Navigation – Plan du site

Les verbes parenthétiques : un statut syntaxique atypique ?

Frédéric Gachet
p. 13-29

Résumés

L’article met en question quelques idées récurrentes à propos des verbes dits « parenthétiques » ou « recteurs faibles », en les confrontant à des faits attestés, et en mettant les parenthétiques en perspective avec d’autres formes verbales. Il tente de comprendre si les caractéristiques sémantiques, pragmatiques et énonciatives qu’on attribue généralement à ces verbes justifient d’en faire un cas à part, en particulier au plan syntaxique. Il émet notamment des doutes sur la notion de recteur faible introduite par Blanche-Benveniste (1989). Il conclut en apportant une réponse plutôt négative à la question posée par le titre du volume : les parenthétiques ne sont probablement pas des constructions verbales aussi atypiques qu’on le dit, du moins au plan syntaxique.

Haut de page

Texte intégral

1Un demi-siècle après l’article fondateur de Urmson (1952), il y a aujourd’hui une véritable tradition des verbes parenthétiques. Celle-ci est très bien représentée dans le domaine anglo-saxon où la notion est née. En linguistique française, ces verbes ont également suscité un grand intérêt, dès l’article de Benveniste (1958) sur « la subjectivité dans le langage ». Parmi de nombreux travaux, on peut citer en particulier l’approche syntaxique originale proposée par Blanche-Benveniste (1989), sous l’appellation de « rection faible ».

2Une telle tradition offre une visibilité, voire une notoriété, à la notion qui en est l’objet. La médaille a cependant son revers. Bien souvent, en effet, des idées, colportées d’un auteur à l’autre – avec les infléchissements et les déformations que cela peut provoquer – finissent par être considérées comme des acquis, sans plus de recul critique, jusqu’à gagner quasiment un statut de dogme. Les verbes parenthétiques ne semblent pas échapper à ce constat.

  • 1  Il va de soi qu’un article de cette dimension ne prétend pas présenter un panorama exhaustif des i (...)

3Le présent article souhaite confronter avec des faits attestés quelques-unes des idées les plus souvent avancées au sujet des verbes dits « parenthétiques » ou « recteurs faibles », en mettant ces derniers en perspective avec d’autres formes verbales. Il cherche, du même coup, quelques éléments de réponse à la question posée par le titre de ce volume (« des constructions verbales atypiques ? »), et tente notamment de comprendre si les caractéristiques sémantiques, pragmatiques et énonciatives de ces verbes justifient d’en faire un cas « à part », et de leur donner un statut syntaxique particulier1.

1. La notion de verbe parenthétique (ou de verbe recteur faible)

41.1. La notion de « verbe parenthétique » est née d’une observation faite par Urmson (1952) : certains verbes peuvent être utilisés dans deux constructions, ils peuvent être suivis d’une que-P ou apparaître en incise (médiane ou finale).

I suppose that your house is very old.
Your house is, I suppose, very old.
Your house is very old, I suppose.
A verb which, in the first person present, can be used, as in the example above, followed by ‘that’ and an indicative clause, or else can be inserted at the middle or end of the indicative sentence is a parenthetical verb. (Urmson, 1952, p. 481)

5Blanche-Benveniste (1989) définit à peu près de la même manière les « verbes recteurs faibles » :

Je définirai la classe des « verbes recteurs faibles » par la double possibilité de construction qu’ils ont ; on peut les trouver en tête de la construction, suivis d’une « que-phrase » qui a les apparences d’un complément […] ou en incise, après la séquence à apparence de complément. (Blanche-Benveniste, 1989, p. 60)

  • 2  Dans cet article, je symbolise ces deux constructions par ‘V que P’et ‘P, V’; V représente le verb (...)

61.2. Il est assez unanimement admis que le choix de l’une ou de l’autre construction2 n’a pas d’influence sur le sens, i.e. que V que P et P, V sont sémantiquement équivalents. Cela conduit à considérer que, dans les deux constructions, P véhicule l’information principale, ou est « le véritable énoncé ». Benveniste (1958) l’explique à propos de la formule je crois que P :

En disant je crois (que… [le temps va changer]), je convertis en une énonciation subjective le fait asserté impersonnellement, à savoir le temps va changer, qui est la véritable proposition. […] En incluant dans mon discours je suppose, je présume, j’implique que je prends une certaine attitude à l’égard de l’énoncé qui suit. On aura noté en effet que tous les verbes cités sont suivis de que et une proposition : celle-ci est le véritable énoncé, non la forme verbale personnelle qui la gouverne (Benveniste, 1958/1966, p. 264 ; caractères gras ajoutés)

7Cependant, un tel fonctionnement n’est pas réservé aux seuls parenthétiques. D’autres verbes peuvent construire une que-P délivrant l’information principale. La Logique de Port-Royal, parfois évoquée comme un précurseur des idées sur les verbes parenthétiques (voir Apothéloz 2003, Schneider 2007), en fournit des exemples :

(1) Je soutiens que la terre est ronde (<Arnauld & Nicole, La Logique ou l’art de penser)
(2) Les raisons d’astronomie nous convainquent que le soleil est beaucoup plus grand que la terre (<Arnauld & Nicole, La Logique ou l’art de penser)

  • 3  Le terme proposition est entendu ici au sens de la logique, et non de la syntaxe.

8Il paraît raisonnable de suivre les auteurs de la Logique lorsqu’ils affirment, à propos de ces deux énoncés, que la « première partie n’est que l’appui de l’affirmation » et que c’est bien la que-P qui constitue « la proposition principale »3. On peut d’ailleurs souscrire à la même analyse pour de nombreux autres énoncés, en particulier pour certaines tournures qui émaillent les productions scientifiques, ou pseudo-scientifiques :

(3)Il est intéressant de remarquer que ce travail n’est pas très évident lorsque il n’est pas encadré, orienté dans la réflexion. (www.bde.enseeiht.fr/clubs/determinisme/debat.html)

9Dans cet énoncé (comme dans d’autres formulations du même genre : soulignons que, il faut signaler que, à noter que, etc.), c’est bien la que-P qui fournit l’essentiel de l’information délivrée, et la principale syntaxique ne se justifie que pour situer argumentativement cette information, quand il ne s’agit pas d’un simple tic d’écriture. Visiblement, les verbes dits parenthétiques ne sont pas les seuls à pouvoir construire une que-P contenant l’essentiel de l’information transmise par l’énoncé. Il serait donc peu légitime de s’appuyer sur cette propriété pour fonder une classe de verbes au statut particulier, ou alors il faudrait y intégrer un grand nombre de verbes non parenthétiques.

101.3. En corollaire au fait que P véhicule l’information principale, le verbe parenthétique est doté d’une fonction accessoire : il modalise ou mitige P, c’est-à-dire qu’il abaisse sa valeur de vérité, ou limite la validation que lui accorde le locuteur. Benveniste l’explique à propos de l’énoncé je crois que le temps va changer :

Est-ce que je me décris croyant quand je dis je crois (que…) ? Sûrement non. L’opération de pensée n’est nullement l’objet de l’énoncé ; je crois (que…) équivaut à une assertion mitigée. En disant je crois (que…), je convertis en une énonciation subjective le fait asserté impersonnellement, à savoir le temps va changer, qui est la véritable proposition. (Benveniste, 1958/1966, p. 264)

11Dans la description des verbes parenthétiques, cette fonction mitigeante est centrale. Elle est notamment présente dans le titre de la monographie que Schneider (2007) leur a consacrée (Reduced Parenthetical Clauses as Mitigators). Elle est également au premier plan de la notion de recteur faible proposée par Blanche-Benveniste et Willems :

Comme si l’énoncé simple véhiculait une assertion trop forte, nos verbes ont pour fonction de l’atténuer en en limitant la validation. Cette validation atténuée implique une forme de ‘prise en charge’ par le locuteur. (Willems & Blanche-Benveniste 2010)

  • 4  Les verbes de discours rapportés sont parfois englobés dans les verbes parenthétiques ; voir entre (...)

12Pourtant, parmi les verbes qui permettent les deux constructions, on ne rencontre pas uniquement des verbes à valeur mitigeante. Les verbes introducteurs de discours indirect4 cumulent la faculté de construire une que-P et la possibilité de se trouver en incise (incise dite de discours indirect ou de discours indirect libre) :

(4) Elle dit que la poubelle est lourde, trop lourde pour ses forces. (Marguerite Duras, Cahiers de la guerre et autres textes, 2006 <Frantext)
(5) La poubelle est lourde,
dit-elle/elle dit, trop lourde pour ses forces. (exemple modifié)
(6) On lui demandait de faire un effort. Elle ne comprenait pas pourquoi,
disait-elle. (Marguerite Duras, Le ravissement de Lol V. Stein, 1964 <Frantext)
(7) On lui demandait de faire un effort.
Elle disait qu’elle ne comprenait pas pourquoi. (exemple modifié)
(8)
Je lui dis que si elle tombe malade elle sera bien avancée. (Marguerite Duras, Cahiers de la guerre et autres textes, 2006 <Frantext)
(9) si elle tombe malade elle sera bien avancée,
lui dis-je/je lui dis. (exemple modifié)
D’autres verbes, comme voir, remarquer, sentir, se rendre compte… ont également la capacité de se placer devant une que-P ou dans une incise :
(10) Quand vous m’avez montré un stérilet,
j’ai vu que c’était minuscule. (Martin Winckler, La maladie de Sachs, 1998 <Frantext)
(11) tu as déjà salé l’eau des pâtes
j’ai vu (oral, 26 juillet 2009)
(12) Vous avez parlé ensemble,
j’ai vu. Des Indes ? (Marguerite Duras, Le Vice-Consul, 1965 <Frantext)
(13) Pertin se pencha sur le corps de Serge.
- Merde ! C’est ton copain, le pédé ! Il est mort.
-
J’ai vu. (Jean-Claude Izzo, Chourmo, 1996 <Frantext)
(14) On s’en doutait,
remarquez. On n’est pas myope. (Hervé Bazin, Cri de la chouette, 1972 <Frantext)
(15)
Remarquez que je n’étais pas absent, je communiquais avec Paris jour par jour, heure par heure. (Charles de Gaulle, Discours et messages, 1970 <Frantext)
(16) Je suis mal parti,
je sens. (Alphonse Boudard, La Cerise, 1963 <Frantext)
(17)
Je sens que c’est fini. (Christine Angot, Rendez-vous, 2006 <Frantext)
(18) Ça l’intéresse vif,
je me rends compte. (Alphonse Boudard, La Cerise, 1963 <Frantext)
(19) Oh !
Je me rends compte que je suis profondément ridicule. (Henry Bernstein, Le Secret, 1913 <Frantext)
(20) - T’aimes les putes,
j’ai appris. Ça plaît pas trop, ça. Les flics qui vont aux putes. On te l’a fait savoir. Point. (Jean-Claude Izzo, Total Khéops, 1995 <Frantext)
(21) C’est avec joie que
j’ai appris que l’on étudie l’association d’Israël au Marché commun. (Pierre Mendès-France, Œuvres complètes, 1987 <Frantext)
(22) Je vous dérange pas,
j’espère, dis-je en m’approchant, un peu contrarié. [Jean-Claude Izzo, Total Khéops, 1995 <Frantext)
(23) Je crois que j’ai vu tout ce que je devais voir et
j’espère que vous allez crever tous les deux. (Sophie Calle, Douleur exquise, 2003 <Frantext)

  • 5  Urmson, en n’attribuant pas la fonction mitigatrice à tous les parenthétiques, se montrait, à cet (...)

13Manifestement, la fonction de ces formes verbales ne se réduit pas à mitiger l’assertion qu’elles accompagnent. Les verbes considérés habituellement comme parenthétiques, ou recteurs faibles, ne forment donc qu’un sous-ensemble au sein des verbes permettant la double construction. Si l’on tient malgré tout à englober la totalité des verbes à double construction dans les parenthétiques, il faut renoncer à caractériser ceux-ci par leur fonction mitigatrice5.

  • 6  Sauf pour les constructions impersonnelles comme il paraît, il me semble, on dirait, etc.

141.4. La fonction mitigatrice attribuée aux verbes parenthétiques est généralement réservée à la première personne du présent de l’indicatif6. Benveniste le montrait supra (§1.3) en décrivant la fonction mitigatrice du verbe croire dans je crois que le temps va changer. Conjugué à une autre personne (il croit que le temps va changer) ou à un autre temps (je croyais que le temps allait changer),le même verbe ne peut pas être interprété comme mitigeant l’assertion P. Recanati (1984, p. 321) dit à ce propos que « l’asymétrie est entre l’emploi descriptif du verbe et son emploi non-descriptif àla première personne du présent. » Blanche-Benveniste (1989) développe la même idée :

Un verbe comme « je crois bien », dans son emploi de recteur faible, est bloqué sur la personne « je ». « Je crois bien qu’il pleut » n’a pas pour équivalent : « tu crois bien qu’il pleut », ni « il croit bien qu’il pleut ». « Croire » est ici restreint à la fois dans sa modalité assertive, dans sa personne et dans son pouvoir rectionnel. (Blanche-Benveniste, 1989, p. 66)

15Elle poursuit en faisant remarquer que l’emploi parenthétique non-descriptif va de pair avec un changement de sens du verbe :

L’affaiblissement du sens, qui est très perceptible entre le sens de « accorder sa croyance » et « avoir l’impression que », est solidaire de ces blocages. (Blanche-Benveniste, 1989, p. 66)

16La comparaison de deux énoncés illustre cette idée :

  • Avec je crois qu’il va pleuvoir, le sens faible du verbe croire (avoir l’impression) est associé à un emploi mitigateur ; cet énoncé « asserte prudemment » qu’il va pleuvoir, selon l’expression de Recanati (1984). Il s’agit par conséquent du verbe parenthétique, ou recteur faible.

  • Avec je crois qu’il est innocent, au contraire, le verbe croire est pris dans son sens fort (avoir la conviction, accorder sa croyance), ce qui va de pair avec un emploi descriptif : exprimer sa croyance en l’innocence d’un prévenu n’équivaut pas à mitiger l’affirmation de cette innocence. On est donc en présence du verbe fort, et non du parenthétique.

17La solidarité entre les deux oppositions sens fort / sens faible et emploi descriptif / emploi mitigeant pose pourtant un problème de description, mis en évidence par l’énoncé il croit qu’il va pleuvoir. Celui-ci se prête sans difficulté à une interprétation exploitant le sens faible du verbe croire (il a l’impression qu’il va pleuvoir) plutôt que son sens fort (il en a la conviction). En revanche, comme il est conjugué à la troisième personne, on ne peut pas l’interpréter comme la simple mitigation de il va pleuvoir, et sonemploi dans l’énoncé est indiscutablement descriptif. Cette combinaison de l’emploi descriptif et du sens faible fait apparaître un vide théorique : est-on en présence du verbe faible ou du verbe fort ?

18On voit que la description de ces formes verbales et la notion même de verbe parenthétique ne sont pas exemptes de problèmes. Ces derniers sont encore plus aigus lorsque l’on aborde la syntaxe.

2. La discordance entre syntaxe et sémantique

19Dans la construction V que P, le fait que P soit le véritable énoncé et V un simple mitigateur est ressenti comme une discordance entre sémantique et syntaxe. La plupart des auteurs semblent en effet peu enclins à admettre qu’un verbe ayant sémantiquement le rôle de mitiger la que-P puisse la régir syntaxiquement. A ce sujet, Larrivée (2002) parle d’une « asymétrie entre syntaxe et sémantique » (p. 68) ou encore d’une « asymétrie apparente entre syntaxe et interprétation » (p. 71), Apothéloz mentionne un « décalage […] entre la construction apparente telle que la manifeste le donné morpho-syntaxique, et son fonctionnement sémantique et discursif » (2003, p. 249). Blanche-Benveniste & Willems (2007) expriment la même idée :

Sur le plan syntaxique, le phénomène a surtout donné lieu à des analyses en termes d’opposition entre structures de surface et structures profondes et renversement du statut informationnel : ce qui semble être subordonné véhiculerait en fait l’information principale ; ce qui semble être principal ne serait en réalité qu’une modalité adjointe. (Blanche-Benveniste & Willems, 2007, p. 227)

20La mention d’une « opposition entre structures de surface et structures profondes » et l’emploi de l’adjectif « apparente » dans les citations d’Apothéloz et de Larrivée laissent entendre qu’une description syntaxique moins superficielle serait capable de « réconcilier » les deux niveaux d’analyse. De fait, les travaux consacrés à ces verbes proposent souvent des descriptions visant à rétablir une concordance entre syntaxe et sémantique, en faisant de V que P et P, V des constructions syntaxiquement équivalentes. Ces tentatives s’appuient sur l’idée que les verbes parenthétiques ont un comportement différent des autres verbes constructeurs de que-P, justifiant de ne pas les considérer comme pleinement recteurs. Voici quelques-unes des observations utilisées pour argumenter en faveur de ce statut particulier des verbes parenthétiques.

2.1. Argument sur l’enchaînement

21Un premier argument consiste à montrer qu’après V que P, on enchaîne sur P plutôt que sur :

(24) – Je crois que Anne est venue hier.
– Ce n’est pas vrai. (<Larrivée 2002)

22Dans (24), le fait que la deuxième réplique enchaîne manifestement sur P et non sur V est mis au service de l’idée que V n’est pas vraiment la proposition principale. On peut objecter qu’une réplique différente permet l’enchaînement aussi bien sur V que sur :

(25) – Je crois que Anne est venue hier.
– Moi aussi
.

23La deuxième intervention de (25) peut en effet signifier moi aussi je crois que P ou moi aussi je suis venu hier. Par ailleurs, un verbe fort ne connaît pas face aux enchaînements un comportement très différent. Dans (26), comme dans (24), la deuxième intervention enchaîne bien plus vraisemblablement sur P que sur V, bien qu’il s’agisse de croire verbe fort :

(26) – Je crois que Anne est coupable du meurtre de son père.
– Ce n’est pas vrai
.

24La réplique ce n’est pas vrai s’interprète en effet plus volontiers comme Anne n’est pas coupable que comme tu ne le crois pas. En réalité, ces phénomènes d’enchaînement semblent dépendre plutôt du contenu propositionnel des énoncés que du statut syntaxique des propositions. Une réponse évaluant une valeur de vérité (ce n’est pas vrai, c’est vrai) est évidemment plus appropriée pour enchaîner sur Anne est venue que sur je crois. L’allocutaire est en effet mal placé pour évaluer la vérité des sentiments ou des impressions du locuteur. En revanche, des répliques comme moi aussi ou moi pas enchaînent sans difficulté sur je crois.

25En observant des énoncés authentiques, on se rend compte en outre qu’un énoncé peut se prêter à des enchaînements et sur V et sur P :

(27)  » - Je pense que ce serait drôle...
 » - N’est-ce pas ?... Eh bien, moi aussi, mon enfant. (Alexandre Dumas père, Le Capitaine Pamphile, 1839 <Frantext)

26Dans (27), n’est-ce pas enchaîne sur ce serait drôle,et moi aussi sur je pense. Si l’enchaînement était un critère permettant de déterminer quelle partie de l’énoncé est syntaxiquement la principale, cet exemple poserait un problème insoluble… On peut donc admettre, semble-t-il, que les tests d’enchaînement ne donnent pas d’indices probants pour identifier une proposition principale.

2.2. Argument sur l’enchâssement

27Un autre argument est tiré de l’observation de structures enchâssées, à l’exemple de (28) :

  • 7  Il faut préciser que Larrivée présente cet argument, tout comme le précédent, à l’occasion d’une r (...)

(28) la fille que je crois qu’il a rencontrée ce matin est une nouvelle collègue.
qui croyez-vous que j’ai vu ?
à qui crois-tu que je parle ? (<Larrivée 2002
7)

28Dans ces trois énoncés, un pronom relatif ou interrogatif, que le verbe de la que-P régit « par-dessus » une séquence V que, suggère que celle-ci doit plutôt être apparentée à une sorte de parenthèse qu’à un verbe recteur. Pourtant, si de telles constructions utilisent fréquemment les verbes dits parenthétiques, elles peuvent aussi être pratiquées avec des verbes pour lesquels le statut de recteur de la que-P ne fait pas de doute :

(29) La confession, par exemple : à qui voulez-vous que ça profite ? (André Malraux, Le Règne du malin, 1976 <Frantext)

(30) R. B. fait exactement ce qu’il dit que Michelet fait. (Roland Barthes par Roland Barthes, 1975 <Frantext)

(31) je les ai cités non pour les donner en exemple, mais pour désigner la pièce que je désire que l’on lise. (Maurice Barrès, Mes Cahiers, 1914 <Frantext)

(32) je serai exactement ce qu’elle souhaite que je sois. (Charles du Bos, Byron et le besoin de la fatalité, 1929 <Frantext)

(33) Juste une chose que je veux que tu saches avant de partir : c’est toi qui provoques ça, avec ton comportement. (Christine Angot, Rendez-vous, 2006 <Frantext)

29Ces enchâssements ne paraissent donc pas aptes à discriminer deux statuts syntaxiques différents pour les verbes constructeurs de que-P.

2.3. Argument sur la transparence à la négation

30La transparence à la négation, aussi nommée « montée de la négation », est une autre particularité fréquemment évoquée à propos des verbes parenthétiques. Hooper (1975) oppose sur ce critère les « weak assertive verbs » aux « strong assertive verbs » ; elle remarque que si il ne dit pas que P n’est pas équivalent à il dit que non-P, en revanche les deux énoncés suivants ont le même sens, ce qui l’incite à classer I think dans les « weak assertive verbs » :

(34) I think these living conditions are not suitable.
I don’t think these living conditions are suitable.
(<Hooper, 1975, p. 105)

31En ce qui concerne le français, on peut aussi admettre que les deux énoncés de (35) sont grosso modo équivalents sémantiquement, et que la différence qu’on peut percevoir ne relève que d’une nuance ténue :

(35) je pense qu’il ne pleuvra pas. vs je ne pense pas qu’il pleuvra.

32Pourtant, avec je prétends et je suppose, généralement considérés comme parenthétiques, la différence de sens semble déjà plus importante, et l’équivalence entre les deux énoncés moins convaincante :

(36) je prétends qu’il ne pleuvra pas. vs je ne prétends pas qu’il pleuvra.
je suppose qu’il ne pleuvra pas. vs je ne suppose pas qu’il pleuvra.

33En outre, les exemples suivants, construits avec des verbes forts, incitent à se demander si le déplacement de la négation provoque nécessairement une différence de sens plus importante que dans les énoncés mettant en jeu des parenthétiques :

(37) je crois que Dieu n’existe pas. vs je ne crois pas que Dieu existe.
il croit que Dieu n’existe pas. vs il ne croit pas que Dieu existe.
je considère que Dieu n’existe pas. vs je ne considère pas que Dieu existe.
je croyais qu’il n’allait pas pleuvoir. vs je ne croyais pas qu’il allait pleuvoir.
je veux que tu ne viennes pas. vs je ne veux pas que tu viennes.

34Quelle que soit la réponse qu’on choisit de donner, il semble qu’elle se calcule en fonction du sémantisme de chaque verbe, et non en fonction de son appartenance à une classe syntaxique. Ainsi la montée de la négation ne paraît pas un moyen apte à différencier le fonctionnement syntaxique des verbes parenthétiques et des autres verbes.

2.4. Argument sur la transparence à l’interrogation

35Il en va certainement de même pour la transparence à l’interrogation. A ce sujet, Apothéloz (2003) a proposé une démonstration que je lui emprunte, en la résumant. Les deux énoncés de (38) sont destinés à montrer que les parenthétiques sont transparents à l’interrogation :

(38) Pourquoi crois-tu qu’il s’est enfui ?
Pourquoi considères-tu qu’il s’est enfui ? (<Apothéloz 2003
)

36Ces énoncés se distinguent entre eux par le fait que, s’ils permettent tous deux l’interprétation pourquoi le penses-tu, seul le premier se prête à l’interprétation pourquoi s’est-il enfui. Cette dernière atteste de la transparence du parenthétique croire à l’interrogation.

37Apothéloz met en doute cette argumentation au moyen des énoncés suivants :

(39) Pourquoi crois-tu qu’il est 8 heures ?
Comment considères-tu qu’il s’est enfui ? (<Apothéloz 2003
)

38Dans le premier énoncé, bien qu’il s’agisse de l’emploi parenthétique de croire, l’interprétation pourquoi est-il 8 heures est bien improbable. Le verbe parenthétique n’est donc pas transparent. Le deuxième énoncé de (39) montre en outre qu’un verbe non parenthétique peut se prêter à une interprétation transparente : nonobstant le verbe fort, la question porte sur le fait qu’il s’est enfui (comment s’est-il enfui ?). Apothéloz ajoute : « le complément représenté par comment est obligatoirement régi par le verbe de la complétive, sans pour autant qu’on puisse en inférer que considérer a dans cet exemple un statut de recteur faible. » Ici aussi, la transparence semble dépendre des contenus propositionnels en jeu plutôt que des propriétés syntaxiques des verbes.

39Les arguments évoqués ci-dessus ne semblent pas de nature à accréditer l’idée d’un comportement particulier réservé aux verbes parenthétiques. C’est cependant sur de telles observations que reposent les descriptions syntaxiques mentionnées infra.

3. Les descriptions syntaxiques

3.1. ‘V que P’ analysé selon ‘P, V’

  • 8  Apothéloz (2003) propose la notion d’« adverboïde modal ». Cependant, il s’en sert pour décrire le (...)

40Dans l’idée d’unifier syntaxiquement les deux constructions caractéristiques des verbes parenthétiques, plusieurs descriptions attribuent au verbe initial de V que P la même fonction syntaxique qu’à l’incise de P, V. Les incises étant syntaxiquement mal connues, ce choix descriptif a le désavantage d’être peu éclairant… et l’avantage de permettre une certaine latitude de description. Ainsi, V que est doté d’une fonction syntaxique compatible avec le caractère accessoire ou subsidiaire généralement attribué aux incises, et reçoit un statut de constituant secondaire. Par exemple, Bolinger (1968) parle d’adverbialisation, Thompson & Mulac (1991) proposent la notion d’adverbe épistémique, et Andersen (1997) opte pour celle de subordonnée8.

41Ces descriptions ne sont guère convaincantes. Face à l’analyse faisant de V que un adverbe, on se demande, avec Blanche-Benveniste & Willems (2007), « quelle différence de comportement pourrait justifier un changement de catégorie grammaticale ». Quant à la conception qui voit dans V que une subordonnée, elle ne paraît pas beaucoup plus tenable. Larrivée (2002) la conteste pour deux raisons : premièrement elle suppose que je crois que formerait un seul bloc remplissant une fonction, or ce bloc peut difficilement être un constituant (le que appartient plutôt à ce qui suit) ; deuxièmement c’est plutôt la que-P qui revêt les apparences d’une subordonnée (elle est introduite par le complémenteur que, elle ne peut être ni à l’impératif ni à l’interrogatif, privilège réservé aux indépendantes et aux principales). Il ne me paraît pas nécessaire, dans les limites de cet article, de m’étendre plus en détail sur ce type d’hypothèses.

3.2. ‘P, V’ analysé selon ‘V que P’ ; la rection faible

  • 9  Il faut préciser que dès l’article de 2007, la possibilité d’une troisième construction, l’emploi (...)

423.2.1. A l’inverse des descriptions évoquées supra, une autre option consiste à donner à P, V une description syntaxique conforme à celle de V que P. Dans cette optique, la « rection faible », initiée par Blanche-Benveniste (1989) et développée ensuite dans Blanche-Benveniste & Willems (2007), puis dans Willems & Blanche-Benveniste (2010), constitue une proposition originale et digne d’intérêt. Pour ces auteurs, dans P, V comme dans V que P, le verbe V régit P, mais de manière affaiblie. L’approche syntaxique élaborée par Blanche-Benveniste et les chercheurs d’Aix-en-Provence offre un cadre théorique propice à unifier différentes constructions sous la bannière d’une seule relation syntaxique. Cette approche (voir Blanche-Benveniste et al. 1984) défend en effet l’idée que la rection verbale peut se réaliser dans divers « dispositifs » (direct, binarisé, à auxiliaire c’est, etc.). Par exemple, j’ai offert un livre à Pierre et c’est à Pierre que j’ai offert un livre sont deux réalisations, deux linéarisations d’un même rapport de rection entre le verbe et le syntagme prépositionnel. Ainsi il n’y a pas de difficulté à considérer P, V et V que P comme deux réalisations différentes d’un même lien syntaxique : « leurs différences ne sont pas à analyser au niveau de la syntaxe des dépendances, mais au niveau des organisations macro-syntaxiques9 »(Blanche-Benveniste & Willems, 2007, p. 245).

43Autre originalité, la notion de « rection faible » repose sur l’idée que la rection verbale connaît des degrés de spécificité variables. Ces degrés se mesurent en évaluant la « proportionnalité » de l’élément régi avec différentes formes pronominales (quoi, ce que, ça, le, etc.) Dans le cas des verbes parenthétiques, le critère est double : la rection faible se reconnaît (i) à l’impossibilité de reprendre la que-P par les pronoms le et ça, indicateurs les plus spécifiques de la rection verbale, et (ii) à la possibilité de reprendre la que-P par ce que ou qu’est-ce que, formes moins exclusives :

L’absence de pro-forme le pourrait suggérer qu’il n’y a pas de relation forte de rection ni entre le verbe et la que + V ni entre l’énoncé et l’incise ou la disjointe. […] On ne peut toutefois pas parler d’absence de rection puisque, comme nous le verrons plus loin, d’autres pro-formes ce que, qu’est-ce que restent possibles. (Blanche-Benveniste & Willems, 2007, p. 227)

44Pour les verbes parenthétiques, les auteurs mettent en doute que les pronoms le et ça puissent être proportionnels à la que-P. Par exemple, à propos de séquences telles que on le dirait, il le paraît, il me le semble, j’en ai l’impression, elles affirment : « aucune forme de pronoms n’a été attestée et celles que l’on pourrait reconstruire ne donnent pas un sens équivalent. » (Willems & Blanche-Benveniste 2010)

453.2.2. Des faits attestés semblent cependant aller à l’encontre de ces observations. Il n’est pas rare en effet de rencontrer des séquences dans lesquelles un verbe accompagné du le garde le même sens que dans son emploi faible. Contrairement à ce que prédisent Blanche-Benveniste & Willems, les séquences on le dirait et on l’aurait dit de (40) et (41) ne font pas référence à un hypothétique acte de dire (on le dirait si…) mais bien à une impression, exploitant donc le sens du verbe faible.

(40) Maintenant le prophétisme s’est-il dressé contre le sacerdotalisme, comme une sorte de « laïcisme » contre un « cléricalisme » ? On le dirait, à lire maintes pages de la bible. (Julien Weill, Le Judaïsme, 1931 <Frantext)
(41) Il semblait difficile d’ajouter de la beauté à Gênes, et cependant cela est en train de se faire. On pouvait redouter de la gâter en la « modernisant », et on l’aurait dit en voyant les premières tentatives - mais à présent on s’aperçoit que la percée de grandes places, l’introduction des arbres, et la construction de très hautes maisons n’a rien qui choque auprès des rues profondes de l’ancien centre de la ville. (Valery Larbaud, Journal, 1935 <Frantext)

46De même, on trouve des occurrences de il me le semble ou de il le paraît dans lesquelles le pronom le reprend un contenu qui pourrait être exprimé dans une que-P,précédée du verbe faible (il me semble que tout s’enchaîne, que tout s’explique ; il paraît que ces mesures n’ont pas été appliquées avec rigueur) :

(42) Tout s’enchaîne, tout s’explique - ou du moins, il me le semble. (Raymond Queneau pseud. Sally Mara, Les Œuvres complètes de Sally Mara, 1962 <Frantext)
(43) Il est interdit aussi aux Italiens de pratiquer des métiers jugés humiliants, comme celui de cireurs, ou bien aux chauffeurs de taxis italiens de transporter des Ethiopiens. Même si, comme il le paraît, ces mesures n’ont pas été appliquées avec rigueur, le peuple italien étant réfractaire à ces pratiques, leur proclamation ne manque pas de choquer profondément les Africains. (Jacques Frémeaux, Les empires coloniaux dans le processus de mondialisation, 2002 <Frantext)

47Dans ces exemples, les deux verbes prennent le sens faible, qu’on peut paraphraser approximativement par avoir l’impression. L’expression il le paraît, en particulier, ne fait nullement référence à une apparence, mais bien à un on-dit, ce qui est conforme à l’emploi parenthétique du verbe (cf. il paraît que P ou P, paraît-il).

48Le cas des verbes croire, penser est plus délicat. Bien entendu, les séquences je le crois et je le pense sont très bien attestées, mais la proximité entre le « sens fort » et le « sens faible » de ces verbes permet difficilement de décider, même en contexte, auquel des deux on a affaire. Les occurrences de ces séquences ne sont donc guère en mesure de servir de pièces à conviction, car on pourra toujours objecter que la présence du le témoigne de l’emploi fort du verbe. Cependant, lorsque des séquences comme je le crois ou je pense ça suivent immédiatement un je crois ou un je pense en incise, il y a tout lieu de penser qu’on est en présence du verbe faible. Il serait difficile en tout cas de soutenir que le verbe change de sens d’une occurrence à l’autre. Voici deux exemples qui illustrent cette situation :

(44) « Ah ! Il faut vendre, je crois. » Un grand silence se faisait. Nous ne pouvions pas le laisser prendre seul la décision la plus pénible de la longue carrière de la famille.
« 
Je le crois aussi », disait Pierre. (Jean d’Ormesson, Au plaisir de Dieu, 1974 <Frantext)
(45) il avait des avions au-dessus je pense - moi je pense ça hein - mon mari n’a pas eu ça (ctfp 32, 1’27’’)

  • 10  Ce sens était d’ailleurs attribué par Blanche-Benveniste (1989) au verbe faible. Si l’on voulait p (...)

49Avec le verbe trouver, la question se pose un peu différemment. Blanche-Benveniste & Willems (2007) attribuent à l’emploi fort de ce verbe le sens d’inventer, découvrir, et à son emploi faible celui d’avoir l’impression. Le sens estimer, évaluer n’est pas mentionné, et on ne peut pas savoir si elles l’affectent au verbe faible ou au verbe fort. Il est cependant légitime de penser que ce sens évaluatif est compatible avec le verbe faible, puisqu’il est fréquemment présent dans les incises en je trouve10 :

(46) c’est plus intéressant d’enseigner au lycée je trouve (31afb1lg_15894 <PFC)
(47) Tu n’as pas mis un très joli maillot, il est trop décolleté, je trouve, et ce vert, c’est horrible. (Geneviève Brisac, Week-end de chasse à la mère, 1996 <Frantext)

Or, la séquence je le trouve est fréquemment utilisée avec ce même sens :

(48) Comme il a l’air noble et bon ! dit Consuelo, voulant gagner le cœur de la chanoinesse par l’endroit le plus sensible.
- Vous trouvez ? dit Amélie, la transperçant de son regard espiègle et moqueur.
- Oui,
je le trouve, répondit Consuelo avec fermeté, et je vous l’ai dit hier soir, signora ; jamais visage humain ne m’a inspiré plus de respect. (George Sand, Consuelo, 1843 <Frantext)
(49) Nous avons fait la connaissance de Mme Legras, dit Adrienne qui ne put s’empêcher de parler de sa nouvelle amie, comme pour lutter contre la tristesse, l’ennui qui pesaient dans cette pièce. Elle enleva son chapeau, ses gants que la pluie collait à ses mains et les posa sur le guéridon.
- Oui, fit le vieillard en se tournant vers elle. Prétentieuse, hein ? Adrienne devint rouge.
- Parce qu’elle est bien habillée ? Je ne trouve pas.
- Possible, répondit-il, vexé qu’elle ne fût pas de son avis, mais
je le trouve, moi. (Julien Green, Adrienne Mesurat, 1927 <Frantext)

50On peut d’ailleurs observer que, dans ces exemples, la formule je le trouve sert de réplique à une occurrence du verbe faible, et qu’elle est « proportionnelle » à je trouve qu’il a l’air noble et bon ou à je trouve qu’elle est prétentieuse.

513.2.3. Les exemples précédents montrent donc que, contrairement à ce que prévoit la notion de rection faible, il y a bien pour ces verbes une proportionnalité possible entre la que-P et le pronom le. Tout compte fait, la reprise pronominale ne paraît pas un étalon suffisamment solide pour définir une classe de verbes recteurs faibles, puisque de nombreuses attestations semblent contredire les intuitions sur lesquelles elle est construite. On peut même douter que la reprise pronominale soit apte à mesurer un degré de rection verbale. Les possibilités de reprise s’expliquent probablement mieux par le format cognitif et le fonctionnement des différents pronoms que par des propriétés syntaxiques du verbe. Il serait nécessaire de comprendre d’abord de quelle manière le fonctionnement des pronoms et la capacité rectionnelle du verbe peuvent être corrélés, avant de faire de l’un un signe indicateur de l’autre.

4. Synthèse et conclusion

524.1. La présente étude conduit à constater que plusieurs des hypothèses formulées à propos des verbes parenthétiques reposent sur des prémisses fragiles.

  • 11  D’autres que moi (voir notamment à ce sujet Schneider, 2007, p. 98) ont déjà signalé que des formu (...)

534.1.1. Comme on l’a vu au §1.4, l’opposition entre l’emploi mitigateur et l’emploi descriptif du verbe parenthétique est problématique. Il semble plus raisonnable de penser qu’au lieu de se substituer à l’emploi descriptif, la fonction mitigatrice s’y superpose. Dire je crois que P, c’est soumettre l’assertion P à l’impression subjective du locuteur ; de là découle l’effet modalisateur, mitigateur. Celui-ci a pu se ritualiser sans que disparaisse pour autant le sens particulier de chaque verbe. Cela explique que les verbes parenthétiques ne soient pas interchangeables (voir la note 10). Si ces verbes ne gardaient qu’une valeur mitigatrice excluant toute fonction descriptive, ils entreraient tous dans les mêmes contextes. Les manières différentes qu’ils ont de mitiger les énoncés résultent sans doute de la valeur descriptive liée à leur sens11.

544.1.2. Les arguments visant à montrer que V ne peut pas régir la que-P qui le suit semblent aussi devoir être remis en question (voir §3). En effet, les observations sur lesquelles ils se basent s’appliquent souvent de la même manière à des verbes réputés non-parenthétiques, ce qui interdit de les utiliser comme indicateurs d’un statut particulier du verbe.

  • 12  C’est à un raisonnement similaire qu’est due la notion de subordination inverse.

554.1.3. Il faudrait également reconsidérer l’idée selon laquelle la description syntaxique d’une construction devrait s’adapter à sa structure sémantique ou informationnelle (voir §§ 2 et 3). La volonté de rassembler V que P et P, V dans une description syntaxique identique est probablement la conséquence d’une conception qui fait de la syntaxe un reflet de structures sémantiques. Dans cette perspective, ce qui est « principal » sémantiquement doit l’être aussi syntaxiquement12. Cette idée est vraisemblablement due au caractère métaphorique du vocabulaire syntaxique. A mon avis, il ne va nullement de soi qu’une proposition syntaxiquement principale doive véhiculer l’essentiel de l’information. Unifier la syntaxe de V que P et P, V (je crois que P et P, je crois) paraît donc inutile. Il semble plus raisonnable au contraire de considérer que dans la première construction V est le verbe principal régissant – fortement ! – la que-P, et que dans la deuxième il s’agit d’une incise, dont le statut syntaxique reste encore à élucider…

564.2. Dans cette optique, les verbes dits parenthétiques s’intègrent dans un ensemble plus grand de verbes à double construction (v. §1.3). En outre, ils forment avec les verbes de discours rapporté un sous-ensemble particulier. Ces deux groupes de verbes partagent en effet – et depuis longtemps, semble-t-il – plusieurs caractéristiques distributionnelles. En ancien et en moyen français, ils sont présents dans des incises en ce :

(50) Maistre Jacques Colin luy va monstrer le roy, lequel d’aventure estoit à une fenestre à deviser. « Voicy doncq, ce dit-il, celuy-là que vous cherchez. » (Les Nouvelles récréations et joyeux devis de feu Bonaventure des Périers, 1558 <Frantext)
(51) Ce sont grands imprimeurs de lettres que les Italiens. J’en ay, ce crois-je, cent divers volumes : celles de Annibale Caro me semblent les meilleures. (Michel de Montaigne, Essais, 1592 <Frantext)

  • 13  L’inversion dans l’incise de discours rapporté est assez connue et répandue pour que je me dispens (...)

57Ils apparaissent également dans les incises inversées, qui se sont perpétuées jusqu’à nos jours13 :

(52) Il était un peu dérangé, crois-je, ainsi que les autres. (Michel de Ghelderode, Pantagleize, 1934 <Frantext)
(53) Une image, me semble-t-il, suppose l’absence de l’objet visé. (Jean-Bertrand Pontalis, Traversée des ombres, 2003 <Frantext)

58Enfin, les deux catégories permettent, dans certaines contrefaçons littéraires de l’oral, mais également dans l’oral authentique, les incises en que :

(54) « Suffit, qu’il dit, je vais me précautionner. » (Balzac, Le médecin de campagne, 1833 <Frantext)
(55) -tu peux m’attendre un quart d’heure, qu’il me semble. (Marcel Aymé, La Jument verte, 1933 <Frantext)
(56) il m’a même demandé qu’elle dit si j’étais vierge (PFC, bgadb1lg_79760)
(57) une jeunesse qui est en perdition que je trouve (CRFP, pro-aux-1, 1’53’’)

59Sur la foi de ces observations, on peut formuler l’hypothèse que ces deux catégories de verbes en forment en réalité une seule, à l’intérieur de laquelle les verbes peuvent présenter des caractéristiques différentes. Certains verbes, comme croire, trouver, sembler, ont sous certaines conditions un effet modalisant ou mitigateur, et d’autres, comme dire, ajouter, répondre, peuvent ajouter à la double construction un emploi introducteur de discours direct. Ces caractéristiques définissent deux sous-ensembles non disjoints. En effet certains verbes les cumulent : le verbe penser peut introduire le discours direct, et il connaît à la première personne du présent l’emploi mitigateur. Il est donc probable que les verbes de discours rapporté et les verbes parenthétiques mitigateurs ne constituent pas deux catégories étanches.

60En attendant de pousser plus avant ces recherches, on peut conclure provisoirement que s’ils restent encore mystérieux sous bien des aspects, les verbes dits parenthétiques ou recteurs faibles ne sont pas des constructions syntaxiquement aussi atypiques qu’on a tendance à le croire, et que, nonobstant leurs propriétés mitigatrices, ils s’inscrivent régulièrement dans un paradigme de verbes à double construction.

Haut de page

Bibliographie

Andersen, H. L. (1997), Propositions parenthétiques et subordination en français parlé, Thèse de doctorat, Université de Copenhague.

Apothéloz, D. (2003), « Grammaticalisation ou différentiel de grammaticité ? Le cas de la rection dite ‘faible’« , Verbum, n° 25/3, pp. 241-262.

Arnauld, A. & Nicole, P. (1683/1992), « Des propositions complexes selon l’affirmation ou la négation, et d’une espèce de ces sortes de propositions que les philosophes appellent modales » in La logique ou l’art de penser (5e édition), 2e partie, chap. 8, Paris, Gallimard, Tel, pp. 120-122.

Benveniste, E. (1958/1966), « De la subjectivité dans le langage » in Problèmes de linguistique générale, t. 1, chap. 21, Paris, Gallimard, Tel, pp. 258-266.

Blanche-Benveniste, C. et al. (1984), Pronom et syntaxe. L’approche pronominale et son application au français, Paris, SELAF.

Blanche-Benveniste, C. (1989), « Constructions verbales ‘en incise’ et rection faible des verbes », Recherches sur le français parlé, n° 9, pp. 53-73.

Blanche-Benveniste, C. & Willems, D. (2007), « Un nouveau regard sur les verbes faibles », Bulletin de la Société Linguistique de Paris, n° 102/1, pp. 217-254.

Bolinger, D. (1968), « Postposed main phrases: an English rule for the romance subjunctive », Canadian journal of linguistics, n° 14, pp. 3-30.

Borillo, A. (1982), « Deux aspects de la modalisation assertive : croire et savoir », Langages, n° 67 (La signalisation du discours), pp. 33-53.

De Cornulier, B. (2004), « Sur la valeur de l’‘incise’ et sa postposition : Signe mimique et ‘style indirect libre’« , in Leclère, C. et al., Syntaxe, Lexique et Lexique-Grammaire, Volume dédié à Maurice Gross. Lingvisticae Investigationes Supplementa, n° 24, pp. 105-111.

De Cornulier, B. (1978), « L’incise, la classe des verbes parenthétiques et le signe mimique », Cahiers de linguistique, n° 8, Montréal, Presses de l’Université du Québec, pp. 53-95.

Gachet, F. (à par.), « L’incise de discours rapporté : une principale d’arrière-plan ? », in Defrancq, B. et al. (éds), Actes du colloque Discours et Grammaire 2008, Gand (23-24 mai 2008).

Hooper, J. B. (1975), « On assertive predicates », in Syntax and Semantics, 4, ed. John P. Kimball, Academic Press, New York, San Francisco, London, pp. 91-124.

Larrivée, P. (2002), « Invariants sémantiques et constructions syntaxiques », Travaux de linguistique, n° 45, pp. 67-82.

Récanati, F. (1984), « Remarques sur les verbes parenthétiques », in Attal, P. & Muller, C. (éds), De la syntaxe à la pragmatique, Actes du Colloque de Rennes, VIII, Amsterdam, J. Benjamins, pp. 319-352.

Schneider, S. (2007), Reduced Parenthetical Clauses as Mitigators. A corpus study of spoken French, Italian and Spanish, Amsterdam, John Benjamins.

Thompson, S. A. & Mulac, A. (1991, a), « A Quantitative Perspective on the Grammaticization of Epistemic Parentheticals in English » in Traugott, E. & Heine, B. (éds), Approaches to Grammaticalization, vol II, Focus on Types of Grammatical markers, Amsterdam / Philadelphia, pp. 313-329.

Thompson, S. A. & Mulac, A. (1991, b), « The discourse conditions for the use of the complementizer that in conversational English », Journal of Pragmatics,n° 15, pp. 237-251.

Urmson, J. O. (1952), « Parenthetical verbs », Mind, n° 61, pp. 480-496.

Willems, D. & Blanche-Benveniste, C. (2010), « Verbes ‘faibles’ et verbes à valeur épistémique en français parlé : il me semble, il paraît, j’ai l’impression, on dirait, je dirais », in Iliescu, M. et al.(éds), Actes du XXVe Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes, Innsbruck, septembre 2007, Tome IV, De Gruyter, pp. 565-579.

Haut de page

Notes

1  Il va de soi qu’un article de cette dimension ne prétend pas présenter un panorama exhaustif des idées exprimées sur les verbes parenthétiques, et qu’il ne peut en donner qu’un aperçu partiel. Son ambition se limite à discuter certaines tendances dominantes, en particulier dans le domaine français.

2  Dans cet article, je symbolise ces deux constructions par ‘V que P’et ‘P, V’; V représente le verbe parenthétique et P la proposition qui suit le que ou à laquelle s’adjoint l’incise.

3  Le terme proposition est entendu ici au sens de la logique, et non de la syntaxe.

4  Les verbes de discours rapportés sont parfois englobés dans les verbes parenthétiques ; voir entre autres de Cornulier (1978)

5  Urmson, en n’attribuant pas la fonction mitigatrice à tous les parenthétiques, se montrait, à cet égard, plus prudent que beaucoup de ses successeurs : « the whole point of some parenthetical verbs is to modify or to weaken the claim to truth which could be implied by a simple assertion p » (Urmson, 1952, p. 484).

6  Sauf pour les constructions impersonnelles comme il paraît, il me semble, on dirait, etc.

7  Il faut préciser que Larrivée présente cet argument, tout comme le précédent, à l’occasion d’une recension d’idées concernant les parenthétiques, mais qu’il réfute les conclusions pour lesquelles il est utilisé.

8  Apothéloz (2003) propose la notion d’« adverboïde modal ». Cependant, il s’en sert pour décrire le rôle pragmatique plutôt que la fonction syntaxique du verbe parenthétique. Pour cette dernière, il se rallie à la position de Blanche-Benveniste décrite infra §3.2.1.

9  Il faut préciser que dès l’article de 2007, la possibilité d’une troisième construction, l’emploi disjoint, est ajoutée à la définition des recteurs faibles (ex. L1 c’est une ville tranquille. L2 ici non non je trouve pas.). J’ajoute au passage que cet emploi disjoint n’est pas réservé aux formes verbales mitigatrices ; voir l’exemple (13).

10  Ce sens était d’ailleurs attribué par Blanche-Benveniste (1989) au verbe faible. Si l’on voulait pourtant considérer que le sens évaluatif (estimer) est celui du verbe fort, et que le sens faible de trouver se limite à avoir l’impression, on irait au devant de difficultés. En effet, si le contenu sémantique des verbes faibles se réduisait à un seul sens mitigateur commun (paraphrasable en avoir l’impression), on ne pourrait pas rendre compte du fait que les différents verbes faibles opèrent des « sélections spécifiques » (Blanche-Benveniste & Willems, 2007, p. 241). Ce sont les sens différents des verbes parenthétiques qui expliquent qu’ils ne soient pas interchangeables, et qu’on ne peut pas, par exemple, remplacer je crois par je trouve dans je crois qu’il a été fait au XVIIe siècle.

11  D’autres que moi (voir notamment à ce sujet Schneider, 2007, p. 98) ont déjà signalé que des formulations comme il est certain que P sont moins fortement assertives que la simple énonciation de P. Il est certain a donc sur P un effet mitigateur. Si on l’admet, il faut accepter également l’idée que des verbes forts peuvent affaiblir la validation de la que-P qu’ils introduisent. En effet, l’énoncé je crois qu’il est innocent, même en interprétant croire au sens fort, est moins absolu, moins fortement assertif que il est innocent, du fait que l’assertion est soumise à la conviction forcément subjective et faillible du locuteur. Les verbes forts peuvent donc être mitigateurs. Cela affermit l’idée que la fonction mitigatrice ne se substitue pas à la valeur lexicale, et n’est pas incompatible avec l’emploi descriptif du verbe.

12  C’est à un raisonnement similaire qu’est due la notion de subordination inverse.

13  L’inversion dans l’incise de discours rapporté est assez connue et répandue pour que je me dispense d’en donner ici des exemples. Contrairement à ce qu’on lit parfois, il n’y a, à l’égard de l’inversion, pas de différence fondamentale entre les incises de discours rapporté et les recteurs faibles en incises. On rencontre l’inversion plutôt dans les situations « formelles » (écrit littéraire ou de presse, oral surveillé : dit-il, crois-je, me semble-t-il) et l’ordre canonique pour les situations spontanées (oral familier, tchats : je crois, il dit, il me semble). La dominance quantitative de l’inversion dans l’incise de discours rapporté est due au fait que cette dernière est présente majoritairement dans l’écrit journalistique et littéraire (genre d’ailleurs privilégié par les études sur le DR), alors qu’elle est plutôt rare dans l’oral spontané.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gachet, « Les verbes parenthétiques : un statut syntaxique atypique ? », Linx, 61 | 2009, 13-29.

Référence électronique

Frédéric Gachet, « Les verbes parenthétiques : un statut syntaxique atypique ? », Linx [En ligne], 61 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://linx.revues.org/1328 ; DOI : 10.4000/linx.1328

Haut de page

Auteur

Frédéric Gachet

Université de Fribourg

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org