Navigation – Plan du site
II. Oral et écrit : étude de corpus

L'essor contemporain de l'élément linguistique -tique

Sandrine Reboul
p. 53-70

Résumés

En nous appuyant sur l'analyse d'un corpus de néologismes finissant par -tique (relevé dans les années quatre-vingt), nous cherchons à montrer que l'élément -tique est la troncation formelle du mot informatique et qu'il en garde la valeur dénominative. Selon notre hypothèse, cet élément permet de créer, par composition sous forme de mot-valise, des unités lexicales contemporaines dénommant des domaines en relation avec l'informatique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Accepté dès 1966 par l'Académie française, le mot informatique est présenté et diffusé dans la pres (...)
  • 2 Informaticien/ienne, informatiquement, informatisable, informatisation, informatiser (Petit Larouss (...)
  • 3 Micro-informatique, mini-informatique, péri-informatique, téléinformatique : nous reprenons ici les (...)

1Lorsqu'en 1962, Ph. Dreyfus crée le mot informatique, il n'envisage sans doute pas le succès que va connaître ce néologisme1, aussi bien par sa diffusion auprès du grand public que par son impact linguistique. Au delà du paradigme dérivationnel2 et de quelques composés3, il existe un ensemble de néologismes ayant pour finale -tique. L'hypothèse que nous proposons conduit à analyser ces néologismes comme des mots-valises, donc comme des composés dont le second élément est issu de la troncation du mot informatique.

2Parmi les éléments du corpus, nous distinguerons des homonymes, des "identités fallacieuses" et des exceptions. Ensuite, nous nous interrogerons sur la dénomination à retenir pour -tique. Enfin, nous espérons montrer que cet élément de composition contribue à un procédé linguistique productif.

Des néologismes en -tique

  • 4 Voir corpus et Reboul, 1994.

3Nous avons relevé4 un paradigme de termes nouveaux se terminant par -tique et dont les référents sont en rapport avec le domaine de l'informatique. En reprenant les travaux d'Almuth Grésillon (1983a, 1983b, 1985), nous proposons de considérer ces néologismes comme étant des mots-valises aussi bien par leur construction formelle que par leur interprétation sémantique. Parmi eux, nous avons isolé des homonymes - des néologismes en concurrence avec des mots anciennement lexicalisés -, des néologismes dont l'analyse morphologique est ambiguë, ainsi que des cas qui résistent à l'analyse.

Des homonymes

  • 5 Voir le corpus.

4L'analyse des éléments du corpus repose sur les définitions élaborées par les spécialistes ou les lexicographes de dictionnaires usuels5. Nous pouvons distinguer :

1. biotique : adj. 1969, (de biote) "qui concerne les êtres vivants".
(Petit Robert, 1989)

2. biotique : n. ensemble des techniques de l'informatique, de l'électronique et de l'automatique appliquées à la biologie, ainsi que des applications de la biologie à la réalisation d'outils informatiques.
(Vocabulaire des biotechnologies, 1987, CESTA)

  • 6 Sur le modèle d'informatique ou de télématique, nom puis adjectif.

5L'opposition nom/adjectif contribue à cette distinction quoique l'adjectivation de "biotique (2)" soit très probable6. Mais plus essentiellement, l'analyse morphosémantique diffère selon le sens véhiculé.

  • 7 Nom masculin, vers 1960 (Petit Robert, 1989).
  • 8 Petit Robert, 1989.

6Pour biotique (1), la segmentation peut être la suivante : biot(e) + ique ; biote7 est alors "l'ensemble des êtres vivants (animaux et végétaux) d'un endroit donné"8 et -ique un suffixe,  dont la valeur est "relatif à". Ce suffixe, associé à une base nominale, permet la création d'un adjectif : Nom + -ique = adjectif.

7Dans Le vocabulaire des biotechnologies, on définit la biotique (2) comme l'association de la biologie avec l'informatique mais aussi avec l'électronique et l'automatique. Nous considérons que le néologisme biotique (2) est issu de la composition suivante, sous forme de mot-valise :

biotique = bio(logie) + (informa)tique.

  • 9 Bio-, du fait de sa valeur sémantique dans le mot-valise, se distingue de l'élément bio- qui signif (...)
  • 10 "Le signifié du mot-valise s'obtient par une opération qui établit un rapport de co-prédication ent (...)

8Dans ce composé, bio-9 est la troncation de biologie et l'élément -tique est la troncation d'informatique. Chacun des troncats conserve la valeur dénominative des mots originaux. Sur le plan formel comme sur le plan sémantique, biotique est un mot-valise. La biotique (2) est aussi bien la biologie associée à l'informatique que l'informatique associée à la biologie. La construction du signifié de biotique repose donc sur la co-prédication qui est une caractéristique des mots-valises10. L'homonyme biotique (2) acquiert un nouveau sens aujourd'hui, ce qui entraîne une nouvelle analyse morphologique ainsi que l'identification de nouveaux éléments de composition.

9Cette analyse emprunte au modèle lexical associatif qui permet de distinguer plusieurs mots, s'il existe plusieurs sens :

Si une même forme construite a plusieurs sens compositionnels par rapport à plusieurs bases différentes [...] une morphologie associative sera conduite à voir des homonymes sous cette même forme. (Corbin, 1988, 68)

10Dans cette perspective, l'homonymie est privilégiée.

11Sur le modèle de biotique, sans toutefois avoir repéré d'homonymes anciennement lexicalisés, nous analysons les termes terminotique et urbatique :

- terminotique = termino(logie) + (informa)tique.

- urbatique = urba(nisme) + (informa)tique.

  • 11 Le fait que le premier terme soit tronqué à la finale [o] permet à ces néologismes d'être rapproché (...)

12La co-prédication apparaît pour les deux néologismes (voir corpus) qui peuvent être analysés comme des mots-valises11. Un "élément" -tique est mis en évidence, troncation de informatique dont il garde la valeur dénominative.

Des "identités fallacieuses"

13Pour les néologismes billétique, documentique, éditique, productique, traductique, plutôt que d'isoler -tique qui laisse une base "non-identifiée", sur le plan orthographique (billé-, documen-, édi-, produc-, traduc-), on pourrait être tenté de conserver des bases déjà identifiées : billet (billetterie), document (documentation, documentaliste, documentaire), édit- (édition, éditeur), product- (production, productif, productivité, traduct- (traduction, traducteur), identifiables  dans plusieurs dérivés et une finale -ique qui véhiculerait le fait d'être "en rapport avec l'informatique".

14Nous proposons une autre hypothèse qui privilégie à nouveau le critère sémantique en considérant ces mots comme des "identités fallacieuses" :

La forme la plus drastique de l'identité fallacieuse est celle où, formellement, il est impossible de savoir - c'est-à-dire indécidable - si l'on a affaire à un mot-valise ou à l'un des types réguliers de la formation des mots [...] épiscolaire peut être analysé à la fois comme mot-valise, issu de l'imbrication de épistolaire et scolaire et comme dérivation issue de la concaténation du préfixe épi- et de scolaire. (Grésillon, 1983 b, 91)

15L'analyse sémantique permet de lever certaines ambiguïtés : billétique n'est pas "l'application de l'informatique au billet", comme pourrait le laisser supposer une structure comme billét-ique, mais plutôt une "billeterie associée à l'informatique", de même que la documentique n'est pas vraiment "l'application de l'informatique à un document" mais de la "documentation associée à l'informatique". Ces spécificités sémantiques mettent en évidence une co-prédication des deux éléments du nouveau terme, co-prédication qui permet d'analyser les néologismes comme des mots-valises. Nous rappelons cependant l'ambiguïté en reprenant la désignation d'Almuth Grésillon, celle d'identités fallacieuses.

Des exceptions

16Dans cette description générale selon laquelle les néologismes en -tique (en rapport avec le domaine de l'informatique) sont des mots-valises sémantiquement analysables par co-prédication, quelques néologismes restent en marge. Privatique n'accepte pas la co-prédication mais la relation déterminant/déterminé, puisqu'on peut parler "d'informatique privée" ; de plus, l'élément second pourait être -atique, troncation d'informatique.

17Bancatique était analysé avec un suffixe -atique par Gabriel Otman. Banque prend parfois la forme banc- (bancable, adj., 1877, de banque) et informatique au lieu d'être tronqué à -tique, le serait à -atique. Comme pour privatique, ces variations formelles créent des irrégularités.

18Le Petit Robert considère monétique comme l'imbrication de monétaire et informatique (Cf. corpus) ; on peut signaler une variation possible de monnaie en moné- (monétaire, monétarisme, monétiser) mais la co-prédication est délicate puisque nous n'avons pas deux éléments de même nature.

19Remarquons enfin que dans domotique et bureautique, le premier élément n'a pas le même comportement que dans les néologismes précédents : l'un n'existe pas dans d'autres lexèmes et l'autre n'est pas tronqué.

20Pour ces quelques néologismes, l'exception vient du fait qu'ils ne répondent pas entièrement aux règles de formation des mots-valises ; la plupart possèdent l'élément -tique.   

21Après avoir identifié majoritairement des mots-valises dans le paradigme des néologismes contemporains ayant comme finale -tique, nous pouvons nous interroger sur la délimitation ainsi que sur le statut de -tique.

-tique

-tique : abréviation d'informatique

22La troncation d'informatique sous la forme -tique est une hypothèse. Pour d'autres linguistes, il s'agit plutôt d'un suffixe -ique. Claude Hagège propose un suffixe -ique :

Ce terme d'informatique a, semble-t-il ouvert la voie à toute une série d'autres termes à suffixe -ique, lesquels, sans être d'une confondante beauté, ont cependant un profil plus français que de purs emprunts : bureautique, distributique, productique, promotique, etc. (1987, 149-150)

23En fait, il nous semble plus évocateur de parler de termes en -tique et c'est d'ailleurs sous cette forme qu'ils ont été diffusés auprès du grand public (voir Le Monde ci-dessous). Un lien s'opère alors avec l'informatique ou, au moins, avec l'ensemble des techniques modernes. Parler de termes en -ique n'a pas le même écho dans les mass médias, car c'est bien la séquence -tique qui est vulgarisée, puisque c'est cette forme qui apparaît dans des discours autres que linguistiques ou techniques (voirp. 64).

  • 12 Taylor, 1988.
  • 13 Taylor, 1988, p. 550.

24Glen Taylor12 parle aussi de termes en -ique qui sont en relation avec informatique. Bien qu'il n'hésite pas à mentionner des variantes : -tique, -atique, -matique [toutes ces formes étant des troncations de informatique], c'est le suffixe -ique qu'il étudie ("informatique-related -ique terms" [ou] "-ique group"13). Concernant ce signifiant déjà enregistré dans la langue, il mentionne l'apparition d'un nouveau sens au suffixe -ique :

Two centuries later, the same suffix [-ique], instead of being drawn from its Greek and Latin roots, was taken from "automatique" complete with the notion that this term represented [...] in others words, the suffix, that once represented the notion "automatique" now signifies "informatique". (1988, 551)

25Pour Glen Taylor, -ique a d'abord eu la notion de "automatique" puis celle "d'informatique". Mais son étude montre  que  le suffixe -ique  peut  aussi  prendre la forme -tique :

The French language is in the process of acquiring a new suffix, one that carries with the notion "l'application de l'informatique à". The new suffix ("-tique", we believe, is the most suitable form) having no historic basis, lacks a certain precision ... (1988, 557)

26Ceci relativise tout à fait le titre de son article. L'analyse des néologismes en -tique est complexe et la délimitation des éléments n'est pas aisée. L'analyse de Glen Taylor en souligne la difficulté puisqu'il mentionne en titre un suffixe -ique et conclut à une meilleure forme : -tique.

  • 14 Glen Taylor parle de "new suffix", avec la notion de "l'informatique appliquée à".

27Admettons l'existence d'un nouveau suffixe -ique14. Certains mots en -tique tels billétique, documentique, éditique pourraient être considérés comme des dérivés. -ique serait un suffixe en relation avec une base nominale permettant de former un nom féminin, avec le sens proposé par Glen Taylor. Cette analyse ne nous paraît pas satisfaisante car beaucoup de mots en -tique y échappent (biotique, terminotique, urbatique...) ; ce qui dissipe le point commun qui existe entre les néologismes du paradigme étudié. Les arguments en faveur de l'analyse d'un suffixe -ique avec une nouvelle valeur sémantique reposent plus sur des critères formels que sur des critères sémantiques.

  • 15 Ce phénomène est déjà reconnu et souligné. Voir ci-dessous Guilbert, 1975 ; Dubois, 1962 et Cottez (...)

28D'une part, considérons -tique par rapport à informatique. La troncation -tique est arbitraire et ne repose pas sur des propriétés morpho-sémantiques15. En effet la formation de informatique ne permet pas d'établir de délimitation nette puisque la composition information + automatique peut accepter les délimitations suivantes :

infor(mation) + (auto)matique ou
inform(ation) + (autom)atique ou
informa(tion) + (automa)tique.

29On peut envisager comme troncation finale -matique, -atique, -tique. Nous retiendrons -tique puisqu'un paradigme de mots en -tique nous semble identifiable. Dans le lexique contemporain, ce découpage arbitraire dans la création lexicale, a déjà été signalé par Guilbert, à propos d'autres domaines néologiques :

Dans la physique nucléaire, l'élément -tron issu de électron sert à former une série : cyclotron, bêtatron, kénotron, positron. Dans le domaine de l'hôtellerie et du tourisme, à partir du modèle américain motel <mo(tor-car-ho)tel>, se constitue une série : botel, rotel, aquatel, avec un prolongement dans les noms désignant des chaînes d'hôtellerie : Frantel, Novotel, Sofitel. (1975, 247)

30Mais -tron est alors considéré comme un suffixe. Or -tique ne peut être considéré comme tel si l'on accorde une importance suffisante au sens.

31Remarquons, toujours par l'intermédiaire des propos de Guilbert, que :

Les suffixes -ode et -on résultent d'une troncation de la finale de électrode et de électron ; le premier a le contenu d'un nom "électrode" : diode, triode, octode ; le second traduit le terme base "corpuscule nucléonique" : méson, nucléon, photon, positon, proton. De leur origine substantivale, ils gardent un statut à mi-chemin entre la dérivation suffixale et la composition... (GLLF, XLII)

32Dans cette citation, nous soulignons le "statut à mi-chemin entre la dérivation suffixale et la composition" qui montre que ces frontières ne sont pas toujours nettes.

  • 16 Informatique = information + automatique.

33D'autre part, rapprocher -tique de informatique pourrait sembler arbitraire car automatique dont la finale est -tique entre aussi dans certaines définitions (biotique (2), domotique, productique). Mais, d'après l'analyse proposée pour informatique, automatique est déjà "inclus" formellement dans le mot informatique puisqu'il en est un des composants16, et aussi sémantiquement. C'est par rapport à l'analyse des mots en -tique qu'il est possible de souligner qu'il existe une  relation régulière de ces termes au domaine de l'informatique.

-Tique : quelle dénomination ?

Un suffixe

34-Tique est souvent considéré comme un "suffixe" ; or une autre dénomination telle élément ou formant et mieux, fracto-morphème, nous paraît plus adéquate.

35On parle des "mots en -tique", des "futurs en -tique" :

  • "Les néologismes en -tique et en -ciel" (Ibrahim, 1986)

  • "futurs en -tique" (passim)

  • "On oserait dire l'avenir tout court, s'il est vrai qu'il sera tissé de tous les mots en -tique" (Le Monde, 29 octobre 1985).

36Dans ces énoncés, -tique est régulièrement dénommé "suffixe". Dans la revue Néologie lexicale 2 qui reprend d'ailleurs l'article élaboré dans Les mots nouveaux apparus depuis 1985, la définition suivante est proposée :

  • 17 Remarquons que les mots en -tique sont d'abord des noms ; ils peuvent devenir ensuite des adjectifs (...)

-tique, suffixe qui sert à former des adjectifs par simple adjonction au nom de base. Ces adjectifs se nominalisent directement (suffixe zéro), produisant des substantifs qui désignent une science ou un objet d'étude. Cette dernière formation jouit d'une grande faveur, et pas seulement dans les milieux professionnels [...]17.

37Gabriel Otman parle aussi de suffixe :

Le suffixe -tique a [...] eu un impact tout particulier sur le lexique des technologies nouvelles. (1986, 38)

ou encore :

Le néologisme informatique a connu un succès qui a dépassé les frontières de l'Hexagone. Dans son sillage, le suffixe -tique a permis la construction d'une pléthore de termes. (1986, 40)

38D'une part, il semble difficile de considérer -tique comme un suffixe, dans la mesure où les éléments auxquels ils s'associent ne sont pas des radicaux mais des troncations de mots communs déjà lexicalisés et d'autre part, -tique n'a pas une valeur globale souvent liée aux affixes mais une valeur dénominative, celle d'informatique.

Un "fracto-morphème"

  • 18 Adams, V. (1973) : An Introduction to Modern English Word-Formation, Longman, London : "c'est l'un (...)

39La dénomination de fracto-morphème apparaît sous la plume de Jean Tournier dans son Introduction descriptive à la lexicogénétique de l'anglais contemporain. Il s'agit d'une traduction du terme de splinter employé par Valérie Adams18. Le fracto-morphème vient s'ajouter aux différents éléments de constructions repérés en anglais puisque, comme nous l'avons aussi souligné pour le français, "la distinction entre affixes, éléments de composés et d'amalgames n'est pas toujours nette" [... ]. D'où l'identification "de fracto-morphème [...], fragment de lexie qui la représente dans un mot construit" (Tournier, 1985, 86).

  • 19 Tournier remarque que les fracto-morphèmes "existent aussi en français, mais plus rarement, et surt (...)

40Le phénomène ainsi dénommé semble très proche de l'analyse, en français19, de -tique, qui peut difficilement être un suffixe mais qui se présente plutôt comme un fragment de lexie (la lexie informatique) qu'il représente sémantiquement dans des mots-construits, en l'occurrence des mots-valises.

41Ce phénomène linguistique est par ailleurs identifié par Josette Rey-Debove qui, en reprenant le terme de fracto-morphème,  parle de "mots librement formés". Pour elle, "cette ‘créativité qui change les règles’ possède une grande force néologique dans la mesure ou presque toutes les combinaisons sont admises" et elle  repère de "faux-morphèmes" s'inscrivant dans une "morphologie sauvage" (1987, 262).

  • 20 Nous avons aussi repéré des paradigmes de mots finissant par -tel pour lesquels -tel est la troncat (...)

42Le fracto-morphème -tique contribue à la reconnaissance d'un procédé de créativité linguistique identifié assez récemment qui se fonde sur de nouvelles règles non encore clairement répertoriées dans la néologie lexicale contemporaine20.

Un phénomène linguistique productif

Productivité

43L'élément -tique participe à la créativité lexicale contemporaine. C'est un élément productif, puisqu'il entre dans la formation de nombreux néologismes. Le concept de productivité est entendu en ces termes par Guilbert :

[la] productivité [d'un élément] dans une période donnée, [est] mesurée par le nombre d'unités dans lesquelles il entre et par le mouvement de création et de disparition qui l'affecte dans cette période, décelée par l'extension de champs lexicaux nouveaux. (1975, 213)

  • 21 Corbin, 1987, p. 42.

44Tandis que pour Danielle Corbin, la productivité ne peut se mesurer à la "rentabilité discursive"21. En présentant des définitions de productivité chez plusieurs auteurs (Allen, Aronoff, Booij, Jackendoff, Halle), elle remarque que :

deux types de critères sont [...] invoqués, et interfèrent : un critère "quantitatif", s'appliquant aux bases et aux produits des règles, et un critère "qualitatif", lié à la régularité des dérivés produits ou au petit nombre de contraintes pesant sur les règles. (1987, 176-177)

  • 22 Corbin, 1987, p. 177.

45Bien que la notion de productivité soit "confuse et polémique"22, que -tique ne participe pas à la dérivation et qu'il ne soit pas à l'origine de créations linguistiques régulières, il nous semble possible de dire que c'est un élément productif et qu'il contribue à un phénomène linguistique contemporain particulier.

Une large diffusion

Une autonomie linguistique

46-Tique, par sa forme et par sa valeur sémantique semble aussi parfois le symbole d'une époque et on en arrive à parler des tiques, sans marque typographique ni trait de liaison, en employant une nominalisation :

tiques n. pl.  :
nom global donné plaisamment à la série des sciences et techniques nouvelles se terminant par ce suffixe. (passim)
On est envahi par les tiques. Pas les petites bêtes suceuses de sang [...], une nouvelle forme de parasites qu'on distingue à l'enflure du vocabulaire.
Le premier groupe des priorités [...] concerne [...] le choix jugé "facile" de filières conçues comme un "fourre-tout" capables d'accueillir "le monde des tiques".
(Le Monde, 10 juil. 1985, 17)

47Bien que cet emploi soit rare, le fait que -tique apparaisse en dehors d'un discours spécialisé, nous paraît être la marque de sa diffusion massive ainsi que de sa vulgarisation.

Un processus néologique vulgarisé

48Le processus de créativité lexicale qui apparaît ici (composition sous forme de mot-valise) semble bien intégré dans la compétence commune :

Le corpus des néologismes en -tique est quantitativement modeste [...] mais, il jouit d'une propriété peu courante : sa pénétration du milieu professionnel où il apparaît se double d'une adoption rapide par le grand public et d'une reconnaissance relativement rapide par les "instances officielles". (Ibrahim, 1986, 77)

49Chaque locuteur peut donc proposer des mots en -tique :

On pourrait se laisser tenter par ce jeu des néologismes et à chercher à appliquer ces tendances à une discipline directement dérivée de l'informatique, l'intelligence artificielle. [...] cette discipline largement fondée sur l'informatique pourrait s'appeler l'intellitique. (Otman, 1986, 41)

50Le mode de formation est productif non seulement dans des domaines spécialisés mais il peut s'étendre, puisque l'informatique est susceptible de s'attacher à des domaines très divers. Au-delà du domaine technique, le non-spécialiste peut  jouer avec ce procédé néologique comme le montre Claude Sarraute, dans un article du Monde :

balnéatique, bobartique, bouffetique, déambulatique, quiétique, rigolatique
(Le Monde 25 juin 1985, 48)

51Ces créations, dont la visée ludique est manifeste, ne s'appuient pas sur des référents ; elles soulignent la productivité du fracto-morphème -tique ainsi que celle d'un procédé de créativité lexicale qui est, dans ce discours journalistique, vulgarisé auprès du grand public.

Vers un sens plus large

52-Tique en se vulgarisant est exploité commercialement. Il existe plusieurs noms en -tique qui sont des noms déposés (bureautique, d'après le Petit Robert, éditique et productique d'après les auteurs du Cahier des termes nouveaux). Au cours de cette diffusion, il semble que la valeur dénominative évolue car elle va au-delà de "informatique" pour signifier "un rapport avec les technologies modernes" :

  • 23 La vidéocommunicatique est une discipline enseignée à l'université : le livre de Wallstein est écri (...)

La brèche ouverte par la "libération" de la bande FM, gagne en effet naturellement, par contagion, la télévision [...] [l'explosion de la vidéo], a sans doute été amplifiée par l'apparition des jeux vidéo et la vogue naissante des micro-ordinateurs qui enrichissent le poste de télévision d'une nouvelle fonction, celle de terminal de visualisation [...] C'est dans cette société en proie à une véritable fièvre de communication (certains ont même parlé de l'éclosion d'une nouvelle discipline, "la communicatique"23) que sont nées les vidéocommunications. (Wallstein, 1989, 11)

53Remarquons qu'aujourd'hui, le succès du mot informatique s'efface peu à peu devant celui de multimédia (Gesché, 1995).

Remarques Conclusives

54Le phénomène que constitue l'apparition de -tique a déjà été enregistré dans l'histoire du lexique :

L'apparition de nouvelles sciences et la transformation des techniques entraînent la formation de nouveaux lexiques [...] de nouveaux affixes naissent. La vulgarisation des techniques et la pénétration du vocabulaire scientifique dans la langue commune entraîne par la suite la vulgarisation de ces procédés morphologiques. Les suffixes caractérisent d'autant plus facilement un lexique spécialisé qu'ils tendent à prendre en matière scientifique un caractère international. (Wallstein, 1989, 11)
(Dubois, 1962, 66)

55Ce qui paraît être le cas pour l'informatique. Par ailleurs, l'apparition de -tron, déjà mentionnée,  est ainsi analysée par Jean Dubois :

Le suffixe récent -on/-tron a plusieurs origines. Il existe en minéralogie [...] un élément -on [...] En physique, il y a eu convergence de plusieurs modes de formation : en 1873, les physiciens français empruntèrent à l'anglais le terme ion que Faraday avait formé sur le grec iôn (allant). En 1891, le physicien anglais, Stoney créait le mot électron sur le grec elektrôn, ambre. Enfin, en chimie, un gaz rare était nommé argon (sur le grec argos) en 1894. Tous ces mots sont terminés en -on et c'est à partir d'eux que s'est développé le suffixe -on/-tron. Il n'est pas extraordinaire de voir un élément morphologique sortir d'un mot caractéristique qui devient le premier d'une série.[...] On peut parler de trois affixes -on : l'un sous la forme -tron (par coupe arbitraire d'électron) dans le vocabulaire de l'électricité et de la physique atomique... (1962, 66)

56En ce qui concerne notre étude, le "mot caractéristique qui devient le premier d'une série" est informatique, qui permet la création d'un paradigme de mots en -tique, formé de néologismes résultant de l'imbrication d'un nom et du terme informatique.

57Les néologismes ici répertoriés montrent que pour certaines créations linguistiques, plutôt que de proposer des séquences ex nihilo ou bien de reprendre des formants savants, il est possible de créer de nouveaux éléments par troncation de lexèmes existants. Ces fracto-morphèmes, avec la valeur dénominative du mot tronqué, participent à des compositions abrégées, les mots-valises.

  • 24 Reboul, à paraître.
  • 25 Ils ne sont pas des hapax ; ils sont reproduits par des locuteurs et sont enregistrés dans des dict (...)

58Ce procédé de composition qui, dans les corpus littéraires, donne naissance à des néologismes de discours24, sur un mode ludique, possède aujourd'hui un autre rôle, notamment dans les discours spécialisés : celui de dénommer des référents nouveaux. Les néologismes en -tique entrent dans l'usage et deviennent socialement établis25 et le mot-valise participe aux procédés de création néologique du français contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

CORBIN, D. (1987) Morphologie dérivationnelle et structuration du lexique, 2 vol., Tübingen, Niemeyer.

CORBIN, D. (1988) Pour un composant lexical associatif et stratifié, DRLAV 38, Université Paris VIII, pp. 62-92.

Dictionnaire des structures du vocabulaire savant, 1988, Cottez, H., Paris, Les usuels du Robert.

DUBOIS, J. (1962) Etude sur la dérivation suffixale en français moderne et contemporain. Essai d'interprétation des mots dans le domaine de la morphologie des mots construits, Paris, Larousse.

GESCHE, V. (1995) Le(s) multi-média(s) ?, La banque des mots 50, CILF, pp. 49-53.

GRESILLON, A. (1983a) Le mot-valise : régularités et irrégularités, étude d'un corpus de H. Heine, Doctorat d'Etat, Université Paris VIII.

GRESILLON, A. (1983b) Mi-fugue mi-raison. Dévaliser les mots-valises, DRLAV 29, Université Paris VIII, pp. 83-107.

GRESILLON, A. (1985) Le mot-valise : un "monstre de la langue" ?, La linguistique fantastique, sous la direction de Sylvain Auroux, Paris, J. Clims, Denoël, pp. 245-259.

GUILBERT, L. (1975) La créativité lexicale, Paris, Larousse.

HAGEGE, C. (1987) Le français et les siècles, Paris, Fayard.

HUMBLEY, J. et BOISSY, J. (1989) Cahier de termes nouveaux 1990, Paris, CILF.

IBRAHIM, A.-M. (1986) Les néologismes en -tique et en -ciel : radioscopie d'une réussite, Le français dans le monde 205, Paris, Hachette.

KLEIBER, G. (1984) Dénominations et relations dénominatives, Langages 76 - La dénomination, Déc. 1984, Larousse, Paris, pp. 77-94.

MORTUREUX, M.-F. (1984) La dénomination, approche socio-linguistique, Langages  76 - La dénomination, Déc. 1984, Paris, Larousse, pp. 95-112.

OTMAN, G. (1986) Technologies nouvelles cherchent néologismes, Le français dans le monde 202, Paris, Hachette, pp. 38-41.

Petit Larousse en couleurs, 1972, 1989, 1995, Dictionnaire encyclopédique pour tous, Paris.

Petit Robert, 1989, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris.

REBOUL, S. (1994) Le vocabulaire de la télématique. Du discours au lexique, Thèse de doctorat, Université Paris X (à paraître, Ed. Larousse).

REBOUL, S. Les mots-valises : de la création ludique à la dénomination, Actes du colloque : Jeux de mots et comique verbal,12-13 mai 1995, sous la direction de Michael Herrmann et Karl Hölz, Université de Trèves (à paraître).

REY-DEBOVE, J. (1987) Effet des anglicismes lexicaux sur le système du français", Cahiers de lexicologie 51, Didier-Erudition, pp. 257-265.

Robert Electronique, 1990, CD-ROM.

Robert Méthodique, 1985, 1989, Dictionnaire méthodique du français actuel, Paris.

TAYLOR, G. (1988) Etudes terminologiques et linguistiques - Infor-m-a-t-ique,  a study of "informatique" related "-ique" terms, Meta XXXIII, 4, Les presses de l'Université de Montréal, pp. 550-559.

TOURNIER, J. (1985) Introduction descriptive à la lexicogénétique de l'anglais contemporain, Champion - Slatkine, Paris, Genève.

TOURNIER, J. (1993) Précis de lexicologie anglaise, Nathan, Paris.

WALLSTEIN, R. (1989) Les videocommunications, PUF, Paris.

Haut de page

Annexe

Corpus26

BANCATIQUE : Ensemble des matériels et logiciels informatiques destinés à la gestion des banques.
(Otman, G., 1986, Technologies nouvelles cherchent néologismes, Le français dans le monde 202, p. 40)

BILLETIQUE : Informatique appliquée à la billeterie.
(Le dictionnaire, 1991, Hachette)

BIOTIQUE 2. : Ensemble des techniques de l'informatique, de l'électronique et de l'automatique appliquées à la biologie, ainsi que des applications de la biologie à la réalisation d'outils informatiques. (Vocabulaire des biotechnologies, 1987, CESTA)

BUREAUTIQUE : n. f. (1976 nom déposé de bureau et [informa]tique)
Application de l'informatique, de la télématique, aux travaux de bureau. (Petit Robert, 1989)

DOCUMENTIQUE : Discipline qui applique systématiquement les techniques de l'informatique au traitement de la documentation. (Néologie lexicale 2, GRIL, Université Paris VII, déc. 87)

DOMOTIQUE : n. f. (1984 du rad. du latin domus "maison", et -tique d'après informatique). Ensemble des techniques de gestion automatisée appliquées à l'habitation (confort, sécurité, communication). (Petit Robert, 1992)

EDITIQUE : Ensemble des outils de bureautique liés à l'édition.
Pierre Hallé, PDG du groupe Mikros : "Le mot éditique est, en fait, la réunion des mots édition et informatique. Nous l'avons créé pour garder des services que nous apportons à l'entreprise dans le cadre d'une nouvelle gestion de son édition".
(Dynasteurs, juillet 1986, 14) ; (Humbley, J. et Boissy, J., 1990, Cahiers des termes nouveaux, CILF)

MONETIQUE : n. f. (1983 du rad. monétaire et [informa]tique)
Ensemble des moyens informatiques et électroniques mis en oeuvre pour automatiser les transactions bancaires (cartes de paiement, de retrait, transfert électronique de fonds).
Adj. La gestion monétique. (Petit Robert, 1992)

PRIVATIQUE : n. f. (1982 de privé sur le modèle de télématique)
Ensemble des supports de communication audiovisuelle autonomes qui ne sont pas tributaires d'un réseau (magnétoscope par exemple). (Petit Robert, 1992)

PRODUCTIQUE : n. f. (1980, de production d'après informatique) Application informatique aux processus économiques de production. (Petit Robert, 1992)

TERMINOTIQUE : Ensemble des techniques visant l'utilisation de l'ordinateur mises au service du terminologue.
Indiscutablement, la terminotique ou terminologie informatisée ... (Gouadec Daniel, 1987, Les horizons de la terminotique, Méta 6, p. 130) in (Humbley, J. et Boissy, J., 1990, Cahiers des termes nouveaux, CILF)

TRADUCTIQUE : Elle comprend l'aide à la traduction, l'aide à la rédaction, l'analyse de textes par ordinateur (ATO) et la traduction automatique. (Humbley, J. et Boissy, J., 1990, Cahiers des termes nouveaux, CILF)

URBATIQUE : Ensemble des technologies nouvelles de l'informatique, de la communication et des télécommunications appliquées à l'urbanisme.
(Dictionnaire de domotique, 1990, Eyrolles)

Haut de page

Notes

1 Accepté dès 1966 par l'Académie française, le mot informatique est présenté et diffusé dans la presse quotidienne : "Mondialement répandu, le travail automatique de l'information, désigné en France par un néologisme formé par la contraction du substantif information et du qualificatif automatique..." (Le Monde, 31 mai-1er juin 1970, Nicolas Vichney).

2 Informaticien/ienne, informatiquement, informatisable, informatisation, informatiser (Petit Larousse, 1995).

3 Micro-informatique, mini-informatique, péri-informatique, téléinformatique : nous reprenons ici les exemples proposés par le Robert électronique, en soulignant la difficile répartition entre dérivés et composés(Dubois, 1962, p. 2).

4 Voir corpus et Reboul, 1994.

5 Voir le corpus.

6 Sur le modèle d'informatique ou de télématique, nom puis adjectif.

7 Nom masculin, vers 1960 (Petit Robert, 1989).

8 Petit Robert, 1989.

9 Bio-, du fait de sa valeur sémantique dans le mot-valise, se distingue de l'élément bio- qui signifie "vie", par exemple dans "biologie", "biographie"...

10 "Le signifié du mot-valise s'obtient par une opération qui établit un rapport de co-prédication entre les signifiés des constituants A et B..." (Grésillon, 1983b, p. 89).

11 Le fait que le premier terme soit tronqué à la finale [o] permet à ces néologismes d'être rapprochés illusoirement de composés savants.

12 Taylor, 1988.

13 Taylor, 1988, p. 550.

14 Glen Taylor parle de "new suffix", avec la notion de "l'informatique appliquée à".

15 Ce phénomène est déjà reconnu et souligné. Voir ci-dessous Guilbert, 1975 ; Dubois, 1962 et Cottez in Dictionnaire des structures du vocabulaire savant, 1988.

16 Informatique = information + automatique.

17 Remarquons que les mots en -tique sont d'abord des noms ; ils peuvent devenir ensuite des adjectifs ; la liste des mots en -tique est composée de noms susceptibles de devenir des adjectifs.

18 Adams, V. (1973) : An Introduction to Modern English Word-Formation, Longman, London : "c'est l'un des rares ouvrages consacrés à la lexicogénèse de l'anglais par un anglophone [...] il n'y [est] pas question de néologie sémantique. Seules les matrices de construction, la formation onomatopéique et la réduction morphologique sont étudiées." (Tournier, 1985, p. 457)

19 Tournier remarque que les fracto-morphèmes "existent aussi en français, mais plus rarement, et surtout dans des mots empruntés à l'anglais, comme eurodollar et petrodollar", où euro et petro sont des fracto-morphèmes représentant respectivement Europe(an) et petroleum (Tournier, 1993, 56). Mais dans le cas de -tique, troncation de informatique, il ne s'agit pas d'un emprunt.

20 Nous avons aussi repéré des paradigmes de mots finissant par -tel pour lesquels -tel est la troncation de minitel (Reboul, 1994).

21 Corbin, 1987, p. 42.

22 Corbin, 1987, p. 177.

23 La vidéocommunicatique est une discipline enseignée à l'université : le livre de Wallstein est écrit en collaboration avec Gérard Bouhot, professeur à l'Université Paris - Val de Marne, directeur du département de communicatique.

24 Reboul, à paraître.

25 Ils ne sont pas des hapax ; ils sont reproduits par des locuteurs et sont enregistrés dans des dictionnaires usuels.

26 Nous ne présentons ici qu'une partie du corpus in (Reboul, 1994).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Reboul, « L'essor contemporain de l'élément linguistique -tique », Linx, 8 | 1996, 53-70.

Référence électronique

Sandrine Reboul, « L'essor contemporain de l'élément linguistique -tique », Linx [En ligne], 8 | 1996, mis en ligne le 13 juillet 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://linx.revues.org/1143 ; DOI : 10.4000/linx.1143

Haut de page

Auteur

Sandrine Reboul

Université Paris X
37 bis, rue Massenet
78500 Sartrouville

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org