Navigation – Plan du site
II. Oral et écrit : étude de corpus

La maîtrise de la reprise anaphorique au lycée

Marie-Laure Elalouf
p. 71-90

Résumés

Les études psycholinguistiques sur l'acquisition des processus anaphoriques à l'école élémentaire et au collège invitent à s'interroger sur le degré de maîtrise atteint au lycée. On a pour cela proposé à des élèves de seconde et de première deux textes, un texte narratif et un texte argumentatif en leur demandant d'indiquer sous chaque pronom - personnel ou adverbial - son antécédent.
La proportion d'élèves faisant une erreur sur plus d'un pronom sur dix, et dont la compréhension littérale du texte s'avère déficiente, est de deux tiers en seconde et d'un tiers en première. Comme à l'école élémentaire, on note une nette différence de réussite entre le texte argumentatif et le texte narratif. Bien que ce dernier soit plus long et plus complexe, il recueille des performances meilleures. La fonction du pronom et la distance entre l'anaphorisant et l'anaphorisé ont une incidence significative sur le repérage : les erreurs sont relativement rares pour les pronoms sujets, mais les flottements nombreux  pour les compléments et les difficultés massives pour les pronoms adverbiaux. Il semble que les élèves emploient concurremment deux stratégies discernées très tôt dans le développement langagier : la stratégie de proximité et celle de coréférence au sujet, et ce parfois au mépris d'incompatibilités sémantiques, sinon morphologiques.
En revanche, à la différence des élèves de l'école élémentaire, les lycéens procèdent à des opérations de contrôle, ce qu'attestent de nombreuses ratures. On ne peut donc pas attribuer leurs erreurs à un déficit métacognitif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charolles M. (1988), « Les études sur la cohérence, la cohésion et la connexité textuelles, depuis (...)

1On sait le rôle majeur joué par les processus de reprise anaphorique dans la cohésion discursive1. Un lecteur qui n'opérerait pas correctement ces recouvrements court le risque de ne pas saisir le sens d'un texte.

  • 2 Ehrlich M.-F., Rémond M., Tardieu H. (1993), « Composantes cognitives et métacognitives de la lectu (...)

2Des études menées à l'école élémentaire ont montré que des élèves qui obtenaient de faibles scores à des tests de compréhension après une lecture avaient aussi des performances médiocres dans des exercices où ils devaient identifier l'antécédent d'anaphores nominales et surtout pronominales2.

  • 3 Elalouf M.-L. (1986), Recherches sur l'emploi des processus anaphoriques dans des productions d'élè (...)

3Au collège, nous avons constaté la persistance, de la 6ème à la 3ème, de la confusion entre les deux personnages principaux d'un conte de Grimm, un riche et un pauvre, lorsqu'ils étaient repris par un pronom, notamment dans les structures « clitique sujet - clitique datif - verbe » (exemple : il lui dit)  et « phrase au discours direct - verbe - sujet inversé » (exemple : Maintenant, je peux me tirer d'affaire, pensa-t-il)3.

  • 4 Nous remercions Madame Madeleine Le Moullec, professeur de français au lycée Fustel de Coulanges, d (...)

4Plusieurs vérifications pratiquées de manière informelle au lycée de Corbeil, à l'occasion de lectures méthodiques, laissaient entrevoir des difficultés à trouver l'antécédent des pronoms, surtout dans les textes argumentatifs. Aussi avons-nous souhaité cerner plus précisément les points d'achoppement en proposant à une classe de 2nde indifférenciée et à une classe de 1ère ES (Economique et Sociale) du lycée Fustel de Coulanges (Massy, 91) deux textes : un texte narratif relatant une intrigue assez complexe et un texte argumentatif (cf. annexe)4.

5Il fallait que ces textes soient suffisamment longs pour que plusieurs chaînes anaphoriques s'y entrecroisent. Nous avons limité notre étude aux pronoms personnels et aux pronoms adverbiaux en et y qui se trouvaient représentés dans la diversité de leurs formes et de leurs fonctions. La consigne faisait explicitement appel à la notion métalinguistique d'antécédent dont on peut espérer qu'elle est acquise à ce niveau (cf. annexe). De fait, elle n'a pas semblé poser problème et si deux élèves de 1ère ont laissé leur travail inachevé, c'est plutôt par désintérêt.

6Au vu des résultats observés à l'école élémentaire et au collège, nous pouvions formuler plusieurs questions.

7Pour les élèves de cours moyen, il y a une différence de réussite significative entre le texte narratif et le texte explicatif. En est-il de même au lycée ?

8Au collège comme à l'école élémentaire, la fonction du pronom et la distance qui sépare l'anaphorisant de l'anaphorisé ont une incidence très nette sur l'identification de l'antécédent. Ce phénomène perdure-t-il à la fin de la scolarité secondaire ?

  • 5 Ehrlich M.-F., Rémond M., Tardieu H., op. cit.

9On a formulé l'hypothèse5 que les faibles taux de réussite des élèves étaient dus à des déficiences de contrôle métacognitif. L'étude des ratures des lycéens permet-elle de le confirmer ?

Résultats

Le profil des deux classes

10Ont été comptabilisées, pour chaque pronom, les erreurs dans l'identification de l'antécédent ainsi que les oublis. Il arrive en effet que les élèves n'inscrivent rien sous un pronom. Cela doit être pris en considération dans la mesure où les pronoms oubliés sont aussi ceux qui soulèvent des difficultés d'interprétation. Ainsi, pour le en adverbial de la phrase suivante (Fléchir le genou devant un homme ou devant une image, n'est qu'une cérémonie extérieure, dont le vrai Dieu, qui demande le coeur et l'esprit, ne se soucie guère, et abandonne à l'institution des hommes pour en (20,12) faire comme il leur conviendra, des marques d'un culte civil et politique, ou d'un culte de religion.), on compte 20 erreurs et 4 oublis en 2nde, 12 erreurs et 7 oublis en 1ère.

  • 6 L'écart-type est de 2,1 et l'écart standard à la moyenne de 0,39. Les résultats sont donc assez dis (...)
  • 7 L'écart-type est de 1,6 et l'écart standard à la moyenne de 0,28. Les résultats sont là aussi dispe (...)
  • 8 2,7 pour le texte A, avec un écart-type de 2,93 et un écart standard à la moyenne de 0,53, ce qui i (...)
  • 9 3,8 erreurs sur 59 pronoms dans le texte A, avec un écart-type de 3,21 et un écart standard à la mo (...)

11Autre constat convergent : les élèves qui commettent de nombreuses erreurs font aussi un nombre d'oublis élevé, tel ce lycéen de 2nde qui se trompe 6 fois et n'indique pas l'antécédent de 11 pronoms. Ramenée au nombre total de pronoms, la moyenne des oublis est faible cependant :  1,6 sur un total de 59 pronoms6 en 2nde  pour le texte narratif (dorénavant texte A), 0,87 pour le texte argumentatif qui en contient 28 (dorénavant texte B). Elle est plus élevée en première8. De ce fait, la diminution du nombre d'erreurs en 1ère doit être pondérée9.

12Sur les histogrammes des erreurs et des oublis cumulés, on voit apparaître deux populations : les élèves qui font moins de 10 erreurs ou oublis pour lesquels on a une courbe presque normale avec un sommet entre 4 et 6, et ceux, moins nombreux et plus dispersés qui font plus de 10 erreurs ou oublis : 4 en 2nde et 3 en 1ère pour les texte A ; 1 en 2nde et 3 en 1ère pour le texte B.

Figure 1 : erreurs et oublis cumulés sur le texte A.

Figure 1 : erreurs et oublis cumulés sur le texte A.

Figure 2 : erreurs et oublis cumulés dans le texte B.

Figure 2 : erreurs et oublis cumulés dans le texte B.
  • 10 Pour le texte A, en 2nde, l'écart-type est de 2,3 et l'écart standard à la moyenne de 0,41, ce qui (...)
  • 11 Soit une proportion de 10% des pronoms soulignés.
  • 12  Soit une porportion de 10,3 % des pronoms soulignés.

13La moyenne des erreurs s'établit à 4,08 en 2nde et 3,8 en 1ère pour le texte A ; elle est de 4,12 en 2nde et 2,3 en 1ère pour le texte B10. La proportion d'élèves se trompant sur moins d'1 pronom sur 10 est stable pour le texte A (22 élèves font moins de 6 erreurs11). Pour le texte argumentatif, on peut constater une nette augmentation : 12 élèves font moins de 4 erreurs12 en seconde et 23 en 1ère.

Figure 3 : nombre d'erreurs dans le texte A.

Figure 3 : nombre d'erreurs dans le texte A.

Figure 4 : nombre d'erreurs dans le texte B.

Figure 4 : nombre d'erreurs dans le texte B.
  • 13 Elèves faisant respectivement plus de 6 erreurs dans le texte A et plus de 4 erreurs dans le texte  (...)

14Il est difficile de fixer un seuil au-delà duquel un texte ne serait pas compris. Il suffit par exemple de ne pas identifier correctement le partenaire d'Arlequin dans la mystification du texte A pour ne pas comprendre la fin de l'histoire : 2 élèves sont dans ce cas en 2nde et 7 en 1ère. Toutefois, on peut raisonnablement penser que des élèves qui se trompent sur plus d'un pronom sur 10 perdent beaucoup du sens du texte : ils sont 9 en 2nde et en 1ère pour le texte A, 23 en 2nde et 8 en 1ère pour le texte B13. Il est intéressant de noter que l'intersection entre les deux ensembles (plus d'un pronom sur dix fautifs dans les textes A et B) est de 5 élèves en 2nde, où se dégage un noyau d'élèves ayant de réelles difficultés d'interprétation, et se réduit à 2 élèves en 1ère - on rencontre à ce niveau des élèves ayant des scores très différents selon les textes (exemple : 16 erreurs sur le texte A, 2 sur le texte B).

L'incidence du type de texte sur le repérage de l'antécédent

15Nous avons choisi un texte narratif dans lequel les pronoms renvoient tous à des personnages, nombreux : Lélio, Scapin, Flaminia, Silvia, le Duc Albert, son fils Théodore et Arlequin. La mystification et la reconnaissance finales compliquent l'intrigue : Scapin et Arlequin s'habillent en Turcs et le Duc Albert découvre en Lélio son fils perdu, Théodore. Les difficultés du texte argumentatif sont d'un autre ordre. Diderot y fait alterner des référents abstraits l'autorité, la puissance et des référents concrets pris au sens générique chaque individu, l'homme ou pluriels ceux qui s'y sont soumis, ceux qui obéissent.

16Sur 59 pronoms soulignés dans le texte narratif, 34 comportent au moins une erreur en 2nde, soit 58%, et 29 en 1ère (49%) (cf. annexe). Pour le texte argumentatif, le nombre des pronoms dont l'antécédent est erroné est de 19 sur un total de 28 (67%) et de 21 en 1ère (75%). Seuls sont interprétés sans hésitation 5 pronoms sujets dont l'antécédent se trouve être le sujet de la phrase précédente (Il jouit de la raison, elle continue, elle rentre, il permet, il veut) et 4 pronoms compléments dont la source se situe dans le voisinage immédiat (en jouir, les communique, établissent entre eux, il leur conviendra).

17Le nombre moyen d'erreurs dans le texte argumentatif est aussi significativement supérieur : 4,1 sur 28, soit 15%, contre 4 sur 59 dans le texte A (7%) en 2nde. En 1ère, la différence est moins nette - 8,2% d'antécédents erronés dans le texte B contre 6,5% dans le texte A ; mais si l'on cumule les erreurs et les oublis, l'écart se creuse : 20% d'antécédents erronés ou non identifiés dans le texte B contre 12% dans le texte A.

L'incidence de la fonction du pronom sur le repérage de l'antécédent

18Aux deux extrêmes, on trouve le pronom il, qui, sauf exceptions étudiées plus loin (p. 80), ne soulève guère de difficultés et le pronom en, complément d'objet second du verbe faire, qui trouble 24 élèves de 2nde sur 31 (20 erreurs, 4 oublis). Les tableaux suivants indiquent le nombre moyen d'erreurs par forme pronominale. Le premier chiffre concerne la classe de 2nde et le second la classe de 1ère.

Pronom personnels

masculin singulier

féminin singulier

masculin pluriel

féminin
pluriel

emplois conjoints
sujet

il
TA 1,25-0,6
TB 0,4-1,8

elle
TA 0,2-0
TB 0,3-0,3

ils
TA 0,6-3,3
TB 1-0,6

complément d'objet direct

Le
TA 1,1-1,4
TB 10,5-7

La
TA 1,5-4,5
TB 5,8-2

les
TA 0-1
TB 0-0

complément d'objet indirect

lui
TA 4,1-2,6

leur
TB 2-0,5

emplois disjoints

lui
TA 4-3,25

eux
TA 1-4
TB 1,5-3

Pronoms adverbiaux

  • 14 On emprunte la dénomination à J.-C. Milner (1978), De la syntaxe à l'interprétation, Seuil.

en

dans le groupe du nom
complément du nom

TA 3-3,3
TB 13,5-4,5

en quantitatif14

TA 14,5-9

dans le groupe verbal
complément d'objet indirect

TA 2-1
TB 3-2

complément d'objet second

TB 20-12

Y
complément d'objet indirect

TB 7-4

19On note les scores très bas obtenus par le pronom sujet, les variations importantes dans la reconnaissance de l'antécédent des pronoms compléments et les difficultés massives causées par l'interprétation des pronoms adverbiaux. Le texte argumentatif comporte un exemple d'antécédent phrastique et un pronom dont l'antécédent, faisant partie d'une locution verbale n'est pas actualisé (en sorte que si ces derniers deviennent à leur tour les plus forts, et qu'ils secouent le joug, ils le (8,4) font avec autant de droit et de justice que l'autre qui le (13,10)leur avait imposé). Dans l'un et l'autre cas, le nombre d'erreurs est nettement supérieur à la moyenne.

Les stratégies des élèves

  • 15 Nous empruntons le concept de stratégies à H. Chipman et J. Gérard (1983), « Stratégies de traiteme (...)

20Par delà les grandes tendances qu'on a vu se dessiner ci-dessus, on est frappé par l'hétérogénéité des résultats pour une même forme. De toute évidence, il existe certaines configurations phrastiques pour lesquelles l'identification de l'antécédent ne soulève aucune difficulté alors que d'autres posent problème. On peut formuler l'hypothèse que les élèves privilégient un certain nombre de stratégies qui, tantôt permettent une interprétation correcte, tantôt, appliquées mécaniquement, ruinent le sens du texte15.

Les pronoms adverbiaux

Dans le groupe nominal

21Les élèves savent parfaitement identifier l'antécédent de en lorsqu'il est dans le voisinage immédiat du pronom (pour lui enlever son amant et en faire sa conquête). Dans la même configuration, un antécédent phrastique est moins bien reconnu (il dédaigne Silvia et se flatte d'épouser la comtesse : il en (4,3) fait la confidence à Scapin son compagnon) : 7 élèves pensent que en renvoie à un humain, Flaminia ou Silvia.

22Lorsque l'antécédent est sujet de la phrase matrice, la distance qui sépare en de celui-là est plus grande et la mise en relation plus difficile (Lélio fut pris dès son enfance par des bohémiens à qui Scapin l'enleva sans en (5,7) savoir la naissance : 5 erreurs et 1 oubli en 2nde, 7 erreurs et 7 oublis en 1ère ; La puissance qui vient du consentement des peuples suppose nécessairement des conditions qui en (12,1) rendent l'usage légitime : 12 erreurs en 2nde, 1 erreur et 2 oublis en 1ère). Les élèves recherchent un antécédent dans le contexte immédiat - des conditions, le consentement des peuples - ou dans le thème du texte - l'autorité.

23L'interprétation du en quantitatif a beaucoup dérouté (Mais il est extraordinairement surpris lorsque la comtesse le consulte sur le dessein qu'elle  a d'en (17,10) épouser un autre ;  parce qu'il veut absolument avoir la liberté d'en (11,9) aimer une des deux). Il ne s'agit pas tant d'une difficulté de compréhension - l'expression en aimer un autre est très courante - mais d'une difficulté d'ordre métalinguistique : les élèves ne conçoivent pas que l'antécédent ne figure pas dans le contexte antérieur et indiquent contre toute vraisemblance le groupe nominal le plus proche (le dessein : 15 en 2nde, 9 en 1ère) ou le sujet de la phrase, Lélio (2 en 2nde).

Dans le groupe verbal

24La stratégie de coréférence au sujet fonctionne bien pour le complément du verbe (La liberté est un présent du ciel, et chaque individu de la même espèce a le droit d'en jouir aussitôt qu'il jouit de la raison). Cependant, lorsque l'antécédent est sujet d'une phrase indépendante qui précède, le nombre d'erreurs augmente et la stratégie de proximité est préférée. Dans le passage suivant Toute autre autorité vient d'une autre origine que la nature. Qu'on examine bien et on la  fera toujours remonter à l'une de ces deux sources : ou la force et la violence de celui qui s'en (6,4) est emparé, ou le consentement de ceux qui s'y (8,4) sont soumis par un contrat fait ou supposé entre eux  et celui à qui ils  ont déféré l'autorité, l'antécédent de en est pour dix élèves la force et la violence. On note la même tendance pour y.

25La configuration la plus déroutante est celle où l'antécédent est attribut du sujet dans la phrase matrice (Fléchir le genou devant un homme ou devant une image, n'est qu'une cérémonie extérieure, dont le vrai Dieu, qui demande le coeur et l'esprit, ne se soucie guère, et qu'il abandonne à l'institution des hommes pour en (20,12) faire comme il leur conviendra, des marques d'un culte civil et politique, ou d'un culte de religion). 24 élèves cherchent dans le contexte antérieur l'institution des hommes, voire seulement des hommes, 6 autres remontent plus avant et relèvent le coeur et l'esprit, 11 élèves s'abstiennent d'indiquer l'antécédent. Il y a fort à parier que la grande majorité des élèves n'a pas compris les deux dernières phrases du texte B.

Pronoms personnels sujets

Il

26Dans la majeure partie des cas, l'antécédent du pronom sujet est correctement identifié. Au début du texte A, nous avons accepté deux interprétations (Son dernier ravisseur le  fit élever à Rome, le  mit page chez un prince ; et lorsqu'il (1,0) fut en état de l'introduire dans le monde, il le conduisit à Naples. Il le fit entrer en qualité de secrétaire au service de la comtesse Flaminia, dame d'une des plus riches et des plus illustres familles de ce royaume). La plupart des élèves ont interprété les trois il comme reprenant le sujet de la phrase précédente son dernier ravisseur, c'est-à-dire Scapin. Trois élèves, appliquant une stratégie de proximité, ont établi une relation de coréférence entre il et un prince, ce qui semble moins naturel à cause de la coordination mais n'entraîne pas d'incompatibilité sémantique bien au contraire : un prince, mieux qu'un valet peut introduire un jeune homme dans le monde.

27Lorsque le pronom il et son antécédent sont sujets de deux phrases différentes, la stratégie de proximité l'emporte parfois malgré l'incompatibilité sémantique, mais de manière moins nette que précédemment. (Scapin instruit par Lélio de ce qui s'est passé, l' assure que ce qui empêche la comtesse de se déclarer, c'est l'incertitude de sa naissance ; mais qu'il  a appris que le Duc Albert, parent de Flaminia, a perdu un fils au berceau nommé Théodore, que les corsaires lui ont enlevé, et qu'il (2,3) trouvera moyen de le faire passer pour lui  : le second il a pour antécédent le Duc Albert chez 4 élèves  ; car l'homme ne peut ni ne doit se donner entièrement et sans réserve à un autre homme ; parce qu'il (0,3)a un maître supérieur au-dessus de tout, à qui seul il (1,4) appartient tout entier : il reprend un autre homme pour 4 élèves).

28Deux configurations soulèvent des difficultés particulières :

  • Le duc arrive cherchant son fils, l'embrasse, et lui  dit que celui qu'il (9,2) a perdu avait sur l'estomac une marque couleur de feu en forme d'épée : Pour 9 élèves, il renvoie à Théodore ; il semble qu'il y ait confusion entre l'antécédent de il et le référent de celui ;

  • le duc reconnaît son fils, l'embrasse avec tendresse, et raconte de quelle façon il (5,6) lui avait été ravi par des bohémiens : comme chez les élèves de collège, on note ici une confusion entre l'antécédent de il et celui de lui ; pour 11 élèves, il reprend le Duc. Cette confusion est peut-être favorisée par l'emploi de la voix passive.

Ils

29L'antécédent de ils est tantôt un groupe nominal coordonné (Scapin et Lélio sont étonnés de voir la réalité de ce qu'ils avaient imaginé comme une fable : aucune erreur), tantôt un groupe nominal pluriel (en sorte que si ces derniers deviennent à leur tour les plus forts, et qu'ils (1,1) secouent le joug : 2 erreurs). Les erreurs se concentrent au milieu du texte narratif, quand intervient, sans avoir été présenté, un nouveau personnage qui devient le complice de Scapin (Arlequin et lui  vont s'habiller en Turcs et feignent de venir d'Alger ayant appris qu'un esclave nommé Théodore, qu'ils (1,5) ont pris enfant, et qui s'est enfui, était à la cour de la comtesse, et disent qu'ils (1,5) veulent l'engager à retourner avec eux). Les élèves qui n'ont pas compris l'expression Arlequin et lui se trompent sur l'antécédent de ils : 3 y voient Arlequin et Albert, 1 Arlequin et Lélio, 2 même Scapin et Lélio. Les couples sont encore plus divers pour le second ils.

Les pronoms compléments du verbe

Le

30Le texte A commence par une chaîne de le dont l'antécédent est bien identifié : il s'agit du sujet de la première phrase (Lélio fut pris dès son enfance par des bohémiens à qui Scapin l' (2,1) enleva sans en savoir la naissance. Son dernier ravisseur le (1,0) fit élever à Rome, le (1,0) mit page chez un prince ; et lorsqu'il  fut en état de l'introduire dans le monde, il le conduisit à Naples). Pourtant, dans trois cas, la stratégie de proximité est préférée au mépris des marques morphologiques : les bohémiens est choisi pour antécédent de l' dans l'enleva.

31Lorsque le sujet est effacé après une coordination, il arrive que les élèves confondent avec ce dernier l'antécédent du pronom le (Scapin instruit par Lélio de ce qui s'est passé, l' (1,3) assure que ce qui empêche la comtesse de se déclarer, c'est l'incertitude de sa naissance ; mais qu'il  a appris que le Duc Albert, parent de Flaminia, a perdu un fils au berceau nommé Théodore, que les corsaires lui  ont enlevé, et qu'il trouvera moyen de le (5,7) faire passer pour lui, et le (2,3) mettra par là dans peu en l'état d'épouser la comtesse : 5 élèves indiquent que l'antécédent du second le est Scapin ; La comtesse, irritée de sa témérité luidonne un soufflet dont elle se repent dans le moment, et tâche de l' (1,1) en  consoler par des discours artificieux : 2 élèves pensent que c'est Flaminia que l'on console). Le pronom le est-il alors interprété comme un réfléchi ou les élèves comprennent-ils la phrase de façon globale, sans faire la distinction entre le sujet sous-entendu et le pronom complément ? Si surprenante soit-elle, cette confusion se retrouve dans la phrase suivante, après un complément d'agent constituant le véritable antécédent (Scapin instruit par Lélio de ce qui s'est passé, l' (1,3) assure que ce qui empêche la comtesse de se déclarer, c'est l'incertitude de sa naissance : pour 4 élèves, l' reprend Scapin).

32L'intrigue du texte A repose sur une interprétation correcte des travestissements : c'est Lélio qu'il s'agit de faire passer pour Théodore et non l'inverse comme le croient 12 élèves.

33Nous ne reviendrons pas sur le à antécédent phrastique ou non actualisé (en sorte que si ces derniers deviennent à leur tour les plus forts, et qu'ils secouent le joug, ils le (8,4) font avec autant de droit et de justice que l'autre qui le (13,10) leur  avait imposé : cf. plus haut, p. 76), sinon pour noter le nombre considérable d'erreurs, d'oublis et de ratures (12 erreurs, 8 oublis et 2 ratures pour le premier, 23 erreurs, 13 oublis et 3 ratures pour le 2ème) et la grande dispersion des réponses.

La

34On retrouve pour le pronom féminin la même concurrence entre la stratégie de proximité et celle de coréférence au sujet. Tantôt les élèves préfèrent un antécédent plus proche (La puissance qui vient du consentement des peuples suppose nécessairement des conditions qui en rendent l'usage légitime, utile à la société, avantageux à la république, et qui la (7,1) fixent et la (6,1) restreignent entre des limites : 2 élèves choisissent la société pour antécédent de la, 2 la république, les autres reformulent la puissance en l'autorité, thème des phrases précédentes), tantôt ils appliquent mécaniquement la coréférence au sujet (Sa sincérité ne fait qu'augmenter l'amour qu'elle a pour lui, et la (3,7) détermine à laisser tout le monde dans l'erreur : pour 10 élèves, l'antécédent de la est sa sincérité). Dans les deux cas, il y a incompatibilité sémantique mais les marques morphologiques sont respectées.

35Une phrase est particulièrement mal comprise bien que sa construction semble simple : La même loi qui a fait l'autorité la (12,4) défait alors : c'est la loi du plus fort. Pour 15 élèves, la renvoie à la loi et non à l'autorité. Là encore, la confusion avec le réfléchi est troublante.

Lui

36Aucun élève ne se trompe sur le destinataire du soufflet (La comtesse, irritée de sa témérité lui donne un soufflet dont elle se repent dans le moment). En revanche, lorsque le pronom est dans une subordonnée enchâssée dans la phrase matrice, les confusions sont nombreuses :

  • La comtesse, irritée de sa témérité lui donne un soufflet dont elle se repent dans le moment, et tâche de l'en  consoler par des discours artificieux qui paraissent lui (3,1) devoir donner lieu d'espérer, et elle se retire : pour 4 élèves, lui représente la comtesse ;

  • il a appris que le Duc Albert, parent de Flaminia, a perdu un fils au berceau nommé Théodore, que les corsaires lui (4,3) ont enlevé : 6 élèves pensent que lui reprend Théodore ;

  • il en fait la confidence à Scapin son compagnon, qui lui (12,5) sert de valet : pour 16 élèves, lui reprend Scapin. Comme en 1 et en 2, les élèves établissent une relation de coréférence entre le sujet qui et le complément du verbe lui que seul le réfléchi peut exprimer.

Les emplois disjoints

37Les difficultés rencontrées dans l'interprétation des pronoms disjoints sont liées à d'autres phénomènes déjà étudiés :

  • l'identification du partenaire de Scapin (Scapin instruit par Lélio de ce qui s'est passé, l'assure que ce qui empêche la comtesse de se déclarer, c'est l'incertitude de sa naissance ; mais qu'il  a appris que le Duc Albert, parent de Flaminia, a perdu un fils au berceau nommé Théodore, que les corsaires lui  ont enlevé, et qu'il trouvera moyen de le faire passer pour lui (6,4), et le mettra par là dans peu en l'état d'épouser la comtesse. Arlequin et lui (2,7) vont s'habiller en Turcs et feignent de venir d'Alger ayant appris qu'un esclave nommé Théodore, qu'ils ont pris enfant, et qui s'est enfui, était à la cour de la comtesse, et disent qu'ils  veulent l'engager à retourner avec eux (1,4) : 9 élèves ne rapprochent pas lui du sujet de la phrase précédente, certes fort longue, erreur qui a une incidence sur l'interprétation de eux, sujette à de multiples variations (Arlequin et Albert, la comtesse et le duc, Scapin et le duc, Scapin et Lelio, Arlequin et Lélio) ;

  • la compréhension de la ruse de Scapin : il s'agit de faire passer Lélio pour Théodore alors que 2 élèves pensent que lui renvoie à Scapin, 2 autres au Duc Albert et 7 à Lélio.

38Dans le texte B, c'est l'interprétation de eux dans une structure coordonnée qui pose problème (Qu'on examine bien et on la fera toujours remonter à l'une de ces deux sources : ou la force et la violence de celui qui s'en  est emparé, ou le consentement de ceux qui s'y sont soumis par un contrat fait ou supposé entre eux (3,6) et celui à qui ils ont déféré l'autorité). Anticipant à tort sur la suite du texte, 7 élèves incluent celui à qui ils ont déféré l'autorité  dans la référence de eux. Il n'y a vraisemblablement pas eu relecture bien que l'on mentionne 3 ratures.

Les opérations de contrôle

39L'identification des pronoms ne va pas sans hésitations qui se manifestent par des mots barrés, effacés, surchargés. L'hypothèse de M.-F. Ehrlich, M. Rémond et H. Tardieu est que les enfants ayant des difficultés de compréhension ne reviennent pas en arrière pour rectifier une première interprétation. Qu'en est-il pour les lycéens ?

40Nous reprendrons la distinction faite p. 72-73 entre les élèves qui font moins d'une erreur sur 10 pronoms et ceux qui en font plus. Il faudra distinguer entre les ratures correspondant à une rectification, notées +, et celles conduisant à une erreur, notées -. Nous indiquerons dans le tableau suivant le nombre moyen de ratures.

Texte A,
2nde

Texte A,
1ère

Texte B,
2nde

Texte B,
1ère

moins d'une erreur sur 10 pronoms

- 0,5
+ 2,3

- 0,2
+ 1,9

- 0,08
+ 0,75

- 0,04
+ 0,3

plus d'une erreur sur 10 pronoms

- 0,6
+ 3,7

- 0,6
+ 1,1

- 0,3
+ 0,6

- 0
+ 1

41L'examen de ces chiffres montre que le déficit métacognitif n'est pas aussi sensible au lycée : les élèves qui font le plus d'erreurs se corrigent autant, tout au plus font-ils légèrement plus de modifications conduisant à des erreurs. Cependant, un certain nombre d'entre eux ne font aucune modification : on peut donc distinguer deux catégories d'élèves faisant plus d'une erreur sur 10 pronoms :

  • ceux qui ne procèdent pas à des opérations de contrôle : 5 pour le texte A, 12 pour le texte B ;

  • ceux qui y procèdent : 13 pour le texte A, 15 pour le texte B.

42De même, parmi les élèves qui font moins d'une erreur sur dix pronoms, on distinguera :

  • ceux pour qui l'identification de l'antécédent semble relever d'un automatisme : 10 pour le texte A et 22 pour le texte B ;

  • ceux qui procèdent encore à des opérations de contrôle : 34 pour le texte A et 13 pour le texte B.

43Il est également intéressant d'observer comment se répartissent les ratures selon les formes : 69% des pronoms donnent lieu à une ou plusieurs ratures en 2nde (texte A) contre 55% en 1ère. Pour le texte B, ce sont 60% des pronoms qui sont concernés en 2nde et 29% en 1ère. Les points d'achoppement se manifestent par un nombre d'erreurs et de ratures élevé (exemples : le faire passer pour lui : 4 ratures positives, 2 ratures négatives en 2nde). Par ailleurs, l'étude des retouches peut nuancer l'impression de maîtrise (il le conduisit : aucune erreur, 4 ratures positives de 2nde et 2 en 1ère, 1 rature négative en 1ère).

44Au terme de cette étude, la maîtrise de l'anaphore pronominale se révèle meilleure dans le texte narratif que dans le texte argumentatif. La différence constatée à l'école élémentaire ne semble donc pas s'être estompée au lycée. Une vigilance particulière devrait être accordée aux pronoms à antécédent phrastique et à antécédent non actualisé.

45On note par ailleurs l'incidence très nette de la fonction du pronom et de la distance entre anaphorisé et anaphorisant dans le repérage de l'antécédent. Les élèves emploient concurremment deux stratégies que les psycholinguistes ont discernées très tôt dans le développement langagier : la stratégie de proximité et la stratégie de coréférence au sujet. Les élèves appliquent parfois ces stratégies sans se soucier des incompatibilités sémantiques mais tiennent généralement compte des marques morphologiques. La plupart des erreurs et des oublis  concernent des phrases complexes dont l'analyse semble résister aux élèves.

46En revanche, à la différence de leurs cadets de l'école élémentaire, les lycéens procèdent à des opérations de contrôle, tantôt positives, tantôt négatives, qui se traduisent par de nombreuses ratures. Celles-ci traduisent des hésitations qui mériteraient d'être mieux prises en considération dans l'enseignement : au lycée, la compréhension littérale d'un texte passe en effet par l'identification de l'antécédent des différents pronoms.

Haut de page

Annexe

On trouvera ci-dessous les deux textes proposés aux élèves. Il a fallu à ceux-ci entre 20 et 40 minutes pour effectuer le test. On trouvera entre parenthèses le nombre d'erreurs faites en 2nde (premier chiffre) et le nombre d'erreurs faites en 1ère (second chiffre). Dans chacune des classes, le nombre d'élèves est de 31.

Lisez une fois ces textes puis inscrivez sous chaque pronom souligné son antécédent.

Exemple : << Zadig, à genoux, adora la Providence, et se soumit.

L'ange lui cria du haut des airs : « Prends ton chemin vers

        Zadig

Babylone. »>>

Texte A

<< Lélio fut pris dès son enfance par des bohémiens à qui Scapin l' (2,1) enleva sans en (5,7) savoir la naissance. Son dernier ravisseur le (1,0) fit élever à Rome, le (1,0) mit page chez un prince ; et lorsqu'il (1,0) fut en état de l'introduire dans le monde, il le conduisit à Naples.

Il le fit entrer en qualité de secrétaire au service de la comtesse Flaminia, dame d'une des plus riches et des plus illustres familles de ce royaume. Il est bientôt sensible aux charmes de Silvia, dame d'honneur, et parente de la comtesse, qui répond assez à ses empressements. Leurs amours ne peuvent être longtemps cachées aux yeux de Flaminia qui, envieuse du bonheur de sa parente, emploie toutes sortes d'artifices pour lui (5,0) enlever son amant et en faire sa conquête.

L'ambition du jeune homme fait d'abord l'effet qu'elle a souhaité ; il dédaigne Silvia et se flatte d'épouser la comtesse : il en (4,3) fait la confidence à Scapin son compagnon, qui lui (12,5) sert de valet, et ordonne un équipage magnifique, et digne du rang qu'il va tenir. Mais il est extraordinairement surpris lorsque la comtesse le consulte sur le dessein qu'elle (1,0) a d'en (17,10) épouser un autre. Il retourne au premier objet de son amour, tâche de l' (1,3) apaiser par ses soumissions, et fait éclater le mépris qu'il (1,0) a pour Flaminia, dont Silvia est jalouse. La comtesse les (0,1) surprend dans cet entretien, fait enfermer Silvia dans son appartement, et met de nouveau tout en usage pour regagner le coeur de Lélio, et le fixer. Lui (0,2) la (0,3) presse avec fierté de déclarer ses desseins, parce qu'il veut absolument avoir la liberté d'en (11,9) aimer une des deux. La comtesse, irritée de sa témérité lui donne un soufflet dont elle se repent dans le moment, et tâche de l' (1,1 ) en (2,1) consoler par des discours artificieux qui paraissent lui (3,1) devoir donner lieu d'espérer, et elle se retire. Scapin instruit par Lélio de ce qui s'est passé, l' (1,3) assure que ce qui empêche la comtesse de se déclarer, c'est l'incertitude de sa naissance ; mais qu'il a appris que le Duc Albert, parent de Flaminia, a perdu un fils au berceau nommé Théodore, que les corsaires lui (4,3) ont enlevé, et qu'il (2,3) trouvera moyen de le (5,7) faire passer pour lui (6,4) , et le (2,3) mettra par là dans peu en l'état d'épouser la comtesse. Arlequin et lui (2,7) vont s'habiller en Turcs et feignent de venir d'Alger ayant appris qu'un esclave nommé Théodore, qu'ils (1,5) ont pris enfant, et qui s'est enfui, était à la cour de la comtesse, et disent qu'ils (1,5) veulent l'engager à retourner avec eux (1,4). On ajoute foi à leur rapport mais Lélio, ennemi de toute fourberie, découvre le stratagème à Flaminia. Sa sincérité ne fait qu'augmenter l'amour qu'elle a pour lui, et la (3,7) détermine à laisser tout le monde dans l'erreur. Le duc arrive cherchant son fils, l' (1,1) embrasse, et lui (1,1) dit que celui qu'il (9,2) a perdu avait sur l'estomac une marque couleur de feu en forme d'épée, et que c'est à ce signe qu'il (1,0) espère reconnaître son sang. Scapin et Lélio sont étonnés de voir la réalité de ce qu'ils avaient imaginé comme une fable. Lélio montre la preuve de sa naissance : le duc reconnaît son fils, l' embrasse avec tendresse, et raconte de quelle façon il (5,6) lui (5,6)avait été ravi par des bohémiens ; et la comtesse l' (1,0) accepte pour époux avec des transports de joie, qui finissent la pièce.>>

(La dame amoureuse par envie ; Recueil général de toutes les pièces représentées par les comédiens de S.A.R. Monseigneur le Duc d'Orléans)(1733).

Texte B

<< Aucun homme n'a reçu de la nature le droit de commander aux autres. La liberté est un présent du ciel, et chaque individu de la même espèce a le droit d'en jouir aussitôt qu'il jouit de la raison. Si la nature a établi quelque autorité, c'est la puissance paternelle : mais la puissance paternelle a ses bornes ; et dans l'état de nature, elle (1,0) finirait aussitôt  que les enfants seraient en état de se conduire. Toute autre autorité vient d'une autre origine que la nature. Qu'on examine bien et on la (3,0) fera toujours remonter à l'une de ces deux sources : ou la force et la violence de celui qui s'en (6,4) est emparé, ou le consentement de ceux qui s'y (8,4) sont soumis par un contrat fait ou supposé entre eux (3,6) et celui à qui ils (2,1) ont déféré l'autorité.

La puissance qui s'acquiert par la force n'est qu'une usurpation et ne dure qu'autant que la force de celui qui commande l'emporte sur celle de ceux qui obéissent ; en sorte que si ces derniers deviennent à leur tour les plus forts, et qu'ils (1,1) secouent le joug, ils le (8,4) font avec autant de droit et de justice que l'autre qui le (13,10) leur (4,1) avait imposé. La même loi qui a fait l'autorité la (12,4) défait alors : c'est la loi du plus fort.

Quelquefois l'autorité qui s'établit par la violence change de nature ; c'est lorsqu'elle continue et se maintient du consentement exprès de ceux qu'on a soumis : mais elle rentre par là dans la seconde espèce dont je vais parler ; et celui qui se l' (2,4) est arrogée devenant alors prince, cesse d'être tyran.

La puissance qui vient du consentement des peuples suppose nécessairement des conditions qui en (12,1) rendent l'usage légitime, utile à la société, avantageux à la république, et qui la (7,1) fixent et la (6,1) restreignent entre des limites : car l'homme ne peut ni ne doit se donner entièrement et sans réserve à un autre homme ; parce qu'il (0,3)a un maître supérieur au-dessus de tout, à qui seul il (1,4) appartient tout entier. C'est Dieu, dont le pouvoir est toujours immédiat sur la créature, maître aussi jaloux qu'absolu, qui ne perd jamais de ses droits et ne les communique point. Il (0,1) permet, pour le bien commun et le maintien de la société, que les hommes établissent entre eux un ordre de subordination : mais il (0,1) veut que ce soit par raison et avec mesure, et non pas aveuglément et sans réserve, afin que la créature ne s'arroge pas les droits du créateur. Toute autre soumission est le véritable crime de l'idolâtrie. Fléchir le genou devant un homme ou devant une image, n'est qu'une cérémonie extérieure, dont le vrai Dieu, qui demande le coeur et l'esprit, ne se soucie guère, et qu'il abandonne à l'institution des hommes pour en (20,12) faire comme il leur conviendra, des marques d'un culte civil et politique, ou d'un culte de religion. Ainsi ce ne sont pas ces cérémonies en elles-mêmes, mais l'esprit de leur établissement, qui en (15,8) rend la pratique innocente ou criminelle. >>

Diderot, <<Autorité politique>>, Encyclopédie, 1751.

Haut de page

Notes

1 Charolles M. (1988), « Les études sur la cohérence, la cohésion et la connexité textuelles, depuis la fin des années 1960 », Modèles linguistiques, 10,  pp. 45-66.

2 Ehrlich M.-F., Rémond M., Tardieu H. (1993), « Composantes cognitives et métacognitives de la lecture : le traitement des marques anaphoriques par les enfants bons et mauvais compreneurs », in J.-P. Jaffré, L. Sprenger-Charolles, M. Fayol, Lecture-écriture : acquisition, les actes de La Villette, Nathan-pédagogie, pp. 279-297.

3 Elalouf M.-L. (1986), Recherches sur l'emploi des processus anaphoriques dans des productions d'élèves, Doctorat de l'Université Paris VII préparé sous la direction de H. Huot.

4 Nous remercions Madame Madeleine Le Moullec, professeur de français au lycée Fustel de Coulanges, d'avoir bien voulu proposer ce test à ses élèves en avril 1994 (1ère ES) et novembre 1994 (2nde).

5 Ehrlich M.-F., Rémond M., Tardieu H., op. cit.

6 L'écart-type est de 2,1 et l'écart standard à la moyenne de 0,39. Les résultats sont donc assez dispersés : 24 élèves font 1 ou 0 oubli (on peut considérer que les résultats sont homogènes quand l'écart standard ne dépasse pas 10% de la moyenne).

7 L'écart-type est de 1,6 et l'écart standard à la moyenne de 0,28. Les résultats sont là aussi dispersés : 23 élèves font 1 ou 0 oubli.

8 2,7 pour le texte A, avec un écart-type de 2,93 et un écart standard à la moyenne de 0,53, ce qui indique la dispersion des résultats ; 3,3 pour le texte B, avec un écart-type de 6,2 et un écart standard à la moyenne de 1,11, ce qui indique aussi une forte dispersion.

9 3,8 erreurs sur 59 pronoms dans le texte A, avec un écart-type de 3,21 et un écart standard à la moyenne de 0,58, ce qui indique une dispersion importante ; 2,3 sur 28 pronoms dans le texte B, avec un écart-type de 1,51 et un écart standard à la moyenne de 0,27, ce qui indique que les résultats sont assez homogènes.

10 Pour le texte A, en 2nde, l'écart-type est de 2,3 et l'écart standard à la moyenne de 0,41, ce qui indique une dispersion importante. En 1ère, l'écart-type est de 3,2 et  l'écart standard à la moyenne de 0,6. Pour le texte B, en 2nde, l'écart-type est de 2,2 et l'écart standard à la moyenne de 0,4. En 1ère, en revanche, les résultats sont plus homogènes (écart-type de 1,5 et écart standard à la moyenne de 0,27).

11 Soit une proportion de 10% des pronoms soulignés.

12  Soit une porportion de 10,3 % des pronoms soulignés.

13 Elèves faisant respectivement plus de 6 erreurs dans le texte A et plus de 4 erreurs dans le texte B.

14 On emprunte la dénomination à J.-C. Milner (1978), De la syntaxe à l'interprétation, Seuil.

15 Nous empruntons le concept de stratégies à H. Chipman et J. Gérard (1983), « Stratégies de traitement de l'anaphore » in J.-P. Bronckart, M. Kail, G. Noizet, Psycholinguistique de l'enfant, recherches sur l'acquisition du langage , Delachaux et Niestlé, pp. 123-133.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : erreurs et oublis cumulés sur le texte A.
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1149/img-1.png
Fichier image/png, 1,5k
Titre Figure 2 : erreurs et oublis cumulés dans le texte B.
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1149/img-2.png
Fichier image/png, 1,5k
Titre Figure 3 : nombre d'erreurs dans le texte A.
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1149/img-3.png
Fichier image/png, 1,5k
Titre Figure 4 : nombre d'erreurs dans le texte B.
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1149/img-4.png
Fichier image/png, 1,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Elalouf, « La maîtrise de la reprise anaphorique au lycée », Linx, 8 | 1996, 71-90.

Référence électronique

Marie-Laure Elalouf, « La maîtrise de la reprise anaphorique au lycée », Linx [En ligne], 8 | 1996, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://linx.revues.org/1149 ; DOI : 10.4000/linx.1149

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Elalouf

C.R.L. de Paris X - Nanterre
Département de linguistique
200, av. de la République
92001 NANTERRE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org