Navigation – Plan du site
Troisième partie - héritage, critique et développement

Les retours de l’écrit dans l’impensé de la parole et de la langue

Jean Ricardou
p. 395-421

Texte intégral

  • 1 Ferdinand de Saussure, « Brouillons de lettres », Ms. fr. 3957/2, cité par Jean Starobinski dans Le (...)

 « (...) si je n’étais obligé de vous avouer que j’ai une horreur maladive de la plume (...) »1 (Ferdinand de Saussure)

1Ferdinand de Saussure n’était pas dans les meilleurs termes avec l’écrit, et ce discord a plus ou moins obéré, en maints lieux, une pensée pourtant remarquable. Voilà, en substance, le propos que, selon trois rubriques, je cours le péril de soutenir ici. D’abord, je tenterai de mettre l’accent sur divers indices qui marquent le retrait, peut-être la répulsion, du célèbre linguiste vis-à-vis de l’écrit. Puis je m’efforcerai de faire saillir que cette trop minime prise en compte des traces sur la page favorise certains retours insus, non seulement dans les « Cahiers sur les anagrammes », mais encore dans le Cours de linguistique générale. Bref au cœur de ce qu’il me semble opportun d’appeler respectivement, du coup, l’impensé de la parole et l’impensé de la langue.

  • 2 Celui-ci peut se faire pendant le Séminaire de textique présenté, annuellement, au Centre Culturel (...)

2Qu’il me soit permis de mentionner, en outre, que les susdites préten­tions s’appuient sur une discipline récente, la textique, ce qui présume, d’emblée, deux rapides avertissements. D’un côté, cette discipline, à l’inverse du parti pris saussurien, n’évite aucunement l’écrit. En effet, sous la suivante définition, explicite sauf erreur, « tout ensemble de traces, affermi sur un fond, et directement lié au moins à une langue », elle le prend pour spécial objet du sien effort de connaissance. D’un autre côté, néanmoins, cette discipline sera mobilisée aussi peu que loisible, et seulement de façon rudimentaire, quasiment aux confins du schéma. En effet il sied de ne guère surprendre, ni maintenant le présent auditoire, ni demain l’éventuel lectorat, avec une technicité qui suppose quelque apprentissage2.

1. L’horreur de la plume

3Que Ferdinand de Saussure n’ait pas été dans les meilleurs termes avec l’écrit, il suffit, pour l’apercevoir, sur un mode global, d’être attentif à deux indices.

4L’un est l’aveu sans ambage émis, nul ne l’ignore, dans ce qui paraît un brouillon de lettre : « j’ai une horreur maladive de la plume ».

  • 3 Ibid., p. 8.

5L’autre est l’étrange sort des principales recherches de l’auteur genevois. Comme le signale leur divulgateur, Jean Starobinski, l’on s’en souvient, à propos du « Premier cahier à lire prélimi­nairement »3 :

Il pourrait avoir été préparé en vue d’une publication – à laquelle Ferdinand de Saussure a préféré renoncer.

  • 4 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, publié par Charles Bally et Albert Séchehaye (...)

les « Cahiers sur les anagrammes » sont demeurés entièrement inédits. Et ce sont par des extraits qu’ils ont été offerts jusqu’aujourd’hui à la lecture. Comme le soulignent les éditeurs, Charles Bally et Albert Séchehaye, dans leur préface4 :

F. de Saussure détruisait à mesure les brouillons hâtifs où il traçait au jour le jour l’esquisse de son exposé.

  • 5 Ibid., p. 8.

le Cours de linguistique générale s’est maintenu largement irrédigé. Et ce sont sous les espèces de reconstitutions, pour l’essentiel à partir des « notes consignées par les étudiants »5, qu’il en est venu à former un volume.

6Or, s’il est utile, peut-être, d’observer que les Cahiers sont demeurés entièrement inédits et que le Cours s’est maintenu largement irrédigé, c’est que tels respectifs destins fournissent une leçon. Quiconque prend la plume au profit de quelque autre, et, mieux, s’il songe à la publication, au bénéfice de plusieurs, se trouve néces­sairement induit à un certain travail sur la ligne. Cette obligation vient d’un motif extrinsèque et d’une raison intrinsèque. Le motif extrinsèque ? C’est le scrupule de bonne tenue stylistique : l’on évite le débraillé. La raison intrinsèque ? C’est le soin d’intelligi­bilité suffisante : l’on élimine l’embrouillé. Inversement, quiconque écrit pour soi seul peut n’avoir point les mêmes soucis : ni celui de bonne tenue stylistique (le scripteur n’a lors personne, sauf lui-même, à spécialement respecter), ni d’intelligibilité suffisante (le scripteur, en général, se comprend plutôt quand sur le champ il se relit). C’est pourquoi l’on est fondé à le prétendre : les pages des Cahiers (simples enregistrements de recherches pour l’essentiel) et les notes du Cours (souvent « brouillons hâtifs » destinés à fournir, comme le précisent les éditeurs, « au jour le jour l’esquisse de [l’]exposé ») sont tendanciellement porteuses, les unes et les autres, d’écrits négligés. Elles offrent des écrits certes, et de plein droit, puisqu’elles supportent, respectivement, des « ensembles de traces liés au moins à une langue », mais ces écrits sont négligés puisqu’ils n’ont pas reçu, en tant que tels, de ciselures spéciales. Or les ciselures spéciales qu’autorise une plume, s’il est opportun d’en souligner ainsi l’absence, c’est, non point, pour sûr, au nom des lecteurs (puisque ceux-ci n’étaient aucunement les destinataires directs, ni des pages des Cahiers, ni des notes du Cours), mais bien, parce qu’en leur jeu elles témoignent d’une prise en compte, toujours, peu ou prou, de l’objet scriptuel dans sa spécificité.

7Il y a donc quelque motif de tenir, d’une part « l’horreur maladive de la plume », d’autre part le caractère constitutivement négligé de la prose des Cahiers et, probable­ment, des notes du Cours, comme les symptômesdu persistant rejet global, chez l’auteur genevois, de l’écrit en tant qu’univers spécifique.

2. Les retours de la lettre

8Il se trouve que cette insuffisante prise en considération de l’écrit, loin de se réduire à une anecdotique difficulté de plume, ou à des impatiences de chercheur, diminue, chez Ferdinand de Saussure, la pensée elle-même, et, notamment, les analyses consacrées aux anagrammes.

  • 6 Ibid., p. 37.
  • 7 Ibid., p. 37.

9En effet il est voyant, sous l’angle de la méthode, que les Cahiers ne procèdent aucunement comme le Cours. Le Cours, et fût-ce par épisodes, distingue soigneusement deux objets à connaître : la langue, « sociale dans son essence et indépendante de l’individu »6, et la parole, dont les « manifestations (...) sont indivi­duelles et momentanées »7. Les Cahiers, ou du moins les extraits fournis par Jean Starobinski, n’accomplissent rien de ce genre : nulle délimitation de l’objet au sein duquel, pourtant, l’on applique à examiner deux sortes d’arrangements spéciaux.

  • 8 Ibid., p. 46.

10Or cette inégalité des manières, et qui, sauf torpeur, ne saurait manquer de surprendre, s’élucide un brin sitôt qu’on fait intervenir l’écrit. Si le linguiste se prend à définir avec précaution, dans le Cours, la « langue » et la « parole », c’est que, s’appuyant sur l’oralité, il croit, les affranchissant de l’emprise graphique, pouvoir les établir hors l’écrit : « la langue a donc une tradition orale indépendante de l’écriture ; mais le prestige de la forme écrite nous empêche de le voir »8. Si l’auteur genevois, en revanche, ne se plaît guère à scrupuleusement définir, dans les Cahiers, l’objet qu’il examine c’est qu’il s’agit ouvertement, pour l’essentiel, fussent-ils poésie ou prose, d’écrits manifestes.

  • 9 Selon une dérive dont Gilles Tronchet, ici-même, dans sa contribution, a fait paraître quelques pha (...)
  • 10 Ibid., p. 188.

11Et cette différence à hauteur de la spécification s’accompagne d’une divergence à hauteur d’analyse. Quand l’objet se trouve défini et que le linguiste s’y attache (la « langue », dans le Cours), c’est, par un ensemble de concepts soigneux (synchronie et diachronie, signifiant et signifié, système et valeur, rapports syntag­matiques et rapports associatifs), une flagrante théorie qui s’élabore. En revanche, quand l’objet reste indéterminé et que le décrypteur s’y applique (les divers écrits, dans les Cahiers), c’est, au gré des variations et des incertitudes, un parcours sans théorie, osons le prétendre, qui divague9. L’on connaît le reproche que Saussure expédie à la linguistique de Bopp : « celle-ci se plaçant sur un terrain mal délimité ne sait pas exacte­ment vers quel but elle tend »10. L’on aperçoit, en regard, la réserve qu’il est possible d’adresser à la quête saussurienne des « anagrammes » : celle-ci, se plaçant sur un terrain mal délimité, ne sait pas exactement sur quel objet elle opère.

2.1. La transconsécution

  • 11 Ibid., p. 27

12Ce que poursuit Saussure, nul ne l’ignore, avec les Cahiers, au sein de poésies et de proses diverses, c’est, entre certains sons échelonnés, deux correspon­dances spéciales. Les unes leur permettent de former des échos, et il s’agit lors, pour choisir l’une des appellations offertes, du problème des « harmonies phoniques »11. Les autres leur permettent d’établir au moins un mot en surcroît, et il s’agit lors, pour continuer à choisir ce terme dans la fluctuation termi­nologique, l’on y reviendra, du problème des « anagrammes ». Dans certains cas, ces deux prétendus arrangements particuliers forment combinaisons, mais on dispensera de leur examen la présente étude (puisqu’elle est sommaire).

13Sauf à fuir la théorie, aborder les deux respectives questions des harmonies phoniques et des anagrammes, c’est immanquablement devoir éclaircir, et le moins tard pourrait bien être le mieux, un problème intrinsèque : celui du mode de communication des occurrences requises au fil du segment retenu. En effet dès lors que les occurrences associées ne sont plus adjacentes, elles communiquent, non point certes par consécution, mais bien par ce qu’il faut intituler une transconsécution.

14Ainsi, le problème se déploie en deux autres.

15L’un concerne le statut de l’objet transconsécutif. Puisque la télécommunication entre une paire d’éléments disjoints suppose la provisoire annulation de l’intervalle qui les sépare, qu’en est-il de cet objet, pourtant successif, mais dont certains segments peuvent en quelque manière s’abolir ? L’on y reviendra plus loin.

16L’autre problème touche aux spéciales configurations transcon­sécutives. Puisque certains éléments échelonnés peuvent commu­niquer à distance, qu’en est-il des éventuels facteurs de la transconsécution ? Il convient d’en dire au préalable quelques mots.

17En textique, l’on stipule, s’agissant des structures minimales, que les facteurs de la transconsécution se réduisent à une couple de rapports : un rapport remar­quable de forme (on l’appelle diaphéromorphisme) et un rapport remarquable de place (on le nomme diaphérochorisme).

2.2. Les diaphéromorphismes

18Les remarquables rapports de forme ? L’on observe qu’ils se res­treignent à deux : l’isomorphisme (quand les deux occurrences concernées sont iden­tiques) et l’arthromorphisme (quand elles sont articulables selon certaine entité d’ordre supérieur). Ces relations, mais sur un mode plus général peut-être, retrouvent donc, notons-le au passage, le rapport associatif et le rapport syntagmatique du Cours de linguistique générale. En outre, l’on observe sans peine que si l’un et l’autre de ces rapports jouent un rôle dans la transconsécution, c’est d’une manière inégale : l’isomor­phisme est un facteur transconsécutif fort ; l’arthromorphisme est un facteur transconsécutif faible.

  • 12 A cela une étude moins succincte devrait ajouter qu’en l’espèce l’arthromor­phisme ressortit, non p (...)

19Et cette inégalité, bien sûr, vient d’une différence quant au statut de l’unité qu’ils requièrent. Avec l’isomorphisme, l’unité requise se trouve accom­plie, et, davantage, même, elle se voit répétée. C’est la présente forme de chacune des occurrences échelonnées que l’identité associe. Avec l’arthromorphisme, en revanche, l’unité requise est à construire. C’est la forme qui sera obtenue avec l’éventuelle articulation des occurrences échelonnées. Bref, si l’isomorphisme est un facteur de transconsécution fort, c’est qu’il s’appuie sur une forme actuelle, et si l’arthromor­phisme est un facteur de transconsécution faible, c’est, notamment12, qu’il s’appuie sur une forme virtuelle.

  • 13 Ibid., p. 48.

20Pareille question théorique, peu difficile mais capitale, l’on ne saurait dire que l’auteur genevois l’ignore. Il la rencontre, à l’évidence, mais, sauf erreur, au seul niveau du tâtonnement analytique, avec ce qu’il semble possible de nommer le germe arthromorphique. En effet quand Saussure établit la combinatoire des éventualités par lesquelles un diphone peut annexer un monophone, voisin mais non contigu, pour former un triphone en surcroît, l’ensemble des solutions qu’il prodigue réussit bien une exhaustion, mais celle-ci sature un niveau subsidiaire, celui des combinaisons, sans que le problème majeur, sous l’angle de la théorie, celui de l’intérêt même du dispositif d’annexion d’un monophone par un diphone, soit envisagé13.

Ier Cas. - Le diphone contenu dans un mot s’annexe l’INITIALE du mot pour se combiner avec lui en triphone (...)

IIe Cas. - Le diphone contenu dans un mot s’annexe la FINALE du mot pour se combiner avec lui en triphone (...)

IIIe Cas. - Un diphone initial s’annexe un monophone intérieur (...)

IVe Cas. - Un diphone final s’annexe un monophone intérieur (...)

Ve Cas. - Un diphone intérieur s’annexe un monophone également intérieur.

21D’une part, le décrypteur ne formule point la raison de sa quête des divers cas. Or cette raison, sous l’angle de la théorie, pourrait s’énoncer de la façon suivante : le facteur transconsécutif arthromorphique souffrant, entre autres, du carac­tère virtuel de l’unité requise, il est avantageux, au moins selon un diphone, qu’une portion de cette unité soit déjà actualisée. D’autre part, et selon une absence en contrepoint, le déchiffreur ne s’interroge guère sur la raison qui l’exempte de mobiliser résolument un diphone dans le cas des harmonies phoniques. Or cette raison, sous l’angle de la théorie, pourrait, en regard, se formuler comme suit : le facteur transcon­sécutif isomorphique bénéficiant du caractère actuel de son unité opératoire, il est moins utile, à conditions semblables, que, par les offices d’un diphone, cette unité soit agrandie.

2.3. Les diaphérochorismes

22Toutefois, l’on s’en souvient, la transconsécution scriptuelle, du moins en textique, suppose que le rapport remarquable quant à la forme soit couplé avec un rapport remarquable quant à la place. Or ce dernier présente ses propres caractères : si les rapports remarquables quant à la forme peuvent se restreindre à deux (l’isomorphisme et l’arthromorphisme), les rapports remarquables quant à la place ne sauraient se réduire à moins de quatre. En effet, deux éléments peuvent occuper, ou bien la même place (il s’agit de l’autochorisme), ou bien des places voisines (il s’agit du parachorisme), ou bien des places antagonistes dans un site déterminé (il s’agit de l’antichorisme), ou bien des places identiques dans des sites comparables (il s’agit de l’isochorisme). A titre d’aide mémoire, et sans certes entrer ici dans les détails, l’on peut donc offrir à un seul coup d’œil les diverses situations qui échappent au pur consécutif : l’une, infra­consécutive, avec l’autochorisme,les autres, transconsécutives, avec le paracho­risme, l’anticho­risme, l’isochorisme (Schéma 1).

23Seulement, dès lors que le problème de la place, ainsi, se pose avec quelque soin, il n’est plus du tout loisible de mettre l’écrit sous l’éteignoir, dans la mesure où c’est avec tel objet que la notion de lieu accède à une rigoureuse vigueur. En effet si l’on utilise, pour le motif de sa commodité, l’habituelle réduction linéaire, il est manifeste, sous l’angle de l’espace, que l’écrit présente une consécution de segments divers (Schéma 2).

24Chaque tiret y correspondant à une lettre, les segments AB et CD disposent les entités linéaires dites « mots », les segments AE et FI les entités linéaires dites « lignes », les segments AG et HF, cloisonnés avec des barres, toutes les sortes d’entités qu’il est possible de définir et, notamment, celles que marque la ponctuation, pleine (les diverses traces dissociatives) ou vide (les divers blancs séparatifs).

25Or quelles sont les relations de ce modèle schématique avec la langue et la parole ? Il est lié à la langue, certes, dans la mesure où celle-ci forme le système sémiotique mobilisé. Néanmoins, à suivre la perspective saussurienne, il ne saurait lui être équivalent puisqu’il est, fût-ce ici de manière abstraite, un certain accomplissement individuel. Il est lié à la parole, en tant que discours individuel mobilisant le système de la langue. Néanmoins, dans la même voie, il ne saurait lui être équivalent puisqu’il comporte certaines unités d’un tout autre ordre, non seulement parce que plusieurs (les mots, les lignes) sont d’espèce graphique, mais encore parce qu’elles peuvent être gérées, toutes, sur une base graphique indépendante du discours.

  • 14 Ibid., p. 148.
  • 15 Ibid., p. 158.
  • 16 Michel Arrivé, Françoise Gadé, Michel Galmiche, Guide alphabétique de linguistique française, éditi (...)

26Ainsi du mot. Ferdinand de Saussure observe : « Il faut chercher l’unité concrète ailleurs que dans le mot »14. Bref le mot est démuni de pertinence tant pour une linguistique de la parole que pour une linguistique de la langue, où il ne tient, comme l’on sait, dans le Cours de linguistique générale, que le rôle d’une simple approximation15. Et sa foncière nature scriptuelle est clairement soulignée même si leurs définitions, par ailleurs, sous l’angle de la textique, ne sont point à l’abri de réserves, par Michel Arrivé, dans le Guide alphabétique de linguistique française16 :

Dans une langue telle que le français, il n’est possible de donner une définition à la fois simple et rigoureuse du mot qu’au niveau de la manifestation graphique, où le mot est le segment de discours compris entre deux espaces blancs.

  • 17 Georges Mounin, Dictionnaire de la linguistique, Presses Universitaires de France, Paris 1974, p. 2 (...)

tout comme par Georges Mounin dans son Dictionnaire de la linguistique17 :

En fait le mot est empiriquement lié, dans la conscience linguistique des non-analphabètes, à sa forme écrite : c’est l’unité délimitée par deux blancs, un signe de ponctuation, ou l’inverse. Le mot n’est pas une réalité de linguistique générale.

27Ainsi de la ligne, qui ne se trouve guère, bien entendu, à l’index du Cours. Ainsi de la strophe, pour choisir l’un parmi les divers autres secteurs dont l’écrit est passible.

28Toutefois, certes, d’aucuns pourraient être tentés de dire, eu égard aux spécificités respectives, qu’il y a, simplement, deux paroles : l’une, d’espèce verbale ; et, l’autre, de nature écrite. Mais admettre l’idée d’une « parole écrite » serait courir sitôt un péril majeur : inféoder constitutivement l’écrit à l’oral (sous les espèces d’une pure fonction d’enregistrement), et donc se priver de saisir ses éventuelles capacités intrin­sèques. Par exemple il suffit d’envisager, et pourquoi non, un écrit fait de neuf strophes chacune de neuf lignes, chacune de neuf mots, pour concevoir un objet dont les strophes et les lignes sont réglées, en ultime instance, sur une entité, le mot, qui échappe, l’on vient de le rappeler, en tant que tel, et à la langue, et à la parole.

29Du coup, et dès lors qu’il s’agit de cet objet particulier, mieux vaut choisir carrément le concept d’écrit, entendu comme lieu spécial, celui d’un ensemble de traces affermi sur un fond, et au fil duquel, en liaison directe avec le système de la langue, un discours se produit.

30Or qu’en est-il des sons dans cette affaire ? L’on peut dire qu’ils adviennent sur le mode d’une assignation à résidence. Ou, plus précisément, d’une assignation à ces résidences que constituent, certains spécifiques, les divers enclos de l’écrit. Et, le cas échéant, d’une assignation à des places remarquables dans les spéciales résidences ainsi déterminées.

31Cependant, l’heure est venue d’en prendre cure, les quatre relations remarquables qui affectent les places ne sont pas également tributaires des divers enclos de l’écrit. Deux d’entre elles leur sont apparemment indépendantes : l’autochorisme, qui requiert la même place (puisqu’en l’infraconsécution il n’y a pas d’échelonnement), et le parachorisme, qui mobilise des places voisines (puisque la proximité peut jouer, ou bien à l’intérieur d’un même segment, ou bien de la fin d’un segment au début de son successeur). En revanche les deux autres leur sont directement soumises : l’antichorisme, qui joue sur des places opposées dans un même site, et l’isochorisme, qui suppose des places identiques en sites comparables (puisque, on l’aperçoit, le concept de site fait partie de chaque définition). Dès lors, on le saisit sans peine, l’antichorisme et l’isochorisme sont constitutivement liés aux profuses parcellisations de l’écrit. Et il suffit d’un rien d’attention accrue pour percevoir en quoi, sous l’angle de l’espace, en dépit d’une éventuelle distance, ils autorisent la transconsécution.

32En effet supposons, dans le Schéma 2, un segment composé, en ultime ressort, d’unités grammatiques. Il est facile d’aller directe­ment de son début à sa fin (bref d’utiliser le raccourci antichorique), sans tenir compte des divers moindres éléments dont il est fait. Aller de la place A à la place B, bref du début à la fin d’un mot, c’est accomplir une trans­consécution par-dessus ses lettres intérieures (ainsi que les éventuels sons assignés). Aller de la place A à la place E, bref du début à la fin d’une ligne, c’est accomplir une transconsécution par-dessus ses mots et leurs lettres (ainsi que les éventuels sons assignés). Aller de la place A à la place G, bref du début à la fin d’une strophe, par exemple, c’est accomplir une transconsécution par-dessus ses lignes, leurs mots, et leurs lettres (ainsi que les sons éventuels assignés).

33Envisageons à présent plusieurs segments comparables. Il est facile, non moins, d’aller du début de l’un aux successifs débuts des autres, ou de la fin de l’un aux successives fins des autres, (bref d’utiliser le raccourci isochorique), sans tenir compte des divers moindres éléments dont ils sont faits. Aller de la place A à la place C, bref du début d’un mot au début du suivant, ou de la place B à la place D, bref de la fin d’un mot à la fin du suivant, c’est accomplir une transconsécution par-dessus les lettres intermédiaires du premier mot dans un cas, du second mot dans l’autre. Et il en va de même, respectivement, pour les lignes (avec les sauts de I à F, ou de E à I) ou par exemple pour les strophes (avec les sauts de A à H, ou de G à J).

34Ainsi, chaque fois, qu’il s’agisse de mots, de lignes, ou par exemple de strophes, ce que l’on a réussi, c’est une transconsécution par-dessus de respectives unités inférieures.

35Dès lors les deux facteurs de la transconsécution peuvent être mieux spécifiés : le diaphéromorphisme joue le rôle d’un moteur transconsécutif (telle forme ouvrant la possibilité d’être remarquablement liée avec telle autre, identique ou articulable), et le diaphérochorisme tient les offices d’un relayeur transconsécutif (telle place ouvrant la possibilité de sa remarquable corrélation avec quelque autre). Ce qui, en guise d’aide-mémoire, permet d’accroître quelque peu le tableau précédent (Schéma 3).

36Hélas, faute d’avoir, par fondamental rejet de l’écrit, songé à un modèle qui, de cette façon ou de quelque autre, eût consenti toute son importance à la spécificité scriptuelle, Ferdinand de Saussure, dans ses travaux sur les « harmonies phoniques » comme sur les « anagrammes », à l’examen desquels, par souci du bref, on va exclusivement s’en tenir, est induit, on l’a laissé entendre, non point à une élaboration théorique, mais bel et bien à un tâtonnement erratique.

37Il semble loisible de le faire paraître en soulignant trois embarras. L’un est l’impossibilité de situer, et ainsi de stabiliser, les dispositifs prétendus au sein d’un cadre structural construit. L’autre est la difficulté de lier les arrangements poursuivis à des structures connues cependant tout à fait comparables. Le dernier, manifestant les retours de l’écrit dans l’impensé de la parole, est le multiple usage, dans l’analyse et le commentaire, des notions de mots, d’espace, de lettre, propres comme on le sait à l’écrit.

2.4. Une matrice d’exhaustion

38Mettre au jour l’impossibilité saussurienne de situer et, ainsi, de stabiliser les divers dispositifs prétendus dans un cadre structural construit, suppose, bien entendu, que l’on assure d’abord la faisabilité d’au moins un de ces cadres. Choisissons donc, à titre d’exemple, celui que fournit la textique. Sachant que, dans cette discipline, et sous des spécifications qu’il n’est pas nécessaire de stipuler ici, l’on appelle textures une grande portion des heureuses structures en surcroît qui peuvent affecter un écrit, c’est, après les aménagements opportuns, sous les espèces d’un tableau que peut s’offrir, à hauteur des occurrences minimales, la matrice de leur exhaustion (Schéma 4).

39Même à supposer, ce qui pour l’essentiel est souvent douteux, que les dispositifs anagrammatiques pensés par Saussure soient établis de façon rigoureuse, il est clair qu’ils n’occupent jamais, et cela, d’une manière simple ou d’une façon mixte, que les deux sous-régions arthrologiques, rehaussées en gris, des parachorotextures (où les éléments articulables sont en proximité), et des antichorotextures (où ils sont à l’opposite dans un lieu choisi).

  • 18 Cité par Jean Starobinski, op. cit., p. 29.

40Ainsi, lorsque le décrypteur assure18 :

Taurasia Cisauna Samnio cepit.

Ceci est un vers anagrammatique contenant complètement le nom de Scipio (dans les syllabes ci + pi + io, en outre dans le S de Samnio cepit qui est initial d’un groupe où presque tout le mot Scipio revient (...))

et sans discuter ici en elle-même l’analyse, l’on voit sans peine que c’est la proximité des syllabes ci, io, pi, bref leur parachorisme qui, avec la formule « Ceci est un vers anagrammatique », est implicitement pris en compte.

  • 19 Ibid., p. 50.
  • 20 Ibid., p. 80.

41Ainsi, lorsque le déchiffreur utilise la notion de mannequin, c’est-à-dire, selon le commentaire de Jean Starobinski, un groupe restreint « de mots dont l’initiale et la finale correspondent à l’initiale et à la finale du mot-thème et en constituent l’indice »19, comme, pour « Aphrodite », dans20 :

et reserata uiget genitabilis aura fauoni,

Aeriae primum uolucres tE, diua tuumque

significant initum perculsae corda tua ui.

et sans discuter non plus l’analyse, c’est le mixte d’un antichorisme et d’un para­chorisme qui a lieu. En effet le mannequin « Aeriae primum uolucres tE », dispose l’initiale, A, et la finale, E, de « AphroditE », selon un antichorisme, et celui-ci permet de ménager, comment dire, une zone de sensibilité anagrammatique destinée à soutenir, dans les environs, le parachorisme, assez relatif en lui-même (une occurrence dans chaque vers, l’on y reviendra), de « aura fauonis (...) diua (...) corda ».

2.5. Les retours du mot

42Il est donc facile de s’en rendre compte : la difficulté de lier les arrange­ments poursuivis à des structures tout à fait parentes, et, au moins de façon empirique, nullement inconnues, vient de l’absence du cadre théorique construit. En effet, si, dans le Schéma 4, l’on couple explicitement l’arthromorphisme concerné, non plus seulement avec le parachorisme ou l’antichorisme comme le fait implicitement Saussure, mais avec l’isochorisme, comme il ne le fait pas, l’on obtient, notamment, pour s’en tenir aux plus admises, les structures en surcroît de l’acronyme significatif (quand l’unité scriptuelle requise est le mot), et de l’acrostiche (quand l’unité scriptuelle requise est la ligne).

43Or la prise en consi­dération de ces structures parentes eût offert, sur le champ, un double avantage. Le premier eût été d’enlever leur aspect extraordinaire aux structures en surcroît poursuivies, et donc, tout à la fois, de cautionner la recherche entreprise et de soustraire les raisons d’une fébrilité tâtonnante. Le second avantage eût été de saisir, dans ces structures parentes, leur appui fondamental sur des entités toute scriptuelles, le mot (pour l’acronyme) et la ligne (pour l’acrostiche). Bref la constitution d’un modèle théorique scriptuel capable d’exhaustion eût permis, non seulement d’outrepasser, issue de l’empirisme, la vue trop étroite des possibilités relationnelles et de leurs combinaisons, mais encore d’apercevoir les premiers retours de l’écrit dans l’impensé de la parole à son égard. En effet, l’acronyme et l’acrostiche, ces structures en surcroît qui, du fait des unités requises par la transconsécution, ne relèvent guère à l’intelligibilité de la parole, eussent souligné qu’il en allait de même avec le mannequin, puisque c’est le début et la fin d’unités graphiques, les divers groupes de mots que, chaque fois, Saussure considère.

2.6. Les retours de l’espace

44Après l’impossibilité de situer les dispositifs prétendus dans un cadre structural construit, mettre au clair, maintenant, dans l’analyse et le commentaire, les recours implicites ou explicites à la notion d’espace, bien moins propre à la parole qu’à l’écrit, ne demande, au fil de la lecture, qu’un minime effort d’attention.

45Ainsi, c’est un recours implicite à l’espace comme instance de stabili­sation permettant l’appréciation des structures en surcroît qui est opéré avec, ci-dessus, l’anagramme présumée d’Aphrodite. En effet, seule l’assignation spatiale des divers sons à résidences fixes, dans la mesure où elle les dispose, non point, comme le fait la parole, selon une fugace successivité pour l’oreille, mais bien dans une ferme simultanéité pour l’œil, permet qu’on puisse rattacher, par exemple, « diua » à « corda », pris dans une proximité fort discutable quant au strict ordre successif. Davantage, il suffit de recourir sans réticence à l’espace pour voir s’enforcir le dispositif autrement un brin douteux (Schéma 5).

46En effet, il est clair, visuellement, que les éléments de l’anagramme, d’une ligne sur l’autre, se trouvent... en proximité (c’est ce que la textique appelle un parachorisme métatopique). Or cette proximité, perpendiculaire si l’on veut, pour aller vite, souligne en fait un tendanciel isochorisme, puisque, le mannequin commençant au début du vers central, tout le matériel aphroditien, selon une manière d’acrostiche quasi-caudal, se distribue vers la fin de chacune des trois lignes.

  • 21 Ibid., p. 31.

47Ainsi, ce sont des recours explicites à la notion d’espace qui surviennent, soit au fil de la plume, quand la notion de durée conviendrait mieux dans une pensée de la parole21 :

Anagramme, par opposition à paragramme sera réservé au cas où l’auteur se plaît à masser en un petit espace, comme celui d’un mot ou deux (...)

  • 22 Ibid., p. 50.

soit, de manière plus concertée, pour fournir un concept majeur22 :

Toute pièce bien composée doit présenter, pour chacun des noms importants qui défraient l’hypogramme, un locus princeps, une suite de mots serrée et délimitable que l’on peut désigner comme un endroit spécialement consacré à ce nom.

2.7. Les retours de la lettre

48Après la mise en lumière de l’impossibilité d’établir les dispositifs prétendus dans un cadre structural construit, après la mise au clair des recours implicites ou explicites à la notion d’espace, surtout propre à l’écrit, mettre au jour, enfin, dans le commentaire, dans l’analyse, et dans le vocabulaire théorique, les recours à la lettre, suppose simplement que l’on ne s’abandonne point à une lecture trop cursive.

  • 23 Ibid., p. 74.

49Ainsi, dans le commentaire, d’innombrables formules, du genre « le p de perfecto », laissent ouverte une double intelligibilité : ou bien celle du son « p », ou bien celle de la lettre « p ». En effet cette seconde interprétation, toute scriptuelle, n’est aucunement abusive. Il suffit, pour s’en convaincre, de se montrer attentif à cette irrécusable poussée23 :

Le P de patria sert en commun pour tous les anagrammes que ces deux vers repètent, et qui sont, entre autres, « Apollo », « Delph- » etc... La lettre P étant celle qui était commune au plus grand nombre, dans ce passage où il fallait accumuler les anagrammes.

  • 24 Ibid., p. 81.
  • 25 Ibid., p. 111.

50Ainsi, dans l’analyse, et sauf erreur, la prise en compte, pour faire saillir le son « ph », non seulement du son marqué par la lettre « f », ce qui est légitime, non seulement du son marqué par la lettre « p », ce qui est admissible dans l’hypothèse saussurienne présumant « la possibilité pour le Φ grec de cette époque » d’être « l’affriquée pf »24, mais encore de la lettre « h » indépendante de la lettre « p », ce qui, cette fois, loin de toute portée sonore, n’a plus qu’une éventuelle pertinence grammatique. Par exemple, chez Sénèque pour « Physeter »25 :

  • 26 Ibid., p. 141.

Par exemple, non moins, quelques siècles plus tard, au quinzième (ce qui pose peut-être, notons-le, la question de la persistance du « p » affriqué), dans l’épitaphe de Fra Filippo Lippi, pour « Philippus »26 :

  • 27 Ibid., p. 27.
  • 28 Ibid., p. 33.
  • 29 Ibid., p. 132.
  • 30 Ibid., p. 30.
  • 31 Ibid., p. 32.
  • 32 Ibid., p. 31.
  • 33 Ibid., p. 31.

51Ainsi dans le vocabulaire théorique. En effet ce qui frappe dans les recherches terminologiques des Cahiers, ce sont au moins deux bizarreries. L’une, évidemment, c’est la profuse variation lexicale et idiomatique, l’effort se produisant en français (le mannequin), en latin (le locus princeps), en grec (l’anaphone). L’on ne saurait, bien sûr, puisqu’il s’agit, avec les Cahiers, d’un effort de recherche au jour le jour, critiquer, par eux-mêmes, les divers tâtonnements qui perdurent. En revanche, ce qu’il faut hélas observer, c’est que les variations lexicales trahissent, peu à peu, une manière de surplace théorique : aucune décisive avancée, sous cet angle, à nul essai nouveau. La deuxième bizarrerie, plus voyante certes, est la profuse intrusion de mots liés, communément, à l’évocation des lettres (anagramme27, antigramme28, homogramme29, hypogramme30, logo­gramme31, paragramme32), et astreints, par les curieux offices d’un décret aucunement irréfutable, à convenir pour des sons. Par exemple avec ces lignes qui expliquent le choix de la racine gramme33 :

Ni anagramme ni paragramme ne veulent dire que la poésie se dirige pour ces figures d’après les signes écrits ; mais remplacer — gramme par — phone dans l’un ou l’autre de ces mots aboutirait justement à faire croire qu’il s’agit d’une espèce de choses inouïes.

  • 34 Ibid., p. 27.

Ou, si l’on aime mieux : le déchiffreur, en l’espoir d’éviter que son objet ne paraisse inouï, fabrique, pour certains mots qui le commentent, des sens inouïs. Par exemple, non moins, avec ce passage, qui éclaire le choix du terme anagramme34 :

Anaphonie serait plus juste, dans ma propre idée, mais ce dernier terme, si on le crée, semble propre à rendre plutôt un autre service, savoir celui de désigner l’anagramme incomplète, qui se borne à imiter certaines syllabes d’un mot donné sans l’astreindre à le reproduire entièrement.

52Ou, si l’on préfère : le décrypteur, alors qu’il n’est guère difficile de baptiser anaphonie la « forme parfaite » (c’est-à-dire complète), et sous-anaphonie, voire hypo-anapho­nie la « forme imparfaite » (c’est-à-dire incomplète), adopte un vocabulaire hétéroclite où s’avère, dans la désignation même du concept, et comme un manifeste retour de l’écrit rejeté dans une doctrine de la parole qui l’impense, l’emprise de la lettre.

3. Le retour de la ligne

53Or il se trouve que le retour de l’écrit affecte la linguistique saussu­rienne en plein cœur : non plus une activité latérale, on va y revenir, mais plutôt le centre même de la théorie.

54En effet, il faut le reconnaître, les recherches sur les « anagrammes » ne sont pas d’ordre strictement linguistique. Sans doute Jean Starobinski surnomme-t-il le Saussure des Cahiers un « linguiste-décrypteur », mais peut-être s’agit-il là, point trop exceptionnelles chez les essayistes scintillants, d’une légère légèreté. C’est que l’éventuel spécifique travail d’un poète ou d’un prosateur pour fournir, le cas échéant, dans sa poésie ou dans sa prose, certaines structures en surcroît, concerne moins une linguistique de la parole (puisqu’il s’agit d’un précis labeur sur l’écrit), et encore moins une linguistique de la langue (puisqu’il s’agit, non du système, mais de précises élaborations individuelles), que, si souple (ou si vague) soit-elle, de ce qu’il est convenu d’appeler une poétique.

  • 35 Ibid., p. 149.
  • 36 C’est-à-dire, par déchiffrement spiral, une cacotexture (ou surcroît relationnel sauvage ne bénéfic (...)

55Notons-le, du coup, simplement au passage : ce qui pourrait être du ressort d’une linguistique de la parole, ce serait toute possible surdétermination méconnue des éléments sélectionnés au fil du discours oral. Dans ce cas, il semblerait qu’il faille plutôt chercher ailleurs, autre chose, et... à l’envers. Ailleurs, c’est-à-dire, surtout, parmi les enregistrements magnétiques de la parole. Autre chose, c’est-à-dire un phénomène, non point voulu, comme l’imagine Saussure35, mais bien insu. Et à l’envers, en procédant, l’ordinateur devrait pouvoir y concourir, d’abord au dépistage de possibles fréquences phoniques supérieures à celles de l’idiome, puis, et avec la plus grande prudence, à l’établissement d’éventuels vocables en surcroît puis à leur inter­prétation. Il pourrait bien n’être point exclu, alors, notamment, que le psychanalyste soit fondé à intervenir. Quant à la textique, pour sa part, qui prétend construire une exhaus­tion des structures scriptuelles, et, signalons-le simplement pour prendre date, elle prévoit entre autres cette occurrence (cette fois dans ce qui n’est pas surveillé de l’écrit), avec le concept de cacotexture basculante, ou moins vaguement, de palinodo(épiscrip­turo)cacotexture36.

56Cependant si les difficultés semblent n’être pas circonscrites, chez Saussure, aux latérales recherches de poétique, c’est que l’écrit rejeté apporte, en ses retours, une perturbation, non seulement, comme on l’a vu, s’agissant des éventuels dispositifs en surcroît de la prose ou de la poésie, dans une pensée de la parole, mais encore, on va le faire saillir, s’agissant cette fois du modèle théorique lui-même, dans la pensée de la langue.

3.1. Le contrecoup jakobsonien

  • 37 Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, traduction de Nicolas Ruwet, éditions de Minuit, c (...)

57Pour saisir mieux le dommage, il n’est pas inutile, peut-être, de l’apercevoir dans un de ses contrecoups. Que l’on veuille donc bien relire ce jugement de Roman Jakobson, où la formule « axe de sélection » correspond, sauf erreur, aux « rapports associatifs » de Saussure37 :

La fonction poétique projette le principe d’équivalence de l’axe de sélection sur l’axe de combinaison.

58La phrase est célèbre. La phrase est stimulante. Elle est, pour un texticien, à divers égards erronée.

  • 38 Roman Jakobson, « Poésie de la grammaire et grammaire de la poésie », traduction d’André Jarry, Que (...)

59Elle est erronée, d’abord, pour un texticien, parce qu’elle est démunie du concept majeur capable de lui offrir pertinence : le mode spécial de la projection. En effet quand le poéticien, ailleurs, revient sur le mécanisme38, il ne manque pas, à juste titre, de parler d’un retour susceptible d’attirer l’attention :

On peut avancer que dans la poésie la similarité se superpose à la contiguïté, et que par conséquent « l’équivalence est promue au rang de procédé constitutif de la séquence ». Dans ces conditions, tout retour, susceptible d’attirer l’attention, d’un même concept grammatical, devient un procédé poétique efficace.

  • 39 Jean Ricardou, « Eléments de textique », Conséquences 12, Paris 1989, p. 20-23.

Or, et sans reprendre ici la discussion fournie ailleurs39, il est clair que le retour des éléments similaires, bref, des isomorphismes, n’est susceptible d’attirer l’attention que si la projection (Roman Jakobson, qui ne l’ignore point, dans la pratique de ses analyses, oublie à cet endroit capital de le dire) se fait à des emplacements respectivement particu­liers, ce que la textique, on l’a mentionné plus haut, nomme les diaphérochorismes.

60Elle est erronée, aussi, pour un texticien, parce qu’en sa visée générale, elle manque d’un autre concept majeur capable de la rendre exhaustive : la projection du principe articulatoire de la combinaison sur... lui-même. En effet avec l’acrostiche, par exemple, ou avec les éventuelles anagrammes saussuriennes, ce qui se projette sur l’axe de combinaison, c’est, non plus une similarité, mais plutôt une combinaison.

61Elle est erronée, encore, et surtout, pour un texticien, parce que si la combinaison, en effet, peut être pensée avec le concept d’axe, la sélection, bref la simi­larité jakobsonienne, bref les « rapports associatifs » du linguiste genevois, ne sauraient aucunement l’être.

62Il est loisible, certes, d’imaginer que l’erreur de Jakobson, en l’espèce, vient d’un fallacieux effet de formule. La combinaison pouvant être pensée par les offices d’un axe, c’est par le biais d’un axe, non moins, que, guidé par les sortilèges de la symétrie, le poéticien aurait pensé la similarité ou la sélection. Mais il est préférable, peut-être, de ne pas éluder ainsi le problème. En effet, et du moins telle est la position que pour finir je me propose d’argumenter, l’erreur de Jakobson est la répercussion d’une erreur de Saussure, lequel, pour penser les rapports associatifs, évolue subrepticement d’une linguistique de la langue à une linguistique de la parole, ce glissement étant surdéterminé par un retour de l’écrit rejeté.

  • 40 Cours de linguistique générale, op. cit., p. 511.
  • 41 Ibid., p. 111.

63Qu’il y ait une relation entre Roman Jakobson et Ferdinand de Saussure, voilà qui n’est point douteux. Il suffit, à cet égard, de rappeler l’article de Jakobson, « Réflexions inédites de Saussure sur les phonèmes », que rappelle Jean-Louis Calvet dans la postface40, et les indications fournies par Tullio de Mauro dans la préface41 à l’édition critique du Cours de linguistique générale.

3.2. Le glissement saussurien

64Qu’il y ait, dans l’évocation par Saussure des rapports associatifs, un glissement de la langue à la parole, il suffit peut-être pour s’en rendre compte de trier en deux classes les diverses spécifications proposées.

  • 42 Ibid., p. 171, 173.

65D’un côté, les rapports associatifs « n’ont pas pour support l’étendue », ils concernent « des éléments non présents dans l’espace », ils rapprochent « les termes qui présentent quelque chose de commun », ils lient « les termes d’une famille associative » qui ne se présentent pas « dans un ordre déterminé »42. Bref ils relèvent de la catégorie d’ensemble non-ordonné.

  • 43 Ibid., p. 178.

66D’un autre côté, les rapports associatifs s’offrent selon des « séries associatives »43. Bref ils ressortissent à la catégorie d’ensemble ordonné. C’est le passage insu d’une catégorie à l’autre qu’il convient d’observer.

  • 44 Ibid., p. 174.
  • 45 Ibid., p. 175.

67Nous le savons, il y a deux manières d’assurer la détermination d’un ensemble non-dépourvu d’ordre. Ou bien une spécification de ce que ses éléments ont en commun. Ainsi fait Saussure quand il déclare, par exemple, « l’association peut reposer sur la seule analogie des signifiés »44. Ou bien une énumération de ses éléments. Ainsi fait Saussure quand il ajoute : « enseignement, instruction, apprentissage, éducation, etc. » Il se trouve que le passage d’une manière à l’autre correspond, dans l’univers saussurien, au passage de la langue à la parole. En effet, dans la langue, la structure des éléments associés est celle, si l’on veut, d’une famille, comme le dit le linguiste. Mais, sitôt que l’on procède à l’énumération, le résultat présente les caractères d’un discours : les termes cessent d’être in absentia (ils deviennent présents), et d’être sans ordre (ils adoptent l’inexorable consécution à laquelle les oblige, individuellement, celui qui énonce). Ou, si l’on préfère, dans la langue, les termes liés par un rapport associatif ne sont aucunement sériels. C’est dans la parole, inéluctablement, qu’ils le deviennent. Ainsi que l’observe justement le linguiste à propos des termes d’un paradigme de flexion45 :

(...) leur succession n’est pas ordonnée spatialement, et c’est par un acte purement arbitraire que le grammairen les groupe d’une façon plutôt qu’une autre.

  • 46 Ibid., p. 175.

68Dès lors, conférer, ainsi que s’y plaît le linguiste, la caractéristique sérielle aux ensembles non-ordonnés construits par les rapports associatifs46 :

(...) nous avons bien un groupe associatif formé par un élément commun (...) mais la série n’est pas indéfinie (...)

  • 47 Ibid., p. 174.

c’est être victime de ce que les texticiens appellent un artefact formulatif. C’est confondre un phénomène avec une modalité issue de sa formulation. Ce qu’il eût fallu écrire, en rigueur, dans le droit fil d’un énoncé précédent, « les termes d’une famille associative ne se présentent ni en nombre défini, ni dans un ordre déterminé »47 c’est :

(...) nous avons bien un groupe associatif formé par un élément commun (...) mais le nombre des termes n’est pas indéfini (...)

  • 48 Ibid., p. 469

69Or cette intrusion de la parole dans la pensée de la langue, un examen suffisamment soigneux des pages laisse comprendre qu’elle est, elle-même, le relais par lequel l’écrit rejeté fait retour, l’artefact formulatif étant surdéterminé par un artefact scriptuel, la confusion d’un phénomène avec une modalité issue de son inscrip­tion. En effet le moment est venu de consentir un rien de patience à ce que Tullio de Mauro nomme « le graphique de la page 175 »48. Sitôt qu’on mobilise la surface d’une page, il est relativement loisible d’approcher l’ensemble non-ordonné d’un groupe associatif, en illustrant l’heureuse image saussurienne du « terme donné (...) comme le centre d’une constellation », bref en semant les diverses occurrences aussi... n’importe comment que l’on peut (Schéma 6) :

70Il se trouve, nul ne l’ignore, que « le graphique de la page 175 » est loin d’offrir une solution de pareille sorte

71C’est, en son rayonnement, une constellation très spéciale : la « Constellation de la Roue », si l’on veut... Et, cela, pour une raison bien simple : l’inscription, dans la même page, ensemble, de ce qui serait quatre éventuelles constellations associatives. En effet si chacun des groupes associatifs voyait, autour du mot enseignement, ses divers termes placés sans ordre spatial, c’est-à-dire, par approximation, n’importe comment, l’on assisterait à un mélange total qui rendrait le graphique inintelligible. C’est donc le principe même de ce schéma qui exige la fabrication des quatre obliques rayonnantes, fallacieuses dès lors qu’elles encouragent, par artefact scriptuel, le sentiment d’une sérialité qui n’existe pas dans le système de la langue.

72Or ce sont ces trompeuses lignes associatives qui se retrouvent, suivant toute probabilité, dans la formule erronée de Roman Jakobson « axe de sélection ». Et, cela, pour une raison bien simple.

  • 49 Ibid., p. 178.

73En effet le passage de ces lignes trompeuses à l’idée d’un axe se trouve chez Saussure lui-même. D’abord, l’axe y survient comme l’espace abstrait de consécution transverse où se situent les différentes séries associatives49 :

Soit le composé dé-faire. Nous pouvons le représenter sur un ruban horizontal correspondant à la chaîne parlée :

Mais simultanément et sur un autre axe, il existe dans le subcon­scient une ou plusieurs séries associatives qui ont un élément commun avec le syntagme.

  • 50 Ibid., p. 188.

74Puis, quelques pages plus loin, l’axe associatif, par les offices d’une mise en paire, se trouve doté de la même « naturalité » que celle de l’axe syntagmatique50 :

Il faudrait pouvoir ramener ainsi chaque fait à son ordre, syntagmatique ou associatif, et coordonner toute la matière de la grammaire sur ses deux axes naturels.

Ce qui établit un énoncé fautif que, selon une manière d’étourderie, Jakobson a repris tel.

3.3. Microscopies textiques

75Seulement, pour un texticien, et je vais terminer sur ces trois remarques, il pourrait bien, à hauteur de microscopies, y avoir quelque peu davantage.

  • 51 Ibid., p. 469

76Premièrement : si, dans le graphique de la page 175, l’on observe l’ordre des termes sur les diagonales, l’on distingue une prédominance, non point, si l’on ose dire, du quelconque-quelconque, mais bien d’un quelconque-canonique, l’ordre de l’alphabet. En effet la série adjointe par les éditeurs du Cours51 (« clément, juste­ment »), renforce la dominance alphabétique déjà en vigueur à gauche (« enseigner, enseignons », et « apprentissage, éducation »). Tout se passe donc comme si la matériali­sation graphique de la série poussait, par les offices d’une naturalisation (le canon alphabétique), à la préférence d’un ordre sériel familier pour des séries dont l’ordre est prétendu sans détermination.

77Deuxièmement : du coup surgissent bien sûr les problèmes, non seulement de l’infraction à cette règle, flagrante sur la troisième diagonale, mais encore du mode très spécial de cette irrégularité. Pour analyser une situation de ce genre, le texticien utilise deux concepts. L’un est celui d’hyperautoreprésentation, c’est-à-dire, de façon non technique, notamment l’occurrence où ce que dit un écrit prend pour thème la manière dont il le dit. Ici l’idée de changement hyperautoreprésente le fait qu’avec le mot ainsi placé s’accomplit un changement de la règle alphabétique partout ailleurs active. L’autre est, dans sa forme simplifiée, celui de catoptro(cacoscripturo)texture, c’est-à-dire d’une structure en surcroît formant miroir et soulignant ainsi un défaut représentatif de l’écrit. Ici l’idée de changement est donc à la fois ce qui provoque et ce qui, la thématisant, dénonce l’erreur.

78Bref : qui, s’agissant de l’écrit, en rejette les caractères, court le péril, diversement, d’être pris à revers par lui.

Haut de page

Notes

1 Ferdinand de Saussure, « Brouillons de lettres », Ms. fr. 3957/2, cité par Jean Starobinski dans Les mots sous les mots, éditions Gallimard, collection « Le Chemin », Paris 1971, p. 13.

2 Celui-ci peut se faire pendant le Séminaire de textique présenté, annuellement, au Centre Culturel International de Cerisy (Renseignements : CCIC, 27 rue de Boulainvilliers, F-75016 Paris, France).

3 Ibid., p. 8.

4 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, publié par Charles Bally et Albert Séchehaye, avec la collaboration d’Albert Riedlinger, édition critique par Tullio de Mauro, éditions Payot, « Bibliothèque scientifique », Paris 1991, p. 6.

5 Ibid., p. 8.

6 Ibid., p. 37.

7 Ibid., p. 37.

8 Ibid., p. 46.

9 Selon une dérive dont Gilles Tronchet, ici-même, dans sa contribution, a fait paraître quelques phases.

10 Ibid., p. 188.

11 Ibid., p. 27

12 A cela une étude moins succincte devrait ajouter qu’en l’espèce l’arthromor­phisme ressortit, non point à l’apparence (il n’est pas d’ordre immédiatement sensible), mais bien a un code (il mobilise des formes quelconques mais dont l’articulation est admise).

13 Ibid., p. 48.

14 Ibid., p. 148.

15 Ibid., p. 158.

16 Michel Arrivé, Françoise Gadé, Michel Galmiche, Guide alphabétique de linguistique française, éditions Flammarion, Paris 1986, p. 393.

17 Georges Mounin, Dictionnaire de la linguistique, Presses Universitaires de France, Paris 1974, p. 223.

18 Cité par Jean Starobinski, op. cit., p. 29.

19 Ibid., p. 50.

20 Ibid., p. 80.

21 Ibid., p. 31.

22 Ibid., p. 50.

23 Ibid., p. 74.

24 Ibid., p. 81.

25 Ibid., p. 111.

26 Ibid., p. 141.

27 Ibid., p. 27.

28 Ibid., p. 33.

29 Ibid., p. 132.

30 Ibid., p. 30.

31 Ibid., p. 32.

32 Ibid., p. 31.

33 Ibid., p. 31.

34 Ibid., p. 27.

35 Ibid., p. 149.

36 C’est-à-dire, par déchiffrement spiral, une cacotexture (ou surcroît relationnel sauvage ne bénéficiant ni à la représentation, ni à ce qui est nommé la métareprésentation) faisant l’objet, selon une palinodie (ou renversement de fonction) d’un basculement qui la métamorphose en une épiscripture (ou structure en surcroît qui ajoute son propre effet représentatif).

37 Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, traduction de Nicolas Ruwet, éditions de Minuit, collection « Arguments », Paris 1963, p. 220.

38 Roman Jakobson, « Poésie de la grammaire et grammaire de la poésie », traduction d’André Jarry, Questions de poétique, éditions du Seuil, collection « Poétique », Paris 1973, p. 225.

39 Jean Ricardou, « Eléments de textique », Conséquences 12, Paris 1989, p. 20-23.

40 Cours de linguistique générale, op. cit., p. 511.

41 Ibid., p. 111.

42 Ibid., p. 171, 173.

43 Ibid., p. 178.

44 Ibid., p. 174.

45 Ibid., p. 175.

46 Ibid., p. 175.

47 Ibid., p. 174.

48 Ibid., p. 469

49 Ibid., p. 178.

50 Ibid., p. 188.

51 Ibid., p. 469

Haut de page

Table des illustrations

Titre (Schéma 1)
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1243/img-1.png
Fichier image/png, 22k
Titre (Schéma 2)
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1243/img-2.png
Fichier image/png, 9,8k
Titre (Schéma 3)
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1243/img-3.png
Fichier image/png, 27k
Titre (Schéma 4)
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1243/img-4.png
Fichier image/png, 130k
Titre (Schéma 5)
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1243/img-5.png
Fichier image/png, 7,3k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1243/img-6.png
Fichier image/png, 11k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1243/img-7.png
Fichier image/png, 10k
Titre (Schéma 6)
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1243/img-8.png
Fichier image/png, 8,1k
Titre (Schéma 7) :
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1243/img-9.png
Fichier image/png, 28k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1243/img-10.png
Fichier image/png, 5,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Ricardou, « Les retours de l’écrit dans l’impensé de la parole et de la langue », Linx, 7 | 1995, 395-421.

Référence électronique

Jean Ricardou, « Les retours de l’écrit dans l’impensé de la parole et de la langue », Linx [En ligne], 7 | 1995, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://linx.revues.org/1243 ; DOI : 10.4000/linx.1243

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org