Navigation – Plan du site

La majuscule dans Les Fourberies de Scapin (édition de 1674)

The capital letter in Les Fourberies de Scapin (published in 1674)
André Eskénazi
p. 87-102

Résumés

Formant le projet d’étudier la répartition de la minuscule et de la majuscule dans Les Fourberies de Scapin (à partir, par exemple, d’oppositions telles que « le ha∫ard », « mon de∫tin », « une méchante de∫tinée » – « la De∫tinée »), un adepte de la psychosystématique postule que les réalisations discriminées selon ces marques typographiques figurent sur les vecteurs antithétiques d’un double tenseur. À gauche d’un seuil d’inversion du mouvement, un vecteur marchant à l’étroit (avant) paraît propre à recevoir les réalisations avec une minuscule initiale ; à droite, un vecteur marchant au large (après), les réalisations à majuscule. La légitimité de ce parti est vérifiée par l’examen de toutes les manifestations de l’opposition minuscule-majuscule qu’on relève dans le corpus.

Haut de page

Texte intégral

1Le texte de 1674 est reproduit tel quel. Nous avons travaillé sur l’exemplaire conservé à la Réserve de la Bibliothèque nationale et sur une photographie de ce document.

  • 1 Que le vecteur d’avant marche à l’étroit et le vecteur d’après au large est révélé par la langue mê (...)

2Un adepte des théories guillaumiennes qui entreprend d’étudier la répartition de la minuscule et de la majuscule ne peut manquer de situer les unités qui s’opposent selon ces marques typographiques sur les vecteurs antithétiques d’un double tenseur. À gauche d’un seuil d’inversion du mouvement (S), un vecteur décrivant un mouvement décroissant, fermant, convergent, intériorisant (avant), les unités pourvues d’une minuscule initiale ; à droite, sur un vecteur décrivant un mouvement croissant, ouvrant, divergent, extériorisant (après), les unités pourvues d’une majuscule1 ; en figure :

3I, 1 Cette situation rend compte de tous les emplois de la majuscule, dont les plus immédiatement évidents sont l’usage de ce signe à l’initiale du premier mot de la phrase, lequel amorce un mouvement ouvrant, et à l’initiale des noms propres.

4Alors que la collectivité humaine est autrement désignée par des signifiants à majuscule initiale — « le plus infortuné de tous les Hommes » (I ii, p. 206) ; « Se moque-t-il des Gens ? » (II v, p. 243) —, on lit « le vulgaire ignorant » (I ii, p. 207). C’est peut-être en raison du sémantisme du qualificatif (voir I, 5) ; c’est plus probablement en raison du sémantisme du substantif, le commun précédant le particulier, qui s’en démarque, et non l’inverse. Aussi les noms propres (démarqués des noms communs, donc figurés sur un vecteur centrifuge) sont-ils pourvus d’une majuscule, qu’ils soient employés comme tels — « Géronte », « Tarente », « un jeune Turc »… — ou comme adjectifs — « langage Gacon » (III ii, p. 269) ; « Galere Turque » (II vii, p. 253 ; III iii, p. 275)… —. Cette constante ne souffre pas d’exception. On situe également sans hésitation « Seigneur » sur le vecteur de droite : le terme distingue l’individu désigné et accompagne un nom de personne — « Seigneur Geronte » (II vii, p. 252) — ; nous l’avons relevé avec une majuscule initiale 24 fois sur 24. Pour la même raison, seuls sont attestés (93 fois en tout) « Monieur » et « Me∫∫ieurs ».

5Sont semblablement discriminées du commun les puissances transcendantes (marche au large) qui passent pour régler le sort des humains : « les feux de l’Amour » (I ii, p. 208) ; « La Detinée a voulu que je me trouva∫∫e parmy une Bande de ces Per∫onnes, qu’on appelle Egyptiens » (III iii, p. 274). Lorsque le référent de ces désignations est immanent, on rencontre la minuscule : « Une méchante detinée conduit quelquefois les Peronnes » (II vii, p. 255 ; voir aussi les exemples 34 et 35).

  • 2 Le hazard « fait », la De∫tinée« veut », et seule la De∫tinée est attachée au gouvernement des huma (...)

6En face de « la Detinée », on trouve « le hazard » parce que le hasard n’est qu’une force aveugle qui intervient ponctuellement, sans aucun plan concerté : « […] & le hazard a fait, ce que la prudence des Peres avoit déliberé » (III viii, p. 282)2.

7I, 2 Les désignations des êtres uniques, lesquels sont discriminés de l’ensemble des êtres appartenant à une espèce, comportent majoritairement une majuscule initiale ; nous avons relevé « Ciel » 16 fois sur 16 ; « Enfer » (II v, p. 246) ; « Oh qu’il aille au Diable » (II v, p. 244), « Traitre de Turc à tous les Diables » (II vii, p. 259).

8Nous avons relevé « la Mer » une fois (I iii, p. 213) et « en Mer » 3 fois (II vii, p. 254 ; III iii, p. 275 et 276), mais « à terre » (III iii, p. 275 ), avec une préposition marquant le contact minimal (en, qui comporte un trait de plus, est un après). Les deux milieux désignés sont accessibles à l’homme mais terre désigne un milieu étroit, immanent, et mer un milieu large, transcendant, ce que confirme la possibilité d’« en pleine Mer » (II vii, p. 254), auquel ne correspond pas *« à (en) pleine terre ». Que le syntagme prépositionnel vienne toutefois à s’étoffer, et la majuscule s’impose avec terre, qui désigne aussi un être unique : « au centre de la Terre » (III ii, p. 269). La pertinence de l’argument est confirmée en II, 5.

9Le siège de la société humaine est désigné comme « le Siecle » — « l’ingratitude du Siecle » (I ii, p. 207) — et le « Monde » : I iv, p. 223 ; II v, p. 246 et 247, et

1) I iii, p. 214 J’ay fait de grands ermens de ne me meler plus du Monde.

10Le type « les plus pirituelles du Monde » est attesté 6 fois, mais nous avons relevé 4 fois le même type avec « monde » :

2) I ii, p. 210 […] & a douleur etoit la plus belle du Monde~
I iv, p. 220 Ah, ah, voici une raion la plus belle du monde ;

3) II vii, p. 254 […] & beu du Vin que nous avons trouvé le meilleur du Monde~

11C’est que monde, dans ces suites, n’est pas présent avec la totalité de ses traits. Le critère tangible de cette perte, c’est que du monde peut s’échanger avec un autre type :

  • 3 Voir encore I ii, p. 208 ; III iii, p. 273.
     Le même argument vaut pour expliquer le type « que dia (...)
  • 4 Cet échange étant exclu avec au monde, nous lisons
     5) I iii, p. 215 […] par tout ce qui vous e∫t l (...)

4) II vii, p. 253-254 [il] nous a donné la Colation, où nous avons mangé des Fruits les plus excellens qui e pui∫∫ent voir3, & beu du Vin que nous avons trouvé le meilleur du Monde4.

  • 5 La minuscule s’impose à plus forte raison lorsqu’il n’y a pas de superlatif caractérisé dans la col (...)

12La répartition de « du Monde » et de « du monde » obéit à des règles très précises. Lorsque le superlatif, transcendance du positif, inscrit par définition sur le vecteur ouvrant, n’est pas en contact immédiat avec son complément, cette transcendance est moins apparente que dans la situation contraire5 ; les compositeurs choisissent la minuscule 2 fois sur les 3 où le cas se présente :

7) 3) II v, p. 245 […] un soufflet au meilleur droict du monde. […] les plus grandes précautions du monde […]~
III ii, p. 268–269 L’invention et bonne. — La meilleure du Monde.

13Si, une fois, nous avons la suite / superlatif + substantif + « du Monde » /, c’est par l’effet de l’inertie du discours : le substantif commence par une majuscule dans « le plus vilain Homme du Monde » (III iii, p. 275). Notre propos paraît un instant contredit par

8) III ii, p. 266 mais vous courez maintenant, vous le péril le plus grand du monde.

14Ce témoignage nous conduit à préciser que « du Monde » n’est attesté que lorsque l’adjectif au superlatif postposé évalue la qualité :

9) II vii, p. 253 […] une digrace la plus étrange du Monde

I ii, p. 208 […] paroles […] les plus pirituelles du Monde.

  • 6 L’opposition « bien de l’argent » (article)~« beaucoup d’argent » (article zéro) apporte le témoign (...)

15La quantité précède idéellement la qualité selon la hiérarchie mesurable~non mesurable, le second se démarquant du premier6.

16Le jeu sur « la plus belle du Monde »~« la plus belle du monde » s’explique enfin aisément : dans le premier cas, belle est pris “au sens figuré”, qui, mettant en jeu moins de traits, est associé à la décroissance de tension ; dans l’autre, l’adjectif est présent avec tout son contenu. Voir II, 2.

17I, 3 Une autre application de cette distribution apparaît dans l’opposition

10) III vi, p. 279 Le pendard de Scapin, par une fourberie, m’a attrappé cinq cens Ecus

  • 7 La reprise d’une mention antérieure produit un effet d’incidence interne incompatible avec la majus (...)

18Lorsque la désignation est engagée dans le discours (référence interne), elle comporte une minuscule initiale ; lorsqu’elle en est dégagée comme constituant une citation (référence externe), elle est ouverte par une majuscule. Mais surtout, le signifiant « Fourberies » est expressément donné comme disconvenant (mouvement centrifuge) au signifié. Au contraire, il y a convenance explicite (mouvement centripète) entre les signifiants et les signifiés dans « gentille∫∫es d’Eprit » et « galanteries ingenieues »7.

19I, 4 On comprend que l’unité qui désigne un déplacement, un mouvement vers l’extérieur soit transcrite avec une majuscule initiale :

12) 33) I ii, p. 208 […] un Voyage qui regarde certain commerce où leurs interets ont me∫lez.

20I, 5 Les mots cœur (21 occurrences) et ame (I ii, p. 210 et 211) apparaissent 21 fois avec une minuscule initiale ; « Cœur » est attesté avec une qualification qui marque un dynamisme, une transcendance (vecteur de droite) : on opposera « ces aimables chainesdont deux cœurs ∫e lient en∫emble » (III i, p. 264 ) ; « ces cœurspuillanimes » (III i, p. 266) et « un Cœur amoureux » (I i, p. 203) ; « un noble Cœur » (I v, p. 226). On opposera peut-être de même (voir cependant la note 21) « ce noble Metier » (I ii, p. 207) et « le metier de Coureue » (III x, p. 285).

  • 8 On trouve un grand nombre de noms d’agent, d’institution et de fonction dans II iv, p. 244 et suiva (...)

21II, 1 La hiérarchie nature (avant)~culture (après) explique que les désignations de l’être humain et de toutes les réalités qui y sont associées soient attestées avec une majuscule, l’être humain étant celui qui instaure et organise l’état de culture, comme maître et possesseur de la nature. Nous avons ainsi relevé « Homme », « Femme » (“personne du sexe” et “épouse”), « Vieillard » ; « Pere » — et l’adjectif « Paternel » (I iv, p. 225 ; III i, p. 264) —, « Fils », « Fille » (corrélatif de fils et “personne du sexe”) ; « Ami », « Amant », « Parti » (III i, p. 264) ; « l’Objet de es vœux » (I ii, p. 209) ; « Gens », « Famille », « une Bande de ces Peronnes […] » (III iii, p. 274) ; « Ah, ah, Jeune∫∫eimpertinente » (II v, p. 240) ; « votre Sexe » (I iii, p. 213) ; « Serviteur », « Gouvernante » (I ii, p. 211), « Matelot » (II i, p. 227), « Procureur »8 ; « Colation », « Mariage », « Jutice »…

  • 9 Ces désignations correspondent à des états reconnus sinon acceptés : dans la liste des personnages, (...)

22Nous avons également relevé des désignations qui ne font pas référence à un état permanent, ou à un statut reconnu par la société : « cette (son) […] Affligée » (I ii, p. 210 et 211) ; « cette Mourante » (I ii, p. 210) ; « un Innocent » (I iii, p. 216) ; « une Inconnuë » (I iv, p. 220 ; III xi, p. 286) ; « un (des) Voleur(s) » (II iii, p. 234 ; II vii, p. 258 ) ; « un Fourbe » (II vi, p. 251) ; « un Sot » (II vi, p. 251) ; « un Barbare l’auroit aimée » (I ii, p. 210) ; « Pete oit du Butor » (I ii, p. 212), « Pete oit du Baragoüineux » (II ii, p. 271)9 ; « Loup-garou »(II iii, p. 235) ; « Animaux ravi∫∫ans » (II v, p. 245)…

23Les désignations de l’espace politique commencent aussi par une majuscule : « Païs » (I iii, p. 213 ; II v, p. 242 ; II vi, p. 249 ; « Province » (III iii, p. 273 — deux fois —).

  • 10 Les désignations des éléments corporels, qui appartiennent à l’ordre naturel, comportent en revanch (...)
  • 11 On lit « ∫on e∫prit » (I ii, p. 208) parce que le terme désigne ici une qualité rapportée à un indi (...)

24Tout comme les désignations des êtres réalisés, élevés ou conquis par l’homme : « Lettre » (I i, p. 204), « Ville », « Maion », « Salle », « Table » (III xii, p. 290), « Jupe », « Quartot de Vin » (II iii, p. 233), « Marteau », « Montre », « Ane » (II v, p. 245 )10… On joindra à la liste « Je n’entens point cette Enigme » (II i, p. 229), une énigme étant un jeu de société, un produit de l’« Eprit » — il va de soi que la désignation de la puissance qui permet d’instaurer l’état de culture comporte une majuscule (I ii, p. 207)11 —.

25Un certain nombre d’exceptions ont été relevées, dont la réduction n’est pas toujours immédiatement évidente.

26II, 2 La perte de traits, qui entraîne la perte du statut de nom exclut l’usage de la majuscule — l’être linguistique “tombé au-dessous de lui-même”, subduit, comme disait Guillaume, est représenté sur le vecteur décroissant —. En face de 12 occurrences du substantif déterminé « Maitre », nous avons relevé « Il et vray que tu es maitre de tes épaules » (III i, p. 265). En face de 20 occurrences du substantif « Personne », nous avons relevé 4 occurrences de l’indéfini, dont deux comportent une majuscule initiale, et deux une minuscule. Avec la majuscule, « Peronne » a encore assez de matière pour servir de support à une relative (voir, pour un fait semblable, IV, 4, ex. 43) :

13) I ii, p. 210 […] & il n’y avoit Peronne qui n’eut l’ame percée, de voir un i bon naturel
II vii, p. 252 N’y a-t-il Peronne qui pui∫∫e me dire où et le Seigneur Geronte ?~

14) III ii, p. 267 Il e retourne, & fait emblant d’aller voir au bout du Theatre s’il n’y a peronne
III ii, p. 268 Non, non, non, non, ce n’et peronne.

27On trouve également la minuscule lorsqu’il y a emploi « figuré » d’un terme, sans changement de catégorie. Ainsi opposerons-nous

  • 12 Pour « Serviteur », voir encore II iii, p. 235 ; II vii, p. 255 ; III ii, p. 268.

15) III iii, p. 275 […] l’indutrie d’un Serviteur qu’il a […] Pour le nom du Serviteur, je le çay à merveille12~
II iii, p. 232 ; II v, p. 240 Monieur, votre erviteur ;

16) II vii, p. 253 […] la Colation, où nous avons mangé des Fruits les plus excellens qui e pui∫∫ent voir~
I iii, p. 216 Et-ce-là le fruit de mes oins, Maraut, et-ce-là le fruit de mes oins ?

  • 13 On a relevé « Galere » 18 autres fois ; pour « E∫quif », voir encore III iii, p. 275 ; « Vai∫∫eau »(...)

17) II vii, p. 254 il a fait mettre la Galere en Mer, & e voyant éloigné du Port, il m’a fait mettre dans un E∫quif […]13~
I iii, p. 214 je te conjure de tout mon cœur de prendre la conduite de no∫tre barque ;

18) III i, p. 264 […] ces aimables chainesdont deux cœurs e lient enemble ;

19) III iii, p. 279 Je veux qu’il me fa∫∫e raion de la piece qu’il m’a joüée.

28On citera encore les emplois figurés de « filets » (II vi, p. 252) et de « na∫∫e » (III viii, p. 282), l’image « lever le maque » (III x, p. 283), les métonymies « auver des fers » (II vii, p. 254 ), « aimer juqu’au tombeau » (I iii, p. 213).

29II, 3 Il va de soi que le sous-multiple d’une unité monétaire soit désigné par un signifiant à initiale minuscule : nous avons relevé sans exception « Ecus » (17 fois), « Pitoles » (20 fois), « Louis » (III ii, p. 269), mais « livres ». On comprend de même qu’une faible valeur soit mesurée en « francs » :

20) II vii, p. 255-256 Sçait-il bien ce que c’et que cinq cens Ecus ?— Ouï, Monieur, il çait que c’et mil cinq cens livres. — Et croit-il, le traitre, que mil cinq cens livres e trouvent dans le pas d’un cheval ?

21) ibid., p. 256 Je n’aurois pas cent francs de tout ce que vous dites.

  • 14 P. 258 « ∫a bour∫e », « la bour∫e » ; p. 259 « remet la bourbe dans ∫a poche », « dans vo∫tre poche (...)

30On ajoutera qu’en face de « Sac », attesté 13 fois sur 13 (II v, p. 247 et 12 fois dans III ii), on a « boure » 3 fois sur 3 (dans les indications scéniques de II vii), et « poche » (dans une indication scénique de II vii et dans le texte de Scapin)14.

31II, 4 La continuité futaine précédant la confection d’individus, il va de soi que la désignation comporte une minuscule, et les désignations des pièces qui en sont extraites des majuscules ; pour la même raison, le collectif non nombrable habillement est figuré sur le vecteur convergent, cependant que les individus qui constituent la collection sont désignées par des unités représentées sur le vecteur divergent, propre à figurer l’analyse, la pluralité externe ; ainsi s’opposent « habillement » et « Jupe », « Bra∫∫ieres ». L’hyperonyme, qui coiffe les désignations particulières, et comporte moins de traits qu’elles, est de même inscrit sur le vecteur décroissant ; « coiffure » s’oppose donc à « Cornette » :

22) 32) I ii, p. 209 elle n’avoit pour habillement qu’une méchante petite Jupe, avec des Bra∫∫ieres de nuit qui etoient de imple futaine ; & a coiffure etoit une Cornette jaune.

L’opposition hyperonyme~hyponyme explique de même l’opposition « lieu »~« Batiment » (III xii, p. 287), « Theatre » (6 fois sur 6), « Logis » (5 fois sur 5), « Maion » (6 fois sur 6), « Salle » (I ii, p. 209), « Cave » (II iii, p. 235), « Grenier » (II vii, p. 256), « Ruë », « Port » (4 fois sur 4), « Ville » (5 fois sur 5) :

23) I ii, p. 209 […] une petite Maion d’une Ruë écartée~

24) III ii, p. 272 Courons toute la Ville. N’oublions aucun lieu.

  • 15 I iii, p. 216 (neuf fois) ; I iv, p. 219 ; I iv, p. 225 ; II iii, p. 232 ; II iii, p. 233 (deux foi (...)

32L’attestation de « le traitre » (II vii, p. 256) et de « traitre ! » (II ii, p. 231 ; II iii, p. 233 et 235) en face de 26 adresses15 contenant d’autres termes d’injure avec une majuscule initiale se justifie de même : tout « Fripon », tout « Coquin » est un « traitre » :

25) II iii, p. 233 Ce que tu m’as fait, traitre ?~

  • 16 Dans la triple adresse « Ah infame ! ah trai∫tre ! ah celerat ! » (II ii, p. 272), c’est probablem (...)

26) I iv, p. 225 Va-t-en, Pendard, va-t-en me chercher mon Fripon
II iii, p. 233 Oüy, Coquin, je çay le trait que tu m’as joüé
II iii, p. 236 Oüy, Fripon16.

33On ajoutera qu’argent est l’hyperonyme de « Pitoles », « Ecus », « Louis »… ; on lit donc exclusivement « argent » (II v, p. 241, p. 242 — deux fois —, p. 243, p. 246).

34II, 5 Si on a une minuscule dans l’expression figée « dans le pas d’un cheval » (II vii, p. 256), c’est que cheval n’image ici que le quadrupède, et ne comporte pas le trait “conquête de l’homme, vouée à une fonction instituée”. Ce dernier effet est réalisé dans « Il me faut un Cheval de ervice » ; « un Chevalpour on Valet » ; « […] pour le Mulet, on Cheval, & celui de on Homme, pour le Harnois et les Pitolets » (II v, p. 243, 244, 246).

  • 17 C’est la raison pour laquelle l’épée appartient à la catégorie des armes dites de nos jours blanche (...)

35L’épée n’est pas mentionnée dans l’équipement du spadassin : c’est l’outil implicite, immanent du « Brave de profe∫∫ion », lequel jure « par l’épée que je porte » (II vi, p. 249), appartient à la catégorie des « Gens qui ont tous coups d’épée » (II v, p. 242), des « Gens dépée » [sic] (II ii, p. 267) : mentionnée 11 fois, elle est toujours « épée ». L’épée est en effet une arme banalisée, à la disposition du vulgaire, des simples particuliers — « Voilà leur épée de chevet : de l’argent » —, et sans portée : le contact entre l’arme et la cible est immédiat, comme celui du poignard — « poignard » figure en III iii, p. 276 —, et du bâton, arme d’occasion dépourvue de toute spécificité — « baton » est attesté 17 fois dans Scapin —. Au contraire, le pistolet, instrument en usage dans un milieu discriminé (mouvement centrifuge), l’« Armée » (II v, p. 243), et disposant d’une portée (ce que représente aussi la marche au large), est une arme transcendante17.

36Nous retrouvons l’opposition immanence (minuscule)~trancendance (majuscule) dans l’opposition « gibet »~« Galeres ». La peine du gibet est une peine prononcée par le premier venu et immédiatement applicable — on peut, sans autre forme de procès, « envoy[er] » quelqu’un « au gibet avant qu’il oit demain » (III iii, p. 276), non pas aux galères, et seul le séjour aux Galeres a une épaisseur (marche au large) : « trois ans de Galere » (I v, p. 226) —. Ainsi s’explique que l’on rencontre aussi « batonnade » et « étrivieres »(II v, p. 241). L’argument qui nous a permis (voir I, 2) de discriminer « terre » et « Mer » confirme donc ici sa validité.

37Le mot clef ne comporte pas de majuscule initiale. Pièce assortie à la serrure, et non à l’être dont la serrure assure la sécurité, amovible de surcroît, la clé n’est pas un attribut de l’armoire ou du grenier, comme le sont la porte, la corniche ou la charpente :

29) II vii, p. 256 Tien, voila la clef de mon Armoire […] Tu trouveras une gro∫∫e clef du coté gauche, qui et celle de mon Grenier […] SCAPIN en lui rendant la clef […].

38En revanche, les agents qui assistent le tailleur de pierre et le procureur sont dotés d’une vocation particulière à les compléter : de là « un Marteau de Tailleur de Pierre »(III xii, p. 287) ; « le Clerc du Procureur » (II v, p. 245).

39II, 6 Les désignations des créations de l’« Eprit » à vocation clandestine ne peuvent figurer sur le vecteur ouvrant, auquel est associé le trait “publicité”. Ainsi s’explique la minuscule dans « machine », « rue », « tratagême », « fourberie » (I ii, p. 207 et 212 ; I v, p. 226 ; II iv, p. 239 ; III i, p. 265 ; III iii, p. 275).

40L’éducation étant une affaire privée, laissée à l’initiative des parents, on lit « l’éducation des Enfants » dans II ii, p. 227.

41III S’agissant des désignations de l’être non humain, l’affinité qui associe la relation interne et la minuscule explique la combinaison fréquente d’un substantif à initiale minuscule et l’expression de la relation “possessive” (en fait de la relation interne) :

30) II vii, p. 256 Tu iras prendre toutes les Hardesqui ont dans cette grande Mane~
III ii, p. 271 Ce ont hardes qui m’appartiennent ;

31) III iii, p. 276 […] quatre ou cinq vieux Habits~
II iii, p. 234 Je revins au Logis mes habits tout couverts de bouë ;

  • 18 Voir aussi, pour ∫a poche, la note 14.

32) 22) I ii, p. 209 acoiffure estoit une Cornette jaune~
I iv, p. 226 Enfonce ton bonnet en méchant Garçon18 ;

33) 12) I ii, p. 208 […] un Voyage qui regarde certain commerce où leurs interets ont melez~
I iv, p. 219 Votre voyage a-t-il eté bon ?

  • 19 *« Le De∫tin » n’est pas attesté dans les Fourberies : l’affranchissement d’un objet spécifique, in (...)

34) III iii, p. 274 La Detinée a voulu que je me trouva∫∫e parmy une Bande de ces Peronnes, qu’on appelle Egyptiens~
I iv, p. 220 [deux fois] a detinée ; II v, p. 241 mon bon detin ;III i, p. 263 nos detins19 ;

35) I ii, p. 208 […] les feux de l’Amour~
II iv, p. 238 mon amour ; I ii, p. 208 on amour ; I iii, p. 213 l’amour que j’ay pour vous ; I iii, p. 236 votre amour.

42L’attestation de « a Maion » (II v, p. 241) ; « votre Maion » (III ii, p. 267 ; III ii, p. 268 ; III iii, p. 278) ; « votre Logis » (III ii, p. 266) ; « mon Armoire » ; « mon Grenier » ; « mon Païs » (I iii, p. 213) ; « on Mulet » ; « on Cheval » (II v, p. 244 et 246) ; « mon Vin » (II iii, p. 234) nous amène à préciser les conditions d’emploi de la minuscule avec le “possessif” : il faut que l’être “possédé” soit attaché à son support, confondu (vecteur convergent, avant) avec sa personne, ce qui est le cas du destin, de l’amour, du voyage (point de voyage sans voyageur), des vêtements, des coiffures, non des êtres situés dans l’espace extérieur (vecteur centrifuge, marche au large, majuscule). Le « ma Montre » de II iii, p. 236 confirme ce que nous avançons. Cette montre, Léandre la destine à l’Égyptienne ; il n’entretient donc pas avec un contact réel : elle demeure extérieure à sa personne physique, et ne lui est qu’idéellement associée.

43IV, 1 Avec les désignations de l’être humain, la combinaison de la désignation et du “possessif”, sauf situations particulières, n’entraîne jamais l’emploi de la minuscule : nous avons dénombré 137 occurrences de signifiants commençant par la majuscule. Il n’y a d’exception que dans le « votre erviteur » de Scapin (ex. 15), où la minuscule s’impose parce que serviteur est ici à prendre au “figuré” — la majuscule ne conserverait pas le sel de la plaisanterie — et dans « vous faiiez votre drôle » (I iv, p. 221), suite où le substantif est affecté de la minuscule alors même que le déterminant n’est pas le possessif — « Ah toy faire le trole » (III ii, p. 271) ­— ; voir sur ce point IV, 5.

  • 20 Le caractère fictif de la fonction, et l’inscription du signe sur le vecteur décroissant est marqué (...)

44IV, 2 Les constructions où, d’une manière ou d’une autre, est marquée la confusion entre un actant A et un actant B sembleraient vouées à ne contenir que des noms d’actants figurés sur le vecteur convergent. Cette relation n’entraîne pourtant pas l’usage de la minuscule dans le cas d’actants reconnus, et dont le statut est déclaré. Nous avons relevé « Je uis Homme conolatif » (I ii, p. 206) ; « on n’a gueres veu d’Homme qui fut plus habile Ouvrier de re∫∫orts & d’intrigues » (I ii, p. 207) ; « nous ommes grands Amis » (I ii, p. 208) ; « Ah pourquoy faut-il qu’il oit Fils unique ? » (I iv, p. 225) ; « tu es un grand Homme » (I v, p. 226) ; « […] cet Argante qui et Pere d’Octave » (II vi, p. 248) ; « Vous etes Ennemy, Monieur, de ce faquin d’Argante ; Eh ? » (II vi, p. 249) ; « je neuis point Peronne à reculer » (III i, p. 262) ; « on t’emmene Eclave en Alger » (II vii, p. 257) ; « […] pour la faire mon Heritiere » (I iv, p. 225). Marque semblablement la confusion le syntagme “agir en —” : « vous prenez les choes trop en Philoophe » (I iv, p. 221) ; « nous partagerons les perils en Freres » (I v, p. 226), et même, quoique l’actant n’appartienne pas à la société réelle, « Marche un peu en Roi de Theatre » (I v, p. 226)20. On note en revanche la minuscule lorsque l’actant est un être dont l’état n’est pas communément accepté, mal engagé de ce fait sur le vecteur ouvrant. On opposera alors la visée extériorisée de l’adresse (majuscule) et la visée intériorisée marquée par les syntagmes où les deux actants sont confondus :

36) I iii, p. 216 Comment, Pendard, Vaurien, Infâme, Fils indigne d’un Pere comme moy !~

37) 41) III ii, p. 269 Le Seigneur Geronte, Monieur, n’et ni fat ni maraut ni belître
III iii, p. 276 Je dis que le jeune Homme et un pendard, un inolent[…] Que l’Egyptienne et une malaviée, une impertinente […] Et que le Valet et un celerat […] ;

38) II vii, p. 255 […] que d’aller recevoir un mierable comme moy, à la place de votre Fils.

45On adjoindra à ces cas l’opposition d’une vision spatialisée et d’une vue intériorisée contenue dans

39) II vii, p. 254 Vous me le promettez devant Témoin ?— Oüi~

40) I iv, p. 221 Les jeunes Gens ont jeunes, & n’ont pas toute la prudence qu’il faudroit, pour ne rien faire que de raionnable ; témoin notre Léandre, qui, malgré toutes mes leçons […]
II vii, p. 257 Mais le Ciel me era témoin que j’ay fait pour toi tout ce que j’ay pû.

46L’état de témoin n’est pas un état dégradé ; ce n’est pas non plus un état clandestin. Mais il ne correspond pas à une vocation assumée en permanence par celui qui l’exerce : il constitue une fonction occasionnelle, reconnue par celui seul qui la sollicite, le temps qu’il la sollicite. Il s’agit donc d’une fonction précaire, dont l’inscription sur le vecteur marchant au large est sujette à révocation.

47IV, 3 Avec voila et c’est, qui marquent un mouvement extériorisant, on a en revanche la majuscule dans tous les cas : « L’habile Fourbe que voila ! » (I iv, p. 221) ; « c’et un Impertinent » (I v, p. 244 ), « c’et un Coquin » (III xi, p. 287) et

41) 37) II vii, p. 258 Mais dis à ce Turc que c’et un Scelerat […] un Infame[…] un Homme ans foy, un Voleur.

  • 21 On adjoindra à ces cas « le me∫tier de Coureu∫e » (III x, p. 285), où me∫tier comporte la minuscule (...)

48IV, 4 Le tour mon pendard de fils (I iii, p. 217), quel diable d’étourdi (III x, p. 284 ; III ii, p. 271) comporte dans tous les cas un premier élément avec minuscule initiale parce qu’il équivaut à mon fils est un pendard, quel diable est l’étourdi. On est donc ramené au cas illustré par le jeune homme est un pendard (ex. 37)21. Nous avons également relevé « le coquin de Silvetre » (I iii, p. 217) ; « de méchans plaians d’Avocats » (II v, p. 247) ; « ce faquin d’Argante » (II vi, p. 249 — deux fois —) ; « Ah le pendard de Turc » (II vii, p. 254 ; « Le pendard de Scapin » (III iii, p. 279 — deux fois —). Mais on opposera

42) III ii, p. 269 Qui, cé fat de Geronte, cé maraut, cé velître ?~

43) II vi, p. 249 avant la fin du jour je vous déferay de ce Maraut fieffé, de ce faquin d’Argante.

49Le compositeur exclut *« ce maraut [d’Argante] » alors qu’il accepte « cé maraut [de Geronte], cé velître [de Geronte] » parce qu’un décumul anticipé du complément déterminatif ne correspond à aucune urgence, la surcharge étant à venir. La tentation d’anticiper est d’autant plus facilement conjurée que l’adjonction d’un qualificatif dans le premier engendre une dissymétrie peu propice à l’identification des deux segments subséquents. À cela s’ajoute que le poids d’une qualification confère à l’adresse la qualité de support, parfaitement compatible avec le choix d’un signifiant étoffé (voir sur ce point II, 2, ex. 13).

  • 22 De même « joüer un Per∫onnage » (I v, p. 226). Le « fait le pa∫∫ionné » de I iv, p. 221 constitue u (...)

50IV, 5 En face de « de méchans plaians d’Avocats » ( = « des Avocats qui ont de méchans plaians », nous avons « Vous faites le méchant Plaisant » (II iii, p. 232), faire impliquant une manifestation, donc l’inscription du nom d’actant sur le vecteur extériorisant. Si cette inscription ne s’opère pas dans « vous faiiez votre drôle » (I iv, p. 221), et dans « toy faire le trole » (III ii, p. 271), c’est que le sémantisme de la désignation (la marginalité dégradée non associée à l’exercice d’une fonction), s’y oppose. « Plaisant » désigne en revanche un actant doté d’une fonction, même momentanée, qui est d’exercer une influence sur un public22. On ne s’étonnera pas davantage de lire « Enfonce ton bonnet en méchant Garçon » (I iv, p. 226) : quoique le méchant garçon soit un être mal engagé dans la société, sa qualité n’est pas intériorisée comme celle du drôle ou du fourbe, puisqu’elle est notoirement identifiée par une attitude extérieure spécifique : enfonce ton bonnet donne à l’état pignon sur rue. On fera la même observation à propos de l’indication scénique « déguisé enSpada∫∫in » (III ii, p. 269).

  • 23 Comme les focales d’un zoom, les saisies sont, de part et d’autre du seuil S, en nombre théoriqueme (...)

51V Il nous reste à hiérarchiser les effets que nous avons répertoriés. Sans entrer dans l’extrême détail, nous allons placer sur le vecteur de droite des interceptions du mouvement, des saisies qui s’y échelonnent à partir du seuil, et représentent les situations que l’analyse a identifiées23. Plus il est facile de discriminer les effets, plus la saisie est éloignée du seuil, en deçà duquel sont représentées les réalisations avec minuscule initiale.

52S’agissant des désignations de l’être non humain, nous situons en saisie I, très précoce, proche du seuil, les effets où du monde est complément d’un substantif qualifié par un superlatif : « la plus belle du Monde »~« la plus belle du monde » (ex. 2). Seule une variation du contenu (réalité interne) de belle engendre cette opposition : la combinatoire (critère externe) ne permet pas de discriminer les réalisations. Non loin de cet effet, on situera l’opposition « le péril le plus grand du monde »~« une digrace la plus étrange du Monde » (ex. 8~ex. 9). La combinatoire est identique, mais non la nature des qualificatifs.

53En saisie II, précoce, nous situons l’effet où « du Monde » est commandé par des causes externes : « du Vin […] le meilleur du Monde »~« le meilleur droict du monde » (ex. 3 et 9).

54En saisie III, médiane, l’influence de la combinatoire devient plus évidente. C’est là qu’est représenté, par exemple, le premier terme des oppositions du type « quatre ou cinq vieux Habits »~« mes habits », « un Voyage »~« votre voyage ».

55La présence en saisie IV, tardive, de « votre Maion » permet de discriminer, au sein des êtres inanimés dont les désignations peuvent recevoir la majuscule, ceux qui sont confondus avec la personne (relation interne saisie III) et ceux qui sont situés dans son environnement (relation externe, qui suppose une interception plus éloignée du seuil). À ce stade, le signifiant est à l’abri de tous les aléas. L’analyse des cas correspondant aux saisies III et IV est proposée au chapitre III.

56S’agissant des désignations de l’actant humain, en saisie II, précoce, nous situons « il n’y a Peronne qui… » en face de « ce n’et peronne » : « Peronne » est à peine engagé dans la marche au large, puisqu’il ne semble pas appartenir à la catégorie des substantifs plus évidemment que son vis-à-vis à minuscule, mais la combinatoire, qui n’est pas exactement la même, permet de discriminer les réalisations de part et d’autre du seuil (ex. 13 et 14).

57Nous situons en saisie III les désignations — authentiquement substantives — des mestiers demeurés en deçà de ceux que la société accepte ou reconnaît, et qui apparaissent avec la majuscule dans certaines conditions manifestement discriminées ; ainsi avons-nous réparti non seulement « drôle » et « méchant Plaiant » mais encore « Pendard » et « pendard ». C’est l’opposition visée intériorisante (minuscule)~visée extériorisante (majuscule) qui permet de rendre compte de ces variations. Ces cas sont examinés au chapitre IV.

58En saisie IV, les désignations des actants pleinement installés dans l’existence, dont le statut met les signifiés hors de portée des influences venues d’en deçà du seuil. Nous en avons cité quelques-uns au début de II, 1 et au début de IV, 1.

59VI La distribution de la majuscule et de la minuscule révèle chez l’auteur de l’imprimé le souci constant d’adapter aux signifiés les signifiants qui leur conviennent. L’identification exacte des signifiés le conduit à des discriminations raffinées.

60Certains témoignages de sa vigilance et de sa subtilité sont particulièrement remarquables, et révèlent son indifférence aux illusions engendrées par la surface. À côté des cas que nous avons signalés au début de V, nous rappellerons les oppositions « la Detinée »~« le hazard » (fin de I, 1), « épée »~« Pitolets », « gibet »~« Galere », « clé de mon Armoire »~« Marteau de Tailleur de Pierre » (II, 5), qui correspondent à des discriminations entre les référents extralinguistiques, ainsi que l’identification, dans la catégorie du déterminant possessif, de deux effets distincts — contact réel~contact idéel —, à quoi correspondent deux réalisations formelles — « ton bonnet »~« ma Montre » — (voir III).

61Le compositeur maîtrise les situations par conscience professionnelle, parce que sa fonction de praticien, de témoin de la langue, l’oblige à voir tout ce qu’il y a derrière les signifiants, et à l’exprimer avec ponctualité. En cela, il fait ce qu’il se doit.

  • 24 « Observations sur la morphologie du verbe dans le théâtre de Racine (édition de 1697) ». Linx, n°  (...)

62On peut aussi penser qu’il agit en considération de son objet, qu’il fait ce qu’il doit au texte, perçu comme une œuvre littéraire offerte à une lecture attentive, et non comme la proie de baladins qui, par l’action et la parole, le soumettent à une action réductrice. La cohérence formelle, dont nous avons montré, ici et ailleurs24, qu’elle était la marque de tout imprimé, administre la preuve que les prétendus « auteurs dramatiques » sont envisagés par les compositeurs comme des écrivains. Qu’on aille voir jouer Les Fourberies de Scapin ou Athalie si l’on y tient absolument, mais qu’on ne se rende pas au spectacle sans savoir le texte par cœur, de manière à suivre la représentation avec tout le profit possible, et à garantir la prééminence de la puissance sur la réalisation accidentelle. On devrait également ne fréquenter les salles de concert que partitions en tête.

63Cette dernière précaution n’étant pas communément répandue, l’autorité des interprètes est souveraine sur les mélomanes. Mais, comme l’école nous a tous mis en état de dominer l’imprimé, profitons de cet avantage pour nous soustraire à l’indiscrétion des gens de théâtre. Ou mieux, pour nous passer de leurs services et entretenir à part nous avec les textes un commerce qui prenne en compte, comme également pertinents, tous leurs traits constitutifs.

Haut de page

Notes

1 Que le vecteur d’avant marche à l’étroit et le vecteur d’après au large est révélé par la langue même : le vecteur de gauche est en deçà (pas d’article) du seuil, le vecteur de droite au-delà (article) ; *au deçà et *en delà sont également improbables.

2 Le hazard « fait », la De∫tinée« veut », et seule la De∫tinée est attachée au gouvernement des humains : ma De∫tinée~*mon hazard. Le mot fortune est attesté deux fois qualifié par bonne (II v, p. 241 ; III iii, p. 274) ; cette limitation de la portée du référent explique que nous ayons les deux fois une minuscule initiale.

3 Voir encore I ii, p. 208 ; III iii, p. 273.
 Le même argument vaut pour expliquer le type « que diable » (12 occurrences sur 12) : la déformation du signifié dans l’interjection est révélée par la possibilité de « diantre », établie 4 fois (II v, p. 244 ; II vii, p. 254 ; II viii, p. 260 ; III ii, p. 272).

4 Cet échange étant exclu avec au monde, nous lisons
 5) I iii, p. 215 […] par tout ce qui vous e∫t le plus cher au Monde.

5 La minuscule s’impose à plus forte raison lorsqu’il n’y a pas de superlatif caractérisé dans la collocation :
 6) I iv, p. 220 Quoy, tu ne trouves pas que j’aye tous les ∫ujets du monde d’e∫tre en colere ?
 II iv, p. 239 J’en ay tous les regrets du monde.

6 L’opposition « bien de l’argent » (article)~« beaucoup d’argent » (article zéro) apporte le témoignage que le qualitatif est situé sur un vecteur allant au large.

7 La reprise d’une mention antérieure produit un effet d’incidence interne incompatible avec la majuscule :
I iv, p. 225 SCAPIN Bagatelles. ARGANTE Il ne faut point dire bagatelles.

8 On trouve un grand nombre de noms d’agent, d’institution et de fonction dans II iv, p. 244 et suivantes.

9 Ces désignations correspondent à des états reconnus sinon acceptés : dans la liste des personnages, nous lisons
 « SCAPIN, Valet d’Octave, & Fourbe ». L’avarice est une passion et non un état : Argante et Géronte sont simplement identifiés l’un comme « Pere d’Octave, & de Zerbinette », l’autre comme « Pere de Leandre, & de Hiacinte » ; aussi ne trouvons-nous dans les Fourberies qu’« avariceux », « ladre », « avare » et « vilain » III iii, p. 275 — trois fois — et 276 — deux fois —. Voir aussi les notes 11 et 22.

10 Les désignations des éléments corporels, qui appartiennent à l’ordre naturel, comportent en revanche une minuscule initiale. Outre « cœur », citons « bouche » (I i, p. 204), « épaules » (I i, p. 205), « cheveux » (I ii, p. 209), « mine », « te∫te » (I iii, p. 215), « main » (II vii, p. 253)…

11 On lit « ∫on e∫prit » (I ii, p. 208) parce que le terme désigne ici une qualité rapportée à un individu ; de même « l’indu∫trie d’un Serviteur qu’il a ». (III iii, p. 275). Enfin genie désigne une capacité créatrice référée à un individu (I ii, p. 207 ; II iv, p. 238), et constituant un apanage passif : « J’ay ∫ans doute receu du Ciel un genie a∫∫ez beau […] ».

12 Pour « Serviteur », voir encore II iii, p. 235 ; II vii, p. 255 ; III ii, p. 268.

13 On a relevé « Galere » 18 autres fois ; pour « E∫quif », voir encore III iii, p. 275 ; « Vai∫∫eau » figure en III vi, p. 280.

14 P. 258 « ∫a bour∫e », « la bour∫e » ; p. 259 « remet la bourbe dans ∫a poche », « dans vo∫tre poche ».

15 I iii, p. 216 (neuf fois) ; I iv, p. 219 ; I iv, p. 225 ; II iii, p. 232 ; II iii, p. 233 (deux fois) ; II iii, p. 234 ; I iii, p. 235 ; II iii, p. 236 ; II iv, p. 239 ; II vi, p. 250 (quatre fois) ; III ii, p. 272 ; III iii, p. 275 ; III iii, p. 278 (deux fois).

16 Dans la triple adresse « Ah infame ! ah trai∫tre ! ah celerat ! » (II ii, p. 272), c’est probablement l’incompatibilité de la majuscule avec l’élément médian qui a imposé l’alignement des deux adresses latérales, mais il se peut que la répétition de l’interjection Ah ait, par un effet de décumul, réduit le pouvoir expressif des adresses infâme et scelerat. Les Fourberies n’offrent aucun exemple identique : nous avons relevé une suite avec Ah, mais de deux termes, et une suite de trois termes sans Ah :
 27)II vi, p. 250 Ah Coquins, ah Canaille, vous en voulez par-là
 28) I iii, p. 216 Comment, Pendard, Vaurien, Infâme, Fils indigne d’un Pere comme moy !

17 C’est la raison pour laquelle l’épée appartient à la catégorie des armes dites de nos jours blanches ; rapprocher nuit blanche (nuit minimale, réduite au trait « espace de temps compris entre le coucher et le lever du soleil », infidèle à sa vocation, qui est d’être occupée par le sommeil), mariage blanc (union minimale, de pure forme, infidèle à sa vocation, qui est d’être consommée)…

18 Voir aussi, pour ∫a poche, la note 14.

19 *« Le De∫tin » n’est pas attesté dans les Fourberies : l’affranchissement d’un objet spécifique, inscrit sur la marche au large, paraît incompatible avec la forme courte.

20 Le caractère fictif de la fonction, et l’inscription du signe sur le vecteur décroissant est marqué par la finale : Roi et non Roy. La suite /voyelle + -i/ finale est tout à fait inusitéedans les substantifs.

21 On adjoindra à ces cas « le me∫tier de Coureu∫e » (III x, p. 285), où me∫tier comporte la minuscule en raison du peu de résistance qu’opposent les hyperonymes à figurer sur le vecteur décroissant (voir II, 4).

22 De même « joüer un Per∫onnage » (I v, p. 226). Le « fait le pa∫∫ionné » de I iv, p. 221 constitue un cas différent : comme nous l’avons vu plus haut à propos d’avare (note 9) et de genie (note 11), la passion ne peut être représentée sur un vecteur dynamique.

23 Comme les focales d’un zoom, les saisies sont, de part et d’autre du seuil S, en nombre théoriquement infini. Nous n’en traçons ici que quatre à droite et une à gauche afin de ne pas surcharger la récapitulation et le schéma.

24 « Observations sur la morphologie du verbe dans le théâtre de Racine (édition de 1697) ». Linx, n° 22, 1990 p. 15-41 ; « À propos de la majuscule dans Esther et Athalie (édition de 1697) ». Mélanges à la mémoire d'Alain Lerond, numéro hors série de Linx, 1991, p. 115-139.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1087/img-1.png
Fichier image/png, 14k
URL http://linx.revues.org/docannexe/image/1087/img-2.png
Fichier image/png, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Eskénazi, « La majuscule dans Les Fourberies de Scapin (édition de 1674) », Linx, 43 | 2000, 87-102.

Référence électronique

André Eskénazi, « La majuscule dans Les Fourberies de Scapin (édition de 1674) », Linx [En ligne], 43 | 2000, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://linx.revues.org/1087 ; DOI : 10.4000/linx.1087

Haut de page

Auteur

André Eskénazi

Université Paris X-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org