Navigation – Plan du site

Bon et quoi à l’oral : marqueurs d’ouverture et de fermeture d’unités syntaxiques à l’oral

Florence Lefeuvre
p. 223-240

Résumés

L’objet de cet article est de montrer que les mots du discours bon et quoi contribuent, dans le discours oral spontané, à démarquer de façon récurrente des segments formés autour d’un prédicat que nous appellerons « unités syntaxiques ». Bon ouvre des unités alors que quoi les clôture. Le plus souvent ces unités prédicatives sont autonomes c’est-à-dire qu’elles sont assorties d’une modalité d’énonciation. Parfois, ces unités prédicatives ne sont pas forcément autonomes, telles que le discours rapporté ou les réponses aux questions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ainsi, dans le corpus du français parlé parisien, la locutrice Nicole Noroy (14e) utilise bon 121 (...)
  • 2  L’étude de bon se base sur les interviews suivantes : interviews de Pauline de Bordes (7e), Lauren (...)

1Pour cet article, nous partirons du constat unanime que le discours oral s’appuie, pour se constituer, sur de petits mots tels que bon, donc, enfin, quoi appelés « ponctuants » (Vincent, 1993), « particules énonciatives » (Fernandez-Vest, 1994), « marqueurs métadiscursifs » (Hansen, 1995), « petites marques du discours » (Brémond, 2002), « particules discursives » (Teston-Bonnard 2006), « marqueurs discursifs » (Dostie & Pusch 2007). La liste de marqueurs que nous venons de mentionner n’est pas close et dépend de la situation d’énonciation et du type de locuteur1. Pour tout ce qui suit, nous nous appuierons sur le Corpus du Français parlé parisien (CFPP2000, cf. Branca et al.)2 qui rassemble des entretiens de locuteurs nés à Paris ou en banlieue parisienne : par rapport aux genres oraux spontanés, tels que la conversation, qui peuvent être classés parmi les genres premiers de Bakhtine, 1984, ces entretiens peuvent être considérés comme appartenant aux genres seconds ; mais le fait qu’ils soient semi-dirigés, avec une prise de parole qui peut s’avérer assez libre pour les interviewés, complexifie ce classement et les rapproche des genres premiers. Les marqueurs évoqués ci-dessus sont, par leur fréquence et leur régularité, propres au discours oral spontané que l’on rencontre dans les conversations. Ces entretiens, qui favorisent une expression plutôt spontanée, en comportent également en abondance.

2L’objet de cet article est de montrer que les lexèmes tels que bon, donc, enfin, quoi contribuent, à l’oral, à démarquer de façon récurrente des segments formés autour d’un prédicat que nous appellerons « unités syntaxiques ». Nous nous centrerons sur deux d’entre eux, bon et quoi sur lesquels ont déjà porté plusieurs de nos travaux et qui correspondent à deux grands pôles de démarcation d’unités, l’un – bon – ouvrant des unités et l’autre – quoi – les clôturant. Quelques auteurs (Cf. Teston-Bonnard, 2006) mentionnent la possibilité pour ces marqueurs d’apparaître à n’importe quel endroit de la chaîne syntagmatique. Sans la nier, nous verrons qu’elle est toujours en lien avec leur aptitude à délimiter des unités syntaxiques prédicatives.

3Les aspects sémantiques, syntaxiques et discursifs de ces marqueurs seront étudiés dans une première partie, ce qui permettra de comprendre leurs possibilités démarcatives. Dans une deuxième partie, nous montrerons, en prenant appui sur le CFPP2000, que ces marqueurs délimitent principalement des unités syntaxiques prédicatives autonomes. Notre troisième partie mettra en évidence que les marqueurs bon et quoi peuvent également délimiter des unités syntaxiques non autonomes.

1. Aspects syntaxiques, sémantiques et discursifs de bon et quoi

4Nous rappellerons ici quelques résultats de notre recherche concernant bon et quoi (cf. Lefeuvre, 2006 ; Lefeuvre, 2011 et Lefeuvre et al., 2011).

1.1. Bon

5Nous analysons bon comme un évaluateur de discours qui est à rapprocher des prédicats averbaux – adjectivaux notamment – qui caractérisent le discours, tels que :

(1)

[…] le tout-nucléaire n’est pas la solution au problème du réchauffement. Aujourd’hui, il représente 5 % environ de l’énergie primaire consommée par les hommes. Il faudrait construire 8000 réacteurs (contre 400 aujourd’hui) pour que l’atome remplace le pétrole et le charbon. Infaisable en vingt ou trente ans. (Fin d’article, Le Nouvel Observateur, 14-20 décembre 2006)

6Bon ne varie pas en genre ni en nombre, parce qu’il évalue le discours : il ne peut en aucun cas, de même que les prédicats adjectivaux, subir de variation. Cependant il se distingue des prédicats adjectivaux évaluateurs de discours en ce qu’il a perdu la possibilité de varier en degré et d’accepter des adverbes d’intensité :

  • 3  + : pause : montée de la mélodie

(2)

spk2 : j’pense que j’axerais mes mes recherches étant donné que quand on achète j’pense que c’est pour le long terme j’axerais mes recherches sur des quartiers euh : : seizième septième premier euh : huitième :

spk1 : d’accord +

spk2 : voilà +

spk1 : bon + très bien

spk2 : parce que les autres on va dire j’les connais pas hein (Lucie Da Sylva, [07-02])3

(2a)

*Moins bon / *Très bon / *Tout à fait bon.

7Il n’accepte pas non plus la négation qui normalement peut toujours se combiner avec les prédicats adjectivaux :

(2b)

*Pas bon.

8contrairement à infaisable, plus haut :

(1a)

Tout à fait infaisable en vingt ou trente ans

(1b)

Pas infaisable en vingt ou trente ans.

9Il se trouve donc en marge de la catégorie prototypique des adjectifs et n’est pas forcément reconnu comme adjectif par les grammairiens (cf. Noailly, 1999).

10Qu’en est-il de sa valeur sémantique ? Bon est pris dans une tension entre deux mouvements opposés. Dans certains exemples, notamment lorsqu’il se trouve en début de tour de parole, ilgarde nettement sa valeur d’assentiment et peut se paraphraser par bien, cet adverbe pouvant même lui être juxtaposé, comme en 2.

  • 4  Pour Jayez, bon, plutôt que de marquer une « ratification » ou une « acceptation », présuppose qu’ (...)

11Cette valeur d’assentiment est nuancée par les auteurs en raison de la réserve que peut impliquer bon dans certaines situations de discours :« ce que tu dis est accepté par moi »4 « même si je ne suis pas au fond d’accord » (cf. Winther, 1985 et Brémond, 2002). Pour Jayez, bon ne signifie pas tant une « ratification » ou une « acceptation », qu’un « processus » qui est présenté comme « terminé » (2004 : 17) ; c’est donc une analyse d’ordre aspectuel qui est proposée.

12Dans d’autres exemples, lorsque bon se trouve inséré dans le discours, il semble le plus souvent avoir perdu toute valeur d’assentiment, refusant la paraphrase avec bien ou d’accord :

(3)

spk1 : si on connaît quand même les habitués je pense à un (hein, un ) principalement où on va parce que c’est vrai qu’ c’est assez dur je trouve de de + quand même de créer des liens dans les cafés bon c’est peut-être aussi notre âge qui fait qu’ c’est moins facile que quand on est quand même jeune heu + heu + + donc y en a un si on + voilà on connaît quand même les habitués c’est souvent enfin les mêmes qui (rire) qui se retrouvent le soir à mon avis avant de’ rentrer chez eux des gens seuls et voilà qu’ont besoin aussi d’un peu d’ chaleur heu + + (CFPP2000, [11-01])

(3a)

c’est assez dur je trouve de de + quand même de créer des liens dans les cafés *d’accord / *bien c’est peut-être aussi notre âge qui fait qu’ c’est moins facile que quand on est quand même jeune

13Il peut même alors se trouver en début de tour de parole :

(4)

spk1 : y a encore d’ la poussière de charbon

spk2 : bon ça c’est des souvenirs de jeunesse qui ont été assez longs ça a duré assez longtemps puisque ça a duré euh + jusqu’au milieu des années soixante peut-être enfin je sais plus trop euh (CFPP2000, [Mo-01])

14Pour autant bon s’est-il complètement désémantisé ? Il nous semble qu’il garde une valeur de validation du discours et que comme précédemment, il continue d’évaluer le discours précédent et non le discours suivant (cf. pour cette hypothèse, Morel et Danon-Boileau pour lesquels bon exprime « l’évaluation positive de l’énonciateur sur le choix de l’argument qu’il se prépare à énoncer » (1998 : 39)).

15Mais cette évaluation ne renvoie qu’à une validation partielle, ce qui implique un segment à sa droite :

P est validé partiellement, nous ajouterons Q pour compléter P

16Cela donne pour (3) :

P (c’est assez dur je trouve de de + quand même de créer des liens dans les cafés) est validé partiellement, nous ajoutons Q (c’est peut-être aussi notre âge qui fait qu’ c’est moins facile que quand on est quand même jeune) pour valider le premier segment

17avec ici une relation de concession (cf. pour cette valeur, Hansen, 1995 et Brémond, 2002) :

(3b)

c’est assez dur je trouve de de + quand même de créer des liens dans les cafés, même si c’est peut-être aussi notre âge qui fait qu’ c’est moins facile que quand on est quand même jeune.

18Le plus souvent la relation est de type métadiscursif, dans le sens où bon porte sur le discours en train de s’élaborer. Il s’agit alors de compléter le discours pour valider le segment précédent, comme dans cet exemple :

(5)

spk2 : moi j’trouve que qu’y a des différences + architecturales des différences euh mêmes + linguistiques j’trouve que les gens parlent différemment + euh de des cultures différentes bon euh j’trouve que oui y a énormément de + différences 
(CFPP2000, [KB, 01]).

19Il peut alors y avoir des marques d’hésitation, comme euh ci-dessus.

20Lorsqu’il est inséré dans le discours, bon possède bien le rôle de « charnière » décrit par exemple dans Brémond, 2002 qui évoque bon dans sa fonction « rétroactive » et sa fonction « proactive ». Ce qui nous intéresse ici, c’est que le sémantisme de bon, lié à l’évaluation du discours,lui permet d’articuler deux unités syntaxiques prédicatives.

1.2. Quoi

21Dans Lefeuvre, 2006, nous avons analysé le marqueur discursif quoi de l’oral comme apparenté au pronom quoi indéfini (suivant l’analyse de Moignet, 1981), mais « avec de fortes modifications de son statut pronominal », dans une position de constituant périphérique. D’un point de vue sémantique, nous partons du postulat que quoi garde une valeur sémantique fondamentale qui se décline en plusieurs traits selon ses emplois syntaxiques. Fondamentalement, quoi renvoie à du non catégorisé ou non classifié, comme les démonstratifs ce, cela, ceci (Corblin, 1987, Kleiber, 1994, Lefeuvre, 2006). A l’oral, ilsignifie, de la part du locuteur, une recherche de formulation (cf. Lefeuvre, 2006 et Lefeuvre et al., 2011). Ilapparaît régulièrement lorsque la formulation est problématique, notamment avec des segments répétés :

(6)

spk1 : non + non + + pas du tout pas du tout non donc la petite bande du lycée c’est pas c’est pas votre votre vie quoi

spk2 : et j’ m’en rends compte qu’on croyait qu’ c’était classique et c’était habituel et c’était pas habituel du tout hein

spk1 : oui euh euh la plupart des familles (CFPP2000, [07-03)

22des marqueurs d’hésitation tels que euh :

(7)

spk3 : euh on y va on y va doucement (rires) justement l’idée c’était + je savais pas exactement où il était + euh mais on allait y a- + on allait y aller à pieds et euh ça nous ferait faire une belle balade quoi (CFPP2000, [KB-01])

23des marqueurs d’approximation tels que comme ça (cf. Le Goffic, 1993 : 399) :

(8)

spk1 : oui + j’ai vu de l’absentéisme euh des + + une amie à moi qu’était vraiment paniquée euh son gamin fuguait pour aller pour ne pas aller euh à l’école donc passait ses journées à s’promener alors il avait quoi c’était l’année dernière il était en cinquième + parce que euh un en français deux en histoire géo trois en maths avec des moyennes comme ça donc quoi alors (CFPP2000, [11-01])

24Cette recherche de formulation se manifeste également par un positionnement du locuteur avec l’emploi de segments tels que je trouve :

(9)

spk2 : OUI+ donc vous êtes sévère pour le collège

spk1 : oui j’ trouve qu’il y a beaucoup d’oralité quoi c’est vraiment euh j’trouve que le (CFPP2000, [11-01])

25et par la présence régulière de paradigmes qui sont des choix possibles de formulation (cf. Lefeuvre, 2006) :

Exemple 10

et puis après bah non euh : c’était toute la période : : c’est surtout Brigitte Bardot qui m’a frappée à c’t’époque là et puis euh : Françoise Arnoux euh Charles Boyer des gens commeçaquoi(CFPP2000, [11-02])

26Elle permet au locuteur de se positionner par rapport à une formulation, de dire que c’est celle qu’il a choisie. Nous renvoyons aux travaux de Fernandez 1994 pour qui ce mot est le signe d’une « réappropriation (individuation expressive) de la notion par substitution au terme standard [efficace] d’une formulation familière (ponctuée par la particule quoi) » et à ceux de Beeching, 2007 pour qui l’emploi de quoi véhicule une idée de « camaraderie » et permet « une solidarité entre les locuteurs » (cf. Lefeuvre et al., 2011).

27Ce sémantisme peut expliquer que quoi délimite le plus souvent le rhème de l’énoncé ou du moins met en saillance la partie rhématique de l’énoncé (cf. Morel et Danon-Boileau, 1998). En effet la recherche de formulation concerne plus souvent ce qui est l’objet d’un « jugement différencié » de l’auteur (ibidem) qui concerne la partie rhématique de l’énoncé. Le thème, plus stabilisé, est moins sujet à formulation. Le rhème, dans les énoncés que nous avons pu observer, correspond généralement au segment prédicatif, basé sur un verbe conjugué ou un prédicat averbal. Voyons plus précisément ce qu’il en est.

2. Délimitation d’unités syntaxiques autonomes

28Nous nous intéresserons en premier lieu à la délimitation des unités syntaxiques autonomes verbales et ensuite à celle des unités syntaxiques autonomes averbales.

2.1. Bon et quoi délimitant l’unité syntaxique prédicative

29Bon et quoi délimitent de façon récurrente des segments qui forment des unités syntaxiques verbales autonomes.

30Ces unités qui s’appuient sur un verbe conjugué sont considérées comme « autonomes » à partir du moment où elles sont assorties d’une modalité d’énonciation, comme dans les exemples assertifs suivants :

(11)

spk2 : […] + moi je l’ai fait une année là pour ma fille l’année dernière enfin la cadette qui voulait vraiment bon elle a pris un an de cours de tennis voilà mais maintenant c’est fini (CFPP2000, [07-01])

(12)

spk2 : […] et ça moi je trouve ça très intéressant cette ambiance un peu internationale + des personnes des touristes qui vous demandent leur chemin à tous les coins de rue enfin ça fait vacances en même temps quoi je trouve ça vraiment sympa et euh ++ ben sinon c’est vrai qu’on a un cadre de vie vraiment enfin formidable on a + je sais pas moi j’ai gardé beaucoup d’amis dans le septième voyez (CFPP2000, [07-01])

  • 5  Dans les corpus analysés par Morel et par Teston-Bonnard, les résultats avoisinent également les 7 (...)

31Le lexème bon ouvre généralement une unité syntaxique autonome alors que quoi signale sa clôture : elle a pris un an de cours de tennis / ça fait vacances en même temps. Notre examen du Corpus du Français Parlé Parisien met en évidence la régularité de ces deux marqueurs dans le discours oral. Sur les 392 exemples de bon marqueur discursiftirés de CFPP2000, nous en avons relevé 282 où bon initie une unité syntaxique verbale autonome, soit 72 %. En ce qui concerne quoi, nous avons trouvé 248 occurrences où quoi correspond au marqueur discursif propre à l’oral : quoi clôture une unité syntaxique verbale autonome dans 173 occurrences, soit dans 70 % des cas (cf. Lefeuvre et al., 2011) 5.

32Bon n’initie pas toujours forcément le segment formé par le couple sujet-prédicat, appelé « noyau » dans Le Goffic, 2008. Régulièrement, il initie un ensemble syntaxique plus vaste, composé d’un élément périphérique (l’année dernière ci-dessous) et du couple sujet-prédicat proprement dit :

(11a)

bon l’année dernière elle a pris un an de cours de tennis

33Dans cet exemple :

(13)

spk2 : euh ils ont en général bon pour vivre dans c’ quartier il faut quand même beaucoup d’argent parce que les loyers sont très très chers ici (CFPP2000, [14-01])

34la position initiale de bon permet de supposer — même sans écouter cet extrait — que le circonstant pour vivre se rattache à il faut quand même beaucoup d’argent et non à ils ont en général. Elle contribue également à expliquer que bon se trouve régulièrement en début de tour de parole :

(14)

spk1 : euh non j’ suis euh sur PC j’ai eu un MAC et j’ suis passée sur PC

spk2 : bon moi je suis pas euh + ça c’est vrai pas très très bonne euh mais + c’est indispensable de + non mais j’ crois qu ’ j’ vais reprendre un MAC moi euh et donc mais c’ que je trouve (CFPP2000, [07-03])

35et qu’il intervient de façon régulière après le redémarrage d’un énoncé (64 occurrences), comme en (13). Il marque ainsi le début d’un nouvel énoncé.

36La position finale de quoi permet de comprendre que ce mot puisse se trouver en fin de tour de parole (54 occurrences) :

(15)

spk2 : et ça m’a fait un ef- un effet bizarre hein c’était bizarre c’était un peu l’Amérique + vous savez c’était amus- on s’ rendait pas compte du tout de : de c’ que ça allait entraîner d’ modifications mais là aussi c’étaient des débuts d’ modifications considérables et c’était am- amusant quoi

spk1 : mais alors + vous en dites quoi de ces modifications vous m’avez parlé du quartier des petites boutiques (CFPP2000, [07-03])

37Quoi se trouve ainsi le pendant de bon. On peut les trouver tous les deux, l’un en position initiale et l’autre en position finale (16 occurrences) :

(16)

spk2 : bon là on voyait des gens qu’on connaît pas forcément quoi (CFPP2000, [Mo-01])

38Signalons également le segment récurrent (enfin) bon voilà quoi (4 occurrences) :

(17)

spk2 : moi mon père était militant ma mère non mon père était militant + + mon père était militant bon il a

spk1 : ah oui il a

spk2 : il est allé au S.T.O.+ il a il est allé envoyé en Allemagne enfin bon voilà quoi c’est un parcours comme beaucoup d’ jeunes à l’époque ont dû ont dû donc il était militant parce qu’il a vécu une expérience (CFPP2000, [Mo-01])

39En (17), enfin bon est chargé de porter une conclusion à ce qui a été dit précédemment (enfin) et de le valider partiellement (bon). Voilà renvoie aux prédications verbales précédentes (il est allé au S.T.O. / il a il est allé envoyé en Allemagne). La présence de quoi signale une recherche dans la formulation de ces prédications.

40Nos deux marqueurs discursifs ne délimitent pas forcément la totalité de l’unité syntaxique, comme nous allons le voir à présent.

41Examinons ce qu’il en est pour bon. D’après Morel et Danon-Boileau, 1998, les séquences qui surviennent avant le rhème (qui correspond généralement au prédicat) suivent le plus souvent l’ordre suivant :

42Ligateur – point de vue – modus dissocié – cadre – support lexical disjoint

43Pour ces auteurs, bon fait partie des ligateurs, ce qui explique que nous le trouvions majoritairement comme marqueur ouvrant une unité syntaxique. Cela dit, il est des cas de figure où bon ne se trouve pas forcément en tout début de l’unité syntaxique verbale autonome. C’est notamment le cas lorsqu’apparaît un connecteur discursif tel que et, mais, donc, appelé « ligateur discursif » dans Morel et Danon-Boileau, 1998, correspondant à des conjonctions de coordination, auxquelles on peut rajouter puis qui peut se combiner avec et (et puis bon) :

(18)

il y a un gymnase où il se pratique des tas de sports comme les arts martiaux la gymnastique enfin voyez des choses quand même assez variées et puis bon il y a quelques petits gymnases dans l’arrondissement (CFPP2000, [07-01])

44Bon, quant à lui, est un « ligateur énonciatif » qui, nous le voyons, se place ici après deux « ligateurs discursifs ».

45Quelques cas sont plus inattendus, comme celui de la présence d’un circonstant extra-prédicatif devant bon :

(19)

spk2 : voilà c’ sont les Chinois et qu’est ce qu’il y a eu d’autre oui c’est c’est les Chinois hein c’est c’est vrai on s’ réunit voilà

spk1 : bon euh qu’est ce que j’ voulais vous demander alors sur les problèmes économiques euh bon vous m’avez parlé des problèmes de l’édition au niveau du quartier vous avez été sensible à à (CFPP2000, [07-03]) 

46On peut expliquer la présence de bon après le circonstant sur les problèmes économiques par l’hésitation explicitée par euh. Cet énoncé pourrait s’analyser comme un cas de reprise, en deux temps donc : après l’énonciation du circonstant, le locuteur produirait un nouvel énoncé, initié par bon ; nous observons effectivement la présence du groupe prépositionnel des problèmes de l’édition qui reprend les problèmes économiques mais cette fois ce groupe ne fonctionne plus comme un circonstant mais comme un actant du verbe parler.

47En ce qui concerne quoi, il ne se trouve pas forcément en toute fin de l’unité. Il peut survenir entre le couple sujet-prédicat proprement dit et un élément périphérique, par exemple un circonstant qui entretient un lien lâche avec le verbe principal (22 occurrences), avec, par exemple en (20), une subordonnée de justification (cf. Lefeuvre et al., 2011 pour une analyse plus en détail) :

(20)

spk1 : c’est vivant + donc° on : se croirait aussi un peu à la fois là un peu à Deauville quoi parce qu’on voit les gens qui passent + et on mange c’est très très agréable + en plus on peut + il y a des y a des librairies y a des X +(CFPP2000, [12-01])

48Cela montre le caractère presque indépendant du circonstant qui pourrait dans certains cas être considéré comme formant une unité syntaxique prédicative averbale (cf. plus bas).

49Ou bien quoi peut apparaître au sein de l’unité syntaxique prédicative, notamment lorsqu’un paradigme se met en place et continue après l’emploi de quoi (35 occurrences ; pour plus de détail, cf. Lefeuvre et al., 2011) :

(21)

spk1 : oui oui oui oui oui ça reste un quartier euh + oui ben maintenant c’est c’est faux resto enfin restos pour un peu d’ tourisme on mange mal enfin moi le peu qu’ j’connais d’ restos dans le onzième en tous cas des petits restos quoi simples on mange mal + ouais (CFPP2000, [11-01])

2.2. Unités syntaxiques averbales autonomes

50Nous allons voir à présent que les marqueurs bon et quoi peuvent survenir pour délimiter des unités syntaxiques autonomes averbales. Pour reconnaître l’autonomie syntaxique de ces segments averbaux, nous nous appuyons sur les résultats indiqués dans Behr et Lefeuvre, 2005. Nous retiendrons de cet article deux paramètres qui nous permettent d’évaluer le caractère prédicatif des segments averbaux (i) ainsi que leur autonomie (ii) :

i)

Le segment averbal peut accepter des marqueurs de prédication (négation, adverbes d’intensité, adverbes aspectuels) ou des modalisateurs.

ii)

Le segment averbal est pourvu d’une modalité d’énonciation. Il est possible de le mettre à l’interrogatif.

51Les segments averbaux autonomes que nous avons répertoriés caractérisent ce qui est dénoté par une prédication précédente ou suivante. Pour cette raison, nous les appelons « résomptifs », d’après Maillard, 1974 et Lefeuvre, 2007. Les unités peuvent être initiées par bon (23 occurrences) :

(22)

spk2 : tous les commerces en général hein pas que la librairie c’est vrai que + euh on voyait ces dames retraitées qui allaient faire leurs courses tous les matins passer chez chaque commerçant + dire un petit mot bon le côté très traditionnel de la vie un peu en ville et d’ la vie de quartier + et ça je je dois avouer qu’on l’a beaucoup perdu depuis à peu près dix ans (CFPP2000, [14-01])

52ou bien être clôturées par quoi (1 occurrence) :

(23)

spk1 : mais c’était la femme sa femme qui enfin la + sa femme sa copine qui s’en occupait + (rires collectifs) alors + tous les soirs quand j’rentrais je trouvais l’paillasson parti ben il était dans le le cabinet d’ordures des ordures : à ma porte enfin voyez

spk3 : mm ouais + ouais ++ ah oui

spk1 : des méchancetésquoi + ça a duré deux ans et j’en pouvais plus + (CFPP2000, [So-01])

53Les groupes le côté très traditionnel de la vie un peu en ville et d’ la vie de quartier / des méchancetés constituent des prédicats averbaux assertant une caractérisation à propos des prédications précédentes (on voyait ces dames retraitées qui allaient faire leurs courses tous les matins passer chez chaque commerçant + dire un petit mot / tous les soirs quand j’rentrais je trouvais l’paillasson parti enfin il était dans le le local du vide-ordures des ordures). Ils répondent positivement aux tests indiqués plus haut :

(22a)

bon pas le côté très traditionnel de la vie un peu en ville et d’ la vie de quartier mais quand même

(22b)

bon vraiment le côté très traditionnel de la vie un peu en ville et d’ la vie de quartier mais quand même

(22c)

bon le côté très traditionnel de la vie un peu en ville et d’ la vie de quartier ↗ oui en somme

(23a)

pas des méchancetés mais des agaceries

(23b)

vraiment des méchancetés quoi

(23c)

des méchancetés quoi ↗ oui vraiment

54Si, comme nous venons de le voir, bon et quoi permettent de démarquer principalement des unités syntaxiques autonomes, qu’elles soient verbales ou averbales, ils permettent aussi de délimiter des unités syntaxiques non autonomes ou dont l’autonomie est problématique.

3. Délimitation d’unités syntaxiques problématiques

55Voyons ce qu’il en est tout d’abord des unités syntaxiques verbales, avant d’examiner les unités syntaxiques averbales.

3.1. Délimitation d’unités syntaxiques verbales problématiques ou non autonomes

56Plusieurs cas de figure se dessinent.

57Le premier cas concerne les parenthèses (10 exemples) :

(24)

spk2 : oui oui + mes grands-parents maternels avaient une avaient acheté une maison pour leur retraite dans l’Yonne à côté d’Auxerre + et mon père est originaire de Franche-Comté tout au fond du Doubs là dans le Haut Doubs + donc là-bas euh bon lui était issu d’ famille nombreuse hein comme beaucoup d’familles paysannes très nombreuses donc euh + là-bas on a énormément d’ famille (CFPP2000, [14-01])

58comme dans cet exemple où le deuxième donc là-bas signale une reprise du schéma syntaxique. S’agit-il d’unités syntaxiques autonomes ? Nous voyons qu’il est difficile d’introduire une nouvelle modalité d’énonciation :

(24a)

 ? donc là-bas euh bon était-il issu d’ famille nombreuse donc euh + là-bas

59ce qui signale une perte d’autonomie, comme une mise syntaxique à l’arrière-plan, par rapport au schéma syntaxique principal (donc là-bas euh / donc euh + là-bas on a énormément d’ famille).

60Le deuxième cas pose le problème du discours rapporté. Bon peut initier le discours rapporté (11 occurrences) :

(25)

spk2 : euh bon moi mes parents euh + bon comme beaucoup mes parents étaient catholiques euh mais pas pratiquants quoi

spk1 : vous avez fait votre Communion ?

spk2 : oui ! + et puis dès l’ lendemain d’ la Communion j’ai dit « bon j’ vais plus à la messe »

spk2 et on m’a dit « mais pourquoi tu as fait ta Communion » / spk 1 d’accord vous étiez une forte tête (CFPP2000, [14-01])

61et quoi le clôturer (4 exemples) :

(26)

spk2 : […]tout de suite j’ me suis rendu compte qu’y avait un problème entre + entre la réalité + des choses + sur le terrain et le discours quoi enfin j’me suis dit « euh y a y a quelque chose qui va pas quoi » enfin moi personnellement c’est mon analyse personnelle (CFPP2000, [Mo-01])

62Il n’est pas évident de savoir comment analyser ce qui apparaît comme du discours rapporté : bon j’ vais plus à la messe » / « ya y a quelque chose qui va pas quoi. On peut considérer que ces éléments sont autonomes, porteurs de leur propre modalité d’énonciation (assertion ici) puisque nous pouvons modifier sans problème la modalité d’énonciation :

(25a)

j’ai dit « bon est-ce que je vais plus à la messe »

(26a)

enfin j’me suis dit « euh est-ce qu’il y a quelque chose qui va pas quoi ? »

63Mais une dépendance syntaxique existe par rapport au verbe précédent (j’ai dit / je me suis dit).

64Troisième cas de figure, le marqueur discursif délimite une unité syntaxique correspondant à une proposition subordonnée (28 exemples). C’est le cas du marqueur bon qui peut s’articuler à une proposition subordonnée de trois façons différentes. Avec une relative en qui (4 occurrences), le marqueur se trouve alors juste avant le relatif :

(27)

il y a un gymnase où il se pratique des tas de sports comme les arts martiaux la gymnastique enfin voyez des choses quand même assez variées et puis bon il y a quelques petits gymnases dans l’arrondissement mais bon qui vont avec les écoles en général vous voyez mais c’est tout quoi on a

65ce qui peut s’expliquer dans la mesure où bon précède régulièrement le couple sujet-prédicat, représenté ici par qui suivi du verbe.

66Ensuite, bon peut se trouver après la conjonction que introductrice d’une complétive qui déploie une structure de phrase dépourvue de modalité (16 exemples), au sein de segments récurrents tels que c’est vrai que bon, ce qui rappelle que bon est lié à une évaluation de la part du locuteur :

(28)

et c’est vrai que pour ma maman c’est pas très drôle parce que du coup elle elle y va toute seule nous on y va de temps en temps enfin voilà + mais c’est vrai que bon par contre j’ai des amis de ma génération qui eux se sont acheté une maison de campagne parce que en plus ils ont + vous savez je crois que c’est aussi parce que euh par exemple (CFPP2000, [07-01])

67Enfin, il arrive que bon survienne après la conjonction que introductrice d’une subordonnée en parce que P analysé dans Le Goffic, 1993 comme un groupe prépositionnel comportant une complétive (8 exemples) :

(29)

spk3 : mais en fait juste les les animaux comme les poissons les hamsters ça va encore mais les chats et les chiens euh c’est : bah c’est moins pratique que si on était en province parce que bon on aurait un jardin donc

spk1 : mmh

spk3 : ça serait un peu plus pratique + (CFPP2000, [07-02])

68Le locuteur donne alors son avis, ce qui convient au rôle d’évaluation de bon. On trouve aussi quoi clôturant une subordonnée plutôt que la phrase entière, comme dans cet exemple :

(30)

spk3 : moi j’me sens parisien mais de banlieue oui

spk1 : deux P- deux Parisiens de banlieue ?

spk3 : j’dirai qu’j’ai un mode de vie + à la parisienne mais que j’habite + au-delà des frontières de Paris quoi

spk2 : oui on se rend compte quand on arrive ici on se rend compte qu’on est pas à Paris ça c’est sûr ++ pourquoi y a beaucoup de différences +oui rien que dans le attends (CFPP2000, [KB-01])

69quoi clôture la complétive qui est également marquée à l’initiale par mais. Cette borne initiale nous fait préférer cette analyse plutôt que celle qui verrait en quoi une clôture de la phrase entière, à partir du couple sujet-verbe j’dirai.

3.2. Unités averbales problématiques (14 avec bon et 11 avec quoi)

70Les unités syntaxiques averbales peuvent se caractériser par une autonomie problématique.

71Examinons tout d’abord le cas des réponses aux questions :

(31)

spk1 : j’allaisvous demander c’qui vous plaisait +

spk2 : ben la convivialité euh la diversité + + euh tout c’qui fait qu’une ville peut euh peut s’enrichir quoi

spk1 : c’est quoi la convivialité ↗ comment ça s’marque ↗ (CFPP2000, [Mo-01])

72Nous nous intéresserons au segment tout c’qui fait qu’une ville peut euh peut s’enrichir, clôturé par quoi. La possibilité d’ajouter un marqueur ou un modalisateur est possible :

(31a)

ben la convivialité euh la diversité + + mais pourtant pas tout c’qui fait qu’une ville peut euh peut s’enrichir quoi / sans doute tout c’qui fait qu’une ville peut euh peut s’enrichir quoi

73ainsi que le changement de modalité :

(30b)

ben la convivialité euh la diversité + + tout c’qui fait qu’une ville peut euh peut s’enrichir ↗ oui et plus encore

74ce qui montre l’affinité de ce segment avec une unité syntaxique autonome.

75Le segment suivant est initié par (et puis) bon :

(32)

spk1 : Qui vient ?

spk2 : euh et bien on a toujours un peu ceux-là qui vieillissent euh y en a d’autres qui sont partis du quartier qui reviennent de temps en temps + et puisbonquand même évidemment des nouveaux mais euh il faut quand même bien reconnaître que ils sont plus jeunes donc moins proches du livre (CFPP2000, [14-01])

76pourrait être analysé comme un complément de avoir présent à deux reprises dans le contexte antérieur. Mais l’application positive aux tests, comme le montrent la présence du modalisateur évidemment, l’acceptation d’un adverbe aspectuel :

(32a)

et puis bon quand même évidemment toujours des nouveaux

77ainsi que celle de la modalité interrogative :

(32b)

et puis bon quand même des nouveaux ↗ oui des nouveaux

78nous permettent de le considérer comme une unité autonome. Celle-ci serait construite sémantiquement avec la question ou bien encore revêtirait une valeur existentielle comme cela peut être le cas dans les prédicats nominaux du type A gauche, un bureau (cf. Lefeuvre, 1999). Il est possible de supprimer les unités verbales précédentes sans que le sens en soit altéré :

(31c)

spk1 : qui vient ↗

spk2 : bon quand même évidemment des nouveaux.

79Ainsi pour nous, les réponses aux questions fonctionnent comme des unités syntaxiques autonomes mais leur sémantisme se construit avec la question. Nous nous rapprochons de l’analyse de Blanche-Benveniste, 1997 où ces unités sont considérées comme des noyaux.

80Nous examinerons ensuite les segments qui s’apparentent à des ajouts. Bon peut délimiter un groupe prépositionnel qui succède à un énoncé précédent « complet, syntaxiquement et sémantiquement » (cf. Combettes, 1998). La question qui se pose alors est celle de savoir si ce nouvel énoncé est autonome ou bien s’il fonctionne juste comme un ajout. Voyons ce qu’il en est pour l’exemple suivant :

(33)

spk2 : […] euh je vous demande rien si ce n’est que peut-être de temps en temps" je disais à mon père + "peut-être que d’ temps en temps à la rentrée je vais te demander un peu d’argent pour acheter certains livres parce qu’ils sont chers" mais + pour le reste euh + moi j’ travaillais toutes les vacances scolaires bon souvent chez eux d’ailleurs parce qu’il manquait toujours quelqu’un(CFPP2000, [14-01])

81Notre marqueur introduit-il dans ce cas une nouvelle unité syntaxique ou bien est-il inséré dans une seule unité syntaxique autonome qui serait ici + moi j’ travaillais toutes les vacances scolaires bon souvent chez eux d’ailleurs parce qu’il manquait toujours quelqu’un ?

82La possibilité d’introduire un marqueur de prédication (adverbe aspectuel comme souvent ou négation), un modalisateur et une nouvelle modalité d’énonciation (interrogative) :

(33a)

+ moi j’ travaillais toutes les vacances scolaires bon pas chez eux d’ailleurs parce qu’il manquait toujours quelqu’un / bon bien sûr chez eux d’ailleurs parce qu’il manquait toujours quelqu’un

(33b)

+ moi j’ travaillais toutes les vacances scolaires bon souvent chez eux d’ailleurs ↗ oui parce qu’il manquait toujours quelqu’un

83nous permettent de lire cet ensemble comme une unité syntaxique autonome initiée par bon.

3.3. Autre démarcation

84Il est quelques énoncés où les marqueurs surviennent dans une position plus inattendue. Pour ce qui est de quoi (1 occurrence), nous l’avons trouvé juste après un syntagme nominal et non après un syntagme verbal :

(34)

Le locuteur se plaint de la cherté du quartier

spk1 : et puis euh voilà toutes ces boutiques euh hyper chèresquoi quand on voit la rue d’ Charonne bon c’est pff + c’est c’est voilà quoi beaucoup d’ boutiques heu + voilà donc c’est oui c’est devenu friqué en tous cas (CFPP2000, [11-01])

85Cette position est inattendue parce que quoi se situe généralement après le rhème et donc souvent après le prédicat. Comment expliquer ce cas de figure ? Ici le SN est composé d’un adjectif postposé hyper chères qui, avec la pause matérialisée par euh, fonctionne comme une apposition. Le segment hyper chères peut recevoir un adverbe de négation et un modalisateur, ce qui montre qu’il fonctionne comme un prédicat averbal :

(34a)

et puis euh voilà toutes ces boutiques euh pas hyper chèresquoi quand on voit la rue d’ Charonne bon c’est pff

(34b)

et puis euh voilà toutes ces boutiques euh vraiment hyper chèresquoi quand on voit la rue d’ Charonne bon c’est pff

86En revanche, il semble difficile de changer la modalité d’énonciation, ce qui indique qu’il s’agit d’un prédicat second et non premier :

(34c)

*et puis euh voilà toutes ces boutiques euh hyper chèresquoi ↗ oui quand on voit la rue d’ Charonne bon c’est pff

87Il s’agit donc non d’une unité syntaxique autonome mais d’une unité syntaxique constituée d’un prédicat averbal second, enchâssé dans un ensemble plus vaste.

88Voyons à présent ce qu’il en est avec bon. Dans notre corpus, ce marqueursurvient à l’intérieur d’une unité de discours au sein de 24 occurrences ; il peut même s’insérer à tout endroit de la chaîne syntagmatique. Nous l’avons répertorié par exemple entre le sujet et le verbe :

(35)

spk2 : puis c’est vrai qu’à un moment donné bon quand certains textes ont le quand on a certains textes euh + euh qu’on les avait avant bon quand ils ont un prix les éditeurs bon font mettre une bande dessus donc automatiquement ils nous reviennent avec la bande à un moment donné hein (CFPP2000, [14-01])

89entre le verbe et son COD :

(36)

spk2 : c’est le mot parce que + à Montreuil on parlait un peu toutes les langues on parlait euh bon l’arabe + + dans la rue on parlait l’ français bien sûr mais on parlait aussi l’africain + à partir des années soixante-dix les dialectes africains du type malien ou voilà + on parlait euh le portugais on parlait l’italien + (CFPP2000, [Mo-01])

90Les contextes d’hésitation sont marqués en (35) et (36) par la présence de euh. Cet emploi peut s’expliquer par une analyse de type métadiscursif : le segment à gauche n’est validé que partiellement, ce qui permet d’ajouter la suite de l’énoncé.

91Dans ce cas de figure, peu fréquent, bon ne délimite pas une unité syntaxique de type sujet-prédicat.

Conclusion

  • 6  Corpus RFC - Paris 3 – EA 1483 Recherche sur le Français Contemporain
  • 7  Plate-forme des corpus CLAPI développée par le laboratoire ICAR : http://clapi.univ-lyon2.fr

92Le tableau ci-après résume les diverses possibilités vues dans cet article. Ainsi, la fonction des marqueurs discursifs bon et quoi est principalement de délimiter des unités syntaxiques autonomes verbales : 72 % pour bon et 70 % pour quoi en toute fin d’unité (92 % sinon). Les autres cas de figure sont moins fréquents, que ce soit la démarcation d’unités averbales autonomes (6 % pour bon et 0, 5 % pour quoi) ou bien celle des unités syntaxiques prédicatives (16 % pour bon et 7 % pour quoi), qui ne sont pas autonomes ou dont l’autonomie est problématique. Enfin, bon peut survenir, avec une valeur métadiscursive, n’importe où dans la chaîne syntagmatique (6 %). Mais cet emploi reste moins courant. Il faudrait à présent approfondir ces résultats en les confrontant à d’autres types de discours oraux. En ce qui concerne quoi, ces entretiens semi-dirigés ont des caractéristiques proches des genres conversationnels, comme le montrent les résultats tirés du CFPP 2000 comparés à ceux tirés d’un sous-corpus du corpus RFC6 ainsi que des corpus de la plate-forme CLAPI7 (cf. Lefeuvre et al., 2001). Il faudrait voir ce qu’il en est des genres discursifs où la parole est moins libre.

Occurrences de bon

Pourcentages

de bon

Occurrences de quoi

Pourcentages de quoi

Nombre d’occurrences

392

100 %

248

100 %

Unités syntaxiques autonomes verbales

282

72

En toute fin d’unités

173

70

Entre le prédicat et un complément extra-prédicatif

22

8, 5

Au sein du prédicat

35

13, 5

Unités syntaxiques autonomes averbales

23

6

1

0, 5

Unités syntaxiques verbales en discours rapporté ou en parenthèses

21

5

4

2

Unités syntaxiques verbales subordonnées

28

7, 5

1

0, 5

Unités syntaxiques averbales problématiques

14

3,5

11

4, 5

A l’intérieur de la chaîne syntagmatique

24

6

1

0, 5

Haut de page

Bibliographie

Bakhtine, M., 1984, Esthétique de la création verbale, « Les genres du discours », Paris, Gallimard, p. 265-308.

Beeching, K., 2007, « La co-variation des marqueurs discursifs bon, c’est-à-dire, enfin, hein, quand même, quoi et si vous voulez : une question d’identité », in Dostie, G. & Pusch, C. D. éd., Langue Française « Les marqueurs discursifs », n° 154, p. 78-93.

Behr, I. & Lefeuvre, F., 2005, « La configuration GN GN : comment reconnaître le prédicat ? » in Behr I. et François J. (éds), Les Constituants prédicatifs et la diversité des langues, Mémoires de la Société linguistique de Paris, Tome XIV, Louvain, Peeters, p. 199-221.

Blanche-Benveniste, C., 1997, Approches de la langue parlée en français, Gap. Paris, Ophrys (L’Essentiel).

Branca, S., Fleury, S., Lefeuvre, F., Pires, M, 2009, Constitution et exploitation d’un corpus de français parlé parisien http://ed268.univ-paris3.fr/syled/ressources/Corpus-Parole-Paris-PIII/Presentation.html

Branca-Rosoff, S., Fleury, S., Lefeuvre, F., Pires, M., 2011, « Constitution et exploitation d’un corpus de français parlé parisien. Contraintes et apports possibles de la langue au texte », Corpus, p. 81-98.

Brémond, C., 2002, Les petites marques du discours, Le cas du marqueur métadiscursif bon en français, Thèse de doctorat, Université d’Aix–Marseille I.

Combettes, B., 1998, Les Constructions détachées en français, Paris, Ophrys.

Corblin, F., 1987, « Ceci et cela comme formes à contenu indistinct », Langue française, 75, p. 75-93.

Fernandez, J., 1994, Les particules énonciatives dans la construction du discours, Paris, PUF.

Dostie, G., et Pusch, C. (éds.), 2007, Les marqueurs discursifs, Langue française, n° 154, p. 3-12.

Hansen, M.–B. M., 1995, « Marqueurs métadiscursifs en français parlé : l’exemple de bon et de ben », Le Français moderne, n° LXIII / 1, p. 20-41.

Jayez, J., 2004, « Bon, le mot de la fin », Hand-out d’une conférence. http//pagespersoorange.fr/ jjayez/doc/bon.pdf

Kleiber, G., 1994, Anaphores et pronoms, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Le Goffic, P., 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette sup.

Le Goffic P., 2008, « Phrase, séquence, période », in Van Raemdonck D. (éd.), Modèles syntaxiques, La syntaxe à l’aube du XXIe siècle, Bruxelles, Peter Lang, p. 329-356.

Lefeuvre, F., 1999, La Phrase averbale en français, Paris, L’Harmattan.

Lefeuvre, F., 2006, Quoi de neuf sur quoi ? Étude morphosyntaxique du mot quoi, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lefeuvre, F., Morel, M.-A., Teston-Bonnard, 2011, « Valeurs prototypiques de quoi à travers ses usages en français oral », Neuphilologische Mitteilungen (Bulletin de la Société Néophilologique), Helsinki, p. 37-59.

Lefeuvre, F., 2011 « Bon dans le discours oral : une unité averbale autonome ? », Les énoncés averbaux autonomes entre grammaire et discours, Ophrys (Behr et Lefeuvre eds), p. 165-185.

Maillard, M., 1974, « Essai de typologie des substituts diaphoriques », Langue Française n° 21, p. 55-71.

Morel, M.-A. et Danon-Boileau, L., 1998, Grammaire de l’intonation, Ophrys.

Noailly, M., 1999, L’Adjectif en français, Ophrys (L’essentiel).

Teston-Bonnard, S., 2006, Propriétés topologiques et distributionnelles des constituants non régis, Application à une description syntaxique des particules discursives (PDi), Thèse de doctorat, Université d’Aix–Marseille I.

Vincent, D., 1993, Les ponctuants de la langue et autres mots du discours, Québec, Nuit Blanche éd.

Winther, A., 1985, « Bon (bien, très bien) : ponctuation discursive et ponctuation métadiscursive », Langue Française, n° 65, p. 80–91.

Haut de page

Notes

1  Ainsi, dans le corpus du français parlé parisien, la locutrice Nicole Noroy (14e) utilise bon 121 fois alors que la locutrice Lucie Da Sylva (7e) ne s’en sert que 33 fois. Quoi n’apparaît que 9 fois dans l’interview de Pauline de Bordes (7e) alors qu’il survient à 88 reprises dans celle d’André Morange (Montreuil).

2  L’étude de bon se base sur les interviews suivantes : interviews de Pauline de Bordes (7e), Laurence Leblond et Stéphanie Zanotti (7e), Lucie Da Sylva (7e), Anita Musso (11e), Nicole Noroy (14e), André Morange (Montreuil), Killian Belamy et Lucas Hermano (Kremlin Bicêtre) pour un total d’un peu plus de 100 000 mots. L’étude de quoi,qui apparaît moins régulièrement que bon,se base sur les interviews précédentes auxquelles s’ajoutent : Raphaël Rivière (7e), (Yvette Audin, 7e), (Mathilde Lelong, 11e), (Blanche Duchemin, 11e), (Pierre Beysson, 12e), (Bernard et Micheline Rosier, 12e), (Thérèse Le Vern et Valentine Testanier 12e), (Nicole Noroy, 14e), ce qui fait un ensemble d’un peu moins de 300 000 mots. Nous avons analysé, comme marqueurs discursifs, 392 exemples de bon et 248 quoi.Corpus accessible à l’adresse suivante : http://cfpp2000.univ-paris3.fr/

3  + : pause : montée de la mélodie

4  Pour Jayez, bon, plutôt que de marquer une « ratification » ou une « acceptation », présuppose qu’un « processus » est présenté comme « terminé » (2004 : 17).

5  Dans les corpus analysés par Morel et par Teston-Bonnard, les résultats avoisinent également les 70 %.

6  Corpus RFC - Paris 3 – EA 1483 Recherche sur le Français Contemporain

7  Plate-forme des corpus CLAPI développée par le laboratoire ICAR : http://clapi.univ-lyon2.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Lefeuvre, « Bon et quoi à l’oral : marqueurs d’ouverture et de fermeture d’unités syntaxiques à l’oral », Linx, 64-65 | 2011, 223-240.

Référence électronique

Florence Lefeuvre, « Bon et quoi à l’oral : marqueurs d’ouverture et de fermeture d’unités syntaxiques à l’oral », Linx [En ligne], 64-65 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://linx.revues.org/1417 ; DOI : 10.4000/linx.1417

Haut de page

Auteur

Florence Lefeuvre

Université de la Sorbonne Nouvelle / Clesthia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org