phrases simples en français, Constructions intransitives. Genève-Paris, Droz

Cadiot, P., 1997,  Les prépositions abstraites. Paris, Colin.

Charaudeau, P., 1992, Grammaire du sens et de l’expression. Paris, Hachette.

Corbin, D., 1987, Morphologie dérivationnelle et structuration du lexique. Tübingen, Niemeyer.

Curat, H., 1999,  Les déterminants dans la référence nominale et les conditions de leur absence. Essai de sémantique grammaticale II. Genève, Droz, 273-294.

Franckel, J.–J. et Lebaud, D., 1991, « Diversité des valeurs et invariance du fonctionnement de en préposition et préverbe », Langue française, 91, Paris, Larousse, 56-79.

Gougenheim, G., 1970, Études de grammaire et de vocabulaire français. Paris, Picard, 55-65.

Groussier, M.– L., 1997, « Prépositions et primarité du spatial : de l’expression de relations dans l’espace à l’expression de relations non-spatiales « , Faits de langues, 9, Paris, Ophrys, 221-234.

Guilbert, L. [dir.], 1972, Grand Larousse de la langue française. Tome 2, Paris, Larousse, 6 vol.

Guillaume, G., 1919 rééd. 1975, Le problème de l’article et sa solution dans la langue française. Paris, Nizet, Québec, Presses de l’Université Laval.

Guillet, A. et Leclère, Ch., 1992, La structure des phrases simples en français. Genève-Paris, Droz.

Imbs, P. [dir.], 1978 et 1979, Trésor de la langue française, tomes 6 et 7. Paris, CNRS et Klincksieck,16 vol.

Khammari, I., 1999, Etude du complément circonstanciel : « En + Noms communs de lieu ». Mémoire de DEA, Université de Paris X.

Leeman, D., 1997, « Sur la préposition en », Faits de langues,9,Paris, Ophrys, 135-144.

Le Pesant, D., 2000, Six études de sémantique lexicale sur les noms communs de lieux. Université Paris 13.

Milner, J.-C., 1989, Introduction à une science du langage. Paris, Le Seuil.

Nyckees, V., 1998, La sémantique. Paris, Belin, coll. « Sujets ».

Pottier, B., 1955, rééd. 1962, Systématique des éléments de Relation. Paris, Klincksieck.

Rey, A. et Rey-Debove, J. [dir.], 1992, Grand Robert de la langue française. Paris, Le Robert.

Riegel, M. et alii,1994,  Grammaire méthodique du français. Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Linguistique nouvelle ».

Spang-Hanssen, E., 1993, « De la structure des syntagmes à celle de l’espace. Essai sur les progrès réalisés dans l’étude des prépositions depuis une trentaine d’années », Langages, 110, Paris, Larousse, 12-25.  

Tamba, I., 1983, « La composante référentielle dans un manteau de laine, un manteau en laine », Langue française, 57, Paris, Larousse, 119-128.

Wagner, R.–L. et Pinchon, J., 1962, Grammaire du français classique et moderne. Paris, Hachette.

Haut de page

Notes

1 Benveniste, É. (1966) : Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

2 Condition nécessaire, mais non suffisante : en pronom adverbial est également une forme détachée dans la phrase.

3 D’autres préfixes tels que ceux dans emmener, emporter,… correspondent au latin inde.

4 La thèse que nous soutenons dans cet article s’inscrit dans le cadre de travaux portant sur le fonctionnement de la préposition en (Khammari, 1999).  

5 La syntaxe présente l’interrogation par comme un critère pour repérer le lieu. Dans ces conditions, l’inacceptabilité de  *Tu crois où? – En Dieu, ou de *Tu es fort où? – En maths confirme que en Dieu et en maths n’expriment pas le lieu.

6 En particulier, Guillaume (1919 rééd. 1975), Gougenheim (1970) et Spang-Hanssen (1993).

7 Notons que primauté « sens prépondérant » est différent de primarité « sens primitif, originel ». Groussier (1997 : 221) note à ce propos qu’il est « tout à fait exclu de prétendre démontrer que, dans les langues dotées de prépositions, toute expression de relations au moyen de prépositions soit l’expression de relations spatiales, tout autant que d’attribuer, en synchronie, aux sens spatiaux des prépositions, un quelconque rôle dominant : primarité n’est pas primauté. »

8 Guillet et Leclère (1992 : 8) distinguent les « noms qui dénotent intrinsèquement des lieux » tel que Rome, de ceux qui « peuvent prendre une interprétation de lieu dans des contextes (c’est-à-dire  avec les verbes) appropriés ».

9 « L’intuition sémantique de lieu est pour ceux-ci (les compléments Loc N N est un substantif concret) beaucoup plus nette, et nous considérons que leur étude doit précéder celle des extensions aux N abstraits et aux complétives, dans la mesure où celles-ci sont souvent entendues comme métaphores de lieu d’emplois concrets » (Boons et alii, 1976 : 204).

10 Communion est le terme utilisé par Curat pour traduire la « relation intime » installée par en entre le lieu et son occupant. Guillaume employait pour caractériser cette relation la notion d’« intériorisation » qu’il illustre à partir de l’exemple : « Un livre qu’on jette dans le feu ne tarde pas à être en feu », où en établit une fusion entre le livre et le feu et introduit le procès par lequel se fait la transformation (Guillaume, op.cit. : 167).

11 Ainsi qu’on l’a vu plus haut, le sens est « précipité » sur le sujet selon les termes de Guillaume op. cit..

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ichraf Khammari, « En préfixe et en préposition : une seule forme, un seul sens ? », Linx, 50 | 2004, 169-178.

Référence électronique

Ichraf Khammari, « En préfixe et en préposition : une seule forme, un seul sens ? », Linx [En ligne], 50 | 2004, mis en ligne le 27 janvier 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://linx.revues.org/146 ; DOI : 10.4000/linx.146

Haut de page

Auteur

Ichraf Khammari

Université Paris X - Nanterre
UMR 7114 MoDyCo (CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org