Navigation – Plan du site
L'inattendu métalinguistique

Out of et from, une synonymie attendue ?

Lise Hamelin
p. 137-150

Résumés

Les prépositions out of et from en anglais contemporain entrent parfois en concurrence : c’est le cas notamment lorsque le régime de la préposition s’interprète comme un point de départ, une source ou une origine.
Cet article consiste en l’étude des prépositions out of et from à partir d’un corpus d’énoncés attestés provenant du British National Corpus, du Corpus of Contemporary American English et de sites web. Il s’attache à mettre en lumière les caractéristiques du fonctionnement de ces deux marqueurs autorisant ces phénomènes de concurrence. Dans quelle mesure le modus operandi de ces marqueurs permet-il de prédire et de circonscrire ces zones de recouvrement ? Nous nous appuierons sur les outils de la Théorie des Opérations Énonciatives (TOE) pour proposer une modélisation du fonctionnement de ces deux marqueurs à même de rendre compte de leurs convergences ainsi que de leurs divergences. Plus précisément, nous tâcherons de représenter ces marqueurs au moyen du système ternaire des opérations de repérage de la TOE (identification, différenciation, rupture), afin de faire émerger les caractéristiques des zones de concurrence entre les deux prépositions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir à ce sujet Langacker (1987-1991) et Lakoff (1987) par exemple.

1À la suite d’autres travaux sur les marqueurs prépositionnels menés dans le cadre énonciativiste (Gilbert, 2004 ; 2006 ; 2007 ; Dufaye, 2008 ; 2009 ; 2012 ; Flucha, 2005 ; 2007 ; Hamelin, 2010), le présent article vise à proposer une analyse de out of et de from en anglais contemporain, mettant en jeu un mode de représentation s’affranchissant du recours à la spatialité dominant les études d’inspiration cognitiviste (Tyler et Evans, 2003, notamment). Nous considérons que le recours à des outils empruntés à la description de l’espace dans la représentation de ces marqueurs ne va pas de soi et découle d’un postulat théorique propre à la linguistique cognitive1 que nous ne reprenons pas à notre compte. Sans mettre en cause l’intérêt de ces analyses, on peut d’emblée constater qu’elles ne permettent pas de rendre compte de recouvrements entre out of et from que nous observons en (1) à (3), dans lesquels le terme introduit par from/out of dénote une source au sens large (en (1) le point de départ d’un déplacement dans l’espace, en (2) une matière première, en (3) une cause) :

  • 2  Énoncé provenant du Corpus Of Contemporary American English (COCA).
  • 3  Énoncé provenant du British National Corpus (BNC).
  • 4  Énoncé provenant de sites web du domaine .co.uk

Exemple 1 :

Only when the young girl entered the bedrooms and saw these, except not in picture form, she realized her family had been brutally butchered. She ran from/out of the house screaming. (COCA)2

Exemple 2 :

Viscose : A synthetic fabric normally made from/out of wood fibres. (BNC)3

Exemple 3 :

They did it from/out of necessity. (i.e. because it was necessary) (www)4

2En effet, d’après Jackendoff (1990, p. 44), from implique un déplacement à partir d’un point de départ (l’occurrence Y), puisque l’auteur indique qu’il est employé pour renvoyer à un ‘path from a reference place’. Pour Tyler et Evans (2003, p. 213), out of signalerait la sortie d’un espace-source (Y): ‘The TR is conceptualized as having originated in the interior of the LM’. Dans cette perspective, la différence majeure entre les deux marqueurs serait donc l’épaisseur du repère, qui serait un point avec from et un volume avec out of. On voit mal comment cette distinction entre point et volume peut permettre de prédire ou même de rendre compte de la concurrence entre les deux marqueurs en (1) à (3), de même qu’elle n’est pas en mesure d’expliquer l’inacceptabilité de from en (4), par opposition à (3) :

Exemple 4 :

They did it out of / *from revenge. (www)

3Il paraît nécessaire de mettre en œuvre une méthode d’analyse et un système de représentation à même d’expliquer ce type de phénomènes. Cela implique le recours à des outils permettant la comparaison du modus operandi des différents marqueurs, et de ce fait, en mesure de rendre compte du caractère attendu ou inattendu de leur mise en concurrence. La comparaison de leur mode de fonctionnement permet-elle d’anticiper l’émergence de zones de recouvrement ? La concurrence entre les deux marqueurs est-elle, au contraire, strictement accidentelle ? Dans ce dernier cas, le mode de représentation adopté doit, au minimum, permettre d’en prédire les limites.

4L’analyse proposée dans ces pages se situera dans une perspective énonciativiste, dans laquelle on considèrera les prépositions comme des relateurs établissant un repérage entre les termes qu’elles mettent en relation, qu’on appellera désormais X et Y. Y correspond au régime de la préposition, l’identité de X varie en fonction des emplois et de l’agencement syntaxique de l’énoncé. Le repérage de X par rapport à Y peut prendre trois valeurs, l’identification (c’est la même chose), la différenciation (c’est autre chose, mais cela reste comparable, altérité faible, réductible), la rupture (c’est totalement autre chose, altérité forte). Très schématiquement, on aura donc X = Y ; X ≠ Y ou X ω Y. Plus exactement, X et Y constituent des occurrences, c’est-à-dire des événements énonciatifs (cf. Culioli 1999, p. 265) dotés d’une double délimitation, quantitative, notée Qnt, (qui a trait à leur existence ou à leur localisation dans l’espace, ils occupent une portion d’espace-temps) et qualitative, notée Qlt (qui a trait à leur nature, aux propriétés qu’ils possèdent).

5On a donc, en réalité, Qnt/Qlt X = Qnt/Qlt Y, Qnt/Qlt (X) ≠ Qnt/Qlt Y, ou Qnt/Qlt X ω Qnt/Qlt Y. Ce mode de représentation exploite les outils de la théorie des opérations énonciatives de Culioli tels qu’ils sont mis en œuvre dans l’article de Gilbert de 2004.

I. Le déplacement dans l’espace

6Le premier lieu de convergence que nous avons relevé entre out of et from est le domaine de la localisation dans l’espace, illustré en (1). Dans les contextes de cet ordre, que l’on ait out of ou from, Y dénote la localisation initiale d’une entité qui se déplace dans l’espace. Cela est cohérent avec les analyses de Tyler et Evans (pour out of) et de Langacker (pour from) mentionnées plus haut. Toutefois, toujours selon ces analyses, on pourrait s’attendre à trouver, sous le régime du marqueur des termes différents, renvoyant à des points avec from, et à des volumes avec out of. C’est souvent le cas, comme en (5) et (6), par exemple:

Exemple 5 :

Then demonstrate the capture: the white pawn moves from/*out of e4 to d5 and the black pawn is removed from the board. (www)

Exemple 6 :

As I opened the door, Shack popped into the room like a jack out of/*from the box. (www)

7Néanmoins, on a pu le voir en (1), le même contexte, mettant en jeu le même terme Y peut parfois accepter les deux marqueurs.

8On notera cependant une première différence, en (1), la suppression de screaming rend l’emploi de from problématique. La contrainte est levée si on insère away:

  • 5  Les informateurs ne sont pas unanimes quant à l’acceptabilité de cet énoncé. Plusieurs le jugent v (...)

Exemple 7 :

? […] She ran from the house.5

Exemple 8 :

[…] She ran awayfrom the house.

9Ces manipulations font apparaître le fait que l’acceptabilité de from semble conditionnée par la présence dans le contexte d’un terme explicitant l’idée d’une sortie. En (1), screaming dénote l’état psychologique dans lequel se trouve le référent du sujet de ran et, de ce fait, la motivation qui le conduit à quitter le référent de the house. Quant à away, il convient de noter que seul from est compatible avec son insertion :

Exemple 9 :

They walked away from the shop […] (BNC)

Exemple 10 :

? They walked awayout of the shop […] (BNC)

10(10) n’est pas agrammatical, mais la condition de l’acceptabilité de away avec out of est l’insertion d’une pause intonative, figurée par la virgule dans l’énoncé (11) :

Exemple 11 :

[…] there were times when she looked like she wanted to talk, but the second he came close she’d turn and walk away,out of the room, as if in disgust. (www)

  • 6  Dans le paragraphe 9.18, dans lequel les auteurs traitent les prépositions introduisant la source (...)

11Quirk et al. semblent considérer que away from est susceptible de fonctionner comme une préposition complexe6, apparaissant parfois en concurrence ou en distribution complémentaire avec from, dans des énoncés comme (12), qui leur est emprunté.

Exemple 12 :

Ann drove (away) from home. (Quirk et al., 1985, § 9.18)

12Away est analysé par Dufaye (2012) comme la trace d’un hiatus. Si on suit cette hypothèse d’analyse, la compatibilité de away avec from peut être vue comme un indice du fait que le hiatus, c’est-à-dire l’opération de rupture, n’est pas dénotée par ce marqueur, et inversement, l’incompatibilité de away avec out of pourrait résulter du fait que out of est déjà lui-même la trace d’une opération de disjonction.

13Par ailleurs, il semble que, contrairement à ce qui se passe avec out of, from ne véhicule pas seul l’idée d’un changement de domaine (spatial ici). De fait, la présence dans l’énoncé d’un terme autre construisant l’au-delà, qu’il s’agisse de away ici ou d’un terme construisant un autre espace, introduit par to en (5), ou encore d’un terme renvoyant à l’intentionalité du référent du sujet, et à son désir de quitter une localisation initiale (comme screaming, dans l’énoncé (1)), est nécessaire à l’acceptabilité de l’énoncé dans le contexte de l’expression d’un déplacement dans l’espace.

II. Out of : le passage d’un état de choses à un autre

14La représentation de out of en termes de rupture est par ailleurs cohérente avec toute une série d’emplois plus ou moins figés de ce marqueur, ou en tout cas de collocations out of Y fréquentes :

Exemple 13 :

As soon as she knew that her husband was out ofsight, Annie called Martha. (BNC)

Exemple 14 :

The crews on Storm King Mountain had split into two groups, each fleeing the fire nowout of control. (COCA)

Exemple 15 :

Truly, she must have been out of her mind! (BNC)

15Dans ces trois énoncés, le terme X (her husband, the fire, she) est mis en relation avec une propriété dénotée par le terme Y, propriété que le référent de X ne possède pas, ou plus :

Exemple 16 :

Her husband was not / no longer in sight.

Exemple 17 :

The fire was not / no longer under control.

Exemple 18 :

She was not / no longer in her right mind.

En d’autres termes, le référent du terme X serait, au moment repère, disjoint de cette propriété Y.

16On pourrait, dans le même ordre d’idée, mentionner l’expression out of the blue, qui, d’après la définition du Collins Cobuild reproduite ci-dessous, marque la survenue d’un événement inattendu, et le passage soudain d’un état de choses à un autre :

OUT OF THE BLUE: apparently from nowhere; unexpectedlythe opportunity came out of the blue.

17À cette idée d’hiatus, de séparation, s’ajoute la prise en considération d’un état normal ou antérieur du référent de X, ce qui est explicité en (16) à (18) dans les gloses en no longer, mais aussi dans l’environnement immédiat du marqueur dans les énoncés originaux, avec la présence de as soon as en (13), de now en (14), qui dénotent une transition, un changement de situation. En (18), nous avons inséré l’adjectif right, qui dénote l’idée d’un état habituel, attendu, avec lequel le référent de she se trouve temporairement localisé en rupture. Autrement dit, ce que signifient ces énoncés, ce n’est pas simplement que X ne possède pas la propriété dénotée par Y, mais qu’il ne la possède plus, par rapport à un état antérieur ou construit comme normal, habituel. L’emploi de out of dans ces énoncésva de paire avec la prise en compte de deux états du référent de X, un état initial et un état final, avec un repérage de X par rapport à Y en deux temps, que l’on pourrait représenter par les opérations d’identification et de rupture, dans cet ordre.

18On peut d’ailleurs noter que les termes Y que l’on rencontre le plus fréquemment avec out of, en dehors des termes renvoyant à des localisations spatiales, sont souvent associés à l’idée d’une norme, qui est dépassée, dans des combinaisons comme out of control, fashion, place, work, business, etc.

  • 7  Analysés respectivement par Gilbert et Flucha.

19La possibilité, avec out of, de prendre en compte deux états distincts du référent de X le rend particulièrement compatible avec les contextes dynamiques, et le démarque d’autres marqueurs de rupture comme above ou below7 :

Exemple 19 :

The karts are petrol powered vehicles designed for children above/ *out of8 years old (above/*out of 130cm high). (www)

20En (19), les deux occurrences de above introduisent le seuil permettant de circonscrire la catégorie dénotée par 8 years old, à l’extérieur de laquelle le référent de children est localisé. Above ne peut, dans cet énoncé, être remplacé par out of. Ce n’est donc pas la simple localisation au-delà d’une limite ou à l’extérieur d’un espace donné que marque out of, contrairement à above, mais bien le passage d’un état de choses à un autre.

III. From : l’expression de l’origine

21From, quant à lui, ne signale pas la sortie d’un espace-source, pour reprendre les termes de l’analyse cognitiviste, mais l’éloignement par rapport à un point de départ. C’est en tout cas une manière de gloser ses emplois spatiaux, que l’on retrouve dans les dictionnaires :

You use from when you mention the place that someone leaves in order to go somewhere else. (Collins Cobuild English Language Dictionary, 1988)

22Comme on peut le voir, cette idée est présente lorsque le marqueur est employé dans la construction d’intervalles temporels, notamment :

Exemple 20 :

Membership […] runs from January to January. (BNC)

23En (20), January constitue la borne de gauche de l’intervalle temporel occupé par le référent de membership (le terme introduit par to, January, construit la borne de droite du même intervalle). On peut noter que l’occurrence Y est incluse dans l’intervalle construit. C’est la même chose en (21), dans lequel les tuyaux occupent aussi une portion de l’espace dénoté par Belarus :

Exemple 21 :

He said border guards had unearthed four similar pipelines running from Belarus to Lithuania this year. (www)

24C’est donc le concept d’origine qui est associé au terme introduit par from dans ces énoncés, qu’il s’agisse du point de départ d’un déplacement dans l’espace ou de la borne de gauche d’un intervalle temporel. On retrouve cette idée dans des énoncés non dynamiques comme (22), que l’on peut comparer à (23) :

Exemple 22 :

He is from London. (www)

Exemple  23 :

He is out of London. (www)

Seul (22) peut recevoir la paraphrase (24) :

Exemple 24 :

He is a Londoner.

25L’aspect qualitatif, c’est-à-dire la mise en relation des propriétés des termes X et Y est mis en avant avec from en (22), dans lequel le syntagme prépositionnel permet d’attribuer une propriété au référent de He. Out of, en (23), permet uniquement de localiser temporairement le référent de He dans un domaine spatial dissocié de celui dénoté par London. D’ailleurs, l’insertion de l’adverbe currently est difficile avec from, alors qu’avec out of, elle ne fait qu’expliciter un aspect déjà présent dans l’énoncé d’origine :

Exemple 25 :

* He is currently from London.

Exemple 26 :

He is currently out of London.

26On retrouve, avec out of, l’idée d’une différence par rapport à une norme, à une habitude, dans la mesure où l’énoncé semble pré-construire London comme la localisation normale, habituelle du référent de He.

27Ces manipulations confirment le fait que out of ne se contente pas de localiser X hors de Y, mais indique qu’il y a changement de localisation pour X, passage de Y à hors Y, et que ce changement de localisation est situationnel, occasionnel. L’interprétation de l’énoncé (23) est strictement spatiale. From, en (22), attribue au référent de he une propriété associée au domaine délimité par Y, ce qui est explicité en (24) sous la forme de la relation prédicative <he - be a Londoner>.

IV. From et out of : deux types de causalité différents

28Dans des exemples comme (22) et (23), seul from met en jeu les délimitations qualitatives des termes X et Y. Pour autant, cela ne signifie pas que out of n’est pas à même, dans d’autres contextes, de construire un lien qualitatif entre ces occurrences, mais la nature de ce lien est alors différente. On le constate si l’on s’intéresse de plus près aux combinaisons que l’on rencontre dans l’expression d’un rapport causal, après le procès die par exemple :

Exemple 27 :

Until last week, no one had diedfromanthrax in the United States in 25 years. (COCA)

Exemple 28 :

I may even have killed her; she diedoutofshame, shame to have such a son, a good-for-nothing as she used to say. (COCA)

29Dans les énoncés de ce type, le marqueur out of se révèle nettement plus contraignant quant au choix du terme Y que from. En particulier, il apparaît que out of n’est compatible qu’avec des termes dont les référents ne peuvent avoir directement entraîné la mort du référent du sujet du procès die. Le substituer à from en (29) est ainsi impossible:

Exemple 29 :

* Until last week, no one had died out of anthrax in the United States in 25 years.

30Au contraire, avec from, parmi les termes que l’on rencontre le plus fréquemment dans le BNC, on trouve wounds et injuries, qui sont plus difficilement compatibles avec out of, mais aussi cancer, aids, pneumonia, illness, starvation, asphyxiation, etc. L’ensemble de ces termes se trouve localisé dans le voisinage du domaine notionnel dénoté par die et vient spécifier l’occurrence de /die/ à laquelle on a affaire. Ces occurrences Y construisent des propriétés permettant de distinguer différents types de /death/ et de construire des sous-classes. On pourra ainsi distinguer des occurrences de /death from anthrax/ d’occurrences de /death from starvation/, par exemple. A l’inverse, les termes que l’on rencontre après out of dénotent des causes de décès atypiques. On trouve ainsi: grief, sorrow, ignorance, fear, pain, love, faithfulness (to…), etc. On observe le même phénomène en (30) et (31):

Exemple 30 :

During the sale, 15 bidders fainted from/*out of the heat, beating the previous record, held by Christie’s, for numbers of bidders passing out in an Impressionist sale.

Exemple 31 :

She almost fainted out of/? from disbelief.

  • 8  Interrogé via Google, avec une restriction sur le domaine de recherche (.co.uk)

31On peut également remarquer qu’internet8 ne livre aucune occurrence de death out of love dans laquelle out of love serait un postmodifieur de death, alors que l’on trouve de nombreuses occurrences de death from starvation :

Exemple 32 :

Facial tumour disease spreads quickly and causes death from starvation or suffocation […] (www)

Exemple 33 :

* Divorce often causes death out of love.

32Le lien causal qu’établit out of semble ne pouvoir être que situationnel. Le marqueur ne peut construire de relation causale qu’entre des termes n’entretenant a priori aucun lien notionnel, et cette relation est nécessairement repérée par rapport à une situation spécifique et à un sujet spécifique (Tyler et Evans, 2003 – cf. ci-après –, associent cet emploi de out of à l’intériorisation d’un stimulus par un animé humain).

33D’une manière générale, la linguistique d’inspiration cognitiviste voit dans l’expression de la causalité par les prépositions une métaphore, une transposition de leur valeur spatiale dans un autre domaine sémantique. On trouve chez Dirven (1995) un tableau, que nous reproduisons ci-dessous, donnant un aperçu de la manière dont les prépositions « encodent », pour ce linguiste, la relation causale. Out of et from, auxquels nous consacrons ces pages, y sont représentés :

Types of cause (Dirven, 1995, p. 117)

Inherent

Immediate

Simultaneous

Internal

Of

+

+

+

+

With

-

+

+

+

In

-

-

+

+

Out of

-

-

-

+

From

-

-

-

-

At

-

+

-

-

About

-

-

+

-

Over

-

-

+

-

34La différence entre les deux marqueurs résiderait alors dans le caractère interne ou externe de la cause. Cela n’est en rien incompatible avec notre analyse, qui présente la cause introduite par out of comme étant davantage une motivation qui sous-tend une réaction de la part d’un animé humain, mais l’étude de Dirven (1995) place from et out of sur le même plan pour ce qui concerne le caractère direct ou indirect du lien causal, ce qui, à la lumière des énoncés étudiés dans les paragraphes qui précèdent, nous semble distinguer les deux marqueurs. Néanmoins, elle a le mérite de mettre en lumière la forte propension de out of à introduire des termes dénotant des sentiments, des émotions.

35C’est effectivement ce qui se produit dans des énoncés comme (3) et (4), à la différence près que le sujet est, cette fois, agent du procès (ce qui n’est pas le cas avec die) :

Exemple 3 :

They did it from/out of necessity.

Exemple 4 :

They did it *from / out of revenge.

36La relation entre la validation de la relation prédicative <they – do it> et le terme necessity ou revenge relève d’un lien de causalité, dans lequel le terme Y constitue la cause et la relation prédicative, la conséquence ou le résultat. En introduction, nous avions constaté, en (4), l’impossibilité pour from d’introduire le terme revenge, ce qui indique que cette relation causale n’est pas de même nature avec les deux marqueurs. Si on se penche sur les grandes bases de données comme le BNC et le COCA, ou même dans google, on s’aperçoit rapidement que parmi les termes entrant plus difficilement en combinaison avec from, un nombre important renvoie à un sentiment attribué au référent du sujet de la relation prédicative :

Exemple 34 :

I’m not clinging to my faith out of frustration and bitterness.

Exemple 35 :

? I’m not clinging to my faith from frustration and bitterness.

Exemple 36 :

I started to eat out of boredom and my body just ballooned up.

Exemple 37 :

? I started to eat from boredom and my body just ballooned up.

37Ce que font apparaître ces divergences dans la distribution des termes Y, c’est le fait que le terme introduit par out of a davantage valeur d’explication ou de justification de la validation de la relation prédicative par son sujet que celui introduit par from, qui dénote une cause perçue comme plus directe. On remarque également que dans les exemples (34) et (36), la forme be + -ing et le procès inchoatif start qui mettent l’accent sur la borne de gauche de l’événement, et sur l’intentionnalité du référent du sujet. Ce n’est pas le cas dans tous les énoncés, mais ce type de contextes est fréquent avec out of, c’est un phénomène qui est d’ailleurs observé par Tyler et Evans(2003, p. 215-216) :

In this sense [the Cause Sense] a particular emotion or attitude, the LM, motivates a particular action, event or outcome.

38C’est aussi ce que l’on trouve chez Radden (1983), dont les travaux inspirent l’analyse de Dirven (1995) évoquée plus haut, et qui propose le traitement suivant pour les emplois causaux de from et out of :

[…] from in its causal sense implies mediate causation, which is linked to the spatial notion of distance […] Out of, lastly, evokes the image schema of emergence which underlies its sense extension of emotional, but still controlled causation. (Radden, 1983, p. 192)

39Piaget, dans le cadre d’une étude de l’emploi du connecteur parce que par de jeunes enfants, est amené à distinguer trois types de relations causales, qui correspondent à trois emplois de ce marqueur du français :

Avant de décrire nos résultats, il convient de distinguer deux types essentiels de liaisons que marque la conjonction « parce que », la liaison de cause à effet, ou causale, et la liaison de raison à conséquence, ou logique.

Le « parce que » causal marque une liaison de cause à effet entre deux phénomènes ou deux événements. Dans la phrase que nous donnons à l’enfant : « Ce monsieur est tombé de sa bicyclette parce que… », le « parce que » appelle une liaison causale, puisqu’il s’agit de relier un événement (une chute) à un autre événement (par exemple, « quelqu’un lui a barré le passage »), et non une idée à une idée.

Au contraire, le « parce que » logique marque une liaison non plus de cause à effet, mais d’« implication », de raison à conséquence : le « parce que » relie dans ce cas non plus deux faits d’observations, mais deux idées ou deux jugements. Par exemple, « la moitié de 9 n’est pas 4, parce 4 et 4 font 8. » Ou : « Cette bête n’est pas morte, parce que (ou puisque) elle bouge encore. »

  • 9  Nous soulignons.

[…] Ceci dit, il importe de distinguer un troisième type de liaison, que l’on peut considérer comme intermédiaire entre les deux précédents, et que nous appellerons la liaison de motif à action ou psychologique. Le « parce que » marquant cette liaison établit une relation de cause à effet, non pas entre deux faits quelconques, mais entre une action et une intention, entre deux actions psychologiques. Par exemple : « J’ai donné une gifle à Paul parce que… il s’est moqué de moi. » La relation est ici en un sens empirique puisqu’il s’agit de deux faits et d’une explication causale. En un autre sens elle est logique, puisqu’elle fait intervenir une raison, un motif intelligent comme cause : il y a donc ici autant une justification qu’une explication. (Piaget, 1978, p. 15-16)9

40Dans cette typologie, le marqueur from serait, à associer au deuxième type de liaison (on le voit bien dans des énoncés comme (38) et (39) par exemple), et relèverait de la relation d’implication, par opposition à out of, qui introduit, lui, une justification ou une explication plus qu’une véritable cause :

Exemple 38 :

Hilary’s mother could be ill. From what you say she’s very frail.

Exemple 39 :

From what I can gather from Joanie, she’s been taking drugs since her last year at school.

41(38) et (39) mettent en jeu des relations logiques d’inférence. From pourrait y faire l’objet d’une glose (certes maladroite) en The assumption that X is based on Y, comme illustré ci-dessous :

Exemple 40 :

Hilary’s mother could be ill. The assumption that she’s very frail is based on what you say.

Exemple 41 :

The assumption that she’s been taking drugs since her last year at school is based on what I can gather from Joanie.

42Les gloses (40) et (41) font apparaître le fait que la représentation que véhicule la relation prédicative <Hilary’s mother – be ill> ou <she – take drugs since her last year at school> se fonde sur le terme Y, c’est-à-dire, sur what you say et what I can gather from Joanie. D’une certaine façon, on peut considérer que le terme Y constitue le fondement notionnel à partir duquel on élabore le contenu propositionnel dénoté par la relation prédicative X. From introduit l’élément qui permet à l’énonciateur de prendre la relation prédicative X en charge. On ne peut substituer out of à from dans cet emploi.

43From et out of ne marquent donc pas le même type de relation causale. En effet,

  • seul from est apte à mettre en relation des termes entre lesquels il existe une forme de voisinage notionnel;

  • le terme introduit par out of constitue une justification ou une motivation ponctuelle de l’événement dénoté par la relation prédicative, non généralisable, non reconstructible à partir des propriétés des termes mis en relation.

44Il existe donc des propriétés communes entre les termes mis en relation par from, ce qui n’est pas le cas entre les termes mis en relation par out of. Ce dernier point est caractéristique, dans la Théorie des Opérations Enonciatives, de l’opération de différenciation (qualitative), qui suppose que l’altérité entre les occurrences mises en relation puisse être réduite ou éliminée, sur la base de la prise en compte d’au moins une propriété commune.

V. From et out of : les ingrédients et matières premières

45Cela apparaît aussi dans les contextes semblables à celui illustré en (2), mais également en (42) :

Exemple 42 :

If you order soup or ploughman’s you get a choice of four or five different kinds of bread, all baked from flour from the mill. (www)

Exemple 43 :

? If you order soup or ploughman’s you get a choice of four or five different kinds of bread, all baked out of flour from the mill.

46(42) renvoie au contexte d’une préparation culinaire, dans lequel le référent de Y désigne un ingrédient ayant servi à l’élaboration du référent de X. Cette fois encore, Y dénote une propriété de X, et dans ce cas également, out of pose des problèmes d’acceptabilité, alors même qu’on le rencontre dans des énoncés comme (44) :

Exemple 44 :

For example, the Crazy Clay Bugs kit includes entomological facts about 14 bugs that a child molds and bakesoutof clay. (COCA)

47En (44), contrairement à ce qui se produit en (42), clay ne dénote pas un ingrédient ayant servi à l’élaboration de 14 bugs, mais un matériau malléable qui passe d’une forme initiale, qui correspond aux propriétés constitutives de la notion qu’il dénote, à une forme finale (14 bugs).

48Dans le même ordre d’idée, on pourra comparer la distribution de la séquence built from/out of stone/stones dans google.co.uk :

Built from stone 533 occurrences

Built out of stone 197 occurrences

Built from stones 167 occurrences

Built out of stones 195 occurrences

49Le singulier et le pluriel se rencontrent dans des proportions similaires avec from et out of, alors que le singulier est nettement majoritaire derrière from. (45) et (46) illustrent les deux seules occurrences de built out of stone du COCA :

Exemple 45 :

The church building was much bigger than the one in Addison and was builtoutofstone, not wood. (COCA)

Exemple 46 :

Builtoutofstone and wood in the late’ 40s, the house is far more modest than the view. (COCA)

On peut les comparer à (47) :

Exemple 47 :

Originally a wooden fortress, Hastings Castle was later builtfromstone shipped by the Normans from Caen in France. (BNC)

50En (47), Hastings Castle est une occurrence de stone castle, alors qu’en (45) et (46) the church building et the house ne sont pas des occurrences de stone church building ou de stone house. Dans les deux cas, la délimitation qualitative de l’occurrence X fait l’objet d’un enjeu, le marqueur out of introduisant une forme d’altérité sur ses propriétés, via la mention de l’occurrence wood. Ce phénomène se produit aussi avec from, comme on peut le voir en (48), mais il est intéressant de noter qu’il semble s’agir d’une condition nécessaire à l’apparition du singulier derrière out of :

Exemple 48 :

Sir Joseph Bazalgette designed the stone structure we see today, it was built from stone andCornish granite at a cost of £ 240,433 and was opened in 1886.

51(48) fait aussi apparaître, avec the stone structure, l’idée que stone dénote une propriété de l’occurrence. D’ailleurs, dans un énoncé comme (49), on observe un glissement explicite des propriétés dénotées par stone vers le référent de the mastabas of Giza and Saqqara explicité par they have endured :

Exemple 49 :

Luckily some of the mastabas at Giza and Saqqara were built from stoneand so they have endured. (www)

52Le pluriel, qui est moins fréquent avec from, est d’emblée compatible avec la possibilité d’introduire de la distingabilité qualitative et la prise en compte de l’altérité, et surtout, il rétablit le quantitatif. Ainsi, dans des exemples comme (50) et (51), dans lesquels stones ne nomme pas directement une propriété, mais des individus, les deux marqueurs sont également acceptables :

Exemple 50 :

She loves the house, builtfromstones her uncle carted from Arkansas.

Exemple 51 :

Its three walls were builtoutofstones cleared from the surrounding cultivated fields.

53La distribution du dénombrable singulier et pluriel dans ce type de configuration nous semble être un indice supplémentaire en faveur d’une analyse de from comme marqueur de différenciation, c’est-à-dire comme opérateur mettant en relation des termes partageant des propriétés communes.

54Nous avons donc défendu l’hypothèse selon laquelle des opérations différentes sous-tendraient le fonctionnement des marqueurs from, d’une part, et out of, d’autre part. Ces opérations seraient la différenciation pour from et la rupture pour out of. Cette représentation pourrait être affinée, dans la mesure notamment où from se distingue d’autres marqueurs de différenciation, comme on (cf. Gilbert, 2004) par exemple, dans la mesure où il n’a pas d’emploi spatial statique. La question du fondement du dynamisme associé à ce marqueur se pose, de même que celle de l’orientation de la relation de repérage entre X et Y, que nous n’avons pas discutée dans ce travail. Néanmoins, la représentation de ces deux marqueurs au moyen d’opérations différentes peut nous amener à qualifier d’accidentelle, ou d’inattendue, la concurrence qui apparaît parfois entre eux. Dans le même temps, elle permet aussi d’apporter une explication aux contraintes observées sur la distribution des marqueurs et aux nuances sémantiques constatées.

Haut de page

Bibliographie

Culioli, A., 1990-1999, Pour une linguistique de l’énonciation, tomes 1, 2 et 3, Paris, Ophrys.

Dirven, R., 1995, “The construal of cause: the case of cause prepositions”, in Taylor, J. R. and Maclaury, R. E. (eds), Language and the Cognitive Construal of the World, Berlin/ New York, Mouton de Gruyter, p. 95-136.

Dufaye, L., 2007, « Localisation spatiale et temporelle avec in, on et at », Complétude, cognition, construction linguistique, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 99-109.

Dufaye, L., 2008, « Analyse des propriétés aspectuelles de away », Groussier, M. -L. et Rivière, C. (éds), De la notion à l’énonciation et retour, Numéro Spécial des Cahiers de Recherche, tome 10, Paris, Ophrys, p. 51-62.

Dufaye, L., 2009, « I wrote this article in the space of a week : in et since/for : analyse topologique des emplois temporels », in Delmas, C. (éd.), Espace-Temps Anglais, Collection Faits de langues, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 187-197.

Dufaye, L., 2012, « Away: a case of aspectual schizophrenia explained by argument structure », in Sekali, M. and Trévise, A. (eds), Mapping Parameters of Meaning, Cambridge, Cambridge Scholars, p. 36-41.

Flucha, L., 2005, « Le connecteur AS et l’opération d’identification », Cycnos, 21, n° 1, 2005, http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=62.

Flucha, L., 2007, « Les dessous de under et below », Syntaxe et Sémantique 8, Caen, Presses Universitaires de Caen, p. 29-42.

Guimier, C., 1986, Syntaxe de l’adverbe anglais, Lille, Presses Universitaires de Lille.

Gilbert, É., 2004, « Ébauche d’une formalisation des prépositions in, on et at », in Cycnos 21 n° 1, p. 93-111.

Gilbert, É., 2006, « Remarques autour de quelques prépositions », in Ducard, D. et Normand, C. (éds), Antoine Culioli, un homme dans le langage, Paris, Ophrys, p. 285-301.

Gilbert, É., 2007, « A propos de behind et after », in Syntaxe et Sémantique, 8, Caen, Presses Universitaires de Caen, p. 13-27.

Hamelin, L., 2010,« To me, chess is not a sport : to et le point de vue », Corela, 8, 2, http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1667.

Jackendoff, R., 1990, Semantic Structures, MIT Press, Cambridge (Massachusetts).

Lakoff, G., 1987, Women, Fire and Dangerous Things: what Categories Reveal about the Mind, Chicago, University of Chicago Press.

Langacker, R., 1987-1991, Foundations of Cognitive Grammar, Stanford, Stanford University Press.

Piaget, J., 1924 (1978), Le jugement et le raisonnement chez l’enfant, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 8ème édition.

Quirk, R., Greenbaum, S., Leech, G. and Svartvik, J., 1985, A Comprehensive Grammar of the English Language, London and New York, Longman.

Radden, G., 1983, “Spatial metaphors underlying prepositions of causality”, Linguistic Agency Trier, vol. 114, p. 177-205.

Stosic, D., 2007, “The prepositions par and à travers and the categorization of spatial entities in French”, in Aurnague, M., Hickmann, M. & Vieu, L. (eds), The Categorization of Spatial Entities in Language and Cognition,Amsterdam/ Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, p. 71-92.

Talmy, L., 1983, “How language structures space”, in Pick, H. L. and Acredolo, L.P. (eds), Structural Orientation: Theory, Research and Application, New York, Plenum Press, p. 225-282.

Tyler, A. and Evans, V., 2003, The Semantics of English Prepositions: Spatial Scenes, Embodied Meanings and Cognition, Cambridge, Cambridge University Press.

Collins Cobuild English Language Dictionary.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce sujet Langacker (1987-1991) et Lakoff (1987) par exemple.

2  Énoncé provenant du Corpus Of Contemporary American English (COCA).

3  Énoncé provenant du British National Corpus (BNC).

4  Énoncé provenant de sites web du domaine .co.uk

5  Les informateurs ne sont pas unanimes quant à l’acceptabilité de cet énoncé. Plusieurs le jugent vieilli. De fait, si on cherche sur le COCA la combinaison Verbe + away + from, on observe que la fréquence pour mille des énoncés dans lesquels le verbe est un verbe de mouvement augmente de façon significative à partir des années 1960. Il n’en reste pas moins que la combinaison verbe de mouvement + from (sans away) reste attestée en anglais contemporain et apparaît dans des grammaires.

6  Dans le paragraphe 9.18, dans lequel les auteurs traitent les prépositions introduisant la source d’un déplacement dans l’espace : (away) from, out of et off.

7  Analysés respectivement par Gilbert et Flucha.

8  Interrogé via Google, avec une restriction sur le domaine de recherche (.co.uk)

9  Nous soulignons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lise Hamelin, « Out of et from, une synonymie attendue ? », Linx, 66-67 | 2012, 137-150.

Référence électronique

Lise Hamelin, « Out of et from, une synonymie attendue ? », Linx [En ligne], 66-67 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://linx.revues.org/1458 ; DOI : 10.4000/linx.1458

Haut de page

Auteur

Lise Hamelin

Université de Cergy-Pontoise, LDI (UMR 7187)

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org