Navigation – Plan du site

Vers une sémiolinguistique de l’écrit

A contribution to the semiolinguistics of written language.
Jacques Anis
p. 29-44

Résumés

Une linguistique de l’écrit ne peut être qu’une sémiolinguistique : l’article plaide pour l’intégration de la dimension sémiologique. Quatre aspects sont développés :
1) L’option sémiologique (à savoir le rejet de l’écriture hors de la linguistique stricto sensu)
2) La construction de modèles sémiotiques des relations entre la langue parlée et la langue écrite
3) La relation entre écritures linguistiques et non linguistiques
4) L’espace graphique et le visuo-texte.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis un certain temps (Habilitation 1990), j’ai pris l’habitude de défini mon approche de l’écriture comme sémiolinguistique. Je voudrais ici simplement motiver théoriquement la nécessité d’intégrer la dimension sémiologique dans la linguistique de l’écrit.

2Avant d’entrer dans le vif du sujet, je citerai quelques lignes suggestives de N. Catach (1988 : 243-244) :

Quelles définitions donner de l’écriture et surtout quelles limites ? Ici l’élargissement à un univers plus vaste, d’ordre sémiologique, est nécessaire, et ce n’est pas un hasard si on l’on range habituellement les systèmes d’écriture non dans la linguistique elle-même, mais parmi les grands secteurs sémiotiques généraux, codes et signaux, ce qui, à bien des égards, n’est pas entièrement pertinent et contribue à éluder les problèmes. L’écriture, en effet, appartient bien, par son mode d’expression, au monde de l’image, mais elle a su, de façon exceptionnelle, se plier entièrement à la rigueur systématique et hautement abstraite de l’univers des signes linguistiques.

3J’aborderai cette question sur quatre registres :

  1. L’examen succinct de l’option sémiologique

  2. La construction de modèles sémiotiques des relations entre la langue parlée et la langue écrite

  3. La relation entre écritures linguistiques et non linguistiques

  4. L’espace graphique et le visuo-texte

1. Examen succinct de l’option sémiologique (Saussure, Harris, Ruiz)

  • 1 Voir Chiss et Puech (1988).

4Je n’ai pas l’intention de traiter le problème des positions saussuriennes sur l’écriture1. Mais même si l’on ne prend que les deux passages les plus généraux du CLG, l’ambivalence est déjà sensible :

La langue est un système de signes exprimant des idées, et par là, comparable à l’écriture, à l’alphabet des sourds-muets, aux rites symboliques, aux formes de politesse, aux signaux militaires, etc., etc. Elle est seulement le plus important de ces systèmes. (Saussure 1972 : 33)

5On voit donc qu’une place est réservée à ce que Harris appellera une « sémiologie de l’écriture », elle serait indépendante de la linguistique et extérieure à celle-ci.

6Mais, comme on sait, Saussure fait de l’écriture un auxiliaire de la langue, non une composante de celle-ci :

Langue et écriture sont deux systèmes de signes distincts ; l’unique raison d’être du second est de représenter le premier ; l’objet linguistique n’est pas défini par la combinaison du mot écrit et du mot parlé ; ce dernier constitue à lui seul cet objet. (op. cit., 45)

7Il s’agit donc ici surtout de rejeter l’écriture hors du champ de la linguistique et c’est une sémiologie a minima, conçue comme science annexe de la linguistique, qui est ici esquissée. On se souviendra néanmoins que la phonologie n’a pas un sort tellement meilleur.

8Roy Harris construit sa « sémiologie de l’écriture » à partir d’une critique de Saussure. Pour lui, l’écriture est

le banc d’essai pour n’importe quelle théorie sémiologique. Pourquoi ? Parce que c’est l’invention de l’écriture, beaucoup plus que l’usage de la parole, et beaucoup plus que l’invention d’autres techniques, qui manifeste la capacité de créer, de contrôler, et de développer, d’une façon concrète et voulue, des moyens de communication qui peuvent servir non seulement à la création d’un ordre culturel durable, mais à l’élargissement systématique de l’intelligence humaine. (1993 : 20).

9La théorie dite intégrationnelle du signe écrit se définit comme une nouvelle théorie sémiologique générale fondée sur

le signe dans son contexte […] le signe intégrationnel n’a pas d’existence autonome et indépendante, car il n’est que le produit créé par l’intégration d’activités poursuivies, tant bien que mal, par certains individus dans certains contextes. (ibid., 137-138)

10Mais proposer une sémiologie de l’écriture, c’est s’opposer implicitement à la linguistique de l’écrit ou de l’écriture. On comprendra donc que le chapitre « Écriture et langue » soit le dernier de l’ouvrage, alors que la question de la construction des relations entre graphèmes et phonèmes vient en premier si l’on adopte un point de vue linguistique.

11La sémiologue espagnole Elisa Ruiz, estimant qu’une véritable science de l’écriture n’a pas encore vu le jour, indique que « des personnes de secteurs voisins ont occupé de plein droit un terrain abandonné par ses propriétaires légitimes » (1992 : 59, traduit par nous de l’espagnol) et ces occupants seraient principalement les linguistes. Elle critique notamment la déformation professionnelle de ceux-ci : obnubilés par l’universalité des sons, ils privilégieraient l’écriture alphabétique.

2. La construction de modèles sémiotiques des relations entre la langue parlée et la langue écrite

12De la même façon que la plupart des disciples de Saussure ont réintégré la phonologie, la linguistique de la langue écrite, avec une unanimité moindre cependant, a fini par se voir reconnaître un statut.

13Le plus souvent, on reste dans le cadre de la position phonographiste ou représentationaliste. Aristote écrivait déjà

Les mots parlés sont les symboles des affections de l’âme ; les mots écrits sont les symboles des mots parlés. (Aristote, De l’interprétation, 16a4)

14Les pères de la linguistique moderne ne parlent guère autrement, comme on l’a vu plus haut avec Saussure et comme on peut le voir avec le chef de file du structuralisme américain :

Writing is not language, but merely a way of recording language by visible marks.
[L’écriture n’est pas la langue, mais un simple moyen d’enregistrer la langue par des marques visibles.]
(Bloomfield, Language, 1933, Holt, Rinehart and Winston, New-York, p. 21)

15Un très bon linguiste de l’écrit comme DeFrancis (1989: 248) déclare que « the primary defining feature of writing is the representation of speech ». Il faut ici comprendre « speech » comme langue parlée.

16On trouvera également, en revenant en Europe et en remontant dans le temps, une formulation limpide du point de vue représentationaliste, qui fait de l’écriture un système de signes secondaires, à savoir chez Buyssens :

Le désir de profiter du grand perfectionnement du discours qu’on ne peut communiquer auditivement a donné naissance à des sémies [systèmes de signes] spéciales, en tout premier lieu à l’écriture. Pareil moyen de communiquer n’établit pas un lien direct entre les faits sensibles transmis et les états de conscience ; le lien est indirect : lorsqu’on lit l’écriture, on substitue les sons de la parole aux caractères écrits, et c’est à partir de la parole qu’on passe à la signification. On peut donc appeler l’écriture une sémie substitutive ; par opposition, le discours sera appelé und sémie directe.
A son tour, notre écriture alphabétique a engendré des sémies substitutives : l’alphabet Braille, celui des sourds-muets, des marins, du télégraphe, des différents codes téléphoniques ou télégraphiques. Ces dernières sémies sont substitutives au second degré puisqu’elles impliquent la substitution préalable de l’écriture alphabétique au discours. (Buyssens 1943 : 49)

17On opposera au représentationalisme l’autonomisme, qui défend le point de vue de l’égalité entre la langue parlée et la langue écrite, et dédouble le signifiant.

18Le schéma ci-dessous vise à représenter les deux positions :

19Si l’on s’appuie sur la glossématique, on donnera, comme le fait J. Rey-Debove (1988), la formalisation suivante au modèle représentationaliste. Si le signe linguistique se formalise par E1(C1), le signe scriptural s’écrit E2(E1(C1)). Selon elle cette position n’est pas tenable : c’est la transcription phonétique qui correspondrait à cette représentation du mot parlé par le mot écrit. On notera que cette formule ferait de l’écriture un métalangage.

20En ce qui concerne la position autonomiste, le signifiant graphique et le signifiant phonique sont placés bien sûr en alternance. Toutefois, on pourrait à la rigueur s’autoriser de Vachek pour disjoindre totalement le signe parlé et le signe écrit, quand le Pragois écrit (1939, trad. fr :20-21) :

Il sera à coup sûr impossible de nier que les premières manifestations scripturaires d’une communauté linguistique procèdent des manifestations locutoires et que la norme scripturaire ne vise qu’à transposer la norme locutoire. [...] Nous voudrions ajouter qu’au cours d’une telle phase la norme scripturaire doit être regardée comme un système secondaire de signes, chacun des éléments constituants de ce système mettant en œuvre un signe face à un signe ; en d’autres termes le système secondaire, pris dans son ensemble, reflète, non le système des choses, mais seulement le système primaire de signes (en l’occurrence la norme locutoire), ce système seul faisant office de médiateur direct pour le système des choses. Mais la fonction spécifique des manifestations scripturaires ne tarde pas à revendiquer [l’] autonomie de la norme scripturaire [...]. Et dès que cela s’est produit, la norme scripturaire occupe dans le système des valeurs linguistiques une position nouvelle : on passe d’un système secondaire de signes à un système primaire, autrement dit les éléments constituants de la norme scripturaire cessent désormais de mettre en œuvre des signes de signes, ils représentent des signes de choses.

21Je voudrais maintenant évoquer le modèle proposé par N. Catach en 1988, que je trouve, curieusement, très autonomiste. S’appuyant sur la diversité des systèmes d’écriture, elle évoque quatre solutions :

  1. 1 la différence oral/écrit n’est qu’une question de substance (correspondances bi-univoques graphèmes-phonèmes) ;

  2. 2 il existe deux formes de l’expression distinctes (cas grosso modo du français et de l’anglais, elle suit ici comme moi la suggestion de Hjelsmlev 1954)

  3. 3 la langue comporte des signes oraux et écrits différents (une partie de l’orthographe française relève de ce cas)

  4. 4 la langue écrite et la langue parlée sont des langues différentes (cas de l’arabe).

22En fin de compte le modèle du pentaèdre postule la langue L’ réunissant une langue graphémique et une langue phonémique comportant des correspondances de première et de deuxième articulation.

23Je suis globalement d’accord, je préférerais parler de règles de transposition plutôt que de correspondances structurales.

24La divergence apparaît si on descend au niveau des unités minimales.

25Kohrt (1986) présente ainsi les deux points de vue possibles :

The first one is the reference conception: “graphemes“ are regarded as those units that “stand for“ phonemes in written language, i.e. as phoneme signs. The second view is the conception of methodological analogy: according to its adherents graphemes should be established in the same way as phonemes, i.e. as unreducible distinctive units in the system of written language.
[Le premier est le point de vue référentiel : les « graphèmes » sont considérés comme les unités qui « représentent » les phonèmes dans la langue écrite, c’est-à-dire des signes de phonèmes. La seconde approche est la conception de « l’analogie méthodologique » : selon ses adhérents les graphèmes doivent être fondés de la même façon que les phonèmes, c’est-à-dire comme des unités distinctives irréductibles dans le système de la langue écrite.]

26De fait, dans la perspective analogiste ou autonomiste (voir Pulgram 1951, 1976), les graphèmes alphabétiques sont des classes abstraites de graphes constituant les unités minimales, purement distinctives, de la langue écrite. Ce sont des figures, et non des signes, il n’y a donc pas de problème sémiotique à ce niveau.

27Dans le cadre du représentationalisme, il est difficile de trouver une formalisation adéquate.

28Jakobson écrit en 1942 :

  • 2 Six leçons sur le son et le sens, Paris, 1976, cité d’après Pellat 1988 :142.

La raison d’être du graphème bêta consiste à désigner le phonème b, et tout autre graphème remplit une tâche similaire. L’image graphique fonctionne comme signifiant et le phonème comme son signifié.2

29Gak (1976 :24) lui fait écho :

L’union de la graphie (signifiant) et du phonème qu’elle transcrit (signifié) forme le signe graphique, le graphème, unité minimale constitutive du système graphique.

30Catach (1979 :26, 1980 :36 ) forge pour cette fonction – qui n’est pas pour elle ni pour Gak la seule mais en tout état de cause la fonction de base – le terme de « signifiant de signifiant ».

31Elle utilise des termes plus neutres dans la définition suivante :

La plus petite unité distinctive et/ou significative de la chaîne écrite, composée d’une lettre, d’un groupe de lettres (digramme, trigramme) d’une lettre accentuée ou pourvue d’un signe auxiliaire, ayant une référence phonique et/ou sémique dans la chaîne parlée. Ex. p, ou, r, ch, a, ss e, r, dans pourchasser. (1980 :16)

32Sans entrer vraiment dans le débat, on peut, avec Kohrt (1986 :92), reprocher aux approches phonographistes de « confondre les éléments avec les règles ». Critiquant Heller (1980) et sa notion de phonographème – très proche du phonogramme de Catach –, Kohrt écrit :

According to him, a phonographeme is a pairing of a certain graphographeme [...] with a given phoneme. The pairs <a/a>, <a/a:>, <aa/a:> and <ah/a:> e.g. are considered as such phonographemes in the framework of German orthography. As a matter of fact, however, what is represented by such a symbolization are by no means simple units of a special substantial kind, instead we are confronted with abbreviations of statements of rules that connect items of written language with those of spoken language. Even worse than the reduction of processes to elements is the fact that the transfer rules must be given in a wrong formation: such rules are normally context-sensitive, not context-free (as it is implied by reducing them to graphematic units), i.e. their application is bound to certain contextual configurations and not to the existence of only one input element.
[Selon lui, un phonographème est l’appariement d’un certain graphographème [...] avec un phonème donné. Les paires <a/a>, <a/a :>, <aa/a :> and <ah/a :>, par exemple, sont considérés comme des phonographèmes dans le cadre de l’orthographe allemande. En réalité, cependant, ce qui est représenté par une telle symbolisation n’est en aucun cas de simples unités d’un genre substantiel particulier, nous sommes ici confrontés à des abréviations de déclarations de règles qui relient des éléments de la langue écrite à des éléments de la langue parlée. Pire encore que la réduction de procédures à des éléments est le fait que les règles de transfert doivent être formulées de manière incorrecte : de telles règles sont normalement contextuelles et non hors contexte (ce qui est impliqué par leur réduction à des unités graphématiques), c’est-à-dire que leur application dépend de certaines configurations contextuelles et non de l’existence d’un seul élément d’input.]

3 La relation entre écritures linguistiques et non linguistiques

33Dans le premier article qui développe la notion de graphème, Stetson (1937 :353) le définit ainsi :

...the standardized character of writing, with certain conventions as to its meaning in combination which is extremely varied through the range of music, mathematics, symbolic logic, physical sciences, and language.
[…le caractère standardisé de l’écriture, soumis à certaines conventions qui définissent son sens dans les combinaisons, sens extrêmement varié à travers les divers domaines de la musique, des mathématiques, de la logique symbolique, des sciences et de la langue.]

34Il paraît cependant essentiel de distinguer écritures linguistiques et non linguistiques. Ainsi Pulgram (1976) parle-t-il des systèmes sémasiographiques et glottographiques. Sampson (1985 :28 sqq) s’interroge sur ce qu’est l’écriture proprement dite, en examinant les pictographies et les sémasiographies en général, systèmes qui se développent « avant » l’écriture et tendent à reprendre une place importante dans notre monde moderne, alors que DeFrancis tranche en proposant les définitions suivantes (1989 :5)

Partial Writing is a system of graphic symbols that can be used to convey only some thought.
Full Writing is a system of graphic symbols that can be used to convey any and all thought.

35L’écriture des nombres a un statut particulier. Dès l’aube de l’écriture, elle est à la fois distincte de l’écriture de la langue mais elle utilise souvent les mêmes graphes (ex. Grecs, Romains). Les documents écrits mêlent lettres et chiffres.

36Il semble que les linguistes aient tendance à se l’approprier comme objet , voir Pulgram (1965) et Haas (1988). Haas écrit (1988:204):

Elementary education in any more developed country is designed to secure a literate and numerate population. Our children are required, then, to learn two written languages: (i) a national version of a comprehensive alphabetic script and (ii) the restricted international notation of the Hindu-Arabic numerals and of a few symbols of arithmetic operations.

37Dans ma description du système graphique, j’ai intégré les chiffres dans la catégorie des logogrammes. Catach, si j’en crois notamment son intervention dans la discussion de Haas (1988) adopte une position analogue.

4. L’espace graphique et le visuo-texte

  • 3 La notion d’espace graphique, que l’on doit, semble-t-il, à J. Hébrard (voir par ex. son article de (...)

38La notion d’espace graphique permet d’appréhender à la fois le support de l’écrit et les codes graphiques qui permettent à l’écrit d’y faire sens3. La notion d’espace graphique ouvre la voie à une graphématique élargie (Hébrard 1983) et de plusieurs manières : elle crée une continuité entre le graphème ponctuo-typographique et le foisonnement des mises en page et en espace – en d’autres termes entre la linguistique de l’écrit et la sémiotique scripturale ; à travers l’ambivalence du terme « graphique », elle rappelle le lien parfois distendu mais jamais rompu entre le texte et l’image ; elle permet une approche de l’écrit dans toute sa diversité, c’est-à-dire intégrant les écritures non linguistiques et les images ; enfin elle peut être exploitée aussi bien pour la description d’un écrit particulier, d’un type d’écrit spécifique ou d’un domaine plus vaste, ce qui nous rapproche de la sémiotique textuelle.

39Cette graphématique élargie relève donc bien du champ sémiologique. Et ce n’est pas évidemment un hasard que nous convergions ici avec la démarche de Harris.

Toute la syntagmatique du texte écrit peut être déterminée par les exigences contextuelles, les dimensions d’une surface, son orientation, etc. Mais le plus important, c’est que le jeu de ces éléments sert de mécanisme sémiologique pour transformer un signe linguistique en message écrit. (1994 :142)

40A partir de l’exemple du poteau indicateur, qui est complété ensuite par celui du nom du bateau et du nom de l’auberge, Harris développe son approche :

  • 4 voir tout le chapitre 10 « Texte et contexte », p. 133-150.

L’analyse intégrationnelle de l’écriture se fonde donc sur ce fait fondamental : dans toute civilisation écrite, il existe toujours une gamme d’objets matériels et de procédés technologiques dont la principale, ou même la seule fonction est de fournir le contexte d’un signe écrit. De là, une double relation qui caractérise partout l’écriture en tant que phénomène social. D’une part, la présence du texte assure la fonction sociale de l’objet en question ; c’est le texte qui lui permet de jouer le rôle qui lui est réservé. Et d’autre part l’objet sert d’emplacement physique, emplacement qui est toujours nécessaire pour que le signe écrit existe. C’est grâce à cette double relation intégrationnelle que le signe écrit prend sa place dans la vie de la communauté. L’écriture, à la différence de la parole, exige la création de toute une gamme de contextes spécialisés qu’on reconnaît à partir de la forme spécifique du support matériel. […] C’est l’encadrement fourni par ce support matériel qui crée ce que nous appellerons le champ graphique dans lequel ce signe est situé. (1994 :144)4

41Entrer dans cette problématique conduit à poser le problème de la linéarité et de la multidimensionalité.

42Je rappellerai la fameuse section du CLG sur « le caractère linéaire du signifiant » (1972 :103). Elle commence par ce paragraphe :

Le signifiant, étant de nature auditive, se déroule dans le temps seul et a les caractères qu’il emprunte au temps : a) il représente une étendue, et b) cette étendue est mesurable dans une seule dimension : c’est une ligne.

43Un peu plus loin Saussure argumente :

Par opposition aux signifiants visuels (signaux maritimes, etc.), qui peuvent offrir des complications simultanées sur plusieurs dimensions, les signifiants acoustiques ne disposent que de la ligne du temps ; leurs éléments se présentent l’un après l’autre ; ils forment une chaîne. Ce caractère apparaît immédiatement dès qu’on les représente par l’écriture et qu’on substitue la ligne spatiale des signes graphiques à la succession dans le temps.

44Harris souligne à juste titre que la linéarité est précisément une métaphore empruntée à l’écriture. (op. cit., 240-241).

45En fin de compte, il n’y a que l’écriture qui puisse être qualifiée de linéaire mais aussi en même temps de non-linéaire. Non linéaire comme ces systèmes de signes visuels que Saussure évoque, non linéaire parce que multidimensionnelle.

46Le problème est complexe, parce que la notion de linéarité associe matérialité graphique, séquentialité, et continuité.

47Si je prends l’annuaire téléphonique, les noms sont ordonnés selon l’ordre alphabétique, mais le livre n’est pas destiné à une lecture continue.

48La notion de non linéarité est à la mode, sous la bannière de l’hypertexte, que son inventeur définit ainsi :

… by « hypertext », I mean non-sequential writing - text that branches and allows choices to the reader, best read on a interactive screen. [texte qui se ramifie et autorise des choix au lecteur, et dont le meilleur support de lecture est un écran interactif]
As popularly conceived, this is a series of text chunks connected by links which offer the reader different pathways. [On se le représente communément comme une série d’unités textuelles connectées par des liens qui offrent au lecteur différents parcours.] (Nelson 93 :0/2)

49À partir de ce concept nouveau, on peut selon Nelson, redécouvrir des caractéristiques générales de l’écriture :

hypertext is fundamentally traditional and in the mainstream of literature […] we constantly depart from sequence, citing things ahead and behind in the text. Phrases like "as we have already said" and "as we will see" are really implicit pointers to contents elsewhere in the sequence.
[l’hypertexte est fondamentalement traditionnel et s’inscrit dans le courant dominant de la littérature […] nous nous écartons constamment de la séquentialité, en citant des passages en avant ou en arrière dans le texte. Des formules telles que « comme nous l’avons déjà dit » et « comme nous le verrons » sont en réalité des pointeurs implicites vers des contenus positionnés ailleurs dans la séquence.]
(Nelson 1993-1 :0/17)

50La une du quotidien, le magazine, la poésie visuelle, l’encyclopédie ne relèvent déjà plus d’une lecture linéaire.

51Les textes non linéaires ne seraient-ils pas encore plus anciens ? Nous découvrons sous la conduite de Goody (1979, 1986) les listes et les tableaux aux origines de l’écriture.

52La non linéarité est une affaire de degré, mais il semble qu’elle soit proportionnelle à la prégnance de la spatialisation : plus elle est grande, plus on s’éloigne du texte comme ruban. Bien que la frontière soit difficile à placer, j’ai proposé le concept de visuo-texte (1997, 1998) pour désigner des textes dont la spatialisation obéit à des contraintes porteuses de sens. Elle génère une iconicité plus ou moins abstraite, plus ou moins figurative.

  • 5 POULAIN, M. et FRENTZ, J.-C. (1989) Le Livre du Charcutier, LT Jacques Lanore, Malakoff.

53Ainsi un tableau représente-t-il par une disposition orthogonale les relations entre des éléments du même type et des caractéristiques individuelles (ce que Bertin 1977 nomme objets et caractères). Par exemple, le tableau reproduit en figure 1, extrait d’un manuel de charcuterie5, indique pour chaque épice la partie de la plante utilisée, précise son origine, caractérise sa saveur et détaille ses usages. Nous considérons qu’un tableau abrège des propositions du type attributi de objetj est <…> ou<…, …, … >. Par exemple : [La] saveur [du] cumin est poivrée et originale, [L’]origine du [carvi] [est la] Hollande [ou l’]Europe centrale (T1). Cependant, cette schématisation dépasse les règles syntaxiques ordinaires de la langue, comme le montre déjà l’omission des articles. Il faudrait plutôt évoquer une structuration logique comme sujet-prédicat thème-rhème, le contenu de la case est obligatoirement de statut prédicatif.

  • 6 Nous dénommons ainsi les associations de représentations graphiques et de texte (voir Anis 1997)

54Un visuo-texte peut être beaucoup plus iconique : ainsi le tableau logique représentation graphique utilisée dans le même manuel, dont nous donnons un exemple en figure 2, comporte d’une part des listes d’ingrédients, d’autre part des descriptions d’opérations. Les ingrédients sont présentés dans des boîtes textuelles ; les opérations dans des icono-textes6 associant des images figuratives et des textes constitués de groupes verbaux à l’infinitif. Les boîtes à ingrédients apparaissent surtout dans la partie supérieure du tableau, elles sont reliées par des flèches le plus souvent verticales aux icono-textes procéduraux. Ceux-ci sont ordonnés de façon à permettre la construction d’une chronologie. Le sens de lecture traditionnel, une topologie iconique, des flèches et des index numériques se combinent pour guider le lecteur.

55L’étude de ce genre d’objets implique, comme on le voit, l’association de la graphématique, de la linguistique textuelle et de la sémiologie. Ce sera ici le dernier argument de notre plaidoyer pour une sémiolinguistique de l’écrit.

Haut de page

Bibliographie

ANIS, J. (1981) Écrit/Oral : Discordances, Autonomies, Transpositions, Études de linguistique appliquée 42, Didier, Paris, pp. 7-22.

–, (1983) Pour une graphématique autonome, J. A. (éd.), Le signifiant graphique, Langue française 59, Larousse, Paris, pp. 31-44.

–, (1984) La construction du graphème et ses enjeux théoriques, Archives et documents de la Société d’Histoire et d’Epistémologie des Sciences du Langage 5, pp. 1-45.

–, (1988a) L’écriture : théories et descriptions, avec la collaboration de Jean-Louis CHISS et Christian PUECH, De Boeck-Wesmael, Bruxelles, 1988.

–, (1988b) « Une graphématique autonome ? », Pour une théorie de la langue écrite, N. Catach (éd.), Editions du CNRS, pp. 213-223, Paris.

–, (1997) « Lire des visuo-textes », Cahiers du Français contemporain n° 4, « Écritures et textes d’aujourd’hui », M. Marquilló (éd.), Crédif, ENS Éditions, Fontenay-St Cloud, pp. 29-45.

–, (1998) Texte et ordinateur : L’écriture réinventée ?, De Boeck, Bruxelles.

–, (1998) « Vers une sémiolinguistique du visuo-texte : du tableau au « tableau logique », Propriétés de l ’écriture, « Actes du colloque de l’Université de Pau, 13, 14, 15 novembre 1997 », J.-G. Lapacherie (éd.), Publications de l’Université de Pau n 10, pp. 103-116.

BERTIN, J. (1977) La graphique et le traitement graphique de l’information, Flammarion, Paris.

BLOOMFIELD, L. (1933) Language, Holt, Rinehart and Winston, New-York.

BUYSSENS, E. (1943) Le langage et le discours, Officine de Bruxelles.

CATACH, N. (1988) L’écriture en tant que pluri-système ou théorie de L prime, N. Catach (éd.), p. 243-255.

CATACH, N. (éd.) (1988) Pour une théorie de la langue écrite, CNRS, Paris.

CHISS, J.-L. et PUECH, C. (1988) Le cours de linguistique générale et la “représentation” de la langue par l’écriture, N. Catach (éd.) (1988), p. 47-54.

DeFRANCIS, J. (1989) Visible Speech: the Diverse Oneness of Writing Systems, Université of Hawaï Press, Honolulu.

GAK, V. G. (1976) L’orthographe française, éd. de VILDE-LOT, I. et de l’auteur, SELAF, Paris.

GOODY, J. (1979) La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad. et présentation de J. Bazin et A. Bensa, Éd. de Minuit, Paris.

–, (1986) La logique de l’écriture. Aux origines des sociétés humaines, A. Colin, Paris, 1986.

HAAS, W. (1976) Writing: the basic options, W. Haas (éd.), p. 131-208.

–, (1988) De l’écriture des nombres, N. Catach (éd.), p. 203-210.

HAAS, W. (éd.) (1976) Writing without letters, Mount Follick Series, vol. 4, Manchester University Press.

HEBRARD, J. (1983) « L’évolution de l’espace graphique d’un manuel sco­laire : le “Despautère” de 1512 à 1759 », Anis (éd.), p. 68-87.

HARRIS, R. (1993) La sémiologie de l’écriture, CNRS, Paris.

HJELMSLEV, L. (1954) La stratification du langage, Essais linguistiques, Minuit, 1971, p. 44-76.

KOHRT, M. (1986) The term « grapheme » in the history and theory of linguistics, New trends in graphemics and orthography, G. Augst ed., De Gruyter, Berlin, pp. 80-96.

LAUFER, R. (1972) Introduction à la textologie, Larousse.

–, (1984) « L’espace graphique du livre au XIX° siècle », Romantisme 84-1, pp. 63-72.

PELLAT (J.-Chr.) (1988) « Indépendance et interaction de l’écrit et de l’oral ? Recension critique des définitions du graphème », N.Catach (éd.), p. 133-145.

NELSON, T. (1972) As we will think, Nyce, J. and Kahn, P. (eds) (1991), From Memex to Hypertext: Vannevar Bush and the Mind’s Machine, Academic Press, p. 245-260

–, (1993) Literary Machines 93-1. Mindful Press, Sausalito CA.

PULGRAM, E. (1951) Phoneme and Grapheme: a Parallel, Word 7, p. 15-20. [Traduction dans l’Annexe II de Anis 1984, p. 35-45.]

–, (1965) « Graphic and phonic systems: figuræ and signs »,Word 21, p. 208-224.

–, (1976) « The typologies of writing systems », Haas (éd.), p. 1-28.

STETSON, R. H. (1937) The phoneme and the grapheme, Mélanges de linguistique et de philologie offerts à Jacq. von Ginneken à l’occasion du soixantième anniversaire de sa naissance, Klincksieck, Paris. [Trad. fr. dans Anis (1984), p. 29-35]

REY-DEBOVE, J. (1988) À la recherche de la distinction oral/écrit », Catach (éd.) (1988), pp. 77-86.

RUIZ, E. (1992) Hacia una semiología de la escritura, Fundacion German Sanchez Ruiperez, Madrid.

SAMPSON, G. (1985) Writing Systems. A Linguistic Introduction, University of Stanford Press.

SAUSSURE, F. de (1972), Cours de linguistique générale, Payot, Paris.

VACHEK, J. (1939) « Zum Problem der geschriebenen Sprache », Travaux du cercle linguistique de Prague 8, p. 86-93. [Traduction française de P. CAUSSAT, sous le titre « Contribution au problème de la langue écrite », Introduction par J.-L Chiss et Chr. Puech, LINX 12, Centre de Recherches Linguistiques de Paris X Nanterre, p. 7-23.]

Haut de page

Annexe

Annexe

Figure 1 : POULAIN, M. et FRENTZ, J.-C. (1989),
Le Livre du Charcutier, Épices, p. 131

Figure 2 : POULAIN, M. et FRENTZ, J.-C. (1989), op. cit., Rillettes, p. 214

Haut de page

Notes

1 Voir Chiss et Puech (1988).

2 Six leçons sur le son et le sens, Paris, 1976, cité d’après Pellat 1988 :142.

3 La notion d’espace graphique, que l’on doit, semble-t-il, à J. Hébrard (voir par ex. son article de 1983), s’est inspirée de la démarche de Goody, des perpectives ouvertes par R. Laufer (1972, 1984), des travaux de certains pédagogues et des travaux d’historiens comme R. Chartier et H.-J. Martin. Nous l’avons développée dans la troisième partie de Anis (1988).

4 voir tout le chapitre 10 « Texte et contexte », p. 133-150.

5 POULAIN, M. et FRENTZ, J.-C. (1989) Le Livre du Charcutier, LT Jacques Lanore, Malakoff.

6 Nous dénommons ainsi les associations de représentations graphiques et de texte (voir Anis 1997)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Anis, « Vers une sémiolinguistique de l’écrit », Linx, 43 | 2000, 29-44.

Référence électronique

Jacques Anis, « Vers une sémiolinguistique de l’écrit », Linx [En ligne], 43 | 2000, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://linx.revues.org/1046 ; DOI : 10.4000/linx.1046

Haut de page

Auteur

Jacques Anis

Université de Paris X Nanterre, EA 372
290 avenue d’Argenteuil
92600 Asnières
jacques.anis@u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • Revues.org