Navigation – Plan du site

Résumés

Comme le prouve l’abondante littérature existante, le pronom démonstratif neutre ça est sujet à controverse. Outre le rapport qu’il entretient avec cela, qui ouvre la porte à bien des débats sur le lien entre oral et écrit, se pose le problème de son fonctionnement indexical. En effet, ça n’est pas toujours employé comme anaphorique, et la reprise qu’il effectue s’accompagne d’un phénomène de neutralisation, catégorielle ou référentielle.
A partir d’exemples issus de conversations spontanées, cette étude s’attache à décrire le fonctionnement de ça en position sujet. L’hypothèse avancée ici est qu’il existe un continuum référentiel de ça, en fonction des procédures indexicales que sont l’anaphore et la deixis, et de la prise en compte du contexte dans la désignation du référent visé.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’objet de cet article est d’étudier le fonctionnement de ça en tant que sujet de phrase. Bien qu’une littérature abondante soit d’ores et déjà consacrée à ce démonstratif, notamment en rapport avec ceci/cela et ce – ses « cousins » pronoms démonstratifs neutres – ça est un des mots les plus discutés de la grammaire française, et continue à défier l’analyse. En effet, ça n’est pas toujours employé comme anaphorique, et la reprise qu’il effectue s’accompagne d’un élargissement référentiel, ce qui laisse penser que « pronom » est un terme inadéquat pour ce démonstratif. Se pose alors le problème du fonctionnement de ça, tenant compte des procédures discursives que sont l’anaphore et la deixis d’une part, et de l’influence du contexte dans l’identification du référent d’autre part. La thèse défendue ici est qu’il existe un continuum référentiel de ça en fonction de ces deux paramètres.

2Dans un premier temps, nous définirons les concepts d’anaphore, de deixis et de référence dans le cadre de la linguistique fonctionnelle-cognitive (section 1), puis nous rappellerons les propriétés sémantiques et pragmatiques de ça (section 2). Ensuite, nous procéderons à une analyse de ça en position sujet, à partir d’exemples oraux attestés (section 3), afin d’entrevoir l’incidence du contexte et de la procédure indexicale à l’œuvre sur la référence de ce démonstratif (section 4). Enfin, nous présenterons nos conclusions au terme de cette étude.   

1. Quelques définitions préliminaires

1.1. Une approche cognitive de la deixis et de l’anaphore

3Cette étude se base sur une conception cognitive de la deixis et de l’anaphore, à la différence de l’approche traditionnelle, largement fondée sur l’assimilation entre co-texte/anaphore d’une part, et contexte/deixis d’autre part, qui oppose ces deux notions. Ici, le texte ne se résume pas au canal employé – oral ou écrit – pour véhiculer les énoncés, mais à l’ensemble de signaux, verbaux et non-verbaux, qui constituent les indices « matériels » sur lesquels les participants à un acte de communication s’appuient pour construire le discours, compris ici comme un modèle conceptuel (cf. la « mémoire discursive » de Berrendonner, 1990) produit par l’association du texte et de facteurs variables – comme la situation d’énonciation, les paramètres praxéologiques, le discours déjà construit en amont, le savoir partagé des interlocuteurs… – réunis sous le nom de contexte.

  • 1  Une telle approche semblerait contredire les différentes échelles d’accessibilité des référents, t (...)

4Par là-même, la deixis – qui mène à l’installation d’un nouvel objet-de-discours – et l’anaphore – conçue comme une relation de dépendance référentielle – sont des fonctions indexico-discursives, la seconde étant dérivée de la première (idée amorcée par Bühler, 1934[2009] et développée par Lyons, 1975), indépendantes des expressions indexicales qui les réalisent. Ainsi, certains types d’expressions résolument anaphoriques seraient à même d’assumer une fonction déictique, et vice-versa1. Par conséquent, la deixis et l’anaphore seraient des procédures discursives « extrêmes », reliées par un continuum de renvois contextuels hybrides, « anadéictiques », selon le terme employé par Ehlich, 1982 (cf. Cornish, ce numéro, pour une liste exhaustive de ces renvois). Il est à noter que l’ensemble de ces procédures peuvent puiser leur référence dans différents « champs » (cf. Bühler, 1934[2009], ainsi que Cornish, ce numéro, pour une explication détaillée), tels que la situation d’énonciation, le co-texte, le discours environnant, la mémoire à long terme, ainsi qu’un monde fictif (Deixis am Phantasma). De ce fait, la différence entre endophore (traditionnellement conçue comme une relation indispensable entre une expression référentiellement autonome, présente dans le co-texte, et une expression anaphorique) et exophore (référence à un élément présent dans le contexte extralinguistique) disparaît. Un élément anaphorique « détermine son propre référent » (Conte, 1994 ; Cornish, 1999), qui est en fait une interprétation contextuellement appropriée. En ce sens, il me semble nécessaire de distinguer l’antécédent, qui est une représentation mentale, et le déclencheur d’antécédent (terme emprunté à Cornish, 1999), qui est la matérialisation textuelle, et donc verbale ou non-verbale, qui renvoie à un objet-de-discours formant un cadre référentiel dans lequel l’antécédent de l’anaphorique peut se forger.

5Si l’on s’inscrit dans cette logique, une expression référentielle ou indexicale donnée serait à même de réaliser l’anaphore ou la deixis à des degrés divers, selon la fonction discursive en jeu. Qu’en est-il du pronom neutre ça ? Dans quelle mesure est-il déictique ou anaphorique ? Nous essaierons d’apporter quelques éléments de réponses à cette question en section 3.

1.2. Anaphore et coréférence

6Une définition largement répandue de l’anaphore la décrit comme un rapport de dépendance entre deux éléments textuels, le deuxième, « l’anaphorique », étant interprétable grâce au premier, « l’antécédent ». Comme le souligne très justement Kleiber (1988, p. 3), « une théorie textuelle de l’anaphore fait de celle-ci un processus référentiel où une expression anaphorique renvoie à un référent déjà mentionné dans le discours ». Or, cette approche assimile les concepts d’anaphore et de coréférence, qui, à mon avis, se doivent d’être distingués. En effet, deux expressions peuvent être coréférentielles sans être en relation d’anaphore, et l’anaphore peut se manifester entre deux entités non-coréférentielles (exemples (1), (2), et (3) forgés) :

(1) Le Président de la République Française s’est exprimé ce matin. En effet, il semblerait que Nicolas Sarkozy soit en mauvaise posture.

(2) Nous arrivâmes dans un village. L’église était fermée.

(3) Ma voiture est en réparation. Les freins ont lâché ce matin.

7En (1), le Président de la République Française et Nicolas Sarkozy renvoient à la même représentation discursive, « sans que l’interprétation de l’un n’affecte l’interprétation de l’autre » (Milner, 1985, p. 32). Nous avons donc ici coréférence sans anaphore. A l’inverse, les exemples (2) et (3) manifestent une relation d’anaphore entre deux expressions non-coréférentielles. Ces exemples illustrent deux cas d’anaphore associative, le premier par inférence culturelle (l’interprétation du SN défini l’église dépend de la mention préalable d’un « village ») et le second par relation de synecdoque (« les freins » sont un des éléments qui composent « une voiture »). Il est à noter que, malgré l’appellation trompeuse d’« anaphore associative », cette procédure relèverait plutôt de l’« anadeixis », puisqu’un recours au contexte (ici, les connaissances du monde) est nécessaire pour identifier le référent de l’élément anaphorique.

8Il serait cependant erroné d’envisager deux expressions langagières comme étant strictement coréférentielles ou, au contraire, non-coréférentielles. Comme le proposent, entre autres, Recasens, Hovy & Marti (2011), la coréférence (« near-identity ») se manifeste à divers degrés, dès que l’on s’attache à décrire des données authentiques. Qu’en est-il du référent généré par ça, lors d’un phénomène de reprise ? Ça et son déclencheur d’antécédent sont-ils toujours coréférentiels ?

2. Cela, ce, ça

9L’objectif de cet article est d’étudier le fonctionnement référentiel de ça, qui est difficile à appréhender sans tenir compte de cela. Cependant, ça ne peut être simplement considéré comme la forme orale de cela, comme certaines grammaires traditionnelles ont tendance à le prétendre. Si le caractère neutre est commun à ces deux éléments – le genre et le nombre ne sont pas spécifiés – peut-on pour autant les assimiler ?

10Comme le décrit très finement Guérin (2007), les spécificités sémantiques et pragmatiques de ça se distinguent notamment lors de l’analyse de constructions présentant un phénomène de dislocation, telles que :

(4) Moi je comprends pas et ça ça m’intrigue. (titre de l’article de Guérin, 2007)

11En effet, ça peut occuper « les deux positions (désormais P1 et P2), a priori concurrentes, dévolues à deux éléments qui semblent évoquer le sujet d’un même verbe » (Guérin 2007, p. 27). La possibilité pour ça d’apparaître en P1 – position disloquée – le démarque d’un simple clitique ; de plus, sa capacité à être sujet grammatical ne peut l’assimiler à un pronom disjoint. Pour Guérin, ça se rapprocherait plutôt d’un SN, à la différence que ces derniers ne peuvent occuper la position P2 au sein de structures disloquées (Mon frère, il est venu mais pas * Il, mon frère est venu). P1 étant destiné à poser le thème de l’énoncé, et P2 à servir de relais, ça serait donc à la fois référentiel et anaphorique (p. 6).

12S’agissant de cela et ça, le second est traditionnellement considéré comme la forme orale, voire familière, du premier. Cet héritage prescriptif fait qu’un phénomène d’hypercorrection peut apparaître chez les locuteurs/scripteurs, lors d’entretiens formels ou d’exercices d’écriture ; ainsi, cela peut remplacer ça de manière (quasi)-systématique, sans tenir compte des propriétés inhérentes de chacun. Cependant, il serait erroné de ne différencier cela et ça que par le registre de leur emploi. En effet, leur distribution n’est pas identique : l’expression cela dit n’alternera jamais avec * ça dit, et à l’inverse, ça va ne deviendra jamais * cela va. De plus, lors d’un phénomène de reprise, le rapport que les référents de cela et ça entretiennent avec l’entité introduite au préalable diffère. Considérons pour cela les exemples suivants :

(5) [Interview de Manolo Preciado, entraîneur sportif du Sporting Gijon, qui doit affronter le Real Madrid]

E : Considérez-vous le Real comme l’équipe la plus en forme du moment ?
MP: Beaucoup de gens me disent qu’on affronte l’équipe la plus en forme du monde et ils ont raison. Ce sont les leaders de la Liga, ils survolent la Ligue des Champions, mais on est en novembre… Ça ne veut rien dire. (www.sofoot.com, 17/01/2012)

(5’) E : Considérez-vous le Real comme l’équipe la plus en forme du moment ?
MP: Beaucoup de gens me disent qu’on affronte l’équipe la plus en forme du monde et ils ont raison. Ce sont les leaders de la Liga, ils survolent la Ligue des Champions, mais on est en novembre… Cela ne veut rien dire.

13En (5), ça ne veut rien dire sous-entend « ce n’est pas parce que le Real est la meilleure équipe du moment que l’on ne peut pas gagner ». En revanche, en (5’), cela ne veut rien dire signifie « les paroles qui viennent d’être prononcées n’ont aucun sens ». La différence observée provient de la capacité de ça à élargir son référent d’indices contextuels, tandis que cela se rapporte strictement à l’énoncé précédent. Ainsi, ça serait autonome vis-à-vis du co-texte, mais dépendant du contexte, contrairement à cela qui lui, dépendrait à la fois du co-texte et du contexte (Guérin, 2007, p. 8). Cette relative autonomie avait déjà été amorcée par Cadiot (1988), lorsque l’auteur compare ça sujet avec ce (forme clitique) et surtout, avec les pronoms personnels clitiques sujets. Ça, pour lui, est un marqueur référentiel essentiellement déictique, voire « anadéictique » (cf. section 1 supra). En tant que tel, il ne se contente pas de reprendre un objet de discours déjà préformé. C’est un « contrôleur pragmatique » (p. 188) qui établit son propre référent à partir du contexte énonciatif de son emploi. Le caractère neutre de ce marqueur fait que le référent créé de toute pièces, pourrait-on dire, est conçu comme argument au sein d’une proposition établie via ce qui est prédiqué de ce référent, aux contours forcément « flous » (cf. aussi Achard, 2001 ; Corblin, 1995). Ces caractéristiques distinguent ce marqueur d’avec les pronoms personnels clitiques sujets, qui se contentent de reprendre un référent déjà catégorisé, classifié, aux contours nets, qui préexiste donc à leur emploi en contexte.   

14Ces quelques remarques laissent entrevoir l’ampleur de la tâche, si l’on veut décrire le fonctionnement de ça : il peut être en position de SN (donc, d’expression référentielle) et en position de clitique (donc d’anaphorique) dans des structures disloquées ; de plus, il se nourrit d’indices contextuels pour produire son référent. Par conséquent, faut-il considérer ça comme un déictique, un anaphorique, ou bien comme un élément indexical hybride, combinant la deixis et l’anaphore à des degrés divers selon son emploi ? 

3. Analyse pragmatico-discursive du pronom neutre ça en corpus

  • 2  Durand, J., B. Laks & C. Lyche, 2009. Voir également http://projet-pfc.net/

15Dans cette section, nous allons tenter d’apporter des éléments de réponses aux questions suivantes : peut-on qualifier ça de déictique, d’anaphorique, ou d’élément hybride ? Lors d’un phénomène de reprise, dans quelle mesure ça et son déclencheur d’antécédent sont-ils coréférentiels ? Comment s’articulent le contexte et la procédure discursive à l’œuvre dans l’établissement d’un référent pour ça ? Pour ce faire, notre analyse sera basée sur des exemples attestés de conversations spontanées, issus du corpus PFC (Phonologie du Français Contemporain)2. L’analyse qui suit se compose de trois parties : lorsque ça n’a pas de déclencheur d’antécédent langagier (section 3.1), lorsque le déclencheur d’antécédent est un SN disloqué (section 3.2), lorsque le déclencheur d’antécédent est une proposition (section 3.3).

3.1. Lorsque ça puise sa référence dans la situation d’énonciation

(6) [LD est l’enquêteur et DP la locutrice choisie. Au tout début de la conversation, LD questionne DP au sujet du magnétophone qui enregistre leurs propos]

LD : Ça tourne là, <DP : oui, oui, ça tourne> (rires) <DP : ça marche, ça marche.> on va, il va rigoler encore (rires). (DP, corpus Aude, 11adp1l)

  • 3  Il est spécifié dans les conventions de transcription PFC que les bruits sont notés entre parenthè (...)

(7) LD : Le port de chasse, le fusil, les pièges à lapins euh, à moineau, il y en a même un de gros qui je pense (aboiement) doit être un pièg/ un piège à lapins ? (aboiement)3 Ça c’est quelqu’un qui arrive <DP: d’accord> (sonnerie) (DP, corpus Aude, 11adp1l)

  • 4  J’emploie « thème », dans cet article, en référence à Guérin. En effet, l’entité visée par l’expre (...)

16Les exemples (6) et (7) illustrent des cas prototypiques de deixis : l’attention de l’allocutaire est dirigée vers un nouvel objet-de-discours créé à partir du contexte situationnel. En (6), nous pouvons imaginer le locuteur désigner le magnétophone du doigt, ou d’un mouvement de tête. Un tel geste, associé à l’emploi du démonstratif, permet de diriger l’attention de l’allocutaire vers le référent visé. En (7), l’indice contextuel exploité est l’aboiement du chien. Par l’utilisation d’un démonstratif, le locuteur signale au destinataire une entité nouvelle dont il n’avait pas conscience, et qui par là-même se trouve placée en focus d’attention élevé. Il est important de souligner qu’il n’y a pas de phénomène de reprise ici : le référent est nouvellement introduit. Par conséquent, ça n’a aucune valeur anaphorique dans ce cas précis. En revanche, ça est référentiel et déictique, puisqu’il permet l’introduction d’une entité au sein du discours, à partir du seul contexte situationnel. Par ailleurs, l’exemple (7) rejoint les analyses de Guérin (2007, p. 6), où ça est en position P1 de structure disloquée, utile à « poser le thème de l’énoncé » ; ce thème4 est ensuite repris par l’élément en position P2 – c’est – et conçu comme argument au sein de la proposition établie : « ça, ça veut dire que quelqu’un arrive ». Cependant, ce référent nouveau est « non délimité » (Corblin, 1995), puisqu’il n’est ni nommé (par définition, ça n’a pas de tête lexicale) ni catégorisé (ça n’est marqué ni en genre, ni en nombre). De plus, il ne serait pas interprétable sans le recours au contexte situationnel.

3.2. Lorsque le déclencheur d’antécédent est un SN

(8) [L’enquêtrice E et le locuteur AL parlent de l’exploitation agricole de ce dernier]

E : Et là, les pommes ça en est où alors ? (AL, corpus Aude, 11aal1l)

(9) [Le frère de AC, grand amateur de pêche, possède un bateau dont il ne se sert plus. En effet, une récente opération des genoux et des hanches l’empêche de naviguer. Le bateau reste donc amarré à la Pointe Rouge.]

AC1: Oui. <E1: il, te, il est où, à quel endroit?>

AC1 : Il est à la, <E1 : A la pointe Rouge ?> à la Pointe Rouge. <E1: Ah, oui la Pointe Rouge.> Oui, oui. AC1: Mais alors ce bateau ça doit représenter pour lui, une part de rêve tu vois. <E1: Oui> Il va au bateau, il le sort pas, <E1: Oui, il le regarde>, et il con/ il connaît des gens un peu autour, enfin, bon. (AC, corpus Marseille, 13aac1l)

  • 5  « Un référent est interprété comme le topique d’un énoncé si ce qui est prédiqué est en relation d (...)

17Les exemples (8) et (9) reflètent les phénomènes de dislocation décrits entre autres par Guérin (2007) (cf. aussi Carlier, 1996 ; Maillard, 1994). Comme nous l’avons évoqué en section 2, les éléments en position P1 et P2 semblent évoquer le sujet d’un même verbe, et seraient, a priori, concurrents. Ici, le SN en P1 est utile à insérer un référent au sein du discours, qui se trouve élevé au rang de topique5 de l’énoncé à venir par ça, en position P2. Les pommes en (8), tout comme ce bateau en (9), désignent une entité référentiellement stable dont l’évocation sert de point de départ à la genèse du référent visé par ça. Ce n’est pas par hasard si j’insiste sur point de départ et genèse ; en effet, comparons (8) et (9) avec (8’) et (9’) ci-dessous, qui substituent un pronom clitique de troisième personne à ça :

(8’) Et là les pommes, elles en sont où ?

(9’) Mais alors ce bateau, il doit représenter pour lui, une part de rêve tu vois.

  • 6  La topicalisation fait accéder une entité discursive au rang de topique de l’énoncé à venir.

18L’emploi de ces pronoms a pour effet de ne pas modifier le référent installé par le SN disloqué, lors de sa topicalisation6. En d’autres termes, les expressions en P1 et en P2 sont coréférentielles. En revanche, ça produit un élargissement sémantique, de par la déclassification qu’il opère. Afin d’identifier ce référent, l’allocutaire doit, d’une part, faire appel à des éléments contextuels, notamment le savoir partagé avec le locuteur, et d’autre part se rapporter à la prédication évoquée par le reste de la phrase. En (8), le prédicateur en est où, bien que vague, ne peut manifestement pas se rapporter aux « pommes » en tant que telles, mais bien à « la production de pommes effectuée par la petite entreprise de AL » ; par ailleurs, la complicité entre les participants à l’acte de communication doit être importante afin de déterminer ce référent. De même, en (9), où « la part de rêve » n’est pas due au « bateau » en lui-même, mais bien à la symbolique qui lui est assignée, et à l’usage que le frère de E en faisait : « la pêche, la navigation, la passion, etc. ». Dans le cas présent, nous pourrions dire que le déclencheur d’antécédent sert d’amorce à la référence de ça, qui dépend à la fois du contexte et de la prédication évoquée par le reste de la phrase pour parachever l’objet-de-discours visé. Nous ne sommes donc pas face à une reprise anaphorique fidèle, mais face à une hyperonymie sémantique : l’objet-de-discours visé par ça englobe celui généré par le déclencheur d’antécédent, sans qu’ils soient identiques. Cette reprise s’accompagne d’un « décalage référentiel » (Cadiot, 1988), phénomène que je qualifierais d’« anadéictique », les éléments pertinents à combler cet écart provenant du contexte - le savoir partagé entre les interactants, ici. De plus, ce décalage s’accompagne d’un processus d’abstraction : si « les pommes » et « ce bateau » sont des entités stables, ça, dans les deux cas, produit une représentation discursive dynamique (« la production de pommes », « l’activité qu’est la pêche »). Cette aptitude à récupérer un référent tout en l’inscrivant dans un autre espace sémantique, bien qu’inclusif, assoit le caractère hybride de ça ; en effet, ce démonstratif est à la fois anaphorique, puisqu’il intègre en son sens une entité discursive introduite au préalable, référentiel de par l’adjonction sémantique qu’il induit, et déictique de par sa dépendance au contexte.

19Les sections 3.1 et 3.2 nous montrent que ça n’est pas un simple pronom : en tant que déictique, il est à même de créer un référent à partir du simple contexte énonciatif ; par là-même, il ne reprend rien du tout. De plus, l’analyse de structures disloquées indique que l’objet-de-discours visé par ça et celui introduit au préalable par le SN en position P1 ne sont pas strictement équivalents. Dans ce cas, il y a bien reprise, mais également genèse d’un référent hyperonymique et dynamique, grâce à l’ajout d’indices contextuels. Ces observations valent pour un déclencheur d’antécédent situationnel (exemples (6) et (7)) ou présent dans le co-texte sous forme d’un SN (exemples (8) et (9)). Qu’en est-il de la référence de ça lorsque le déclencheur d’antécédent est propositionnel ?  

3.3. Lorsque le déclencheur d’antécédent est une proposition

(10)  [La conversation porte sur le père du locuteur, AL. Ce dernier explique le décès de son père, et comment celui-ci a affronté la mort avec calme et philosophie]

E: Il était religieux ou il avait pas…

AL : Mon père oui, <E : (Il est religieux.)> religieux oui, bon si vous voulez bon euh il allait pas à la messe tous les dimanches, quoi que si il y allait assez souvent à la messe bon euh c’était quand même quelqu’un de très croyant quoi, oui, ma mère, ma mère oui. Et ma grand-mère aussi. Mais bon, pas un pratiquant. <E: Ça l’a aidé ou c’est simplement plutôt qu’il avait pas peur de la mort et que, que?> (AL, corpus Aude, 11aal1g)

(11) [JB explique à E2 la tradition des déjeuners aux tripes]

E2 : Et euh, ça, est-ce que ça s’est fait des fois euh, on en/ on a entendu, beaucoup parler des, déjeuners aux tripes ?

[…]

JB : et, on s’est retrouvé ce, avec mon nouveau patron euh, on a mangé des tripes à Lonley là. Un dimanche matin là. Et, c’est encore bien, bien servi encore à l’ancienne là si tu veux, on te change les assiettes à chaque fois euh.

E2: Chaque fois que.

JB : Et ben c’est-à-dire que, tu manges une euh, première euh, assiettée de, tripes, et, tu sais la tripe euh, c’est <E2 : Un peu, collant, oui c’est un peu.>, ç/ ça fige un peu, oui c’est un peu collant, et, c’est un, c’est, plutôt dommage de remettre des nouvelles tripes, dans, ton assiette, et en principe là, c’est ce qu’ils faisaient chez Fourmentin où qu’était Suzanne, et on, on te change l’assiette à chaque fois, jusqu’à temps que tu sois rassasié. Et puis, après, fromage euh, euh enfin, le vin adapté euh, <E2: Le vin blanc?> un petit blanc, un petit blanc avec oui, un petit, muscadet, et puis euh, le fromage avec un petit coup de rouge quoi, hein, et puis <E2: Et tout ça, à dix heures, à di/ neuf dix heures le matin, non?>, le, le café. Oui, oui, oh ben, on finit il est onze heures hein. (rires) Ouais, ça cale hein. (JB, corpus Normandie, 61ajb1l)

  • 7  Le topique discursif pourrait se définir par « ce dont parle le discours » (Schlobinsky & Schütze- (...)

20En (10) et en (11), les déclencheurs d’antécédent sont, respectivement, Il était religieux et est-ce que ça s’est fait des fois euh, on en/ on a entendu, beaucoup parler des, déjeuners aux tripes, qui correspondent à une question posée au locuteur par l’enquêteur E. En (10), ça apparaît bien plus loin, prononcé par E également, mais après le tour de parole de AL, qui traite de « la foi de son père, mais aussi de celle d’autres membres de sa famille ». En (11), l’occurrence de ça qui nous intéresse est produite par le locuteur JB, à la fin de sa description des « déjeuners aux tripes traditionnels ». Dans les deux cas, ça étant en position sujet, et le déclencheur d’antécédent étant propositionnel, une information posée au préalable devient topique de l’énoncé à venir. Dans les deux cas, encore une fois, ce qui est véhiculé par le déclencheur d’antécédent devient topique discursif7 lors de l’intervention du locuteur interrogé. Mais à quel objet-de-discours le démonstratif ça renvoie-t-il ?

21De toute évidence, dans les exemples ci-dessus, un pronom clitique de troisième personne ne peut se substituer à ça : le déclencheur d’antécédent est propositionnel et non plus nominal. Ce test de remplacement ne peut donc révéler l’équivalence, ou au contraire, le hiatus sémantique entre le référent premièrement évoqué par le déclencheur et celui visé par ça. Une alternative possible serait de paraphraser ça de la manière suivante :

(10’) : E : Il était religieux ou il avait pas…

AL : Mon père oui, <E : (Il est religieux.)> religieux oui, bon si vous voulez bon euh il allait pas à la messe tous les dimanches, quoi que si il y allait assez souvent à la messe bon euh c’était quand même quelqu’un de très croyant quoi, oui, ma mère, ma mère oui. Et ma grand-mère aussi. Mais bon, pas un pratiquant. <E: # Etre religieux l’a aidé ou c’est simplement plutôt qu’il avait pas peur de la mort et que, que?>

(11’) E2 : Et euh, ça, est-ce que ça s’est fait des fois euh, on en/ on a entendu, beaucoup parler des, déjeuners aux tripes ?

[…]

JB : […] Oui, oui, oh ben, on finit il est onze heures hein. (rires) Ouais,# Les déjeuners aux tripes calent hein.

22En (10’) et (11’), une expression renvoyant à l’entité discursive introduite par le déclencheur d’antécédent occupe la position sujet. D’une part, le résultat de cette transformation ne semble pas très naturel. D’autre part, il se produit un effet de sous-sens, comme si le discours produit entre l’occurrence du déclencheur d’antécédent et l’expression ici insérée n’était pas pris en compte. A présent, construisons une structure disloquée à partir de (10’) et (11’), avec ça en P2 :

(10’’)  E : Il était religieux ou il avait pas…

AL : Mon père oui, <E : (Il est religieux.)> religieux oui, bon si vous voulez bon euh il allait pas à la messe tous les dimanches, quoi que si il y allait assez souvent à la messe bon euh c’était quand même quelqu’un de très croyant quoi, oui, ma mère, ma mère oui. Et ma grand-mère aussi. Mais bon, pas un pratiquant. <E: D’être religieux, ça l’a aidé ou c’est simplement plutôt qu’il avait pas peur de la mort et que, que?>
(11’’) E2 : Et euh, ça, est-ce que ça s’est fait des fois euh, on en/ on a entendu, beaucoup parler des, déjeuners aux tripes ?

[…]

JB : […] Oui, oui, oh ben, on finit il est onze heures hein. (rires) Ouais, les déjeuners aux tripes, ça cale hein.

23Nous retrouvons ici la configuration étudiée en section 3.2 : le déclencheur d’antécédent en P1 réfère à une entité discursive reprise par ça, qui élargit les « contours » (Corblin, 1995) de ce référent en même temps qu’il le topicalise. Ici, l’ajout sémantique provient du discours construit en amont, à partir de l’occurrence du déclencheur d’antécédent. Ainsi, ça intègre en son sens l’ensemble des informations passées en mémoire discursive qui se rapportent au référent initialement évoqué : « la foi du père du locuteur », mais aussi « le fait qu’il ne soit pas pratiquant, bien que très croyant » (exemple (10)), et « les déjeuners aux tripes », mais également tout le processus, pour ne pas dire le cérémonial, qui accompagne ces repas – « l’heure du déjeuner, le changement d’assiette, les mets qui l’accompagnent, etc. » (exemple (11)).

24Dans ces exemples, ça est anaphorique, puisqu’il récupère une information ; de plus, le rôle de relais thématique est assuré : cette information devient topique de l’énoncé à venir. En outre, ça est référentiel : l’objet-de-discours qu’il désigne inclut non seulement l’antécédent introduit en amont, mais également l’ensemble des représentations discursives produites, en rapport avec cet antécédent. Enfin, ça est aussi déictique, puisqu’il fait appel à la mémoire discursive de l’allocutaire. Comme nous l’avons perçu avec les structures présentant un SN disloqué (section 3.2 supra), la référence de ça s’accompagne ici d’un processus d’hyperonymie ; en revanche, si l’apport sémantique provenait en grande partie du savoir partagé (et donc de la mémoire à long terme) entre les interactants dans les exemples (8) et (9), celui des exemples (10) et (11) est issu du discours construit en amont. Dans les deux cas cependant, nous pouvons constater un phénomène de neutralisation : un certain nombre d’informations sont réunies en une seule entité discursive toutefois non-nommée, ni marquée en genre et en nombre. La question qu’il convient de se poser est la suivante : est-ce que ça s’accompagne toujours d’un élargissement sémantique du référent, lors d’un phénomène de reprise ?   

(12) [AL parle de l’expérience acquise grâce à l’expérience professionnelle]

AL : On fait un truc, ça apprend des choses, on en fait un autre, ça apprend des choses. (AL, corpus Aude, 11aal1g)

(13) [AL parle de son fils]

AL : il a loupé le BAC et il m’a dit ’je reste avec toi’, je lui ai dit ’non tu vas repasser le BAC, on va te changer de, on va te remettre dans un lycée, tu vas repasser le BAC’. Il a eu le BAC et ça a été sa révélation. Il a eu le BAC alors ma femme lui a dit ’qu’est-ce que tu veux faire ?’ Elle lui, il lui dit ’je sais pas’. Ma femme lui dit ’tu vas faire pédicure’. Qu’est-ce que c’est? C’est, c’est fou ça, tu vas faire pédicure, qu’est-ce que c’est ?’ (AL, corpus Aude, 11aal1g)

(14) AL : on a toujours conservé la propriété à Aigues-Vives, ça fait que euh, on a toujours été plus ou moins d’Aigues-Vives et plus ou moins de Douzens. (AL, corpus Aude, 11aal1g)

25Dans les exemples ci-dessus, tout comme en (10) et (11), le déclencheur d’antécédent est propositionnel : on fait un truc et on en fait un autre en (12), il a eu le BAC en (13), et on a toujours conservé la propriété à Aigues-Vives en (14). Respectivement, les entités créées par ces propositions sont la dénotation d’un prédicateur (« faire un truc »), un événement temporellement circonscrit (« l’obtention du BAC pour le fils du locuteur »), et un fait (« le fait d’avoir toujours conservé cette maison »), ce que Lyons et Dik (Lyons, 1977 ; Dik, 1997) nomment des entités d’ordre zéro, deux et trois. Le déclencheur étant propositionnel, nous ne pouvons pas substituer un pronom clitique de troisième personne à ça pour déterminer la (dis)similitude de leurs référents respectifs ; de plus, une réinsertion du déclencheur serait très maladroite ici, pour des raisons évidentes de répétition (*on fait un truc, faire un truc apprend des choses). Cela étant dépendant du co-texte (cf. section 2), nous pourrions être tentés de le placer en position sujet :

(12’) AL : On fait un truc, cela apprend des choses, on en fait un autre, cela apprend des choses.

(13’) AL : Il a eu le BAC et cela a été sa révélation.

(14’) AL : on a toujours conservé la propriété à Aigues-Vives, cela fait que euh, on a toujours été plus ou moins d’Aigues-Vives et plus ou moins de Douzens.

26Hélas, la bienséance normative de cela à l’écrit et de ça à l’oral, acquise depuis les débuts de notre scolarité, transparaît, et ne semblerait attribuer qu’une valeur de registre à l’utilisation de ça ou de cela. Les tests de substitution n’étant pas valables ici, quels indices pourraient nous aiguiller sur la (non)-coréférence établie entre le déclencheur d’antécédent et ça ? A première vue, l’extension sémantique jusqu’ici suscitée par ça ne semble pas très probante : tout d’abord, la prédication évoquée par le reste de la phrase ne nécessite ni ajout d’information, ni « dynamisation » du référent premièrement évoqué ; ensuite, le savoir partagé des interlocuteurs n’est d’aucune aide ici dans l’identification du référent visé par ça ; enfin, la mémoire discursive ne se voit pas modifiée entre l’occurrence du déclencheur et celle de ça, ces derniers étant juxtaposés. En revanche, la déclassification opérée par ça entraîne une généralisation du référent initialement introduit : il ne s’agit pas d’« avoir telle activité professionnelle, à un moment donné », mais bien d’« occuper un poste, quel qu’il soit », qui enrichit l’expérience de la personne concernée ; ce n’est pas « avoir enfin le diplôme du BAC en main » qui a été une révélation pour le fils du locuteur, mais bien « le fait d’avoir réussi à un examen » ; enfin, ce n’est pas d’ « avoir conservé la maison » qui a permis à la famille de AL de résider régulièrement à Aigues-Vives, mais bien d’ « avoir un lieu où loger ». Le caractère neutre de ça provoque une dé-particularisation du référent concerné, passant de la valeur au rôle, en quelque sorte.

27Dans ces exemples, nous pourrions dire que la portée référentielle et déictique de ça est réduite : le référent ne subit pas de processus d’« hyperonymisation », et nul recours au contexte n’est nécessaire pour identifier l’objet-de-discours ainsi évoqué. Néanmoins, ce dernier subit un processus de généralisation, attribuable à la neutralisation effectuée par ça. D’un autre côté, ça est ici foncièrement anaphorique : l’information véhiculée par la proposition-déclencheur est reprise et topicalisée par le pronom neutre. Cette information venant d’être posée, son statut référentiel est suffisamment saillant pour être relayée par ça, qui joue un rôle de pivot topical. Ainsi, nous pourrions supposer que ça, subséquent à un déclencheur d’antécédent propositionnel, tiendrait lieu d’outil pragmatique : l’information tout juste posée est anaphoriquement reprise et devient topique de l’énoncé suivant. L’entité générée par le déclencheur ne gagne ni « dynamisme » (cf. section 3.2), ni traits sémantiques supplémentaires, ce qui signifie que la part référentielle de ça est moindre. Par là-même, ça ne dépend pas du contexte pour construire sa référence, ce qui induit que sa part déictique est également faible. En revanche, la décatégorisation réalisée par ça produit un effet de généralisation sur cette entité qui passe de la valeur au rôle.  

4. Récapitulatif/bilan : vers une mise en relation des paramètres influant sur l’indexicalité de ça

28Dans cette étude, ça apparaît dans quatre configurations différentes :

– Ça en référence au contexte situationnel, sans déclencheur d’antécédent linguistique : le caractère essentiellement déictique du démonstratif permet de créer un référent nouveau au sein du discours, à partir de la situation d’énonciation. Ici, ça n’a rien d’anaphorique, puisque le référent est construit « sur le champ ». En revanche, il est pleinement référentiel.

– Ça en position P2 d’une structure disloquée, P1 étant un SN : ça récupère une entité stable, introduite par le SN disloqué, tout en en faisant le topique de l’énoncé à venir ; ça est donc ici anaphorique et topicalisant. De plus, cette entité stable et celle visé par ça ne sont pas identiques, mais en relation de métonymie, la première étant incluse dans la seconde. L’ensemble des caractéristiques sémantiques différentielles provient, en majorité, du savoir partagé entre les interlocuteurs. La valeur déictique de ça, ainsi que ses propriétés référentielles, permettent un pointage vers la mémoire à plus ou moins long terme des partenaires de l’énonciation afin de construire un référent dynamique, incluant l’entité discursive introduite par le déclencheur.

– Ça en référence à une entité dont le déclencheur d’antécédent est propositionnel et « éloigné » : ça récupère une information véhiculée au préalable par une proposition, et en fait le topique de l’énoncé à venir ; ça est donc, ici encore, anaphorique et topicalisant. Par ailleurs, cette information « première » et le référent généré par ça ne sont pas identiques, mais en relation de métonymie. L’ensemble des caractéristiques sémantiques différentielles provient du discours construit en amont. Le caractère déictique de ça, associé à ses propriétés référentielles, permettent un pointage vers la mémoire discursive immédiate des interactants afin de construire un référent incluant celui premièrement évoqué par le déclencheur.

29Il peut sembler évident, mais utile d’être noté ici, que l’appel à la mémoire à long terme des interlocuteurs est une procédure plus déictique que l’appel à la mémoire à court terme (cf. Cornish, ce numéro, pour plus de précision à ce sujet).  

– Ça subséquent à un déclencheur d’antécédent propositionnel : ça récupère l’information véhiculée par la proposition-déclencheur et en fait le topique de l’énoncé à venir ; ça est donc anaphorique et topicalisant. Cependant ici, cette information et le référent visé par ça sont (quasi)-similaires, entretenant cependant un rapport de valeur - rôle. Les propriétés déictiques et référentielles de ça sont donc annihilées, au profit de ses propriétés anaphoriques qui font de ça un « simple » vecteur topical.

30Mettons en relation ces différents paramètres :

Tableau 1 : Déclencheur d’antécédent et degré de phoricité de ça

Tableau 1 : Déclencheur d’antécédent et degré de phoricité de ça

Tableau 2 : Capacité référentielle de ça et prise en compte du contexte dans l’identification du référent

Tableau 2 : Capacité référentielle de ça et prise en compte du contexte dans l’identification du référent

31Les tableaux ci-dessus révèlent une corrélation évidente entre un certain nombre de paramètres ; plus précisément, il semble exister un rapport de proportionnalité entre le type de déclencheur d’antécédent et la procédure plus ou moins anaphorique réalisée par ça (tableau 1), ainsi qu’entre l’amplitude référentielle de ça et l’importance du contexte pour identifier le référent évoqué (tableau 2). Sachant que, par définition, la prise en compte du contexte et le degré de phoricité représentent deux continuums parallèles (plus la procédure discursive est déictique, plus l’identification du référent nécessite un recours au contexte), nous pourrions avancer que plus l’invocation au contexte est grand, plus les valeurs référentielle et déictique de ça sont importantes.

Figure 1 : Déclencheur d’antécédent, procédure discursive, référence : un continuum pour ça

Figure 1 : Déclencheur d’antécédent, procédure discursive, référence : un continuum pour ça

Conclusion

32Cette étude est née d’une réflexion sur le fonctionnement de ça, en position sujet. En effet, ce pronom est traditionnellement considéré comme le pendant oral de cela, en dépit de leurs caractéristiques propres, qui ne peuvent uniquement les différencier par leur registre d’emploi. L’hypothèse de départ du présent article, défendant un continuum référentiel de ça en fonction de la procédure discursive à l’œuvre et du recours au contexte, se trouve ici confirmée. En effet, l’analyse d’exemples attestés issus de conversations spontanées montre que ça manifeste des propriétés référentielles suivant le recours au contexte plus ou moins nécessaire pour identifier le référent visé. Ainsi, ça déictique est à même d’introduire un référent nouveau au sein du discours, à partir de la situation d’énonciation ; à l’inverse, ça anaphorique n’est que le vecteur topical d’une entité discursive préalablement posée. Ces deux emplois sont les extrémités d’un continuum couvrant un ensemble de procédures référentielles mixtes, dans lesquelles ça exprime des caractéristiques déictiques, anaphoriques, et référentielles, à des degrés divers. De ce fait, la reprise effectuée par ça s’accompagne d’une extension sémantique de l’entité premièrement évoquée, les éléments additionnels provenant de la mémoire à plus ou moins long terme des interlocuteurs. Cette flexibilité référentielle est sans nul doute imputable au caractère neutre de ça, qui lui permet de réunir un ensemble de propriétés et d’informations en une sorte de nébuleuse sémantique. Cependant, ces observations ne présument en aucun cas l’existence de plusieurs ça ; au contraire, ça serait un mot polyfonctionnel dont les caractéristiques indexicales varient selon le contexte de son emploi. Il convient néanmoins de garder à l’esprit que cette étude est préliminaire : les résultats obtenus demandent à être confirmés. De plus, il serait certainement utile d’analyser des occurrences de ça dans d’autres positions syntaxiques que celle de sujet.

Haut de page

Bibliographie

Achard, M. (2001), « French ça and the dynamics of reference », TheLACUS Forum 27, p. 49-62.

Apothéloz, D. (1995), « Nominalisations, référents clandestins et anaphores atypiques », Travaux Neuchâtelois de Linguistique (TRANEL) 23, p. 143-173.

Ariel, M. (1988), « Referring and Accessibility », Journal of Linguistics 24(1), p. 65-87.

Berrendonner, A. (1990), « Pour une macro-syntaxe », Travaux de linguistique 21, p. 25-36.

Berrendonner, A. (1994), « Anaphores confuses et objets indiscrets », in C. Schnedecker, M. Charolles, G. Kleiber & J. David (éds.), L’anaphore associative, Paris, Klincksieck, p. 209-230.

Bühler, K. (1934[2009]), Sprachtheory: Die Darstellungsfunktion der sprache. Jena, Gustav Fischer.

Cadiot, P. (1988), « De quoi ça parle ? A propos de la référence de ça, pronom-sujet », Le Français Moderne 56, Paris, p. 174-192.

Carlier, A. (1996), « ‘Les gosses, ça se lève tôt le matin’ : l’interprétation générique du syntagme nominal disloqué au moyen de ce ou ça », Journal of French Language Studies 6, p. 133-162.

Conte, M.-E. (1994), « Discontinuity in Texts », in S. Čmejrková and F. Štícha (éds.), The Syntax of Sentence and Text, Amsterdam-Philadelphia, John Benjamins.

Corblin, F. (1995), Les formes de reprise dans le discours. Anaphores et chaînes de référence, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Cornish, F. (1999), Anaphora, Discourse, and Understanding. Evidence from English and French. Oxford, Clarendon Press.

Cornish, F. (2010), « Indexicaux, discours et mémoire discursive : ce que les premiers révèlent du second et de la troisième », in L.A. Johnsen, G. Corminboeuf & V. Conti (éds), Entre syntaxe et discours, LINX 62, Paris.

Dik, S.C. (1997), The Theory of Functional Grammar, the Structure of the Clause. Berlin, Mouton de Gruyter.

Durand, J., B. Laks & C. Lyche (eds.) (2009), Phonologie, variation et accents du français, Paris, Hermès.

Ehlich, K. (1982), « Anaphora and Deixis: same, similar, or different? », in R.J. Jarvella and W. Klein (éds.) Speech, Place, and Action. Studies in deixis and related topics, Chichester, Wiley, p. 315-338.

Guérin, E. (2007), « ‘Moi je comprends pas et ça ça m’intrigue’. Ce que peut nous apprendre la double occurrence de ça dans les énoncés oraux présentant un phénomène de dislocation », LINX 57, p. 27-37.

Gundel, J.K, N. Hedberg & R. Zacharski (1993), « Cognitive status and the form of referring expressions in discourse », Language 69(2), p. 274-307.

Kleiber, G. (1988), « Peut-on définir une catégorie générale de l’anaphore ? », Vox Romanica 48, p. 1-14.

Kleiber, G. (1994a), « Contexte, interprétation et mémoire : approche standard vs. approche cognitive », Langue Française 103, p. 9-22.

Kleiber, G. (1994b), Anaphores et pronoms, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Lambrecht, K. (1994), Information Status and Sentence Form, Cambridge, Cambridge University Press.

Lyons, J. (1975), « Deixis as the source of reference », in E. L. Keenan (éd.), Formal Semantics of Natural Language. Cambridge, Cambridge University Press, p. 61- 83. Republié comme Ch. 8 in J. Lyons (1991), Natural Language and Universal Grammar, Cambridge, Cambridge University Press, p. 146-165.

Lyons, J. (1977), Semantics, vol. 2, Cambridge, Cambridge University Press.

Maillard, M. (1994), « Concurrence et complémentarité de il et ça devant les prédicats impersonnels en français contemporain », L’Information Grammaticale 62, p. 48-53.

Milner, J.-C. (1985), Ordres et raisons de langue, Paris, Seuil.

Recasens, M., E. Hovy & M.-A Marti (2011), « Identity, Non-Identity, and Near-Identity: Addressing the Complexity of Coreference », Lingua 121, p. 1138-1152.

Schlobinsky, P. & S. Schütze-Coburn (1992), « On the Topic and Topic Continuity », Linguistics 30 p. 89-121.

Haut de page

Notes

1  Une telle approche semblerait contredire les différentes échelles d’accessibilité des référents, telles que the Accessibility Scale de Ariel (1988), et the Givenness Hierarchy de Gundel, Hedberg & Zacharski (1993), qui couplent une procédure référentielle à un type d’expression indexicale.

2  Durand, J., B. Laks & C. Lyche, 2009. Voir également http://projet-pfc.net/

3  Il est spécifié dans les conventions de transcription PFC que les bruits sont notés entre parenthèses.

4  J’emploie « thème », dans cet article, en référence à Guérin. En effet, l’entité visée par l’expression en P1 peut être nouvellement introduite au sein du discours, ce qui va à l’encontre de la définition du « thème », opposé à « rhème ».

5  « Un référent est interprété comme le topique d’un énoncé si ce qui est prédiqué est en relation d’à-propos avec ce référent » (Lambrecht, 1994, p. 131, ma traduction)

6  La topicalisation fait accéder une entité discursive au rang de topique de l’énoncé à venir.

7  Le topique discursif pourrait se définir par « ce dont parle le discours » (Schlobinsky & Schütze-Coburn, 1992, p. 112)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Déclencheur d’antécédent et degré de phoricité de ça
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 2 : Capacité référentielle de ça et prise en compte du contexte dans l’identification du référent
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 1 : Déclencheur d’antécédent, procédure discursive, référence : un continuum pour ça
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurie Buscail, « Qu’est-ce que ça veut dire ? », Linx, 62-63 | 2010, 135-151.

Référence électronique

Laurie Buscail, « Qu’est-ce que ça veut dire ? », Linx [En ligne], 62-63 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://linx.revues.org/1379 ; DOI : 10.4000/linx.1379

Haut de page

Auteur

Laurie Buscail

CLLE-ERSS CNRS UMR 5623 et Université de Toulouse-Le Mirail
buscail@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org